L'homelie du dimanche

10 juillet 2017

Semer pour tous

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Semer pour tous


Homélie pour le 15° dimanche du temps ordinaire / Année A
16/07/2017

Cf. également :

La lectio divina : galerie de portraits
Éléments d’une écologie chrétienne
Sortir, partir ailleurs…
Le management du non-agir
Le pourquoi et le comment

 

Le fondement de l’égalité

Notre parabole du semeur de ce dimanche est l’une des plus connues du Nouveau Testament. Elle a souvent été associée à la parabole des talents, sans doute parce que dans les deux cas chacun reçoit quelque chose – quelle que soit sa nature – à faire fructifier. Le chemin pierreux reçoit peu de graines, le serviteur moins talentueux ne reçoit qu’un talent, mais chaque terrain est ensemencé, chaque serviteur se voit confier une chose à développer.

Semer pour tous dans Communauté spirituelle 64_image_1_110201045806Tocqueville, en fin analyste de l’idéal républicain en Amérique et en Europe, voyait dans ces paraboles la source d’inspiration la plus fondamentale de ce qui est devenu la sacro-sainte égalité républicaine en France, trônant sur les frontispices de nos mairies avec ses deux amies (pourtant souvent antagonistes) : la liberté et la fraternité.

 « C’est nous [les Français] qui avons donné un sens déterminé et pratique à cette idée chrétienne que tous les hommes naissent égaux et qu’il avons appliqué aux faits de ce monde. C’est nous qui, en détruisant dans tout le monde le principe des castes, des classes, en retrouvant, comme on l’a dit, les titres du genre humain qui étaient perdus, c’est nous qui, en répandant dans tout l’univers de la notion de l’égalité des hommes devant la loi, comme le christianisme avait créé l’idée de l’égalité de tous les hommes devant Dieu, je dis que c’est nous qui sommes les véritables auteurs de l’abolition de l’esclavage. » (Discours à la chambre des Députés, 31 Mai 1845)

Le philosophe Luc Ferry commente :

« Cette parabole d’apparence anodine représente en réalité une véritable révolution. Elle signifie que la valeur morale d’un être dépend non pas des dons naturels qu’il a reçus au départ, mais de ce qu’il en fait ; pas de la nature, mais de la liberté. C’est une rupture avec le monde aristocratique, où la hiérarchie sociale reflète les inégalités naturelles. Un trisomique 21, d’un point de vue chrétien, a la même valeur morale, a priori, qu’Einstein: tout est fonction non de ses talents naturels, mais de ce qu’il en fait. Kant et les républicains français reprendront ce thème en expliquant que les dons naturels – beauté, mémoire, intelligence, force… – ne sont pas bons moralement en eux-mêmes. La preuve ? Ils peuvent tous être mis indifféremment au service du bien comme du mal, ce qui prouve que c’est seulement leur usage qui est moral. C’est cette sécularisation de la parabole des talents qui fondera les premières grandes morales laïques. C’est elle qui imprégnera tout le droit républicain. » [1]

Jésus est pétri de la bienveillance divine qu’il contemple tant dans la création : « voyez les lis des champs… » (Mt 6,28) que dans l’histoire humaine : « Dieu fait tomber la pluie sur les bons comme sur les méchants… » (Mt 5,45). Il a lu le récit où David s’interdit de supprimer son ennemi Saül pourtant à sa merci (1S 24). Il chantait chaque jour les psaumes s’émerveillant de la générosité de Dieu envers sa création. Du coup, il est devenu lui-même patient envers le figuier qui ne semble plus rien produire, comme envers Israël qui semble ne pas reconnaître le Messie (Lc 13,8). Il a été bouleversé par la miséricorde divine que les prophètes annonçaient (même à contrecœur, tel Jonas !) à ceux que tout le monde considérait comme perdus pour l’humanité.

Alors le semeur de la parabole refuse de sélectionner les terrains à ensemencer.
Alors le maître donne des talents à chacun, refusant de disqualifier a priori le serviteur moins habile.
Les banquiers de tout temps ne prêtent que rarement et très peu à ceux qui ne présentent pas toutes les garanties de remboursement. On ne prête qu’aux riches… Les machines agricoles modernes optimisent le rendement à venir en ne versant les graines que dans les sillons préparés dans la bonne terre bien sélectionnée.

Le semeur divin sème pour tous.

L’éducateur d’un groupe d’enfants lui ressemblera s’il fait le pari que quelque chose peut germer et grandir même chez les plus terribles.
Le manager d’une équipe d’employés lui ressemblera si sa passion de faire grandir chacun (« empowerment ») ne s’arrête pas aux préjugés et a priori ordinaires.
Les parents lui ressembleront s’ils accordent à chacun de leurs enfants les mêmes possibilités, adaptées à leur personnalité etc.

Bref : la générosité divine est le fondement de l’égalité (républicaine, humaniste).

Comment refuser au mondain, au cœur de pierre ce que Dieu lui-même lui accorde : la capacité de porter des fruits ? La notion de capabilité de l’économiste indien Amartya Sen peut également s’enraciner dans cette vision bienveillante du potentiel de chacun [2].

 

Le fondement de la responsabilité

L’égalité, oui. Mais le résultat n’est pas automatique, et dépend de la mise en œuvre par chacun de la graine reçue. Le chemin pierreux se laisse voler ses graines-promesses-d’espoir par les oiseaux du ciel. La terre superficielle laisse étouffer sa fécondité par les ronces environnantes. Les graines symbolisent la parole de Dieu semée dans nos cœurs, selon l’interprétation de Jésus, mais aussi les talents reçus, les désirs vrais qui nous font nous dépasser, les élans authentiques vers plus d’humanité etc.

Luc Ferry commente à nouveau :

Philosophie de l'amour : l'héritage chrétienQ : Le talent est récompensé… s’il y a eu effort!

R : Exactement, et c’est là l’autre implication essentielle de cette parabole: la valorisation du travail. Un aristocrate joue, ripaille, fait la guerre, mais il ne travaille pas – il y a des esclaves pour ça. En revanche, si la vertu morale ne réside plus dans les dons naturels, mais dans ce qu’on en fait, le travail est valorisé. Ce sont les moines qui, en Europe, vont être les premiers à le mettre en valeur, car ce qui compte, c’est la fructification de ce qu’on a reçu. Un homme qui ne travaille pas n’est pas seulement un homme pauvre, il est aussi un pauvre homme, qui n’est pas « cultivé ». Paresse et égoïsme sont les deux péchés principaux pour l’instituteur républicain, qui est plus chrétien qu’il ne l’imagine. La vertu n’est plus l’actualisation d’une nature bien née ; au contraire, elle lutte contre les penchants naturels à la paresse et à l’égoïsme. [3]

Il est donc de notre responsabilité de porter des fruits. N’allons pas accuser Dieu de n’avoir rien reçu ! N’allons pas désespérer non plus de ne rien trouver à faire grandir chez l’autre… Même le condamné à des années de prison, même le collègue irascible et renfermé, même l’handicapé apparemment réduit à une vie plus ou moins végétative, tous et chacun ont en eux quelque chose à faire fructifier pour le bien commun. C’est peut-être l’art de survivre d’un prisonnier, l’hypersensibilité d’un collègue introverti, le sourire si désarmant de l’handicapé…

 

Et moi, qu’ai-je reçu ? Pour quels fruits rendre grâce ? Quelle croissance réinvestir qui manque encore à ma récolte ?

Saurai-je discerner chez mes proches leur capacité à porter des fruits, et les encourager, les accompagner en ce sens ?

 


[1] . De l’amour : Une Philosophie pour le XX° siècle, Luc Ferry, Ed. Odile Jacob, p 109.

[2] . Une « capabilité » ou « capacité » ou « liberté substantielle » est, suivant la définition qu’en propose Amartya Sen, la possibilité effective qu’un individu a de choisir diverses combinaisons de fonctionnements, autrement dit une évaluation de la liberté dont il jouit effectivement (Wikipedia).

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« La pluie fait germer la terre » (Is 55, 10-11)
Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur : « La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur et le pain à celui qui doit manger ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. »

PSAUME
(Ps 64 (65), 10abcd, 10e-11, 12-13, 14)

R/ Tu visites la terre et tu l’abreuves, Seigneur,
tu bénis les semailles.
 (cf. Ps 64, 10a.11c)

Tu visites la terre et tu l’abreuves,
tu la combles de richesses ;
les ruisseaux de Dieu regorgent d’eau,
tu prépares les moissons.

Ainsi, tu prépares la terre,
tu arroses les sillons ;
tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies,
tu bénis les semailles.

Tu couronnes une année de bienfaits,
sur ton passage, ruisselle l’abondance.
Au désert, les pâturages ruissellent,
les collines débordent d’allégresse.

Les herbages se parent de troupeaux
et les plaines se couvrent de blé.
Tout exulte et chante !

DEUXIÈME LECTURE
« La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu » (Rm 8, 18-23)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains
Frères, j’estime qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous. En effet la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu. Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps.

ÉVANGILE
« Le semeur sortit pour semer » (Mt 13, 1-23)
Alléluia. Alléluia. La semence est la parole de Dieu ; le semeur est le Christ ; celui qui le trouve demeure pour toujours. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord de la mer. Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage. Il leur dit beaucoup de choses en paraboles : « Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde. Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché. D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés. D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! » Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? » Il leur répondit : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume des Cieux, mais ce n’est pas donné à ceux-là. À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ; à celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a. Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre. Ainsi s’accomplit pour eux la prophétie d’Isaïe : Vous aurez beau écouter, vous ne comprendrez pas. Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas. Le cœur de ce peuple s’est alourdi : ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont bouché les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cœur ne comprenne, qu’ils ne se convertissent, – et moi, je les guérirai. Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles puisqu’elles entendent ! Amen, je vous le dis : beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu.

Vous donc, écoutez ce que veut dire la parabole du semeur. Quand quelqu’un entend la parole du Royaume sans la comprendre, le Mauvais survient et s’empare de ce qui est semé dans son cœur : celui-là, c’est le terrain ensemencé au bord du chemin. Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c’est celui qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui, il est l’homme d’un moment : quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, il trébuche aussitôt. Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est celui qui entend la Parole ; mais le souci du monde et la séduction de la richesse étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit. Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et la comprend : il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

27 février 2017

Un méridien décide de la vérité ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Un méridien décide de la vérité ?

Homélie du 1° dimanche de Carême / Année A
05/03/2017

Cf. également :

Ne nous laisse pas entrer en tentation

L’île de la tentation

L’homme ne vit pas seulement de pain

Nous ne sommes pas une religion du livre, mais du Verbe

Et plus si affinité…

La parresia, ou l’audace de la foi

 

L’opinion publique ne considère plus « mal » de tuer son mari si celui-ci a commis des violences de toutes sortes depuis des décennies (cf. l’affaire Jacqueline Sauvage, finalement graciée par le Président de la République, sous la pression de l’opinion, en décembre 2016).
Par contre, l’opinion publique ne considère plus comme « bien » d’employer sa femme comme assistante parlementaire (cf. le « Pénélopegate » poursuivant François Fillon pendant la campagne présidentielle 2017).
Le bien et le mal seraient-ils aussi fluctuants que le cours des saisons ?
Blaise Pascal a son idée sur le sujet…

 

Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà

Résultat de recherche d'images pour "Un méridien décide de la vérité"« Sur quoi la fondera-t-il, l’économie du monde que l’homme veut gouverner ? Sera-ce sur le caprice de chaque particulier, quelle confusion ! Sera-ce sur la justice ? Il l’ignore. Certainement s’il la connaissait il n’aurait pas établi cette maxime la plus générale de toutes celles qui sont parmi les hommes, que chacun suive les mœurs de son pays. L’éclat de la véritable équité aurait assujetti tous les peuples. Et les législateurs n’auraient pas pris pour modèle, au lieu de cette justice constante, les fantaisies et les caprices des Perses et Allemands. On la verrait plantée par tous les États du monde et dans tous les temps, au lieu qu’on ne voit rien de juste ou d’injuste qui ne change de qualité en changeant de climat, trois degrés d’élévation du pôle renversent toute la jurisprudence. Un méridien décide de la vérité, en peu d’années de possession les lois fondamentales changent. Le droit a ses époques, l’entrée de Saturne au Lion nous marque l’origine d’un tel crime. Plaisante justice qu’une rivière borne ! Vérité au deçà des Pyrénées, erreur au-delà. […]
Le larcin, l’inceste, le meurtre des enfants et des pères, tout a eu sa place entre les actions vertueuses. Se peut-il rien de plus plaisant qu’un homme ait droit de me tuer parce qu’il demeure au-delà de l’eau et que son prince a querelle contre le mien, quoique je n’en aie aucune avec lui ?
Il y a sans doute des lois naturelles, mais cette belle raison corrompue a tout corrompu.
Blaise Pascal, Fragment Misère n° 9 / 24

Vérité au deçà des Pyrénées, erreur au-delà [1]

La célèbre maxime de Blaise Pascal (1623-1662) est toujours en vigueur. Le bien et le mal sont relatifs à la culture, à l’époque du peuple qui énonce sa conception du bien et du mal.

Si vous séjournez en Afrique par exemple, vous découvrirez que l’excision est depuis des siècles une pratique jugée bonne dans la plupart des ethnies. Cette blessure symbolique garantit le respect de la différence des sexes (avec la circoncision, pratique symétrique), initie les jeunes filles à leurs rôles de femmes, est censée apporter fécondité et reconnaissance sociale. L’Occident juge très sévèrement cette coutume ancestrale, au point de la criminaliser en Europe, et d’inviter les gouvernements africains à l’éradiquer.

La frontière entre le bien et le mal est ici géographique. Comme l’écrit Blaise Pascal : un méridien décide de la vérité !

Un méridien décide de la vérité ? dans Communauté spirituelle guadeloupe-arrete-abolitionLes Pyrénées inversant le bien et le mal peuvent également être temporelles. Autrefois, les Arabes d’abord puis les Européens ont industrialisé l’esclavage des noirs comme vecteur d’expansion économique sans que les protestations de rares jésuites ne viennent troubler les marchands d’ébène. Il n’était pas « mal » de vendre des hommes forts pour les travaux pénibles, des femmes pour les services domestiques, des familles entières pour l’opulence et le confort des colons. Ce n’est que récemment, il y a deux ou trois siècles à peine, que les occidentaux ont jugé « mal » ce qui était « bien » à leurs yeux auparavant…

Si c’est l’homme qui dit le bien et le mal, alors ils seront toujours éminemment relatifs. L’illusion occidentale voulant imposer les Droits de l’Homme comme universels et absolus est chaque jour battue en brèche par la montée en puissance des peuples n’acceptant pas cette approche éminemment culturelle (Chine, Inde, Afrique…). Que ce soit en matière familiale (monogamie, divorce, avortement, homosexualité…) ou économique (droit de la propriété, fiscalité, croissance etc.), le « bien » des plus forts ne peut prétendre à être universel sans être désormais démasqué comme une domination injuste.

 

L’interdit de manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal

Résultat de recherche d'images pour "arbre de la connaissance du bien et du mal"C’est à cette difficile question de l’universalité du bien et du mal que s’attaque notre second récit de la Genèse (dans la première lecture : Gn 2). Adam et Ève sont interdits de manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Et l’on sait depuis Freud et Lacan combien l’interdit est fondateur : il fonde la possibilité de la parole entre des sujets désirants (inter-dit). Un tel interdit est libérateur : l’humanité est libérée de la tentation de s’approprier la définition du bien et du mal qui conduit à la domination des plus forts. S’ils acceptent de recevoir cette distinction au lieu de la consommer (« manger »), Adam et Ève pourront vivre. D’ailleurs cette interdiction est limitée à ce seul arbre : tous les autres sont comestibles. Et en plus cet arbre n’est pas central. C’est l’arbre de vie qui est au milieu du jardin, et il est comestible ! La plénitude de vie nous est donc offerte, si nous acceptons de ne pas être la source de la connaissance du bien et du mal (cette source est en Dieu ; d’où l’habile promesse du serpent : vous serez comme des dieux).

Connaître ce qui est bien et ce qui est mal est une révélation. Ce sera le rôle de la Torah que d’éduquer Israël à ce discernement. Et la Torah est symboliquement écrite par Dieu lui-même pour Moïse et le peuple, signifiant ainsi qu’elle n’est pas une production humaine, mais l’accueil par l’homme de l’Esprit de Dieu suscitant en lui ce discernement entre le bien et le mal. En dehors d’Israël, la Bible considère qu’il y a depuis toujours une révélation naturelle faite à tous les peuples. Les 7 commandements noachiques [2] sont l’archétype de ce que l’Église appelle la loi naturelle inscrite au cœur de chacun et de tous.

Plus encore, c’est dans sa conscience, ce sanctuaire intime que l’homme découvre, préexistante, transcendante, une certaine conception du bien et du mal [3].

La conscience, la loi naturelle, la Torah, l’Esprit Saint sont les vecteurs bibliques de la connaissance du bien et du mal reçue de Dieu et non pas manipulée par l’homme (en mangeant le fruit de l’arbre).

 

Le doux monstre démocratique de Tocqueville

Dans l’histoire, les intérêts des puissants ont voulu se substituer à cette source divine. Les décrets de l’empereur, les actes royaux, les lois parlementaires et même les bulles papales ont régulièrement voulu se substituer à la révélation divine, et définir le bien selon leurs intérêts.

Ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal est donc une exigence spirituelle salvatrice !

La tentation démocratique est pourtant de s’en remettre au vote majoritaire pour définir le bien et le mal. Tout le monde n’a pas le courage politique d’un François Mitterrand abolissant la peine de mort contre l’opinion publique française, ou d’un De Gaulle engageant la décolonisation et l’indépendance de nos anciennes provinces d’empire…

Dans les débats de société actuels, quelles sont les voix témoignant d’une conception du bien et du mal au-dessus de l’opinion, au-dessus des intérêts partisans, des groupes bancaires, des multinationales numériques ?

Quels sont les esclavages contemporains que personne ne veut dénoncer parce qu’ils sont admis par la majorité ?

Prenons garde à ce que Soljenitsyne s’appelait « le manque de courage » de l’Occident !

Résultat de recherche d'images pour "Le doux monstre démocratique de Tocqueville"Tocqueville a depuis longtemps diagnostiqué cette tentation d’émollience de la démocratie (américaine en l’occurrence).

En bon observateur de la démocratie américaine, Tocqueville avait prophétisé le danger d’affaiblissement de la conscience éthique d’un peuple. Accaparés par leur individualisme immédiat, les citoyens en démocratie sont tentés de déléguer la fixation du bien et du mal à un pouvoir étatique d’autant plus efficace qu’il est « tutélaire » et « absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux » :

« Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l’espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d’eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n’existe qu’en lui-même et pour lui seul, et, s’il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu’il n’a plus de patrie.

Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ? »
                                            Tocqueville. De la Démocratie en Amérique

Décidément, ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal est libérateur.

À chacun d’examiner ce que cet interdit implique dans ses choix, ses modes de vie, ses opinions…

 


[1]. Avant Pascal, Montaigne avait déjà formalisé quelque chose de similaire : « Quelle vérité que ces montagnes bornent, qui est mensonge au monde qui se tient au-delà ? » (Les essais, 1580) ». Et encore : « Chacun appelle barbare ce qui n’est pas de son usage ».

[2] . Noé « prescrit à ses enfants d’accomplir la justice, de couvrir la honte de leur corps, de bénir leur Créateur, d’honorer père et mère, d’aimer chacun son prochain, de se garder de la fornication, de l’impureté et de toute violence. » (Livre des Jubilés 7,21)

[3] . « Au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même, mais à laquelle il est tenu d’obéir. Cette voix, qui ne cesse de le presser d’aimer et d’accomplir le bien et d’éviter le mal, au moment opportun résonne dans l’intimité de son cœur: « Fais ceci, évite cela ». Car c’est une loi inscrite par Dieu au cœur de l’homme; sa dignité est de lui obéir, et c’est elle qui le jugera. La conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre » (Concile Vatican II, Gaudium et Spes n° 10).

 

 

PREMIÈRE LECTURE
Création et péché de nos premiers parents (Gn 2, 7-9 ; 3, 1-7a)
Lecture du livre de la Genèse

Le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait modelé. Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toutes sortes d’arbres à l’aspect désirable et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Or le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme : « Alors, Dieu vous a vraiment dit : ‘Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin’ ? » La femme répondit au serpent : « Nous mangeons les fruits des arbres du jardin. Mais, pour le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : ‘Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.’ » Le serpent dit à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas ! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de son fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea. Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus.

PSAUME

(Ps 50 (51), 3-4, 5-6ab, 12-13, 14.17)
R/ Pitié, Seigneur, car nous avons péché ! (cf. Ps 50, 3)

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

DEUXIÈME LECTURE
« Là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé » (Rm 5, 12-19)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, nous savons que par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et que par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, étant donné que tous ont péché.
Avant la loi de Moïse, le péché était déjà dans le monde, mais le péché ne peut être imputé à personne tant qu’il n’y a pas de loi. Pourtant, depuis Adam jusqu’à Moïse, la mort a établi son règne, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam. Or, Adam préfigure celui qui devait venir. Mais il n’en va pas du don gratuit comme de la faute. En effet, si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ.
Le don de Dieu et les conséquences du péché d’un seul n’ont pas la même mesure non plus : d’une part, en effet, pour la faute d’un seul, le jugement a conduit à la condamnation ; d’autre part, pour une multitude de fautes, le don gratuit de Dieu conduit à la justification. Si, en effet, à cause d’un seul homme, par la faute d’un seul, la mort a établi son règne, combien plus, à cause de Jésus Christ et de lui seul, régneront-ils dans la vie, ceux qui reçoivent en abondance le don de la grâce qui les rend justes.
 Bref, de même que la faute commise par un seul a conduit tous les hommes à la condamnation, de même l’accomplissement de la justice par un seul a conduit tous les hommes à la justification qui donne la vie. En effet, de même que par la désobéissance d’un seul être humain la multitude a été rendue pécheresse, de même par l’obéissance d’un seul la multitude sera-t-elle rendue juste.

ÉVANGILE
Jésus jeûne quarante jours, puis est tenté (Mt 4, 1-11)
Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.
L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. (Mt 4, 4b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

 En ce temps-là, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Mais Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »
 Alors le diable l’emmène à la Ville sainte, le place au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »
 Le diable l’emmène encore sur une très haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. » Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte. »
 Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et ils le servaient.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , , , ,

5 mai 2012

La parresia, ou l’audace de la foi

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La parresia, ou l’audace de la foi

Homélie du 5° Dimanche de Pâques – Année B
06/05/2012

Un mot revient 3 fois dans nos lectures de ce Dimanche : assurance.

Non pas l’assurance financière dont les compagnies sont en difficulté avec la crise économique actuelle. Non pas la belle assurance d’une top model très « people » en défilé officiel.

C’est d’une autre assurance dont nous parle Saint Jean : « mes bien-aimés, nous nous tenons avec assurance devant Dieu ». (1 Jn 3, 18 ? 24).

D’où vient cette assurance ?

Non de nous-mêmes, de nos capacités ou de nos talents.

Cette assurance vient de ce que « Dieu est plus grand que notre coeur ».

Lorsqu’un alpiniste assure son escalade sur une paroi très raide, cela veut dire qu’il fait confiance à ses pitons solidement enfoncés dans la roche, à son harnais et sa corde qui le retiendraient au cas où.

La confiance de St Jean est celle de l’alpiniste qui a planté sa foi en Dieu, pas en lui d’abord.

Du coup, l’assurance que donne cet enracinement en Dieu, par son Esprit, devient dans les Actes des Apôtres un formidable courage pour annoncer l’Évangile. Le passage d’aujourd’hui nous montre Paul : « à Damas, il avait prêché avec assurance au nom de Jésus ». A Jérusalem, « il prêche avec assurance au nom du Seigneur et débat avec les Juifs de langue grecque ». Malgré le danger latent, Paul ose librement annoncer la Résurrection de Jésus (le « kérygme »). De Paul, vu sa personnalité et son immense culture, cela ne nous étonne pas trop. Mais cette assurance pleine de courage et de liberté n’est pas réservée qu’à Paul. À tel point que cela intrigue les accusateurs des apôtres : « considérant l’assurance de Pierre et de Jean, et se rendant compte que c’étaient des gens sans instruction ni culture, les membres du Grand Conseil étaient dans l’étonnement ». (Ac 4, 13).

12 fois (et 12 est évidemment un chiffre symbolique de l’Église) ce mot « assurance » est ainsi employé dans le livre des Actes. Du premier kérygme de Pierre : « Frères, il est permis de vous le dire en toute assurance : Dieu l’a ressuscité, ce Jésus ». (Ac 2, 29) jusqu’à la belle finale du livre : « Paul recevait tous ceux qui venaient le trouver (à Rome), proclamant le Royaume de Dieu et enseignant ce qui concerne le Seigneur Jésus-Christ avec pleine assurance et sans obstacle » (Ac 28, 30).

Ce mot « assurance » traduit le terme grec : parresia, qui vient de pan (=tout) et rema (= parole). C’est une parole qui assume le tout de ce qu’elle signifie. La parresia, c’est donc une parole courageuse, libre, entière, vraie, pleine d’assurance. Dans la société démocratique d’Athènes, seul le citoyen libre avait le droit de parler ainsi en public, avec parresia. Eh bien : dans l’Église, chaque baptisé reçoit de l’Esprit saint ce courage prophétique de parler la tête haute avec audace.

C’est de cette force intérieure qu’étaient animés les martyrs chrétiens, de Blandine devant les lions au Père Popielusko devant la terreur soviétique. C’est cette parresia qui animait Jeanne d’Arc devant ses juges, ou Bernadette Soubirous devant le Curé de Lourdes plutôt sceptique?

 La parresia, ou l'audace de la foi dans Communauté spirituelle

Cette assurance est toujours à l’?uvre chez les baptisés qui dénoncent la corruption en Afrique, les intérêts militaro-industriels en Amérique Latine, où le non-respect de la vie en Occident. Ils savent qu’il y aura un prix à payer pour une telle parole libre, mais ils l’assument, sans haine ni violence. Car c’est en un Autre qu’eux-mêmes qu’ils mettent leur confiance. La parresia est sûrement un fruit de l’Esprit Saint : cette assurance tranquille, cette audace de la parole, cette franchise, cette affirmation de l’essentiel de la foi, sereine et respectueuse des autres? C’est être fort à la manière de Jésus qui parle vrai, sans arrogance, sans mépris.

La parresia, c’est finalement être soi, parce que l’on vit d’un Autre !

Les chrétiens rendront service à l’ensemble de la société s’ils sont fidèles à ce charisme de leur baptême : avoir le courage de parler vrai, et oser l’audace d’une proclamation confiante, même à contre-courant, parce que s’appuyant sur un Autre.

De la démocratie en AmériqueAlexis De Tocqueville (De la Démocratie en Amérique, 1835) faisait remarquer que les démocraties étaient tentées par un affadissement général. Elles ne peuvent durer que si certains réagissent contre une certaine lâcheté et une démission ambiantes :

« J’ai déjà fait observer plus haut que les législateurs de l’Union avaient presque tous été remarquables par leurs lumières, plus remarquables encore par leur patrio­tisme.

Ils s’étaient tous élevés au milieu d’une crise sociale, pendant laquelle l’esprit de liberté avait eu continuellement à lutter contre une autorité forte et dominatrice. La lutte terminée, et tandis que, suivant l’usage, les passions excitées de la foule s’atta­chaient encore à combattre des dangers qui depuis longtemps n’existaient plus, eux s’étaient arrêtés; ils avaient jeté un regard plus tranquille et plus pénétrant sur leur patrie; ils avaient vu qu’une révolution définitive était accomplie, et que désormais les périls qui menaçaient le peuple ne pouvaient naître que des abus de la liberté. Ce qu’ils pensaient, ils eurent le courage de le dire, parce qu’ils sentaient au fond de leur coeur un amour sincère et ardent pour cette même liberté; ils osèrent parler de la restreindre, parce qu’ils étaient sûrs de ne pas vouloir la détruire *. »

Et Alexandre Soljenitsyne, prix Nobel de littérature (1970) avertissait l’Occident  à Harvard le 8 juin 1978.

« Le déclin du courage est peut-être le trait le plus saillant de l’Ouest aujourd’hui pour un observateur extérieur. Le monde occidental a perdu son courage civique, à la fois dans son ensemble et singulièrement, dans chaque pays, dans chaque gouvernement, dans chaque pays, et bien sûr, aux Nations Unies. Ce déclin du courage est particulièrement sensible dans la couche dirigeante et dans la couche intellectuelle dominante, d’où l’impression que le courage a déserté la société toute entière. (..) Faut-il rappeler que le déclin du courage a toujours été considéré comme le signe avant coureur de la fin ? »

Proclamer le kérygme avec une pleine assurance est donc un service à rendre à la société toute entière ! 

Ce temps pascal qui nous prépare à Pentecôte nous prépare en même temps au courage de la foi.

Que chacun réfléchisse :

- dans quel domaine de mes responsabilités cette parresia me manque-t-elle ?

- comment retrouver cette force intérieure ?

Il y va du témoignage prophétique de notre Église dans la société actuelle.

 


* A cette époque, le célèbre Alexandre Hamilton, l’un des rédacteurs les plus influents de la Constitution, ne craignait pas de publier ce qui suit dans Le Fédéraliste, nº 71: « Il est arrivé plus d’une fois qu’un peuple, sauvé ainsi des fatales conséquences de ses propres erreurs, s’est plu à élever des monuments de sa reconnaissance aux hommes qui avaient eu le magnanime courage de s’exposer à lui déplaire pour le servir. »

1ère lecture : Paul se joint aux Apôtres témoins du Christ (Ac 9, 26-31)
Lecture du livre des Actes des Apôtres

Après sa conversion, Paul vint à Jérusalem. Il cherchait à entrer dans le groupe des disciples, mais tous avaient peur de lui, car ils ne pouvaient pas croire que lui aussi était un disciple du Christ. Alors Barnabé le prit avec lui et le présenta aux Apôtres ; il leur raconta ce qui s’était passé : sur la route, Saul avait vu le Seigneur, qui lui avait parlé ; à Damas, il avait prêché avec assurance au nom de Jésus. Dès lors, Saul allait et venait dans Jérusalem avec les Apôtres, prêchant avec assurance au nom du Seigneur. Il parlait aux Juifs de langue grecque, et discutait avec eux. Mais ceux-ci cherchaient à le supprimer. Les frères l’apprirent ; alors ils l’accompagnèrent jusqu’à Césarée, et le firent partir pour Tarse.
L’Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie. Dans la crainte du Seigneur, elle se construisait et elle avançait ; elle se multipliait avec l’assistance de l’Esprit Saint.

Psaume : 21, 26-27ab, 28-29, 31-32
R/ À toi, Dieu, notre louange, au milieu de l’Église

Tu seras ma louange dans la grande assemblée ;
devant ceux qui te craignent, je tiendrai mes promesses.
Les pauvres mangeront : ils seront rassasiés ;
ils loueront le Seigneur, ceux qui le cherchent. 

La terre entière se souviendra et reviendra vers le Seigneur, 
chaque famille de nations se prosternera devant lui : 
« Oui, au Seigneur la royauté, 
le pouvoir sur les nations ! » 

Et moi, je vis pour lui : ma descendance le servira ; 
on annoncera le Seigneur aux générations à venir. 
On proclamera sa justice au peuple qui va naître : 
« Voilà son oeuvre ! »

2ème lecture : Aimer en vérité (1Jn 3, 18-24)

Lecture de la première lettre de saint Jean
Mes enfants, nous devons aimer, non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. En agissant ainsi, nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous aurons le c?ur en paix ; notre c?ur aurait beau nous accuser, Dieu est plus grand que notre c?ur, et il connaît toutes choses. 

Mes bien-aimés, si notre coeur ne nous accuse pas, nous nous tenons avec assurance devant Dieu. Tout ce que nous demandons à Dieu, il nous l’accorde, parce que nous sommes fidèles à ses commandements, et que nous faisons ce qui lui plaît.
Or, voici son commandement : avoir foi en son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé. Et celui qui est fidèle à ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous reconnaissons qu’il demeure en nous, puisqu’il nous a donné son Esprit.

Evangile : La vigne et les sarments (Jn 15, 1-8)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Heureux qui demeure vivant dans le Seigneur : il est comme un arbre planté près d’un ruisseau, qui donne du fruit en son temps. Alléluia. (cf. Ps 1, 3)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui donne du fruit, il le nettoie, pour qu’il en donne davantage.
Mais vous, déjà vous voici nets et purifiés grâce à la parole que je vous ai dite : Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter du fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi.
Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.
Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est comme un sarment qu’on a jeté dehors, et qui se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent.
Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et vous l’obtiendrez. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous donniez beaucoup de fruit : ainsi, vous serez pour moi des disciples. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept