L'homelie du dimanche

10 août 2016

L’Assomption : Marie, bien en chair

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’Assomption : Marie, bien en chair

 

Cf. également :

Assomption : Ne vous faites pas voler votre espérance

Assomption : les sentinelles de l’invisible

L’Assomption de Marie, étoile de la mer

L’Assomption de Marie : une femme entre en Résistance

Marie, parfaite image de l’Église à venir

Marie en son Assomption : une femme qui assume !


Homélie pour la fête de l’Assomption / Année C
15/08/2016

 

La pointe de cette fête de l’Assomption, c’est la personne de Marie, tout entière passée dans le monde de la résurrection. Tout entière, c’est-à-dire corps et âme. L’âme, on devine qu’elle puisse de façon immatérielle vivre autrement, ailleurs. Mais le corps ? Comment imaginer qu’il devienne autre chose qu’un amas de cellules à nouveau recyclées dans le grand organisme de l’univers ?

Peut-être confondons-nous le corps et la chair ? Or le credo affirme : « je crois en la résurrection de la chair », et non du corps. Peut-être avons-nous également une conception très mécanique de la chair, à la façon de Descartes ne voyant le corps comme une machine mue par l’âme ? Comment exprimer le lien profond entre le corps et l’âme ? Les anciens (Aristote) utilisaient le mot hylémorphisme pour caractériser ce lien : l’âme est la forme du corps, les deux étant inséparables.

 

La chair des peintres

Afficher l'image d'origineParcourez rapidement les représentations célèbres que les peintres ont inventées au long des siècles pour évoquer le corps humain.
Sur les peintures rupestres, les corps humains sont réduits à une silhouette, car ce qui est important alors n’est pas leur aspect, mais leur fonction : chasseurs, cueilleurs, artisans.
Sur les amphores étrusques ou grecques, la chair humaine est celle de l’athlète, ou de l’éphèbe, selon les canons olympiques et mythiques de l’époque.
Dans les mosaïques romaines, les visages sont beaux, les corps anoblis de bijoux, de toges et vêtures magnifiques. La chair romaine est aristocratique.
Les masques africains ont des fonctions magiques mystérieuses : leur chair est éminemment symbolique.

Dans les premiers siècles du christianisme, la peinture se fait sacrée, hiératique, à la manière des icônes où le visage est plus important que le reste du corps, baigné d’or et de mysticisme. La chair est ici théologique, vecteur de la révélation divine.

À la Renaissance, l’émancipation de la religion fait apparaître des peintures de corps féminins à la beauté lourde et laiteuse. Car l’idéal est alors la mère de famille, capable d’enfanter, d’allaiter, à la santé solide. Les trois grâces de Botticelli ressemblent plus aux personnages dodus de Fernando Botero qu’aux mannequins anorexiques de nos défilés de mode !

Puis l’époque moderne a disloqué la représentation de la chair : pointilliste, cubiste, abstraite… Le corps humain n’est plus représenté, mais sublimé dans sa négation même.

Pas la peine de prolonger cette liste aussi variée qu’il y a d’écoles artistiques ! La chair des peintres est culturelle. Parler de résurrection de cette chair, c’est finalement inviter chaque artiste à découvrir un autre univers esthétique que le sien, où le corps semble dans un premier temps avoir disparu, et où pourtant les canons de cet univers le font exister autrement.

 

La chair des Évangiles

Afficher l'image d'origineRelisez le Nouveau Testament : on ne sait pas si Marie avait les yeux bleus, si elle était grande ou petite, si les hommes se retournaient dans la rue à son passage… Le corps humain dans les Évangiles est rarement le lieu de la beauté physique (sauf peut-être lors de la Transfiguration). C’est plutôt un corps relationnel. On touche la chair de Jésus pour guérir de sa maladie : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés au contact du corps du Christ, et c’est cela qui le caractérise comme corps, et non sa taille ou ses imperfections. D’ailleurs, dans l’eucharistie, c’est un corps livré-pour-vous qui est au coeur du sacrifice, sans qu’on sache quelle forme avait ce corps. Tout se passe comme si la chair de Jésus n’existait que dans la relation (de communion, de conflit, d’abandon…) à l’autre.

Parler de résurrection de cette chair relationnelle, c’est finalement évoquer que, dans l’autre monde, la relation à l’autre donnera forme et identité nouvelle à chacun, sans pouvoir imaginer comment aujourd’hui.

 

La chair de la résurrection

Paul parle de son expérience de la rencontre du corps ressuscité de Jésus de Nazareth, renvoyant d’ailleurs aux corps suppliciés des disciples sur lesquels il s’acharnait : « je suis Jésus, celui que tu persécutes ».

Avec pédagogie, Paul prend l’image de la graine et de la plante pour expliquer aux corinthiens que la chair de la résurrection est une manière d’être au monde, adaptée à ce monde nouveau où la mort est vaincue :

«  Mais, dira-t-on, comment les morts ressuscitent-ils ? Avec quel corps reviennent-ils ? Insensé ! Ce que tu sèmes, toi, ne reprend vie s’il ne meurt. Et ce que tu sèmes, ce n’est pas le corps à venir, mais un simple grain, soit de blé, soit de quelque autre plante; et Dieu lui donne un corps à son gré, à chaque semence un corps particulier. Toutes les chairs ne sont pas les mêmes, mais autre est la chair des hommes, autre la chair des bêtes, autre la chair des oiseaux, autre celle des poissons. Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres, mais autre est l’éclat des célestes, autre celui des terrestres. Autre l’éclat du soleil, autre l’éclat de la lune, autre l’éclat des étoiles. Une étoile même diffère en éclat d’une étoile. Ainsi en va-t-il de la résurrection des morts : on est semé dans la corruption, on ressuscite dans l’incorruptibilité; on est semé dans l’ignominie, on ressuscite dans la gloire; on est semé dans la faiblesse, on ressuscite dans la force; on est semé corps psychique, on ressuscite corps spirituel.  » (1Co 15, 35-44)

Afficher l'image d'origine 

Croire à la résurrection de la chair pour Paul c’est croire qu’une nouvelle façon d’être au monde, une nouvelle médiation avec la réalité de la résurrection nous sera donnée, ce qu’il appelle le « corps spirituel ».

 

Assomption : Marie bien en chair

Le tombeau vide est l’indice de la transformation de la chair qui s’opère pour qu’elle s’adapte au nouvel univers de la résurrection.

« Il vit et il crut » : Jean interprète cette absence de chair comme la réalité de la chair présente autrement.

De manière symétrique, la dormition de la Vierge (conception orthodoxe) ou l’Assomption de Marie (conception catholique) sont les indices que la mère de Jésus lui reste entièrement unie à travers la mort. La communion d’amour entre Marie et Jésus a été si forte, des mois de la gestation jusqu’à la déréliction de la croix, que l’Église y voit la promesse d’un événement partagé : ce qui est arrivé à la chair de Jésus dans la nuit de Pâques arrive également à celle de Marie, parce qu’il y a un lien unique entre les deux.

Basculant dans le monde de la résurrection, Marie sans attendre expérimente une nouvelle présence à ce monde, en communion avec son fils. Elle y est entièrement présente, corps et âme, c’est-à-dire qu’elle se reçoit entièrement de la relation au Christ et par lui à Dieu lui-même.

C’est donc bien en chair que Marie continue à vivre au-delà de la mort la communion à Dieu et en Dieu. En cela elle n’est pas l’unique, car cette promesse est faite à chacun de nous. Mais elle est la première des créatures à pouvoir dès maintenant, sans attendre la résurrection finale, vivre intégralement sa présence au monde de Dieu.

 

Lorsque nous fêtons son Assomption, nous ravivons notre espérance d’y participer un jour.

Lorsque nous la proclamons vivante corps et âme, nous redisons la valeur de la chair humaine, dès maintenant et pour toujours.

Lorsque nous la dépeignons accueillie par le Christ, nous nous encourageons à passer nous aussi par l’unique porte qu’est le Christ.

Lorsque nous la voyons couronnée de gloire en Dieu, nous ravivons notre espérance d’être nous aussi rendus « participants de la nature divine » (2P 1,4) au-delà de notre mort physique.

 

Marie, c’est cette femme bien en chair qui nous assure de la promesse de la transfiguration de notre propre chair actuelle…

 

 

MESSE DU JOUR

1ère lecture : « Une Femme, ayant le soleil pour manteau et la lune sous les pieds » (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)
Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Le sanctuaire de Dieu, qui est dans le ciel, s’ouvrit, et l’arche de son Alliance apparut dans le Sanctuaire. Un grand signe apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. Elle est enceinte, elle crie, dans les douleurs et la torture d’un enfantement. Un autre signe apparut dans le ciel : un grand dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes, et, sur chacune des sept têtes, un diadème. Sa queue, entraînant le tiers des étoiles du ciel, les précipita sur la terre. Le Dragon vint se poster devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance. Or, elle mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les conduisant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé jusqu’auprès de Dieu et de son Trône, et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place. Alors j’entendis dans le ciel une voix forte, qui proclamait : « Maintenant voici le salut, la puissance et le règne de notre Dieu, voici le pouvoir de son Christ ! »

Psaume : Ps 44, (45), 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16

R/ Debout, à la droite du Seigneur, se tient la reine, toute parée d’or.

(cf. Ps 44, 10b)

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

2ème lecture : « En premier, le Christ ; ensuite, ceux qui lui appartiennent » (1 Co 15, 20-27a)
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection des morts. En effet, de même que tous les hommes meurent en Adam, de même c’est dans le Christ que tous recevront la vie, mais chacun à son rang : en premier, le Christ, et ensuite, lors du retour du Christ, ceux qui lui appartiennent. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu son Père, après avoir anéanti, parmi les êtres célestes, toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance. Car c’est lui qui doit régner jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c’est la mort, car il a tout mis sous ses pieds.

Evangile : « Le Puissant fit pour moi des merveilles : il élève les humbles » (Lc 1, 39-56)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis : Marie est entrée dans la gloire de Dieu ;
exultez dans le ciel, tous les anges !
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »

Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

23 mars 2016

La Madeleine de Pâques

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La Madeleine de Pâques

 

Cf. également :

Conjuguer le « oui » et le « non » de Dieu à notre monde

Pâques : Courir plus vite que Pierre

Les Inukshuks de Pâques

Pâques n’est décidément pas une fête sucrée

Comment annoncer l’espérance de Pâques ?

Incroyable !

Homélie du dimanche de Pâques / Année C
27/03/2016

 Tout le monde connaît la madeleine de Proust : la mémoire olfactive liée à cette pâtisserie lui fait retrouver les événements de son enfance…

Ce matin, l’évangéliste Jean veut nous faire connaître la Madeleine de Pâques. Il s’agit ici d’une autre mémoire, une mémoire d’avenir en quelque sorte, où Marie de Magdala accueille l’incroyable nouvelle de la résurrection de Jésus.

Suivons cette Madeleine pas à pas sur son itinéraire de Pâques.

 

Accompagner jusqu’au bout

Maria_Magdalene_crucifixion_detailMarie de Magdala est au pied de la croix (19,25). Avec Jean, et bien sûr Marie et d’autres femmes, elle ne laisse pas seul celui qui a été son libérateur. Au moment où Jésus devient un maudit (Dt 21,22) elle se souvient que c’est lui qui l’a délivrée de la malédiction (Mc 16,9), et elle l’accompagne jusqu’au bout, quelles que soient les accusations pesant contre lui.

Nous oublions souvent ceux qui nous ont fait du bien, alors que prier pour nos bienfaiteurs a toujours fait partie de la tradition de l’Église. Nous abandonnons très vite ceux qui ont été des guides, des repères pour nous, dès qu’ils sont attaqués de toute part par les pouvoirs en place ! Jésus est humilié par les autorités religieuses, par le pouvoir politique en place, par la justice, par les médias rajouterait-on aujourd’hui : Marie de Magdala ne se laisse pas impressionner ni effrayer par ces campagnes de dénigrement. Elle accompagne son sauveur jusqu’au bout.

Et nous ?…

 

Courir à l’aube pour embaumer le Christ

Afficher l'image d'origine

Étonnante, cette course matinale de Marie de Magdala (20,1) ! Pourquoi courir ? Le cadavre ne va pas se décomposer si vite et peut attendre encore un peu pour l’embaumement. Pourquoi si tôt ?

Elle cherche son bien-aimé comme la fiancée du Cantique des cantiques cherche celui que son coeur désire et qu’elle ne trouve pas. Elle court comme si elle pressentait quelque chose de bouleversant. Elle croit courir vers un tombeau et par là même c’est son avenir qui se hâte vers elle… « Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais déjà trouvé », écrira plus tard saint Augustin.

Le matin, car avec l’aube du dimanche c’est la nouvelle création qui apparaît.

Le repos du shabbat (samedi) est accompli dans la re-création du dimanche de Pâques.

Et nous, vers qui courons-nous ?

Quels aromates apportons-nous pour embaumer les vaincus de l’histoire ?

 

Ne pas se résoudre à l’absence

Afficher l'image d'origineDe manière étonnante, Marie de Magdala reste auprès du tombeau vide, alors qu’à vue humaine tout est fini. D’ailleurs, même Marie, Pierre et Jean sont rentrés. Elle ne se résigne pas, ne quitte pas ce lieu de mort avant d’avoir une réponse. Comme Jacob se battant contre Dieu au pied du Yabboq (Gn 32, 23-32), elle ne veut pas lâcher son étreinte tant que Dieu ne lui répond pas. Comme Job osant traduire Dieu en procès devant le malheur innocent, elle crie sa douleur redoublée par la disparition – le vol peut-être – du corps de Jésus, profanation ultime.

C’est donc que nous pouvons-nous aussi, nous devons demeurer auprès des tombeaux vides d’aujourd’hui. Quels sont-ils ? Qui sont-ils ? Ces tombeaux vides seront sans doute quelque part du côté de ceux qui ont été oubliés et de la société, rayés de la carte des relations humaines, tout ce qui - pour des raisons multiples - incarne l’absence d’humanité. Rester près de ces morts vivants jusqu’à ce que la vie de Dieu se manifeste, par notre intermédiaire ou non peu importe.

 

Voir à travers les larmes

Afficher l'image d'origineMarie de Magdala a pleuré (20,11). En employant l’imparfait (l’aoriste en grec) Jean précise que cela a duré longtemps. Et il insiste : « tout en pleurant elle se penche vers le tombeau ». C’est alors qu’elle vit deux anges.

Sans ses larmes, aurait-elle pu voir ces deux mystérieux messagers ? Si ses larmes n’avaient pas clarifié son regard, aurait-elle perçu Jésus derrière elle ?

Nos larmes sont bien souvent la préparation à des découvertes imprévisibles. Celui qui ne pleure jamais pourra-t-il discerner le Ressuscité ? Le don des larmes est la plus belle invitation à fêter un renouveau possible à travers le chagrin.

 

Se retourner deux fois

Afficher l'image d'origineVous avez peut-être été surpris d’entendre Marie se retourner une deuxième fois dans le texte (20,14 et 20,16) ! Une fois suffirait amplement ! Ce premier retournement évoque la conversion intérieure où elle se tourne vers le Ressuscité pour lui donner sa vie. Mais la deuxième fois ? Pourquoi ?

On aura un écho de ce nouveau retournement dans la manifestation du Ressuscité à Thomas, dont le nom signifie justement jumeau (= Didyme Jn 20,24) : deux événements presque identiques, car il faudra que le Christ se manifeste une deuxième fois à ses disciples en présence de Thomas, après les autres, pour qu’il accepte de croire.

Se retourner deux fois peut ainsi être l’indice de la pédagogie de Dieu à notre égard. Car il nous faut du temps pour croire à l’incroyable (à la différence de Jean qui a cru tout de suite). Nous percevons d’abord des messages, des messagers (= anges), avant que de reconnaître vraiment le Ressuscité. Nous avons besoin de cheminer, pas à pas.

La foi de Jean nous invite à faire confiance à nos intuitions fulgurantes : « il vit et il crut ». La foi de Marie Madeleine nous invite à être patients envers nous-mêmes. Car il faut plusieurs étapes avant que de croire vraiment. C’est ce que Jean Paul II appelait la « loi de gradualité », c’est-à-dire un cheminement pédagogique de croissance qui nous conduit toujours plus loin, sans désespérer ni s’arrêter.

 

Ne pas retenir ceux qu’on aime

La célèbre scène du Noli me tangere (« ne me retiens pas ») et illustrée par tant de peintres vient empêcher Marie de Magdala de mettre la main / le coeur sur celui qu’elle vient de rencontrer.

Respecter l’autre comme vivant nous demande de ne pas l’utiliser, de ne pas le posséder, et de le laisser aller à sa vie d’être libre. Retenir le Christ à ses côtés aurait été pour Marie de Magdala une illusion vénéneuse. Elle n’aurait étreint qu’une chose, alors que le Vivant lui échappe et veut poursuivre sa course pour tous les humains. Le « ne me retiens pas » est la supplique de tant d’adolescents épris de liberté, d’amoureux étouffant de trop de proximité, ou de vieillards en fin de vie…

Ne pas retenir ceux qu’on aime est peut-être la plus belle preuve d’amour.

 

Apostola apostolorum

Afficher l'image d'origineL’expression latine est de St Thomas d’Aquin : Marie de Magdala est chargée par Jésus de devenir l’apôtre des apôtres en leur annonçant la nouvelle de la résurrection et en étant témoin de cet événement incroyable auprès des disciples, pour qu’ils croient. Elle est envoyée (apostola) auprès de ceux qui seront à leur tour envoyés (apôtres) de par le monde entier.

« De même qu’une femme avait annoncé au premier homme des paroles de mort, ainsi, une femme annonça en premier aux apôtres des paroles de vie ».

« Il faut ici noter le triple privilège qui fut octroyé à Madeleine. D’abord un privilège prophétique, car elle a mérité de voir les anges ; le prophète, en effet, est l’intermédiaire entre les anges et le peuple. Ensuite, elle est au-dessus des anges, du fait qu’elle voit le Christ sur lequel les anges désirent se pencher. Enfin elle a reçu un rôle apostolique ; bien plus, elle est devenue Apôtre des apôtres en ceci qu’il lui fut confié d’annoncer aux disciples la Résurrection du Seigneur pour que, de même qu’une femme apporta au premier homme des paroles de mort, ainsi aussi une femme annonce la première à des hommes les paroles de vie. »

Thomas d’Aquin, Commentaire sur l’évangile de Jean 25,19

C’est donc qu’aujourd’hui encore les successeurs des apôtres ont besoin d’être évangélisés. C’est donc que, dans l’Église, des femmes tiennent encore la première place dans le témoignage au Ressuscité qui convertit même des évêques au coeur du christianisme. Le reconnaît-on en assez ? Laissons-nous la parole à toutes celles qui sont les premières à voir le Ressuscité là où les responsables ne voient que vide et absence ?…

 

La Madeleine de Pâques est décidément un guide sûr pour fêter la victoire du Christ sur la mort !

Parcourez avec elle, pas à pas, son itinéraire à travers la Passion.

Et devenons nous-mêmes une de ces Madeleines qui permet à d’autres de retrouver la mémoire… de leur avenir !

 

 

 

MESSE DU JOUR DE PÂQUES

1ère lecture : « Nous avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts » (Ac 10, 34a.37-43)
Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, quand Pierre arriva à Césarée chez un centurion de l’armée romaine, il prit la parole et dit : « Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée, après le baptême proclamé par Jean : Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui. Et nous, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice, Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Il lui a donné de se manifester, non pas à tout le peuple, mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. Dieu nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner que lui-même l’a établi Juge des vivants et des morts. C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage : Quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés. 

Psaume : Ps 117 (118), 1.2, 16-17, 22-23

R/ Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! 
(Ps 117, 24)

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !

Le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort !
Non, je ne mourrai pas, je vivrai,
pour annoncer les actions du Seigneur.

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.

2ème lecture : « Purifiez-vous des vieux ferments, et vous serez une Pâque nouvelle » (1 Co 5, 6b-8)
Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, ne savez-vous pas qu’un peu de levain suffit pour que fermente toute la pâte ? Purifiez-vous donc des vieux ferments, et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes le pain de la Pâque, celui qui n’a pas fermenté. Car notre agneau pascal a été immolé : c’est le Christ.

Ainsi, célébrons la Fête, non pas avec de vieux ferments, non pas avec ceux de la perversité et du vice, mais avec du pain non fermenté, celui de la droiture et de la vérité.

Séquence : 

À la Victime pascale,
chrétiens, offrez le sacrifice de louange.

L’Agneau a racheté les brebis ;
le Christ innocent a réconcilié
l’homme pécheur avec le Père.

La mort et la vie s’affrontèrent
en un duel prodigieux.
Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne.

« Dis-nous, Marie Madeleine,
qu’as-tu vu en chemin ? »

« J’ai vu le sépulcre du Christ vivant,
j’ai vu la gloire du Ressuscité.

J’ai vu les anges ses témoins,
le suaire et les vêtements.

Le Christ, mon espérance, est ressuscité !
Il vous précédera en Galilée. »

Nous le savons : le Christ
est vraiment ressuscité des morts.

Roi victorieux,
prends-nous tous en pitié !
Amen.

Evangile : « Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts » (Jn 20, 1-9)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
Notre Pâque immolée, c’est le Christ ! Célébrons la Fête dans le Seigneur !
Alléluia. (cf. 1 Co 5, 7b-8a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , , , ,

10 août 2015

Assomption : Ne vous faites pas voler votre espérance

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Assomption : Ne vous faites pas voler votre espérance

Cf. également :

Assomption : les sentinelles de l’invisible

L’Assomption de Marie, étoile de la mer

L’Assomption de Marie : une femme entre en Résistance

Marie, parfaite image de l’Église à venir

Marie en son Assomption : une femme qui assume !


En 2013, le Pape François avait centré son homélie de l’Assomption sur trois mots-clés caractérisant la foi et l’attitude de Marie : lutte, résurrection, espérance.

Relisons cette méditation, qui n’a pas vieilli, au contraire !

  

Homélie du pape François pour la fête de l’Assomption 2013

Chers frères et sœurs,

À la fin de la Constitution sur l’Église, le concile Vatican II nous a laissé une très belle méditation sur la Très Sainte Vierge Marie. Je relève simplement les expressions qui se réfèrent au mystère que nous célébrons aujourd’hui.

La première est celle-ci :

« Enfin la Vierge immaculée, préservée par Dieu de toute souillure de la faute originelle, ayant accompli le cours de sa vie terrestre, fut élevée corps et âme à la gloire du ciel, et exaltée par le Seigneur comme la Reine de l’univers » (n. 59).

Et ensuite, vers la fin, il y a aussi celle-ci :

« Cependant, tout comme dans le ciel où elle est déjà glorifiée corps et âme, la Mère de Jésus représente et inaugure l’Église en son achèvement dans le siècle futur, de même sur cette terre, en attendant la venue du jour du Seigneur, elle brille déjà devant le Peuple de Dieu en pèlerinage comme un signe d’espérance assurée et de consolation » (n. 68).

À la lumière de cette très belle icône de notre Mère, nous pouvons considérer le message contenu dans les lectures bibliques que nous venons d’entendre. Nous pouvons nous concentrer sur trois mots-clés : lutte, résurrection, espérance.

 

Lutte, résurrection, espérance

Lutte

Le passage de l’Apocalypse présente la vision de la lutte entre la femme et le dragon. La figure de la femme, qui représente l’Église, est d’un côté glorieuse, triomphante, et de l’autre encore dans les douleurs. C’est en effet comme cela qu’est l’Église : si, au Ciel, elle est déjà associée à la gloire de son Seigneur, dans l’histoire, elle vit continuellement les épreuves et les défis que comporte le conflit entre Dieu et le malin, l’ennemi de toujours. Et dans cette lutte que les disciples de Jésus doivent affronter – nous tous, nous, tous les disciples de Jésus, nous devons affronter cette lutte – Marie ne nous laisse pas seuls ; la Mère du Christ et de l’Église est toujours avec nous. Toujours, elle marche avec nous, elle est avec nous. Elle marche toujours avec nous.

Marie aussi, dans un certain sens, partage cette double condition. Naturellement, elle est désormais entrée dans la gloire du ciel une fois pour toutes. Mais cela ne signifie pas qu’elle est loin, qu’elle est détachée de nous ; au contraire, Marie nous accompagne, elle lutte avec nous, elle soutient les chrétiens dans le combat contre les forces du mal. La prière avec Marie, en particulier le chapelet, a aussi cette dimension « agonistique », c’est-à-dire de lutte, une prière qui soutient dans la bataille contre le malin et contre ses complices. Le chapelet aussi nous soutient dans la bataille.

 

Résurrection

La seconde Lecture nous parle de la résurrection. L’apôtre Paul, écrivant aux Corinthiens, insiste sur le fait qu’être chrétien signifie croire que le Christ est vraiment ressuscité des morts. Toute notre foi se base sur cette vérité fondamentale qui n’est pas une idée mais un événement. Et le mystère de l’assomption de Marie dans son corps et dans son âme est aussi tout entier inscrit dans la résurrection du Christ. L’humanité de la Mère a été « attirée » par son Fils dans son passage à travers la mort. Jésus est entré une fois pour toutes dans la vie éternelle avec toute son humanité, celle qu’il avait prise de Marie ; et ainsi, elle, la Mère qui l’a fidèlement suivi pendant toute sa vie, qui l’a suivi par le cœur, est entrée avec lui dans la vie éternelle, que nous appelons aussi le ciel, le paradis, la maison du Père.

Marie aussi a connu le martyre de la croix : le martyre de son cœur, le martyre de l’âme. Elle a beaucoup souffert, dans son cœur, tandis que Jésus souffrait sur la croix. La Passion de son fils, elle l’a vécue au plus profond de son âme. Elle a été pleinement unie à lui dans la mort, et c’est pour cela que lui a été fait le don de la résurrection. Le Christ est prémices  des ressuscités et Marie est prémices des rachetés, la première de « ceux qui sont au Christ ». Elle est notre Mère, mais nous pouvons aussi dire qu’elle est notre représentante, elle est notre sœur, notre sœur aînée, elle est la première des rachetés qui soit arrivée au ciel.

Assomption : Ne vous faites pas voler votre espérance dans Communauté spirituelle dormition1 

Espérance 

L’évangile nous suggère le troisième mot : espérance. L’espérance est la vertu de celui qui, faisant l’expérience du conflit, de la lutte quotidienne entre la vie et la mort, entre le bien et le mal, croit dans la résurrection du Christ, dans la victoire de l’amour. Nous avons entendu le chant de Marie, le « Magnificat » : c’est le cantique de l’espérance, c’est le cantique du peuple de Dieu en marche dans l’histoire. C’est le cantique de tant de saints et de saintes, certains connus, d’autres, très nombreux, inconnus, mais bien connus de Dieu : des mamans, des papas, des catéchistes, des missionnaires, des prêtres, des sœurs, des jeunes, et même des enfants, des grands-pères, des grands-mères : ils ont affronté la lutte de la vie, portant dans leur cœur l’espérance des petits et des humbles. Marie dit : « Mon âme exalte le Seigneur » – aujourd’hui aussi, l’Église chante cela et elle le chante partout dans le monde.

1195_apercu Assomption dans Communauté spirituelle 

Ce cantique est particulièrement intense là où le Corps du Christ souffre aujourd’hui la Passion. 

Là où il y a la Croix, pour nous chrétiens, il y a l’espérance, toujours. S’il n’y a pas l’espérance, nous ne sommes pas chrétiens. C’est pour cette raison que j’aime dire : ne vous faites pas voler l’espérance. Que personne ne nous vole l’espérance, parce que cette force est une grâce, un don de Dieu qui nous fait avancer en regardant le Ciel. Et Marie est toujours là, proche de ces communautés, qui sont nos frères, elle marche avec eux, elle souffre avec eux, et elle chante avec eux le « Magnificat » de l’espérance.

Chers frères et sœurs, nous aussi, unissons-nous de tout notre cœur à ce cantique de patience et de victoire, de lutte et de joie, qui unit l’Église triomphante à l’Église pérégrinante que nous sommes ; qui unit la terre et le ciel, qui unit notre histoire à l’éternité vers laquelle nous marchons. Ainsi soit-il.

Messe du jour

1ère lecture : La Femmede l’Apocalypse, image de l’Église comme Marie (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Le Temple qui est dans le ciel s’ouvrit, et l’arche de l’Alliance du Seigneur apparut dans son Temple.
Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles.
Elle était enceinte et elle criait, torturée par les douleurs de l’enfantement.
Un autre signe apparut dans le ciel : un énorme dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes,et sur chaque tête un diadème.
Sa queue balayait le tiers des étoiles du ciel, et les précipita sur la terre. Le Dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance.Or, la Femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les menant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son Trône, et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place.
Alors j’entendis dans le ciel une voix puissante, qui proclamait : « Voici maintenant le salut, la puissance et la royauté de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ ! »

Psaume : 44, 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16

R/ Heureuse es-tu, Vierge Marie, dans la gloire de ton Fils.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté. 

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire. 

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi. 

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

2ème lecture : Le Christ nous entraîne tous dans la vie éternelle ( 1 Co 15, 20-27a)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection. En effet, c’est en Adam que meurent tous les hommes ; c’est dans le Christ que tous revivront, mais chacun à son rang : en premier, le Christ ; et ensuite, ceux qui seront au Christ lorsqu’il reviendra. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir détruit toutes les puissances du mal. C’est lui en effet qui doit régner jusqu’au jour où il aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qu’il détruira, c’est la mort, car il a tout mis sous ses pieds.

Evangile : « Heureuse celle qui a cru ! » (Lc 1, 39-56)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis : Marie est entrée dans la gloire de Dieu ; exultez dans le ciel, tous les anges ! Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte :
« Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

Marie dit alors :
« Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »

Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , , , ,

2 avril 2015

L’œuf de Pâques et le tombeau vide

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 1 h 01 min

L’œuf de Pâques et le tombeau vide

Homélie de Pâques / Année B
Dimanche 5 Avril 2015

cf. également :

Pâques : Courir plus vite que Pierre

Les Inukshuks de Pâques

Pâques n’est décidément pas une fête sucrée

Trois raisons de fêter Pâques

Comment annoncer l’espérance de Pâques ?

Incroyable !

 

« Je suis une maison qui n’a ni porte ni fenêtre. Et pourtant quelqu’un habite chez moi. Qui suis-je ? »

L’œuf de Pâques et le tombeau vide dans Communauté spirituelle poussinC’est une de ces devinettes que les enfants africains aiment se poser les uns aux autres, les nuits de pleine lune, assis autour du feu…

Une maison qui n’a ni porte ni fenêtre ? Bien sûr : c’est l’œuf ! La maison du poussin qui, protégé par la coquille, attend son heure…

Voilà pourquoi l’œuf est la star incontestée de cette fête de Pâques qui nous rassemble cette nuit (après le Christ évidemment) : quel plus beau symbole de notre espérance que cette forme  si familière à nos cuisines et nos assiettes ?

 

Depuis la Pâque de Jésus en effet, cette vie terrestre ressemble à la vie du poussin dans l’œuf : nous nous cognons contre la limite de la mort, mais nous pressentons qu’il y a un au-delà de la coquille. Bien souvent il fait sombre, mais la moindre fêlure laisse passer un rai de lumière qui annonce la Résurrection. Heureuse fêlure qui nous vaut une telle espérance !  [1]

L’œuf symbolise la promesse de la vie nouvelle que le Christ est venue apporter en plénitude. C’est d’abord ce symbole de vie et de mort qui a intronisé l’œuf de Pâques comme le signe de la grande espérance des chrétiens.

 

Mais il y a d’autres raisons qui nous poussent à faire l’œuf… de Pâques.

 

Une raison juive en tout premier lieu. Aujourd’hui encore, les juifs –« nos frères aînés dans la foi » comme disait Jean-Paul II- fêtent Pâques avec un repas en famille rituel, où tout est codifié.

L’assiette juive du repas pascal comprend invariablement depuis des siècles – des millénaires même – les mêmes ingrédients :

 Christ dans Communauté spirituelle 

3 pains azymes, sans levain, parce que le peuple n’a pas eu le temps de cuire et lever le pain lorsque Moïse l’a fait sortir d’Égypte en toute hâte. C’est l’ancêtre de nos hosties actuelles…

-  Un os grillé, qui rappelle le sacrifice de l’agneau pascal qui était consommé grillé. Tiens : notre gigot de Pâques remonte lui aussi à cette coutume juive que Jésus a strictement observée toute sa vie… !

Au centre, des herbes amères, qui symbolisent l’amertume de l’esclavage en Égypte autrefois avant que Moïse nous en délivre lors de la 1ère Pâque.

Une pâte spéciale faite de noix, de poires, de pommes et d’un peu de vin. Cette pâte, formée comme un mortier, rappelle le mortier et l’argile avec lesquels nos ancêtres ont fabriqué les villes égyptiennes au temps de leur esclavage. Les épices qu’on y ajoute ressemblent à la paille. On y ajoute du vin rouge, en souvenir de la 1ère des 10 plaies d’Égypte (la plaie du Nil changé en sang). Il est à base de pommes en souvenir des femmes juives qui accouchaient sous le pommier.

-  Et puis il y a un œuf, l’œuf de Pâques juif.

Cet œuf-là est cuit, un œuf dur : contrairement aux autres aliments qui ramollissent au cours de la cuisson, l’œuf durcit sous l’effet de la fournaise, à l’image d’Israël qui reste ferme et imperturbable malgré les oppressions et les persécutions.

Les premiers chrétiens reprendront ce symbole avec leurs martyrs. Au XVIIe siècle l’ouverture des catacombes chrétiennes de la Rome du IIIe siècle permit d’y retrouver des milliers de coquilles d’œuf, et surtout les témoignages sur le fait que des bourreaux romains enfoncèrent parfois des œufs de pierre brûlante dans la gorge des martyrs chrétiens; il est clair qu’ils visaient à les martyriser par le symbole même de leur espérance en la résurrection.

Le symbolisme de mort et vie de l’œuf est également appliqué au Temple de Jérusalem : le Temple est détruit, mais il renaîtra un jour, lorsque le Messie viendra.

 

Vous le voyez : notre œuf de Pâques chrétien doit beaucoup à l’œuf de Pâques juif !

 

Il y a encore d’autres origines à notre œuf.

 

Au Moyen-Âge, le Carême était très rigoureux, et on ne mangeait pas d’œufs durant 40 jours (sauf à la Mi-carême, pour faire une pause : d’où les crêpes pour utiliser les œufs !). À la fin du Carême, comment recycler les stocks d’œufs qui s’étaient accumulés ? On consommait les plus récents, on cuisait les plus vieux ; puis on les décorait. Et voilà nos œufs décorés et superbement peints qui apparaissent !

oeufs-de-pc3a2ques-russes31 espérance

 

Les œufs russes sont certainement parmi les plus beaux. Nos frères orthodoxes ont coutume de se saluer le jour de Pâques par la formule : « Christ est ressuscité » en s’échangeant 3 baisers (Trinité !) et des œufs décorés, symbolisant la résurrection du Christ et sa sortie du tombeau. Peints en rouges vifs, décorés de couleur éclatante, ces œufs de l’Est sont en bois, en pierre polie, ou même en pierre précieuse.

Il y a un siècle  environ, les tsars Alexandre III et Nicolas II ont fait confectionner par un artiste 54 œufs superbes pour les tsarines Marie et Alexandra. Ce sont les œufs de Fabergé, mondialement connus !

faberge23 oeuf 

Décidément, il y a de quoi mettre tous nos œufs dans le même panier … pascal !

Même le lièvre de Pâques, si populaire en Allemagne, Suisse ou Autriche (Osterhase) vient de l’œuf, au sens où c’est le même symbole de fécondité de la vie qui triomphe (les lapins sont très forts pour donner la vie… !) ; et une légende raconte qu’un jour un lapin a permis à des enfants de trouver le nid de brindilles où étaient cachés les œufs de Pâques.

lapinchampi2000g Pâques 

Alors, symbole de vie plus forte que la mort, de liberté plus forte que nos esclavages, symbole de la fin des jours maigres et de la beauté des jours de Pâques, laissez cet humble aliment qu’est l’œuf accompagner notre joie ce soir : Christ est ressuscité !

Nulle prison n’a pu le retenir, pas même la mort.

Nul esclavage n’a pu le briser, pas même la violence et la haine.

Nulle tristesse n’a pu le submerger : il fait couler notre joie à flot en sortant du tombeau !

Ne regardez jamais plus un œuf comme avant : il peut devenir pascal, et vous inviter à vous laisser transformer par l’allégresse de Pâques !

 

Christ a vaincu la mort.

Dieu l’a ressuscité.

Il est vivant dans la force de l’Esprit.

 

Ne vous laissez ravir cette joie immense par rien ni personne…

 


[1]. cf. le chant de l’Exultet devant le cierge pascal cette nuit : « heureuse faute qui nous valut un  tel Rédempteur ».

 

 

Messe du jour de Pâques

1ère lecture : « Nous avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts » (Ac 10, 34a.37-43)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, quand Pierre arriva à Césarée chez un centurion de l’armée romaine, il prit la parole et dit : « Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée, après le baptême proclamé par Jean : Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui. Et nous, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice, Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Il lui a donné de se manifester, non pas à tout le peuple, mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. Dieu nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner que lui-même l’a établi Juge des vivants et des morts. C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage : Quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés. »

– Parole du Seigneur.

Psaume : 117 (118), 1.2, 16-17, 22-23

R/ Voici le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! (117, 24)

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !

Le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort !
Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur.

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux

2ème lecture : « Recherchez les réalités d’en haut, là où est le Christ » (Col 3, 1-4)
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Colossiens

Frères,
si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre.  En effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire.

Séquence : À la Victime pascale, chrétiens, offrez le sacrifice de louange.

L’Agneau a racheté les brebis ;
le Christ innocent a réconcilié
l’homme pécheur avec le Père.

La mort et la vie s’affrontèrent

en un duel prodigieux.
Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne.
« Dis-nous, Marie Madeleine,
qu’as-tu vu en chemin ? »

« J’ai vu le sépulcre du Christ vivant,
j’ai vu la gloire du Ressuscité.
J’ai vu les anges ses témoins,
le suaire et les vêtements.

Le Christ, mon espérance, est ressuscité !
Il vous précédera en Galilée. »
Nous le savons : le Christ
est vraiment ressuscité des morts.

Roi victorieux, prends-nous tous en pitié !

Evangile : « Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts » (Jn 20, 1-9)

Acclamation : Alléluia. Alléluia.
Notre Pâque immolée, c’est le Christ ! Célébrons la Fête dans le Seigneur ! Alléluia. (cf. 1 Co 5, 7b-8a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,
12

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept