L'homelie du dimanche

14 septembre 2013

La brebis et la drachme

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La brebis et la drachme

Homélie du 24° dimanche du temps ordinaire / Année C
15/09/2013

Et vous, qu’avez-vous perdu ?

La brebis et la drachme dans Communauté spirituelle unpourcentartistiqueDans les paraboles de Luc 15,1-32, c’est d’abord une brebis. Elle représente 1 % du capital. C’est donc le genre de perte auquel les gens font peu attention, tellement elle est minime. Pourtant, 1 % après 1 %, des patrimoines entiers s’érodent, se délitent. C’est un peu de la vie de famille qui s’en va ; une once d’intérêt au boulot qui diminue ; une petite relâche spirituelle où on s’autorise à ne plus pratiquer ceci ou cela…

Votre brebis perdue passe inaperçue : le plus souvent, vous ne vous rendez même pas compte qu’elle n’est plus là. Il faut toute la vigilance d’un vrai berger pour compter ses moutons intérieurs le soir avant de s’endormir : aurais-je perdu quelque chose en moi qui fais partie de ma vraie richesse personnelle ? N’y aurait-il pas quelques fuites imperceptibles qui mériteraient d’être colmatées sans tarder ?

Jésus redouble la métaphore en passant de la brebis à la drachme.

block_img_7_1 drachme dans Communauté spirituelleUne femme (symbole du peuple, féminin en hébreu) perd une drachme, une pièce d’argent qui représente cette fois-ci 10 % de son capital. Perte significative qui justifie le remue-ménage domestique pour essayer de la retrouver. La pièce d’argent de l’époque porte l’effigie de l’empereur César. Par analogie, les Pères de l’Église n’ont eu aucune difficulté à voir dans cette parabole l’humanité en train de perdre sa ressemblance avec son Créateur (mieux que la pièce ne ressemble à César). Selon le livre de la Genèse en effet, l’homme est créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. L’image divine est gravée en lui de façon indélébile, et rien ? même les pires forfaitures ? ne peut lui enlever cette dignité fondamentale. Par contre, la ressemblance d’avec Dieu ? elle – peut se perdre, comme un visage peut  perdre sa beauté à force d’excès d’alcool ou d’autres drogues…

Avec la drachme perdue, c’est la ressemblance divine qui gît dans la poussière de notre intérieur domestique, caché sous des paquets de moutons qui n’ont rien d’animal, apparemment perdue puisque devenue invisible au milieu de la terre battue qui recouvre le sol.

Cette femme affolée de constater qu’elle a perdu 10 % d’elle-même nous fait penser à ceux qui ont découvert soudain avec effroi que leur existence ne ressemble plus à ce qu’ils sont vraiment au plus profond d’eux-mêmes.

51STXYV5MNL._ perdreC’est la fameuse crise de milieu de vie qui en est le symptôme le plus évident. Entre 40 et 50 ans environ, des conjoints quittent leur moitié pour tenter de se refaire un autre couple tout neuf, leur deuxième chance (et dernière) se disent-ils. Des salariés remettent soudain en cause leur travail pourtant bien établi, et vont risquer une aventure professionnelle différente, ailleurs ou autrement. Des gens se convertissent à telle ou telle religion, alors qu’ils étaient indifférents : un mariage, un décès, une lecture, une rencontre les auront bouleversés, et ils voient soudain en pleine lumière tout ce qu’il leur manquait auparavant sur le plan spirituel, etc…

Nous pensons devoir protéger l’être humain contre le choc du milieu de la vie. Au contraire, Tauler y voit l’oeuvre de l’Esprit Saint. Il faut tranquillement laisser s’effondrer sur nous la tour de notre suffisance et de notre pharisaïsme et nous abandonner totalement à l’oeuvre que, dans cette tourmente, Dieu opère en nous : « Mon bien cher, laisse-toi couler, couler à pic jusqu’au fond, jusqu’à ton néant et laisse s’écrouler sur toi, avec tous ses étages, la tour (de ta cathédrale de suffisance et de pharisaïsme) ! Laisse-toi envahir par tous les diables de l’enfer ! Le ciel et la terre avec toutes leurs créatures, tout te sera prodigieusement utile ! Laisse-toi tranquillement couler à pic, tu auras alors en partage tout ce qu’il y a de meilleur ».
Anselm Grün, La crise du milieu de la vie, une approche spirituelle, 2005.

Bref : à force de perdre des pièces de valeur dans la poussière de nos modes de vie, vient le moment où tous nous avons envie de crier : ce n’est pas moi !

Alors, comme dans la parabole, nous cherchons une lampe pour nous lancer à la recherche de la ressemblance perdue. Pour certains ce sera une démarche psychologique, pour d’autres les médecines alternatives, pour d’autres encore les sagesses asiatiques ou chrétiennes… Peu importe à la limite : l’essentiel est de partir à la recherche de soi-même (enfin !), en quête de son identité la plus vraie.

Le branle-bas le combat qui s’ensuit met toute la maison sens dessus dessous. Apparemment, c’est une tornade qui déplace tout. Nous sommes parfois capables de faire ainsi souffler une tempête sur notre tranquillité intérieure, lorsque nous osons nous dire à nous-mêmes : j’ai trop perdu de moi-même. Il est temps de retrouver qui je suis.

Lorsque ce courage nous manque d’une remise en cause radicale, ce sont parfois les événements qui nous y obligent. Et l’on dit que Dieu se faufile avec malice à travers ces événements-là… Lorsqu’une catastrophe ou un grand bonheur, une épreuve ou un éblouissement, une rupture ou une communion intenses nous obligent à partir à la recherche de notre identité perdue, Dieu n’est certainement pas loin.

v07_0056 TaulerLa pièce d’argent ressemble à César. Cachée dans la poussière, elle ne peut plus nous rappeler notre aspiration à plus de grandeur et de majesté dans notre existence. Retrouvée à la lumière de la lampe, elle brille à nouveau comme pour nous redire : tu es fait pour aimer comme Dieu, pour ressembler à Dieu, pour devenir Dieu lui-même…

La perte de cette ambition la plus haute (plus haute que l’ambition de carrière, de gloire sociale ou de petite vie tranquille…) est une véritable hémorragie vitale, qui fait penser à l’hémorragie que Jésus a guérie chez une autre femme qui se vidait ainsi de l’intérieur (Lc 8,43-48).

 

Et si c’était Dieu lui-même qui s’invitait chez nous en y mettant un charivari pas possible ! ?

Et si ce qui nous manquait le plus était justement de ne pas manquer ? C’est-à-dire de ne pas nous rendre compte qu’il nous manque quelque chose pour être nous-mêmes ?

coll_fils_prodigueC’est d’ailleurs le drame du fils aîné de la troisième parabole de notre évangile de Luc 15,1?32. Il a l’impression d’être en règle avec son père et de ne jamais avoir manqué d’obéissance envers lui. Du coup, il ne voit pas ce qui lui manque : l’expérience de la gratuité de l’amour paternel.
Il croit mériter alors qu’il a obéi.
Il croit devoir hériter alors qu’il n’est pas libre.
Il ne sait pas ce qu’est la faim, la faim matérielle élémentaire comme la soif d’amour et de reconnaissance.
La pièce d’argent perdue ne lui manque pas : il ne sait même pas qu’il l’a perdue !
*
L’autre fils ? lui ? a perdu sa ressemblance d’avec son père au milieu d’un troupeau de porcs. Il a stoppé net sa dérive, et a balayé en lui jusqu’à retrouver le désir d’être un serviteur à défaut d’être un fils.

Et vous, qu’avez-vous perdu en cours de route ?

Rien de négatif ni de masochiste à se poser ce genre de question. C’est plutôt l’inspection responsable du capitaine de vaisseau qui fait le tour de sa coque, à l’intérieur comme à l’extérieur : où sont les voies d’eau potentielles ? Que suis-je en train de perdre sans m’en rendre compte ?

Sans la lampe de l’Écriture, de la réflexion personnelle (cf. le devoir de s’asseoir), de la prière, de la parole des autres, il est difficile de prendre conscience de ces pièces d’argent disséminées dans la poussière de notre maison intérieure tout au long de notre histoire. Pourtant, c’est l’hygiène salutaire de ceux qui, individuellement et collectivement, en couple comme en entreprise, affrontent régulièrement cette interrogation salvatrice :

- quelle pièce d’argent ai-je perdu en cours de route ?

- quelle richesse collective avons-nous laissé s’enfouir ?

 

 

 _____________________________________________________

Mozart est mort jeune. Les opéras qu’il n’a pas écrits ne nous manquent pas, nous n’en avons même pas conscience…

 

1ère lecture : Moïse obtient le pardon pour le peuple infidèle(Ex 32, 7-11.13-14)

Lecture du livre de l’Exode

Moïse était encore sur la montagne du Sinaï. Le Seigneur lui dit : « Va, descends, ton peuple s’est perverti, lui que tu as fait monter du pays d’Égypte. Ils n’auront pas mis longtemps à quitter le chemin que je leur avais prescrit ! Ils se sont fabriqué un veau en métal fondu. Ils se sont prosternés devant lui, ils lui ont offert des sacrifices en proclamant : ‘Israël, voici tes dieux, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte.’ »
Le Seigneur dit encore à Moïse : « Je vois que ce peuple est un peuple à la tête dure.
Maintenant, laisse-moi faire ; ma colère va s’enflammer contre eux et je vais les engloutir ! Mais, de toi, je ferai une grande nation. » 
Moïse apaisa le visage du Seigneur son Dieu en disant : « Pourquoi, Seigneur, ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple, que tu as fait sortir du pays d’Égypte par la vigueur de ton bras et la puissance de ta main ? Souviens-toi de tes serviteurs, Abraham, Isaac et Jacob, à qui tu as juré par toi-même : ‘Je rendrai votre descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel, je donnerai à vos descendants tout ce pays que j’avais promis, et il sera pour toujours leur héritage.’ »
Le Seigneur renonça au mal qu’il avait voulu faire à son peuple.

Psaume : Ps 50, 3-4, 12-13, 17.19

R/ Oui, je me lèverai, et j’irai vers mon Père.

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, 
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute, 
purifie-moi de mon offense.

Crée en moi un coeur pur, ô mon Dieu, 
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face, 
ne me reprends pas ton esprit saint.

Seigneur, ouvre mes lèvres, 
et ma bouche annoncera ta louange.
Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ; 
tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un c?ur brisé et broyé.

2ème lecture : Action de grâce du pécheur pardonné (1Tm 1, 12-17)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée

Je suis plein de reconnaissance pour celui qui me donne la force, Jésus Christ notre Seigneur, car il m’a fait confiance en me chargeant du ministère, moi qui autrefois ne savais que blasphémer, persécuter, insulter. Mais le Christ m’a pardonné : ce que je faisais, c’était par ignorance, car je n’avais pas la foi ; mais la grâce de notre Seigneur a été encore plus forte, avec la foi et l’amour dans le Christ Jésus.

Voici une parole sûre, et qui mérite d’être accueillie sans réserve : le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs ; et moi le premier, je suis pécheur, mais si le Christ Jésus m’a pardonné, c’est pour que je sois le premier en qui toute sa générosité se manifesterait ; je devais être le premier exemple de ceux qui croiraient en lui pour la vie éternelle.

Honneur et gloire au roi des siècles, au Dieu unique, invisible et immortel, pour les siècles des siècles. Amen.

Evangile : Paraboles de la brebis perdue, de la drachme perdue (et du fils perdu) : la joie du pardon (brève : 1-10) (Lc 15, 1-32)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Toi qui es bon et qui pardonnes, toi qui recherches la brebis égarée, rends-nous, Seigneur, la joie d’être sauvés. Alléluia. (cf. Ps 85, 5 ; Lc 15, 4 ; Ps 50, 14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter.
Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »
Alors Jésus leur dit cette parabole :
« Si l’un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ?
Quand il l’a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules, et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins ; il leur dit : ‘Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !’
Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion.

Ou encore, si une femme a dix pièces d’argent et en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu’à ce qu’elle la retrouve ? Quand elle l’a retrouvée, elle réunit ses amies et ses voisines et leur dit : ‘Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue !’
De même, je vous le dis : Il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. »

Jésus dit encore : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : ‘Père, donne-moi la part d’héritage qui me revient.’ Et le père fit le partage de ses biens.
Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il gaspilla sa fortune en menant une vie de désordre. Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans cette région, et il commença à se trouver dans la misère. Il alla s’embaucher chez un homme du pays qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il réfléchit : ‘Tant d’ouvriers chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je vais retourner chez mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils. Prends-moi comme l’un de tes ouvriers.’
Il partit donc pour aller chez son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de pitié ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers.
Le fils lui dit : ‘Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils…’
Mais le père dit à ses domestiques : ‘Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller. Mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds. Allez chercher le veau gras, tuez-le ; mangeons et festoyons. Car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.’ Et ils commencèrent la fête.

Le fils aîné était aux champs. À son retour, quand il fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des domestiques, il demanda ce qui se passait.
Celui-ci répondit : ‘C’est ton frère qui est de retour. Et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a vu revenir son fils en bonne santé.’
Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père, qui était sorti, le suppliait.
Mais il répliqua : ‘Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais désobéi à tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais, quand ton fils que voilà est arrivé après avoir dépensé ton bien avec des filles, tu as fait tuer pour lui le veau gras !’
Le père répondit : ‘Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait bien festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ! »
Patrick Braud

Mots-clés : , ,

10 décembre 2011

Tauler, le métro et « Non sum »

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Tauler, le métro et « Non sum »

 

Homélie du 3° dimanche de  l’Avent / Année B

11/12/2011

 

Laissez d’abord sortir de la rame

Observez une rame de métro qui arrive à l’heure de pointe. À peine les portes ouvertes, le flux des voyageurs qui descendent est tel qu’il est vain de songer à entrer avant de laisser s’écouler ce tourbillon dans l’évier des couloirs de correspondance.

Dieu agit avec nous comme le métro à l’affluence : il faut d’abord vider le trop-plein de notre suffisance pour qu’il puisse commencer à entrer en nous. Il faut laisser s’écouler la vanité de nos désirs pour qu’il se faufile dans l’espace ainsi libéré.

 

Tauler et le « non sum » de Jean-Baptiste

Afficher l'image d'origineLaissons Tauler (1300-1361), l’une des grandes figures de la mystique rhénane, introduire un thème essentiel à partir de cet évangile du troisième dimanche de l’Avent.

« Les messagers demandèrent à Jean si il était. Jean répondit : « non sum » (« je ne suis pas ». Il confessa et ne nia point sa véritable identité : « non sum ». C’est le contraire des hommes qui voudraient tous désavouer leur propre nom ; et tous les efforts des hommes tendent généralement à ceci : comment donc désavouer et cacher leur pauvre identité : « non sum » ? Tous veulent généralement à tout prix être ou paraître quelque chose, soit quant à l’esprit, soit quant à la nature. Celui qui parviendrait seulement à atteindre le fond de l’aveu de son propre néant – « non sum » -, celui-là serait parvenu au chemin le plus aimable, le plus direct et le plus court, le plus rapide, le plus sûr menant à la vérité la plus haute et la plus profonde qu’on puisse atteindre en ce monde. Pour cela, personne n’est trop vieux, ni trop faible, trop inexpérimenté, ni trop jeune, trop pauvre ou trop riche. Ce chemin c’est : « non sum » : je ne suis pas. »

 

Cela valait la peine de citer longuement ce sermon 83 de Tauler. On y reconnaît une voix toujours très actuelle, aux confins de l’expérience des grands maîtres bouddhistes : la voix du non-être.

La triple négation de Jean-Baptiste est paradoxalement la clé de son entrée dans son identité la plus profonde. Alors que le triple reniement de Pierre le conduira aux larmes et au désespoir, ces trois « non sum » de Jean-Baptiste le conduiront à être « le plus grand des enfants des hommes » aux dires de Jésus lui-même, sans pourtant le rechercher le moins du monde.

 

Tauler pointe avec raison la prétention à vouloir être quelqu’un comme la source de toute rivalité entre les hommes (rivalité mimétique dirait René Girard).

« À cause de cette tendance, les mondains veulent avoir des biens, des amis, de la parenté, et pour cela il risque corps et âmes ; uniquement pour être, pour être considéré, et riche, bien situé et puissant. Combien de choses de leur côté les gens de vie spirituelle font et omettent, combien souffrent et agissent pour ce même motif ; que chacun s’interroge lui-même ; couvents et ermitages sont pleins de cet esprit qui pousse à toujours vouloir être et paraître quelque chose. »

 

Les pièges du vouloir-être

Faites le point sur cette course, pas même au paraître mais à l’être, qui peut se glisser dans vos préoccupations.

La poursuite de la réussite professionnelle et d’une carrière honorable ; le souci d’afficher une vie de couple harmonieuse ; l’engagement associatif ou ecclésial pour valoriser une bonne image de soi… Les pièges sont nombreux où ‘vouloir être quelqu’un’ gâte les meilleures intentions du départ.

 

Constatant cette soif universelle, Tauler lit dans l’Évangile un contre-appel radical : détachez-vous de vos prétentions à être quelqu’un par vous-même. Faites l’expérience d’un réel détachement intérieur, puis d’un anéantissement en Dieu où se dégonflent les baudruches de l’orgueil.

Dire « je ne suis pas » libère de la fatigue de courir après ce qui ne me correspond pas. Je ne suis pas mannequin, je ne suis pas mère Teresa, je ne suis pas Bill Gates, donc je peux enfin commencer à être moi-même.

Dire « non sum », c’est consentir à soi-même, en lâchant l’attachement aux fausses images de soi.

Cela ne supprime pas le désir, mais l’abandonne à Dieu.

 

L’expérience du vide

Alors un dirigeant peut s’investir dans ses responsabilités sans avoir besoin du hochet d’une voiture de fonction, d’un Blackberry, ou pire encore d’un bonus qu’il finirait par trouver équitable.

Alors un syndicaliste pourra s’engager pour la défense des plus faibles dans l’entreprise sans chercher à se faire un nom ou à se protéger sur leur dos.

Alors les parents pourront se donner à leurs enfants sans exiger en retour de choix à leur image.

Car celui qui a renoncé à être par lui-même laisse l’autre chercher son propre chemin.

Car celui qui est ‘anéanti’ en Dieu goûte tout à partir de Dieu lui-même, dans sa bienveillance.

Car celui qui a dit « non sum » se laisse guider par les événements pour aller là où un autre le conduit.

Il ne s’attache pas à ses oeuvres tout en portant activement du fruit.

Il ne cherche pas à laisser une trace dans l’histoire tout en bénissant Dieu pour ce qui lui est donné.

Il transforme le monde presque sans le savoir ni le vouloir, par contagion, par capillarité.

Chez lui, nulle stratégie de conquête, nulle adhérence à des modes de surface.

 

Quand Jean-Baptiste confesse : « je ne suis pas », il entre dans une expérience du vide où il accepte de se recevoir d’un autre.

Cette attitude intérieure, exigeante, demande du temps et de la sagesse. Elle peut transfigurer toutes les  positions sociales, familiales, affectives qui sont les nôtres : être là sans s’y accrocher, remplir tel rôle sans s’y attacher, assumer telle responsabilité sans en tirer de vaine gloire.

Tauler conseille même de tirer parti de ceux qui au passage veulent nous anéantir, se posant en adversaires ou concurrents :  

« Il faut s’abandonner comme Dieu veut qu’on s’abandonne, et celui qui veut te ramener à ton néant, accepte-le avec reconnaissance et amour, parce qu’il te rappelle en vérité que tu es ‘non sum’.

Puissions-nous donc atteindre tout cet anéantissement afin de nous enfoncer par là dans l’être divin ! Que nous y aident le Père, et le Fils, et l’Esprit Saint ! Amen. »

 

 

 

1ère lecture : Le Sauveur apporte la joie (Is 61, 1-2a.10-11)

Lecture du livre d’Isaïe

L’Esprit du Seigneur Dieu est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres, guérir ceux qui ont le c?ur brisé, annoncer aux prisonniers la délivrance et aux captifs la liberté, annoncer une année de bienfaits, accordée par le Seigneur.

Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu. Car il m’a enveloppé du manteau de l’innocence, il m’a fait revêtir les vêtements du salut, comme un jeune époux se pare du diadème, comme une mariée met ses bijoux. De même que la terre fait éclore ses germes, et qu’un jardin fait germer ses semences, ainsi le Seigneur fera germer la justice et la louange devant toutes les nations.

Psaume : Lc 1, 46b-48, 49-50, 53-54

R/ J’exulte de joie en Dieu, mon Sauveur !

Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.

Il comble de bien les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour.

2ème lecture : Comment préparer la venue du Seigneur (1Th 5, 16-24)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères, soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance : c’est ce que Dieu attend de vous dans le Christ Jésus. N’éteignez pas l’Esprit, ne repoussez pas les prophètes, mais discernez la valeur de toute chose. Ce qui est bien, gardez-le ; éloignez-vous de tout ce qui porte la trace du mal.

Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie tout entiers, et qu’il garde parfaits et sans reproche votre esprit, votre âme et votre corps, pour la venue de notre Seigneur Jésus Christ. Il est fidèle, le Dieu qui vous appelle : tout cela, il l’accomplira.

Evangile : « Il se tient au milieu de vous » (Jn 1, 6-8.19-28)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Prophète du Très-Haut, Jean est venu préparer la route devant le Seigneur et rendre témoignage à la Lumière. Alléluia. (cf. Lc 1, 76 ; Jn 1, 7)

 

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean

Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.
Et voici quel fut le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? » Il le reconnut ouvertement, il déclara : « Je ne suis pas le Messie. » Ils lui demandèrent : « Qui es-tu donc ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Non. ? Alors es-tu le grand Prophète ? » Il répondit : « Ce n’est pas moi. » Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? » Il répondit : « Je suis la voix qui crie à travers le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » Or, certains des envoyés étaient des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Si tu n’es ni le Messie, ni Élie, ni le grand Prophète, pourquoi baptises-tu ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas : c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis même pas digne de défaire la courroie de sa sandale. »
Tout cela s’est passé à Béthanie-de-Transjordanie, à l’endroit où Jean baptisait.

Patrick Braud

Mots-clés : , , ,
12