L'homelie du dimanche

29 octobre 2020

Les politiques devraient étudier la théologie musulmane

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 20 h 51 min

Les politiques devraient étudier la théologie musulmane

·      L’assassin de Samuel Paty avait posté ce message de revendication sur Twitter juste après avoir décapité le professeur le 16/10/2020 :
 « Au nom d’Allah, le tout miséricordieux, le très miséricordieux, (…) à Macron, le dirigeant des infidèles, j’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer qui a osé rabaisser Muhammad, calme ses semblables avant qu’on ne vous inflige un dur châtiment. »

·      Le jour choisi pour les assassinats de Nice (ce 29/10/2020) – Mawlid, fête de la naissance de Mahomet – n’est pas un hasard : « défendre » l’honneur du « prophète » le jour de son anniversaire est la marque d’une piété certaine (du moins dans la tête des islamistes, hélas)… Et l’assassin des trois victimes chrétiennes dans l’église de Nice ne cessait de répéter dans l’ambulance qui le menait à l’hôpital : « Allahou Akbar», « Allahou Akbar ». Il avait emporté un Coran avec lui.

Tant que les politiques ne regarderont pas les motivations proprement religieuses des terroristes, ils ne comprendront rien à la guerre dans laquelle nous sommes plongés. Car les motifs socio-économiques ne sont pas premiers (seule la gauche vaguement marxiste le croit encore), même s’ils comptent. Car les motifs géopolitiques (la droite aimerait diriger les débats vers là : immigration, choc des civilisations…) ne sont pas les plus importants, même s’ils comptent.

La vraie motivation des islamistes est religieuse.
Ils décapitent au nom d’Allah.
Ils récitent le Coran en allant au djihad.
Ils prient et se prosternent avant de poser des bombes.
Ils cherchent la vie éternelle, et acceptent joyeusement de faire mourir et de mourir à cause de cela, s’appuyant sur leur lecture du Coran, par exemple des versets suivants :

coranSourate 2, 193. Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association (= polythéisme, christianisme) et que la religion soit entièrement à Allah seul.

Sourate 4,95. Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux – sauf ceux qui ont quelque infirmité – et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d’Allah. Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d’excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense; et Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense.   

Sourate 8,111. Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah: ils tuent, et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Évangile et le Coran.

Et Dieu sait qu’on trouve de tout dans le Coran, notamment tant de versets pour justifier des meurtres d’infidèles, des châtiments d’apostats, des guerres au nom d’Allah !


Il suffit de citer en vrac quelques versets dont on voit vite quels dégâts ils peuvent faire dans la tête de croyants zélés si on les interprète uniquement dans leur sens littéral. Par exemple :

Une synthèse des recherches scientifiques sur le Coran

 Sourate 4,89. Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru: alors vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur,  

Sourate 5.33. La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment.

 Sourate 8,12. Et ton Seigneur révéla aux Anges: Je suis avec vous: affermissez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les coeurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts.  

 Sourate 8,17. Ce n’est pas vous qui les avez tués: mais c’est Allah qui les a tués. […]  

 Sourate 8,5. Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. […]  

 Sourate 8,123. Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu’Allah est avec les pieux.

 Sourate 33.61. Ce sont des maudits. Où qu’on les trouve, ils seront pris et tués impitoyablement.

Le problème vient donc autant du Coran (des hadiths, de la Sira, de la charia) que des islamistes. Tant qu’il demeure la parole incréée de Dieu (qui aurait parlé arabe via Gabriel en direct à Mahomet), il est non critiquable, non interprétable (de même pour les autres textes de la tradition musulmane).

Si nous voulons lutter contre le terrorisme, il faut lire le Coran pour en débattre, l’étudier pour l’interpréter, le critiquer pour démasquer son instrumentalisation, et demander aux musulmans eux-mêmes quelle lecture ils font des versets dont se réclament les islamistes.

Tant qu’on reste extérieur au Coran, aux motifs proprement religieux des musulmans violents, on ne comprend rien à ce qui se passe en Turquie, au Yémen, au Cachemire, au Soudan, au Bangladesh, en Iran, en Irak… et chez nous.

Rémi Brague met les points sur les « i » [1] :

« Le christianisme est depuis le début de la part de l’islam l’objet d’une haine mêlée de mépris. Celui-ci est pour lui une religion dépassée, qui a trahi le message d’Issâ (Jésus), qui a trafiqué l’Évangile (au singulier) pour en effacer l’annonce de la venue de Mahomet, qui associe au Dieu unique deux créatures, par exemple Jésus et Marie.
Dans la cité musulmane d’autrefois, le christianisme, comme le judaïsme, était toléré tant que c’était dans l’intérêt de l’islam dominant. Les chrétiens y versaient un impôt spécial et devaient se soumettre à des règles destinées à les humilier (Coran, IX, 29) afin qu’ils comprennent qu’il serait dans leur avantage de passer à la religion « vraie ». […]

L’islamisme et l’islam sont en effet différents, mais j’y vois une différence de degré plus que de nature. L’islamisme est l’islam pressé, bruyant, brouillon ; l’islam est un islamisme patient, discret, méthodique. L’islam a pour but avoué, dès le début, non pas la conversion du monde entier, mais sa conquête – pas nécessairement militaire. Il cherche à établir des régimes dans lesquels une forme ou une autre de la loi islamique sera en vigueur, de sorte qu’en un second temps leurs sujets auront intérêt, à long terme, à se convertir.

Il y a dans les sources de l’islam, à savoir le Coran, les déclarations de Mahomet (Hadith), et la biographie officielle de celui-ci (Sira) un peu de tout, y compris pas mal de sucré. Mais il y a aussi du salé, tout ce qu’il faut pour légitimer l’usage de la pire violence. Mahomet savait pardonner à ceux qui, après l’avoir combattu, finissaient par accepter sa prétention au statut d’« envoyé de Dieu ». Mais il faisait assassiner, sans distinction d’âge ou de sexe, quiconque avait osé la nier, voire s’en moquer. Or le Coran dit du Prophète qu’il est « le bel exemple » (XXXIII, 21). À côté de quantité de musulmans pacifiques, on trouvera toujours des barbus pour s’en inspirer. »

Les politiques français sauront-ils s’intéresser au contenu et pas seulement à l’utilisation du Coran ? La laïcité à la française leur interdit apparemment d’étudier la parole religieuse de ceux qui se proclament nos ennemis : la guerre idéologique commence pourtant là ; et nous désertons.

Les célébrations de la Toussaint vont se dérouler sous haute surveillance, dans l’inquiétude. Qu’elles nous aident à répondre au mal par le bien, selon la parole de Paul :
« Bénissez ceux qui vous persécutent ; souhaitez-leur du bien, et non pas du mal. […]
Ne rendez à personne le mal pour le mal, appliquez-vous à bien agir aux yeux de tous les hommes.
Autant que possible, pour ce qui dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes. » (Rm 12, 14 18)


[1]. Rémi Brague, « Que cela plaise ou non, la France est attaquée en tant que nation chrétienne », Le Figaro du 30/10/2020, p.20.

 

La croix, l'étoile de David et le croissant, symboles des trois religions monothéistes, le christianisme, le judaïsme et l'islam

Mots-clés : , , , , ,

26 juillet 2016

Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 21 h 51 min

« Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait. » (1 Jn 3,13)

 

Un prêtre a été assassiné ce matin à l’arme blanche, le Père Jacques Hamel.

Il célébrait la messe dans l’église de St Etienne du Rouvray, près de Rouen.

D’autres personnes ont été blessées.

Les deux terroristes ont été abattus. Visiblement des « radicalisés » islamistes, comme on les appelle désormais.

Jacques Hamel avait 84 ans. 

L’émotion est considérable.

Car en plus de tuer un innocent, c’est s’attaquer à un symbole que d’égorger un prêtre pendant qu’il célèbre l’eucharistie.

 

Mgr. Lebrun, l’évêque de Rouen, et Mgr. Vingt-Trois, cardinal archevêque de Paris, donnaient ce soir à TF1 quelques éléments pour aller plus loin que la seule émotion, bien légitime :

 

- il n’est pas surprenant que des chrétiens soient visés.

Depuis longtemps, les chrétiens d’Orient sont persécutés, exilés, massacrés dans une grande indifférence occidentale.

Ces chrétiens savent que l’islam politique est rarement tolérant, et que les pays où l’islam est religion d’État voient peu à peu leurs chrétiens chassés, expulsés. L’Iran, l’Irak, le Liban, l’Afghanistan, la Syrie, la Lybie, le Nigéria etc. ont eu leur population chrétienne divisée par deux ou même quasiment réduite à rien.

 

- c’est non seulement à un symbole chrétien que les terroristes s’attaquent, mais également à la laïcité à la française, qui garantit à chaque religion sa liberté de conscience et de culte.

 

- nul doute qu’ils cherchent à diviser le peuple français, à susciter la méfiance entre chrétiens et musulmans, car un pays divisé est affaibli de l’intérieur, et ne pourra plus mener ses guerres à l’extérieur, dont celle contre Daech.

 

- nous gagnerons la guerre contre Daech. Mais le fanatisme ne s’éteindra pas pour autant. Il a d’autres racines, profondes, et d’autres arguments pour séduire des personnalités fragiles ou malades psychologiquement. Il faut donc dès maintenant penser au-delà de la défaite militaire de Daech.

 

- multiplier les militaires et les surveillances policières ne pourra pas empêcher les attentats, qui sont par nature quasi-imprévisibles. La sécurité absolue est une illusion. Il nous faut apprendre à vivre avec cette violence présente au quotidien chez nous, potentiellement partout.

 

- cela demande de lutter contre Daech avec d’autres armes que les bombes ou les bougies.

Les musulmans en premier lieu doivent réfléchir à un magistère qui promulguerait les interprétations du Coran conformes à leur tradition. Sinon les sourates meurtrières du Coran – et il y en beaucoup – feront toujours autant de dégâts dans la tête de musulmans peu instruits qui prennent le texte pour la parole de Dieu incréée, c’est-à-dire  sans interprétation possible.

Cela demande aussi que l’Occident invoque d’autres causes que la seule liberté d’aller boire une bière sur les terrasses en ville. On ne combat par une soif d’absolu par une culture du divertissement…

 

- la parole du Christ sur l’amour des ennemis résonne avec d’autant plus de force en ces circonstances :

« Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous diffament. » (Lc 6, 27-28 ; 35)

« Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23,33)

Et Paul renchérit : « si ton ennemi a faim, donne-lui à manger; s’il a soif, donne-lui à boire; ce faisant, tu amasseras des charbons ardents sur sa tête.  Ne te laisse pas vaincre par le mal, sois vainqueur du mal par le bien. » (Rm 12, 20-21)

Matthieu 5:44 

L’Église catholique est en deuil, et avec elle la communauté nationale comme pour la tuerie de Nice, du Bataclan, de Charlie Hebdo… Après le temps de la colère viendra celui de la réflexion. C’est là que nous devrons refuser les solutions trop faciles, les démissions idéologiques.

Actuellement, l’heure est au recueillement, et à la prière pour tous ceux que ce drame touche de près.

Mais hélas, d’autres attentats nous obligeront à reposer ces questions de fond, encore et encore.

Mots-clés : , , , , , , ,

11 janvier 2015

Prier pour les victimes, prier pour les assassins

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 19 h 57 min

Prier pour les victimes, prier pour les assassins


Deux messages d’autorités religieuses, parmi tant d’autres, appellent à prier bien sûr pour toutes les victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo et leurs familles, mais aussi à prier pour leurs assassins. Car la pointe du christianisme, que nulle autre religion n’ose affirmer ainsi, est bien d’aimer ses ennemis : seul l’amour peut vaincre la haine.

 « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent,  bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous diffament » (Lc 6,27-28).

« Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien attendre en retour. Votre récompense alors sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car il est bon, Lui, pour les ingrats et les méchants » (Lc 6,35).

 

« Nous avons ensemble quelque chose à défendre »

Mgr. André Vont Trois, cardinal archevêque de Paris, dans un message qui a été lu dans les paroisses de Paris ce dimanche, s’adresse en fait à toute la nation qu’il appelle à l’unité et non à « la haine ».

Initiative rare mais liée aux circonstances dramatiques que traverse la France le cardinal André Vingt-Trois a publié samedi un message qui a été lu dans toutes les paroisses du diocèse de Paris à l’issue des messes de dimanche.

 

Le cardinal André Vingt-Trois a publié un message qui sera lu dans toutes les paroisses

A r c h e v ê c h é d e P a r i s
Aux catholiques de Paris
Paris, le 10 janvier 2015

Notre pays, notre ville de Paris en particulier, ont été cette semaine le théâtre d’actes de violence et de barbarie inouïes. Depuis de nombreuses années pour nous, la guerre, la mort, c’était toujours ailleurs même si, pendant ce temps, des soldats français étaient engagés en différents pays pour essayer d’apporter un peu de paix. Certains l’ont payé de leur vie.
Mais la mort violente s’est invitée brusquement chez nous. En France, et bien au-delà de nos frontières, tous sont en état de choc. La majeure partie de nos concitoyens ont vécu cette situation comme un appel à redécouvrir un certain nombre de valeurs fondamentales de notre République comme la liberté de religion ou la liberté d’opinion. Les rassemblements spontanés
de ces derniers jours ont été marqués par un grand recueillement, sans manifestation de haine ni de violence. La tristesse du deuil et la conviction que nous avons ensemble quelque chose à défendre unissent les Français.

Une caricature, même de mauvais goût, une critique même gravement injuste, ne peuvent être mises sur le même plan qu’un meurtre. La liberté de la presse est, quel qu’en soit le coût, le signe d’une société mûre. Que des hommes nés dans notre pays, nos concitoyens, puissent penser que la seule réponse juste à une moquerie ou une insulte soit la mort de leurs auteurs place notre société devant de graves interrogations.

Que des Français juifs paient encore une fois un tribut aux troubles qui agitent notre communauté nationale redouble encore leur gravité. Nous rendons hommage aussi aux policiers morts en exerçant jusqu’au bout leur fonction.

J’invite les catholiques de Paris à prier le Seigneur pour les victimes des terroristes, pour leurs conjoints, pour leurs enfants et leurs familles. Prions aussi pour notre pays : que la modération, la tempérance et la maîtrise dont tous ont fait preuve jusqu’à présent se confirment dans les semaines et les mois qui viennent ; que personne ne se laisse aller à l’affolement ou à la haine ; que nul ne se laisse aller à la facilité d’identifier quelques fanatiques avec une religion tout entière. Et prions aussi pour les terroristes qui découvrent la vérité du jugement de Dieu. Demandons la grâce d’être des artisans de paix. Il ne faut jamais désespérer de la paix, si on construit la justice.

+ André cardinal VINGT-TROIS
Archevêque de Paris

Source : 

http://www.paris.catholique.fr/IMG/pdf/message_du_cardinal_vingt-trois_aux_paroisses_-_messes_du_10_et_11_janvier_2015.pdf

 

  L’église épiscopalienne anglaise a également publié ce message :   We Are All Charlie’  

Thursday, January 8, 2015

Via Episcopal News Service and the Convocation of Episcopal Churches in Europe, the Rt. Ret. Pierre Whalon writes about the terrorist attack on Charlie Hebdo:

 Prier pour les victimes, prier pour les assassins dans Communauté spirituelle I%20Am%20Charlie1

Alors même que j’écris ces mots, des manifestations spontanées pour les victimes se déroulent partout en France, montrant que cette tentative de division et d’intimidation a échoué. Charlie Hebdo est un journal satirique, certes, une revue qui se moque des religions, y compris la mienne. Mais il se moque également de toutes sortes de sujets et de personnalités. Ils sont dans leurs droits. La liberté d’expression est le seul garant de la liberté elle-même, y compris la liberté de culte.

Après l’attentat couard ici à Paris aujourd’hui contre la revue, avec l’exécution à bout portant d’un policier blessé, les premières voix à s’élever pour exprimer leurs colères étaient les imams musulmans. Parmi eux se trouvait l’Imam Hassen Chalghoumi, que je connais et que j’admire depuis des années. Je le rejoins pour déplorer cette attaque impie, “indigne de l’islam,” et je répète son appel de ne pas faire l’amalgame entre ces “criminels” et l’islam.

J’appelle toute personne de bonne volonté de prier pour le repos des victimes, pour leurs familles et leurs amis, dont la vie a changé ce matin pour toujours.

Il nous faut aussi prier pour les assassins, qu’ils se retournent contre la violence et se rendent. Et nous devons aussi accompagner nos prières par l’action, pour que la nation puisse guérir et la solidarité se renforcer.

 ‘Nous sommes tous Charlie.’

Source : http://www.livingchurch.org/we-are-all-charlie

 

Mots-clés : , , , , , ,