L'homelie du dimanche

12 octobre 2016

À temps à contretemps

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

À temps et à contretemps

Homélie du 29° Dimanche du temps ordinaire / Année C
16/10/2016

Cf. également :

Ne baissez pas les bras !

La grenouille qui ne se décourageait jamais

L’effet saumon

Quand faut-il parler, et quand faut-il se taire ?
Vaut-il mieux compatir ou réagir ?

Devant un ami qui vient de perdre un proche, devant un collègue en souffrance ou un jeune à la dérive, vous vous êtes sans doute déjà posé ce genre de questions.

Discerner quel est le moment favorable pour une parole forte est un art difficile. Qui n’a jamais regretté d’avoir risqué un encouragement ou un reproche alors qu’il aurait mieux valu attendre ? À l’inverse, ne rien dire ou ne rien faire risque de passer pour de la complicité ou de la lâcheté…

Paul tranche la question avec autorité : « annonce la Parole à temps et à contretemps ». Essayons de voir ce que ce que cela peut vouloir dire pour nous aujourd’hui.

Afficher l'image d'origine

À temps

Il est des événements, des cultures, des peuples où la Parole de Dieu est attendue, plus ou moins consciemment. La Bible apparaît alors comme un achèvement, une plénitude, un accomplissement. Dans beaucoup d’ethnies africaines par exemple, il y a depuis des siècles une sagesse qui trouve dans les Psaumes, les Proverbes, Qohélet et tous les écrits sapientiaux de l’Ancien Testament une résonance quasi naturelle. Leur conception du monde contient déjà l’intuition d’un dieu créateur. Pour ces cultures, la mort permet de rejoindre les ancêtres. Annoncer la résurrection du Christ et la nôtre dans cet univers est ‘simple’, au sens où la Parole de Dieu s’inscrit dans la continuité et le parachèvement des valeurs traditionnelles.

Afficher l'image d'origine

Pierres d’attente

Dans notre culture occidentale, et particulièrement française, il y a également des « pierres d’attente » sur lesquels greffer l’annonce de l’espérance chrétienne. Les questions sociales notamment : défendre la dignité des exclus, lier le combat pour la justice et la fraternité à l’Évangile, révéler la beauté de la Création et l’écologie chrétienne qui en découle…

La Doctrine sociale de l’Église est toujours une idée neuve en Europe, qui vient rencontrer et magnifier les attentes de tant d’acteurs économiques et sociaux !

Afficher l'image d'origine

Semences du Verbe

Annoncer la Parole à temps demande donc de s’appuyer sur ce que les Pères de l’Église appelaient les « semences du Verbe » :

St Justin par exemple dès le II° siècle voyait dans les philosophes une pré-annonce évangélique : « les Stoïciens ont établi en morale des principes justes : les poètes en ont exposé aussi, car la semence du Verbe est innée dans tout le genre humain ». « De fait, tous les écrivains pouvaient, grâce à la semence du Logos implantée en eux, voir la réalité, d’une manière indistincte (…) ». « Tout ce que philosophes et poètes ont dit de l’immortalité de l’âme, des châtiments après la mort, de la contemplation des choses célestes et des doctrines semblables, c’est pour en avoir repris les principes chez les prophètes qu’ils ont pu le concevoir et l’exposer. De là vient que chez tous, apparemment, il y a des semences de vérité… » (Apologie II).

Afficher l'image d'origine

Le Verbe de Dieu, avant même d’avoir pris chair en Jésus, était mystérieusement à l’œuvre dans les siècles antérieurs, et jusque dans le monde des nations.

Paul VI, puis Jean-Paul II, insisteront sur les conséquences missionnaires de cette action de Dieu dans le monde :

« Les religions non chrétiennes possèdent un patrimoine impressionnant de textes profondément religieux. Elles ont appris à des générations de personnes à prier. Elles sont toutes parsemées d’innombrables « semences du Verbe«  (S. Justin I Apologia 46,1-4 ; II Apologia  7,1-4 ; 10,1-3 ; 13,3-4 ; Clément d’Alexandrie Stromata I, 19,91-94) AGD 11; LG 17 et peuvent constituer une authentique « préparation évangélique«  LG 16  pour reprendre un mot heureux du Concile Vatican II emprunté à Eusèbe de Césarée (Préparation Evangelica, I,1) (Evangelii Nuntiandi n° 53, 1975). »

« À juste titre, les Pères de l’Église voyaient dans les diverses religions comme autant de reflets d’une unique vérité, comme des « semences du Verbe » témoignant que l’aspiration la plus profonde de l’esprit humain est tournée, malgré la diversité des chemins, vers une direction unique, en s’exprimant dans la recherche de Dieu et, en même temps, par l’intermédiaire de la tension vers Dieu, dans la recherche de la dimension totale de l’humanité, c’est-à-dire du sens plénier de la vie humaine (Redemptor Hominis n° 11, 1979). »

 

Préparation évangélique

Afficher l'image d'origineLe concile Vatican II a repris cette idée patristique pour inviter les missionnaires à s’appuyer sur ce qu’il y a de beau, de vrai, de bon et de grand chez les peuples vers qui ils sont envoyés. C’est ce qu’on appelle la préparation évangélique. Les mentalités, les coutumes déjà présentes dans une culture ou un peuple avant que l’Évangile soit annoncé, et qui pourtant sont en parfaite résonance avec lui : « le goût des sciences et la fidélité sans défaillance à la vérité dans les recherches scientifiques, la nécessité de travailler en équipe dans des groupes spécialisés, le sens de la solidarité internationale, la conscience de plus en plus nette de la responsabilité que les savants ont d’aider et même de protéger les hommes, la volonté de procurer à tous les conditions de vie plus favorables, à ceux-là surtout qui sont privés de responsabilité ou qui souffrent d’indigence culturelle. Dans toutes ces valeurs, l’accueil du message évangélique pourra trouver une sorte de préparation, et la charité divine de  celui qui est venu pour sauver le monde la fera aboutir » (GS 57).

« En effet, tout ce qui, chez eux, peut se trouver de bon et de vrai, l’Église le considère comme une préparation évangélique et comme un don de Celui qui illumine tout homme pour que, finalement, il ait la vie » (LG 16).

Dieu « prépare ainsi au cours des siècles la voie à l’évangile » (DV 3).

 

Pour annoncer la parole à temps, commençons donc par nous passionner pour tout ce que la société autour de nous produit d’aspirations légitimes, de justes combats, d’intuitions sur l’homme et sa vocation.
Valorisons ce que le monde professionnel sait produire en termes d’humanisme et d’intelligence.
Relayons les aspirations à plus de gratuité, de beauté et de simplicité qui se font jour actuellement etc. etc.

 

À contretemps

Afficher l'image d'originePaul sait d’expérience que l’annonce de l’Évangile peut susciter autant de résistance que d’enthousiasme, autant de rejet que d’adhésion. Il a pris des risques pour annoncer l’Évangile en osant contredire les dogmes de l’époque, en sachant que cela lui coûterait cher (fouet, prison, décapitation) parce que ses auditeurs n’accepteront pas facilement la révélation évangélique. Il y a en effet en Christ une force de contestation de toute  culture, de toute société : contestation de nos aveuglements, de nos habitudes, de nos modes de vie.

Annoncer la parole à contretemps est alors à un témoignage courageux, qui peut aller jusqu’au martyre.

À contretemps, les chrétiens romains des premiers siècles refuseront d’adorer l’empereur, de pratiquer l’avortement.

À contretemps, les martyrs africains ont dénoncé la corruption de certains royaumes.

À contretemps, alors que l’intelligentsia se laissait fasciner, les papes des XVIII° et XIX°  siècles ont dénoncé le nazisme et le communisme comme des idéologies inhumaines, « intrinsèquement perverses ».

C’est « l’effet saumon » de l’annonce de l’Évangile : oser aller à contre-courant, ne pas se modeler sur le monde présent, contester ce qu’une culture génère d’inhumanité, résister au conformisme ambiant.

 

Demandons à l’Esprit Saint dans la prière la grâce de ce discernement : quand devrai-je parler ? à temps ? à contretemps ?

 

 

 

1ère lecture : « Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort » (Ex 17, 8-13)
Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là, le peuple d’Israël marchait à travers le désert. Les Amalécites survinrent et attaquèrent Israël à Rephidim. Moïse dit alors à Josué : « Choisis des hommes, et va combattre les Amalécites. Moi, demain, je me tiendrai sur le sommet de la colline, le bâton de Dieu à la main. » Josué fit ce que Moïse avait dit : il mena le combat contre les Amalécites. Moïse, Aaron et Hour étaient montés au sommet de la colline. Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort. Quand il la laissait retomber, Amalec était le plus fort. Mais les mains de Moïse s’alourdissaient ; on prit une pierre, on la plaça derrière lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hour lui soutenaient les mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre. Ainsi les mains de Moïse restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. Et Josué triompha des Amalécites au fil de l’épée.

Psaume : Ps 120 (121), 1-2, 3-4, 5-6, 7-8

R/ Le secours me viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre. (Ps 120, 2)

Je lève les yeux vers les montagnes :
d’où le secours me viendra-t-il ?
Le secours me viendra du Seigneur
qui a fait le ciel et la terre.

Qu’il empêche ton pied de glisser,
qu’il ne dorme pas, ton gardien.
Non, il ne dort pas, ne sommeille pas,
le gardien d’Israël.

Le Seigneur, ton gardien, le Seigneur, ton ombrage,
se tient près de toi.
Le soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper,
ni la lune, durant la nuit.

Le Seigneur te gardera de tout mal,
il gardera ta vie.
Le Seigneur te gardera, au départ et au retour,
maintenant, à jamais.

2ème lecture : « Grâce à l’Écriture, l’homme de Dieu sera accompli, équipé pour faire toute sorte de bien » (2 Tm 3, 14 – 4, 2)
Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre à Timothée

Bien-aimé, demeure ferme dans ce que tu as appris : de cela tu as acquis la certitude, sachant bien de qui tu l’as appris. Depuis ton plus jeune âge, tu connais les Saintes Écritures : elles ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, en vue du salut par la foi que nous avons en Jésus Christ. Toute l’Écriture est inspirée par Dieu ; elle est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice ; grâce à elle, l’homme de Dieu sera accompli, équipé pour faire toute sorte de bien.

Devant Dieu, et devant le Christ Jésus qui va juger les vivants et les morts, je t’en conjure, au nom de sa Manifestation et de son Règne : proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, toujours avec patience et souci d’instruire.

Evangile : « Dieu fera justice à ses élus qui crient vers lui » (Lc 18, 1-8)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
Elle est vivante, énergique, la parole de Dieu ; elle juge des intentions et des pensées du cœur.
Alléluia. (cf. He 4, 12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : ‘Rends-moi justice contre mon adversaire.’ Longtemps il refusa ; puis il se dit : ‘Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.’ » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

27 août 2014

L’effet saumon

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’effet saumon

Homélie du 22° dimanche du temps ordinaire / Année A
31/08/2014

 

Être dans le vent : une ambition de feuille morte

Afficher l'image d'origineLes trois lectures de ce 22° dimanche convergent : être croyant, c’est être différent ! Jérémie s’en plaint sans cesse (c’est l’origine des fameuses jérémiades) : « à longueur de journée, la Parole du Seigneur attire sur moi l’injure et la moquerie. » (Jr 5, 7-9).

Il aimerait bien passer inaperçu et vivre comme tout le monde. Mais l’appel de Dieu à proclamer sa Parole fait de lui quelqu’un qui dérange, à contre-courant des opinions majoritaires.

La vocation prophétique de tout baptisé lui fera expérimenter cette condition différente dans se plaignait Jérémie. Sur bien des sujets de société, il ne pourra être d’accord avec les consensus – même démocratiques – qui régissent les opinions publiques actuelles. Annoncer la Parole, « à temps et à contretemps » (2 Ti 4,2), suscite bien des oppositions, et s’inscrit rarement dans l’air du temps.

 

Celui qui épouse son temps se retrouve bientôt veuf

Les vrais leaders qui ont une vision de l’avenir osent en effet ne pas s’aligner sur le comportement majoritaire. De Gaulle ne représentait qu’une poignée de Français lorsqu’il choisit de désobéir à Pétain en s’exilant à Londres en 1940. Heureusement, il a préféré être minoritaire plutôt que de continuer une carrière politique sous l’Occupation !

Israël a fait dès le début de son histoire le choix du Dieu unique, ce qui le plaçait à part à dans l’histoire des nations, naturellement polythéistes. Il a payé plusieurs fois lourdement le prix de ce choix (et continue à le payer). Mais ne pas épouser l’air du temps était pour lui une condition sine qua non pour conserver son identité.

 

Seuls les poissons morts vont dans le sens du courant

Le conformisme est finalement é-nervant, au sens étymologique du terme. Celui qui se conforme à la pensée majoritaire risque d’y perdre sa liberté et son énergie. Si les chrétiens est anticonformiste par nature, ce n’est pas par provocation, c’est au nom de la réalité ultime dont le Christ est le témoin, et qui nous oblige à relativiser, à critiquer, à remettre en perspective toutes les réalités avant-dernières.

Saint Paul a connu la prison, les chaînes, et finalement la décapitation à cause de ce courage anticonformiste : « Ne prenez pas pour modèle le monde présent » (Rm 12, 1-2).

Si Mitterrand avait attendu que l’opinion publique française soit prête, il n’aurait jamais aboli la peine de mort en 1981. C’est l’honneur d’un leader politique que d’oser, au nom de son éthique de conviction, changer une réalité sociale alors que la majorité serait plutôt conservatrice. Giscard a fait de même pour le vote à 18 ans. Ce courage politique manque singulièrement aux générations actuellement au pouvoir, depuis des années…

 

Le homing des saumons

La métaphore la plus parlante au sujet de cette posture chrétienne à contre-courant de beaucoup d’opinions majoritaires est sans doute celle des saumons.

Vous avez sûrement déjà vu ces images magnifiques de saumons argentés quittant le vivier de l’océan pour remonter les fleuves et rivières, jaillissant hors de l’eau, survolant les barrages, les roches et autres obstacles naturels. Ils retournent chez eux (homing), à la source, là où ils sont nés, pour à leur tour donner la vie. C’est un vrai travail, épuisant, dangereux, que de remonter ainsi le courant sur des kilomètres. Beaucoup mourront épuisés avant la fin, ou happés par un ours brun, ou échoués sur un rocher.

Mais aller en sens inverse du flux est un impératif porteur de vie.

Les baptisés sont ces saumons d’eau vive !

On se souvient que le symbole de poissons les désigne sur les murs de catacombes des trois premiers siècles (ICTUS). Ces poissons-baptisés « ne se modèlent pas sur le monde présent » et entreprennent comme les saumons leur homing, leur remontée  à la source. La source, c’est l’Écriture, la prière, la Tradition vivante, qui leur permet de ne pas épouser l’air du temps, d’oser être différents, quitte à être minoritaires.

Dans notre évangile (Mt 16, 21-27), Pierre semble soumis à la tentation du poisson mort qui se laisse aller au gré du courant : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas ». Il pense comme tous les juifs de son époque que le Messie sera forcément victorieux par la force. Il n’imagine pas un Messie différent, humilié, exclu, mis au rang des criminels. Jésus est obligé de lui passer un savon en public : « tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes ».

Autrement dit : ‘tu calques ton espérance sur celle des révolutionnaires zélotes qui veulent un coup d’état à la manière de Fidel Castro ; ou bien tu rêves comme les prêtres du Temple d’une gloire divine obligeant tous les hommes à se prosterner devant elle. Mon pauvre Pierre, arrête de modeler ton espérance sur les idéologies qui t’entourent. Sois libre d’accueillir l’autre manière d’être Christ que la Croix va manifester. Témoigne de ce Dieu différent au milieu des hommes. Peu importe que tu sois populaire ou non, majoritaire ou non ; l’essentiel est de témoigner de ce que tu as contemplé à la source de ta foi’.

 

Résiste…

Contester les modèles dominants n’oblige pas à devenir de « tristes sires », jamais contents de ce qui est ! Discernant les « signes des temps » (Vatican II), les chrétiens se réjouissent de tout ce qu’il y a de vrai, de bon et de bien dans la culture contemporaine. Ce qui leur donne d’autant plus de liberté pour dire non sur des sujets importants où selon eux la conscience collective est aveuglée.

Nous ne sommes pas des prophètes de malheur, toujours insatisfaits. Nous sommes les témoins d’un monde nouveau qui ne demande qu’à faire irruption dans notre présent.

Les saumons qui remontent à la source témoignent tranquillement que le don et la gratuité ont toute leur place dans une économie de marché ouverte ; que le respect de la vie humaine dès sa conception est une bénédiction pour tous ; que l’espérance dans un au-delà de la mort ré-ordonne les vraies priorités d’une existence etc.

« Résiste. Suis ton cœur qui insiste. Ce monde n’est pas le tien, viens, bats-toi, signe et persiste. Résiste ! », chantait France Gall sur les paroles de Michel Berger.

En pratiquant leur homing à la manière des saumons, les baptisés retrouvent le courage de cette résistance à tous les conformismes d’aujourd’hui.

 

Alors, foin des feuilles mortes, air du temps et autres poissons morts dérivant au gré du courant, faisons notre homing out : osons « ne pas nous modeler sur le monde présent », au nom de notre espérance.

 

 

1ère lecture : Le prophète doit souffrir pour son Dieu (Jr 20, 7-9)
Lecture du livre de Jérémie

Seigneur, tu as voulu me séduire, et je me suis laissé séduire ; tu m’as fait subir ta puissance, et tu l’as emporté. À longueur de journée je suis en butte à la raillerie, tout le monde se moque de moi.
Chaque fois que j’ai à dire la parole, je dois crier, je dois proclamer : « Violence et pillage ! » À longueur de journée, la parole du Seigneur attire sur moi l’injure et la moquerie.
Je me disais : « Je ne penserai plus à lui, je ne parlerai plus en son nom. » Mais il y avait en moi comme un feu dévorant, au plus profond de mon être. Je m’épuisais à le maîtriser, sans y réussir.

Psaume : Ps 62, 2, 3-4, 5-6, 8-9

R/ Mon âme a soif de toi,
Seigneur, mon Dieu

Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube :
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.

Je t’ai contemplé au sanctuaire,
j’ai vu ta force et ta gloire.
Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres !

Toute ma vie je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom.
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

Oui, tu es venu à mon secours :
je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
Mon âme s’attache à toi,
ta main droite me soutient.

2ème lecture : Le culte spirituel (Rm 12, 1-2)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Je vous exhorte, mes frères, par la tendresse de Dieu, à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint, capable de plaire à Dieu : c’est là pour vous l’adoration véritable.
Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait.

Evangile : Le disciple du Christ doit souffrir avec son Maître(Mt 16, 21-27)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Que le Père de notre Seigneur Jésus Christ illumine nos cœurs : qu’il nous fasse voir quelle espérance nous ouvre son appel. Alléluia. (cf. Ep 1, 17-18)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Pierre avait dit à Jésus : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant. »
À partir de ce moment, Jésus le Christ commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des chefs des prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter.
Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. »
Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan, tu es un obstacle sur ma route ; tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera.
Quel avantage en effet un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il le paye de sa vie ? Et quelle somme pourra-t-il verser en échange de sa vie ?
Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept