L'homelie du dimanche

14 février 2018

Poussés par l’Esprit

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 00 min

Poussés par l’Esprit


Homélie du 1° Dimanche de Carême / Année B
18/02/2018

Cf. également :

Ne nous laisse pas entrer en tentation
Une recette cocktail pour nos alliances
Gravity, la nouvelle arche de Noé ?


Poussés par l’Esprit dans Communauté spirituelle Saint_Ignace_de_Loyola_exercices_spirituelsAvez-vous déjà fait l’expérience d’une retraite ignacienne ? Et particulièrement de cette  retraite, inspirée des Exercices spirituels de St Ignace de Loyola, qu’on appelle retraite d’élection ? Il s’agit, pendant une semaine ou un mois, dans un lieu retiré (abbaye, Foyer de Charité…), accompagné par un maître expérimenté, dans la solitude et le silence, de prendre le temps de méditer les Écritures, de relire son histoire, de se taire pour entendre autre chose, de porter devant Dieu et en Dieu ses choix à venir, ses décisions à prendre les plus engageantes.

Ce premier dimanche de carême nous parle du désert où Jésus va demeurer. Non pour nous inquiéter, mais au contraire pour nous donner le courage et la force de le traverser nous-mêmes.
Une fois n’est pas coutume, commentons le début de ce passage ligne à ligne.

 

·      « Jésus vient d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert ».

900_1828873HighRes Carême dans Communauté spirituelleLe premier effet du baptême pour Marc est d’être poussé par l’Esprit à faire des choses qu’on ne faisait pas avant. La vie spirituelle commence ainsi lorsqu’on se laisse conduire au lieu de maîtriser sa route. Être poussé par l’Esprit peut arriver en répondant à un coup de fil, à une demande imprévue, ou bien à travers un événement littéralement dé-routant. Il faut pour cela écouter cette petite voix intérieure qui me souffle telle interrogation, tel désir neuf. Être habité par l’Esprit suppose de lui laisser de l’espace, et de ne pas étouffer sa voix par trop de décibels provenant de notre rythme de vie ordinaire.

Être baptisé, comme l’écrit Pierre dans sa deuxième lecture, n’est pas « être purifié de souillures extérieures, mais s’engager envers Dieu avec une conscience droite ». Ce n’est donc pas la pratique religieuse (aller à la messe, recevoir les sacrements, donner au Denier  de l’Église…) qui caractérise d’abord l’identité du baptisé. C’est la capacité à se laisser conduire par l’Esprit, tel un voilier qui suit le vent grand largue pour aller au meilleur de son allure.

Est musulman celui qui observe les cinq piliers de l’islam. Est juif celui qui est né de mère juive. Est chrétien celui qui est poussé par l’Esprit… Voilà une identité à nulle autre pareille !

Ici, l’Esprit pousse Jésus au désert.

Nous connaissons bien la résonance biblique de ce mot : le désert primordial d’où surgit la création, le désert d’Égypte où le peuple hébreu a erré 40 ans avant d’être conduit en Terre promise, le désert des prophètes où Dieu conduit Israël pour se fiancer à elle (le peuple est féminin en hébreu) etc. Le désert, c’est également ces retraites spirituelles avant de commencer une période nouvelle de son histoire etc. On dit que Gandhi passait un jour par semaine en silence. S’abstenir de parler lui amenait la paix intérieure. Ces jours-là il communiquait avec les autres en écrivant sur un papier. C’était son désert hebdomadaire…

Le désert prendra encore bien d’autres formes au cours d’une existence. L’essentiel est de ne pas le choisir (par orgueil), et de le traverser, poussé par l’Esprit…

 

·      « Et dans le désert, Jésus reste à 40 jours, tenté par Satan ».

40 jours pour le déluge, 40 jours et 40 nuits pour le retrait et le jeûne de Moïse sur la montagne, 40 ans d’errance pour le peuple hébreu avant de rejoindre Canaan, 40 ans de règne pour les rois David et Salomon, 40 jours de désert pour Jésus, 40 jours de carême avant Pâques, 40 jours après la Résurrection pour monter vers le Père : 40 est donc un temps codé pour signifier l’épreuve ou la durée nécessaire.
C’est en tout cas suffisamment consistant pour ne pas être juste un touriste prenant quelques photos de désert en 4×4 lors d’une excursion de quelques heures !

3 désertRester dans le désert est aride. Éprouver sa monotonie et pas seulement sa grandeur, sa canicule, son effet perte de repères n’est pas une mince affaire. C’est d’ailleurs le terreau propice à toutes les tentations, que Marc ne détaille pas comme Luc et Matthieu, mais dont il précise la source : Jésus est tenté par Satan. La nouvelle traduction du Notre Père nous habitue désormais à cette justesse théologique : la tentation ne vient pas de Dieu. « Ne nous laisse pas entrer en tentation » est la prière pour ne pas être exposé, car ce n’est pas Dieu qui me soumettrait à la tentation. St Jacques dit clairement :

« Que nul, s’il est éprouvé, ne dise: « C’est Dieu qui m’éprouve. » Dieu en effet n’éprouve pas le mal, il n’éprouve non plus personne. Mais chacun est éprouvé par sa propre convoitise qui l’attire et le leurre » (Jc 1, 13-14).

Le génial St Augustin nous encourageait ainsi :

Dans le Christ, c’est toi qui étais tenté, parce que le Christ tenait de toi sa chair, pour te donner le salut ; tenait de toi sa mort, pour te donner la vie ; tenait de toi les outrages, pour te donner les honneurs ; donc il tenait de toi la tentation, pour te donner la victoire.
Si c’est en lui que nous sommes tentés, c’est en lui que nous dominons le diable. Tu remarques que le Christ a été tenté, et tu ne remarques pas qu’il a vaincu ? Reconnais que c’est toi qui es tenté en lui ; et alors reconnais que c’est toi qui es vainqueur en lui. Il pouvait écarter de lui le diable ; mais, s’il n’avait pas été tenté, il ne t’aurait pas enseigné, à toi qui dois être soumis à la tentation, comment on remporte la victoire. (Homélie sur le psaume 60)

Reste un personnage mystérieux – Satan – dont on ne sait pas grand-chose, si ce n’est ici qu’il ose tenter le Christ lui-même. Il a au moins le mérite d’innocenter Dieu du mal omniprésent… Pourquoi le laisser nuire encore ? Pourquoi cette puissance négative trouve-t-elle tant d’écho en nous ? L’énigme du mal et de la tentation ne sera levée qu’à la fin, lorsqu’enfin nous connaîtrons comme nous sommes connus…

 

·      « Jésus vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient ».

Il y a comme un parfum messianique de réconciliation universelle dans cette peinture à la Rousseau. Les prophètes annonçaient que la venue du Messie s’accompagnerait de cette harmonie contre nature : « Le loup et l’agnelet paîtront ensemble, le lion comme le bœuf mangera de la paille, et le serpent se nourrira de poussière. On ne fera plus de mal ni de violence sur toute ma montagne sainte, dit Yahvé » (Is 65,25)

mc-1_-12-15-jesus_anges EspritL’homme et les bêtes sauvages ne sont plus en concurrence, en rivalité ni domination. En Christ, un monde nouveau advient où le règne animal est ami de l’humanité, où la sauvagerie ne se traduit plus par des égorgements mais des modes de vie différents, apaisés, coexistant sans se dévorer. Cette harmonie s’étend au monde de l’invisible : les anges servant le Christ sont les annonciateurs d’un jour où les forces invisibles nous seront familières, et seront à notre service.

La belle-mère de Pierre fut la première dans l’Évangile de Marc à servir Jésus et ses disciples. Au désert, les anges prennent le relais : en Christ, notre nature humaine est promise à régner sur l’univers, et même les anges nous serviront ! Autant dire que nous n’avons rien à craindre de l’invisible, et donc que toute pensée magique est inutile, toute  pratique occulte dangereuse.

 

·      « Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » ».

Jesus-marche tentationVoilà. Le temps du désert est terminé. Car tout désert se termine un jour. Et il est bon pour nous de le savoir afin de tenir bon jusque-là.
Le temps de l’action commence. Pour Jésus, c’est l’itinérance prophétique, qui le conduira de village en village. Il sait grâce à ces 40 jours quel est le cœur de son message : le royaume de Dieu. Il se centre sur cet essentiel, et ne le perdra jamais de vue.
Heureux désert qui lui a permis de se mettre ainsi en marche, sûr de ses appuis, cherchant l’unique nécessaire !

Désert ou action, tentation ou assurance prophétique, puissions-nous vivre ce carême « poussés par l’Esprit » là où il veut nous conduire…

 

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
Alliance de Dieu avec Noé qui a échappé au déluge (Gn 9, 8-15)

Lecture du livre de la Genèse

Dieu dit à Noé et à ses fils : « Voici que moi, j’établis mon alliance avec vous, avec votre descendance après vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous : les oiseaux, le bétail, toutes les bêtes de la terre, tout ce qui est sorti de l’arche. Oui, j’établis mon alliance avec vous : aucun être de chair ne sera plus détruit par les eaux du déluge, il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre. » Dieu dit encore : « Voici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à jamais : je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre. Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre, et que l’arc apparaîtra au milieu des nuages, je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous, et tous les êtres vivants : les eaux ne se changeront plus en déluge pour détruire tout être de chair. »

PSAUME
(24 (25), 4-5ab, 6-7bc, 8-9)
R/ Tes chemins, Seigneur, sont amour et vérité pour qui garde ton alliance. (cf. 24, 10)

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
ton amour qui est de toujours.
Dans ton amour, ne m’oublie pas,
en raison de ta bonté, Seigneur.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

DEUXIÈME LECTURE
Le baptême vous sauve maintenant (1 P 3, 18-22)
Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés, le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair, mais vivifié dans l’Esprit. C’est en lui qu’il est parti proclamer son message aux esprits qui étaient en captivité. Ceux-ci, jadis, avaient refusé d’obéir, au temps où se prolongeait la patience de Dieu, quand Noé construisit l’arche, dans laquelle un petit nombre, en tout huit personnes, furent sauvées à travers l’eau. C’était une figure du baptême qui vous sauve maintenant : le baptême ne purifie pas de souillures extérieures, mais il est l’engagement envers Dieu d’une conscience droite et il sauve par la résurrection de Jésus Christ, lui qui est à la droite de Dieu, après s’en être allé au ciel, lui à qui sont soumis les anges, ainsi que les Souverainetés et les Puissances.

ÉVANGILE
« Jésus fut tenté par Satan, et les anges le servaient » (Mc 1, 12-15)
Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. (Mt 4, 4b)
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.
Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

3 décembre 2017

Ne nous laisse pas entrer en tentation

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 01 min

Ne nous laisse pas entrer en tentation

« Ne nous laisse pas entrer en tentation » : c’est la nouvelle traduction francophone de la fin du Notre Père, Elle est entrée en vigueur aujourd’hui même, et changera bien des habitudes !


Pour la comprendre, reportons-nous aux tentations présentées à Jésus lui-même au désert.

 

Ne nous laisse pas entrer en tentation dans Communauté spirituelle 456114232_640

Quel est l’enjeu de cette modification ?

L’ancien traduction : « ne nous soumets pas à la tentation » pouvait porter à confusion. Dieu serait-il l’auteur de la tentation ? Prendrait-il un malin plaisir à nous y soumettre ? La réponse toute la Bible est très nette : non !

The%2BFall%2Bof%2BAdam%2Band%2BEve%252C%2BHugo%2Bvan%2Bder%2BGoes%2B1470 Notre Père dans Communauté spirituelleNotre première lecture de la Genèse précise bien que c’est le serpent qui induit Ève en tentation, pas Dieu. Notre évangile met bien Satan en scène comme celui qui cherche à faire chuter Jésus, au sens propre comme au sens figuré.

Et St Jacques sera encore plus clair : « Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise : c’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. » (Jc 1,13)

Prier Dieu de ne pas nous soumettre à la tentation laisserait planer un doute sur l’innocence divine face à la victoire du mal sur nous : impensable ! La nouvelle traduction recherche à éviter cet écueil, en collant au plus près du latin : ne nos inducas in tentationem = fais en sorte que nous ne soyons pas conduits sur le chemin de la tentation.

Elle colle davantage encore au grec : le verbe utilisé eispherô signifie porter dans, faire entrer. La tentation est vue (en grec) comme un lieu dans lequel Dieu nous introduirait. C’est un peu ce que fait l’Esprit dans l’évangile de ce dimanche : il conduit Jésus au désert pour y être tenté (par Satan, pas par Dieu) Mt 4,11.

C’est le sens que Jésus donne à sa prière à Gethsémani : il entre en tentation (« que cette coupe s’éloigne de moi ») mais la surmonte en s’appuyant sur son identité filiale (« Père, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux »). Connaissant la faiblesse de ses disciples, il leur conseille alors, fort de cette expérience à Gethsémani : « priez pour ne pas entrer en tentation » (Mt 26,41). Dieu peut nous conduire vers (le désert, la tentation), mais il ne veut ni ne peut nous introduire dans.

Le désert est ici le lieu type de la tentation, en référence à l’épisode de l’Exode où les hébreux ont mis Dieu à l’épreuve (Ex 17,7), à Massa, près de Réfidim.

Mais c’est Dieu qui est mis à l’épreuve à Massa, comme Jésus est mis à l’épreuve au désert. Le peuple hébreu à Massa, le Satan au désert enfreignent chacun le commandement : « tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu » (Mt 4,7 ; Lc 4,12 ; Dt 6,16).

Sachant d’expérience que ce combat pour rester fidèle dans l’épreuve est vraiment dangereux, Jésus demande ses disciples de prier pour que nous ne soyons pas exposés à nous engager dans cette rude bataille. Suivre le Christ, c’est s’exposer à être tenté. « Ne nous laisse pas entrer en tentation » signifie : aide-nous à ne pas mettre le pied dans les sables mouvants de la tentation, que nous risquons de ne pas pouvoir traverser.

Car, si l’Esprit nous conduit au désert, c’est bien de nous-mêmes que nous entrons dans l’influence du mal. À l’image d’Ève qui aurait pu se boucher les oreilles au sifflement du serpent : mais elle s’est exposée (imprudemment) et s’est finalement laissée vaincre par le tentateur.

 

L’enjeu de cette nouvelle traduction est donc vital pour nous :

1. Ne pas croire ou laisser croire que Dieu serait l’auteur de la tentation.

2. Ne pas croire ou laisser croire non plus que nous sommes l’auteur absolu du mal. C’est un autre (le « serpent », le « Satan ») qui nous tente, et nous tombons dans le panneau en entrant en tentation.

3. Prendre conscience de notre propension naturelle à succomber aux tentations, aux fausses promesses que nous rencontrons sur notre route.

71-autun-2c3a8me-tentation-xt oecuménisme 

« Dieu ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces » 1Co 10,13 : cette conviction de Paul nous aide à déchiffrer nos épreuves comme des victoires à remporter et non des destructions cumulatives. La prière du Notre Père nous rend forts pour ne pas mettre les pieds en terrain miné : appuyés  sur l’amour paternel de Dieu pour nous, c’est ne pas s’engager sur des chemins où le combat serait trop difficile, ne pas s’exposer imprudemment en préjugeant de sa force. Et si la fournaise de l’épreuve arrive, comme à Massa ou Gethsémani, que notre communion au Christ nous rende forts en lui pour devenir fidèles à travers la tentation.

 

Un enjeu oecuménique

C’est l’autre aspect du Notre Père : la seule prière que Jésus a enseignée à ses disciples doit pouvoir être récitée ensemble, quelles que soient les confessions chrétiennes. C’était le cas jusqu’à présent depuis Vatican II. Qu’en sera-t-il en 2015 ? Les autres Églises chrétiennes vont-elles adopter ce « ne nous laisse pas  entrer en tentation » ? On peut regretter que l’Église catholique ait décidé ce changement de manière unilatérale, sans y associer les autres Églises. Elles pourront cependant y trouver une bien plus grande fidélité au texte biblique, et une plus grande cohérence théologique. Espérons que le Notre Père ne se terminera pas en un bredouillage généralisé et gêné, jetant un voile pudique sur nos différences en la matière…

Aucune traduction n’est parfaite. Traduttore, traditore disent les italiens !

« Ne nous laisse pas entrer en tentation » laisse encore planer quelques  interrogations. On sent bien qu’il y a conflit entre la liberté humaine qui peut choisir de se laisser dominer par la tentation, et l’amour de Dieu qui désire nous en sauver, mais ne peut le faire malgré nous… En remplaçant la soumission à par l’entrée en, la nouvelle version du Notre Père a le mérite de réveiller notre liberté en s’appuyant sur l’amour de Dieu pour nous.

Si vous avez déjà hésité au seuil d’une vraie tentation, vous savez ce que cela veut dire.

 

Dieu ne soumet personne. Il vole au secours de celui qui l’appelle.

Et comment devenir fidèles sans prier, c’est-à-dire sans nous appuyer sur Dieu qui alors ne nous laisse pas entrer en tentation ?

 

 

1ère lecture : La création de l’homme. Le péché (Gn 2, 7-9; 3, 1-7a)

Lecture du livre de la Genèse

Au temps où le Seigneur Dieu fit le ciel et la terre, il modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant.
Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait modelé.
Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toute sorte d’arbres à l’aspect attirant et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Or, le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait fait. Il dit à la femme : « Alors, Dieu vous a dit : ‘Vous ne mangerez le fruit d »aucun arbre du jardin’»
La femme répondit au serpent : « Nous mangeons les fruits des arbres du jardin. Mais, pour celui qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : ‘Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.’ »
Le serpent dit à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas !
Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » 
La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il avait un aspect agréable et qu’il était désirable, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de ce fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea.
Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus.

Psaume : Ps 50, 3-4, 5-6ab, 12-13, 14.17

R/ Pitié, Seigneur, car nous avons péché.

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché, 
ma faute est toujours devant moi. 
Contre toi, et toi seul, j’ai péché, 
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait. 

Crée en moi un c?ur pur, ô mon Dieu, 
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. 
Ne me chasse pas loin de ta face, 
ne me reprends pas ton esprit saint. 

Rends-moi la joie d’être sauvé ; 
que l’esprit généreux me soutienne. 
Seigneur, ouvre mes lèvres, 
et ma bouche annoncera ta louange.

2ème lecture : Là où le péché s’était multiplié, la grâce a surabondé (brève : 5, 12.17-19) (Rm 5, 12-19)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
par un seul homme, Adam, le péché est entré dans le monde, et par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, du fait que tous ont péché.
Avant la loi de Moïse, le péché était déjà dans le monde. Certes, on dit que le péché ne peut être sanctionné quand il n’y a pas de loi ; mais pourtant, depuis Adam jusqu’à Moïse, la mort a régné, même sur ceux qui n’avaient pas péché par désobéissance à la manière d’Adam. Or, Adam préfigurait celui qui devait venir.
Mais le don gratuit de Dieu et la faute n’ont pas la même mesure. En effet, si la mort a frappé la multitude des hommes par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu a-t-elle comblé la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ.
Le don de Dieu et les conséquences du péché d’un seul n’ont pas la même mesure non plus : d’une part, en effet, pour la faute d’un seul, le jugement a conduit à la condamnation ; d’autre part, pour une multitude de fautes, le don gratuit de Dieu conduit à la justification.
En effet, si, à cause d’un seul homme, par la faute d’un seul homme, la mort a régné, combien plus, à cause de Jésus Christ et de lui seul, régneront-ils dans la vie, ceux qui reçoivent en plénitude le don de la grâce qui les rend justes.
Bref, de même que la faute commise par un seul a conduit tous les hommes à la condamnation, de même l’accomplissement de la justice par un seul a conduit tous les hommes à la justification qui donne la vie.
En effet, de même que tous sont devenus pécheurs parce qu’un seul homme a désobéi, de même tous deviendront justes parce qu’un seul homme a obéi.

Evangile : La tentation de Jésus (Mt 4, 1-11)

Acclamation : Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.
L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole venant de la bouche de Dieu.
Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.(cf. Mt 4, 4)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus, après son baptême, fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le démon.
Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.
Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. »
Mais Jésus répondit : « Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » 

Alors le démon l’emmène à la ville sainte, à Jérusalem, le place au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. »
Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » 

Le démon l’emmène encore sur une très haute montagne et lui fait voir tous les royaumes du monde avec leur gloire.
Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si tu te prosternes pour m’adorer. »
Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, et c’est lui seul que tu adoreras. »
Alors le démon le quitte. Voici que des anges s‘approchèrent de lui, et ils le servaient.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

16 novembre 2016

Les trois tentations du Christ en croix

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les trois tentations du Christ en croix

 

Homélie pour la fête du Christ Roi /année C
20/11/2016

Cf. également :

La violence a besoin du mensonge

Divine surprise

Le Christ Roi fait de nous des huiles

Non-violence : la voie royale

Un roi pour les pires

On est habitué aux trois tentations de Jésus au désert au début de son ministère public [1] (Mt 4, 1-11). Mais voici qu’elles réapparaissent à la fin de sa vie, comme si elles n’avaient cessé d’être en filigrane dans chaque rencontre depuis ces trois années sur les routes de Palestine.  Sur le bois de la croix, le Messie humilié s’entend dire par trois fois : « sauve-toi toi-même ». Ce n’est plus la figure mythique du diable qui assume ici le rôle du tentateur, mais les figures plus concrètes, ordinaires, des chefs juifs, des soldats romains, du malfaiteur suspendu à côté de lui. La petite voix de la tentation nous viendra plus sûrement des gens habituels que du grand Satan !

Chacune de ces trois tentations sur la croix fait écho à celle correspondante au désert :

1) ordonne à ces pierres de devenir du pain => montre-nous, à nous les chefs du peuple, que tu es l’Élu, et que tu peux nourrir ce peuple par ta puissance.

2) jette-toi en bas du Temple => montre-nous, à nous les soldats, que tu es le roi des juifs, l’équivalent de César, l’autorité à laquelle nous devons obéir.

3) prosterne-toi devant moi pour avoir le pouvoir => montre-moi, à moi le malfaiteur crucifié avec toi, que tu as le pouvoir de nous arracher à cette mort infamante, et je te reconnaîtrai comme le Messie.

 :  

La tentation centrale de l’auto-rédemption

Même si trois acteurs différents cherchent à induire Jésus en tentation (‘ne nos inducat in tentationem’ dit le Notre Père en latin), leur argument central est le même : « sauve-toi toi-même ». Ils veulent remplacer le passif par un actif. Ils préfèrent se sauver que d’être sauvés. Car le passif de l’hétéro-rédemption suppose d’accepter de recevoir d’un autre, gratuitement, humblement. Alors que l’actif de l’auto-rédemption reste narcissique : je peux me glorifier de ce que j’ai fait de bien, je suis arrivé tout seul à traverser l’épreuve, la mort.

Or Jésus est le Fils par excellence. C’est-à-dire qu’il refuse d’exister par lui-même. Il n’est lui-même qu’en se recevant d’un autre qu’il appelle analogiquement Abba, Père. L’amour consiste d’abord pour lui à recevoir, à se recevoir. Se sauver soi-même, en serrant les dents, à la force du poignet, est une illusion dangereuse et serait contraire à son identité filiale. C’est d’être aimé qui nous rend humain. Mais accepter d’être sauvé par un autre peut sembler humiliant pour ceux qui veulent être chefs, peu conforme à l’honneur militaire pour des soldats, peu efficace pour un malfaiteur habitué à ne compter sur personne.

Les trois tentations du Christ en croix dans Communauté spirituelle

 

Les visages actuels de l’auto-rédemption

Aujourd’hui, cette tentation de l’auto-rédemption prend de multiples visages :

- s’en remettre à la seule majorité démocratique pour décider ce qui est bien ou mal, sans accepter la vérité de lois transcendantes

- refuser de demander de l’aide parce que mon couple va mal ; croire que je vais pouvoir régler mes problèmes tout seul

- ne pas avoir d’autre éthique professionnelle que les règles habituelles de mes collègues et de mon milieu

- préférer éliminer les autistes, les trisomiques et autres grands handicapés moteurs et mentaux avant qu’ils naissent, en sélectionnant les naissances selon des critères utilitaristes…

- rester dans l’entre-soi d’un cocon douillet d’amis et de relations sociales qui nous ressemblent…

La petite voix nous susurrant à l’oreille de nous sauver nous-mêmes n’a pas fini de décliner cette tentation à l’infini !

Afficher l'image d'origine 

La résistance du Christ à la tentation

La réponse du Christ à cette invocation répétée trois fois sera par trois fois le silence…

Afficher l'image d'origineEn fait sa vraie réponse est de rester Fils jusqu’au bout. Jusqu’à crier, dans une déréliction extrême, qu’il ne comprend pas par quel chemin Dieu le fait passer, mais que pourtant il veut se recevoir de lui, même dans le néant et l’absurde : « Eloï, Eloï, lama sabbactani ! » 

Cette réponse du Christ peut devenir la nôtre, par lui, avec lui et en lui : nous battre contre Dieu, nous révolter, le traîner en justice devant tant d’injustices, mais jusqu’au bout rester ses enfants. Désirer tout recevoir de lui, même si nous ne comprenons pas ce qui nous est donné. Peut-être sans le savoir demandons-nous un scorpion alors que lui veut nous donner un œuf ?

La solitude du Christ abandonné sur la croix se révélera après coup être sa mission reçue du Père : aller chercher et sauver, au fond de l’enfer, ceux qui étaient perdus, et pour cela devenir avec eux le Perdu par excellence. Jésus sera ressuscité (c’est un passif, non un actif) par son Père afin que tous les perdus de la terre avec qui il fait corps dans sa Passion soient sauvés avec lui dans la force de l’Esprit.

L’ultime tentation du Christ n’a donc rien à voir avec celle de l’amour humain, comme l’ont cru avec romantisme Nikos Kazantzakis ou Dan Brown ! Ce n’est pas la possibilité d’une aventure supposée avec Marie-Madeleine qui déchire le cœur du crucifié, mais bien le combat spirituel contre le mal désigné par trois fois comme la volonté de se sauver soi-même.

 

Et nous ?

Réfléchissez bien : quand êtes-vous exposé à cette petite voix de l’auto-rédemption : « sauve-toi toi-même » ?

Quand êtes-vous tenté de réussir tout seul, sans l’aide des autres, sans l’aide de Dieu ?

Que veut dire pour vous : compter sur Dieu, et non sur vos seules forces ?

 



[1]. Rappelons que, justement, Marc ne détaille pas ces tentations au désert (Mc 1,13), sans doute en cela au plus près de l’évènement. C’est sur la Croix que se manifeste selon lui le vrai pouvoir du tentateur, par ces trois suggestions d’auto-rédemption.

 

 

1ère lecture : « Ils donnèrent l’onction à David pour le faire roi sur Israël » (2 S 5, 1-3)

Lecture du deuxième livre de Samuel

En ces jours-là, toutes les tribus d’Israël vinrent trouver David à Hébron et lui dirent : « Vois ! Nous sommes de tes os et de ta chair. Dans le passé déjà, quand Saül était notre roi, c’est toi qui menais Israël en campagne et le ramenais, et le Seigneur t’a dit : ‘Tu seras le berger d’Israël mon peuple, tu seras le chef d’Israël.’ » Ainsi, tous les anciens d’Israël vinrent trouver le roi à Hébron. Le roi David fit alliance avec eux, à Hébron, devant le Seigneur. Ils donnèrent l’onction à David pour le faire roi sur Israël.

Psaume : Ps 121 (122), 1-2, 3-4, 5-6

R/ Dans la joie, nous irons à la maison du Seigneur.

(cf. Ps 121, 1)

Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »
Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !

Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un !
C’est là que montent les tribus, les tribus du Seigneur,
là qu’Israël doit rendre grâce au nom du Seigneur.

C’est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.
Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Paix à ceux qui t’aiment ! »

2ème lecture : « Dieu nous a placés dans le Royaume de son Fils bien-aimé » (Col 1, 12-20)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Colossiens

Frères, rendez grâce à Dieu le Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints, dans la lumière. Nous arrachant au pouvoir des ténèbres, il nous a placés dans le Royaume de son Fils bien-aimé : en lui nous avons la rédemption, le pardon des péchés.

 Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né, avant toute créature : en lui, tout fut créé, dans le ciel et sur la terre. Les êtres visibles et invisibles, Puissances, Principautés, Souverainetés, Dominations, tout est créé par lui et pour lui. Il est avant toute chose, et tout subsiste en lui.

 Il est aussi la tête du corps, la tête de l’Église : c’est lui le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin qu’il ait en tout la primauté. Car Dieu a jugé bon qu’habite en lui toute plénitude et que tout, par le Christ, lui soit enfin réconcilié, faisant la paix par le sang de sa Croix, la paix pour tous les êtres sur la terre et dans le ciel.

Evangile : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume » (Lc 23, 35-43)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Béni soit le Règne qui vient, celui de David notre père.
Alléluia. (cf. Mc 11, 9b.10a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, on venait de crucifier Jésus, et le peuple restait là à observer. Les chefs tournaient Jésus en dérision et disaient : « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! » Les soldats aussi se moquaient de lui ; s’approchant, ils lui présentaient de la boisson vinaigrée, en disant : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! »

Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui : « Celui-ci est le roi des Juifs. » L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu ne crains donc pas Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi !
Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. »  Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. »  Jésus lui déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

10 février 2016

L’île de la tentation

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’île de la tentation

Cf. également :

Ne nous laisse pas entrer en tentation 

L’homme ne vit pas seulement de pain 

Une recette cocktail pour nos alliances

Nous ne sommes pas une religion du livre, mais du Verbe

Et plus si affinité 

Homélie du 1° dimanche de Carême / Année C
14/02/2016

 

L’île de la tentation

Avez-vous déjà regardé ce jeu de télé-réalité ? Le principe est connu : isolés sur une île, quatre couples non mariés et sans enfant doivent tester leur amour face à la tentation de vingt-deux beaux(belles) célibataires, bronzé(e)s et affriolant(e), pendant un séjour de douze jours : les tentateurs(trices).

Afficher l'image d'origine

Des rendez-vous romantiques avec les célibataires ont lieu tous les jours.

Au bout des douze jours, dans un ultime feu de camp, chaque couple doit alors décider s’il reste uni ou non à l’issue de l’émission.

Le jeu voudrait nous faire croire que la tentation principale est celle de l’infidélité conjugale. Par contre, il n’a pas tout à fait tort lorsqu’il situe la tentation sur une île, et comme une île : car la solitude est bien la conséquence d’une rupture du lien de communion avec Dieu ou avec les autres.

Au désert, en ce début de carême, le Christ va connaître son ‘île de la tentation’ à lui : le combat intérieur pour rester uni à son Père, alors que le diable voudrait qu’il arrête d’être fils et qu’il n’existe que par lui-même.

 

Quelles sont vos tentations ?

Les récits évangéliques du Christ tentés au désert marquent chaque premier dimanche de carême. On croit les connaître par cœur.
À tort sans doute. Car il faut du temps dans une vie humaine pour identifier clairement ce qui au fond est le véritable combat spirituel.

Jeune, on croit facilement que la tentation a le visage du succès, du pouvoir, du désir. Au fil des ans, la question : quel est mon combat essentiel ? s’avère plus complexe, plus subtile, plus difficile à répondre.

Pilate par exemple aurait pu croire que le piège de la gloire ou du pouvoir était le plus dangereux pour lui. Dans le dialogue avec le Christ durant sa Passion, il découvre que c’est plutôt cet espèce de cynisme qui se nourrit d’un certain scepticisme envers la vérité : « qu’est-ce que la vérité ? »

Caïphe, en tant que grand prêtre juif, devait craindre l’impureté rituelle et l’infidélité à la Loi comme ses plus grandes tentations. Il va s’entendre basculer du côté de l’utilitarisme meurtrier : « il vaut mieux qu’un seul homme meure plutôt que tout le peuple ». Il ne savait pas que c’était de ce côté-là qu’il serait tenté.

Judas aurait pu croire que le manque de courage pour aller au bout de la lutte armée contre l’occupation romaine serait sa tentation principale. Mais voilà que la séduction du désespoir sera bien plus fatale, jusqu’au suicide.

Chacun de nous découvre ainsi tôt ou tard qu’identifier la vraie tentation contre laquelle il lutte est une révélation. Cela nous est révélé par la remarque d’un autre, par la violence d’une de nos réactions, par les conséquences immenses et inimaginables de tel faux pas etc.

Jésus de Nazareth lui-même, pourtant « rempli de l’Esprit de Dieu », fait ici au désert d’apprentissage de ce qui sera le combat de sa vie. Et le diable voit juste, comme toujours : il ne porte pas ses attaques sur la peur d’être trahi, le désir de réussir ou la fuite de la douleur. Il sait que là-dessus le Christ ne lui laisse aucune prise. Alors il se concentre sur l’essentiel, sur la raison d’être même de Jésus : es-tu oui ou non le fils de Dieu ? Tout le reste en découle. Jésus est tenté, comme chacun de nous, à partir de ce qu’il a de plus cher. Et pour lui, c’est l’intimité qu’il partage avec son Père, dans l’Esprit. Si Satan arrive à déstabiliser l’homme Jésus en le faisant douter de cette identité partagée, il aura gagné.

La tentation la plus dangereuse pour chacun sera celle qui nous atteint ainsi dans notre identité la plus essentielle.

Puisque le Christ a été tenté, n’imaginons pas avancer sur le chemin avec lui sans rencontrer nous aussi les tentations qui nous correspondent.

Prenez l’itinéraire de la vie de couple. S’il y a un divorce pour deux mariages environ, c’est qu’il y a bien plus d’adultères encore avant les séparations ! Avec l’allongement de la durée de vie et la lassitude des années, avec les rythmes de travail qui éloignent et provoquent de multiples occasions de tromper l’autre, avec cette immaturité psychologique qui nous fait nous tromper avant que de tromper et qui ne se révèle que des années après, avec la fameuse crise de milieu de vie qui vient tout bouleverser en murmurant qu’il faut tout changer pour redevenir soi-même, les causes sont si nombreuses !…

La tentation de l’infidélité sera multiple et multiforme : impossible d’y échapper. Mieux vaut accueillir la tentation comme l’invitation à plus de profondeur, de liberté.

N’est pas fidèle celui qui n’a jamais été tenté, mais celui qui a traversé la tentation en renforçant le lien mis en cause.

 

La tentation comme une île

Afficher l'image d'origineAu désert, le Christ identifie les trois combats qui vont tenter de le faire chuter tout au long de sa mission : séduire par des prodiges, s’imposer par la force, s’annonçer soi-même au lieu de conduire à Dieu. Lorsqu’il rencontrera ces trois tentations sous d’autres formes, il saura ainsi les démasquer, leur enlever leur force, et en être victorieux. La dernière tentation du Christ, sur la croix, ne concerne pas Marie-Madeleine comme le romancent Nikos Kazantzakis (la dernière tentation du Christ) ou Dan Brown (auteur du fameux Da Vinci code) mais le lien à son Père : « sauve-toi toi-même », lui crie-t-on  par trois fois, comme le diable au sommet du Temple dans le désert. Le Christ  refuse d’être à lui-même son propre salut, car il est le fils, celui qui se reçoive d’un autre, dans l’amour.
Jusqu’au bout, il choisit de faire confiance à celui à qui il crie  pourtant sa déréliction (« mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »).
Jusqu’au bout il se reçoit, au lieu de prendre.
Jusqu’au bout il s’appuie sur le fait d’être aimé plutôt que de se sauver tout seul.
En cela il est vraiment le fils, d’une manière unique, car nul homme n’a vécu une telle intimité avec Dieu.

Le piège de la tentation, c’est de faire croire à chacun qu’il est un île, qu’il peut se sauver tout seul, qu’il peut prendre au lieu de recevoir, qu’il peut accaparer au lieu de donner. Et l’île de la tentation dans la Bible est la solitude à laquelle se condamne celui qui croit pouvoir se sauver lui-même.

 

Discerner sa tentation la plus essentielle

Alors, quelle tentation sera la vôtre ? La tentation principale, le fer de lance de l’attaque qui viendra vous déstabiliser au plus intime ?

Comme dans un duel à l’épée, les premières escarmouches seront portées là où c’est assez superficiel, juste pour voir si vous résistez relativement bien. Si oui, alors l’intensité montera d’un cran et vous en viendrez aux choses sérieuses.

Chaque digue tient bon tant que l’eau n’attaque pas ses points névralgiques. Dès qu’elle a trouvé la faille, le point sensible, le cheval de Troie de la digue, l’eau n’a de cesse d’user sa résistance en concentrant sa pression là où elle peut faire des dégâts…

Identifier sur quoi porte la vraie tentation de son histoire personnelle est un long discernement, qui ne se fait pas sans aide extérieure. Les vrais maîtres de sagesse sont ceux qui ont apprivoisé cette faille intime, avec humour et confiance. Ils se savent exposés, d’autant plus qu’ils progressent. Toujours en danger, ils en deviennent d’autant plus fidèles qu’ils s’appuient sur Dieu pour, non pas y être soustraits, mais se nourrir de la tentation pour devenir plus soi-même…

 

1ère lecture : La profession de foi du peuple élu (Dt 26, 4-10)
Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple : Lorsque tu présenteras les prémices de tes récoltes, le prêtre recevra de tes mains la corbeille et la déposera devant l’autel du Seigneur ton Dieu. Tu prononceras ces paroles devant le Seigneur ton Dieu : « Mon père était un Araméen nomade, qui descendit en Égypte : il y vécut en immigré avec son petit clan. C’est là qu’il est devenu une grande nation, puissante et nombreuse. Les Égyptiens nous ont maltraités, et réduits à la pauvreté ; ils nous ont imposé un dur esclavage. Nous avons crié vers le Seigneur, le Dieu de nos pères. Il a entendu notre voix, il a vu que nous étions dans la misère, la peine et l’oppression. Le Seigneur nous a fait sortir d’Égypte à main forte et à bras étendu, par des actions terrifiantes, des signes et des prodiges. Il nous a conduits dans ce lieu et nous a donné ce pays, un pays ruisselant de lait et de miel.

Et maintenant voici que j’apporte les prémices des fruits du sol que tu m’as donné, Seigneur. »

Psaume : Ps 90 (91), 1-2, 10-11, 12-13, 14-15ab

R/ Sois avec moi, Seigneur, dans mon épreuve. (cf. Ps 90, 15)

Quand je me tiens sous l’abri du Très-Haut
et repose à l’ombre du Puissant,
je dis au Seigneur : « Mon refuge,
mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! »

Le malheur ne pourra te toucher,
ni le danger, approcher de ta demeure :
il donne mission à ses anges
de te garder sur tous tes chemins.

Ils te porteront sur leurs mains
pour que ton pied ne heurte les pierres ;
tu marcheras sur la vipère et le scorpion,
tu écraseras le lion et le Dragon.

« Puisqu’il s’attache à moi, je le délivre ;
je le défends, car il connaît mon nom.
Il m’appelle, et moi, je lui réponds ;
je suis avec lui dans son épreuve. »

2ème lecture : La profession de foi en Jésus Christ (Rm 10, 8-13)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, que dit l’Écriture ? Tout près de toi est la Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur. Cette Parole, c’est le message de la foi que nous proclamons. En effet, si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. Car c’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste, c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi pour parvenir au salut. En effet, l’Écriture dit : Quiconque met en lui sa foi ne connaîtra pas la honte. Ainsi, entre les Juifs et les païens, il n’y a pas de différence : tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui l’invoquent. En effet, quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.

Evangile : « Dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où il fut tenté » (Lc 4, 1-13)

Acclamation : Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. 
L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. (Mt 4, 4b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, après son baptême, Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. Le diable lui dit alors : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. » Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain. »

Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » Jésus lui répondit : « Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte. »

Puis le diable le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi, à ses anges, l’ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui fit cette réponse : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,
12

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept