L'homelie du dimanche

2 octobre 2014

Les sans-dents, pierre angulaire

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les sans-dents, pierre angulaire

Homélie du 27° dimanche du temps ordinaire / Année A
05/10/14

Une émotion rassurante

Valérie Trierweiler écrit dans son livre choc ‘Merci pour ce moment’ que François Hollande « s’est présenté comme l’homme qui n’aime pas les riches. En réalité, le président n’aime pas les pauvres ». Elle poursuit : « Lui, l’homme de gauche, dit en privé: “les sans-dents” très fier de son trait d’humour. »

En écrivant que François Hollande se moquait des sans-dents, Valérie Trierweiler a suscité une énorme émotion, qui allait de l’indignation à la méfiance devant une telle outrance.

Que ses propos soient vrais ou non, la réaction générale fut plutôt rassurante. Traiter de sans-dents les pauvres, les exclus de Les sans-dents, pierre angulaire dans Communauté spirituellenotre société qui n’ont – c’est vrai - pas les moyens de soigner leur dentition est proprement insupportable. Le mépris ordinaire se change là en insulte dégradante. La gêne quotidienne devant les mendiants, SDF et autres silhouettes fantomatiques des couloirs du métro et des cartons-pour-dormir se transforme là on attaque déshumanisante. Que les laissés-pour-compte engendrent un certain malaise quand on les croise, chacun s’y habitue, hélas. Mais là, trop c’est trop ! On sent bien que c’est tout le lien social qui risque de se déchirer si un minimum de respect et de considération n’est pas accordé aux damnés de la terre.

Remarquez au passage combien est exacte malheureusement la description cinglante des sans-dents. Effectivement, les plus pauvres se reconnaissent à une dentition effroyable, à un sourire qui n’a rien d’étincelant. La survie dans la rue ou les squats est peu compatible avec l’hygiène et les soins dentaires. Rajoutez la chevelure qui la plupart du temps est devenue clairsemée et filasse, le visage portant la trace de la galère à travers bien des rides, cicatrices et autres crevasses où la peau n’a plus guère de fleur, et vous aurez un portrait réaliste de la misère, instinctivement repoussante.

 

Jésus et les sans-dents

Pourquoi rappeler cette charge (juste ou injuste, seuls eux le savent) d’une femme trahie et jalouse envers son ex-compagnon ?

0eff19e9 angulaire dans Communauté spirituelleParce que l’indignation suscitée nous rappelle qu’il y a des limites à fixer au mépris des pauvres.
Parce que notre évangile de ce dimanche (Mt 21, 33-43) nous demande d’aller encore plus loin. Non seulement ne méprisons pas les exclus que nous engendrons, mais bien plus reconstruisons le lien social à partir d’eux. « La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenu la pierre d’angle. C’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux. »

En faisant corps avec les sans-dents de son époque et de sa Palestine, Jésus est devenu lui-même un de ces rejetés devant lesquels on se bouche le nez pour ne pas subir leur déchéance. « Il n’avait plus apparence humaine » (Is 52,14) disait Isaïe en annonçant le Messie défiguré sous l’opprobre de la croix. « Je suis un ver, non pas un homme »  (Ps 22,7) gémissait le psaume que Jésus crucifié a su prier dans sa détresse.

 

Une bonne nouvelle pour les moins-que-rien

Pierre rejetée, pierre angulaire : d’habitude, on commente ce genre d’images en se plaçant du côté des bâtisseurs. Avec une conclusion fort logique : réintégrez les rejetés dans vos projets, vos constructions, si vous voulez que ce que vous construisez ne soit pas vain, promis à la destruction.

Et c’est déjà un message d’une extraordinaire portée sociale. « Si Dieu ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain » (Ps 127,1). Or la manière dont Dieu bâtit l’humanité nouvelle, c’est en partant des exclus pour en faire le pivot, le critère de réussite de la construction globale. Si donc nous voulons bâtir comme Dieu et avec lui, c’est en intégrant les exclus en amont, au fondement de nos projets que nous pourrons réussir.

Mais plaçons-nous maintenant du côté de ceux qui sont rejetés par les bâtisseurs, et le message est encore plus puissant :

Vous qui êtes humiliés aujourd’hui, Dieu vous remettra au centre.

Vous qu’on regarde à la dérobée, un jour dans le face-à-face avec Dieu vous retrouverez l’attention de vos frères.

Vous devant qui on se bouche le nez imperceptiblement lorsqu’on est obligé de vous frôler, vous êtes appelés à répandre autour de vous l’odeur même de la sainteté de Dieu !

Si vous êtes de ces invisibles qui n’apparaissent nulle part si ce n’est dans les statistiques du chômage ou de l’aide sociale, cet évangile est pour vous.

Si vous faites partie des 150 000 SDF qui en France sont à la charge des autres, ou bien des milliers d’immigrants sans existence légale, ou bien de la foule des anonymes que justement personne ne remarque parce que vous êtes en dehors des cercles qui comptent dans la société, alors réjouissez-vous : Dieu lui-même reconstruit l’humanité à partir de vous, dès maintenant.

Comment ? Vous seuls pouvez raconter.
Vous seuls pouvez témoigner de la façon dont Dieu s’y prend, à travers des rencontres, des événements, pour reconstruire des espérances autrefois ruinées.
Votre responsabilité est grande :
- proclamer à la face de tous ceux qui ont réussi que le rejet et l’exclusion n’auront pas le dernier mot.
- incarner la promesse qui a permis au Christ de traverser sa Passion : « la pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle ».

Pourquoi ? Parce que votre expérience d’être « jeté dehors », « à l’extérieur de la vigne », peut aider les autres à devenir plus humains, si vous savez raconter et transmettre tout ce que vous apprenez de l’épreuve.

Et si vous ne faites pas partie de ce peuple de l’ombre, parce que vous avez à peu près réussi les grandes étapes de votre existence, alors prêtez l’oreille à ceux qui ont un message salutaire à vous transmettre.

40013_diaconia_440x260 exclusEt donnez-leur la parole.
Dans vos assemblées de prière, vos associations, vos  entreprises, vos quartiers, arrêtez de parler d’eux, de parler sur eux, de prier pour eux ; redonnez-leur la place qui est la leur dans votre prière, votre travail, votre vie sociale : au centre, pierre angulaire d’une nouvelle manière de vivre plus humaine et plus vraie.

L’Église est par nature le peuple des sans-dents, des invisibles, des pierres rejetées par les bâtisseurs.

Aux paroisses, communautés religieuses et diocèses de laisser les exclus occuper le centre de nos assemblées, et non pas la périphérie.

Arrêtons de parler sur la pauvreté ; laissons les plus pauvres prendre la parole au milieu de nous (cf. le rassemblement Diaconia 2013 à Lourdes) …

 

Lectures du 27° dimanche du temps ordinaire Année A 

Livre d’Isaïe 5,1-7.

Je chanterai pour mon ami le chant du bien-aimé à sa vigne. Mon ami avait une vigne sur un coteau plantureux. Il en retourna la terre et en retira les pierres, pour y mettre un plant de qualité. Au milieu, il bâtit une tour de garde et creusa aussi un pressoir. Il en attendait de beaux raisins, mais elle en donna de mauvais. Et maintenant, habitants de Jérusalem, hommes de Juda, soyez donc juges entre moi et ma vigne ! Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n’ai fait ? J’attendais de beaux raisins, pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ? Eh bien, je vais vous apprendre ce que je vais faire de ma vigne : enlever sa clôture pour qu’elle soit dévorée par les animaux, ouvrir une brèche dans son mur pour qu’elle soit piétinée. J’en ferai une pente désolée ; elle ne sera ni taillée ni sarclée, il y poussera des épines et des ronces ; j’interdirai aux nuages d’y faire tomber la pluie. La vigne du Seigneur de l’univers, c’est la maison d’Israël. Le plant qu’il chérissait, ce sont les hommes de Juda. Il en attendait le droit, et voici l’iniquité ; il en attendait la justice, et voici les cris de détresse.

Psaume 80(79), 9-10.13-14.15-16a.19-20. 

La vigne que tu as prise à l’Égypte,
tu la replantes en chassant des nations.
Tu déblaies le sol devant elle,
tu l’enracines pour qu’elle emplisse le pays.

Pourquoi as-tu percé sa clôture ?
Tous les passants y grappillent en chemin ;
le sanglier des forêts la ravage
et les bêtes des champs la broutent.

Dieu de l’univers reviens !
Du haut des cieux, regarde et vois :
visite cette vigne, protège-la,
celle qu’a plantée ta main puissante.

Jamais plus nous n’irons loin de toi :
fais-nous vivre et invoquer ton nom !
Seigneur, Dieu de l’univers, fais-nous revenir ;
que ton visage s’éclaire, et nous serons sauvés !

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 4,6-9.

Frères, ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes.
Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus.
Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le à votre compte.
Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 21,33-43.

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux pharisiens : « Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il la donna en fermage à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le moment de la vendange, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de la vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais ils furent traités de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : ‘Ils respecteront mon fils. ‘ Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : ‘Voici l’héritier : allons-y ! tuons-le, nous aurons l’héritage ! ‘ Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? » On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il donnera la vigne en fermage à d’autres vignerons, qui en remettront le produit en temps voulu. » Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit.
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , ,

18 avril 2014

Pâques : Courir plus vite que Pierre

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Pâques : courir plus vite que Pierre

Homélie du dimanche de Pâques
20/04/204 

COURIR

Qu’est-ce qui nous fait courir ?

Quiconque a déjà voyagé dans des pays chauds devine le caractère incongru de la scène : des hommes et des femmes courant sur une piste poussiéreuse sous le soleil d’Afrique ou de Palestine. C’est hautement improbable. D’abord parce que la notion de temps dans ces cultures traditionnelles fait peu de place à l’urgence. Il est rare et même indécent de courir faire quelque chose. Et ensuite parce que le climat dissuade très vite de se livrer à ce genre d’exercice. Hormis les Kenyans sur leurs hauts plateaux, courir sur les routes de Jérusalem ou d’Abidjan relève au mieux d’un manque de savoir-vivre, au pire d’un état de déraison avancé.

Dans cet évangile de Pâques, on court pourtant beaucoup.

Marie-Madeleine, dans le sens tombeau => apôtres, pour les prévenir et leur demander de venir vérifier ses dires.

Pierre et Jean, dans le sens Église => tombeau vide, pour voir si elle dit vrai.

L’Église de Pâques naît donc dans la course, inhabituelle, inconvenante, inquiète.

- Courir vers l’Église pour lui signaler l’absence du corps du Christ : c’est la mission symbolique au plus haut point de Marie-Madeleine. Cette course est encore la nôtre lorsque nous devons alerter en urgence l’Église des endroits de nos villes, de notre culture, de la communauté où il n’y a plus de corps du Christ, c’est-à-dire plus de présence ecclésiale.

- Courir de l’Église vers le tombeau vide : c’est le go fast de Pierre et Jean qui préfigure notre propre course pour chercher et découvrir les lieux où la mort n’a pas eu le dernier mot.

Pâques : Courir plus vite que Pierre dans Communauté spirituelle Pierre+et+Jean 

Ces deux courses se répondent et s’appellent sans cesse l’une l’autre encore aujourd’hui.

Devenir chrétien au petit matin de Pâques, c’est s’entraîner à courir de ces deux quêtes à jamais inassouvies : prévenir l’Église qui doit sortir d’elle-même pour aller voir ; courir soi-même pour visiter les lieux où la victoire sur le mal et la mort s’inscrivent en creux, à la manière du tombeau vide.

La course est essentielle à la vie chrétienne, à tel point que Paul prendra sans cesse cette image sportive : ne pas courir en vain, tenir bon jusqu’au bout de l’épreuve, permettre à la parole de Dieu de poursuivre et d’achever sa course :

1Corinthiens 9,24 : Ne savez-vous pas que, dans les courses du stade, tous courent, mais un seul obtient le prix? Courez donc de manière à le remporter.

1Corinthiens 9,26 : Et c’est bien ainsi que je cours, moi, non à l’aventure; c’est ainsi que je fais du pugilat, sans frapper dans le vide.

2Thessaloniciens 3,1 : Enfin, frères, priez pour nous, demandant que la parole du Seigneur accomplisse sa course et soit glorifiée, comme elle le fait chez vous,

2Timothée 4,7 : J’ai combattu jusqu’au bout le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi.

Actes 20,24 : Mais je n’attache aucun prix à ma propre vie, pourvu que je mène à bonne fin ma course et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus: rendre témoignage à l’Évangile de la grâce de Dieu.

Galates 2,2 : J’y montai à la suite d’une révélation; et je leur exposai Évangile que je prêche parmi les païens – mais séparément aux notables, de peur de courir ou d’avoir couru pour rien.

Hébreux 12,1 : Voilà donc pourquoi nous aussi, enveloppés que nous sommes d’une si grande nuée de témoins, nous devons (?) courir avec constance l’épreuve qui nous est proposée,

Philippiens 3,12 : Non que je sois déjà au but, ni déjà devenu parfait; mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus.

Philippiens 3,14 : et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus

Une-soiree-historique_full_diapos_large courir dans Communauté spirituelle

Et nous, pour quoi, pour qui courons-nous ?

Sommes-nous dans cette dynamique de la course qui nous guérit de la résignation, du fatalisme, du ?à quoi bon ?’ des apôtres après la catastrophe de l’échec au Golgotha ?

Qu’est-ce qui nous fait nous lever le matin ?

Quelles bandelettes roulées à part nous attendent, et où ?

Quelle est notre course en réponse aux appels de ceux qui nous disent d’aller voir ailleurs des absences étonnantes ?

 

Courir plus vite que Pierre

Courir donc.

Pierre et Jean en sont des symboles.

Avec cette précision que seul l’auteur du quatrième évangile apporte : le disciple que Jésus aimait a couru plus vite que Pierre.

Pourquoi souligner ce détail ? Est-ce uniquement parce que ce disciple (souvent identifié à Jean, mais on n’en est pas sûr) était plus jeune et donc plus vigoureux que Pierre ?

Difficile de ne pas y voir là encore une touche symbolique : courir plus vite que Pierre est nécessaire à l’Église pour qu’elle se convertisse à son Seigneur. Car, parce qu’il se sait aimé du Christ, ce disciple sera plus rapide non seulement pour arriver au tombeau mais également pour interpréter cette absence, ce vide, ces bandelettes roulées à part avec soin. « Il vit et il crut », alors qu’on ne sait pas ce que Pierre en a pensé.

le+tombeau+vide croire

Si Pierre symbolise – à juste titre – le caractère institutionnel et hiérarchique de l’Église, alors l’auteur du quatrième évangile a voulu marquer d’emblée que l’Église dès sa naissance ne pouvait se contenter du seul Pierre. Il y faut également Jean, ce contemplatif actif, ce disciple aimé qui voit et croit.

Autrement dit, à côté de la structure institutionnelle (pape, évêques, prêtres…), il faut impérativement à l’Église des disciples bien-aimés qui courent plus vite que Pierre, qui sont capables de voir et de croire avant que la lourde machine ecclésiale se convertisse enfin elle aussi, grâce à leur témoignage.

Ces chevaux ailés de la foi, ces gazelles de la course mystique existent toujours, et ont la belle mission de contester la toute-puissance que Pierre tend parfois à s’arroger, en lui rappelant qu’il est une autre connaissance, celle du coeur, une foi  plus active – celle du juste regard porté sur les choses – qui va plus vite que l’institution et l’empêche de se croire suffisante.

Aujourd’hui, ceux qui courent plus vite que Pierre existent toujours au milieu de nous. Ce sont les fondateurs comme Jean Vanier ou le Père Wrézinski, les prophètes comme cette jeune religieuse triomphant dans The Voice à l’italienne ou ces millions de couples pratiquants tranquillement leur propre spiritualité conjugale apparemment éloignée des canons rigides romains, les sages comme les moines et les moniales écoutant la vraie soif du monde et y répondant avec le silence, les psaumes, la fraternité inconditionnelle etc…

9782204101950 JeanCourir plus vite que Pierre n’est pas pour autant s’opposer frontalement à lui : Jean attend devant le tombeau, et s’efface pour laisser Pierre entrer le premier. On se souvient des Pères Congar et Chenu, précurseurs du concile Vatican II, qui pourtant avaient été durement « crossés » auparavant pour leurs écrits théologiques : ils ne sont pas entrés en dissidence, ils ont obéi humblement, en continuant leur travail de recherche, en croyant qu’avec le temps Pierre lui aussi finirait par voir et croire. Et l’histoire leur a donné raison. La suite a montré que grâce à leur obéissance, l’énorme paquebot Église allait finalement se convertir elle aussi à devenir « servante et pauvre », selon les mots de Congar. Le pape François actuel en est un symbole vivant : il incarne Pierre courant plus vite que Pierre en quelque sorte, dans son humilité joyeuse au service des pauvres.

Voilà donc une voie de réforme toujours actuelle : courir plus vite que Pierre, c’est-à-dire détecter plus vite que nos évêques, que nos innombrables et lourdes structures ecclésiales, les vrais désirs, la vraie soif de notre société, et croire avant Pierre que le Christ n’est plus enfermé dans les bandelettes du passé. Que ce soit à propos de la situation des divorcés remariés, de la morale familiale, de l’engagement économique ou politique, ils sont nombreux ces disciples aimés du Christ qui vont plus vite que leur Église officielle sur bien des points !

Mais cette course plus rapide ne sera féconde que si elle attend Pierre patiemment, et l’aide à se convertir lui-même.

La contestation adolescente ou stérile n’est pas à l’auteur du défi de Pâques. S’il doit y avoir confrontation – car parfois cela est nécessaire – que ce soit à la manière de Paul, qui ose reprocher publiquement à Pierre de ne pas être fidèle à la gratuité du salut en Christ :

« Quand Céphas (Pierre) vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il s’était donné tort. En effet, avant l’arrivée de certaines gens de l’entourage de Jacques, il prenait ses repas avec les païens; mais quand ces gens arrivèrent, on le vit se dérober et se tenir à l’écart, par peur des circoncis. Et les autres Juifs l’imitèrent dans sa dissimulation, au point d’entraîner Barnabé lui-même à dissimuler avec eux. Mais quand je vis qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de Évangile, je dis à Céphas devant tout le monde: « Si toi qui es Juif, tu vis comme les païens, et non à la juive, comment peux-tu contraindre les païens à judaïser? (Ga 2,11-14)

Tout en reprenant Pierre devant tout le monde, Paul aura à coeur de ne rien faire sans être visiblement en communion avec lui.

« Reconnaissant la grâce qui m’avait été départie, Jacques, Céphas et Jean, ces notables, ces colonnes, nous tendirent la main, à moi et à Barnabé, en signe de communion : nous irions, nous aux païens, eux à la Circoncision » (Ga 2,9).

Exigence évangélique et obéissance sont donc compatibles au sein de notre Église.

Reste qu’il est essentiel que quelques-uns courent plus vite que Pierre, c’est-à-dire  plus vite que leur évêque, leur conseil paroissial, leurs supérieurs hiérarchiques. Sans eux, l’Église risque de voir sans voir, et – pire encore – de voir sans croire.

 

Messe du jour de Pâques

1ère lecture : Les Apôtres témoins de la Résurrection (Ac 10, 34a.37-43)

Quand Pierre arriva de Césarée chez un centurion de l’armée romaine, il prit la parole : « Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les débuts en Galilée, après le baptême proclamé par Jean :
Jésus de Nazareth, Dieu l’a consacré par l’Esprit Saint et rempli de sa force. Là où il passait, il faisait le bien, et il guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du démon. Car Dieu était avec lui.
Et nous, les Apôtres, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Ils l’ont fait mourir en le pendant au bois du supplice.
Et voici que Dieu l’a ressuscité le troisième jour.
Il lui a donné de se montrer, non pas à tout le peuple, mais seulement aux témoins que Dieu avait choisis d’avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts.
Il nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner que Dieu l’a choisi comme Juge des vivants et des morts.
C’est à lui que tous les prophètes rendent ce témoignage : Tout homme qui croit en lui reçoit par lui le pardon de ses péchés. » 

Psaume : Ps 117, 1.4, 16-17, 22-23

R/ Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, alléluia !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

Le bras du Seigneur se lève, 
le bras du Seigneur est fort ! 
Non, je ne mourrai pas, je vivrai, 
pour annoncer les actions du Seigneur.

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs 
est devenue la pierre d’angle : 
c’est là l’oeuvre du Seigneur,  
la merveille devant nos yeux..

2ème lecture : Vivre avec le Christ ressuscité (Col 3, 1-4)

Frères, vous êtes ressuscités avec le Christ. Recherchez donc les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu.
Tendez vers les réalités d’en haut, et non pas vers celles de la terre.

En effet, vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec lui en Dieu.
Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire.

sequence : 

À la victime pascale,
chrétiens, offrez le sacrifice de louange. 

L’Agneau a racheté les brebis; 
le Christ innocent a réconcilié 
l’homme pécheur avec le Père. 

La mort et la vie s’affrontèrent 
en un duel prodigieux. 
Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne. 

?Dis-nous, Marie Madeleine, 
qu’as-tu vu en chemin ?? 

?J’ai vu le sépulcre du Christ vivant, 
j’ai vu la gloire du Ressuscité. 

J’ai vu les anges ses témoins, 
le suaire et les vêtements. 

Le Christ, mon espérance, est ressuscité ! 
Il vous précédera en Galilée.? 

Nous le savons : le Christ 
est vraiment ressuscité des morts. 

Roi victorieux, 
prends-nous tous en pitié ! 
Amen.

Evangile : Le tombeau vide et la foi des Apôtres (Jn 20, 1-9)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Notre Pâque immolée, c’est le Christ !
Rassasions-nous dans la joie au festin du Seigneur !
Alléluia. (1 Co 5, 7-8)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin, alors qu’il fait encore sombre. Elle voit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a mis. »
Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il voit que le linceul est resté là ; cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau, et il regarde le linceul resté là, et le linge qui avait recouvert la tête, non pas posé avec le linceul, mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas vu que, d’après l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , ,

14 juin 2013

La pierre noire du pardon

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La pierre noire du pardon

Homélie du 16° Dimanche du temps ordinaire / Année C
16/06/2013

 

Connaissez-vous la « pierre noire » des Pères Blancs ?

Elle est célèbre dans les pays d’Afrique où ils sont passés. Imaginez que vous soyez mordus par un serpent très venimeux comme il s’en cache dans les broussailles en été. À partir de la morsure, le temps est court. Si on ne fait rien, le venin se répand dans les veines, va bientôt empoisonner les muscles, puis paralyser le coeur, atteindre le cerveau.  La pierre noire, c’est un antidote sûr et pratique à cette diffusion du venin dans le corps. C’est comme une pierre ponce, très poreuse, très absorbante * : on l’applique immédiatement sur la plaie laissée par ce serpent. Elle vient se coller à la chair, et par un effet ventouse, elle commence aussitôt à stopper la course du poison. Puis elle se gorge du venin qu’elle pompe, par capillarité. Après plusieurs heures, elle se détache d’elle-même de la morsure, saturée de poison mais laissant la chair vidée du venin.

La pierre noire du pardon dans Communauté spirituelle image008 

Le pardon dont les trois textes de ce Dimanche nous parlent ressemble à cette pierre noire.

Lorsque le mal vous a mordu, que ce soit par la violence d’un proche, l’infidélité d’un conjoint, la dépendance à une drogue quelconque ou le démon de la jalousie, lorsque ce mal vous a mordu, vous avez en vous comme un venin qui va être instillé dans tout votre être, et qui peut devenir mortel pour votre vie spirituelle.

Ne rien faire, c’est devenir complice du mal subi ou commis.

Croire qu’on va y arriver tout seul (à surmonter l’épreuve) c’est serrer la plaie sans la soigner.

Seul le recours à un autre – la pierre noire par exemple – permet de faire sortir de soi le poison qui me gâche la vie. Seul le pardon permet de stopper, puis d’absorber hors de moi le mal qui circulait en moi.

Paul est un bon témoin de la « pierre noire » du pardon lorsqu’il nous en conjure :« Il n’est pas question pour moi de rejeter la grâce de Dieu. En effet, si c’était par la Loi qu’on devient juste, alors le Christ serait mort pour rien ». C’est-à-dire : acceptez que Dieu lui-même vienne vous soigner, à travers le pardon donné au nom du Christ. Ne restez pas seul avec votre blessure : laissez-vous approcher par un Autre, laissez-vous purifier de ce qui vous empoisonne.

Lorsqu’on n’a pas de pierre noire sous la main, on peut en urgence aspirer soi-même le venin pour un autre, en osant aspirer le poison avec ses lettres à même la plaie. Eh bien : laissez le Christ approcher ses lèvres de votre coeur, de votre intelligence, de votre histoire ; laissez-le prendre en lui la violence, la dépendance, la jalousie, tout péché qui vous paralyse dans votre course spirituelle.

 

L’initiative ne vient pas de nous. C’est Dieu qui par le Christ a le désir de se réconcilier chacun de nous. Les prêtres, comme Paul, ne sont dans le sacrement de réconciliation que les ambassadeurs de Dieu. Or une ambassade, c’est déjà un peu du pays représenté qui est présent chez nous. Le terrain de l’ambassade de Chine à Paris est considéré comme territoire chinois et non français. Si le confessionnal est un peu l’ambassade du Dieu de la réconciliation, si le prêtre qui donne l’absolution est là en ambassadeur du Christ, alors c’est que le Royaume de Dieu est déjà là au milieu de nous. Il vient nous visiter à travers cette initiative de réconciliation, et nous, nous refuserions d’accueillir sa visite ? Nous renverrions l’ambassadeur sans même voir ses lettres de créance ? Nous nous détournerions de ce sacrement comme si l’ambassade de Dieu n’avait rien à faire chez nous ?

 

Un Dimanche, c’est court pour stopper l’avance de tout poison de nous. C’est une affaire de longue haleine que de laisser le Christ appliquer la pierre noire de son pardon sur nos morsures, jusqu’à ce qu’elle boive tout notre venin intérieur. Ne passons pas à côté de cet appel pressant, presque angoissé, de Jésus : « Je te le dis : si ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, c’est à cause de son grand amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour ».

Nous pouvons toujours redécouvrir la force du pardon : pardon reçu de Dieu ou des autres, pardon donné à ceux qui nous ont fait du mal.

Stoppons au plus vite la course de la rancune, de la vengeance, ou – à l’inverse – de l’indifférence.

« Celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour ».

 

____________________________________

* La pierre noire est en fait un os qu’il faut découper, ensuite limer et puis carboniser. Les petits carrés d’os devenus noirs doivent alors être chauffés dans du lait pendant une heure pour finalement reposer dans du lait froid pendant 48 heures. L’os ayant absorbé le calcium du lait est alors prêt à l’usage. Il suffit de le poser sur la blessure occasionnée par la morsure de serpent et l’os absorbe tout le venin.

 

1ère lecture : David reconnaît sa faute et Dieu lui pardonne (2S 12, 7-10.13)

Lecture du second livre de Samuel

Après le péché de David, le prophète Natan vint le trouver et lui dit : « Ainsi parle le Seigneur Dieu d’Israël: Je t’ai sacré roi d’Israël, je t’ai sauvé de la main de Saül,
puis je t’ai donné la maison de ton maître, je t’ai donné les épouses du roi ; je t’ai donné la maison d’Israël et de Juda et, si ce n’est pas encore assez, j’y ajouterai tout ce que tu voudras.
Pourquoi donc as-tu méprisé le Seigneur en faisant ce qui est mal à ses yeux ? Tu as frappé par l’épée Ourias le Hittite ; sa femme, tu l’as prise pour femme ; lui, tu l’as fait périr par l’épée des fils d’Ammon.
Désormais, l’épée ne cessera plus de frapper ta maison, pour te punir, parce que tu m’as méprisé et que tu as pris la femme d’Ourias le Hittite pour qu’elle devienne ta femme.
David dit à Nathan : « J’ai péché contre le Seigneur ! » Nathan lui répondit : « Le Seigneur a pardonné ton péché, tu ne mourras pas. »

Psaume : Ps 31, 1-2, 5abcd, 5ef.7, 10bc-11

R/ Pardonne-moi, mon Dieu, relève-moi !

Heureux l’homme dont la faute est enlevée,
et le péché remis !
Heureux l’homme dont le Seigneur ne retient pas l’offense,
dont l’esprit est sans fraude !

Je t’ai fait connaître ma faute,
je n’ai pas caché mes torts.
J’ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur
en confessant mes péchés. »

Et toi, tu as enlevé l’offense de ma faute.
Tu es un refuge pour moi,
mon abri dans la détresse,
de chants de délivrance tu m’as entouré.

L’amour du Seigneur entourera
ceux qui comptent sur lui.
Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes !
Hommes droits, chantez votre allégresse !

2ème lecture : C’est par la foi au Christ que nous sommes sauvés (Ga 2, 16.19-21)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Galates

Frères, nous le savons bien, ce n’est pas en observant la Loi que l’homme devient juste devant Dieu, mais seulement par la foi en Jésus Christ ; c’est pourquoi nous avons cru en Jésus Christ pour devenir des justes par la foi au Christ, mais non par la pratique de la loi de Moïse, car personne ne devient juste en pratiquant la Loi.
Grâce à la Loi (qui a fait mourir le Christ) j’ai cessé de vivre pour la Loi afin de vivre pour Dieu. Avec le Christ, je suis fixé à la croix : je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi. Ma vie aujourd’hui dans la condition humaine, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et qui s’est livré pour moi.
Il n’est pas question pour moi de rejeter la grâce de Dieu. En effet, si c’était par la Loi qu’on devient juste, alors le Christ serait mort pour rien.

Evangile : La pécheresse pardonnée à cause de son grand amour (brève : 36-50) (Lc 7, 36-50; 8, 1-3)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Auprès du Seigneur est la grâce, près de lui, la pleine délivrance. Alléluia. (Ps 129, 7)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table.
Survint une femme de la ville, une pécheresse. Elle avait appris que Jésus mangeait chez le pharisien, et elle apportait un vase précieux plein de parfum.
Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, à ses pieds, et ses larmes mouillaient les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et y versait le parfum.
En voyant cela, le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu’elle est : une pécheresse. »
Jésus prit la parole : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. ? Parle, Maître. »
Jésus reprit : « Un créancier avait deux débiteurs ; le premier lui devait cinq cents pièces d’argent, l’autre cinquante. Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait rembourser, il remit à tous deux leur dette. Lequel des deux l’aimera davantage ? »
Simon répondit : « C’est celui à qui il a remis davantage, il me semble. ? Tu as raison », lui dit Jésus.
Il se tourna vers la femme, en disant à Simon : « Tu vois cette femme ? Je suis entré chez toi, et tu ne m’as pas versé d’eau sur les pieds ; elle, elle les a mouillés de ses larmes et essuyés avec ses cheveux. Tu ne m’as pas embrassé ; elle, depuis son entrée, elle n’a pas cessé d’embrasser mes pieds. Tu ne m’as pas versé de parfum sur la tête ; elle, elle m’a versé un parfum précieux sur les pieds. Je te le dis : si ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, c’est à cause de son grand amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour. »
Puis il s’adressa à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. »
Les invités se dirent : « Qui est cet homme, qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »
Jésus dit alors à la femme : « Ta foi t’a sauvée. Va en paix ! »
Ensuite Jésus passait à travers villes et villages, proclamant la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qu’il avait délivrées d’esprits mauvais et guéries de leurs maladies : Marie, appelée Madeleine (qui avait été libérée de sept démons), Jeanne, femme de Kouza, l’intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les aidaient de leurs ressources.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , ,

20 août 2011

Les insignes du politique

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les insignes du politique

 

Homélie du 21° Dimanche ordinaire / Année A

21/08/2011

 

Les militaires arborent quasi naturellement des rangées de médailles sur leur uniforme. Les politiques semblent plus sobres. Pourtant, à bien y regarder, ils recherchent eux aussi les distinctions qui feront d’eux des êtres à part.

La première lecture de ce 21° dimanche ordinaire peut nourrir une réflexion sur les insignes du politique : ceux que Dieu récuse, ceux que Dieu aime trouver chez les responsables en charge de la conduite de l’État.

 

Le syndrome du sépulcre surélevé, ou l’obsession de la gloire post-mortem

Pour comprendre pourquoi Dieu chasse le gouverneur Shebna de son poste, il faut Les insignes du politique dans Communauté spirituelle pt35524reprendre l’intégralité du texte d’Isaïe 22,19-23 (bizarrement tronqué par le choix liturgique). C’est parce que Shebna s’est construit un « sépulcre surélevé » que Dieu l’expulse de sa place de gouverneur. Se construire un tel sépulcre est en effet le signe d’une obsession hélas très courante chez les politiques : vouloir laisser une trace dans l’histoire. Shebna veut qu’après sa mort (sépulcre), on soit obligé de lever les yeux pour penser à lui (surélevé), et qu’en levant les yeux ont soit obligé de penser à lui… D’ailleurs, l’étymologie de son nom – Shebna vient d’une racine dont le sens est : croître - indique qu’il veut se grandir à tout prix. Alors que Eliakim à l’inverse signifie : celui que Dieu établit, qui donc ne se grandit pas lui-même.

 

Le sépulcre surélevé de Shebna illustre bien le syndrome de cette obsession politique dévastatrice : construire sa statue post-mortem, laisser une trace impérissable dans l’histoire. Des premiers empires de l’Extrême-Orient aux guerres napoléoniennes, jusqu’à la pyramide du Louvre ou la Très Grande Bibliothèque, les souverains ont si souvent été hantés par cette recherche de l’immortalité à travers leur gloire post-mortem.

 

Se construire un sépulcre surélevé est typiquement le genre de comportement politique que Dieu exècre.

Jésus n’a pas été tendre avec ces pratiques orgueilleuses où les puissants essaient d’utiliser les sépulcres pour immortaliser leur gloire :

« Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis: au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts et de toute pourriture; vous de même, au-dehors vous offrez aux yeux des hommes l’apparence de justes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité.

Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui bâtissez les sépulcres des prophètes et décorez les tombeaux des justes, tout en disant: Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour verser le sang des prophètes. Ainsi, vous en témoignez contre vous-mêmes, vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes! Eh bien! vous  comblez la mesure de vos pères! » (Mt 23,27-32)

D’ailleurs, Jésus n’a pas acheté ni hérité d’un tombeau pour lui-même. Joseph d’Arimathie est obligé de lui en trouver un, que la tradition place en contrebas à Jérusalem, et non surélevé (Jn 19,41 cf. Isaïe 53,9 : « On lui a donné un sépulcre avec les impies, et sa tombe est avec le riche, bien qu’il n’ait pas commis de violence et qu’il n’y ait pas eu de tromperie dans sa bouche. »)

 

Avec ce sépulcre surélevé, Shebna met en scène sa propre gloire, où il se grandit au-delà de la mort, en s’élevant lui-même.

Jésus à l’inverse traversera la mise en scène de sa propre honte ; il ne comptera pas sur lui-même pour l’au-delà de la mort, mais sur son Père qui l’élèvera plus haut que le sépulcre de Shebna !

 

Les responsables politiques que Dieu aime sont donc ceux qui ne sont pas obsédés par leur trace dans l’histoire. Ceux qui ne vont pas chercher à se grandir par leur action, mais rechercheront la gloire de ce qui est plus grand qu’eux et non la leur.

 

Les insignes du politique aimé de Dieu

 

Le texte d’Isaïe, après avoir stigmatisé le « sépulcre surélevé », parcourt les signes auxquels on reconnaît un véritable serviteur de la chose publique.

 

La tunique, ou la passion de l’unité

Être enveloppé de sa tunique est un symbole du lien permanent qui unit le chef à la source  clé dans Communauté spirituellede son pouvoir. Ainsi entouré de la référence continue à celui qui fonde son pouvoir, le politique aura la passion de servir l’unité de son peuple. Car la tunique de Eliakim fait irrésistiblement penser à la tunique de Jésus, que les soldats n’osent pas déchirer au pied de la croix (Jn 19,23). Le grand prêtre avait déchiré ses vêtements pour condamner Jésus (Mc 14,63). La tunique du Christ, elle, est resté d’une seule pièce, symbole de l’unité du genre humain que Jésus est venu réaliser dans sa passion (Jn 11,52 : Jésus est venu « rassembler dans l’unité des enfants de Dieu dispersés »).

 

Servir l’unité, l’unité de son peuple, l’unité du genre humain, est donc une des plus belles tâches du pouvoir politique que Dieu aime. La tunique de Eliakim, la tunique du crucifié en sont les insignes aux yeux de tous.

 

L’écharpe, où l’école du service

« Je le ceindrai de ton écharpe » : Dieu refait pour le politique un geste liturgique qui ephod cloucaractérise le grand prêtre. C’est ainsi qu’on attachait l’écharpe autour du cou du grand prêtre, pour qu’il porte l’éphod, ce bijou de 12 pierres précieuses symboles des 12 tribus d’Israël (Ex 28,8.27-28 ; 29,5 ; 39,5.20-21 ; Lv 8,7). Ceindre le politique d’une écharpe rappelle à tous, visuellement, qu’il est au service du peuple, et pas de ses intérêts. Shebna a été seulement un maître. Jésus sera maître et serviteur à la fois (Jn 13, 13-15). Les véritables pierres précieuses sont les communes, les visages des administrés. L’écharpe tricolore des maires aujourd’hui encore le rappelle, et signifie à tous qu’ils sont là au nom du peuple et pour le peuple. Ils sont liés par ce service comme l’éphod est lié au grand prêtre par l’écharpe.

 

  

 

Les clés, où le pouvoir de la décision

« Je mettrai sur son épaule la clé de la maison de David : s’il ouvre, personne ne  écharpefermera ; s’il ferme, personne n’ouvrira ». C’est une vraie délégation de pouvoir. Le responsable politique a réellement un « pouvoir des clés ». Il doit trancher, dire oui ou non, et sa décision doit être suivie d’effets.

Réintroduire le pouvoir de décision du politique dans la vie sociale reste un vaste programme : ne pas laisser les pouvoirs financiers décider tout seuls ; trancher sur des orientations décisives (de la peine de mort à la réforme fiscale…) ; faire des choix suivis d’effets : c’est toujours la grandeur de la responsabilité politique. Le pouvoir des clés remis par Jésus à Pierre dans l’évangile de ce dimanche est un archétype de ce que les politiques doivent assumer dans la vie du pays.

 

 

 

 

 

 

 

Le clou, où le poids de la charge

« Je l’enfoncerai comme un clou en un lieu solide » (Is 22,23).

Étrange, cette image du clou solidement planté dans le mur ! La traduction liturgique privilégie l’image d’un piquet enfoncé dans le sol, ce qui n’est pas tout à fait fidèle au texte. On voit bien que le clou est là pour qu’on y accroche une charge qui pèse lourd. S’il est solidement fixé, on pourra y suspendre du lourd. Sinon, il cédera à la première surcharge.

Belle image en fait de la solidité que Dieu veut conférer au politique : il saura supporter des charges lourdes (cf. l’emploi du temps de nos politiques, et leur responsabilité souvent écrasante), prendre des coups, résister à des tensions diverses…

On pense là encore aux clous qui ont fixé Jésus sur la croix. En se laissant clouer sur le bois, Jésus devient paradoxalement la figure de celui qui va jusqu’au bout de sa charge. Le politique tenté de fléchir sous le poids de sa mission pourra regarder vers le crucifié : solidement fixé à sa croix, attaché jusqu’au bout à faire la volonté de son Père, Jésus peut nourrir la fidélité et la ténacité de ceux sur qui la charge politique va faire peser un poids humainement démesuré.

 

Le sépulcre surélevé, la tunique, l’écharpe, les clés et le clou : que cette panoplie d’insignes inspire à nos politiques une passion du pouvoir telle que Dieu l’aime ! Et puissions-nous les soutenir sur ce chemin?

 

 

 

 

1ère lecture : Je te confierai les clefs de la maison de David(Is 22, 19-23)

 

Lecture du livre d’Isaïe

 Ainsi parle le Seigneur Yahvé Sabaot:

   Va trouver cet intendant,

   Shebna, le maître du palais:  16  »Que possèdes-tu ici, de qui te réclames-tu

   pour t’y tailler un sépulcre? »

   Il se taille un sépulcre surélevé,

   il se creuse une chambre dans le roc.  17 Voici que Yahvé va te rejeter, homme!

   t’empoigner avec poigne.  18 Il te roulera comme une boule,

   une balle vers un vaste espace.

   C’est là que tu mourras, avec tes chars splendides,

   déshonneur de la maison de ton maître.  19 Je vais te chasser de ton poste,

   je vais t’arracher de ta place.  20 Et le même jour, j’appellerai mon serviteur

   Elyaqim fils d’Hilqiyyahu.  21 Je le revêtirai de ta tunique,

   je le ceindrai de ton écharpe,

   je lui remettrai tes pouvoirs,

   il sera un père pour l’habitant de Jérusalem

   et pour la maison de Juda.  22 Je mettrai la clé de la maison de David sur son épaule,

   s’il ouvre, personne ne fermera,

   s’il ferme, personne n’ouvrira.  23 Et je l’enfoncerai comme un clou en un lieu solide;

   il deviendra un trône de gloire

   pour la maison de son père.  24 On y suspendra toute la gloire de la maison paternelle, les descendants et les rejetons, et tous les objets de petite taille, depuis les coupes jusqu’aux jarres.  25 Ce jour-là, oracle de Yahvé Sabaot, il cédera, le clou enfoncé dans un lieu solide, il s’arrachera et tombera; alors se détachera la charge qui pesait sur lui. Car Yahvé a parlé.

 

Psaume : Ps 137, 1-2a, 2bc-3, 6a.8

 

R/ Toi, le Dieu fidèle, poursuis ton oeuvre d’amour

De tout mon coeur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne. 

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force. 

Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble.
Le Seigneur fait tout pour moi.
Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’oeuvre de tes mains.

 

2ème lecture : Profondeur insondable du mystère du salut (Rm 11, 33-36)

 

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la science de Dieu !
Ses décisions sont insondables, ses chemins sont impénétrables !
Qui a connu la pensée du Seigneur ? Qui a été son conseiller ?
Qui lui a donné en premier, et mériterait de recevoir en retour ?
Car tout est de lui, et par lui, et pour lui.
À lui la gloire pour l’éternité ! Amen.

 

Evangile : « Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux »(Mt 16, 13-20)

 

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Sur la foi de Pierre le Seigneur a bâti son Église, et les puissances du mal n’auront sur elle aucun pouvoir.Alléluia. (cf. Mt 16, 18)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes ? »
Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »
Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne qu’il était le Messie.
Patrick Braud 

Mots-clés : , , , , , ,
1234