L'homelie du dimanche

25 mai 2017

Ordinaire ou mortelle, la persécution

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 00 min

Ordinaire ou mortelle, la persécution

 

Cf. également :

Conjuguer le « oui » et le « non » de Dieu à notre monde

Dieu est un trou noir

Poupées russes et ruban de Möbius…

Le dialogue intérieur

 

Ordinaire ou mortelle, la persécution dans Communauté spirituelle 220px-Cruc_petNotre deuxième lecture nous remet en face d’une réalité terrible, souvent occultée dans le dialogue interreligieux ou les relations entre États : la persécution contre les chrétiens.

« Si l’on vous insulte pour le nom du Christ, heureux êtes-vous, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous. » (1P 4,14)

Pierre sait de quoi il parle, lui qui finira crucifié la tête en bas, puis enterré dans le cirque romain du Vatican. Paul également, qui sera décapité à la porte de Rome. Et cela avait commencé avec Étienne, diacre et premier martyr chrétien, lapidé pour blasphème par les juifs.

On l’a trop oublié : la naissance et le développement du christianisme ne se sont pas faits à la pointe du sabre, mais dans la clandestinité, les catacombes et les persécutions des empereurs romains successifs pendant les trois premiers siècles. L’expansionnisme musulman – lui - a été d’emblée militaire : conquêtes, colonisations et soumission des peuples vaincus. Pendant 300 ans, jusqu’à l’empereur Constantin et l’Édit de Milan en 313, la foi chrétienne n’a dû sa diffusion qu’au témoignage des martyrs, dont Blandine et ses compagnons sont pour nous les prémices en Gaule, à Lyon (177). La célèbre formule de Tertullien (160-220) est d’abord un constat historique indiscutable : « le sang des martyrs est semence de chrétiens ». Pierre fait de la manière dont les premiers disciples de Jésus vivent leur Passion et leur mort une promesse de vie future, et une source de gloire (au sens premier du terme : la gloire de Dieu, c’est sa densité d’être, son intensité d’existence cf. Dieu est un trou noir), celle que Jésus affirme partager avec son Père dans l’évangile de ce Dimanche (Jn 17, 1-11).

 

Ces temps-là sont-ils révolus ?

Certes, l’Église institutionnelle, une fois passée du côté du pouvoir civil, impérial ou royal, a été elle aussi capable hélas de persécuter ses adversaires ou d’autres religions. Ces contre-témoignages ecclésiaux sont légion : l’institution Église ne se grandit pas en utilisant la coercition, la violence, la contrainte, en flagrante contradiction avec l’Évangile du Christ. Mais cela ne doit pas faire passer sous silence les vexations, tracasseries administratives et judiciaires, et parfois les privations de liberté, la torture ou la mort infligée à des milliers de chrétiens de par le monde entier encore aujourd’hui.

Opendoors, une ONG d’inspiration évangélique, publie chaque année un rapport recensant et classifiant les degrés de ces persécutions antichrétiennes. Les observateurs extérieurs confirment que les mesures opérées par Opendoors sont devenues fiables, et correspondent à ce qui est vécu sur le terrain.

Opendoors carte 2017

Pour 2017, le tableau est très sombre. Opendoors a recensé 948 chrétiens tués en 2016 à cause de leur foi, et plus de 215 millions de chrétiens sont gravement persécutés dans le monde. Ils subissent un déni de leurs droits les plus fondamentaux, à commencer par la liberté de religion, sur pratiquement tous les continents.

Parmi les 4,83 milliards d’habitants des 50 pays de l’Index, 13% sont chrétiens, soit 650 millions. 215 millions de ces chrétiens, c’est à dire 1 chrétien sur 12 dans le monde,  subit “un niveau de persécution élevé”. La moitié d’entre eux vivent en Inde, en Éthiopie, au Nigeria et en Chine. Dans 21 des 50 pays, le taux de persécution est de 100%, ce qui signifie que tous les chrétiens sont opprimés de différentes manières.

Opendoors estime que la persécution est forte quand :

Même si l’Église est tolérée en théorie, en pratique, les chrétiens les plus visibles sont pris pour cible, les églises soumises à des restrictions importantes et la culture reste largement hostile à la présence chrétienne dans les domaines de l’éducation et de l’emploi.”

Le Nigeria, Le Pakistan et le Kenya détiennent le triste record du plus grand nombre de chrétiens tués en 2016.

Dans 12 pays, Corée du Nord, Somalie, Afghanistan, Irak, Iran, Yémen, Maldives, Arabie Saoudite, Turkménistan, Brunei, Bhoutan et Tadjikistan, la reconnaissance légale des chrétiens est quasiment impossible.

Au Pakistan, en Algérie ou au Bahreïn, se convertir au Christ, diffuser la Bible ou demander le baptême sont des délits, des crimes punis par la loi. En Corée du Nord, pas plus de liberté religieuse : le ‘grand leader’ de la dictature communiste ne supporte pas la ‘déviance’  chrétienne…

En France et en Europe, la situation est complètement différente, Dieu merci ! D’où un premier devoir de solidarité des chrétiens européens envers ceux qui sont persécutés ailleurs. Ils peuvent le faire en alertant, sollicitant les pouvoirs publics et les poussant à intervenir pour le respect de la liberté religieuse ailleurs dans le monde. Ils peuvent soutenir des associations comme Opendoors ou l’Aide à l’Église en Détresse (AED).

Pourtant, à bien y regarder, n’y aurait-il pas chez nous des persécutions ordinaires ?

La dérision antichrétienne, le parti pris de bon nombre de médias caricaturant les pratiques et les opinions des catholiques ou protestants, les lobbyistes de tous ordres cherchant à éliminer l’impact social des Églises (écoles privées, organisations caritatives, contenu de l’enseignement etc.) sont autant de signes qu’être chrétiens en France peut susciter bien des oppositions. Qui n’a pas fait l’expérience d’être raillé, en privé ou en public, lorsqu’il ose exprimer son attachement au Christ, à la messe ou à la Bible ? Qui n’a pas vu dans les entreprises des réseaux d’influence écarter des chrétiens identifiés comme tels des postes à responsabilité ? Des vexations ordinaires subies par les enfants ou les jeunes chrétiens à l’école jusqu’aux injonctions des puissants à confiner la foi dans la seule sphère privée, les disciples du Christ de ce siècle n’auront pas forcément la vie facile s’ils veulent témoigner librement de lui.

Raison de plus pour relire la lettre de Pierre et goûter à la joie paradoxale qu’il éprouve lui-même, exposé à la persécution et bientôt au meurtre légal :

« Bien-aimés, dans la mesure où vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin d’être dans la joie et l’allégresse quand sa gloire se révélera. » (1P 4,13)

Dénonçons toutes les atteintes à la liberté de croire et de pratiquer sa foi, dès lors que le bien commun est respecté. Soutenons ceux qui sont exposés à la violence à cause de leur croyance.

Que le courage de Pierre devienne le nôtre, grâce à l’Esprit du Christ nous donnant la force de résister à toute forme d’oppression religieuse.

 

 

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière » (Ac 1, 12-14)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Les Apôtres, après avoir vu Jésus s’en aller vers le ciel, retournèrent à Jérusalem depuis le lieu-dit « mont des Oliviers » qui en est proche, – la distance de marche ne dépasse pas ce qui est permis le jour du sabbat. À leur arrivée, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement ; c’était Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques. Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères.

PSAUME
(Ps 26 (27), 1, 4, 7-8)
R/ J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants. ou Alléluia ! (Ps 26, 13)

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m’attacher à son temple.

Écoute, Seigneur, je t’appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit ta parole :
« Cherchez ma face. »

DEUXIÈME LECTURE
« Si l’on vous insulte pour le nom du Christ, heureux êtes-vous » (1 P 4, 13-16)
Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre
Bien-aimés, dans la mesure où vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin d’être dans la joie et l’allégresse quand sa gloire se révélera. Si l’on vous insulte pour le nom du Christ, heureux êtes-vous, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous. Que personne d’entre vous, en effet, n’ait à souffrir comme meurtrier, voleur, malfaiteur, ou comme agitateur. Mais si c’est comme chrétien, qu’il n’ait pas de honte, et qu’il rende gloire à Dieu pour ce nom-là.

ÉVANGILE
« Père, glorifie ton Fils » (Jn 17, 1b-11a)
Alléluia. Alléluia. Je ne vous laisserai pas orphelins, dit le Seigneur ; je reviens vers vous, et votre cœur se réjouira. Alléluia. (cf. Jn 14, 18 ; 16, 22)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

 En ce temps-là, Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire. Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, Père, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe. J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole. Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé.

 Moi, je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi. Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux. Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,