L'homelie du dimanche

18 juin 2018

Dès le sein de ta mère…

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Dès le sein de ta mère…


Homélie pour le 12° dimanche du temps ordinaire, fête de la Nativité de St Jean Baptiste / Année B
24/06/2018

Cf. également :

Personne dans la famille ne porte ce nom-là
Faites votre métier… autrement
Un présent caché
Révéler le mystère de l’autre
« Laisse faire » : éloge du non-agir
Le baptême du Christ : une histoire « sandaleuse »
Le Verbe et la voix
Res et sacramentum
Éloge de la déontologie
Le petit reste d’Israël, ou l’art d’être minoritaires

 

Dès le sein de ta mère…

L’Irlande vient de voter par référendum ce 26 mai 2018 à plus de 66 % la légalisation de l’avortement. Bien sûr, cette décision historique est saluée en France et dans de nombreux pays occidentaux comme un progrès social. Et nos commentateurs sont persuadés qu’il y a là comme une loi de l’histoire, inexorable : plus les pays sont développés, plus ils pratiquent l’IVG ; plus ils sont démocratiques, plus ils autorisent, remboursent et banalisent l’acte d’avorter.

Les pro-avortement exultent à l\'annonce des résultats du référendum, le 26 mai à Dublin.

Soyons clairs : même si l’Église catholique se désole de ce résultat, elle doit absolument l’accepter. Car qui a le droit d’imposer sa morale aux autres ? De plus, elle devrait avec humilité mesurer le fossé qui s’est creusé entre la morale individuelle contemporaine et ses propres points de repères en la matière. C’est de sa responsabilité en grande partie : perte de confiance à cause des scandales multiples, règles morales trop rigides et mal argumentées, position d’autorité – des évêques notamment – qui frise à l’autoritarisme sur ces sujets familiaux etc.

Quand j'étais dans ton ventreReste que la fête de la Nativité de saint Jean-Baptiste en ce dimanche nous met sous les yeux des textes impossibles à édulcorer (Is 49, 1-6) :

« J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé ; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom. […] Le Seigneur parle, lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur… »

Pour le prophète Isaïe, il n’y a pas de discontinuité entre l’être humain qu’il est aujourd’hui et celui qu’il était dans le sein de sa mère !

Cette intuition spirituelle se voit aujourd’hui confirmée par la science : il n’y a aucune discontinuité biologique entre l’œuf fécondé, l’embryon, le fœtus et finalement l’enfant nouveau-né. La nature a programmé ce cycle pour qu’un enfant apparaisse sans qu’on puisse isoler l’instant où des cellules deviendraient soudain humaines alors qu’elles ne l’étaient pas auparavant. 12 semaines, 14 semaines, un cœur qui bat ou un cerveau qui devient visible : qui peut dire le seuil où avant il y avait une chose et ou après il y aurait un être humain ? Aux yeux de Dieu, tel que la Bible nous le transmet, celui/celle qui est dans le ventre maternel n’est pas un sujet différent de l’homme mûr. Notre psaume 138 de ce jour le dit très simplement :

Dieu, c’est toi qui as créé mes reins,
qui m’as tissé dans le sein de ma mère. […]
Mes os n’étaient pas cachés pour toi
quand j’étais façonné dans le secret.

Plus tard, l’Incarnation du Verbe en Marie sera saluée par Gabriel et la tradition unanime comme le Messie rempli de l’Esprit saint dès sa conception en Marie.

« Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit » (Mt 1,20).

La Visitation marquera un moment privilégié où la relation mère enfant à naître est bouleversante de communion : « l’enfant a tressailli d’allégresse au dedans de moi » (Lc 2,44) dira Élisabeth en parlant de Jean-Baptiste. La rencontre des deux cousines Marie et Élisabeth manifeste un lien entre ceux qu’elles portent en elles, Jésus et Jean-Baptiste. D’ailleurs, Jésus, Marie et Jean-Baptiste sont les trois seuls personnages du calendrier chrétien dont on fête la naissance. Pour les autres saints, on fête leur mort (leur naissance à la vie éternelle). La naissance et la vie avant la naissance de ces trois-là est donc particulièrement importante.

La liste des autres textes bibliques appelant au respect de la vie dès le ventre maternel est bien connue :

« Avant de t’avoir formé dans le sein de ta mère, je t’ai choisi ; et avant ta naissance, je t’ai consacré : je t’ai destiné à être prophète pour les peuples ». (Jérémie 1,5)

« Si des hommes, en se battant, heurtent une femme enceinte et causent un accouchement prématuré, mais sans qu’il y ait d’autre conséquence grave, l’auteur de l’accident devra payer une indemnité dont le montant sera fixé par le mari de la femme et approuvé par arbitrage. Mais s’il s’ensuit un dommage, tu feras payer vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, contusion pour contusion ». (Ex 21, 22-25)

« Dès qu’Élisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint-Esprit. » (Luc 1,41).

« Comme tu ne sais pas quel est le chemin du vent, ni comment se forment les os dans le ventre de la femme enceinte, tu ne connais pas non plus l’œuvre de Dieu qui fait tout. » (Ecclésiaste 11,5).

« Celui qui m’a créé dans le ventre de ma mère ne l’a-t-il pas créé ? Le même Dieu ne nous a-t-il pas formés dans le sein maternel ? » (Job 31,15).

« Tes mains m’ont formé, elles m’ont créé, Elles m’ont fait tout entier… Et tu me détruirais! Souviens-toi que tu m’as façonné comme de l’argile; Voudrais-tu de nouveau me réduire en poussière? Ne m’as-tu pas coulé comme du lait? Ne m’as-tu pas caillé comme du fromage ? » (Job 10, 8-12)  

« Oui, tu m’as fait sortir du sein maternel, Tu m’as mis en sûreté sur les mamelles de ma mère; Dès le sein maternel j’ai été sous ta garde, Dès le ventre de ma mère tu as été mon Dieu ». (Psaume 22, 9-10   )

Il y a encore plusieurs textes soulignant la continuité d’une vie personnelle avant et après la naissance: Genèse 25, 22-23 (même rivalité avant et après la naissance); Luc 1,15.41.44 (même ministère de Jean-Baptiste); Ps 139.13-16; Jérémie 1.5; 20.17-18; Job 10.18-19 etc.

Pratiquants en franceIl y a consensus entre croyants (juifs, musulmans, chrétiens) pour respecter la vie dès le sein maternel autant que possible [1], et également pour ne jamais mettre en danger la vie de la mère en cas de grossesse difficile. Il y a débat sur les cas de viol, inceste ou grave malformation physique ou mentale. Mais l’immense majorité des IVG ne concerne pas ces situations douloureuses. Le fait que les croyants soient minoritaires en Europe occidentale et aux USA sur cette question reflète leur  position minoritaire dans ces sociétés, et c’est finalement fort logique. C’est peut-être également parce que beaucoup de ceux qui se disent croyants ne suivent plus là-dessus leur Église, leurs rabbins, leurs imams. Ainsi en Irlande, 80 % de la population se déclarent catholique, avec une pratique de 40 % en moyenne. Ce n’est donc pas à cause d’une situation minoritaire que l’Église catholique n’a pas été suivie en Irlande lors du référendum sur l’avortement. C’est parce qu’un divorce a  éloigné le peuple des clercs, suite aux multiples scandales qui ont ruiné leur crédibilité, suite à des prises de position trop autoritaires et mal fondées.

En France ou ailleurs, être minoritaire demande d’accepter de l’être. On peut être en désaccord avec la pensée ambiante sur l’IVG sans chercher pour autant à imposer son point de vue à quiconque. Il suffit que chacun soit cohérent avec sa conscience pour lui-même. Le sort des enfants non-nés peut certes être un angle mort sociétal qui un jour sera donc dénoncé comme tel par tous. Et pour ceux qui croient que la vie intra-utérine possède tout de la dignité humaine, le fait qu’une grossesse sur cinq n’arrive pas à terme est un grand malheur, la généralisation de l’IVG résonne comme un signal social très grave.

En attendant, la liberté de choix permet aux croyants comme aux non-croyants d’être respectés dans leurs convictions, pour peu que l’objection de conscience et le débat sur le fond continuent à exister. Difficile donc de se réjouir du résultat de ce référendum irlandais ; difficile également de ne pas l’accepter démocratiquement.

Mieux vaudrait pour les catholiques notamment revoir leur discours sur la contraception en particulier et la sexualité en général. Mieux vaudrait réformer l’Église de l’intérieur pour qu’elle soit plus proche des pauvres et les petits.

Nous connaissons tous des personnes touchées de près ou de loin par un avortement, peut-être nous-mêmes directement. L’accueil inconditionnel et la miséricorde sans jugement doivent toujours être notre premier réflexe. Cela n’empêche pas de continuer à réfléchir, débattre, argumenter. La Bible, le Talmud  ou le Coran fournissent pour les croyants des points de repère clairs et exigeants. Les discussions scientifiques et philosophiques doivent permettre d’élargir ce débat à tous les hommes de bonne volonté. L’humanité a pu pendant des siècles pratiquer l’esclavage sans mauvaise conscience et se désintéresser de la souffrance animale. Il y a toujours un temps où les yeux s’ouvrent et où les comportements changent…

 


[1]. Cf. par exemple pour l’Église catholique le n° 2271  de son catéchisme : « Depuis le premier siècle, l’Église a affirmé la malice morale de tout avortement provoqué. Cet enseignement n’a pas changé. Il demeure invariable. L’avortement direct, c’est-à-dire voulu comme une fin ou comme un moyen, est gravement contraire à la loi morale : ‘Tu ne tueras pas l’embryon par l’avortement et tu ne feras pas périr le nouveau-né’ (Didaché 2,2 cf. Barnabé, ep. 19,5 Épître à Diognète 5,5 Tertullien, apol. 9). Dieu, maître de la vie, a confié aux hommes le noble ministère de la vie, et l’homme doit s’en acquitter d’une manière digne de lui. La vie doit donc être sauvegardée avec soin extrême dès la conception : l’avortement et l’infanticide sont des crimes abominables ( GS 51 ). »

 

Messe du jour
Première lecture
« Je fais de toi la lumière des nations » (Is 49, 1-6) 

Lecture du livre du prophète Isaïe

Écoutez-moi, îles lointaines ! Peuples éloignés, soyez attentifs ! J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé ; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m’a protégé par l’ombre de sa main ; il a fait de moi une flèche acérée, il m’a caché dans son carquois. Il m’a dit : « Tu es mon serviteur, Israël, en toi je manifesterai ma splendeur. » Et moi, je disais : « Je me suis fatigué pour rien, c’est pour le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces. » Et pourtant, mon droit subsistait auprès du Seigneur, ma récompense, auprès de mon Dieu. Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob, que je lui rassemble Israël. Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force. Et il dit : « C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob, ramener les rescapés d’Israël : je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »

Psaume
(Ps 138 (139), 1-2.3b, 13-14ab, 14c-15ab)
R/ Je te rends grâce, ô mon Dieu, pour tant de merveilles. (cf. Ps 138, 14)

Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais !
Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ;
de très loin, tu pénètres mes pensées,
tous mes chemins te sont familiers.

C’est toi qui as créé mes reins,
qui m’as tissé dans le sein de ma mère.
Je reconnais devant toi le prodige,
l’être étonnant que je suis.

Étonnantes sont tes œuvres,
toute mon âme le sait.
Mes os n’étaient pas cachés pour toi
quand j’étais façonné dans le secret.

Deuxième lecture
« Jean le Baptiste a préparé l’avènement de Jésus » (Ac 13, 22-26)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, dans la synagogue d’Antioche de Pisidie, Paul disait aux Juifs : « Dieu a, pour nos pères, suscité David comme roi, et il lui a rendu ce témoignage : J’ai trouvé David, fils de Jessé ; c’est un homme selon mon cœur qui réalisera toutes mes volontés. De la descendance de David, Dieu, selon la promesse, a fait sortir un sauveur pour Israël : c’est Jésus, dont Jean le Baptiste a préparé l’avènement en proclamant avant lui un baptême de conversion pour tout le peuple d’Israël. Au moment d’achever sa course, Jean disait : “Ce que vous pensez que je suis, je ne le suis pas. Mais le voici qui vient après moi, et je ne suis pas digne de retirer les sandales de ses pieds.” Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham et ceux parmi vous qui craignent Dieu, c’est à nous que la parole du salut a été envoyée. »

Évangile
« Son nom est Jean » (Lc 1, 57-66.80)
Alléluia. Alléluia. Toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut : tu marcheras devant, en présence du Seigneur, et tu prépareras ses chemins. Alléluia. (Lc 1, 76)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils. Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. » On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! » On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler. Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné. À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu. La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements. Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui.
L’enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

9 octobre 2017

Le festin obligé

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

LE FESTIN OBLIGÉ

Homélie du 28° Dimanche ordinaire / Année A
15/10/2017

Cf. également :

Tenue de soirée exigée…

Le mariage et l’enfant : recevoir de se recevoir

Recevoir sa mission d’une inconnue étrangère

Le Temple, la veuve, et la colère

Jésus évalué à 360°

   

Dans la foi chrétienne, l’essentiel n’est pas de donner, mais de recevoir.

Le festin obligé dans Communauté spirituelle noces

Cette affirmation peut paraître choquante. Comment ? On m’a pourtant appris qu’être chrétien c’est donner aux autres, être généreux, partager ! Elle en scandalisera beaucoup. Comment ? Celui qui n’a jamais rien fait de bien ou si peu dans sa vie, comment pourrait-il prétendre participer aux noces du fils de Dieu ?

Cette affirmation est cependant au cœur de la parabole des invités à la noce (Mt 22, 1-14). Jésus a inventé cette histoire pour nous faire réfléchir sur notre difficulté à accepter de recevoir gratuitement.

Et de fait, les refus qu’il met sur la bouche et dans les poings des invités sont surprenants.

a) Les premiers ne fournissent aucune excuse.
ob_0db26c_banchetto-di-nozze-3 donner dans Communauté spirituellePas même de ces pieux mensonges qui 
permettent diplomatiquement de conserver de bonnes relations tout en déclinant un dérangement qui nous déplaît. Non : ils traitent par le mépris les serviteurs chargés de leur carton d’invitation. Ils répondent par le silence à la parole du roi les conviant chaleureusement au festin.

Ce silence existe bien dans certaines de nos non-réponses, avouons-le. Nous sommes capables hélas de ne même pas prendre la peine de répondre aux invitations que nous recevons. Un peu comme une entreprise est capable de ne pas répondre aux CV que des chercheurs d’emploi lui envoient.

Pourquoi ces silences méprisants ? Parce que nous avons tout ce qu’il nous faut : nourriture, amis, cercle familial, salariés… Et donc aller à la noce n’ajouterait rien à ce que nous avons déjà (du moins le croyons-nous). Parce qu’il n’y a pas de place pour l’imprévu de Dieu dans nos agendas si bien tenus et planifiés. Parce que nous sommes de ceux que Jésus qualifie de « riches », c’est-à-dire de repus, n’attendant plus rien de Dieu, croyant avoir tout ou presque.

 

b) La deuxième catégorie de refus est plus explicite : « ils s’en allèrent l’un à son champ, l’autre à son commerce ».

ob_e4304f_banchetto-di-nozze-2 grâceL’excuse pour se dérober à l’invitation est ici professionnelle (agriculture, commerce). C’est vrai que nos vies professionnelles (ou retraitées, car c’est parfois tout comme !) sont contraignantes. Cédant à une certaine idolâtrie de leur dévouement au travail, certains sont prêts à sacrifier leur vie privée, l’équilibre de leur couple, pour monter plus haut dans une carrière. On peut se priver de voir grandir ses enfants, mettre son couple en péril, on peut passer complètement à côté de sa vie de citoyen, de militant associatif, de tous ces moments de gratuité qui demandent de ne pas être esclave de son métier. Au nom de la réussite, de l’argent à ramener sa famille (quitte du coup à ne plus vraiment la voir !). Les jeunes générations (les Y, les Millenials) semblent plus enclines que leurs aînées à vouloir limiter la toute-puissance d’attraction du travail. Ils se disent tentés par la sobriété heureuse, exprimant par là leur volonté initiale de brider l’emprise professionnelle pour pouvoir vivre avec moins mais mieux. On verra si dans 10, 20 ou 30 ans, ils ont su inventer une autre manière de travailler, d’autres rythmes, d’autres épanouissements personnels. Jésus en tout cas pointe une tentation aussi vieille que la civilisation : trop consacrer à son travail, au point de refuser d’être invité à un festin de noces, et pas n’importe lequel !

La question de l’équilibre vie privée / vie professionnelle se pose à chacun, et évolue avec l’âge. Mon investissement au travail m’empêche-t-il de répondre oui aux appels de Dieu à festoyer avec lui ? La question mérite au moins d’être posée. Une autre parabole, celle des chômeurs embauchés la 11° heure du jour, souligne en contrepoint que l’oisiveté n’est pas meilleure que le surinvestissement : Dieu appelle également au travail ! Le tout est de discerner le temps présent : est-ce le temps pour jouer de la flûte, danser et se réjouir ? Ou pour se retrousser les manches et transpirer sur son ouvrage ?

 

c) La troisième catégorie de refus est extrêmement violente, meurtrière : « les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent  ».

Le refus d’être invité atteint ici une forme d’être de paroxysme. Ne pas vouloir venir est une chose, massacrer les serviteurs chargés d’offrir ce cadeau en est une autre. Pourquoi tant de haine ? Est-ce déjà le déchaînement de cette fameuse violence mimétique que Jésus dénonce aussi dans la parabole des vignerons homicides ? Est-ce un début de révolution qui veut couper tous les liens avec le souverain, en attendant de lui couper la tête un peu plus tard ? Toujours est-il qu’ils signifient par-là ne plus vouloir avoir affaire au roi, préférant conquérir l’indépendance par la violence plutôt que de rester ses sujets, même invité à sa table.

vigneronshomicides morale

Dieu que c’est difficile d’accepter de recevoir ! Ces trois catégories d’invités décrivent nos propres tentations d’autosuffisance : être si repus qu’un autre désir est impossible, être si idolâtres que toute invitation de Dieu est inaudible ; être si jaloux de notre autonomie que nous mordons la main qui nous approche.

L’enjeu de la parabole est bien là : accepter d’être invités. Accepter de recevoir ce cadeau de Dieu désirant partager la joie des noces de son fils. Faire sienne cette joie qui n’était pas la nôtre ; se nourrir de mets succulents que nous n’avons pas préparés ni même mérités.

 

d) La colère du roi qui se manifeste alors est révélatrice : il est obligé de surmonter notre réticence à nous laisser aimer.

ob_1b12bb_banchetto-di-nozze-6 recevoir

Il oblige tous ceux qui sont rencontrés à remplir la salle des noces. Le terme obliger est fort. Il ne se rencontre d’ailleurs dans le Nouveau Testament que lorsque Jésus oblige ses disciples à remonter dans la barque pour traverser le lac. Notre réticence à nous laisser conduire est telle que Dieu est obligé de nous obliger ! Un peu comme un père oblige son enfant à goûter tel plat, tel sport inconnu pour lui faire découvrir ce qu’il ne découvrirait jamais autrement. Il y a des circonstances dans une vie ou Dieu – heureusement ! – nous oblige à recevoir de Lui. C’est la grâce d’un éblouissement spirituel, une rencontre bouleversante, une révélation décisive… Cette invitation est gratuite. C’est-à-dire qu’elle ne dépend pas de ce que nous avons fait. D’ailleurs le roi prend soin de préciser qu’il souhaite voir les bons comme les mauvais entrer dans la salle des noces. On retrouve le scandale évoqué au début : les mauvais eux aussi vont se régaler et se réjouir aux noces divines !

Décidément, la foi chrétienne n’est pas d’abord mener une vie morale, être bon ou mauvais. Être chrétien c’est accepté d’être invité gracieusement à entrer dans la communion au fils de Dieu qui nous unit à son Père (ce qui fait de l’éthique une réponse, et non un préalable).

 

e) Le dernier éclat de la parabole est d’ailleurs un développement de cette nécessité de recevoir.

ob_ba8acf_banchetto-di-nozze-9À l’entrée de la salle, tous ceux que les serviteurs avaient ramassés sur la route se sont vus donner un vêtement blanc, un vêtement des noces pour être à la hauteur du festin du mariage. Un des invités – on ne sait pas si c’est un bon ou un mauvais – a refusé d’endosser ce vêtement. On peut y voir l’allusion au vêtement du baptême qui conduit jusqu’au festin de nos eucharisties. Plus radicalement c’est le vêtement de la grâce dont Dieu veut habiller tout homme et que pourtant nous sommes capables de refuser. Celui qui refuse de se laisser gracier mais veut participer au festin se heurtera à cette contradiction insurmontable : « Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ».

 

L’essentiel de la foi chrétienne, ce n’est pas donner mais recevoir.

Participer à la joie des noces ne dépend pas de notre vie morale. Elle dépend seulement de notre désir d’ouvrir notre cœur et nos mains. Elle dépend seulement de notre capacité à dire oui à une invitation que nous n’avons pas à mériter.

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Le Seigneur préparera un festin ; il essuiera les larmes sur tous les visages » (Is 25, 6-10a)
Lecture du livre du prophète Isaïe
Le Seigneur de l’univers préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux, un festin de viandes succulentes et de vins décantés. Sur cette montagne, il fera disparaître le voile de deuil qui enveloppe tous les peuples et le linceul qui couvre toutes les nations. Il fera disparaître la mort pour toujours. Le Seigneur Dieu essuiera les larmes sur tous les visages, et par toute la terre il effacera l’humiliation de son peuple. Le Seigneur a parlé.
 Et ce jour-là, on dira : « Voici notre Dieu, en lui nous espérions, et il nous a sauvés ; c’est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés ! » Car la main du Seigneur reposera sur cette montagne.

PSAUME (Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6) R/
J’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.
 (Ps 22, 6cd)

Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi, ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.

DEUXIÈME LECTURE

« Je peux tout en celui qui me donne la force » (Ph 4, 12-14.19-20) Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens

Frères, je sais vivre de peu, je sais aussi être dans l’abondance. J’ai été formé à tout et pour tout : à être rassasié et à souffrir la faim, à être dans l’abondance et dans les privations. Je peux tout en celui qui me donne la force. Cependant, vous avez bien fait de vous montrer solidaires quand j’étais dans la gêne. Et mon Dieu comblera tous vos besoins selon sa richesse, magnifiquement, dans le Christ Jésus.  Gloire à Dieu notre Père pour les siècles des siècles. Amen.

ÉVANGILE « Tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce » (Mt 22, 1-14)
Alléluia. Alléluia. Que le Père de notre Seigneur Jésus Christ ouvre à sa lumière les yeux de notre cœur, pour que nous percevions l’espérance que donne son appel.
Alléluia. (cf. Ep 1, 17-18)
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à parler aux grands prêtres et aux pharisiens, et il leur dit en paraboles : « Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : ‘Voilà : j’ai préparé mon banquet, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez à la noce.’ Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : ‘Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.’ Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. Le roi entra pour examiner les convives, et là il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce. Il lui dit : ‘Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?’ L’autre garda le silence. Alors le roi dit aux serviteurs : ‘Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.’  Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. » Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

18 mai 2016

L’Esprit, vérité graduelle

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’Esprit, vérité graduelle

 

Homélie pour la fête de la Trinité / Année C
22/05/2016

Cf. également :

Trinité : Distinguer pour mieux unir

Trinité : ne faire qu’un à plusieurs

Les bonheurs de Sophie

Trinité : au commencement est la relation

La Trinité en actes : le geste de paix

La Trinité et nous

Pensez-vous être parvenu à la plénitude de votre vie de couple ?
Êtes-vous à 100 % cohérent avec vos principes de vie ?
Avez-vous atteint le sommet de votre vie professionnelle, si bien qu’il n’y ait plus rien à découvrir ?

Le départ du Ressuscité et l’envoi concomitant de l’Esprit répondent à ce constat inévitable : nous sommes toujours en chemin, jamais arrivés au terme. « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. » (Jn 16, 12-13)

Afficher l'image d'origine

C’est donc qu’il y a des choses que nous n’avons pas la force de porter aujourd’hui, mais peut-être demain, avec la force de l’Esprit. C’est donc que nous habitons une région de la vérité, mais pas la vérité tout entière. Il nous faut accepter d’être conduits – pas d’y aller par nous-mêmes – par l’Esprit vers la vérité tout entière.

Qui serait alors si fanatique qu’il prétendait détenir seul la vérité, et toute la vérité ?

Qui serait assez fou pour ne pas reconnaître le chemin qu’il a encore à parcourir, guidé par l’Esprit, pour aller vers une plénitude de vérité que seule la mort nous donnera de rencontrer en personne ?

Dans la foulée de Pentecôte, le Christ avertit ses disciples qu’ils sont en chemin, qu’ils ne doivent jamais se croire arrivés au but. Ce chemin n’est ni l’erreur ni la vérité absolue, ni les ténèbres ni la pure clarté, mais cet entre-deux où le discernement spirituel tâche de reconnaître les formes de l’éternité dans les événements de nos vies. Entre chiens et loups, nous avançons, événement après événement, en déchiffrant une part de vérité, en restant aveugles sur bien d’autres…

Afficher l'image d'origineC’est ce que la théologie morale appelle la loi de gradualité : la vérité révélée en Jésus Christ ne se communique pas en une seule fois, ni totalement. Nous allons certes vers la vérité, mais graduellement, marche après marche, avec des progrès parfois spectaculaires et des régressions qui peuvent l’être tout autant.

La meilleure définition de cette loi de gradualité a été formulée par Jean-Paul II, à propos des époux dans le mariage, mais cela vaut pour tout parcours humain :
[…] Il faut une conversion continuelle, permanente, qui, tout en exigeant de se détacher intérieurement de tout mal et d’adhérer au bien dans sa plénitude, se traduit concrètement en une démarche conduisant toujours plus loin. Ainsi se développe un processus dynamique qui va peu à peu de l’avant grâce à l’intégration progressive des dons de Dieu et des exigences de son amour définitif et absolu dans toute la vie personnelle et sociale de l’homme. C’est pourquoi un cheminement pédagogique de croissance est nécessaire pour que les fidèles, les familles et les peuples, et même la civilisation, à partir de ce qu’ils ont déjà reçu du mystère du Christ, soient patiemment conduits plus loin, jusqu’à une conscience plus riche et à une intégration plus pleine de ce mystère dans leur vie.
Familiaris Consortio n° 9, Jean-Paul II, 1981

Autrement dit, on ne peut pas tout demander tout de suite à ceux qui viennent de se marier. Il leur faudra beaucoup de joies et de peines partagées, beaucoup d’essais et d’erreurs pour grandir ensemble vers la vérité de leur amour. Même après 50 ou 70 ans de vie commune, ils n’auront jamais fini d’explorer la grandeur, la profondeur de leur relation, jusqu’à ce que la mort les sépare, et même après !

Le Pape François reprenait ce concept pour demander à l’Église d’accompagner avec patience et délicatesse les jeunes couples qui commencent souvent par cohabiter (en Occident), sans renoncer pour autant à leur proposer l’intégralité de l’idéal évangélique :

Dans ce sens, saint Jean-Paul II proposait ce qu’on appelle la ‘‘loi de gradualité’’, conscient que l’être humain « connaît, aime et accomplit le bien moral en suivant les étapes d’une croissance ». Ce n’est pas une ‘‘gradualité de la loi’’, mais une gradualité dans l’accomplissement prudent des actes libres de la part de sujets qui ne sont dans des conditions ni de comprendre, ni de valoriser ni d’observer pleinement les exigences objectives de la loi. En effet, la loi est aussi un don de Dieu qui indique le chemin, un don pour tous sans exception qu’on peut vivre par la force de la grâce, même si chaque être humain « va peu à peu de l’avant grâce à l’intégration progressive des dons de Dieu et des exigences de son amour définitif et absolu dans toute la vie personnelle et sociale de l’homme ».
Amoris Laetitia n° 295, 2016

Ce cheminement pédagogique de croissance ne vaut pas que pour le mariage. Le Directoire Général pour la Catéchèse prend bien soin d’évoquer la pédagogie des étapes qui doit animer la proposition de la foi :

88. La foi, animée par la grâce de Dieu et alimentée par l’action de l’Église, connaît un processus de maturation. La catéchèse, au service de cette croissance, est une activité graduelle. Une catéchèse opportune se fait par degrés. […]
89. Ces étapes, pleines de la sagesse de la grande tradition catéchuménale, inspirent la gradualité de la catéchèse. […]
Celle-ci, comme accompagnement du processus de conversion, est essentiellement graduelle; et, étant au service de celui qui a décidé de suivre Jésus-Christ, elle est éminemment christocentrique.

Afficher l'image d'origineD’ailleurs, le catéchuménat des adultes est lui-même structuré autour de cette pédagogie de la progressivité :

287 Cette gradualité se perçoit aussi dans les noms que l’Église utilise pour désigner ceux qui suivent les diverses étapes du catéchuménat baptismal : « sympathisant », pour celui qui a un penchant pour la foi même s’il ne croit pas pleinement; « catéchumène » pour celui qui est fermement décidé à suivre Jésus; « élu », ou « concourant » pour celui qui est appelé à recevoir le baptême; « néophyte », pour celui qui vient de naître à la lumière grâce au baptême; « fidèle chrétien », pour celui qui atteint la maturité de la foi et qui est membre actif de la communauté chrétienne.
Directoire Général pour la Catéchèse / JP II / 15 Août 1997

« On ne naît pas chrétien, on le devient » : à cette maxime si juste de Tertullien, on pourrait rajouter qu’on le devient sans cesse, rencontre après rencontre, de sécheresse en illumination, de période de foi tranquille aux remises en question orageuses…

Comment dès lors désespérer d’un conjoint, d’un enfant, d’un collègue, sous prétexte qu’il ne serait pas encore arrivé assez haut selon votre attente ?

Comment désespérer de soi-même, puisque je suis également sur ce chemin, guidé par l’Esprit – à travers heurts, bonheurs et malheurs – vers la vérité tout entière ?

Les intransigeants sont ceux qui se croient déjà arrivés, ceux qui croient posséder la vérité. Les religieux extrémistes, quel que soit leur bannière, commettre un réel péché contre l’Esprit ! Ils figent ce qui est vivant, ils objectivent ce qui est de l’ordre de la relation, ils imposent aux autres leur part de vérité sans se laisser conduire plus avant eux-mêmes.

Pour nous conduire vers la vérité, l’Esprit du Christ fait feu de tout bois. Tantôt patiemment, imperceptiblement, comme à feu doux. Tantôt avec violence, renversant Paul sur la route de Damas ou faisant pleurer Claudel écoutant le Magnificat derrière les piliers de Notre-Dame de Paris…

Le plus difficile pour nous est de nous laisser conduire. Pierre on a fait l’expérience, lui qui croyait être l’apôtre de Jérusalem, mais qui a planté l’Eglise de Rome en mourant dans le cirque Romain du Vatican. « Quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller » (Jn 21,18).

Se laisser conduire vers la vérité tout entière est donc un cheminement graduel, une ascension col après col, une croisière port après port.

La gradualité nourrit notre humilité, car qui peut se dire déjà arrivé ?

La gradualité ravive en même temps notre désir, car il y a toujours à découvrir.

Que ce soit au premier emploi ou au départ en retraite, la vie professionnelle est également placée sous le signe de cette loi de la gradualité. Sans être une trajectoire linéaire, tout parcours professionnel peut devenir un « cheminement pédagogique de croissance », pour en découvrir toujours davantage sur l’être humain, sur la grandeur et la misère du travail humain, sur l’intelligence qui produit, la solidarité qui unit, l’amour d’un métier, la compétence dans un domaine puis un autre…

À y réfléchir, il n’y a pas un aspect de notre existence qui serait hors gradualité ! Même la politique, avec ses renouvellements réguliers des formes de gouvernement et de participation des peuples, est sur le chemin d’une vérité plus grande que nos seules formes démocratiques occidentales.

Découvrir la puissance de transformation qui réside dans le principe de gradualité nous invite à ne jamais absolutiser ce que nous avons seulement commencé à découvrir de la vérité d’un être, d’un métier, d’une entreprise, d’une société.

Car en christianisme, la vérité n’est pas un système de pensée, mais une personne.

La foi chrétienne n’est pas une doctrine, mais une relation de communion avec Jésus le Christ.

Ce n’est pas un ensemble de choses à croire ou à faire, mais un compagnonnage avec Celui qui est déjà sur l’autre rive, guidés par son Esprit qui devient peu à peu notre souffle, notre respiration.

Il y a bien des révélations que nous n’avons pas la force de porter aujourd’hui. Comme le plongeur remontant à la surface, il nous faut des paliers de décompression, et bien des étapes avant d’émerger enfin totalement hors de l’océan.

Afficher l'image d'origineSoyons donc humbles et patients, avec les autres et avec nous-mêmes, car le chemin n’est pas fini. Et l’Esprit de réserve bien des surprises !

Prions l’Esprit du Christ de nous guider pas à pas « vers la vérité tout entière »

 

 

1ère lecture : La Sagesse a été conçue avant l’apparition de la terre (Pr 8, 22-31)
Lecture du livre des Proverbes

Écoutez ce que déclare la Sagesse de Dieu : « Le Seigneur m’a faite pour lui, principe de son action, première de ses œuvres, depuis toujours. Avant les siècles j’ai été formée, dès le commencement, avant l’apparition de la terre. Quand les abîmes n’existaient pas encore, je fus enfantée, quand n’étaient pas les sources jaillissantes. Avant que les montagnes ne soient fixées, avant les collines, je fus enfantée, avant que le Seigneur n’ait fait la terre et l’espace, les éléments primitifs du monde. Quand il établissait les cieux, j’étais là, quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme, qu’il amassait les nuages dans les hauteurs et maîtrisait les sources de l’abîme, quand il imposait à la mer ses limites, si bien que les eaux ne peuvent enfreindre son ordre, quand il établissait les fondements de la terre. Et moi, je grandissais à ses côtés.
Je faisais ses délices jour après jour, jouant devant lui à tout moment, jouant dans l’univers, sur sa terre, et trouvant mes délices avec les fils des hommes. »

Psaume : Ps 8, 4-5, 6-7, 8-9

R/ Ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand, ton nom, par toute la terre ! (Ps 8, 2)

À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui,
le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?

Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu,
le couronnant de gloire et d’honneur ;
tu l’établis sur les œuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds.

Les troupeaux de bœufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.

2ème lecture : Vers Dieu par le Christ dans l’amour répandu par l’Esprit (Rm 5, 1-5)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, nous qui sommes devenus justes par la foi, nous voici en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, lui qui nous a donné, par la foi, l’accès à cette grâce dans laquelle nous sommes établis ; et nous mettons notre fierté dans l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu. Bien plus, nous mettons notre fierté dans la détresse elle-même, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ; la persévérance produit la vertu éprouvée ; la vertu éprouvée produit l’espérance ; et l’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné.

Evangile : « Tout ce que possède le Père est à moi ; l’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître » (Jn 16, 12-15)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit : au Dieu qui est, qui était et qui vient !
Alléluia. (Ap 1, 8)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

5 août 2015

Le caillou et la barque

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le caillou et la barque

 

Homélie du 19° dimanche du temps ordinaire / Année B
09/08/2015

 

« Imitez Dieu »

Paul n’y va pas par quatre chemins : « cherchez à imiter Dieu » (Ep 4,30- 5,2).

Il est fou de mettre la barre si haut !

On n’est pas des héros, et Dieu est inaccessible comme le rappelle Jésus dans notre évangile : « personne n’a jamais vu le Père ». Comment imiter quelqu’un qu’on ne voit pas ? Le mimétisme repose sur la reproduction de ce qui est vu et entendu. C’est ainsi que les bébés apprennent à sourire, à parler, à marcher… Mais Dieu est invisible ! Et lui c’est lui, nous c’est nous. C’est littéralement surhumain que d’essayer d’agir comme Dieu !

Comment sortir de cette aporie ?

 

Le Christ, icône de Dieu

Le caillou et la barque dans Communauté spirituelle 34524632dieu-jesus-et-l-esprit-saint-jpgLa solution chrétienne à cette impasse est assez élégante. Oui, Dieu est invisible, mais en Jésus de Nazareth il s’est donné à voir, à toucher, à suivre. Dans les évangiles, nous voyons le Christ incarner dans ses gestes, ses paroles, ses attitudes, l’amour même qu’est Dieu. Il accueille les damnés de la terre, il fréquente les intouchables, il est saisi de compassion et guérit autant qu’il peut les malades. Sa vie et son exemple sont si concrets qui nous est facile de savoir en le regardant comment Dieu se comporte. « Qui m’a vu a vu le Père ».

Pourtant, savoir n’est pas encore faire de même.

Nous voyons le Christ pardonner, et nous avons du mal à l’imiter.

Nous le voyons soigner le soldat venu l’arrêter, aller jusqu’à aimer ses bourreaux qui le crucifient, et là nous disons : stop ! Je ne suis pas le bon Dieu, je ne peux pas aller jusque-là…

 

Le caillou et la barque

Alors comment pratiquer ce que Paul commande ? « Vivez ».

Peut-être en voyant en Jésus de Nazareth un passeur plus qu’un modèle.

 Un jour, un chef scout interrogeait un louveteau qui préparait sa promesse :

-  Si je prends un caillou gros comme ça et que je le pose à la surface d’un fleuve, va-t-il couler au fond ou surnager ?
-  Il coulera bien sûr !
-  Et si je prends 100 grosses pierres, que je les place dans une barque et que je pousse la barque au milieu du fleuve, ces pierres vont-elles couler au fond ou surnager ?
-  Elles surnageront, et traverseront le fleuve grâce à la barque.
-  Alors 100 pierres et une barque sont plus légères qu’un seul caillou ?…

L’enfant tout confus ne savait plus quoi répondre.

Le chef scout continua :
- Imagine que le gros caillou c’est la promesse. Si tu comptes la porter tout seul, tu risques de couler en cours de route. Imagine que les 100 grosses pierres sont les commandements de la loi scoute et les principes, les maximes qui vont avec, et que la barque est ton amitié avec Jésus. Alors tu vois que, porté par l’amitié du Christ, tu vas pouvoir traverser le fleuve sur la barque, c’est-à-dire observer les commandements scouts et y être fidèles.

Le Christ est-il pour nous un exemple ou un passeur ? En latin, on dirait : le Christ est-il pour vous exemplum (exemple moral) ou sacramentum (sacrement qui nous fait passer en Dieu) ?

L’exemple (exemplum), c’est celui qu’il faut suivre en faisant plein d’efforts pour être comme lui.

Mais le risque est grand de faire comme le gros caillou qui voulait flotter tout seul et qui a coulé au fond.

Le passeur (sacramentum), c’est la barque qui prend sur elle les 100 pierres. Cette barque les maintient à flot, et les fait traverser le fleuve sur l’autre rive.

« Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements », nous assure le Christ dans l’évangile de Jean. En liant ainsi amour et fidélité, Jésus se révèle plus passeur qu’exemple.

C’est dans l’amour pour lui que nous trouverons le courage de la fidélité, et non l’inverse. Il ne s’agit pas tant de faire des efforts pour être fidèles que d’approfondir notre amour pour lui,  et alors la fidélité viendra.

C’est un peu semblable dans l’amitié ou le couple : c’est souvent la tiédeur qui engendra l’infidélité, la routine qui provoque l’éloignement, le manque d’intensité qui suscite la trahison…

« Si vous m’aimez, nous resterez fidèles à mes commandements ».

 

Le Christ, passeur de Dieu.

Imiter le Christ, ce n’est pas être raidi dans un effort moral pour lui ressembler. C’est au contraire laisser son Esprit, dans la communion avec lui, nous transformer en retour.

Moi je ne sais pas pardonner, mais le Christ en moi peut aimer mes ennemis.

Moi j’ai du mal à me livrer, mais uni au Christ « livré pour la multitude », ce travail se fait en moi, par lui, avec lui et en lui. Comme l’écrit Paul : « ce n’est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi ». L’imitation de Jésus-Christ a été un best-seller de la chrétienté. Ce petit ouvrage pouvait quelquefois verser dans le moralisme, mais le plus souvent il suivait ce fil d’Ariane : reste greffé au Christ, et il opérera en toi de grandes choses.

4646947_le_passeur__fond_creme02_WEB communion dans Communauté spirituelle 

L’imitation juive

Les juifs, nos frères aînés (Jean-Paul II), ont à coeur eux aussi d’imiter Dieu. Comme il n’y a pas de médiateur à leurs yeux, ils pratiquent cette imitation à partir de deux sources, toujours valable pour les chrétiens : la Bible, et l’éthique.

La Bible

Car l’Écriture dévoile l’image de Dieu en l’homme, en chaque homme. Par exemple, si les juifs les premiers appellent Dieu : notre père, ce n’est pas parce que Dieu  ressemblerait à nos parents, mais parce que à l’inverse nos parents sont créés à l’image de Dieu, source de toute paternité et de toute vie. C’est en scrutant les Écritures, en prenant le temps de l’étude des textes, qu’un père découvrira comment Dieu est Père en plénitude, qu’une mère découvrira les entrailles de Dieu à la source de son amour pour ses enfants. La Bible - lue, étudiée, psalmodiée - est la référence première pour qui veut aimer comme Dieu aime.

 

9782743604042 exempleL’éthique

La deuxième référence juive est sans aucun doute l’éthique. Respecter les 613 commandements est la base une vie humaine droite, telle que Dieu l’a voulue : à son image. Le philosophe Emmanuel Levinas par exemple a écrit des pages admirables sur cette primauté de l’éthique dans la pensée juive. Celui qui respecte l’altérité des autres êtres humains, en le considérant comme un impératif absolu, celui-là agit selon le coeur de Dieu. Évidemment, pour les chrétiens, l’éthique demeure : c’est bien un chemin pour ressembler à Dieu. Mais en régime chrétien, l’éthique est davantage une conséquence qu’un préalable. Ce qui compte, c’est la vie dans l’Esprit saint, dont le fruit sera une éthique venant de l’intime de Dieu. La grâce est plus fondamentale que la loi, l’Esprit plus que la lettre, la communion plus que la morale. Sans que pour autant les premiers contredisent les seconds : au contraire, ils les accomplissent.

 

Imiter Dieu n’est pas un marathon épuisant : c’est une transformation qu’il nous est donné de vivre en participant à l’amour divin.

En communion au pain vivant descendu du ciel, comme l’écrit Jn 6, nous ravivons en nous le désir d’agir comme le Christ, parce que unis à lui ; nous ranimons la faim  d’aimer comme lui parce que aimés par lui.

C’est ainsi que nous est donnée jour après jour la force d’imiter Dieu en toutes choses.

 

 

1ère lecture : Élie fortifié par le pain de Dieu (1R 19, 4-8)

Lecture du premier livre des Rois

Le prophète Élie, fuyant l’hostilité de la reine Jézabel, marcha toute une journée dans le désert. Il vint s’asseoir à l’ombre d’un buisson, et demanda la mort en disant : « Maintenant, Seigneur, c’en est trop ! Reprends ma vie : je ne vaux pas mieux que mes pères. »
Puis il s’étendit sous le buisson, et s’endormit. Mais voici qu’un ange le toucha et lui dit : « Lève-toi, et mange ! »
Il regarda, et il y avait près de sa tête un pain cuit sur la braise et une cruche d’eau. Il mangea, il but, et se rendormit.
Une seconde fois, l’ange du Seigneur le toucha et lui dit : « Lève-toi, et mange ! Autrement le chemin serait trop long pour toi. »
Élie se leva, mangea et but. Puis, fortifié par cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à l’Horeb, la montagne de Dieu.

Psaume : 33, 2-3, 4-5, 6-7, 8-9

R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !

Je bénirai le Seigneur en tout temps, 
sa louange sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur : 
que les pauvres m’entendent et soient en fête !

Magnifiez avec moi le Seigneur, 
exaltons tous ensemble son nom.
Je cherche le Seigneur, il me répond : 
de toutes mes frayeurs, il me délivre.

Qui regarde vers lui resplendira, 
sans ombre ni trouble au visage.
Un pauvre crie ; le Seigneur entend : 
il le sauve de toutes ses angoisses.

L’ange du Seigneur campe à l’entour 
pour libérer ceux qui le craignent.
Goûtez et voyez : le Seigneur est bon ! 
Heureux qui trouve en lui son refuge !

2ème lecture : Vivez dans l’amour (Ep 4, 30-32; 5, 1-2)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens

Frère, en vue du jour de votre délivrance, vous avez reçu en vous la marque du Saint Esprit de Dieu : ne le contristez pas. Faites disparaître de votre vie tout ce qui est amertume, emportement, colère, éclats de voix ou insultes, ainsi que toute espèce de méchanceté. Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.

Oui, cherchez à imiter Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés. Vivez dans l’amour, comme le Christ nous a aimés et s’est livré pour nous en offrant à Dieu le sacrifice qui pouvait lui plaire.

Evangile : Le pain de la vie éternelle (Jn 6, 41-51)
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Tu es le pain vivant venu du ciel, Seigneur Jésus. Qui mange de ce pain vivra pour toujours. Alléluia. (cf. Jn 6, 50-51)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Comme Jésus avait dit : « Moi, je suis le pain qui est descendu du ciel », les Juifs récriminaient contre lui : « Cet homme-là n’est-il pas Jésus, fils de Joseph ? Nous connaissons bien son père et sa mère. Alors comment peut-il dire : ‘Je suis descendu du ciel’ ? »
Jésus reprit la parole : « Ne récriminez pas entre vous. Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire vers moi, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Il est écrit dans les prophètes : Ils seront tous instruits par Dieu lui-même. Tout homme qui écoute les enseignements du Père vient à moi. Certes, personne n’a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Père. Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi a la vie éternelle. Moi, je suis le pain de la vie.
Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ; mais ce pain-là, qui descend du ciel, celui qui en mange ne mourra pas. Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , , ,
12

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept