L'homelie du dimanche

9 février 2020

La nécessaire radicalité chrétienne

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

La nécessaire radicalité chrétienne

Homélie du 6° dimanche du Temps Ordinaire / Année A
16/02/2020

Cf. également :

Tu dois, donc tu peux
Donne-moi la sagesse, assise près de toi
Accomplir, pas abolir
Qu’est-ce que « faire autorité » ? 

Un homme barbu se jette avec un couteau sur les passants pour en tuer et blesser le maximum, en criant « Allah Akbar ! ». On cherche à le faire paraître comme un déséquilibré, mais la perquisition chez lui montre qu’il s’était radicalisé depuis sa conversion à l’islam : allégeance écrite à Daech, matériel de propagande, traces de connexions à des sites djihadistes etc. Force est alors de confier l’affaire au Parquet antiterroriste, car ce n’est plus une affaire de droit commun. Et voilà qu’une fois encore on s’interroge sur ce phénomène nouveau appelé radicalisation : comment peut-on en France au XXI° siècle adhérer à une idéologie politico-religieuse aussi radicale que l’islamisme de Daech ? Au pays des Lumières, des Droits de l’Homme, qui peut prêter crédit à ces fables moyenâgeuses sur les mécréants, les infidèles et le soi-disant honneur d’Allah à venger dans le sang ? Les journalistes et les intellectuels s’étonnent de voir qu’il y a des gens prêts à mourir pour leurs convictions, ne comprenant pas que la religion puisse être un moteur suprême, cherchant les causes de tout cela dans la condition sociale des criminels et non dans leur  credo.

Faut-il s’étonner que l’islam dit radical soit meurtrier ? Tous ceux qui ont étudié l’histoire des expansions arabes du VII° au XI° siècle savent pourtant que c’est à la pointe du sabre que les califats ont imposé le Coran et l’ordre qui en découle, et que l’encouragement à l’élimination des adversaires qui ne veulent pas se convertir est consubstantiel à l’empire musulman dans ses débuts. De manière inverse, pendant trois siècles, les premiers chrétiens n’ont dû leur croissance qu’au témoignage de leurs martyrs sous les dents des fauves dans les arènes romaines, victimes refusant de se battre et non bourreaux vainqueurs militaires.

Quel rapport avec l’évangile de ce dimanche (Mt 5, 17-37) ? La force de conviction qui animait Jésus. Et qui pourrait le rendre suspect à nos yeux aujourd’hui s’il osait de telles paroles en public ou sur les réseaux sociaux. Oui, mais il y a une différence de nature et pas seulement de degrés entre l’exigence extrême du Christ et l’exigence des extrémismes religieux quels qu’ils soient. L’exigence du Christ est envers soi-même et non envers l’autre !
Il ne dit pas : si quelqu’un commet un adultère il faut le lapider, mais : si tu regardes une femme / un homme avec convoitise, tu as déjà commis l’adultère dans ton cœur.
Il ne prescrit pas couper la main droite du voleur, mais d’examiner soi-même ses jalousies, ses rivalités, ses pulsions de prendre.
Il ne dit plus d’appliquer la peine de mort au meurtrier, mais de se considérer soi-même comme meurtrier si nos mots ont porté atteinte à la dignité de l’autre par l’insulte, le mépris, la dérision. En somme, il ne veut pas d’une loi-pour-les-autres ; il prêche une conversion du désir personnel pour le réorienter vers l’amour de l’autre.
En réinterprétant ainsi la loi de Moïse avec autorité (« vous avez appris qu’il a été dit aux anciens… eh bien moi je vous dis… »), Jésus revient à la racine de la Loi : l’Alliance avec Dieu et au sein du peuple. Il y a chez lui une soif d’intériorisation de la Loi, sans compromission avec les habitudes et les mœurs environnantes. C’est en revenant à la racine de la Loi qu’il l’absolutise : « au commencement, il n’en était pas ainsi… » On peut alors qualifier sa conviction religieuse de radicale (radix = racine, en latin), pour la distinguer du radicalisme des extrémismes de toutes tendances tout en lui conservant sa force, son exigence absolue, l’ardente obligation qui la caractérise.

La nécessaire radicalité chrétienne dans Communauté spirituelle schema_robbes


Un remède radical à une maladie n’est pas forcément dangereux : c’est simplement un remède qui traite la cause de la maladie et non les symptômes. De même, la recherche de radicalité religieuse n’est pas le premier signe d’un basculement dans l’intégrisme terroriste, mais le retour aux principes de la foi à laquelle on adhère. Une attitude qu’on devrait donc plutôt considérer comme saine et naturelle, constituant une réaction aux accommodements, dérives et hypocrisies qui finissent toujours, avec le temps, par gangrener les idées les plus généreuses.

La radicalité chrétienne – celle des martyrs, des Pères du désert, des Benoît-Joseph Labre ou François d’Assise – est d’abord celle du Christ refusant d’utiliser la Loi contre les autres, et se l’appliquant à soi-même en profondeur et non superficiellement.
À l’inverse des radicalisés musulmans d’aujourd’hui, cela le conduira à fréquenter les putains et les collabos, à parler aux mécréants, à aimer ses ennemis, sans aucune compromission avec les excès des riches, des puissants, des religieux hypocrites qui vont se liguer pour l’éliminer.

La radicalité chrétienne a existé dès le début, puisque les premiers baptisés ont considéré – comme Étienne le premier martyr (Ac 7) – qu’il valait mieux périr sous les pierres des religieux plutôt que de renier la messianité de Jésus. Et les apôtres chantaient après avoir reçu le fouet pour avoir désobéi à l’ordre de ne plus annoncer le Nom de Jésus, car « il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Ac 5,29). Cette désobéissance civile – non-violente et prônant l’amour des ennemis, insistons sur cette divergence d’avec les autres désobéissances – a inspiré ensuite le comportement si radical de milliers de martyrs préférant être persécutés et dévorés par les fauves que de renier leur foi au Christ.

Les régions du globe où le christianisme s’est affadi en se dissolvant dans les mœurs de son temps sont celles qui comprennent le moins ce qu’est la radicalité chrétienne. Demandez aux évangélistes qui risquent leur vie en Algérie pour confesser leur foi et témoigner du Christ si être chrétien n’est pas un choix radical ! Demandez à ceux qui font circuler des Bibles dans la clandestinité au Vietnam ou en Chine. Interrogez les chrétiens d’Orient qui sont obligés de fuir leur pays où l’intolérance religieuse se fait quasi génocidaire. Interrogez les chrétiens américains qui nous surprennent en mettant leur foi à la racine de beaucoup de leurs choix de vie, que ce soit dans les affaires, l’éthique, ou maintenant l’écologie. Ils sont beaucoup plus radicaux que les chrétiens occidentaux trop soucieux de ne pas faire de vagues et de ne pas redonner vie aux vieux démons des guerres de religion et de l’anticléricalisme.

La radicalité chrétienne n’est-elle pas le « sel de la terre » (Mt 5,13) que Jésus estime indispensable ? Quand François d’Assise épouse Dame pauvreté et fonde une vie communautaire simple et fraternelle, ne conteste-t-il pas radicalement l’ordre marchand qui gagne toute l’Europe au XIII° siècle ? Quand Jean Vanier prend avec lui deux personnes handicapées mentales et fonde avec elles l’Arche, n’est-ce pas un choix radical qui refuse la mise à l’écart des plus fragiles voire leur élimination avant la naissance ? Quand des jeunes femmes quittent tout pour aller ‘s’enfermer’ dans des clôtures de monastères – bénédictines, clarisses, carmélites, trappistines etc. – s’accommodent-t-elle d’un discours de compromis où surtout il ne faudrait pas déranger ni exagérer ? Fallait-il placer Paul VI sous surveillance, qui dès 1970 pour le vingt-cinquième anniversaire de l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), s’inquiétait de « l’effet des retombées de la civilisation industrielle, [qui risquait] de conduire à une véritable catastrophe écologique » et « l’urgence et la nécessité d’un changement presque radical dans le comportement de l’humanité » ? Car si tout est ce qui est radical fait peur, c’est que l’époque a perdu le sens profond de ce terme et mélange allègrement la recherche de cohérence et d’exigence et l’extrémisme conduisant au terrorisme.

Le christianisme sans la radicalité chrétienne serait-il encore lui-même ? Il aurait perdu sa saveur, serait jeté dehors et foulé aux pieds par l’opinion publique, nous avertit Jésus. C’est peut-être ce qui se passe en France et en Occident… La tiédeur s’est tellement généralisée, sous prétexte de politiquement correct et de ‘vivre ensemble’, que bien des chrétiens n’ont plus rien à offrir, à affirmer, et n’osent plus agir différemment. « Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche » (Ap 3, 15-16).

Ni Froid, Ni Bouillant!

Dans son rapport à la Loi juive, Jésus n’est certes pas tiède ! Il veut l’accomplir, non en l’imposant par la magie ou la force, mais en la radicalisant jusqu’à ce qu’elle transforme le plus intime de chacun. Il ne se contente pas d’actes extérieurs qu’il faudrait exécuter pour être en règle (‘j’ai pas tué, j’ai pas volé, je n’ai rien à me reprocher’). Il revient à la racine du meurtre qui est le non-respect de l’autre, en pensée, en paroles, par action et par omission. Il revient à la racine de l’adultère qui est la convoitise dès le regard. Il dénonce la racine du serment : l’instrumentalisation du Nom de Dieu. Jurer par le Nom de Dieu (ou prétendre agir en son Nom) c’est l’utiliser comme caution de nos errements. Mieux vaut ne pas jurer, et tenir la parole donnée.

Avec ce principe radical, Jésus en est arrivé à condenser les 613 commandements de la Loi juive autour de deux seuls qui n’en font qu’un : l’amour de Dieu et l’amour du prochain. C’est comme si vous ré-écriviez le Code Civil pour qu’il tienne en une demie page, ou le Code du Travail en deux phrases… La radicalité chrétienne simplifie ce que les traditions humaines avaient énormément compliqué à force de rajouts et d’exceptions. Prendre un sari et un sceau pour aider les mourants de Calcutta à mourir accompagnés est une chose simple, parce que radicale. Crier à la radio : « Mes amis au secours ! » en plein hiver 1954 parce qu’un bébé est mort gelé dans un bidonville ne relève pas d’une stratégie ni d’un calcul savant, mais d’une inspiration radicale. Aller vivre au milieu des familles ayant fabriqué des igloos de tôle ondulée pour abriter leur misère n’est pas une tactique politique, mais une fidélité radicale à ses origines qui amena le Père Joseph Wrezinski à fonder ATD Quart-Monde. Etc., etc.

La radicalité chrétienne est une radicalité de dialogue, car le dialogue est au cœur du Dieu trinitaire qu’elle annonce. Identité forte donc, mais identité fondamentalement dialoguante.
La radicalité chrétienne est une radicalité missionnaire, parce qu’elle témoigne d’une expérience et invite ceux qui veulent à s’y engager.
La radicalité chrétienne est une radicalité pacifique. C’est la radicalité de celui qui donne sa vie et non celle de celui qui prend ou détruit celle des autres. C’est celle de la douceur (plutôt que de la violence), celle de la tendresse.
La radicalité chrétienne est celle la miséricorde. C’est celle de celui qui s’émerveille des pas accomplis par son frère, plutôt que celle de celui qui juge et regarde de haut, le monde et les autres.
Il s’agit de la radicalité du service et de l’oubli de soi plutôt que celle de la recherche d’influence.

Le pape François l’exprimait dans son homélie pour la canonisation de Paul VI, de Mgr Romero et de cinq autres témoins de la foi en 2018 : « Jésus est radical. Il donne tout, et demande tout. Jésus ne se contente pas d’un pourcentage d’amour : nous ne pouvons pas l’aimer à vingt, à cinquante ou à soixante pour cent. Ou tout ou rien ! Jésus nous invite à retourner aux sources de la joie, qui sont la rencontre avec lui, le choix courageux de prendre des risques pour le suivre, le goût de quitter quelque chose pour embrasser sa vie.  ».

Sous prétexte que le radicalisme est mal vu à cause des extrémistes musulmans, n’allons pas faire disparaître la radicalité chrétienne du paysage français ! Ne confondons pas radicalité et radicalisme, et nous deviendrons « sel  de la terre.« 

Que chacun s’interroge : quels choix radicaux ai-je fait au nom du Christ l’année dernière ?
Qu’est-ce qui est à la racine de mon attachement à la foi chrétienne ?
Quel serait mon désir de concrétiser cet attachement comme source essentielle et non pas ornement secondaire ?

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

« Il n’a commandé à personne d’être impie » (Si 15, 15-20)

Lecture du livre de Ben Sira le Sage

Si tu le veux, tu peux observer les commandements, il dépend de ton choix de rester fidèle. Le Seigneur a mis devant toi l’eau et le feu : étends la main vers ce que tu préfères. La vie et la mort sont proposées aux hommes, l’une ou l’autre leur est donnée selon leur choix. Car la sagesse du Seigneur est grande, fort est son pouvoir, et il voit tout. Ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, il connaît toutes les actions des hommes. Il n’a commandé à personne d’être impie, il n’a donné à personne la permission de pécher.

 

PSAUME

(Ps 118 (119), 1-2, 4-5, 17-18, 33-34)
R/ Heureux ceux qui marchent suivant la loi du Seigneur ! (cf. Ps 118, 1)

Heureux les hommes intègres dans leurs voies
qui marchent suivant la loi du Seigneur !
Heureux ceux qui gardent ses exigences,
ils le cherchent de tout cœur !

Toi, tu promulgues des préceptes
à observer entièrement.
Puissent mes voies s’affermir
à observer tes commandements !

Sois bon pour ton serviteur, et je vivrai,
j’observerai ta parole.
Ouvre mes yeux,
que je contemple les merveilles de ta loi.

Enseigne-moi, Seigneur, le chemin de tes ordres ;
à les garder, j’aurai ma récompense.
Montre-moi comment garder ta loi,
que je l’observe de tout cœur.

 

DEUXIÈME LECTURE

« La sagesse que Dieu avait prévue dès avant les siècles pour nous donner la gloire » (1 Co 2, 6-10)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, c’est bien de sagesse que nous parlons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n’est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dirigent ce monde et qui vont à leur destruction. Au contraire, ce dont nous parlons, c’est de la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, établie par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire. Aucun de ceux qui dirigent ce monde ne l’a connue, car, s’ils l’avaient connue, ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire. Mais ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture : ce que l’œil n’a pas vu,ce que l’oreille n’a pas entendu,ce qui n’est pas venu à l’esprit de l’homme,ce que Dieu a préparé pour ceux dont il est aimé. Et c’est à nous que Dieu, par l’Esprit, en a fait la révélation. Car l’Esprit scrute le fond de toutes choses, même les profondeurs de Dieu.

 

ÉVANGILE

« Il a été dit aux Anciens. Eh bien ! moi, je vous dis » (Mt 5, 17-37)
Alléluia. Alléluia.Tu es béni, Père, Seigneur du ciel et de la terre, tu as révélé aux tout-petits les mystères du Royaume ! Alléluia. (cf. Mt 11, 25)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.

Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne. Il a été dit également : Si quelqu’un renvoie sa femme,qu’il lui donne un acte de répudiation. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère.

Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments,mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi. Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Que votre parole soit ‘oui’, si c’est ‘oui’, ‘non’, si c’est ‘non’. Ce qui est en plus vient du Mauvais. »
Patrick Braud 

 

Mots-clés : , , ,

21 mars 2016

Le Jeudi saint de Pierre

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le Jeudi saint de Pierre
Cf. également :

Jeudi Saint / De la bouchée au baiser : la méprise de Judas
Jeudi Saint : la nappe-monde eucharistique
La table du Jeudi saint
Le pain perdu du Jeudi Saint


Homélie pour le Jeudi saint / Année C
24/03/2016

 

La marche de fiducie

Connaissez-vous cet amusant exercice de cohésion, souvent pratiqué dans les séminaires de team building (ou les camps de jeunes !) ? Il s’agit, les yeux bandés, de former une file avec des collègues, chacun tenant l’autre de devant par les épaules. Seul le dernier de la file a les yeux ouverts. Il doit, sans parler, par des gestes sur les épaules de son voisin de devant, guider la file vers un but donné dans la pièce (exemple : aller mettre un ballon dans un panier). C’est bien une question de confiance (fiducie).


Nous sommes ces joueurs aveugles, obligés de compter les uns sur les autres, nous laissant guider par le Christ caché et invisible, hors de nos regards, à travers d’innombrables médiations aussi difficiles à déchiffrer qu’une légère pression sur l’épaule…

 

Dieu par surprise

C’est bien à une marche de fiducie que Jésus invite ses amis pendant cette semaine sainte, à commencer par le geste étrange du lavement des pieds ce Jeudi soir. Pierre a du mal à ce jeu-là : il nous ressemble, ou l’inverse !

Nous avons du mal à comprendre comment Dieu agit à notre égard.

Nous avons des préjugés, des conceptions préétablies de ce qu’il devrait être ou faire. Et voilà qu’il nous déçoit parfois, qu’il nous surprend souvent, en agissant à contre-courant, en nous prenant à contre-pied.

C’est ce qui arrive à Pierre le soir de ce dernier repas. Sa conception de la puissance de Dieu ne cadre pas avec l’attitude du domestique lavant les pieds des invités au repas. Comme nous, il a un geste de recul en voyant le Christ s’abaisser, aux pieds de ses disciples, proche de leur saleté, de leur transpiration, de la poussière accumulée sur les routes.

« C’est toi Seigneur qui me laves les pieds ? » La surprise et l’étonnement de Pierre doivent être les nôtres : si nous voulons discerner les signes de l’action de Dieu dans nos vies, commençons par repérer ce qui nous étonne, ce qui nous scandalise, ce qui nous surprend, ce qui ne cadre pas avec nos conceptions. Car Dieu agit souvent par effraction, comme un voleur : à nous  de chercher ailleurs que là où nous avons commencé à le trouver…

 

Plus tard tu comprendras

Afficher l'image d'origineL’avertissement de Jésus vaut également pour nous. Sur le moment, nous comprenons rarement ce qui nous arrive et où cela nous conduit. Que ce soit un événement heureux (une rencontre, une opportunité, une réussite etc.) ou difficile  (une séparation, une porte qui se ferme etc.), il nous faut du temps, comme à Pierre, pour deviner où cela peut nous conduire. Ce n’est qu’après Pâques que Pierre comprendra. Nous, c’est après bien des cheminements, après bien des discussions, bien des silences en solitude également que nous pourrons dire : « je comprends pour quoi cela m’est arrivé… »

Ne pas tout comprendre est notre condition humaine. Cela n’invalide pas notre quête du pourquoi. Mais cela nous aide à laisser ouverte à l’infini la question du pour  quoi. Et du coup à nous laisser conduire sans savoir où nous allons…

 

Pierre le radical

Quand Pierre comprend qu’il ne fera pas changer d’avis Jésus, il radicalise son geste : « pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! »

Afficher l'image d'origine

Décidément, il n’a guère le sens de la mesure… Confondant le signifié et le signifiant – pourrait-on dire – Pierre croit que c’est la matérialité du bain qui compte et non la disposition intérieure qu’il incarne. Un peu comme des nouveaux convertis croient volontiers que c’est l’accumulation des prières, des jeûnes, des grandes croix sur la poitrine qui leur garantiront l’identité chrétienne. La quantité des actes dits ‘religieux’ est beaucoup moins importante que le désir d’y conformer toute son existence. Nous en ‘rajoutons’ parfois, comme Pierre, sur les pèlerinages, les messes, les chapelets, les retraites en monastère etc. comme si le lavement des pieds devait s’étendre à tout le corps, alors que le bain d’eau du baptême nous a déjà transformé au plus intime.

Méfions-nous donc de tout les radicalismes qui prétendraient imposer des rituels à n’en plus finir sous prétexte de faire comme le Christ.

Pendant les persécutions antichrétiennes des trois premiers siècles, la question était d’importance : que faire des lapsi, ceux qui avait renié leur foi à cause de la peur, la prison, la menace contre leur famille ? Les radicaux voulaient l’exclusion totale, mais d’autres, et les papes avec eux, se sont souvenus de la miséricorde et n’ont pas voulu imposer davantage que le lavement des pieds pratiqué par le Christ, sous la forme de la confession réintégrant dans la communion ecclésiale.

Que le Jeudi saint de Pierre nous révèle notre propre résistance à laisser le Christ  nous servir en toute humilité.

 

 

Messe du soir
1ère lecture : Prescriptions concernant le repas pascal (Ex 12, 1-8.11-14)
Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là, dans le pays d’Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron : « Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois, il marquera pour vous le commencement de l’année. Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël : le dix de ce mois, que l’on prenne un agneau par famille, un agneau par maison. Si la maisonnée est trop peu nombreuse pour un agneau, elle le prendra avec son voisin le plus proche, selon le nombre des personnes. Vous choisirez l’agneau d’après ce que chacun peut manger. Ce sera une bête sans défaut, un mâle, de l’année. Vous prendrez un agneau ou un chevreau. Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour du mois. Dans toute l’assemblée de la communauté d’Israël, on l’immolera au coucher du soleil. On prendra du sang, que l’on mettra sur les deux montants et sur le linteau des maisons où on le mangera. On mangera sa chair cette nuit-là, on la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères. Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous mangerez en toute hâte : c’est la Pâque du Seigneur. Je traverserai le pays d’Égypte, cette nuit-là ; je frapperai tout premier-né au pays d’Égypte, depuis les hommes jusqu’au bétail. Contre tous les dieux de l’Égypte j’exercerai mes jugements : Je suis le Seigneur. Le sang sera pour vous un signe, sur les maisons où vous serez. Je verrai le sang, et je passerai : vous ne serez pas atteints par le fléau dont je frapperai le pays d’Égypte.  Ce jour-là sera pour vous un mémorial. Vous en ferez pour le Seigneur une fête de pèlerinage. C’est un décret perpétuel : d’âge en âge vous la fêterez. »

Psaume : 115 (116b), 12-13, 15-16ac, 17-18

R/ La coupe de bénédiction est communion au sang du Christ. (cf. 1 Co 10, 16)

Comment rendrai-je au Seigneur
tout le bien qu’il m’a fait ?
J’élèverai la coupe du salut,
j’invoquerai le nom du Seigneur.

Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !
Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
moi, dont tu brisas les chaînes ?

Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
j’invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple.

2ème lecture : « Chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur » (1 Co 11, 23-26)
Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, moi, Paul, j’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur, et je vous l’ai transmis : la nuit où il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » Après le repas, il fit de même avec la coupe, en disant : « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. »
 Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.

Evangile : « Il les aima jusqu’au bout » (Jn 13, 1-15)
Acclamation : Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !
Je vous donne un commandement nouveau, dit le Seigneur :
« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »
Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus ! (cf. Jn 13, 34)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.

 Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture. Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. »

 Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. »
Patrick BRAUD

 

Mots-clés : , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept