L'homelie du dimanche

28 octobre 2014

Les cimetières de la Toussaint

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les cimetières de la Toussaint

Homélie pour la fête de Toussaint
01/11/2014

 

Les cimetières de la Toussaint dans Communauté spirituelle 20244386-0136-11e1-afe1-443c06db2b7bLa prochaine fois que vous avez un après-midi à perdre à Paris, allez rejoindre l’étonnante visite guidée du cimetière du Père Lachaise que l’Officiel du Spectacle vous renseignera sans coup férir. Pendant trois à quatre heures, vous naviguerez sur les différents sentiments engendrés par l’omniprésence de la mort à travers les âges. Vous verrez, c’est fascinant, plein d’humour et d’amour, de nostalgie et de douceur, d’humanité la plus commune. De la tombe d’Héloïse et Abélard, fidèles même dans la séparation, à celle de Jim Morrison, la plus fréquentée, rendez-vous des routards en pèlerinage, jusqu’au granit industriel et insipide, jusqu’aux portes des placards à cendres du columbarium en fin de visite…  le génie funéraire s’est renouvelé sans cesse, gravant l’inconscient collectif de chaque époque au sujet de la mort dans la pierre, les monuments artistiquement sculptés à la gloire de.

Lorsque vous voulez connaître un village, un peuple, visitez ses cimetières. Ils vous en diront plus long sur les vivants que les journaux locaux. Ils vous raconteront les drames, les espoirs, les valeurs de ceux qui continuent de marquer cette terre.

Si vous y allez un jour de Toussaint, vous pourrez en être éblouis. Autrefois, il y avait une seule sorte de chrysanthème, assez lugubre en fait. Sous notre soleil de début novembre éclatent désormais une multitude de nuances, chaudes, joyeuses, extrêmement variées. Les chrysanthèmes ont revêtu le marron, l’or, le jaune, le bleu même, les gerbes sont de vraies compositions florales, les plantes déposées là pour durer ne se ressemblent pas. Il règne sur ses allées bien quadrillées un air de réjouissance familiale bien loin de la corvée obligatoire de la visite aux aïeuls oubliés.

Certains tordent le nez devant cette piété populaire en accusant la foule de la Toussaint de confondre le 1° et le 2 novembre, la fête de tous les saints et le jour de prière pour les défunts. Mais cette confusion est somme toute légitime : que servirait de fêter les saints si nos cousins, nos parents, nos oncles et tantes ne pouvaient pas en faire partie ? Nos familles, nos amis déjà partis vers l’autre rive ne pourraient-ils pas faire partie de ces 144 000 [1]symboliquement évoqués par l’Apocalypse ?

 

Le rapport à la mort dans l’histoire

 

Les rituels funéraires, berceaux de l’humanité

Les recherches en anthropologie convergent vers un constat majeur pour nous aujourd’hui : l’humanité a émergé de l’animalité en même temps que les rites funéraires et sans doute grâce à eux, en même temps que l’expression artistique (cf. la grotte de Chauvet) et sans doute grâce à elle.

C’est donc qu’enterrer nos morts, codifier leurs sépultures, les entourer de gestes, de paroles, d’objets symboliques est une des conditions pour ne pas vivre de manière animale.

 

La mort redoutée

Autrefois, il y a plus de 2000 ans, la loi romaine interdisait d’enterrer les morts dans la cité, par peur du mélange entre les deux populations, afin d’éviter que les défunts reviennent hanter les vivants et troubler leur vie commune.

 

La mort apprivoisée

9782020047364 chrysantème dans Communauté spirituelleLes martyrs chrétiens ont changé la donne : les disciples du Christ se rassemblaient sur le lieu où les restes des martyrs avaient été recueillis, et ils y célébraient l’eucharistie clandestinement.

Puis, avec la paix de Constantin (313) on y bâtit des lieux de pèlerinage, des villes, si bien que les tombeaux des saints se sont retrouvés au milieu des vivants, au cœur de l’eucharistie villageoise. Il en reste quelques traces autour des églises romanes, lorsque vous devez presque marcher sur les pierres tombales pour vous diriger vers la porte de l’église. On vivait avec une forte conscience, une forte présence de la mort et des morts, au quotidien, sans peur. C’était une familiarité simple et pleine de sens, où la confiance dans l’au-delà permettait de regarder la mort en face, de l’apprivoiser, de vivre avec elle en amitié. On s’y préparait, on l’attendait, elle nous conduisait ailleurs.

 

La mort dramatisée

chartreuse+037 cimetièrePuis viennent les périodes des grandes et cruelles guerres, interminables. Les hécatombes des grandes pestes, famines et autre épidémies où un tiers de l’Occident périt dans des conditions atroces. Alors apparurent la danse macabre, la figure de la faucheuse, les requiems, les mises en scène tragiques.

 

La mort romantique

Au XVIII° siècle, le romantisme transforme l’antique sérénité en torrents de larmes, souvent hystérique. Les pleureuses lors des enterrements rivalisent de convulsions, et l’amour envers le défunt se mesure à la démesure du chagrin manifesté.

 

La mort interdite

Au XIX° siècle, l’hôpital transforme le rapport à la mort. On ne meurt plus chez soi, entouré de son village de ses proches, mais dans une chambre anonyme où des hommes en blanc combattent pour reculer cet instant fatal. La mort est depuis lors un échec, dont il vaut mieux ne pas parler pour ne pas démoraliser le malade. On ne socialise plus la mort : plus de crêpes noirs portés en signe de deuil, ni de catafalques aux  linteaux des églises et des maisons, plus de processions publiques pour marcher de l’église au cimetière. Il faut faire vite, discret, sans pleurer (pour se montrer fort) et sans prendre trop de jours de congé !

 

La mort désirée

L’allongement extraordinaire de la durée de la vie pose désormais la question du grand âge, quatrième et cinquième âge, la grande dépendance, de la terrible dépersonnalisation des Alzheimer comme on les appelle. Beaucoup sont déjà comme morts avant que de mourir, au sens où ils ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Même leurs proches ont déjà fait leur deuil avant la séparation ultime, car ce n’est plus la personne aimée et connue qu’ils visitent dans ces services spécialisés où le code d’entrée/sortie trace la frontière entre deux mondes.

 

La mort envisagée

226607315x LachaiseAvec ces longues maladies qui surviennent, et les traitements antidouleur qui heureusement s’améliorent, on a développé les soins palliatifs, et cette belle idée qu’accompagner les derniers mois, les derniers jours peut devenir une expérience intensément humaine, dense de rencontres, d’échanges, de confidences, de gestes et paroles si fortes… En envisageant = en donnant ainsi un visage de proximité et de compagnonnage à la mort qui approche (vs la mort impersonnelle en hôpital), on lui redonne un rôle structurant au lieu de la nier. On la regarde au lieu de la cacher [2].

 

La mort désirée

Les questions éthiques autour de l’euthanasie et du suicide assisté vont devenir de plus en plus fréquentes, inévitables en Occident avec les progrès de la médecine. Certains voudraient exercer un droit à mourir dans la dignité. D’autres choisiront le suicide, par lassitude, par manque d’espérance ou d’accompagnement, par peur de la déchéance…

 

Toutes ces strates historiques du rapport à la mort coexistent en nous et dans la société. Nous sommes un agrégat d’humanité de l’empire romain, du Moyen Âge, des Lumières, du romantisme ou de l’athéisme contemporain… Ce rapide survol historique, incomplet [3], veut surtout mettre en lumière l’importance de cette fête de la Toussaint qui réunit tant de familles aujourd’hui.

 

Notre rapport à la mort reflète nos valeurs et les façonne.
Notre façon d’honorer nos défunts dit qui nous sommes.
Notre art funéraire fait partie du génie d’un peuple.
Nos chrysanthèmes, nos bouquets, nos gerbes florales, nos ex-voto déposés dans le cimetière nous aident à devenir plus humains.

Alors, n’ayons pas honte de superposer le 1° et le 2 novembre : après tout, c’est la même espérance !

chrysanthemes05 mort 

Qu’au moins cette fête de la Toussaint soit l’occasion de nous arrêter, de faire une pause, pour nous interroger : et moi, où en suis-je de mon rapport à la mort ?

 


[1]. 12×12 = la plénitude des 12 tribus d’Israël x 1000 = élargie à l’humanité entière.

[2]. Cf. Marie de Hennezel, La mort intime.  Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre, coll. Essai (poche), 2006.

[3]. Pour une étude plus détaillée, cf. l’ouvrage désormais classique de Philippe Ariès : Essais sur l’histoire de la mort en Occident, Du Moyen Age à nos jours, coll. Essai (poche),1977.

 

 

1ère lecture : La foule immense des rachetés (Ap 7, 2-4.9-14)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, j’ai vu un ange qui montait du côté où le soleil se lève, avec le sceau qui imprime la marque du Dieu vivant ; d’une voix forte, il cria aux quatre anges qui avaient reçu le pouvoir de dévaster la terre et la mer : « Ne dévastez pas la terre, ni la mer, ni les arbres, avant que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. » Et j’entendis le nombre de ceux qui étaient marqués du sceau : ils étaient cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des fils d’Israël. 

Après cela, j’ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main. Et ils proclamaient d’une voix forte : « Le salut est donné par notre Dieu, lui qui siège sur le Trône, et par l’Agneau ! »
Tous les anges qui se tenaient en cercle autour du Trône, autour des Anciens et des quatre Vivants, se prosternèrent devant le Trône, la face contre terre, pour adorer Dieu. Et ils disaient : « Amen ! Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen ! »
L’un des Anciens prit alors la parole et me dit : « Tous ces gens vêtus de blanc, qui sont-ils, et d’où viennent-ils ? »
Je lui répondis : « C’est toi qui le sais, mon seigneur. » Il reprit : « Ils viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l’Agneau. »

Psaume : 23, 1-2, 3-4ab, 5-6

R/ Voici le peuple immense de ceux qui t’ont cherché.

Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots. 

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ? 
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes, 
qui ne livre pas son âme aux idoles.Il obtient, du Seigneur, la bénédiction, 
et de Dieu son Sauveur, la justice. 
Voici le peuple de ceux qui le cherchent,
qui recherchent la face de Dieu !

2ème lecture : Nous sommes enfants de Dieu et nous lui serons semblables (1 Jn 3, 1-3)

Lecture de la première lettre de saint Jean

Mes bien-aimés, voyez comme il est grand, l’amour dont le Père nous a comblés : il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu — et nous le sommes. Voilà pourquoi le monde ne peut pas nous connaître : puisqu’il n’a pas découvert Dieu.

Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu’il est. Et tout homme qui fonde sur lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.

Evangile : Les Béatitudes (Mt 5, 1-12a)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Venez au Seigneur, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau : il vous donnera le repos. Alléluia. (cf. Mt 11, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Quand Jésus vit la foule, il gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent.Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :

« Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !
Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde !
Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! »
Patrick BRAUD
Mots-clés : , , , , , ,

27 novembre 2010

La limaille et l’aimant

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La limaille et l’aimant


Homélie du 1° dimanche de l’Avent / Année A

Dimanche 28 Novembre 2010

Systèmes d’alarme

Voilà un évangile qui devrait faire la fortune des entreprises commercialisant des systèmes d’alarme ! Pensez donc : au lieu de veiller toute la nuit pour guetter un éventuel cambrioleur, il suffit de brancher l’alarme ! Elle veillera à votre place…

 

- S’endormir sur sa maison en croyant qu’il n’y a rien à craindre, c’est déjà risqué : le voleur peut en « percer le mur » pendant ces périodes d’inattention où on relâche sa surveillance.

- S’endormir sur son travail, en croyant qu’il assure automatiquement le salut, est tout aussi risqué. Même ceux qui partagent le même travail ne peuvent être sûrs de leur avenir : « Deux hommes seront aux champs : l’un est pris, l’autre laissé. Deux femmes seront au moulin : l’une est prise, l’autre laissée… »

- Mais s’endormir en déléguant sa responsabilité propre à d’autres, qui plus est à des systèmes mécaniques non humains, impersonnels, voilà qui expose à des pertes graves et sévères ! La crise financière a pour sa part mis en évidence le danger de ces mécanismes automatisés censés remplacer la décision humaine. Nul logiciel, même le plus performant, ne peut se substituer au discernement humain. Nulle alarme électronique ne peut se substituer à la vigilance humaine. Même les caméras de vidéosurveillance ne peuvent éliminer le besoin de garder un oeil humain sur les personnes et sur les choses. S’en remettre aveuglément à une justice automatique, à une police électronique, ou à un fonctionnement mécanique des marchés financiers, c’est finalement abdiquer de sa responsabilité unique.

« À cette époque, avant le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche… » : saisissante description de la folie immobilière des années de 2000-08, et de la spéculation qui l’a noyée dans des outils financiers éblouissants (titrisation…), aveuglants, anesthésiants.

 

- Personne ne peut veiller à ma place.

Combien plus encore lorsqu’il s’agit d’attendre la « venue » (« l’Avent » en latin ad-ventus) du Fils de l’Homme ! « Vous ne connaissez ni le jour ni l’heure… »

Ce n’est pas notre mort individuelle à chacun de nous que Jésus évoque ici : c’est la résurrection générale, « à la fin des temps ». C’est le fameux jugement dernier peint par Bosch ou Bruegel ou Van Eyck, parce qu’il fascinait et orientait l’histoire collective des XIV° et XV° siècles. C’est la fameuse Parousie (venue du Christ au terme de l’histoire) qui revient comme un leitmotiv obsédant sur les façades de nos églises et cathédrales romanes. Car les XI° et XII° siècles eux aussi été tendus vers l’accomplissement de l’histoire, orientés et façonnés par cette attente de la plénitude pour tous et pour tous.

  La limaille et l'aimant dans Communauté spirituelle 9978923

 

L’assoupissement occidental

Force est de constater que cette attente s’est quasiment absentée de notre époque  moderne.

Qui aujourd’hui se passionne pour un au-delà de l’histoire ?

Qui attend plus qu’un bien-être pour cette vie-ci ?

Qui est prêt à tout miser sur un avenir collectif au-delà de son destin individuel ?

 

Même la mort physique individuelle ne semble guère réveiller les vieux pays d’Europe, assoupis dans leur quête de bien-être dans le travail, dans le couple, la santé, la retraite, la vie longue sans trop de problèmes…

 

Un récent sondage [1] montre que les Français souhaitent le plus possible éviter cette question de la mort.

71 % préfèrent ne pas y penser. Ils préfèrent profiter de la vie au maximum (48 %), et craignent la maladie plus que la mort (54 %). Un tiers d’entre eux pense que si on remplit bien sa vie, la mort n’est plus à craindre (30 %), c’est-à-dire que cette existence se suffit à elle-même si elle est « remplie ». Seule faille dans cet épicurisme généralisé : 90 % pensent qu’il est pire de perdre ses proches que de mourir soi-même. Si la « mort de soi » est une non-question, la « mort de toi » (l’être aimé) révèle quelque chose d’une aspiration et d’une interrogation fondamentales. Mais 39 % pensent qu’il est peu probable qu’il y ait quelque chose après la mort… 

Étrange  assoupissement occidental : la mort disparaît du champ social. On la cache, on la marginalise. On doit l’oublier très vite. S’interroger sur un au-delà devient hors champ, absurde, ou folklorique. Comment dès lors réveiller l’attente d’un accomplissement ultime, saisissant tout et tous ? Si même la mort ne peut faire sortir de la torpeur « d’avant Noé »  (« on mangeait, on buvait, on se mariait… on ne se doutait de rien »), comment dès lors allumer l’étincelle du désir eschatologique ?

Faudra-t-il un événement de l’ordre du déluge auquel seul le vigilant Noé a pu échapper ?

Faudra-t-il un cambriolage, personnel ou collectif, sous une forme ou sous une autre, pour ouvrir les yeux sur la vanité de nos murs censés nous protéger de tout ?

 

Une limaille sous influence

Prenez un tas de limaille de fer.

Si vous l’empilez en une masse brute, laissé à lui-même, il restera informe, sans autre but que lui-même. Si vous placez au-dessus de lui, à l’extérieur, un puissant aimant, vous verrez se dessiner des lignes de force ; vous verrez la limaille s’organiser, s’orienter, se dresser, s’élancer, répondre à l’appel d’attraction que cet aimant, même invisible, exerce sur chaque brin de fer…

La venue du Christ à la fin des temps est cet Aimant, qui attire en aimant et aime en attirant.

« Élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes » (Jn 12,32) …

Cette venue organise et ordonne secrètement l’histoire vers son achèvement. À condition que la limaille ne perde pas sa capacité magnétique, elle pourra se laisser orienter vers Celui qui aimante ainsi notre aventure, jusqu’à sa venue.

 

Allez donc contempler à nouveau les tableaux de Bosch, Bruegel ou Van Eyck.

Allez déchiffrer à nouveau les parousies sculptées sur les tympans de nos cathédrales !

 

  Triomphenb aimant dans Communauté spirituelle

Retrouvez la source de notre espérance : notre histoire, individuelle et collective, n’a pas sa fin en elle-même, mais dans un Autre, qui vient vers nous au long des siècles…

 


[1]. cf. Philosophie Magazine n° 44, Novembre 2010.

 

 

1ère lecture : Rassemblement des peuples et paix pour toujours (Is 2, 1-5)

Lecture du livre d’Isaïe

Le prophète Isaïe a reçu cette révélation au sujet de Juda et de Jérusalem :
Il arrivera dans l’avenir que la montagne du temple du Seigneursera placée à la tête des montagnes et dominera les collines. Toutes les nations afflueront vers elle,
des peuples nombreux se mettront en marche, et ils diront : « Venez, montons à la montagne du Seigneur, au temple du Dieu de Jacob. Il nous enseignera ses chemins et nous suivrons ses sentiers. Car c’est de Sion que vient la Loi, de Jérusalem la parole du Seigneur. »
Il sera le juge des nations,l ‘arbitre de la multitude des peuples. De leurs épées ils forgeront des socs de charrue, et de leurs lances, des faucilles. On ne lèvera plus l’épée nation contre nation, on ne s’entraînera plus pour la guerre.
Venez, famille de Jacob, marchons à la lumière du Seigneur.

 

Psaume : Ps 121, 1-2, 3-4ab, 4cd-5, 6-7, 8-9

R/ Allons dans la joie à la rencontre du Seigneur

Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! » 
Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem ! 

Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un! 
C’est là que montent les tribus,
les tribus du Seigneur.

C’est là qu’Israël doit rendre grâce
au nom du Seigneur. 
C’est là le siège du droit, 
le siège de la maison de David. 

Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Paix à ceux qui t’aiment ! 
Que la paix règne dans tes murs,
le bonheur dans tes palais ! » 

À cause de mes frères et de mes proches,
je dirai : « Paix sur toi ! » 
À cause de la maison du Seigneur notre Dieu,
je désire ton bien.

 

2ème lecture : « Le jour est tout proche » (Rm 13, 11-14a)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frère, vous le savez : c’est le moment, l’heure est venue de sortir de votre sommeil. Car le salut est plus près de nous maintenant qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants.
La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les activités des ténèbres, revêtons-nous pour le combat de la lumière.
Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour, sans ripailles ni beuveries, sans orgies ni débauches, sans dispute ni jalousie,
mais revêtez le Seigneur Jésus Christ.

 

Evangile : « Vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra » (Mt 24, 37-44)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « L’avènement du Fils de l’homme ressemblera à ce qui s’est passé à l’époque de Noé.
A cette époque, avant le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche.
Les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’au déluge qui les a tous engloutis : tel sera aussi l’avènement du Fils de l’homme.
Deux hommes seront aux champs : l’un est pris, l’autre laissé.
Deux femmes seront au moulin : l’une est prise, l’autre laissée.
Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra.
Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »
Patrick Braud 

Mots-clés : , , , ,

10 juillet 2010

Réintroduisons le long-terme dans nos critères de choix

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Réintroduisons le long-terme dans nos critères de choix

 

Homélie du 15° Dimanche du temps ordinaire / Année C

11/07/2010.

 

« Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? »

 

Drôle de question ! Qui paraît un peu décalée dans notre société.

En effet, la préoccupation sociale qui mobilise en France, c’est bien davantage la vie après le travail que la vie après la mort…

On défile pour garantir nos retraites.

On réfléchit pour les réformer.

Et on a raison.

On se pose la question :  

« que devons-nous faire pour avoir une bonne retraite ? », mais pas : « que devons-nous faire pour avoir la vie éternelle ?… »

 

Ce rétrécissement apparent de l’horizon est assez inquiétant.

Quoi : l’éternité n’intéressait plus personne ? La vie sur terre serait suffisante pour combler toutes nos aspirations ?

« C’est déjà si difficile d’arriver à bien vivre maintenant, dans quelques années, alors ne nous parlez pas du long terme, et encore moins du très long terme qu’est l’au-delà… »

Il y aurait alors comme une absorption de l’espérance chrétienne dans la seule préoccupation de l’aujourd’hui.

Avec le risque de transformer la foi en thérapie immédiate, l’espérance en promesse de bien-être, la charité en consolation sociale (le fameux « care » venu des USA).

 

Benoît XVI a bien vu ce danger d’immanentisme, c’est-à-dire de réduction de l’espérance chrétienne au seul horizon terrestre :

« Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? ». Cette question du jeune homme de l’Évangile semble éloignée des préoccupations de nombreux jeunes d’aujourd’hui, car, comme l’observait mon prédécesseur, « ne sommes-nous pas la génération pour laquelle le monde et le progrès temporel occupent totalement l’horizon de l’existence ? » (Lettre aux jeunes, n° 5). Pourtant, la question sur la « vie éternelle » affleure à des moments particulièrement douloureux de l’existence, quand nous subissons la perte d’un proche ou lorsque nous faisons l’expérience de l’échec.

Mais qu’est-ce que la « vie éternelle » à laquelle se réfère le jeune homme riche ? Jésus nous l’illustre quand, s’adressant à ses disciples, il affirme : « Je vous verrai de nouveau et votre c?ur sera dans la joie, et votre joie, nul ne vous l’enlèvera » (Jn 16, 22). Ces paroles indiquent une exaltante proposition de bonheur sans fin, la joie d’être comblés de l’amour divin pour toujours.

S’interroger sur l’avenir définitif qui attend chacun de nous donne un sens plénier à l’existence, car cela oriente le projet de vie vers des horizons ni limités ni passagers, mais immenses et profonds. Ces horizons nous portent à aimer le monde, tant aimé de Dieu, à nous consacrer à son développement, toujours avec la liberté et la joie qui naissent de la foi et de l’espérance. Ce sont des horizons qui aident à ne pas absolutiser les réalités terrestres, en sentant que Dieu nous prépare une perspective plus grande, et à répéter avec saint Augustin : « Désirons ensemble la patrie céleste, soupirons vers la patrie céleste, sentons-nous pèlerins ici-bas » (Commentaire de l’Évangile de saint Jean, Homélie 35, 9). Le regard fixé vers la vie éternelle, le bienheureux Pier Giorgio Frassati, mort en 1925 à l’âge de 24 ans, disait : « Je veux vivre et non pas vivoter ! » et, sur la photo d’une escalade, envoyée à un ami, il écrivait : « Vers le haut », faisant allusion à la perfection chrétienne, mais aussi à la vie éternelle.

Chers jeunes, je vous exhorte à ne pas oublier cette perspective dans votre projet de vie : nous sommes appelés à l’éternité. Dieu nous a créés pour demeurer avec lui, pour toujours. Elle vous aidera à donner un sens plénier à vos choix et à apporter de la qualité à votre existence.

Message pour les JMJ 2010

 

Aurons-nous le courage de nous interroger sur notre avenir définitif en Dieu même ?

« Que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ? »

Il nous faut donc réintroduire ce très long-terme dans nos critères de choix et d’action.

 

C’est déjà très difficile, et à contre-courant, de réintroduire le long-terme dans les choix d’une famille, d’une entreprise ou d’une nation (voire de l’humanité, cf. écologie). Pourtant, cela sera salutaire. Le rétrécissement de l’horizon humain au seul court terme est irrationnel, et devient insupportable… à long terme !

Paradoxalement, le désintérêt pour le long terme finit toujours par appauvrir le présent.

Combien d’entreprises n’ont pas de vision au-delà de 6 mois !?  Combien de jeunes cherchant un emploi s’entendent dire: « on ne sait pas si on sera encore là l’an prochain; alors de là à embaucher !… »

On oublie qu’en cherchant « le royaume de Dieu et sa justice », tout le reste est donné, « par dessus le marché ».

 

Il y eut des époques où la vie éternelle était la clé de voûte pour penser l’organisation sociale, économique, familiale.

- Rappelez-vous l’invention des cimetières dans la ville, et non plus hors la ville comme l’exigeait  la loi romaine dans les premiers siècles : la mort devenait familière, et orientait toute l’activité humaine.

- Regardez ce qu’a produit le culte des martyrs (pour qui la vie éternelle était plus importante que la survie présente), dans le sens de l’offrande de soi pour toujours.

- Mesurez à nouveau la fécondité et l’essor des monastères : tournés vers la vie éternelle, ils relativisaient l’ordre établi, défrichant les terres, assainissant les marais, instruisant les populations, publiant des livres, humanisant les moeurs environnantes?

- Plus près de chez nous, relisez les écrits des dissidents du communisme au XXe siècle : la source de leur courage était dans leur quête de la vie éternelle, qui les amenaient à résister  sans peur.

 

Si le souci de la vie éternelle venait à s’éteindre dans notre culture, ce formidable rétrécissement provoquerait des violences et des irrationalités inhumaines. Sans compter les sectes et autres folles pensées qui proliféreraient sur cet oubli et sur l’exploitation de cette aspiration toujours présente au coeur de l’homme.

 

« Que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ? »

La question est double en fait. Il y a celle du choix de vie : « que dois-je faire ? » Et la question de l’orientation de ce projet de vie : « pour obtenir la vie éternelle ».

 

Poser la question de l’orientation ultime est un énorme service que nous pouvons rendre à la société et aux gens autour de nous. Non pas pour les détourner du présent. Mais pour ordonner l’aujourd’hui à un horizon immensément plus grand.

« La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu… »

 

Puissions-nous orienter notre intelligence, notre énergie, notre argent même, vers la quête ultime à laquelle toutes les autres quêtes peuvent contribuer et s’ordonner.

Réintroduisons le long-terme dans nos critères de choix.

1ère lecture : La loi de Dieu dans le coeur de l’homme (Dt 30, 10-14)

Moïse disait au peuple d »Israël : « Écoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses ordres et ses commandements inscrits dans ce livre de la Loi ; reviens au Seigneur ton Dieu de tout ton c?ur et de toute ton âme.
Car cette loi que je te prescris aujourd’hui n’est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte.
Elle n’est pas dans les cieux, pour que tu dises : « Qui montera aux cieux nous la chercher et nous la faire entendre, afin que nous la mettions en pratique ? »
Elle n’est pas au-delà des mers, pour que tu dises : « Qui se rendra au-delà des mers nous la chercher et nous la faire entendre, afin que nous la mettions en pratique ? »
Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton coeur afin que tu la mettes en pratique. »

 

Psaume : Ps 18, 8, 9, 10, 11

R/ Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance !

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples. 

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le coeur ; 
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard. 

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ; 
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables : 

plus désirables que l’or,
qu’une masse d’or fin, 
plus savoureuses que le miel
qui coule des rayons.

2ème lecture : Primauté du Christ dans la création et dans l’Église (Col 1, 15-20)

Le Christ est l’image du Dieu invisible, le premier-né par rapport à toute créature,
car c’est en lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, les êtres visibles et les puissances invisibles :tout est créé par lui et pour lui.
Il est avant tous les êtres, et tout subsiste en lui.
Il est aussi la tête du corps, c’est-à-dire de l’Église. Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, puisqu’il devait avoir en tout la primauté.
Car Dieu a voulu que dans le Christ toute chose ait son accomplissement total.
Il a voulu tout réconcilier par lui et pour lui,sur la terre et dans les cieux,en faisant la paix par le sang de sa croix.

Evangile : La loi d’amour : le bon Samaritain (Lc 10, 25-37)

Pour mettre Jésus à l’épreuve, un docteur de la Loi lui posa cette question : « Maître, que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle ? »
Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Que lis-tu ? »
L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. »
Jésus lui dit : « Tu as bien répondu. Fais ainsi et tu auras la vie. »
Mais lui, voulant montrer qu’il était un homme juste, dit à Jésus : « Et qui donc est mon prochain ? »
Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé, roué de coups, s’en allèrent en le laissant à moitié mort.
Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté.
De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté.
Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de pitié.
Il s’approcha, pansa ses plaies en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui.
Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : ‘Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.’
Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme qui était tombé entre les mains des bandits ? »
Le docteur de la Loi répond : « Celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi fais de même. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,
12

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept