L'homelie du dimanche

10 juillet 2017

Semer pour tous

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Semer pour tous


Homélie pour le 15° dimanche du temps ordinaire / Année A
16/07/2017

Cf. également :

La lectio divina : galerie de portraits
Éléments d’une écologie chrétienne
Sortir, partir ailleurs…
Le management du non-agir
Le pourquoi et le comment

 

Le fondement de l’égalité

Notre parabole du semeur de ce dimanche est l’une des plus connues du Nouveau Testament. Elle a souvent été associée à la parabole des talents, sans doute parce que dans les deux cas chacun reçoit quelque chose – quelle que soit sa nature – à faire fructifier. Le chemin pierreux reçoit peu de graines, le serviteur moins talentueux ne reçoit qu’un talent, mais chaque terrain est ensemencé, chaque serviteur se voit confier une chose à développer.

Semer pour tous dans Communauté spirituelle 64_image_1_110201045806Tocqueville, en fin analyste de l’idéal républicain en Amérique et en Europe, voyait dans ces paraboles la source d’inspiration la plus fondamentale de ce qui est devenu la sacro-sainte égalité républicaine en France, trônant sur les frontispices de nos mairies avec ses deux amies (pourtant souvent antagonistes) : la liberté et la fraternité.

 « C’est nous [les Français] qui avons donné un sens déterminé et pratique à cette idée chrétienne que tous les hommes naissent égaux et qu’il avons appliqué aux faits de ce monde. C’est nous qui, en détruisant dans tout le monde le principe des castes, des classes, en retrouvant, comme on l’a dit, les titres du genre humain qui étaient perdus, c’est nous qui, en répandant dans tout l’univers de la notion de l’égalité des hommes devant la loi, comme le christianisme avait créé l’idée de l’égalité de tous les hommes devant Dieu, je dis que c’est nous qui sommes les véritables auteurs de l’abolition de l’esclavage. » (Discours à la chambre des Députés, 31 Mai 1845)

Le philosophe Luc Ferry commente :

« Cette parabole d’apparence anodine représente en réalité une véritable révolution. Elle signifie que la valeur morale d’un être dépend non pas des dons naturels qu’il a reçus au départ, mais de ce qu’il en fait ; pas de la nature, mais de la liberté. C’est une rupture avec le monde aristocratique, où la hiérarchie sociale reflète les inégalités naturelles. Un trisomique 21, d’un point de vue chrétien, a la même valeur morale, a priori, qu’Einstein: tout est fonction non de ses talents naturels, mais de ce qu’il en fait. Kant et les républicains français reprendront ce thème en expliquant que les dons naturels – beauté, mémoire, intelligence, force… – ne sont pas bons moralement en eux-mêmes. La preuve ? Ils peuvent tous être mis indifféremment au service du bien comme du mal, ce qui prouve que c’est seulement leur usage qui est moral. C’est cette sécularisation de la parabole des talents qui fondera les premières grandes morales laïques. C’est elle qui imprégnera tout le droit républicain. » [1]

Jésus est pétri de la bienveillance divine qu’il contemple tant dans la création : « voyez les lis des champs… » (Mt 6,28) que dans l’histoire humaine : « Dieu fait tomber la pluie sur les bons comme sur les méchants… » (Mt 5,45). Il a lu le récit où David s’interdit de supprimer son ennemi Saül pourtant à sa merci (1S 24). Il chantait chaque jour les psaumes s’émerveillant de la générosité de Dieu envers sa création. Du coup, il est devenu lui-même patient envers le figuier qui ne semble plus rien produire, comme envers Israël qui semble ne pas reconnaître le Messie (Lc 13,8). Il a été bouleversé par la miséricorde divine que les prophètes annonçaient (même à contrecœur, tel Jonas !) à ceux que tout le monde considérait comme perdus pour l’humanité.

Alors le semeur de la parabole refuse de sélectionner les terrains à ensemencer.
Alors le maître donne des talents à chacun, refusant de disqualifier a priori le serviteur moins habile.
Les banquiers de tout temps ne prêtent que rarement et très peu à ceux qui ne présentent pas toutes les garanties de remboursement. On ne prête qu’aux riches… Les machines agricoles modernes optimisent le rendement à venir en ne versant les graines que dans les sillons préparés dans la bonne terre bien sélectionnée.

Le semeur divin sème pour tous.

L’éducateur d’un groupe d’enfants lui ressemblera s’il fait le pari que quelque chose peut germer et grandir même chez les plus terribles.
Le manager d’une équipe d’employés lui ressemblera si sa passion de faire grandir chacun (« empowerment ») ne s’arrête pas aux préjugés et a priori ordinaires.
Les parents lui ressembleront s’ils accordent à chacun de leurs enfants les mêmes possibilités, adaptées à leur personnalité etc.

Bref : la générosité divine est le fondement de l’égalité (républicaine, humaniste).

Comment refuser au mondain, au cœur de pierre ce que Dieu lui-même lui accorde : la capacité de porter des fruits ? La notion de capabilité de l’économiste indien Amartya Sen peut également s’enraciner dans cette vision bienveillante du potentiel de chacun [2].

 

Le fondement de la responsabilité

L’égalité, oui. Mais le résultat n’est pas automatique, et dépend de la mise en œuvre par chacun de la graine reçue. Le chemin pierreux se laisse voler ses graines-promesses-d’espoir par les oiseaux du ciel. La terre superficielle laisse étouffer sa fécondité par les ronces environnantes. Les graines symbolisent la parole de Dieu semée dans nos cœurs, selon l’interprétation de Jésus, mais aussi les talents reçus, les désirs vrais qui nous font nous dépasser, les élans authentiques vers plus d’humanité etc.

Luc Ferry commente à nouveau :

Philosophie de l'amour : l'héritage chrétienQ : Le talent est récompensé… s’il y a eu effort!

R : Exactement, et c’est là l’autre implication essentielle de cette parabole: la valorisation du travail. Un aristocrate joue, ripaille, fait la guerre, mais il ne travaille pas – il y a des esclaves pour ça. En revanche, si la vertu morale ne réside plus dans les dons naturels, mais dans ce qu’on en fait, le travail est valorisé. Ce sont les moines qui, en Europe, vont être les premiers à le mettre en valeur, car ce qui compte, c’est la fructification de ce qu’on a reçu. Un homme qui ne travaille pas n’est pas seulement un homme pauvre, il est aussi un pauvre homme, qui n’est pas « cultivé ». Paresse et égoïsme sont les deux péchés principaux pour l’instituteur républicain, qui est plus chrétien qu’il ne l’imagine. La vertu n’est plus l’actualisation d’une nature bien née ; au contraire, elle lutte contre les penchants naturels à la paresse et à l’égoïsme. [3]

Il est donc de notre responsabilité de porter des fruits. N’allons pas accuser Dieu de n’avoir rien reçu ! N’allons pas désespérer non plus de ne rien trouver à faire grandir chez l’autre… Même le condamné à des années de prison, même le collègue irascible et renfermé, même l’handicapé apparemment réduit à une vie plus ou moins végétative, tous et chacun ont en eux quelque chose à faire fructifier pour le bien commun. C’est peut-être l’art de survivre d’un prisonnier, l’hypersensibilité d’un collègue introverti, le sourire si désarmant de l’handicapé…

 

Et moi, qu’ai-je reçu ? Pour quels fruits rendre grâce ? Quelle croissance réinvestir qui manque encore à ma récolte ?

Saurai-je discerner chez mes proches leur capacité à porter des fruits, et les encourager, les accompagner en ce sens ?

 


[1] . De l’amour : Une Philosophie pour le XX° siècle, Luc Ferry, Ed. Odile Jacob, p 109.

[2] . Une « capabilité » ou « capacité » ou « liberté substantielle » est, suivant la définition qu’en propose Amartya Sen, la possibilité effective qu’un individu a de choisir diverses combinaisons de fonctionnements, autrement dit une évaluation de la liberté dont il jouit effectivement (Wikipedia).

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« La pluie fait germer la terre » (Is 55, 10-11)
Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur : « La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur et le pain à celui qui doit manger ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. »

PSAUME
(Ps 64 (65), 10abcd, 10e-11, 12-13, 14)

R/ Tu visites la terre et tu l’abreuves, Seigneur,
tu bénis les semailles.
 (cf. Ps 64, 10a.11c)

Tu visites la terre et tu l’abreuves,
tu la combles de richesses ;
les ruisseaux de Dieu regorgent d’eau,
tu prépares les moissons.

Ainsi, tu prépares la terre,
tu arroses les sillons ;
tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies,
tu bénis les semailles.

Tu couronnes une année de bienfaits,
sur ton passage, ruisselle l’abondance.
Au désert, les pâturages ruissellent,
les collines débordent d’allégresse.

Les herbages se parent de troupeaux
et les plaines se couvrent de blé.
Tout exulte et chante !

DEUXIÈME LECTURE
« La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu » (Rm 8, 18-23)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains
Frères, j’estime qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous. En effet la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu. Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps.

ÉVANGILE
« Le semeur sortit pour semer » (Mt 13, 1-23)
Alléluia. Alléluia. La semence est la parole de Dieu ; le semeur est le Christ ; celui qui le trouve demeure pour toujours. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord de la mer. Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage. Il leur dit beaucoup de choses en paraboles : « Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde. Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché. D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés. D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! » Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? » Il leur répondit : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume des Cieux, mais ce n’est pas donné à ceux-là. À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ; à celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a. Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre. Ainsi s’accomplit pour eux la prophétie d’Isaïe : Vous aurez beau écouter, vous ne comprendrez pas. Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas. Le cœur de ce peuple s’est alourdi : ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont bouché les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cœur ne comprenne, qu’ils ne se convertissent, – et moi, je les guérirai. Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles puisqu’elles entendent ! Amen, je vous le dis : beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu.

Vous donc, écoutez ce que veut dire la parabole du semeur. Quand quelqu’un entend la parole du Royaume sans la comprendre, le Mauvais survient et s’empare de ce qui est semé dans son cœur : celui-là, c’est le terrain ensemencé au bord du chemin. Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c’est celui qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui, il est l’homme d’un moment : quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, il trébuche aussitôt. Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est celui qui entend la Parole ; mais le souci du monde et la séduction de la richesse étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit. Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et la comprend : il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

16 juin 2012

Le pourquoi et le comment

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Homélie du 12° dimanche ordinaire / année B

17/06/2012

 

Le pourquoi et le comment

 

« Nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. » (Mc 4,26)

Jésus utilise le savoir disponible de son époque, dans une société palestinienne, et rurale. Le pourquoi et le comment dans Communauté spirituelleLa culture préscientifique de ce temps-là n’autorise pas une connaissance très fine du comment de bien des choses. Pour les gens d’alors, la guérison est miraculeuse avec la même évidence qu’un médicament est efficace pour nous aujourd’hui. L’agriculture est encore soumise aux caprices de la météo interprétée comme une volonté divine mystérieuse. La semence plantée en terre grandit mais nul ne sait comment. Les lois de la biologie et de la génétique n’ont pas encore été découvertes. Jésus s’appuie sur le bon sens environnant pour constater que, même si les paysans ignorent comment la semence grandit, cela n’empêche pas le grain de germer, et la terre de produire une abondante récolte. C’est une « docte ignorance » que celle-ci, parce qu’elle permet de faire confiance à l’élan vital qui pousse la Terre à produire d’elle-même l’herbe, l’épi, le blé. L’important, c’est de croire que le royaume de Dieu se débrouille toujours pour pousser et grandir, à travers des minuscules graines d’amour et de vérité, même si on ne sait pas comment fait Dieu pour produire tant à partir de si peu.

 

La docte ignorance de l’agriculteur de cette parabole se retrouve tout au long des Évangiles. Marie ignore le comment de sa fécondation ; elle n’y comprend rien à vrai dire, mais fait confiance à la puissance qu’a la parole de l’annonciation pour grandir d’elle-même en son sein. Joseph également ne sait pas comment cet enfant peut venir du Tout-Autre, mais il fait confiance car il sait pourquoi cet enfant vient au monde.

Plus tard, Jésus sera surpris qu’une force sorte de lui, sans savoir comment, pour guérir une femme hémorroïsse rien que par le contact avec son manteau. Il ne sait pas non plus comment Dieu va procéder pour nourrir 5000 hommes avec cinq pains et deux poissons, mais il rend grâce par avance de ce qui va se passer. Sentant l’hostilité des chefs du peuple devenir critique, Jésus devine que cela va mal finir, mais il ne sait pas encore comment. Il pense au début être lapidé comme les prophètes. Même en ignorant encore le comment de sa mort – plus infâme que ce qu’il imaginait – il en sait pourtant le but ultime : « rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés » (Jn 11,52) ; « chercher et sauver ceux qui étaient perdus » (Lc 9,10).

 

On pourrait continuer la liste de ces doctes ignorances longtemps. Dans le livre des Actes des apôtres, Pierre ne sait pas comment l’Esprit peut descendre sur un païen comme Corneille, mais il découvre à travers cela que le royaume de Dieu grandit bien au-delà des frontières d’Israël. Paul ne sait pas comment le ressuscité a pu se manifester à lui. Mais il est convaincu que c’est pour qu’il annonce l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre. Même Jean dans son Apocalypse est obligé de recourir à des images, à des codes et à des symboles pour décrire « la fin » dont il ignore le comment, mais dont il révèle la finalité : vaincre la mort et le mal, en étant uni au témoin fidèle qui le premier a remporté cette victoire.

 

Bref, la question du comment n’est manifestement pas ce qui passionne les rédacteurs bibliques. Ils ne la méprisent pas ; ils la traitent avec les connaissances de leur époque, en l’état. Par contre, ce qui les motive, c’est de comprendre pourquoi tout cela arrive, vers quoi nous sommes appelés, pour qui cela vaut la peine d’aimer, de se donner, quel sens ultime peut ordonner les passions humaines.

 

D’où un formidable malentendu possible avec notre culture actuelle. Nous, nous sommes fascinés par le comment plus que par le pourquoi. Nous pianotons des heures sur notre smartphone pour en explorer toutes les possibilités en oubliant parfois que c’est censé être un outil pour mettre des humains en relation physique. Nous déchiffrons les secrets de l’univers, les lois de l’infiniment petit ; nous savons expliquer comment le grain devient épi de blé, comment l’enfant prend forme dans le sein de sa mère, comment la maladie est vaincue par les molécules, et bien d’autres choses plus ébouriffantes encore !

Ni la Bible ni les chrétiens ne mépriseront cette soif occidentale du comment des choses, au contraire. Car la nature n’est pas Dieu : elle a été confiée par Dieu à l’homme pour qu’il en soit le co-créateur. Explorer le comment de l’univers fait donc partie de la mission reçue.

 

Non, ce n’est pas sur la recherche du comment que la Bible va nous avertir, et bien plutôt sur l’oubli du pourquoi. Si nos formidables connaissances scientifiques et techniques, promises à une croissance exponentielle, oublient au service de quoi, de qui elles sont appelées à se développer, elles risqueront de nous déshumaniser. D’ailleurs, les scientifiques les plus pointus admettent avec humilité que leur ignorance grandit plus vite que leurs découvertes : le réel est plus complexe que ce que nous en saurons jamais. Reconnaître l’incomplétude de la science n’est pas l’humilier, mais la situer dans une quête inachevée par essence, ce qui lui ouvre un horizon infini et l’oblige à avancer de pair avec les interrogations sur le pourquoi de tout cela.

 

La parabole du bon grain qui germe tout seul nous redit qu’on peut ignorer beaucoup de choses, et faire confiance malgré tout à la puissance de vie qui se fraie son chemin elle-même à travers les événements de notre existence. L’essentiel n’est pas de connaître pour connaître, mais de laisser le royaume de Dieu grandir de lui-même à travers le soleil et la pluie, l’ivraie et le bon grain, le prévu et l’imprévu.

Il y a tant de choses que nous ignorons sur nous-mêmes ! Des gourous promettent de lever tous les voiles, des charlatans de tout maîtriser, des idéologues de tout expliquer, des savants fous de tout manipuler : le Christ promet seulement que les épis seront beaux si nous faisons confiance à l’action cachée du maître de la moisson.

 

 comment dans Communauté spirituelleC’est le secret de sa passion : découvrant peu à peu comment son engagement allait le conduire à l’horreur de la croix, il s’en remet à la puissance de son Père pour produire du fruit malgré tout à travers ce chemin innommable et impensable pour lui.

Nietzsche, l’athée de rigueur, ne disait pas autre chose : « si je connais le pourquoi, je peux endurer tous les comment ».

 

Ne perdons jamais de vue cette parabole du grain qui pousse tout seul : qu’elle nous aide à assumer tous les comment, même les plus incompréhensibles, en faisant confiance aux pourquoi révélés par le Christ.

 

 

 

 

 

1ère lecture : L’arbre planté par Dieu (Ez 17, 22-24)

Lecture du livre d’Ézékiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu : À la cime du grand cèdre, à son sommet, je cueillerai un jeune rameau, et je le planterai moi-même sur une montagne très élevée. Sur la haute montagne d’Israël je le planterai. Il produira des branches, il portera du fruit, il deviendra un cèdre magnifique. Tous les passereaux y feront leur nid, toutes sortes d’oiseaux habiteront à l’ombre de ses branches. Et tous les arbres des champs sauront que c’est moi, le Seigneur : je renverse l’arbre élevé et relève l’arbre renversé, je fais sécher l’arbre vert et reverdir l’arbre sec. Moi, le Seigneur, je l’ai dit, et je le ferai.

 

Psaume : 91, 2-3, 13-14, 15-16

R/ Il est bon, Seigneur, de chanter pour toi !

 

Qu’il est bon de rendre grâce au Seigneur,
de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut,
d’annoncer dès le matin ton amour,
ta fidélité, au long des nuits. 

Le juste grandira comme un palmier, 
il poussera comme un cèdre du Liban ; 
planté dans les parvis du Seigneur, 
il grandira dans la maison de notre Dieu. 

Vieillissant, il fructifie encore, 
il garde sa sève et sa verdeur 
pour annoncer : « Le Seigneur est droit ! 
Pas de ruse en Dieu, mon rocher ! »

 

2ème lecture : Nous sommes faits pour habiter auprès du Seigneur (2 Co 5, 6-10)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
nous avons pleine confiance, tout en sachant que nous sommes en exil loin du Seigneur tant que nous habitons dans ce corps ; en effet, nous cheminons dans la foi, nous cheminons sans voir. Oui, nous avons confiance, et nous aimerions mieux être en exil loin de ce corps pour habiter chez le Seigneur. Que nous soyons chez nous ou en exil, notre ambition, c’est de plaire au Seigneur. Car il nous faudra tous apparaître à découvert devant le tribunal du Christ, pour que chacun reçoive ce qu’il a mérité, soit en bien soit en mal, pendant qu’il était dans son corps.

 

Evangile : Germination et croissance du règne de Dieu (Mc 4, 26-34)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Semeur est sorti pour semer la Bonne Nouvelle. Heureux qui la reçoit et la fait fructifier. Alléluia. (cf. Mt 13, 3.23)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Parlant à la foule en parabole, Jésus disait :
« Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette le grain dans son champ : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le grain le permet, on y met la faucille, car c’est le temps de la moisson. »


Il disait encore : « À quoi pouvons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole allons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences du monde. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. »

Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de la comprendre. Il ne leur disait rien sans employer de paraboles, mais en particulier, il expliquait tout à ses disciples.
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept