L'homelie du dimanche

27 mars 2017

Reprocher pour se rapprocher

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Reprocher pour se rapprocher


Homélie du 5° Dimanche de Carême / Année A
02/04/2017

Cf. également :

Et Jésus pleura

Une puanteur de 4 jours

Le je de l’ouïe

La corde à nœuds…

 

Dieu est-il sans reproches ?

ob_604d34_parler-tout-seul-c-est-parfois-un-signTant d’injustices, tant de malheurs innocents, jusqu’à la mort elle-même, point final en forme d’immense interrogation adressée à l’amour supposé infini de Dieu… : chacun de nous peut faire la liste de ses reproches, qu’il peut argumenter dès aujourd’hui contre Dieu. ‘Seigneur, si tu es vraiment amour, pourquoi ce handicap à la naissance, cet accident de la route à 14 ans, pourquoi l’autisme défigure-t-il ma fille/mon fils ? Si tu étais vraiment à mes côtés, je n’aurais pas sombré dans l’alcool ou la dépression, je n’aurais pas enchaîné les séries noires, mes proches n’auraient pas cumulé les échecs personnels ou professionnels…’

Or la Bible entière est traversée des reproches bien plus violents encore de nos ancêtres.

Dans l’évangile de ce dimanche du retour à la vie de Lazare, par deux fois un même reproche vient remettre Jésus en cause : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort ». Marthe, puis Marie expriment avec douleur dans les mêmes termes leur grief envers Jésus : c’est donc qu’il est légitime de le faire nous aussi. Jacob a résisté à Dieu au gué du Yabboq et s’est roulé avec lui dans la poussière (Gn 32). C’est donc qu’être « fort contre Dieu » (c’est le nom Israël attribué à Jacob après cette lutte) est une porte d’entrée dans son cercle intime.

 

L’avant-reproche

Résultat de recherche d'images pour "« celui que tu aimes est malade »"Les deux sœurs commencent d’abord par envoyer un SMS d’urgence à Jésus : « celui que tu aimes est malade ». C’est plus qu’une information sur l’état de santé de Lazare. Avec le rappel de l’amitié le liant à leur frère, Marthe et Marie jouent habilement sur la corde de l’affection de Jésus. C’est déjà une supplication : ‘au nom de votre amitié, fais  quelque chose pour Lazare’.

Avant de pouvoir reprocher en toute légitimité, il nous faut d’abord savoir supplier, ou du moins informer Dieu en lui rappelant son affection pour nous, le lien amical qui nous relie à lui. Celui qui ne demande jamais rien aux autres / à Dieu ne peut ensuite leur reprocher de ne pas être intervenus. Or savoir demander est un chemin d’humilité auquel peu d’entre nous consentent vraiment. Appeler au secours peut se révéler parfois très humiliant. Bon nombre préféreront se taire, serrer les dents, et essayer d’y arriver tout seul, à la force du poignet.

Le reproche est illégitime s’il n’est précédé de cette humble quête d’assistance où je reconnais ne pas pouvoir compter sur moi seulement.

 

Le reproche rapproche

Reprocher pour se rapprocher dans Communauté spirituelle lazare17La supplication de Marthe et Marie est restée sans effet sur Jésus. Bizarrement, il ne bouge pas. Il reste sur place, attendant visiblement que Lazare soit mort pour réagir. Elles sont alors en droit d’exploser, chacune à son tour, avec le même reproche : « Seigneur si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort ». Si elle n’avait pas crié leur amertume [1], leur déception, alors la rancune, le ressentiment auraient pris le dessus. Elles en auraient voulu à mort à Jésus d’avoir délaissé Lazare. Leur mutisme les aurait enfermées dans cette haine sans mots qui fait tant de ravages au sein des familles. Le fait d’exprimer leur reproche les maintient en lien étroit avec Jésus qui va finir par leur donner raison. Le nom de Lazare signifie justement : Dieu a secouru (El-azar), car en réponse au reproche des deux sœurs Jésus intervient avec puissance.

La vraie proximité s’établit souvent au prix du reproche, et non sans lui.

Le drame de Judas est de garder ses reproches pour lui, au lieu de les adresser au Christ. En bon zélote, il aurait dû demander à Jésus pourquoi il ne voulait pas de l’insurrection armée, du calcul politique pour faire des alliances, d’une stratégie de pouvoir qui permettrait de changer l’ordre des choses en chassant l’occupation romaine. Plus tard, après sa tragique méprise sur la rencontre entre Jésus et les chefs juifs (qu’il avait organisée pour créer un Front de la Résistance), il s’en veut tellement qu’il retourne contre lui la violence qu’il n’avait pas exprimée à Jésus. Ces reproches rentrés deviennent alors des remords, qui finiront par le détruire : le suicide de Judas est l’impasse où nous mène le non-reproche.
Pierre, lui, n’a cessé de formuler ses objections, et après la Résurrection il transforme ses reproches envers lui-même en demande de pardon adressée au Christ.

La vraie proximité s’établit souvent au prix du reproche, et non sans lui.
Ne pas se dire ce qui reste en travers de la gorge provoque des éloignements irréversibles : entre conjoints, des disputes à répétition au sujet de griefs non formulés, ou formulés trop tard, sont à l’origine de bien des séparations. En entreprise, ne pas savoir reprocher à son chef hiérarchique n’engendre que soumission et inefficacité du travail en équipe. Et réciproquement, c’est tout l’art du management que de pratiquer le reproche avec discernement, au moment favorable, dans des conditions acceptables, sur fond de bienveillance positive.

Pas d’éducation sans reproche !

 

Dieu n’est pas sans reproches

L'Amour, on 1) se RAPPROCHE 2) s'ACCROCHE 3) se REPROCHE 4) s'ÉCORCHE - Jeux de Mots Francois Ville - T-shirt Premium HommeAu double sens de la formule : il verbalise par amour ce qu’il a contre nous, afin de nous renouveler son alliance, et son action suscite légitimement en nous des questionnements que nous lui adressons avec tristesse.

Par le biais des prophètes dans l’Ancien Testament, Dieu reprend sans cesse Israël pour l’inviter à progresser. Dans les Évangiles, Jésus n’est pas avare de reproches non plus ! Il pleure sur Jérusalem qui refuse de l’accueillir. Il réprimande Pierre qui ne veut pas entendre parler de crucifixion (ce même Pierre qui lui faisait de vifs reproches sur cette annonce impensable d’un messie humilié). Et les diatribes de Jésus contre l’hypocrisie et le légalisme des pharisiens, pharisiens et autres docteurs de la Loi sont restées célèbres. D’ailleurs, les pharisiens confondront reproche (par amour) et insulte (par mépris).

Dans le livre de l’Apocalypse, le Vivant reproche à l’Église de Laodicée d’être si tiède qu’elle risque d’être vomie de sa bouche : « puisque te voilà tiède, ni chaud ni froid, je vais te vomir de ma bouche » (Ap 3,14). À chacune des 7 Églises, le Christ formule un grief pour l’appeler à redevenir fidèle : « J’ai contre toi que tu as perdu ton amour d’antan… » (Ap 2,7).

Dieu et l’homme ont tant de reproches mutuels se faire !

Mais tant que la parole convoque l’autre au nom de l’affection, de l’amitié, du lien d’alliance, chaque reproche peut réellement rapprocher les deux parties.
Parce qu’il fait réagir (Jésus ressuscitant Lazare [2]).
Parce qu’il oblige à lever les ambiguïtés (c’est pour soutenir la foi des disciples que Jésus a attendu trois jours).
Parce qu’il conduit de lui-même à la confiance malgré tout : « je sais que Dieu t’accordera tout ce que tu lui demanderas », dit Marthe après son reproche.

Entraînons-nous donc aux reproches fraternels, sur fond d’amitié et d’affection. Entraînons-nous dans la prière aux reproches spirituels, sur fond d’alliance et d’humilité  réciproque.

Celui qui ne reproche jamais montre peu de reconnaissance.
Celui-ci reproche mal devient tyrannique.
Qui reproche comme Marthe et Marie découvre qu’il n’y a pas de tombeau scellé si hermétique qu’il puisse empêcher la vie de jaillir, malgré la blessure, malgré toutes les formes de mort qui nous tiennent prisonniers.

Et vous, qu’avez-vous à reprocher à Dieu ? Prenez-vous le temps de lui dire, avec passion ?

Osons reprocher pour nous rapprocher !

 


[1] . Marie est un dérivé du prénom hébraïque Miryam qui signifie « goutte de mer ». Selon d’autres sources, il viendrait de l’hébreu marah se traduisant par « amertume » ou de l’égyptien ancien mrit ou merit signifiant « aimée ». La limite entre l’amertume et l’amour est donc ténue, et Marie de Béthanie personnalise cette ligne de crête.

[2] . Ce qui fait réagir également les opposants à Jésus : « Les grands prêtres décidèrent de tuer aussi Lazare,  parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient et croyaient en Jésus » (Jn 12,10).

 

 

Première lecture (Ez 37, 12-14
Ainsi parle le Seigneur Dieu : Je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai remonter, ô mon peuple, et je vous ramènerai sur la terre d’Israël. Vous saurez que Je suis le Seigneur, quand j’ouvrirai vos tombeaux et vous en ferai remonter, ô mon peuple ! Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez ; je vous donnerai le repos sur votre terre. Alors vous saurez que Je suis le Seigneur : j’ai parlé et je le ferai – oracle du Seigneur.

Psaume (Ps 129 (130), 1-2, 3-4, 5-6ab, 7bc-8)

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel ! Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière ! Si tu retiens les fautes, Seigneur, Seigneur, qui subsistera ? Mais près de toi se trouve le pardon pour que l’homme te craigne. J’espère le Seigneur de toute mon âme ; je l’espère, et j’attends sa parole. Mon âme attend le Seigneur plus qu’un veilleur ne guette l’aurore. Oui, près du Seigneur, est l’amour ; près de lui, abonde le rachat. C’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes. 

Deuxième lecture (Rm 8, 8-11)

Frères, ceux qui sont sous l’emprise de la chair ne peuvent pas plaire à Dieu. Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous celle de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas. Mais si le Christ est en vous, le corps, il est vrai, reste marqué par la mort à cause du péché, mais l’Esprit vous fait vivre, puisque vous êtes devenus des justes. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

Évangile (Jn 11, 1-45)

En ce temps-là, il y avait quelqu’un de malade, Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de Marthe, sa sœur. Or Marie était celle qui répandit du parfum sur le Seigneur et lui essuya les pieds avec ses cheveux. C’était son frère Lazare qui était malade. Donc, les deux sœurs envoyèrent dire à Jésus : « Seigneur, celui que tu aimes est malade. » En apprenant cela, Jésus dit : « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. » Jésus aimait Marthe et sa sœur, ainsi que Lazare. Quand il apprit que celui-ci était malade, il demeura deux jours encore à l’endroit où il se trouvait. Puis, après cela, il dit aux disciples : « Revenons en Judée. » Les disciples lui dirent : « Rabbi, tout récemment, les Juifs, là-bas, cherchaient à te lapider, et tu y retournes ? » Jésus répondit : « N’y a-t-il pas douze heures dans une journée ? Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui. » Après ces paroles, il ajouta : « Lazare, notre ami, s’est endormi ; mais je vais aller le tirer de ce sommeil. » Les disciples lui dirent alors : « Seigneur, s’il s’est endormi, il sera sauvé. » Jésus avait parlé de la mort ; eux pensaient qu’il parlait du repos du sommeil. Alors il leur dit ouvertement : « Lazare est mort, et je me réjouis de n’avoir pas été là, à cause de vous, pour que vous croyiez. Mais allons auprès de lui ! » Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), dit aux autres disciples : « Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui ! » À son arrivée, Jésus trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà. Comme Béthanie était tout près de Jérusalem – à une distance de quinze stades (c’est-à-dire une demi-heure de marche environ) –, beaucoup de Juifs étaient venus réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère. Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison. Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. » Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. » Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. » Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde. » Ayant dit cela, elle partit appeler sa sœur Marie, et lui dit tout bas : « Le Maître est là, il t’appelle. » Marie, dès qu’elle l’entendit, se leva rapidement et alla rejoindre Jésus. Il n’était pas encore entré dans le village, mais il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré. Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie et la réconfortaient, la voyant se lever et sortir si vite, la suivirent ; ils pensaient qu’elle allait au tombeau pour y pleurer. Marie arriva à l’endroit où se trouvait Jésus. Dès qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. » Quand il vit qu’elle pleurait, et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi, Jésus, en son esprit, fut saisi d’émotion, il fut bouleversé, et il demanda : « Où l’avez-vous déposé ? » Ils lui répondirent : « Seigneur, viens, et vois. » Alors Jésus se mit à pleurer. Les Juifs disaient : « Voyez comme il l’aimait ! » Mais certains d’entre eux dirent : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? » Jésus, repris par l’émotion, arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre. Jésus dit : « Enlevez la pierre. » Marthe, la sœur du défunt, lui dit : « Seigneur, il sent déjà ; c’est le quatrième jour qu’il est là. » Alors Jésus dit à Marthe : « Ne te l’ai-je pas dit ? Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. » On enleva donc la pierre. Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé. Je le savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ; mais je le dis à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. » Après cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, viens dehors ! » Et le mort sortit, les pieds et les mains liés par des bandelettes, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus leur dit : « Déliez-le, et laissez-le aller. » Beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et avaient donc vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

13 juillet 2016

Choisir la meilleure part

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Choisir la meilleure part 


Homélie du 16° dimanche du temps ordinaire / Année C
17/07/2016

Cf. également :

Le je de l’ouie

Bouge-toi : tu as de la visite !


Un marché de poisson à Seattle.
Apparemment semblable à tous les marchés de poisson à ciel ouvert. Mais écoutez les vendeurs crier. Notez les regards éberlués des clients.

Il règne ici un climat spécial. En fait, ce sont ces drôles poissons volants qui transforment le marché en aire de jeu, de surprise et de bonne humeur qui font la différence. Les employés vont au contact des passants, leur font toucher les poissons, leur racontent comment ils vivent. Ils jouent avec les enfants. Et quand un client commande une dorade, ils se la lancent d’étal en étal pour qu’elle arrive dans la balance devant la foule médusée. Ce marché périclitait autrefois. Il a failli fermer devant la concurrence. Mais sa philosophie du travail l’a sauvé ! La Fish philosophy du Pike Place Market de Seattle se résume en quatre propositions :

1. Choisir son attitude
Tous les jours, ces travailleurs se lèvent et choisissent de travailler avec le sourire. Le terme « choisir » est très important. Tous les matins, vous pouvez choisir si vous allez appréhender la journée avec une attitude positive. C’est le point qui demande le plus d’effort dans cette philosophie.

2. Être présent
Tous les jours, ils effectuent des routines mais sont présents. Quand les gens ont besoin d’eux, ils sont là, pas uniquement physiquement mais émotionnellement. Ils prêtent attention à leurs clients.

3. Jouer
Tous les jours, ils transforment les tâches les plus pénibles en jeu. Ils jouent, se lancent des poissons, crient, s’amusent.

4. Illuminer la journée de quelqu’un
Tous les jours, ces marchands de poisson illuminent la journée des personnes qu’ils croisent. Les gens rentrent chez eux, retournent travailler après la pause déjeuner et repensent à cette énergie positive avec le sourire, et partageront cette expérience le soir avec leur famille. 

Fish philosophie quatre règles

On est bien loin de l’évangile de Marthe et Marie, me direz-vous ! Pas si sûr… Il s’agit bien dans les deux cas de servir le passant (le Christ / le client). Et de servir sans dissocier le plaisir de la relation (Marie) d’avec le professionnalisme du métier (Marthe).

La philosophie de l’Évangile pour concilier les deux se résume dans cette phrase de Jésus :« Marie a choisi la meilleure part ». Et cette réponse contient elle-même trois composantes essentielles d’un service réussi : choisir / une part / la meilleure part.

 

Choisir

Reprenez cette maxime de Fish philosophy : « Choisir chaque jour son attitude au travail ».

Afficher l'image d'origineJe n’ai peut-être pas choisi mon métier, encore moins mon poste de travail, ma mission, mes collègues. Comme il faut bien travailler pour manger, je peux me résigner à une conception ‘alimentaire’ de mon boulot. Ou je peux, comme à Pike Place, choisir chaque jour l’attitude que je vais avoir au travail. L’employé chargé de la tâche la plus humble (nettoyage, entretien…) peut par son comportement rayonner quelque chose de plus fort, de plus humain que son patron irascible. Cela n’enlève en rien l’ardente obligation de rétablir l’équité dans les entreprises, de supprimer les privilèges, de diminuer la pénibilité et d’augmenter l’intérêt des tâches à accomplir. On a même inventé la cuisine à l’américaine, en bordure de la salle à manger, pour ne pas isoler les cuisiniers de leur public comme Marthe l’était de Jésus…

Choisir mon attitude du jour permet en même temps de ne pas se résigner et de ne jamais subir un travail par ailleurs imposé.

L’aigreur de Marthe envers sa soeur vient sans doute du fait qu’elle subit ce rôle de femme à la cuisine que la société de l’époque lui impose. Au lieu de vivre joyeusement la préparation des plats – et les cuisiniers savent combien ces gestes peuvent être chargés d’amour – pour leur invité, Marthe peste en son fort intérieur. Elle râle, elle trouve injuste d’être privée de la conversation avec ce Jésus qu’on aimerait écouter des heures durant. Du coup elle en devient jalouse, et voudrait tant qu’à faire que sa soeur Marie soit rabaissée elle aussi à ce rang de servante, à l’écart.

Ne pas choisir son travail, ne pas choisir de faire avec amour ce qui est à faire produit le plus souvent aigreur et jalousie. La même mission, quelque soit sa nature, peut devenir aliénante ou épanouissante selon la densité de présence que l’on y accorde.

Dans une équipe professionnelle, sur un open space ou sur un chantier, il y a toujours une ou deux de ces personnes qui catalysent par leur manière d’être le plaisir de travailler ensemble, la cohésion, l’entraide, la bonne humeur qui rend tout plus facile…

Chacun peut/doit choisir comment il va vivre sa journée. Ne pas choisir, c’est subir, se résigner, s’aigrir.

 

Choisir une part

« Je choisis tout » écrivait Thérèse de Lisieux… On peut légitimement critiquer cette envie un peu folle d’être tout ! La sagesse commande au contraire d’accomplir d’accepter ses limites, de réguler cette volonté de toute-puissance, et d’apprendre joyeusement à mourir à cette folie adolescente qui veut tout embrasser. Nous ne sommes pas Dieu ! Et Dieu lui-même, en Jésus-Christ, a accepté de se limiter en s’incarnant dans une portion du temps, dans un petit peuple insignifiant… Le Verbe de Dieu a choisi une part d’humanité en ce juif de 30 ans : il n’a pas rêvé d’être de toutes les cultures à la fois ni de tous les temps.

Choisir une part d’humanité est notre façon de jeter l’ancre dans l’existence. Pour avoir une identité singulière il faut bien un jour accepter d’être de tel pays, de telle langue, de tel milieu  professionnel (sans les idolâtrer pour autant). On ne peut pas être tout à la fois. Qui trop embrasse mal étreint, constate fort justement la sagesse populaire.

Afficher l'image d'origine

Plus j’habite ma particularité, plus je peux entrer en contact, en relation, en écoute avec ceux qui ont choisi une autre part. Plus je réalise la part est la mienne et mieux je peux laisser les autres accomplir la leur.

Le patron qui veut tout faire devient un tyran. L’évêque qui décide de tout s’isole de tous. Les parents qui veulent être à la fois le copain, l’éducateur, le professeur, l’animateur, le confident de leurs enfants seront rejetés comme étouffants et finalement incompétents.

Choisir sa part est donc un enjeu d’humanité pour trouver sa place, être reconnu dans la société. Le plus difficile est évidemment de discerner quelle est ma part, celle où je vais donner le meilleur de moi-même, celle où le fait d’être moi-même aidera les autres à devenir eux-mêmes, sans jalousie.

Ce choix est à réactualiser sans cesse ! Charles de Foucauld a d’abord choisi d’être un étudiant fêtard et bling bling. Puis il a voulu partir au Maroc comme explorateur au service de l’armée française. Puis il a ressenti l’appel à s’enfouir à Nazareth, incognito, comme jardinier anonyme d’une communauté de religieuses. Et finalement il a discerné que sa part à lui était à l’Assekrem, en plein désert du Hoggar, au milieu des touarègues et de l’umma musulmane. À chaque étape son choix était limité, voire étroit. C’est pourtant ainsi qu’il est devenu le « frère universel » dont la trajectoire peut parler à des chercheurs de Dieu de tous bords.

Choisir une part d’humanité et l’habiter intensément est le deuxième palier que Marie a franchi pour réussir l’accueil de Jésus dans sa maison. Je ne peux pas être à la fois à la cuisine, sur la route avec les apôtres, dans la foule des suiveurs, et au pied du Christ : alors je ne choisis qu’une part, celle de l’écoute par exemple, et je vais pleinement assumer cette part de l’accueil qui ainsi va devenir la meilleure part pour moi.

 

Choisir la meilleure part

« La meilleure » : on peut bien sûr interpréter cet adjectif de Jésus comme une supériorité de la contemplation sur l’action, de l’écoute sur le faire.

On pourrait également penser que cette  part est devenue la meilleure pour Marie à partir du moment où elle l’a choisie et l’habite intensément. Car au lieu de « s’agiter pour beaucoup de choses », si Marthe avait exercé son art de la cuisine pour quelqu’un, et dans la paix intérieure de celle qui sait pour qui elle accomplit tout cela, alors Marthe aurait découvert que cette part est également la meilleure pour elle.

La cohérence et l’unité intérieure de celui qui accomplit une action fait de ce moment le meilleur moment au monde. Que ce soit écouter de la musique, chanter des psaumes, jongler avec un tableau Excel ou négocier un contrat pour son équipe, toute tâche si elle est accomplie avec amour devient réellement la meilleure que nous pouvons vivre à l’instant t.

Afficher l'image d'origine 

Examinons les choix que nous pouvons faire, la manière dont nous les habitons, et nous entendrons au plus intime de nous-mêmes l’Esprit du Christ nous encourager : « tu as choisi la meilleure part, va jusqu’au bout ! »

 

1ère lecture : « Mon seigneur, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur » (Gn 18, 1-10a)
Lecture du livre de la Genèse

En ces jours-là, aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l’entrée de la tente. C’était l’heure la plus chaude du jour. Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui. Dès qu’il les vit, il courut à leur rencontre depuis l’entrée de la tente et se prosterna jusqu’à terre. Il dit : « Mon seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur. Permettez que l’on vous apporte un peu d’eau, vous vous laverez les pieds, et vous vous étendrez sous cet arbre. Je vais chercher de quoi manger, et vous reprendrez des forces avant d’aller plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur ! » Ils répondirent : « Fais comme tu l’as dit. » Abraham se hâta d’aller trouver Sara dans sa tente, et il dit : « Prends vite trois grandes mesures de fleur de farine, pétris la pâte et fais des galettes. » Puis Abraham courut au troupeau, il prit un veau gras et tendre, et le donna à un serviteur, qui se hâta de le préparer. Il prit du fromage blanc, du lait, le veau que l’on avait apprêté, et les déposa devant eux ; il se tenait debout près d’eux, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient. Ils lui demandèrent : « Où est Sara, ta femme ? » Il répondit : « Elle est à l’intérieur de la tente. » Le voyageur reprit : « Je reviendrai chez toi au temps fixé pour la naissance, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. »

Psaume : Ps 14 (15), 2-3a, 3bc-4ab, 4d-5

R/ Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? (Ps 14, 1a)

Celui qui se conduit parfaitement,
qui agit avec justice
et dit la vérité selon son cœur.
Il met un frein à sa langue.

Il ne fait pas de tort à son frère
et n’outrage pas son prochain.
À ses yeux, le réprouvé est méprisable
mais il honore les fidèles du Seigneur.

Il ne reprend pas sa parole.
Il prête son argent sans intérêt,
n’accepte rien qui nuise à l’innocent.
Qui fait ainsi demeure inébranlable.

2ème lecture : « Le mystère qui était caché depuis toujours mais qui maintenant a été manifesté » (Col 1, 24-28)
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Colossiens

Frères, maintenant je trouve la joie dans les souffrances que je supporte pour vous ; ce qui reste à souffrir des épreuves du Christ dans ma propre chair, je l’accomplis pour son corps qui est l’Église. De cette Église, je suis devenu ministre, et la mission que Dieu m’a confiée, c’est de mener à bien pour vous l’annonce de sa parole, le mystère qui était caché depuis toujours à toutes les générations, mais qui maintenant a été manifesté à ceux qu’il a sanctifiés. Car Dieu a bien voulu leur faire connaître en quoi consiste la gloire sans prix de ce mystère parmi toutes les nations : le Christ est parmi vous, lui, l’espérance de la gloire !
 Ce Christ, nous l’annonçons : nous avertissons tout homme, nous instruisons chacun en toute sagesse, afin de l’amener à sa perfection dans le Christ.

Evangile : « Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part »(Lc 10, 38-42)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
Heureux ceux qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance.
Alléluia. (cf. Lc 8, 15)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut. Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. » Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , , , ,

20 juillet 2013

Le je de l’ouie

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le je de l’ouie

 

Homélie du 16° Dimanche du temps ordinaire
Année C   21/07/13 

Connaissez-vous le sketch de Raymond de Devos sur le verbe « ouïr » ?

Il y a des verbes qui se conjuguent très irrégulièrement.
Par exemple, le verbe OUÏR.
Le verbe ouïr, au présent, ça fait J’ois… j’ois…
Si au lieu de dire « j’entends », je dis « j’ois », les gens vont penser que ce que j’entends est joyeux alors que ce que j’entends peut être particulièrement triste. Il faudrait préciser : ?Dieu, que ce que j’ois est triste !’
Si au lieu de dire « l’oreille », on dit « l’ouïe », et qu’on pense à une oie, alors on peut dire que l’ouïe de l’oie a ouï.
Pour peu que l’oie appartienne à Louis, cela donne :
- L’ouïe de l’oie de Louis a ouï.
- Ah oui ? Et qu’a ouï l’ouïe de l’oie de Louis ?
- Elle a ouï ce que toute oie oit…
Au passé, ça fait : J’ouïs… J’ouïs !
Il n’y a vraiment pas de quoi !

 


Au-delà de ces superbes jeux de mots, c’est presque un sketch « à la Devos » que Jésus nous interprète ici devant Marthe et Marie 
:

 

« Toute ouïe »

- Marie écoute; elle est « toute ouïe », l’oreille et le coeur tendus vers la parole de Jésus.
À sa soeur qui fait un tas de choses, Marie dit: « J’ouïs », c’est-à-dire : j’écoute, pour jouir de cette relation, pour savourer cette communion de parole.

- C’est comme un reproche implicite, où Jésus interpelle Marthe : arrête de te noyer dans les choses à faire, viens, et jouis de la Parole.

Or Marthe ne veut pas ouïr ;
elle ne veut pas jouir de la Parole du Christ, et voudrait même interdire ce plaisir à sa soeur?

Qui a dit que le christianisme était fâché avec la jouissance ?

Joue, oui

- Jésus insiste alors : « Joue, oui ! » c’est-à-dire : mets du jeu dans ta vie, réintroduis des degrés et des moments de liberté, au lieu de te laisser absorber complètement (par le travail, la famille, les soucis de tous ordres). Par cette ouverture à l’autre qu’est l’écoute, retrouve le goût du jeu avec ce qui n’est pas prévu, ni rentable.

La dimension ludique et artistique est essentielle à la foi chrétienne.

 

« Toute oui »

- « Joue ta vie sur le oui », en réponse à cette Parole d’un Autre.

Marie est « toute ouïe », toute écoute, et du coup, elle devient « toute oui », un oui intense à la Parole du Christ. Joue ta vie sur cette Parole, au lieu de préférer les choses à la relation, la cuisine à l’invité, le devoir au plaisir?


- Si bien que le jeu de l’écoute permet à Marie de dire « je », de découvrir son désir le plus vrai.

Le « je » de Marie lui est donné dans l »ouïe » de la Parole qu’est Jésus lui-même.
C’est la « part unique » qu’elle a choisie :
préférer la relation vivante à l’enfermement dans les choses; recevoir son identité la plus profonde de l’écoute de la parole d’un autre, du Tout-Autre.

Comme Jésus d’ailleurs, qui est le premier à écouter Celui dont il se reçoit, et qu’il appelle à cause de cela son Père. Il ne parle pas de lui-même, mais il parle de ce qu’il a d’abord écouté auprès de son Père (Jn 8,28 ; 12,49)

Le je de l'ouie dans Communauté spirituelle jesus-chez-marthe-et-marie 

Jouis

Vous voyez: l’écoute est première.
Ouïr est un vrai plaisir, un vrai « oui » à la vie.
Les Juifs nous le rappellent en priant 3 fois par jour (comme Jésus l’a fait toute sa vie) :
« Écoute Israël : le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est Un ».

C’est donc qu’il y a un lien entre l’écoute et l’unicité de l’être.

Écouter permet de progresser dans l’unité.

L’appel que le Christ nous lance dans cet évangile est donc à l’inverse du puritanisme, et de tous ceux qui voudraient faire de la religion un rabat-joie !

Le Christ semble nous dire :

« remet du plaisir dans ta relation aux autres, dans ta relation à Dieu.
Goûte particulièrement le plaisir d’écouter la parole, la parole de l’autre, la Parole de Dieu.
Pour cela, ne te laisse pas absorber par les choses ni par le seul devoir.
Remet du jeu dans ta vie. »

Accorde-toi quelque degré de liberté et de gratuité, pour jouir de la beauté de l’écoute, à l’image de Marie de Béthanie assise aux pieds de Jésus.


L’été est une période favorable pour cela.
Écouter la Parole que Dieu nous adresse à travers la nature splendide : mer, montagne, campagne…
Jouir de sa parole à travers une halte dans un monastère, une lecture tranquille des textes du Dimanche, ou un silencieux rendez-vous avec sa présence en nous…

Si nous réduisons la foi chrétienne à une accumulation de choses à faire, nous serons les plus malheureux de tous les croyants. Car on n’en fait jamais assez, ni assez bien ! Et puis, cela risque de nous priver de la rencontre avec Celui pour qui nous voulons faire ces choses.

l+ouie+louis amour dans Communauté spirituelle

Les mères de famille – ou les célibataires – connaissent bien cette agitation où il faut tout préparer pour qu’un dîner avec des invités se passe bien. Elles connaissent également la frustration de Marthe qui est dans la cuisine, et qui enrage de ne pouvoir prendre part à la conversation qui a lieu à côté.

Alors, plutôt que de se réjouir du bonheur de sa soeur qui écoute, plutôt que de se réjouir de lui permettre ce bonheur, elle veut l’en priver.

Comme si le bonheur de l’autre, tout proche, était insupportable, parce que justement ce n’est pas le mien.

C’est une vieille tentation de vouloir piétiner le bonheur que je ne peux ou ne veux pas atteindre. Marthe nie la différence entre elle et sa soeur, ne supporte pas qu’elle soit heureuse, et d’une autre manière qu’elle.

Être jaloux de la joie de ses proches au point de vouloir les en priver : cela arrive souvent dans nos familles, dans les communautés religieuses même !

C’est la réaction de l’enfant qui, voyant un beau jouet dans les bras de son frère, lui arrache, le casse et le piétine pour qu’aucun des deux ne soit heureux. Comme si l’égalité dans le malheur était un soulagement !

Cette violence, nous l’éprouvons tous lorsque, jaloux et nous comparant sans cesse, nous voulons ramener l’autre à notre état d’insatisfaction, au lieu de renoncer au comparatif et de nous réjouir de son bonheur.

C’est préférer casser un CD plutôt que voir un autre l’écouter.

C’est la folie de tous les crimes passionnels, où l’amour ne peut plus supporter le bonheur de l’autre, et préfère le détruire plutôt que de le voir s’éloigner…

 

Ouïr la Parole de Dieu…

Jouir de cette Parole.

Et ainsi devenir soi-même dans ce « Jeu / Je de l’ouïe »…

Que Marthe et Marie de Béthanie nous inspirent cet été de vrais moments où savourer la goûteuse présence de Dieu en nous…

1ère lecture : Abraham donne l’hospitalité à Dieu, qui lui promet un fils (Gn 18, 1-10a)
Lecture du livre de la Genèse

Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l’entrée de la tente. C’était l’heure la plus chaude du jour.
Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui. Aussitôt, il courut à leur rencontre, se prosterna jusqu’à terre et dit: « Seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur. On va vous apporter un peu d’eau, vous vous laverez les pieds, et vous vous étendrez sous cet arbre. Je vais chercher du pain, et vous reprendrez des forces avant d’aller plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur ! »
Ils répondirent : « C’est bien. Fais ce que tu as dit. »
Abraham se hâta d’aller trouver Sara dans sa tente, et il lui dit : « Prends vite trois grandes mesures de farine, pétris la pâte et fais des galettes. »
Puis Abraham courut au troupeau, il prit un veau gras et tendre, et le donna à un serviteur, qui se hâta de le préparer. Il prit du fromage blanc, du lait, le veau qu’on avait apprêté, et les déposa devant eux ; il se tenait debout près d’eux, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient.
Ils lui demandèrent : « Où est Sara, ta femme ? » Il répondit : « Elle est à l’intérieur de la tente. »
Le voyageur reprit : « Je reviendrai chez toi dans un an, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. »

Psaume : Ps 14, 1a.2, 3bc-4ab, 5

R/ Tu es proche, Seigneur : fais-nous vivre avec toi.

Seigneur, qui séjournera sous ta tente ?
Celui qui se conduit parfaitement,
qui agit avec justice
et dit la vérité selon son coeur.

Il ne fait pas de tort à son frère
et n’outrage pas son prochain.
À ses yeux, le réprouvé est méprisable
mais il honore les fidèles du Seigneur.

Il prête son argent sans intérêt,
n’accepte rien qui nuise à l’innocent.
L’homme qui fait ainsi
demeure inébranlable.

2ème lecture : Le mystère du Christ s’accomplit dans la vie de l’Apôtre (Col 1, 24-28)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens

Frère,
je trouve la joie dans les souffrances que je supporte pour vous, car ce qu’il reste à souffrir des épreuves du Christ, je l’accomplis dans ma propre chair, pour son corps qui est l’Église.
De cette Église, je suis devenu ministre, et la charge que Dieu m’a confiée, c’est d’accomplir pour vous sa parole, le mystère qui était caché depuis toujours à toutes les générations, mais qui maintenant a été manifesté aux membres de son peuple saint.
Car Dieu a bien voulu leur faire connaître en quoi consiste, au milieu des nations païennes, la gloire sans prix de ce mystère : le Christ est au milieu de vous, lui, l’espérance de la gloire !
Ce Christ, nous l’annonçons : nous avertissons tout homme, nous instruisons tout homme avec sagesse, afin d’amener tout homme à sa perfection dans le Christ.

Evangile : Marthe et Marie accueillent Jésus chez elles (Lc 10, 38-42)
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Heureux qui entend la voix du Seigneur et lui ouvre sa porte : il a trouvé son bonheur et sa joie. Alléluia. (cf. Ap 3, 20)
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Alors qu’il était en route avec ses disciples, Jésus entra dans un village. Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison.
Elle avait une soeur nommée Marie qui, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
Marthe était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma s?ur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider. »
Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , , , , ,

17 juillet 2010

Bouge-toi : tu as de la visite !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Bouge-toi : tu as de la visite !

 

Homélie du 16° Dimanche du temps ordinaire / Année C

18/07/2010.

 

Deux hospitalités devenues légendaires.

Celle d’Abraham sous les chênes de Mambré.

Celle de Marthe à Béthanie.

 

À chaque fois, c’est Dieu lui-même qui est accueilli, grâce à ce simple geste d’ouvrir sa maison à un inconnu, d’offrir un repas à des voyageurs.

 

L’hospitalité d’Abraham est la plus célèbre.

On l’appelle « philoxénie » dans la tradition orthodoxe, c’est-à-dire « amour de l’étranger ». Car c’est en accueillant des étrangers avec amour qu’Abraham a pu accueillir lui-même le don de Dieu, l’enfant de sa vieillesse avec Sarah. « Retiens l’étranger si tu veux reconnaître ton Sauveur » écrira plus tard le génial Augustin…

 

Vous devinez combien ce thème de l’hospitalité, de l’accueil des voyageurs, des étrangers, est un thème socialement explosif ! Pensez aux « aires d’accueil » (si mal nommées) pour les gens du voyage dans nos communes. Pensez aux difficultés que nous avons à recevoir à notre table des gens d’un autre milieu social, d’une autre origine que la nôtre (culturelle, ethnique…).

 

Ni Adam l’exilé, ni Caïn le fratricide, ni Noé le survivant n’avaient pu pratiquer une telle hospitalité auparavant. Seul Abraham, le premier et en plénitude, indiqua au peuple juif (qui l’oublie souvent, comme nous hélas !) : « N‘oubliez pas l’hospitalité, car c’est grâce à elle que quelques-uns, à leur insu, hébergèrent des anges » (He 13,2).

 

·      Une hospitalité en actes

Une des caractéristiques de cette hospitalité est son empressement à agir.

Abraham fait beaucoup plus qu’il ne dit, ici. Il fait tout avec empressement.

Que fait Abraham (un vieillard qui vient de subir une opération, la circoncision) ?  

1. Il investit d’autres personnes pour réaliser au  plus vite la mitsva (commandement) et accueillir convenablement ses invités.  

2. Il fait faire des gâteaux de farine (des petits pains)

3. Il fait préparer un jeune et tendre bovin

4. Il offre (lui-même) aussi de la crème et du lait et le jeune veau.  

5. Il installe les anges sous un arbre, et reste avec eux pendant qu’ils mangent.  

Comme dit le psaume 119, 60 : « Je me suis dépêché et je n’ai pas traîné pour accomplir Tes commandements ».  

Dans Gn. 22, 3: Abraham se lève tôt pour aller au mont Moria. 

Gn. 28, 18: Jacob se lève tôt pour construire l’autel de l’Éternel. 

Ex. 34, 4: Moïse se lève tôt pour monter au Sinaï. 

On peut citer le principe hala’hique : « les zélés se lèvent tôt pour accomplir les mitsvot (commandements) ».  C’est pourquoi par exemple on fait la circoncision le matin après l’office, ou on prie avec le lever du soleil.

Pour le judaïsme, l’amour de Dieu passe par des actes, ce n’est pas un simple sentiment ou une émotion.  Le signe que la mitsva est accomplie dans l’amour de Dieu est la joie.

La hâte pour agir est l’une des qualités les plus importantes de l’hospitalité d’Abraham.

Elle nous fait penser à la hâte de Marie pour aller goûter l’hospitalité d’Élisabeth sa cousine. À celle de Bartimée qui court ? alors qu’il est aveugle — pour aller à la rencontre de Jésus. Ou même à la hâte de Marthe qui s’affaire à la cuisine pour accueillir Jésus chez elle.

L’accueil de l’autre, ce n’est pas des paroles en l’air : c’est un remue-ménage pour que l’autre soit nourri, rafraîchi, lavé, reposé…

Une charité en actes.

C’est d’autant plus impressionnant en ce qui concerne Abraham qu’il est alors un vieillard, convalescent à la suite de cette opération handicapante qu’est la circoncision pour un homme de plus de 80 ans… Or malgré son état, il court à la rencontre des trois visiteurs !

St Jacques en tirera toutes les conséquences :

« Si un frère ou une soeur sont nus, s’ils manquent de leur nourriture quotidienne, et que l’un d’entre vous leur dise: « Allez en paix, chauffez-vous, rassasiez-vous », sans leur donner ce qui est nécessaire à leur corps, à quoi cela sert-il?  Ainsi en est-il de la foi: si elle n’a pas les oeuvres, elle est tout à fait morte » (Jc 2,15-17).

 

·      Pourquoi trois visiteurs, et pas un seul ?

La tradition chrétienne y verra bien sûr la préfiguration de la Trinité, à l’?uvre dès l’Ancien Testament.

La tradition juive y voit 3 missions divines :

Un rabbin espagnol du 13° siècle (Ramban) commente :

Il lui est apparu: Citation de Rachi « pour rendre visite au malade ». 

Rabbi Hama bar Hanina enseigne: le troisième jour de sa circoncision, le Saint, béni soit-Il, vint s’enquérir de lui.  

Et voici trois hommes: les anges qui vinrent avaient une apparence humaine.  

Trois:

- l’un pour annoncer la bonne nouvelle à Sara [Michaël],

- un pour guérir Abraham [Raphaël] et

- un pour détruire Sodome [Gabriel]. 

Et Raphaël qui guérit Abraham, partit sauver Lot, car  ce ne sont pas deux missions, puisqu’il s’agissait d’un lieu différent ou bien les deux missions visaient à sauver (c’est donc une seule).  

 Cette visite divine a donc trois buts : sauver (un malade), annoncer (une naissance), détruire (Sodome).

 

·      La fécondité de l’accueil

Dieu visite l’homme blessé, il lui donne la force de courir à sa rencontre, de se dépenser sans compter pour lui offrir l’hospitalité. Dieu nous donne la force de l’accueillir : nous recevons de lui l’énergie pour le recevoir, pour nous recevoir de lui (à travers la promesse de la naissance d’un fils pour Sarah). Cette hospitalité sera féconde : non seulement à travers la fécondité promise à Sarah malgré sa vieillesse, mais aussi à travers l’histoire du peuple juif.

Les trois attitudes d’Abraham vis-à-vis de ses trois visiteurs procureront trois bénédictions à Israël :

Rabbi Hama fils de Hanina enseigne: par le mérite de ces trois actes, ses descendants méritèrent trois choses:

- par le mérite de « la crème et du lait », ils méritèrent la manne. 

- par le mérite de « il se tint au-dessus d’eux » (pour rester attentif à leurs besoins), ils méritèrent les nuées de gloire. 

- par le mérite de « il sera pris un peu d’eau », ils méritèrent le puits de Myriam.  

 

·      La délicatesse de l’accueilli

Les anges manifestent d?ailleurs une étonnante pudeur, pour respecter les coutumes locales de ceux qui les accueillent.

Rachi commente :

Ils mangèrent: ils montrèrent comme s’ils mangeaient.  De là nous apprenons qu’on ne doit pas changer les coutumes de l’endroit.  

 

Les êtres spirituels ne mangent pas, mais venus sur terre, ils font comme s’ils mangeaient.  De même Moïse en montant au Sinaï se conduisit comme les anges puisqu’ il ne mangea ni ne but durant quarante jours et quarante nuits. 

C’est une règle d’or pour ceux qui bénéficient de l’hospitalité d’autrui (missionnaires, touristes?) : respecter les coutumes locales, et les imiter, tant qu’elles ne contredisent pas formellement l’essentiel de la foi. Matteo RICCI en Chine ou les Pères Blancs en Afrique se souviendront de cette règle de savoir-vivre lorsqu’on est accueilli par un autre peuple?

 

  

·      Le but ultime de l’hospitalité

Même en réprimandant Marthe avec douceur, Jésus ne renie rien de l’hospitalité juive. Il apprécie la hâte avec laquelle Marthe fait tout pour le service ; il sait que sa foi est grande et se manifestera à la mort de son frère Lazare (Jn 11). Simplement, il lui rappelle que l’hospitalité a pour but d’être avec le visiteur, pas de le laisser seul…

Abraham a su, mieux que Marthe, « se tenir debout, très les visiteurs, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient ».

Voilà l’hospitalité qui est féconde : celle qui agit au lieu de parler, celle qui prend le temps d’être avec au lieu de laisser seul, celle qui écoute la parole de l’autre au lieu de se noyer dans les ordres à donner pour les préparatifs.

 

Une telle hospitalité fait surgir un avenir là où humainement c’était impensable. Sarah aura un fils malgré sa vieillesse, malgré son célèbre rire où elle doutera une telle transformation de son histoire, de son corps, de sa vie.

 

« N‘oubliez pas l’hospitalité, car c’est grâce à elle que quelques-uns, à leur insu, hébergèrent des anges » (He 13,2).

 

Et nous, avec qui allons nous pratiquer l’hospitalité cet été ?

À quels visiteurs allons-nous ouvrir notre porte ? Avec quel accueil ?

 

1ère lecture : Abraham donne l’hospitalité à Dieu, qui lui promet un fils (Gn 18, 1-10a)

Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l’entrée de la tente. C’était l’heure la plus chaude du jour.
Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui. Aussitôt, il courut à leur rencontre, se prosterna jusqu’à terre et dit:
« Seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur.
On va vous apporter un peu d’eau, vous vous laverez les pieds, et vous vous étendrez sous cet arbre.
Je vais chercher du pain, et vous reprendrez des forces avant d’aller plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur ! » Ils répondirent : « C’est bien. Fais ce que tu as dit. »
Abraham se hâta d’aller trouver Sara dans sa tente, et il lui dit : « Prends vite trois grandes mesures de farine, pétris la pâte et fais des galettes. »
Puis Abraham courut au troupeau, il prit un veau gras et tendre, et le donna à un serviteur, qui se hâta de le préparer.
Il prit du fromage blanc, du lait, le veau qu’on avait apprêté, et les déposa devant eux ; il se tenait debout près d’eux, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient.
Ils lui demandèrent : « Où est Sara, ta femme ? » Il répondit : « Elle est à l’intérieur de la tente. »
Le voyageur reprit : « Je reviendrai chez toi dans un an, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. »

 

Psaume : Ps 14, 1a.2, 3bc-4ab, 5

R/ Tu es proche, Seigneur : fais-nous vivre avec toi

 

Seigneur, qui séjournera sous ta tente ?
Celui qui se conduit parfaitement,
qui agit avec justice
et dit la vérité selon son coeur. 

Il ne fait pas de tort à son frère 
et n’outrage pas son prochain. 
A ses yeux, le réprouvé est méprisable 
mais il honore les fidèles du Seigneur. 

Il prête son argent sans intérêt, 
n’accepte rien qui nuise à l’innocent. 
L’homme qui fait ainsi 
demeure inébranlable.

2ème lecture : Le mystère du Christ s’accomplit dans la vie de l’Apôtre (Col 1, 24-28)

 

Frère,
je trouve la joie dans les souffrances que je supporte pour vous, car ce qu’il reste à souffrir des épreuves du Christ, je l’accomplis dans ma propre chair, pour son corps qui est l’Église.
De cette Église, je suis devenu ministre, et la charge que Dieu m’a confiée, c’est d’accomplir pour vous sa parole,
le mystère qui était caché depuis toujours à toutes les générations, mais qui maintenant a été manifesté aux membres de son peuple saint.
Car Dieu a bien voulu leur faire connaître en quoi consiste, au milieu des nations païennes, la gloire sans prix de ce mystère : le Christ est au milieu de vous, lui, l’espérance de la gloire !
Ce Christ, nous l’annonçons : nous avertissons tout homme, nous instruisons tout homme avec sagesse, afin d’amener tout homme à sa perfection dans le Christ.

 

Evangile : Marthe et Marie accueillent Jésus chez elles (Lc 10, 38-42)

Alors qu’il était en route avec ses disciples, Jésus entra dans un village. Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison.
Elle avait une soeur nommée Marie qui, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
Marthe était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma soeur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider. »
Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses.
Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée. »
Patrick BRAUD  

Mots-clés : , , , , , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept