L'homelie du dimanche

25 décembre 2019

Honore ton père et ta mère

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Honore ton père et ta mère

Homélie pour la fête de la Saine Famille / Année A
29/12/2019

Cf. également :

Qu’as-tu que tu n’aies reçu ?
Aimer nos familles « à partir de la fin »
Une sainte famille « ruminante »
Fêter la famille, multiforme et changeante
La vieillesse est un naufrage ? Honore la !
La Sainte Famille : le mariage homosexuel en débat
Une famille réfugiée politique
Familles, je vous aime?

 

La fête de la Sainte-Famille nous fait lire les conseils de Ben Sirac le Sage sur les relations parents-enfants :

« Le Seigneur glorifie le père dans ses enfants, il renforce l’autorité de la mère sur ses fils. Celui qui honore son père obtient le pardon de ses péchés, celui qui glorifie sa mère est comme celui qui amasse un trésor. Celui qui honore son père aura de la joie dans ses enfants, au jour de sa prière il sera exaucé. Celui qui glorifie son père verra de longs jours, celui qui obéit au Seigneur donne du réconfort à sa mère.
Mon fils, soutiens ton père dans sa vieillesse, ne le chagrine pas pendant sa vie. Même si son esprit l’abandonne, sois indulgent, ne le méprise pas, toi qui es en pleine force. Car ta miséricorde envers ton père ne sera pas oubliée, et elle relèvera ta maison si elle est ruinée par le péché » (Si 3, 2-6.12-14).

Tel qu’il nous est livré dans cette traduction liturgique, le texte se révèle admirablement construit :

 Honneur aux parents Si 3

On voit que chacun des parents doit recevoir – à égalité ! – au moins trois présents, dont la gloire en commun. À noter que c’est à la mère qu’est conférée l’autorité par le Seigneur, et le soutien au (vieux) père par l’enfant. Pas si misogyne que prévu… D’autant plus que le réconfort apporté à sa mère est le seul commandement qui ne rapporte rien à l’enfant, alors que tous les autres lui procurent en retour six biens en abondance.

C’est donc que nos comportements envers nos parents relèvent à la fois de la gratuité  – c’est pour rien que l’enfant apporte du réconfort à sa mère – et de l’intérêt bien compris, car « la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous » dira Jésus plus tard (Lc 6, 36-38). C’est comme s’il y avait une loi de réciprocité entre générations (que l’actuel débat en France sur la réforme des retraites remet au premier plan social !).

Pour la sagesse biblique, glorifier ses parents augmente l’espérance de vie et construit un capital (un « trésor ») pour sa propre vieillesse. De même honorer ses parents ou les soutenir alors qu’ils sont faibles procure le pardon de ses péchés, mieux qu’une liturgie au Temple de Jérusalem.

On se souvient que la cinquième parole du Décalogue (Ex 20, 1-17 ; Dt 5, 6-21) porte justement sur l’honneur des parents, et dit la même chose : « honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent sur cette terre que Dieu t’a donnée ». Cette parole sert de pivot entre les deux tables de la Loi : la première qui porte sur la relation à Dieu et la deuxième sur la relation aux autres. Comme si la justesse de notre relation parentale était une conséquence de notre juste relation à Dieu, et une condition d’une juste relation aux autres.

De plus, le Décalogue fait implicitement le lien entre chaque parole sur le lien à Dieu et celle correspondante sur les liens à autrui. Ainsi « honore ton père et ta mère » (n° 5) est mis en parallèle avec « tu ne convoiteras pas » (n° 10) :

De la parole n°5 à la parole n° 10
Honneur des parents & Convoitise
Ne pas honorer ses parents engendre la convoitise. En effet, dès lors qu’on n’est plus dans l’héritage (accepter de recevoir ce qui est donné des parents, le meilleur comme le pire) on se met en situation d’appropriation (désirer prendre le bien d’autrui).

De la parole n°10 à la parole n° 5
Convoitise & Honneur des parents
Convoiter le bien d’autrui finit toujours par engendrer le mépris de ses propres parents. On envie leur réussite, on ne voit plus en eux des racines mais des fruits à prendre. On en vient tel le fils prodigue à lorgner sur l’héritage.

La disposition des 10 Paroles en 2 tables nous oblige à lier sans cesse notre comportement envers Dieu et nos relations aux autres, et réciproquement.

La sagesse biblique est donc essentiellement pratique : résultat d’une longue observation des conséquences de nos actes, elle sait d’expérience que mépriser ses parents est suicidaire, et que l’on devient meilleur en étant sensible à leur détresse lorsqu’ils vieillissent.

Regardez autour de vous : ceux qui n’ont pas résolu leurs difficultés de l’enfance avec leurs parents ont du mal à s’assumer eux-mêmes, et font à leur tour peser sur leur famille de sourdes menaces. Ceux qui ont fait la paix avec leur passé familial peuvent être en paix avec eux-mêmes, et accueillir sereinement les différences familiales des nouvelles générations, sans violence. Bon nombre de couples éclatent après quelques années de vie commune parce que l’un des deux (ou les deux !) n’a pas digéré une figure paternelle ou maternelle dans son éducation, ou n’a pas pu honorer son couple parental à sa juste mesure, c’est-à-dire sans l’idolâtrer ni l’accabler.

Honore ton père et ta mère Rav Mena'hem Berros Mitsvah de Kiboud av va-em E27Honorer ses parents, c’est reconnaître que nous ne sommes pas à nous-mêmes notre propre origine, et assumer joyeusement le meilleur et le pire de ce qu’ils nous ont transmis. Même absents (divorce, décès, abandon…), ils demeurent des racines. Nous reconnaissons que le patrimoine génétique de chacun de nos deux parents contribue à inventer le nôtre, unique et original, mais largement inspiré des deux. Décoder ce patrimoine génétique est essentiel pour notre santé, le traitement des maladies, la compréhension de notre psychisme. Pourquoi ne pas accepter la combinaison des patrimoines spirituels également ? Nous pouvons faire du neuf, non pas à partir de rien, mais à partir de ce double héritage assumé avec reconnaissance si tout s’est bien passé, et avec courage s’il y a eu des blessures, avec réalisme et miséricorde dans tous les cas.

Interrogez autour de vous ceux qui ont rompu avec une sœur, un frère, un parent. Très souvent c’est à cause d’une histoire d’argent, d’une sombre histoire de rancune familiale, ou de réelles violences subies qui ont imposé la coupure. Quelle que soit la raison, vous pourrez percevoir une attente et un manque impossibles à combler. Même ceux et celles qui se sont endurci le cœur pour ne plus rien ressentir vis-à-vis des absents, vous pourrez en les écoutant déceler cette inflexion dans leur voix qui trahit leur souffrance apparemment maîtrisée.

Nos querelles familiales – et Dieu sait s’il y en a ! – abîment en nous notre capacité à compatir, à pardonner, à nous lier sans intérêt et sans peur. Il est à ce titre intéressant de repérer que le seul commandement ‘non intéressé’ dans notre texte est le réconfort donné à sa mère en obéissant au Seigneur. La joie d’une mère est de voir son enfant grandir et vivre dans la droiture, selon le cœur de Dieu. Une dame très âgée, rivée sur son fauteuil roulant en EHPAD, l’exprimait avec ses mots : « tout ce qui compte pour moi maintenant, c’est que mon fils soit un homme bien, une belle personne… » La vieillesse avec son cortège d’humiliations et d’indignations est supportable pour elle grâce au réconfort de savoir son fils sur un chemin de droiture. À l’inverse, on se souvient des larmes continuelles de Sainte Monique sur son fils Augustin lorsque celui-ci s’égarait dans une vie facile et luxueuse, perdue dans les délires de la secte des Manichéens.

Donner du réconfort pour rien à des personnes âgées va devenir de plus en plus une urgence sociale. Ce n’est ni le devoir ni l’intérêt qui nous le commande, mais la gratuité de l’amour filial.

Fêtons donc la Sainte Famille en retrouvant ce que veut dire donner honneur et gloire à nos parents aujourd’hui, qu’ils soient vivants ou décédés. Puissions-nous leur donner soutien et réconfort, parce qu’un jour nous serons à leur place, ou simplement parce que nous voulons les aimer tels qu’ils sont, gratuitement.

 

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

Celui qui craint le Seigneur honore ses parents (Si 3, 2-6.12-14)

Lecture du livre de Ben Sira le Sage

Le Seigneur glorifie le père dans ses enfants, il renforce l’autorité de la mère sur ses fils. Celui qui honore son père obtient le pardon de ses péchés, celui qui glorifie sa mère est comme celui qui amasse un trésor. Celui qui honore son père aura de la joie dans ses enfants, au jour de sa prière il sera exaucé. Celui qui glorifie son père verra de longs jours, celui qui obéit au Seigneur donne du réconfort à sa mère.
Mon fils, soutiens ton père dans sa vieillesse, ne le chagrine pas pendant sa vie. Même si son esprit l’abandonne, sois indulgent, ne le méprise pas, toi qui es en pleine force. Car ta miséricorde envers ton père ne sera pas oubliée, et elle relèvera ta maison si elle est ruinée par le péché.

PSAUME

(Ps 127 (128), 1-2, 3, 4-5)
R/ Heureux qui craint le Seigneur et marche selon ses voies ! (Ps 127, 1)

Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur.
De Sion, que le Seigneur te bénisse !
Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie.

DEUXIÈME LECTURE

Vivre ensemble dans le Seigneur (Col 3, 12-21)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Colossiens

Frères, puisque vous avez été choisis par Dieu, que vous êtes sanctifiés, aimés par lui, revêtez-vous de tendresse et de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur et de patience. Supportez-vous les uns les autres, et pardonnez-vous mutuellement si vous avez des reproches à vous faire. Le Seigneur vous a pardonné : faites de même. Par-dessus tout cela, ayez l’amour, qui est le lien le plus parfait. Et que, dans vos cœurs, règne la paix du Christ à laquelle vous avez été appelés, vous qui formez un seul corps. Vivez dans l’action de grâce. Que la parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ; instruisez-vous et reprenez-vous les uns les autres en toute sagesse ; par des psaumes, des hymnes et des chants inspirés, chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance. Et tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus, en offrant par lui votre action de grâce à Dieu le Père. Vous les femmes, soyez soumises à votre mari ; dans le Seigneur, c’est ce qui convient. Et vous les hommes, aimez votre femme, ne soyez pas désagréables avec elle. Vous les enfants, obéissez en toute chose à vos parents ; cela est beau dans le Seigneur. Et vous les parents, n’exaspérez pas vos enfants ; vous risqueriez de les décourager.

ÉVANGILE

« Prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte » (Mt 2, 13-15.19-23)
Alléluia. Alléluia.Que, dans vos cœurs, règne la paix du Christ ; que la parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ! Alléluia. (Col 3, 15a.16a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Après le départ des mages, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. » Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils.
Après la mort d’Hérode, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph en Égypte et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et pars pour le pays d’Israël, car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l’enfant. » Joseph se leva, prit l’enfant et sa mère, et il entra dans le pays d’Israël. Mais, apprenant qu’Arkélaüs régnait sur la Judée à la place de son père Hérode, il eut peur de s’y rendre. Averti en songe, il se retira dans la région de Galilée et vint habiter dans une ville appelée Nazareth, pour que soit accomplie la parole dite par les prophètes : Il sera appelé Nazaréen.
Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,

22 juin 2016

Sans condition, ni délai

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Sans condition, ni délai

 

Homélie du 13° Dimanche du temps ordinaire / Année C
26/06/2016

 

Cf. également :

Exigeante et efficace : la non-violence 

Du feu de Dieu ! 

 

Sans condition

Sommes-nous capables d’aimer sans condition ?

Nous pressentons que la gratuité fait partie structurante de l’amour. C’est peut-être l’amour parental qui en est le plus proche. Beaucoup de parents ont dit à leur enfant – et ils ont eu raison de lui dire – : quoi qu’il t’arrive dans ta vie, tu resteras notre fils/fille, et notre maison comme notre coeur te seront toujours ouverts.

Afficher l'image d'originePourtant, même cet amour parental apparaît mélangé. Dès la conception d’ailleurs, puisque beaucoup d’enfants sont accueillis à condition qu’ils soient attendus et désirés, sinon l’IVG sera requis, parce que les conditions ne sont pas réunies pour accepter cette grossesse. Environ 96 % des parents à qui on diagnostique pendant la grossesse un risque d’avoir un enfant trisomique demandent l’avortement. Un certain eugénisme de fait est déjà pratiqué dans notre pays.

Même après la naissance, l’amour parental n’est pas si inconditionnel que cela : les abandons sont encore nombreux, la maltraitance physique également, sans compter les maltraitances psychologiques parce que l’enfant qui avait été rêvé ne correspond pas aux attentes de ses parents.

Jésus connaît bien les ambiguïtés des liens familiaux. Souvent il a refusé de les sacraliser et les a remplacés par les liens de la foi : « celui qui vient à moi doit me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs et même à sa propre personne… » (Lc 14, 25-26).

Jésus, dans l’évangile de ce dimanche (Lc 9, 51-62), est d’une exigence inouïe. Il ose appeler un homme qui vient de perdre son père, et cela devait se voir à l’époque où le deuil était une étape sociale au vu et au su de tous. À la réponse : « laisse-moi d’abord aller enterrer mon père », Jésus a cette maxime cinglante devenue proverbiale : « laisse les morts enterrer leurs morts ». Et il lui répète son invitation : « suis-moi », comme pour l’arracher à cette sphère devenue morbide au nom de l’affection filiale. Pourtant, la loi juive comme les coutumes humaines les plus ancestrales font de l’assistance aux obsèques une obligation sociale impérative. Ne pas venir à l’enterrement d’un ami, d’un proche, même si on était fâché ou éloigné, est toujours perçu comme inacceptable. Tout devrait disparaître devant la mort, pense-t-on, et alliés ou adversaires s’inclinent toujours devant la dépouille du défunt.

Le fils semble donc obéir au respect humain le plus élémentaire en demandant d’abord d’aller enterrer son père. Il obéit en plus à la Torah, qui demande : « honore ton père et ta mère ». Et quoi de plus déshonorant que de ne pas avoir ses enfants pour le dernier adieu ?

Afficher l'image d'origine

Les deux hommes concernés par leur famille posent en quelque sorte une condition à Jésus : « je te suivrai à condition d’abord d’enterrer mon père / de dire adieu à mes proches ».

Même ces conditions, ultra légitimes, ne tiennent pas devant l’appel du Christ : « suis-moi ! » [1]. Certains commentaires voudraient spiritualiser ce passage en allant trop vite au sens symbolique de cette rupture demandée. Bien sûr, il s’agit de ne pas se laisser enfermer par son passé, même son passé familial. Bien sûr, Jésus nous libère par cette maxime de toute idolâtrie du lien du sang : notre vraie famille n’est pas régie par nos gènes, notre véritable identité n’est pas déterminée par le droit du sol ni le droit du sang. Notre vraie famille, c’est l’humanité tout entière et chaque personne en particulier. Voilà pourquoi nous appelons Dieu Père, et lui seul est père en plénitude. Et ce père-là, on n’est pas près de l’enterrer !

Il y a donc une sacrée libération de toute domination familiale dans l’Évangile, et cette fraternité universelle est encore aujourd’hui révolutionnaire.

Reste l’impératif très concret de Jésus : « laisse les morts enterrer leurs morts ». Ce n’est pas une théorie sur l’engagement, c’est un acte visible, socialement lourd de conséquences. Jésus a toujours préféré les décisions en actes à des discours abstraits, les personnes aux idées, les situations singulières aux théories générales.

 

Sans délai

Un couple qui prépare son mariage m’a fait découvrir ce texte autrement. Il y voit surtout la tentation du délai : délai pour éviter de se mettre en route tout de suite, excuse pour différer le véritable engagement. Le fiancé racontait :

« C’est ce que j’ai fait lors d’une première relation avec une autre femme, qui a duré des années. Je me disais : quand j’aurai un boulot stable, quand on aura une maison, quand on sera sûr d’être ensemble, quand on sera d’accord sur les enfants, quand… alors peut-être on se mariera. Mais en réalité, c’était le symptôme d’une hésitation plus profonde. Et de fait, nous nous sommes séparés au bout de quelques années, constatant qu’on n’arrivait pas à s’engager ensemble. »

Cette interprétation en termes de délai sonne fort juste : même si nous ne mettons pas apparemment de condition pour suivre le Christ ou dire oui à tel projet essentiel, il nous arrive souvent de contourner la décision en la procrastinant, c’est-à-dire en la reportant sans cesse à plus tard. Un peu comme l’alcoolique qui dit : j’arrête demain. Un peu comme le fumeur, sûr de lui : je peux arrêter de fumer quand je veux (donc je continue !).

Afficher l'image d'origine

Suivre le Christ peut ainsi sans cesse être remis à plus tard : d’abord prendre soin de mon travail, puis de ma famille, puis de ma retraite… après on verra ! Prendre excuse d’un délai peut miner nos décisions les plus importantes.

Il existe certes une procrastination heureuse (notamment au travail !) : celle qui consiste à laisser s’évanouir d’elle-même l’écume des jours pour éviter de s’y noyer. Par exemple, ne pas répondre tout de suite à tous ses mails, et constater ainsi que la moitié d’entre eux se résolvent tout seuls… Mais la procrastination qui est ici dénoncée est d’un autre ordre : le délai sans cesse prétexté nous empêche en réalité de prendre la route, de nous engager vraiment, de passer les seuils essentiels (se marier, s’engager, terminer un travail de deuil, mettre ses actes en accord avec ce que l’on croit etc…).

 

Mettre des conditions ou prétexter un délai

Ne vous arrive-t-il jamais d’éviter ainsi de prendre une décision importante ?

Mettre cette stratégie – consciente ou non – en pleine lumière suffit le plus souvent à lui enlever son efficacité négative. L’appel du Christ à le suivre, à travers les routes que nous avons à prendre, peut alors se fait entendre, avec son exigence, maintenant, sans poser de conditions plus longtemps…

Afficher l'image d'origine 

 


[1]. Si l’on tient compte des coutumes du temps du Christ, il est possible que la raison donnée par cette homme à ne pas suivre Jésus directement n’ait rien à faire avec les obsèques de son père. Car, au Moyen Orient comme en Afrique et tous les pays chauds, on enterrait les morts le jour même à cause de la chaleur. Un délai de 24h maximum est toujours de mise dans l’islam. Les fils veillaient auprès du corps de leur père jusqu’à son enterrement. L’homme en question ne devrait donc pas être en train de parler avec Jésus ! Sa réponse sonne alors comme une excuse et un mensonge, pour remettre à plus tard le fait de prendre la route avec Jésus.

 

 

1ère lecture : « Élisée se leva et partit à la suite d’Élie » (1 R 19, 16b.19-21)
Lecture du premier livre des Rois
En ces jours-là, le Seigneur avait dit au prophète Élie : « Tu consacreras Élisée, fils de Shafath, comme prophète pour te succéder. » Élie s’en alla. Il trouva Élisée, fils de Shafath, en train de labourer. Il avait à labourer douze arpents, et il en était au douzième. Élie passa près de lui et jeta vers lui son manteau. Alors Élisée quitta ses bœufs, courut derrière Élie, et lui dit : « Laisse-moi embrasser mon père et ma mère, puis je te suivrai. » Élie répondit : « Va-t’en, retourne là-bas ! Je n’ai rien fait. » Alors Élisée s’en retourna ; mais il prit la paire de bœufs pour les immoler, les fit cuire avec le bois de l’attelage, et les donna à manger aux gens. Puis il se leva, partit à la suite d’Élie et se mit à son service.

Psaume : Ps 15 (16), 1.2a.5, 7-8, 9-10, 2b.11
R/ Dieu, mon bonheur et ma joie ! cf. Ps 15, 2.11)

Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait de toi mon refuge.
J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. »

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon cœur m’avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m’abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Je n’ai pas d’autre bonheur que toi.
Tu m’apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices !

2ème lecture : « Vous avez été appelés à la liberté » (Ga 5, 1.13-18)
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates
Frères, c’est pour que nous soyons libres que le Christ nous a libérés. Alors tenez bon, ne vous mettez pas de nouveau sous le joug de l’esclavage. Vous, frères, vous avez été appelés à la liberté. Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte pour votre égoïsme ; au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres. Car toute la Loi est accomplie dans l’unique parole que voici : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres. Je vous le dis : marchez sous la conduite de l’Esprit Saint, et vous ne risquerez pas de satisfaire les convoitises de la chair. Car les tendances de la chair s’opposent à l’Esprit, et les tendances de l’Esprit s’opposent à la chair. En effet, il y a là un affrontement qui vous empêche de faire tout ce que vous voudriez. Mais si vous vous laissez conduire par l’Esprit, vous n’êtes pas soumis à la Loi.

Evangile : « Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem » « Je te suivrai partout où tu iras » (Lc 9, 51-62)
Acclamation : Alléluia. Alléluia.
Parle, Seigneur, ton serviteur écoute ; Tu as les paroles de la vie éternelle. Alléluia. (cf. 1 S 3,9 ; Jn 6, 68c)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. Il envoya, en avant de lui, des messagers ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem. Voyant cela, les disciples Jacques et Jean dirent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu’un feu tombe du ciel et les détruise ? » Mais Jésus, se retournant, les réprimanda. Puis ils partirent pour un autre village.
 En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. » Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
 Il dit à un autre : « Suis-moi. » L’homme répondit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. » Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. »
 Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. » Jésus lui répondit : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

28 décembre 2013

La vieillesse est un naufrage ? Honore la !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La vieillesse est un naufrage ? Honore la !

Homélie pour la fête de la Sainte famille Année A
29/12/13

Un EHPAD : cinq lettres garantissant un certain confort pour les personnes âgées dépendantes accueillies dans cet établissement médicalisé.

Pourtant, dès l’entrée, un saisissement submerge le visiteur. Une batterie de regards vides alignés dans leurs fauteuils roulants, autour d’une cheminée sans feu ; un silence étrange vu la vingtaine de vieilles dames rassemblées là, et qui devraient papoter à plaisir. Est-ce encore vivre que de laisser le temps s’écouler ainsi, sans autre objectif que d’atteindre le prochain repas, sans autre parole que celles qui sont enfouies, incohérentes, dans les mémoires embrouillées ?

Vous cherchez le visage de la personne que vous êtes venu visiter. Elle a l’air toute surprise alors que vous lui avez rappelé 20 fois auparavant. Au moins est-elle heureuse de cette soudaine déchirure dans la longue solitude journalière répétitive. Mais la conversation devient très vite épuisante. Quand il n’y a plus de traces du passé, quand on est incapable de se projeter plus loin que le prochain repas, il ne reste plus que le présent à explorer. Les oiseaux dans les arbres, la pluie qui va revenir, et cette légère douceur de l’air qui pourrait bien nous permettre d’aller faire une balade dehors, ce que beaucoup de pensionnaires enfermés attendent avec impatience…

Le pire, c’est quand avec la déchirure de l’âge ressortent tous les défauts les plus graves jusque-là jugulés par l’éducation et le savoir-vivre. Rivalité, jalousie, agressivité, méchanceté les unes envers les autres… : les maisons de retraite fourmillent de ce venin d’inhumanité où l’incontinence touche également les attitudes mauvaises auparavant habilement contenues.

Et le pire du pire, c’est le troisième étage, l’étage des « cinglés », dont l’appellation polie de personnes désorientées ou le nom scientifique d’Alzheimer masque mal leur totale dépersonnalisation. Hébétés, à moitié déshabillés, ils errent dans les couloirs ou se terrent dans leur chambre, en donnant du Madame aux Messieurs, en ne reconnaissant plus personne, en n’ayant plus conscience du jour, de l’année, de leur dignité ni de leur identité.

Ressortir indemne de ces visites est impossible.

Le grand âge c’est donc cela aussi ! Pas seulement le beau vieillard adulé qu’était Nelson Mandela, ni les seniors en pleine forme de nos publicités pour happy-boomers. Mais une déchéance du corps, de l’esprit, du souffle. « La vieillesse est un naufrage » osait dire le général De Gaulle en regardant Pétain. Il visait l’errance morale du vieux maréchal. Mais le naufrage s’attaque aujourd’hui à toutes les capacités : physiques, intellectuelles, spirituelles. Nous vivons maintenant si vieux que statistiquement il y a de grandes chances que nos 10 dernières années, autour des 80-90 ans, se transforment en longue dérive dégradante.

L’avertissement de Ben Sirac le Sage (1° lecture) résonne avec d’autant plus de violence dans ce contexte. « Soutiens ton père dans sa vieillesse. Même si son esprit l’abandonne, sois indulgent, ne le méprise pas, toi qui es en pleine force » (Si 3,2-14).

En cette fête de la Sainte Famille, voilà un devoir familial dur à entendre. Car c’est épuisant que d’accompagner ainsi des vieillards dans leur démence sénile. C’est en outre devenu si cher que bientôt notre société ne pourra plus payer pour des conditions d’accueil et de soins dignes. Allez faire un tour dans les longs séjours de nos hôpitaux, de nos hospices publics, et vous découvrirez des mouroirs qui n’ont rien à envier à ceux de Calcutta.

Pourtant, le sage nous avertit : « ne méprise pas tes vieux parents lorsque l’esprit les abandonne », sinon pourrais-tu toi-même espérer de la miséricorde pour toutes tes déchéances actuelles ou à venir ?

La vieillesse est un naufrage ? Honore la ! dans Communauté spirituelle honore-ton-pere-et-ta-mereC’est l’ancien commandement : « honore ton père et ta mère » que la sagesse invite à revisiter. Que veut dire : honorer ses vieux parents lorsque apparemment ils sont réduits à une survie plus ou moins animale ?

Redoutable question, qui va peser sur le débat à l’Assemblée Nationale pour les lois dites ?de fin de vie’ : euthanasie active ou passive, suicide assisté, surcoût insupportable pour les déficits publics etc.

L’impératif catégorique demeure pour autant : « honore ton père et ta mère ».

Peut-être Jésus l’a-t-il vécu dans son enfance, confronté au grand âge, puis à la mort de son père adoptif ? Car Joseph, selon quelques traditions orales, aurait été beaucoup plus âgé que Marie, et serait mort au moment où Jésus émerge à la vie publique. Mais on ne sait rien ou presque de l’attitude de Jésus vis-à-vis des personnes âgées de son époque. Tout simplement parce que dans ce temps-là on ne vivait pas vieux !

C’est réellement une question moderne engendrée par l’allongement spectaculaire de l’espérance de vie, et de la santé qui y conduit. Difficile donc de trouver dans la Bible comment faire pour accompagner nos seniors ++ jusqu’au bout.

À nous d’inventer les chemins de respect et d’affection pour entourer nos aînés.

Ce n’est plus en prenant chez soi ses parents ou beaux-parents, comme on faisait autrefois à la ferme. Car nos appartements, nos rythmes de vie ne sont plus compatibles avec cela. Et cette cohabitation de générations engendrait bien des rancoeurs, frustrations et dominations dont nous ne voulons plus.

Alors, que faire pour ceux dont la force et l’esprit les abandonnent ?

axe1Francoise famille dans Communauté spirituelle- Une première réponse se trouve du côté de la recherche scientifique.

Combattre la douleur et le handicap liés à l’âge, entretenir la motricité et l’indépendance, vaincre Alzheimer (peut-être grâce aux cellules souches) etc…. Investissons massivement dans cette recherche, de qui dépendent nos conditions de vieillesse future.

- Une deuxième réponse se trouve du côté de l’innovation sociale. On peut imaginer des lieux de vie différent, des prises en charge à domicile alternatives, des associations mieux impliquées, des croisements intergénérationnels avec des écoles, des artistes etc. La lutte contre la solitude des personnes âgées est notamment un champ où les chrétiens ont un vrai savoir-faire (Petites Soeurs des Pauvres, conférences Saint-Vincent de Paul, service évangélique des malades etc…).

- Une troisième réponse sera proprement spirituelle. Un sursaut de la conscience collective pour ne pas se voiler la face devant cette question de plus en plus lourde, pour aller affirmer a priori la valeur et la dignité de toute personne humaine, justement – et plus encore – lorsqu’elle n’a plus  apparence humaine à cause du grand âge.

Le Christ a fait l’expérience de devenir un rebut de l’humanité, humilié, méprisé, regardé « comme un ver » et non comme un être humain. C’était pour que les défigurés de nos sociétés trouvent en lui un compagnon de route qui rappelle à tous la vraie beauté humaine que même la démence sénile et la déchéance des années ne peuvent extirper de l’existence de chacun.

En fêtant la Sainte Famille, réfléchissons aux engagements personnels et collectifs à prendre pour que nos aînés ne soient pas déshonorés par la perte de leurs facultés.

« Même si son esprit l’abandonne, ne méprise pas ton père ou ta mère ».

1ère lecture : Les vertus familiales (Si 3, 2-6.12-14)

Lecture du livre de Ben Sirac le Sage

Le Seigneur glorifie le père dans ses enfants, il renforce l’autorité de la mère sur ses fils.
Celui qui honore son père obtient le pardon de ses fautes,
celui qui glorifie sa mère est comme celui qui amasse un trésor.
Celui qui honore son père aura de la joie dans ses enfants, au jour de sa prière il sera exaucé.
Celui qui glorifie son père verra de longs jours, celui qui obéit au Seigneur donne du réconfort à sa mère.
Mon fils, soutiens ton père dans sa vieillesse, ne le chagrine pas pendant sa vie.
Même si son esprit l’abandonne, sois indulgent, ne le méprise pas, toi qui es en pleine force.
Car ta miséricorde envers ton père ne sera pas oubliée, et elle relèvera ta maison si elle est ruinée par le péché.

Psaume : Ps 127, 1-2, 3, 4.5bc

R/ Heureux les habitants de ta maison, Seigneur !

Heureux qui craint le Seigneur 
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains : 
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison 
comme une vigne généreuse, 
et tes fils, autour de la table, 
comme des plants d’olivier. 

Voilà comment sera béni 
l’homme qui craint le Seigneur. 
Tu verras le bonheur de Jérusalem 
tous les jours de ta vie.

2ème lecture : Vivre ensemble dans le Christ (Col 3, 12-21)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens

Frère,
puisque vous avez été choisis par Dieu, que vous êtes ses fidèles et ses bien-aimés, revêtez votre c?ur de tendresse et de bonté, d’humilité, de douceur, de patience.
Supportez-vous mutuellement, et pardonnez si vous avez des reproches à vous faire. Agissez comme le Seigneur : il vous a pardonné, faites de même.
Par-dessus tout cela, qu’il y ait l’amour : c’est lui qui fait l’unité dans la perfection.
Et que, dans vos coeurs, règne la paix du Christ à laquelle vous avez été appelés pour former en lui un seul corps. 

Vivez dans l’action de grâce.
Que la parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ; instruisez-vous et reprenez-vous les uns les autres avec une vraie sagesse ; par des psaumes, des hymnes et de libres louanges, chantez à Dieu, dans vos c?urs, votre reconnaissance.
Et tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus Christ, en offrant par lui votre action de grâce à Dieu le Père. 
Vous les femmes, soyez soumises à votre mari ; dans le Seigneur, c’est ce qui convient.
Et vous les hommes, aimez votre femme, ne soyez pas désagréables avec elle.
Vous les enfants, en toutes choses écoutez vos parents ; dans le Seigneur, c’est cela qui est beau.
Et vous les parents, n’exaspérez pas vos enfants ; vous risqueriez de les décourager.

Evangile : La Sainte Famille en Égypte et à Nazareth (Mt 2, 13-15.19-23)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Vraiment, tu es un Dieu caché, Dieu parmi les hommes, Jésus Sauveur ! Alléluia. (cf. Is 45, 15)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Après le départ des mages, l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. »
Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte,
où il resta jusqu’à la mort d’Hérode. Ainsi s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils.

Après la mort d’Hérode, l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph en Égypte et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et reviens au pays d’Israël, car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l’enfant. »

Joseph se leva, prit l’enfant et sa mère, et rentra au pays d’Israël.

Mais, apprenant qu’Arkélaüs régnait sur la Judée à la place de son père Hérode, il eut peur de s’y rendre. Averti en songe, il se retira dans la région de Galilée et vint habiter dans une ville appelée Nazareth.
Ainsi s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par les prophètes : Il sera appelé Nazaréen.
Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept