L'homelie du dimanche

6 juillet 2013

Briefer et débriefer à la manière du Christ

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Briefer et débriefer à la manière du Christ

 

Homélie du 14° dimanche du temps ordinaire /Année C
07/07/2013

 

Beaucoup d’entreprises ont mis en place dans leur management ce qu’elles appellent à juste titre le brief et le débrief. Avant de lancer des collaborateurs dans une action quelconque, on les briefe, c’est-à-dire qu’on leur explique ce qu’il y a à faire et pourquoi. Après l’action, il est alors logique de les débriefer, c’est-à-dire d’entendre ce qu’ils ont à partager sur leur succès, leurs difficultés, leurs échecs ou leurs découvertes pendant cette mission professionnelle.

Afficher l'image d'origineLe débrief est ainsi devenu un rituel incontournable : impossible de progresser en savoir-faire et en savoir-être si on ne prend pas le temps, individuellement et/ou collectivement, de raconter ce qui s’est passé à quelqu’un qui va aider à y repérer les points à améliorer pour la suite.

L’envoi en mission des 72 par Jésus témoigne que cette pratique managériale vient du fond des siècles ! En effet, avant de les projeter 2 par 2 sur les routes de Palestine, Jésus prend bien soin de leur expliquer le sens de leur mission. Et après leur triomphe apparent, il les rassemble à nouveau pour les écouter, et les aider à aller au-delà des apparences et ainsi comprendre ce qui est en jeu dans l’annonce de l’Évangile.

 

Il y a donc beaucoup de points communs entre la mission des évangélisateurs et la pratique managériale du brief et du débrief. Cela devrait convaincre l’Église de se former à la sagesse entrepreneuriale actuelle, pour y puiser de quoi accompagner ceux et celles qu’elle envoie aujourd’hui en mission ! Quelques diocèses commencent à le faire, en prenant conseil auprès de DRH, en écrivant avec leurs salariés une charte précisant le statut, les droits et devoirs, et l’accompagnement des laïcs embauchés comme « ouvriers pour la moisson ». Cela pourrait prendre plus d’ampleur, car des notions aussi élémentaires que le brief et le débrief sont peu ritualisés au sein de l’univers professionnel ecclésial….

 

En retour, les entreprises pourraient apprendre beaucoup de la manière si originale dont le Christ assume la nécessité d’être un bon manager pour ceux qu’il embauche à son service.

 

 Comment choisir ses collaborateurs ?

Regardez par exemple la manière dont il constitue cette ?dream team’ des 72. Il n’attend pas que des volontaires se désignent d’eux-mêmes. Le risque serait grand de voir les opportunistes ou les mercenaires de tout poil se faufiler dans les rangs pour tirer leur épingle du jeu, détourner la mission à leur profit et selon leur vision. Non : il appelle les 72, c’est lui qui les choisit.

Depuis Max Weber, on se souvient que le mot métier en français se dit Beruf en allemand, c’est-à-dire : appel, vocation, et qu’il vient lui-même d’une contraction (une crase) du mot latin ministerium = service, office, ministère.

Personne dans l’Église ne s’attribue à lui-même une mission. Il la reçoit d’un autre. Symétriquement, toute responsabilité professionnelle est fondamentalement confiée par un autre. Que ce soient les actionnaires, le N+1 ou une équipe, le métier est la réponse à un appel, ce qui empêche d’en être absolument propriétaire. Même si c’est de sa propre initiative que quelqu’un s’engage dans tel chantier, c’est au nom d’une reconnaissance, d’une validation par d’autres (fussent-ils en dernier ressort les clients pour une profession libérale) que quelqu’un exerce une mission précise. La notion d’appel est essentielle à une authentique spiritualité chrétienne du travail, en réponse à une vocation qui vient finalement de Dieu lui-même.

 

Regardez ensuite comment le Christ choisit les 72 : parmi ses disciples. Donc parmi ceux qui le connaissent de près, qui l’ont vu parler et agir, qui ont compris sa vision de la bonne nouvelle à annoncer (« le règne de Dieu est tout proche de vous »). Ce compagnonnage est nécessaire en amont de l’appel aux responsabilités. Mieux que des chasseurs de têtes ou des parcours de formation à l’excellence, Jésus sait bien que seule une certaine intimité partagée permet de bien choisir ses collaborateurs. Pour l’avoir oublié, certaines entreprises se retrouvent avec des équipes hétérogènes et incohérentes, en contradiction avec leur culture et leurs valeurs essentielles.
Jésus pratique la promotion interne en quelque sorte…

 

De l’art de briefer son équipe 

Le brief de Jésus à ses 72 serait assez déroutant dans la bouche d’un leader d’équipe aujourd’hui ! :

- « n’employez pas les mêmes les armes que la concurrence (je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups) ;

- ne vous laissez pas fasciner par le comment, par les moyens à mettre en oeuvre (n’emportez ni argent, ni sac, sandales) ;

- prenez le temps d’habiter votre projet, de vous ancrer en lui au lieu de  surfer de modes en recettes en étant prisonnier du court terme (ne passez pas de maison en maison) ;

- acceptez de recevoir et d’être nourris en cours de route au lieu de ne poursuivre que des résultats extérieurs à vous-mêmes (mangez ce qu’on vous offrira)…

Plus encore, avec courage – et même un certain panache – Jésus éduque ses associés à affronter l’échec qui fera partie de leur mission. C’est le fameux geste de secouer la poussière de ses sandales : « ne vous laissez pas détruire par les refus que vous essuierez, n’emportez pas avec vous les traces la violence subie, ne laissez pas les salissures de l’exclusion infligée coller à vos basques, n’endossez par le rôle de la victime, mais proclamez de manière non violente la proximité du règne de Dieu avec ceux qui vous maltraitent ».

Cette formidable bienveillance vis-à-vis des adversaires rend l’envoyé serein et paisible. Subir un échec professionnel est une invitation à le traverser, pas à le laisser nous détruire ni nous transformer à l’image de nos ennemis.

 

Sans oublier le débrief après

 Le débrief après la mission est tout aussi détonant lorsque c’est le Christ qui le préside !

Comme de bons VRP, les 72 reviennent en racontant leurs succès commerciaux et en se vantant de leurs victoires éclatantes : « même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom ». Remarquons au passage qu’ils ne s’attribuent pas tout le mérite du succès. Il redisent être des ambassadeurs (« en ton nom ») plus que des petits chefs autonomes. Dans un premier temps, le Christ semble accueillir et même amplifier leurs succès : « je voyais Satan tomber comme l’éclair ». C’est ce qui s’appelle « fêter la victoire » en termes managériaux : on prend le temps en équipe, avec les N+1 pour valoriser l’équipe, de fêter le succès obtenu (autour d’un bon repas ou d’une bonne bouteille le plus souvent?), et c’est capital.

Mais Jésus va plus loin. Il va les initier à une relecture plus fine de ce qui est arrivé. Il les éduque à ne pas s’arrêter aux apparences : ne vous réjouissez pas contre les autres, mais pour ce que cela vous révèle de vous-mêmes (« vos noms sont inscrits dans les cieux »). Autrement dit : allez plus loin que les effets immédiats, allez plus profond que les chiffres, et découvrez ce que ces événements vous révèlent de vous-mêmes.

Briefer et débriefer à la manière du Christ dans Communauté spirituelle How-to-facilitate-a-game-debrief 

C’est ce que la tradition jésuite a appelé, à la suite de St Ignace de Loyola, la relecture spirituelle.

La forme la plus populaire de la relecture ignatienne est le traditionnel examen de conscience le soir avant de se coucher : qu’ai-je reçu en cette journée qui s’achève ? Qui ai-je refusé ou ignoré ? Pour qui, pourquoi rendre grâce ou demander pardon ?

Dans les exercices spirituels de St Ignace, cette relecture tient une grande place. Il s’agit, en prenant du recul, et éclairé par la présence fraternelle d’un accompagnateur, de discerner ce que les événements me disent de la part de Dieu.

Pour Ignace, ce n’est pas la succession des heures monastiques qui est la référence, mais la suite des événements qui surviennent dans le travail, la vie familiale etc. Pour lui, il est possible de « chercher et trouver Dieu en toutes choses », les plus quotidiennes, grâce à cette pratique spirituelle qu’est la relecture.

En décollant le regard de l’immédiateté, la relecture permet – après-coup – de discerner ce que Dieu nous donne et ce à quoi il nous appelle.

À l’image de Moïse qui voit Dieu de dos, après son passage (Ex 36,23) ; comme Jacob qui enfin se réveille : « Dieu était là je ne le savais pas » (Gn 28,16) ; comme Élie qui lui aussi ne peut voir Dieu que de dos et ne l’entendre qu’à travers « le murmure d’un fin silence » (1R 19,11-13) ; comme Marie qui ne comprend pas tout tout de suite, mais « méditait toutes ces choses en son coeur » (Lc 2,19)…

 

La relecture des évènements, qu’ils soient professionnels ou personnels, nourrit la vraie joie dont parle Jésus, et prépare les vrais succès de demain.

 

Briefer et débriefer à la manière du Christ : l’Église comme les entreprises feraient bien de s’en inspirer lorsqu’elles envoient en mission leurs collaborateurs !

 

 

1ère lecture : La joie de l’ère messianique (Is 66, 10-14)

Lecture du livre d’Isaïe

Réjouissez-vous avec Jérusalem, exultez à cause d’elle, vous tous qui l’aimez ! Avec elle soyez pleins d’allégresse, vous tous qui portiez son deuil !
Ainsi vous serez nourris et rassasiés du lait de ses consolations, et vous puiserez avec délices à l’abondance de sa gloire.
Voici ce que dit le Seigneur : Je dirigerai vers elle la paix comme un fleuve, et la gloire des nations comme un torrent qui déborde. Vous serez comme des nourrissons que l’on porte sur son bras, que l’on caresse sur ses genoux.
De même qu’une mère console son enfant, moi-même je vous consolerai, dans Jérusalem vous serez consolés.
Vous le verrez, et votre c?ur se réjouira ; vos membres, comme l’herbe nouvelle, seront rajeunis. Et le Seigneur fera connaître sa puissance à ses serviteurs.

Psaume : Ps 65, 1-3a, 4-5, 6-7a, 16.20

R/ Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur !

Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! »

Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom.
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.

Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu’il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme.
Béni soit Dieu, qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

2ème lecture : La croix du Christ, orgueil du chrétien (Ga 6, 14-18)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Galates

Que la croix de notre Seigneur Jésus Christ reste mon seul orgueil. Par elle, le monde est à jamais crucifié pour moi, et moi pour le monde.
Ce qui compte, ce n’est pas d’avoir ou de ne pas avoir la circoncision, c’est la création nouvelle.
Pour tous ceux qui suivent cette règle de vie et pour le véritable Israël de Dieu, paix et miséricorde.
Dès lors, que personne ne vienne me tourmenter. Car moi, je porte dans mon corps la marque des souffrances de Jésus.
Frères, que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit. Amen.

Evangile : Les soixante-douze en mission annoncent la joie du règne de Dieu (brève : 1-9) (Lc 10, 1-12.17-20)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Sur toute la terre est proclamé la Parole, et la Bonne Nouvelle aux limites du monde. Alléluia. (cf. Ps 18, 5)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route.
Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu’on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : ‘Le règne de Dieu est tout proche de vous.’
Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, sortez sur les places et dites : ‘Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous la secouons pour vous la laisser. Pourtant sachez-le : le règne de Dieu est tout proche.’
Je vous le déclare : au jour du Jugement, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville. »
Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux. Ils racontaient : « Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. »

Jésus leur dit : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Vous, je vous ai donné pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et pouvoir sur toute la puissance de l’Ennemi ; et rien ne pourra vous faire du mal. Cependant, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

24 mai 2013

Les bonheurs de Sophie

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les bonheurs de Sophie

 

Homélie pour la fête de la Trinité / Année C
26/05/13

 

La sagesse personnifiée

Dans la foulée de la fête de Pentecôte de dimanche dernier, la première lecture de ce dimanche de la Trinité nous propose une figure énigmatique : la Sagesse.

Les bonheurs de Sophie dans Communauté spirituelle 9782204051538FSLe chapitre huit du livre des Proverbes a suscité d’innombrables interprétations, et fascine toujours. Qui est la Sagesse, identifiée à une personne vivante en Proverbes 8 ? Comme pour la ramener à quelque chose de connu – et ainsi se rassurer à bon compte – la tradition juive y a souvent vu la Torah, présidant à la création du monde aux côtés de Dieu. Les chrétiens l’ont majoritairement identifiée au Verbe, le fameux Logos du prologue de Jean, préexistant « au commencement », ou bien – plus justement – à l’Esprit Saint, « trouvant ses délices avec les fils des hommes » en les inspirant dès le début de l’humanité. Les musulmans ont hérité de ces débats l’identification de la Sagesse avec leur Coran incréé. Bref, cette figure mystérieuse enfantée avant la création du monde et co-architecte divin n’a pas cessé d’intriguer et de susciter des interprétations infinies. Peut-être renvoie-t-elle également à la sagesse égyptienne, proclamant ainsi que la raison et la technique sont des principes structurants l’émergence de toute vie ?

 

Quoi qu’il en soit, il est une des caractéristiques de la sagesse qui mérite de s’y arrêter : le jeu. On s’attendrait à un personnage grave et sérieux, à l’image des philosophes barbus et pensants de l’Antiquité et censés incarner cette sagesse. Or voici que le texte biblique ne nous dépeint pas un homme mais un sujet féminin (femme ou petite-fille on ne sait pas), plus occupée à « jouer » et « s’ébattre » qu’à raisonner et mesurer, savourant les « délices » de la compagnie humaine plus que les rigueurs des ouvrages savants.

 

Il faut qu’il y ait du jeu dans la création

Voilà donc une première piste qui nous rejoint tous et chacun dans notre capacité créatrice, que ce soit à travers la culture, le métier, ou la vie sociale. Le jeu et la raison vont bien ensemble : « tracer un cercle à la surface de l’abîme » et « s’ébattre sur la surface de la terre ». Notre sagesse est un maître d’oeuvre, une architecte pleine de gaieté et de mouvement !

Créer à la manière biblique implique donc de marier la rigueur et le jeu.

Regardez les ponts modernes : leur construction prévoit des espaces et des joints de dilatation, pour que justement les variations de température puissent « jouer » au sein de l’oeuvre sans la disloquer. Une certaine souplesse intérieure est nécessaire à la solidité de l’ensemble.

Celui qui ne sait pas « s’ébattre » et jouir avec « délices » de la présence d’autrui ne pourra pas construire quelque chose de solide !

Que ce soit pour bâtir son couple, sa carrière professionnelle ou ses engagements dans la cité, le sens du jeu et des délices est indispensable pour créer comme Dieu crée, pour co-construire avec lui.

Regardez les bébés jouer avec un objet, avec l’absence et la présence de cet objet tantôt caché/perdu, tantôt là/retrouvé : le jeu permet de faire grandir le je de l’enfant, qui ne peut devenir adulte sans passer par cette activité ludique.

Enfant-%C3%A0-la-piscine1 bonheur dans Communauté spirituelle

La Sagesse de Proverbes 8 montre que le jeu n’est pas réservé à l’enfant, et qu’il fait partie de la puissance créatrice que Dieu met en oeuvre à travers elle.

Il s’agit d’allier le jeu (les ébats) et la raison (« moi, la sagesse, j’habite avec le savoir-faire, je possède la science et la réflexion » Pr 8,12).

 

Allier et le jeu et la raison : au minimum, c’est ne pas se prendre trop au sérieux lorsque l’on crée, sachant que tout vient d’un Autre et y ramène. C’est savoir faire preuve de souplesse, d’adaptation pour laisser un jeu possible entre tous les éléments mis en place. C’est plus encore savoir prendre du recul pour savourer ce qui avance, pour jouir de ce qui est fait et de ceux qui l’ont fait. C’est – sans doute grâce à l’humour – être capable par ses « ébats » de secouer ce bel ordonnancement et de le faire trembler devant une certaine espièglerie sans craindre de le déstabiliser.

C’est donc maintenir une distance critique entre soi et son oeuvre, ne figeant rien, tel un chat jouant avec la pelote de laine qu’il est en train de rembobiner ou de dévider…

Créer sans tension, être rigoureux sans tuer la joie, réussir avec un éclat de rire intérieur : la Sagesse de Proverbes 8 met le jeu au coeur de l’activité créatrice. Et ce n’est pas une parabole pour l’enfance : c’est véritablement une des clés de notre capacité à être co-créateurs du monde !

 

Le chantier des délices

Beaucoup de maîtres flamands ont peint le « jardin des délices » promis par l’espérance chrétienne. On y voit un univers de plaisirs : fruits, fleurs, musique, costumes éblouissants, hommes et femmes transfigurés, censés annoncer le monde de la résurrection. Le Coran s’imagine pareillement la vie future dans un monde de délices très sensuels.

Notre sagesse de Proverbes 8 nous dit que ces délices font partie de la création du monde : c’est avec délice que la Sagesse s’ébat en présence de Dieu comme en compagnie des êtres humains. Avec le jeu, voilà donc une deuxième composante de l’activité authentiquement créatrice : les délices d’être aux côtés de l’autre.

Patrick Braud 

Il y a comme un principe de plaisir qui structure l’acte de co-créer. Pas au sens freudien du terme (« tout, tout de suite ») : ce principe de plaisir philosophique lie la présence à l’autre et la joie de créer avec lui, le compagnonnage et la maîtrise d’oeuvre.

C’est donc un chantier des délices plus qu’un jardin !

Le travail créateur, s’il n’est que pénible ou douloureux, ne participe pas à la création divine. Il lui faut pour cela cette étincelle de plaisir, ce bonheur partagé qui transcende la seule réalisation technique.

Allier la création et le plaisir, au minimum savoir se réjouir, savoir fêter la victoire avec ses collaborateurs, valoriser le travail de chacun, savoir raconter l’aventure d’une équipe qui vient de réussir etc. C’est plus encore trouver ses délices en l’autre plus que en soi ou dans des choses, alimenter « jour après jour » sa capacité d’émerveillement et pas seulement dans les grandes occasions, apprendre à « être là », simplement, quand l’autre crée, à être « à ses côtés comme un maître d’oeuvre ».

 

On voit toutes les conséquences que l’on peut tirer de cette attitude ?délicieuse’ : pour un parent auprès de ses enfants, pour un leader auprès de son équipe, pour un bénévole au sein de son association etc.

 

Les bonheurs de Sophie

Les-Malheurs-de-Sophie managementAutrefois, le livre de la comtesse de Ségur : les malheurs de Sophie, était un incontournable de la littérature enfantine, au même titre qu’Harry Potter ou le Seigneur des Anneaux aujourd’hui. Puisque la sagesse de Proverbes 8 est personnifiée, on peut l’appeler de son prénom grec (Sophia) et prédire que ce ne sont plus les malheurs mais les bonheurs de Sophie (ses ébats, ses délices) qui devront réapprendre à l’Occident l’art de créer de manière divine…

 

Puisque Sophie est un nom féminin, comme est féminin le nom hébreu donné à l’Esprit Saint (la ruah YHWH), notre Sagesse de Proverbes 8 nous invite à rapatrier une certaine part de féminité dans l’activité créatrice comme en Dieu même. L’Occident a trop masculinisé Dieu (au point que en latin, même l’Esprit est masculin, Spiritus, ainsi que le Père, Pater, et le Fils, Filius). Il est temps, à travers l’Esprit de Pentecôte, comme à travers la Sagesse créatrice, de retrouver la féminité de Dieu qui s’exprime si bien dans notre première lecture par les ébats et les délices de son compagnonnage avec Dieu et avec les hommes. Mais ceci est une autre histoire…

 

Puissions nous retrouver notre vocation humaine à être co-créateurs de notre monde, dans un Esprit de sagesse où le jeu et le plaisir sauront se marier avec la raison et la technique !

 

 

1ère lecture : La Sagesse est avec Dieu dès le commencement (Pr 8, 22-31)

Lecture du livre des Proverbes
Écoutez ce que déclare la Sagesse : « Le Seigneur m’a faite pour lui au commencement de son action, avant ses ?uvres les plus anciennes.
Avant les siècles j’ai été fondée, dès le commencement, avant l’apparition de la terre.
Quand les abîmes n’existaient pas encore, qu’il n’y avait pas encore les sources jaillissantes, je fus enfantée.
Avant que les montagnes ne soient fixées, avant les collines, je fus enfantée.
Alors que Dieu n’avait fait ni la terre, ni les champs, ni l’argile primitive du monde,
lorsqu’il affermissait les cieux, j’étais là. Lorsqu’il traçait l’horizon à la surface de l’abîme,
chargeait de puissance les nuages dans les hauteurs et maîtrisait les sources de l’abîme,
lorsqu’il imposait à la mer ses limites, pour que les eaux n’en franchissent pas les rivages, lorsqu’il établissait les fondements de la terre, j’étais à ses côtés comme un maître d’?uvre. J’y trouvais mes délices jour après jour, jouant devant lui à tout instant, jouant sur toute la terre, et trouvant mes délices avec les fils des hommes. »

Psaume : Ps 8, 4-5, 6-7, 8-9

R/ O Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand, ton nom, par tout l’univers !

À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui,
le fils d’un homme, que tu en prennes souci ? 

Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu, 
le couronnant de gloire et d’honneur ; 
tu l’établis sur les ?uvres de tes mains, 
tu mets toute chose à ses pieds.

Les troupeaux de b?ufs et de brebis, 
et même les bêtes sauvages, 
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, 
tout ce qui va son chemin dans les eaux.

2ème lecture : Dans l’Esprit nous sommes en paix avec Dieu par le Christ (Rm 5, 1-5)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, Dieu a fait de nous des justes par la foi ; nous sommes ainsi en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a donné, par la foi, l’accès au monde de la grâce dans lequel nous sommes établis ; et notre orgueil à nous, c’est d’espérer avoir part à la gloire de Dieu.
Mais ce n’est pas tout : la détresse elle-même fait notre orgueil, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ; la persévérance produit la valeur éprouvée ; la valeur éprouvée produit l’espérance ; et l’espérance ne trompe pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos c?urs par l’Esprit Saint qui nous a été donné.

Evangile : L’Esprit nous conduira vers le mystère de Dieu (Jn 16, 12-15)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit : au Dieu qui est, qui était et qui vient! Alléluia. (cf. Ap 1, 8)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous n’avez pas la force de les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : il redira tout ce qu’il aura entendu ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.
Tout ce qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »
Patrick Braud

Mots-clés : ,

19 janvier 2013

La hiérarchie des charismes

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La hiérarchie des charismes

Homélie du 2° Dimanche du temps ordinaire / Année C
20/01/2013

 

Dans les entretiens d’embauche, une question revient souvent, censée déstabiliser le candidat et le révéler en vérité : « quelle est votre plus grande qualité ? »
Le piège n’est pas simple à éviter. Si le demandeur d’emploi cite une trop grande qualité (ex : je suis le meilleur dans mon métier), il passera pour un prétentieux avec un ego difficile ; si au contraire ils se sous-estime (ex : je suis plutôt gentil), il n’inspirera pas confiance pour des postes à responsabilités.

Bref, discerner son talent principal demande beaucoup de sagesse, de connaissance de soi, et d’humilité réaliste.

Saint-Paul semble aider la communauté de Corinthe à réussir son entretien d’embauche ! Quelles sont les qualités principales de cette Église locale ? Quels sont les dons les plus importants qu’elle a reçus de l’Esprit Saint ? Autrement dit : quelle est la hiérarchie des charismes qui doit orienter l’action de La hiérarchie des charismes dans Communauté spirituelle b2-cdb---des-criteres-pour-discerner-les-charismesl’assemblée ? 

Visiblement, les corinthiens étaient fascinés par les charismes les plus spectaculaires. Certains semblaient « parler en langues », c’est-à-dire prier en chantant au-delà des mots, comme dans une langue inconnue. D’autres semblaient avoir des pouvoirs de guérison, toujours impressionnants. Si vous allez visiter les communautés baptistes, évangéliques, ou du renouveau charismatique, vous retrouverez ces charismes et d’autres encore. Auprès des populations africaines notamment, l’attrait de ces pouvoirs extraordinaires est énorme.

Comment réagit Paul ?

Il remet les choses dans l’ordre, avec tact. Il prend de la hauteur. Aux fidèles trop friands de « charismes » plus visibles, il montre la diversité des dons qui concourent tous à l’oeuvre du Seigneur. Tous les dons ont la même source et le même but. L’unité d’origine est marquée par les trois expressions sur pied d’égalité : « le même Esprit », « le même Seigneur », « le même Dieu ». L’unité de but, car les charismes sont donnés pour le bien de l’Église, non pour une gloire personnelle, est exprimée par l’oikodomé, « l’édification », la construction de la communauté. Ce sera l’ultime critère dont l’Apôtre se servira pour juger de la valeur d’un charisme : « Je préfère dire cinq paroles intelligibles pour instruire les autres plutôt que dix mille en langues ». On notera que l’ordre des charismes est à gradation descendante : les derniers nommés sont ceux que les Corinthiens sont portés à trop priser.

 charismes dans Communauté spirituelle 

C’est donc qu’un charisme ne vaut que par la finalité qu’il sert. Les talents d’Hitler (éloquence, ascendant sur les foules, stratégie industrielle?) auraient peut-être fait des merveilles s’il ne s’était mis au service du nazisme. Un charisme n’est jamais qu’un moyen au service d’une fin, pas un but en soi. Pour Paul, le but ultime est l’édification de la communauté, ce qui implique son unité et sa croissance.

Ce but n’est pas individuel : répétons-le, un charisme n’est pas donné pour la gloire personnelle de quelqu’un, mais pour le mettre au service de tous.

Dans la vie de l’Église actuelle, cela met clairement certains charismes au-dessus des autres : le sens de l’unité avant la recherche du spectaculaire, le discernement de ce qui est sage avant la radicalité de la foi, la défense des pauvres avant la connaissance intellectuelle. Attention cependant : hiérarchiser les charismes ne veut pas dire les dévaloriser. Chaque talent reçu compte, chaque don individuel mérite d’être reconnu, respecté, encouragé. Mais il y a un ordre d’importance qui ne les met pas tous au même rang.

Transposez cela au monde professionnel.

Cela demande d’abord que chacun puisse découvrir, se dire à lui-même et aux autres ce qu’il a reçu comme talent : untel sait bien parler et emporter la conviction ; un autre est le champion de l’organisation ; un autre encore sait créer les liens indispensables etc…

Un chef d’équipe qui voudra être « servant leader » aura à coeur d’aider chacun des membres de son équipe à mettre au jour ses charismes professionnels. Impossible de manager une équipe sans avoir cette passion du chercheur d’or, qui passe et repasse au tamis l’eau de la rivière, même la plus boueuse, pour y discerner des pépites de toutes tailles. Ensuite, le travail du « boss » est reconnaître ou de manifester ces charismes à l’intéressé lui-même, à son équipe, et de les valoriser pour leur permettre de donner toute leur puissance. Et enfin il doit veiller à ce qu’ils soient mis au service du bien commun de l’équipe, de l’entreprise. Ce dernier point fait toute la différence entre la réussite individuelle et le progrès commun, entre le mercenaire et le mousquetaire en quelque sorte.

 

Le critère paulinien un vaut également pour l’entreprise : le but ultime est l’unité et la croissance. C’est là un critère de discernement finalement assez simple. Les qualités qui le-voyage-du-directeur-des-ressources-humaines-affiche-19b81 discernementpeuvent faire progresser cette« édification » sont à privilégier sur les autres. Les collaborateurs qui s’inscrivent dans cette dynamique de l’édification commune sont à promouvoir en priorité. Les « patrons » qui seront dans cet esprit de servant leader par rapport à leurs équipes sont à valoriser avant les autres.

Introduire cette hiérarchie dans les charismes professionnels peut obliger à revoir bien des progressions de carrière, bien des politiques de recrutement, voire beaucoup de méthodes d’évaluation et les grilles salariales afférentes.

Corinthe, c’était un port de commerce à la jointure de monde, où la mondialisation par la mer faisait bouillonner le chaudron des cultures et des classes sociales. L’Église corinthienne était faite de dockers – des durs, des tatoués - et des classes sociales les plus basses. Pourtant, une multitude de charismes y éclatait. Et Paul, sans en étouffer aucun, met patiemment de l’ordre, invite la communauté à pacifier sa vie interne en partant de l’essentiel, sans se laisser fasciner par les charismes de moindre importance.

Si Paul a pu faire ce travail de discernement à Corinthe, nous pouvons en faire un semblable dans nos communautés ecclésiales comme dans nos entreprises.

Prendre conscience des charismes reçus et aider chacun à le faire, les hiérarchiser pour ne pas perdre de vue l’essentiel, les mettre au service de l’édification commune : voilà un chemin qui parlera au maître spirituel comme au DRH soucieux de la progression de ses collaborateurs…

 

1ère lecture : Les noces de Dieu et de son peuple (Is 62, 1-5)

Lecture du livre d’Isaïe

Pour la cause de Jérusalem je ne me tairai pas,
pour Sion je ne prendrai pas de repos,
avant que sa justice ne se lève comme l’aurore
et que son salut ne flamboie comme une torche.
Les nations verront ta justice,
tous les rois verront ta gloire.
On t’appellera d’un nom nouveau,
donné par le Seigneur lui-même.
Tu seras une couronne resplendissante
entre les doigts du Seigneur,
un diadème royal dans la main de ton Dieu.
On ne t’appellera plus : « La délaissée »,
on n’appellera plus ta contrée : « Terre déserte »,
mais on te nommera : « Ma préférée »,
on nommera ta contrée : « Mon épouse »,
car le Seigneur met en toi sa préférence
et ta contrée aura un époux.
Comme un jeune homme épouse une jeune fille,
celui qui t’a construite t’épousera.
Comme la jeune mariée est la joie de son mari,
ainsi tu seras la joie de ton Dieu.

Psaume : Ps 95, 1-2a, 2b-3, 7-8a, 9a.10ac

R/ Allez dire au monde entier
les merveilles de Dieu !

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Rendez au Seigneur, familles des peuples,
rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
rendez au Seigneur la gloire de son nom.

Adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté.
Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Il gouverne les peuples avec droiture.

2ème lecture : Diversité des charismes dans l’unité (1Co 12, 4-11)
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
Les dons de la grâce sont variés, mais c’est toujours le même Esprit. Les fonctions dans l’Église sont variées, mais c’est toujours le même Seigneur.
Les activités sont variées, mais c’est toujours le même Dieu qui agit en tous.
Chacun reçoit le don de manifester l’Esprit en vue du bien de tous.
À celui-ci est donné, grâce à l’Esprit, le langage de la sagesse de Dieu ; à un autre, toujours par l’Esprit, le langage de la connaissance de Dieu ;
un autre reçoit, dans l’Esprit, le don de la foi ; un autre encore, des pouvoirs de guérison dans l’unique Esprit ;
un autre peut faire des miracles, un autre est un prophète, un autre sait reconnaître ce qui vient vraiment de l’Esprit ; l’un reçoit le don de dire toutes sortes de paroles mystérieuses, l’autre le don de les interpréter.
Mais celui qui agit en tout cela, c’est le même et unique Esprit : il distribue ses dons à chacun, selon sa volonté.

Evangile : Les noces de Cana (Jn 2, 1-11)

Acclamation : Alléluia. Alléluia.
Soyons dans la joie pour l’Alliance nouvelle :
heureux les invités aux noces de l’Agneau !
Alléluia. (Cf. Ap 19, 7.9)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là.
Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. 

Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. »
Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. »
Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira. »
Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs ; chacune contenait environ cent litres.
Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d’eau les cuves. » Et ils les remplirent jusqu’au bord.
Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.
Le maître du repas goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l’eau.
Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.
Patrick Braud

Mots-clés : , ,

22 septembre 2012

Jesus as a servant leader

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Jesus as a servant leader

Homélie du 25° Dimanche ordinaire / Année B
23/09/2012

Connaissez-vous ce terme « servant leader » (serviteur-chef pourrait-on traduire, maladroitement), issu des sciences du management ?

En 1970, le Président de AT&T Robert K. Greenleaf (1904-1990) a inventé le terme dans un court essai intitulé : « The servant As Leader ».

« Le leader-serviteur est d’abord un serviteur. Cela commence par le sentiment naturel de quelqu’un qui veut servir, d’abord servir. Alors le choix conscient amène la personne à aspirer devenir un leader. » 

 

Visiblement, cette vision de l’exercice des responsabilités en entreprise s’inspire dans notre évangile (Mc 9, 30-37) : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous ».

Lire dans les évangiles un modèle managérial en surprendra plus d’un ! Pourtant, il n’y a rien d’humain que le Christ ne soit venu accomplir. La manière dont Jésus de Nazareth exerce son autorité peut devenir une source d’inspiration pour les leaders d’aujourd’hui, son étrange comportement de chef des Douze peut transformer l’exercice du pouvoir des chefs actuels. Comment ?

En plaçant l’attitude de serviteur en amont, en premier, à la racine de toutes les autres fonctions exercées.  « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous ».

St Jean l’exprime dans le geste symbolique du lavement des pieds, qui est l’enracinement le plus profond de la capacité de Jésus à conduire (to lead en anglais) d’autres êtres : « Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Car c’est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, comme moi j’ai fait pour vous. » (Jn 13,13-15)

Le servant leader est d’abord un serviteur. L’inverse serait dangereux : un leader servant ne verrait dans le service qu’une manière de mieux faire réussir son leadership.

Pour aller au bout de son service, le servant leader aspire à exercer le pouvoir et l’autorité, mais un pouvoir-pour-les-autres : le pouvoir de libérer, de rendre l’autre à lui-même. Et finalement – pour le Christ en plénitude – le pouvoir de donner la vie, jusqu’à ressusciter l’autre à travers la mort. Prétention devant laquelle s’inclinent évidemment les servant leaders modernes ! Quoique donner la vie se fasse de multiples manières, en attendant l’ultime…

Greenleaf précisait :

« Le servant leader est vraiment très différent de la personne qui est d’abord un leader, peut-être en raison de la nécessité, pour ce dernier, de satisfaire un besoin de pouvoir particulier ou de posséder des biens matériels. Pour ceux-ci, ce sera un choix postérieur que de servir – après que le leadership ait été établi. Le leader d’abord et le serviteur d’abord sont deux types extrêmes. Entre les deux il y a des nuances et des mélanges qui font partie de la variété infinie de la nature humaine. 

La différence se manifeste dans le soin pris par le « serviteur d’abord » pour s’assurer que chez les autres les besoins prioritaires les plus élevés des personnes soient servis. Le meilleur test, et difficile à observer, est : est-ce que les personnes servies se développent en tant que personnes ; deviennent-elles, tout en étant servies, plus saines, plus sages, plus libres, plus autonomes, plus proches d’elles-mêmes pour devenir à leur tour serviteurs ? Et, quel en est l’effet sur les moins privilégiés dans la société ; en bénéficient-ils, ou, au moins, n’en sont-ils pas encore plus privés ?

On le voit : pour cette théorie managériale, le critère de réussite du servant leader est la réussite de ses collaborateurs. Plus encore, Greenleaf modère cette ambition par le critère de l’option préférentielle pour les pauvres pour l’exprimer selon les termes de la Doctrine sociale de l’Église. La réussite professionnelle ne doit pas se faire au détriment des plus défavorisés de la société. On pourrait même ajouter : la vraie réussite d’une équipe professionnelle se mesure au progrès qu’elle permet d’apporter aux plus pauvres.

 

La théorie du servant leader est donc tout entière commandée par ces deux principes :

- promouvoir l’épanouissement et la réussite se personnelle de chacun et de tous dans l’équipe

- apporter un réel progrès pour les plus défavorisés de la société.

 

On devine aisément que ce crible de discernement reste très sévère envers certaines « réussites » professionnelles. Augmenter le chiffre d’affaires d’une société vendant tabac et cigarettes, exporter plus d’armes de guerre, devenir la première banque dans des opérations immobilières obscures, rafler le leadership dans des commerces mafieux : la liste est longue des premières places qui ne résistent pas à l’examen évangélique du servant leader !

Les deux principes du servant leader sont indissociables : faire réussir une équipe sans vérifier qu’elle est au service du bien commun est typique de la dérive mafieuse ; sacrifier l’épanouissement des siens à un objectif même très noble est typique de la dérive utilitariste.

Goldman & Sachs par exemple ont privilégié le premier au détriment du second ; et Apple a bien souvent privilégié le second au détriment du premier.

 

Greenleaf a identifié 10 attitudes caractéristiques du servant leader :

- l’écoute : savoir attentivement écouter la voix des autres et sa propre voix intérieure.

- l’empathie : se laisser toucher par le bonheur et le malheur des autres, chercher à les comprendre, à les reconnaître.

- la guérison : la capacité de guérir l’autre pour lui permettre de s’intégrer de se transformer.

- la conscience de soi.

- la persuasion, plutôt que la contrainte ou la domination.

- la conceptualisation : la capacité d’imaginer, de penser au-delà du seul présent.

- la clairvoyance : comprendre les leçons du passé, les réalités du présent, prévoir les conséquences probables des décisions.

- l’esprit d’équipe.

- l’engagement dans l’évolution des personnes.

- l’engagement communautaire : savoir construire une communauté, tisser des liens, renforcer le sentiment d’appartenance.

 

À ces 10 attitudes, dont on retrouve sans peine l’enracinement dans l’attitude de Jésus lui-même, il faut ajouter une autre en amont, plus fondamentale encore : le désir de donner sa vie pour les autres, la capacité de faire de sa vie une offrande, un don pour les autres.

Car c’est lorsque Jésus vient d’annoncer sa Passion que Marc place le passage sur le servant leader. Les disciples discutaient entre eux pour savoir « qui est le plus grand ». À l’inverse, la passion du Christ va le mettre au plus bas, au dernier rang social et religieux. Le servant leader découvre tôt ou tard le prix à payer pour devenir fidèle à son désir de servir : lui aussi sera « livré » d’une manière ou d’une autre ; lui aussi devra faire l’expérience d’une mort à soi-même (à son succès immédiat, à des richesses faciles, à des honneurs trompeurs…). « Le bon berger donne sa vie pour ses brebis » (Jn 10,11), dira Jésus par expérience. Seuls les servant leaders prêts à payer un certain prix peuvent réellement transformer l’entreprise, l’équipe, le milieu professionnel où ils désirent servir. À trop faire silence sur cette dimension sacrificielle de ce type de leadership, on risque d’engendrer désillusions et amertumes chez ceux qui croiraient trop facilement qu’il suffit de vouloir servir pour être reconnus comme tels.

Reste que ce concept de servant leader est très puissant : à l’opposé d’un gouvernement top-down hiérarchique, il suscite la collaboration, l’identification, le déploiement des talents des collaborateurs, et la fidélité du consommateur, avec des résultats économiques meilleurs en finale que des systèmes autoritaires.

Le servant leader dans un groupe n’est pas toujours le chef, mais celui sans lequel le groupe perd sa cohésion et son état d’esprit de service mutuel et de service du client .

Nul doute que Jésus incarne au plus haut point, du lavement des pieds à la Passion, ce désir profond de servir d’abord qui caractérise les vrais leaders : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous ».

 

À nous de nous en inspirer pour l’exercice de nos responsabilités ordinaires.

 


[1]L’idée de l’essai de Greenleaf, «The Servant as a leader », est sorti de la lecture de Hermann Hesse : Voyage vers l’Est. C’est l’histoire d’un groupe lors d’un voyage exceptionnel mythique. Le personnage principal de cette histoire est Léo. Léo est le compagnon et le serviteur du groupe, il les soutient de son charisme et de son esprit, il leur donne le bien-être. Tout allait bien jusqu’à ce que Léo disparaisse. Depuis, le groupe se désagrége et le voyage doit être interrompu prématurément. Le groupe ne peut pas exister plus longtemps sans leur Léo serviteur. Après avoir lu cette histoire Greenleaf en vint à la conclusion qu’un bon leader est avant tout un serviteur. Ensuite, il écrivit son essai «The Servant as a leader », qui s’est vendu à plus de 500 000 exemplaires. 

 


1ère lecture : Les méchants complotent la mort du juste (Sg 2, 12.17-20)

Lecture du livre de la Sagesse

Ceux qui méditent le mal se disent en eux-mêmes : « Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie, il s’oppose à notre conduite, il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu, et nous accuse d’abandonner nos traditions.
Voyons si ses paroles sont vraies, regardons où il aboutira.
Si ce juste est fils de Dieu, Dieu l’assistera, et le délivrera de ses adversaires.
Soumettons-le à des outrages et à des tourments ; nous saurons ce que vaut sa douceur, nous éprouverons sa patience.
Condamnons-le à une mort infâme, puisque, dit-il, quelqu’un veillera sur lui. »

Psaume : 53, 3-4, 5.7b, 6.8

R/ Seigneur, à mon aide, mon secours et mon sauveur !

Par ton nom, Dieu, sauve-moi,
par ta puissance rends-moi justice ;
Dieu, entends ma prière,
écoute les paroles de ma bouche.

Des étrangers se sont levés contre moi, 
des puissants cherchent ma perte : 
ils n’ont pas souci de Dieu.
Par ta vérité, Seigneur, détruis-les !

Mais voici que Dieu vient à mon aide, 
le Seigneur est mon appui entre tous.
De grand c?ur, je t’offrirai le sacrifice, 
je rendrai grâce à ton nom, car il est bon !

2ème lecture : D’où viennent la paix et la guerre (Jc 3, 16-18 ; 4, 1-3)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Frères, la jalousie et les rivalités mènent au désordre et à toutes sortes d’actions malfaisantes.
Au contraire, la sagesse qui vient de Dieu est d’abord droiture, et par suite elle est paix, tolérance, compréhension ; elle est pleine de miséricorde et féconde en bienfaits, sans partialité et sans hypocrisie.
C’est dans la paix qu’est semée la justice, qui donne son fruit aux artisans de la paix. D’où viennent les guerres, d’où viennent les conflits entre vous ? N’est-ce pas justement de tous ces instincts qui mènent leur combat en vous-mêmes ?
Vous êtes pleins de convoitises et vous n’obtenez rien, alors vous tuez ; vous êtes jaloux et vous n’arrivez pas à vos fins, alors vous entrez en conflit et vous faites la guerre.
Vous n’obtenez rien parce que vous ne priez pas ; vous priez, mais vous ne recevez rien parce que votre prière est mauvaise : vous demandez des richesses pour satisfaire vos instincts.

Évangile : Deuxième annonce de la Passion et appel au service (Mc 9, 30-37)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Par l’annonce de la Bonne Nouvelle, Dieu nous appelle à partager la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. Alléluia. (cf. 2 Th 2, 14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache.
Car il les instruisait en disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. »
Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger.

Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demandait : « De quoi discutiez-vous en chemin ? »
Ils se taisaient, car, sur la route, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand.
S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »
Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit :
« Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille ne m’accueille pas moi, mais Celui qui m’a envoyé. »
Patrick Braud

Mots-clés : , ,
12345

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept