L'homelie du dimanche

27 février 2017

Un méridien décide de la vérité ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Un méridien décide de la vérité ?

Homélie du 1° dimanche de Carême / Année A
05/03/2017

Cf. également :

Ne nous laisse pas entrer en tentation

L’île de la tentation

L’homme ne vit pas seulement de pain

Nous ne sommes pas une religion du livre, mais du Verbe

Et plus si affinité…

La parresia, ou l’audace de la foi

 

L’opinion publique ne considère plus « mal » de tuer son mari si celui-ci a commis des violences de toutes sortes depuis des décennies (cf. l’affaire Jacqueline Sauvage, finalement graciée par le Président de la République, sous la pression de l’opinion, en décembre 2016).
Par contre, l’opinion publique ne considère plus comme « bien » d’employer sa femme comme assistante parlementaire (cf. le « Pénélopegate » poursuivant François Fillon pendant la campagne présidentielle 2017).
Le bien et le mal seraient-ils aussi fluctuants que le cours des saisons ?
Blaise Pascal a son idée sur le sujet…

 

Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà

Résultat de recherche d'images pour "Un méridien décide de la vérité"« Sur quoi la fondera-t-il, l’économie du monde que l’homme veut gouverner ? Sera-ce sur le caprice de chaque particulier, quelle confusion ! Sera-ce sur la justice ? Il l’ignore. Certainement s’il la connaissait il n’aurait pas établi cette maxime la plus générale de toutes celles qui sont parmi les hommes, que chacun suive les mœurs de son pays. L’éclat de la véritable équité aurait assujetti tous les peuples. Et les législateurs n’auraient pas pris pour modèle, au lieu de cette justice constante, les fantaisies et les caprices des Perses et Allemands. On la verrait plantée par tous les États du monde et dans tous les temps, au lieu qu’on ne voit rien de juste ou d’injuste qui ne change de qualité en changeant de climat, trois degrés d’élévation du pôle renversent toute la jurisprudence. Un méridien décide de la vérité, en peu d’années de possession les lois fondamentales changent. Le droit a ses époques, l’entrée de Saturne au Lion nous marque l’origine d’un tel crime. Plaisante justice qu’une rivière borne ! Vérité au deçà des Pyrénées, erreur au-delà. […]
Le larcin, l’inceste, le meurtre des enfants et des pères, tout a eu sa place entre les actions vertueuses. Se peut-il rien de plus plaisant qu’un homme ait droit de me tuer parce qu’il demeure au-delà de l’eau et que son prince a querelle contre le mien, quoique je n’en aie aucune avec lui ?
Il y a sans doute des lois naturelles, mais cette belle raison corrompue a tout corrompu.
Blaise Pascal, Fragment Misère n° 9 / 24

Vérité au deçà des Pyrénées, erreur au-delà [1]

La célèbre maxime de Blaise Pascal (1623-1662) est toujours en vigueur. Le bien et le mal sont relatifs à la culture, à l’époque du peuple qui énonce sa conception du bien et du mal.

Si vous séjournez en Afrique par exemple, vous découvrirez que l’excision est depuis des siècles une pratique jugée bonne dans la plupart des ethnies. Cette blessure symbolique garantit le respect de la différence des sexes (avec la circoncision, pratique symétrique), initie les jeunes filles à leurs rôles de femmes, est censée apporter fécondité et reconnaissance sociale. L’Occident juge très sévèrement cette coutume ancestrale, au point de la criminaliser en Europe, et d’inviter les gouvernements africains à l’éradiquer.

La frontière entre le bien et le mal est ici géographique. Comme l’écrit Blaise Pascal : un méridien décide de la vérité !

Un méridien décide de la vérité ? dans Communauté spirituelle guadeloupe-arrete-abolitionLes Pyrénées inversant le bien et le mal peuvent également être temporelles. Autrefois, les Arabes d’abord puis les Européens ont industrialisé l’esclavage des noirs comme vecteur d’expansion économique sans que les protestations de rares jésuites ne viennent troubler les marchands d’ébène. Il n’était pas « mal » de vendre des hommes forts pour les travaux pénibles, des femmes pour les services domestiques, des familles entières pour l’opulence et le confort des colons. Ce n’est que récemment, il y a deux ou trois siècles à peine, que les occidentaux ont jugé « mal » ce qui était « bien » à leurs yeux auparavant…

Si c’est l’homme qui dit le bien et le mal, alors ils seront toujours éminemment relatifs. L’illusion occidentale voulant imposer les Droits de l’Homme comme universels et absolus est chaque jour battue en brèche par la montée en puissance des peuples n’acceptant pas cette approche éminemment culturelle (Chine, Inde, Afrique…). Que ce soit en matière familiale (monogamie, divorce, avortement, homosexualité…) ou économique (droit de la propriété, fiscalité, croissance etc.), le « bien » des plus forts ne peut prétendre à être universel sans être désormais démasqué comme une domination injuste.

 

L’interdit de manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal

Résultat de recherche d'images pour "arbre de la connaissance du bien et du mal"C’est à cette difficile question de l’universalité du bien et du mal que s’attaque notre second récit de la Genèse (dans la première lecture : Gn 2). Adam et Ève sont interdits de manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Et l’on sait depuis Freud et Lacan combien l’interdit est fondateur : il fonde la possibilité de la parole entre des sujets désirants (inter-dit). Un tel interdit est libérateur : l’humanité est libérée de la tentation de s’approprier la définition du bien et du mal qui conduit à la domination des plus forts. S’ils acceptent de recevoir cette distinction au lieu de la consommer (« manger »), Adam et Ève pourront vivre. D’ailleurs cette interdiction est limitée à ce seul arbre : tous les autres sont comestibles. Et en plus cet arbre n’est pas central. C’est l’arbre de vie qui est au milieu du jardin, et il est comestible ! La plénitude de vie nous est donc offerte, si nous acceptons de ne pas être la source de la connaissance du bien et du mal (cette source est en Dieu ; d’où l’habile promesse du serpent : vous serez comme des dieux).

Connaître ce qui est bien et ce qui est mal est une révélation. Ce sera le rôle de la Torah que d’éduquer Israël à ce discernement. Et la Torah est symboliquement écrite par Dieu lui-même pour Moïse et le peuple, signifiant ainsi qu’elle n’est pas une production humaine, mais l’accueil par l’homme de l’Esprit de Dieu suscitant en lui ce discernement entre le bien et le mal. En dehors d’Israël, la Bible considère qu’il y a depuis toujours une révélation naturelle faite à tous les peuples. Les 7 commandements noachiques [2] sont l’archétype de ce que l’Église appelle la loi naturelle inscrite au cœur de chacun et de tous.

Plus encore, c’est dans sa conscience, ce sanctuaire intime que l’homme découvre, préexistante, transcendante, une certaine conception du bien et du mal [3].

La conscience, la loi naturelle, la Torah, l’Esprit Saint sont les vecteurs bibliques de la connaissance du bien et du mal reçue de Dieu et non pas manipulée par l’homme (en mangeant le fruit de l’arbre).

 

Le doux monstre démocratique de Tocqueville

Dans l’histoire, les intérêts des puissants ont voulu se substituer à cette source divine. Les décrets de l’empereur, les actes royaux, les lois parlementaires et même les bulles papales ont régulièrement voulu se substituer à la révélation divine, et définir le bien selon leurs intérêts.

Ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal est donc une exigence spirituelle salvatrice !

La tentation démocratique est pourtant de s’en remettre au vote majoritaire pour définir le bien et le mal. Tout le monde n’a pas le courage politique d’un François Mitterrand abolissant la peine de mort contre l’opinion publique française, ou d’un De Gaulle engageant la décolonisation et l’indépendance de nos anciennes provinces d’empire…

Dans les débats de société actuels, quelles sont les voix témoignant d’une conception du bien et du mal au-dessus de l’opinion, au-dessus des intérêts partisans, des groupes bancaires, des multinationales numériques ?

Quels sont les esclavages contemporains que personne ne veut dénoncer parce qu’ils sont admis par la majorité ?

Prenons garde à ce que Soljenitsyne s’appelait « le manque de courage » de l’Occident !

Résultat de recherche d'images pour "Le doux monstre démocratique de Tocqueville"Tocqueville a depuis longtemps diagnostiqué cette tentation d’émollience de la démocratie (américaine en l’occurrence).

En bon observateur de la démocratie américaine, Tocqueville avait prophétisé le danger d’affaiblissement de la conscience éthique d’un peuple. Accaparés par leur individualisme immédiat, les citoyens en démocratie sont tentés de déléguer la fixation du bien et du mal à un pouvoir étatique d’autant plus efficace qu’il est « tutélaire » et « absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux » :

« Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l’espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d’eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n’existe qu’en lui-même et pour lui seul, et, s’il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu’il n’a plus de patrie.

Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ? »
                                            Tocqueville. De la Démocratie en Amérique

Décidément, ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal est libérateur.

À chacun d’examiner ce que cet interdit implique dans ses choix, ses modes de vie, ses opinions…

 


[1]. Avant Pascal, Montaigne avait déjà formalisé quelque chose de similaire : « Quelle vérité que ces montagnes bornent, qui est mensonge au monde qui se tient au-delà ? » (Les essais, 1580) ». Et encore : « Chacun appelle barbare ce qui n’est pas de son usage ».

[2] . Noé « prescrit à ses enfants d’accomplir la justice, de couvrir la honte de leur corps, de bénir leur Créateur, d’honorer père et mère, d’aimer chacun son prochain, de se garder de la fornication, de l’impureté et de toute violence. » (Livre des Jubilés 7,21)

[3] . « Au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même, mais à laquelle il est tenu d’obéir. Cette voix, qui ne cesse de le presser d’aimer et d’accomplir le bien et d’éviter le mal, au moment opportun résonne dans l’intimité de son cœur: « Fais ceci, évite cela ». Car c’est une loi inscrite par Dieu au cœur de l’homme; sa dignité est de lui obéir, et c’est elle qui le jugera. La conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre » (Concile Vatican II, Gaudium et Spes n° 10).

 

 

PREMIÈRE LECTURE
Création et péché de nos premiers parents (Gn 2, 7-9 ; 3, 1-7a)
Lecture du livre de la Genèse

Le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait modelé. Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toutes sortes d’arbres à l’aspect désirable et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Or le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme : « Alors, Dieu vous a vraiment dit : ‘Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin’ ? » La femme répondit au serpent : « Nous mangeons les fruits des arbres du jardin. Mais, pour le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : ‘Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.’ » Le serpent dit à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas ! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de son fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea. Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus.

PSAUME

(Ps 50 (51), 3-4, 5-6ab, 12-13, 14.17)
R/ Pitié, Seigneur, car nous avons péché ! (cf. Ps 50, 3)

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

DEUXIÈME LECTURE
« Là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé » (Rm 5, 12-19)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, nous savons que par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et que par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, étant donné que tous ont péché.
Avant la loi de Moïse, le péché était déjà dans le monde, mais le péché ne peut être imputé à personne tant qu’il n’y a pas de loi. Pourtant, depuis Adam jusqu’à Moïse, la mort a établi son règne, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam. Or, Adam préfigure celui qui devait venir. Mais il n’en va pas du don gratuit comme de la faute. En effet, si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ.
Le don de Dieu et les conséquences du péché d’un seul n’ont pas la même mesure non plus : d’une part, en effet, pour la faute d’un seul, le jugement a conduit à la condamnation ; d’autre part, pour une multitude de fautes, le don gratuit de Dieu conduit à la justification. Si, en effet, à cause d’un seul homme, par la faute d’un seul, la mort a établi son règne, combien plus, à cause de Jésus Christ et de lui seul, régneront-ils dans la vie, ceux qui reçoivent en abondance le don de la grâce qui les rend justes.
 Bref, de même que la faute commise par un seul a conduit tous les hommes à la condamnation, de même l’accomplissement de la justice par un seul a conduit tous les hommes à la justification qui donne la vie. En effet, de même que par la désobéissance d’un seul être humain la multitude a été rendue pécheresse, de même par l’obéissance d’un seul la multitude sera-t-elle rendue juste.

ÉVANGILE
Jésus jeûne quarante jours, puis est tenté (Mt 4, 1-11)
Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.
L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. (Mt 4, 4b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

 En ce temps-là, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Mais Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »
 Alors le diable l’emmène à la Ville sainte, le place au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »
 Le diable l’emmène encore sur une très haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. » Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte. »
 Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et ils le servaient.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , , , ,

24 février 2016

Le malheur innocent

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le malheur innocent

Cf. également :

Les multiples interprétations symboliques du buisson ardent

Les résistances de Moïse… et les nôtres

Lire les signes des temps

Pour quoi m’as-tu abandonné ?

Homélie du 3° dimanche de carême / Année C
28/02/2016

 

De l’importance des faits divers

Afficher l'image d'origine

Les Évangiles font rarement place aux faits divers.  Le sensationnalisme et la flatterie du goût pour le morbide ne sont pas les clés du succès littéraire du Nouveau Testament…

Pourtant, notre passage de Luc 13, 1-9 contient de ces faits divers que la presse en tout genre adore et nous sert quotidiennement dans leur « une » de papier ou d’écran. Pourquoi Luc s’intéresse-t-il tout d’un coup aux exactions de Pilate ou aux accidents de chantiers de Siloé ? Serait-il comme Hegel, qui affirmait que « la lecture des journaux est la prière du matin moderne » ?

« Un jour, des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient. Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. » (Lc 13, 1-5)

Visiblement, il veut montrer comment lire « les signes des temps », c’est-à-dire déchiffrer  dans l’actualité les appels salutaires à nous convertir. Jésus ne méprise pas le bulletin des news quotidiennes de France Info ou BFM TV. Il est au courant des drames qui émeuvent « les gens » (comme dit Luc) ordinaires. Ils posent une vraie question : comment croire en Dieu alors que le malheur innocent frappe des pratiquants (galiléens massacrés par Pilate) et indistinctement des passants (les victimes de la chute de la tour de Siloé) ?

Redoutable question à l’origine de l’athéisme pratique de tant de nos contemporains. Si Dieu existe, pourquoi laisse-t-il arriver tant de souffrances injustes ? Qu’elles viennent des hommes (Pilate) ou des lois de la nature (la tour de Siloé), le mal s’impose contre la puissance d’un Dieu réputé être bon pour l’homme. Mais qu’est-ce que la bonté d’un Dieu s’il est impuissant à nous protéger ? À quoi sert l’amour d’un Dieu qui subit le mal et ne peut rien contre le malheur innocent ?

C’est la vieille question de la théodicée, terme théologique qui désigne le défi de concilier l’amour qu’est Dieu avec la réalité du mal, de la souffrance et du malheur innocent.

 

La non-réponse du Christ

Afficher l'image d'origineVisiblement, Jésus ne se lance pas dans de savantes explications sur l’origine de ce mal  politique ou technologique. Le plus important pour lui n’est pas tant de savoir pourquoi cela arrive que de discerner pour quoi cela nous touche. Le pour quoi est lié ici à une réflexion sur la finalité plus que sur les causes. La lecture qu’en fait Jésus est à la fois très simple et très profonde : ces faits divers vous montrent combien la vie de chacun est fragile et éphémère. Tirez donc parti du temps présent pour réorienter votre existence avant qu’il ne soit trop tard. N’attendez pas demain pour vous convertir, car demain vous pouvez fort bien ne plus être là.

Bien sûr, il faut des analystes politiques pour démonter les mécanismes du totalitarisme façon Pilate qui hier engendraient des massacres au nom de l’orthodoxie romaine, où des massacres de dissidents dans les goulags soviétiques.

Bien sûr, il faut des analyses scientifiques et techniques pour comprendre la chute d’une tour à Siloé ou d’un panneau d’affichage à Paris engendrant des morts absurdes.

Dans les deux cas, expliquer les causes pourra permettre d’éviter que cela se reproduise.

Mais soyons réalistes : malgré la formidable intelligence humaine, cela se reproduit toujours de siècle en siècle. Là comme ailleurs, « il n’y a rien de nouveau sous le soleil », comme l’écrivait l’Ecclésiaste (Si 1,9). Le totalitarisme resurgit, changeant d’habits ou d’idéologie, mais toujours aussi meurtrier. Les catastrophes naturelles ou technologiques font toujours la une des médias. Du tremblement de terre de Lisbonne (Voltaire) à l’Amoco-Cadiz sur les côtes bretonnes ou la fonte des glaces aux pôles, rêver d’une planète sans malheur (innocent ou non) est irréaliste, et largement démenti par l’histoire.
Sans dévaloriser ce combat permanent contre le mal, le Christ refuse d’en rester là : puisque ce mal existe, s’impose concrètement aujourd’hui, qu’allez-vous en faire ?

Allez-vous vous laisser submerger par le désespoir ? Le cynisme ? Où allez-vous y puiser une force pour orienter votre vie autrement, c’est-à-dire vous convertir, vous tourner vers la finalité ultime de vos actes ?

Réfléchissez sur le pour quoi de vos efforts, de vos aspirations les plus vraies, et vous verrez que même le malheur innocent ne pourra plus rien contre vous.

À la façon de St Ignace méditant sur lui-même suite à une fracture de la jambe, ou de Nelson Mandela se transformant dans sa prison en artisan de réconciliation nationale, tirez  profit même de la catastrophe la plus imprévue pour revenir à vous-même, pour redonner sens à ces quelques éclairs fugaces que sont nos parcours sur terre.

Même la Shoah, catastrophe des catastrophes, malheur innocent en quelque sorte personnifié, même la Shoah peut devenir pour le peuple juif un appel à la conversion de  l’intérieur. Qu’au moins ces 6 millions de morts injustes soient à l’origine d’un État d’Israël le plus juste possible, et d’une prise de conscience universelle !

« Des pauvres, vous en aurez toujours au milieu de vous » (Mc 14,7) : le réalisme de Jésus heurte  l’utopie révolutionnaire de Judas de plein fouet. Non pas pour le détourner de la transformation sociale, mais pour l’appeler à donner sens dès maintenant à la présence des pauvres parmi nous : ils ne demandent pas que du pain et du travail, mais également du beau, du vrai, de la relation à Dieu, ce qu’exprime le parfum précieux de l’onction de Béthanie, au grand dam de Judas scandalisé par ce gaspillage (Jn 12, 1-11).

 

Théodicée : les autres réponses

Afficher l'image d'origineLa non-réponse du Christ à la lancinante question de la théodicée est assez unique dans l’histoire.

Les sagesses antiques ont plutôt cherché des explications diverses d’où ont découlé leurs  attitudes spirituelles. Par exemple, l’hindouisme ou le bouddhisme ont localisé dans le désir la source de la souffrance humaine devant le malheur innocent. Et c’est dans l’extinction du désir qu’est alors la solution.

En Occident, Leibnitz penche lui pour l’ignorance humaine : seul Dieu a une vue globale de ce qui arrive, et ce qui est pour nous un mal apparent n’est peut-être que la condition indispensable pour un bien plus grand à l’échelle globale. Nous sommes dans « le meilleur des mondes possibles » et la sagesse consiste alors à vivre avec, humblement.

Les stoïciens ont vu dans la souffrance une école d’humanisation : changer ce qui dépend de nous et supporter le reste. C’est la grandeur stoïcienne.
Les épicuriens ont plutôt interprété le malheur innocent comme une invitation à jouir du présent sans attendre, car demain est incertain.

Les révolutionnaires marxistes ont érigé la révolte contre le mal en principe absolu. Mais en cherchant à éradiquer le mal ils ont engendré un mal plus monstrueux encore.

Les nouveaux révolutionnaires, scientifiques et technologiques, nous promettent un corps humain ‘augmenté’, une vie sociale totalement interconnectée, une maîtrise technologique stupéfiante : mais la question de la douleur ne pourra se résoudre à coups de promesses numériques ou de traitements chimiques.

 

Bref, l’énigme de la théodicée n’en finit pas de travailler l’aventure humaine, et resurgit à chaque époque, multiforme, vieille question en habits neufs.

 

L’originalité du christianisme réside sans doute dans la non-réponse du Christ (qui rejoint et accomplit celle de Job) : ne restez pas fascinés par le scandale du malheur innocent, mais interrogez-vous sur ce qu’il vous révèle du sens de votre existence. Sans négliger le combat contre le mal, investissez dans la recherche du sens. Essayez de trouver le pourquoi du malheur innocent afin de le réduire, et mettez encore plus d’énergie à discerner le pour quoi de ce qui arrive…

 

 

1ère lecture : « Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : Je-suis » (Ex 3, 1-8a.10.13-15)
Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là, Moïse était berger du troupeau de son beau-père Jéthro, prêtre de Madiane. Il mena le troupeau au-delà du désert et parvint à la montagne de Dieu, à l’Horeb. L’ange du Seigneur lui apparut dans la flamme d’un buisson en feu. Moïse regarda : le buisson brûlait sans se consumer. Moïse se dit alors : « Je vais faire un détour pour voir cette chose extraordinaire : pourquoi le buisson ne se consume-t-il pas ? » Le Seigneur vit qu’il avait fait un détour pour voir, et Dieu l’appela du milieu du buisson : « Moïse ! Moïse ! » Il dit : « Me voici ! » Dieu dit alors : « N’approche pas d’ici ! Retire les sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte ! » Et il déclara : « Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. » Moïse se voila le visage car il craignait de porter son regard sur Dieu. Le Seigneur dit : « J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants. Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et le faire monter de ce pays vers un beau et vaste pays, vers un pays, ruisselant de lait et de miel. Maintenant donc, va ! Je t’envoie chez Pharaon : tu feras sortir d’Égypte mon peuple, les fils d’Israël. » Moïse répondit à Dieu : « J’irai donc trouver les fils d’Israël, et je leur dirai : ‘Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous.’ Ils vont me demander quel est son nom ; que leur répondrai-je ? » Dieu dit à Moïse : « Je suis qui je suis. Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : ‘Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : Je-suis’. » Dieu dit encore à Moïse : « Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : ‘Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est Le Seigneur, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob’. C’est là mon nom pour toujours, c’est par lui que vous ferez mémoire de moi, d’âge en d’âge. »

Psaume : Ps 102 (103), 1-2, 3-4, 6-7, 8.11

R/ Le Seigneur est tendresse et pitié.  (Ps 102, 8a)

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n’oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d’amour et de tendresse.

Le Seigneur fait œuvre de justice,
il défend le droit des opprimés.
Il révèle ses desseins à Moïse,
aux enfants d’Israël ses hauts faits.

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint.

2ème lecture : La vie de Moïse avec le peuple au désert, l’Écriture l’a racontée pour nous avertir (1 Co 10, 1-6.10-12)
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, je ne voudrais pas vous laisser ignorer que, lors de la sortie d’Égypte, nos pères étaient tous sous la protection de la nuée, et que tous ont passé à travers la mer. Tous, ils ont été unis à Moïse par un baptême dans la nuée et dans la mer ; tous, ils ont mangé la même nourriture spirituelle ; tous, ils ont bu la même boisson spirituelle ; car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher, c’était le Christ. Cependant, la plupart n’ont pas su plaire à Dieu : leurs ossements, en effet, jonchèrent le désert. Ces événements devaient nous servir d’exemple, pour nous empêcher de désirer ce qui est mal comme l’ont fait ces gens-là. Cessez de récriminer comme l’ont fait certains d’entre eux : ils ont été exterminés. Ce qui leur est arrivé devait servir d’exemple, et l’Écriture l’a raconté pour nous avertir, nous qui nous trouvons à la fin des temps. Ainsi donc, celui qui se croit solide, qu’il fasse attention à ne pas tomber.

Evangile : « Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même » (Lc 13, 1-9)

Acclamation : Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur.
Convertissez-vous, dit le Seigneur, car le royaume des Cieux est tout proche.
Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. 
(Mt 4, 17)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Un jour, des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient. Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. » Jésus disait encore cette parabole : « Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : ‘Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?’ Mais le vigneron lui répondit : ‘Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.’ »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

4 février 2012

Avec Job, faire face à l’excès du mal

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Avec Job, faire face à l’excès du mal

 

Homélie du 5° Dimanche ordinaire  / Année B

05/02/2012

 

La corvée d’exister

Qui ne s’est jamais couché l’angoisse au ventre devant la perspective d’heures  entières à chercher le sommeil en vain ?

Qui ne s’est jamais levé que contraint et forcé pour aller au travail sans enthousiasme ?

Qui n’a jamais ressenti à l’issue d’une journée de travail ce sentiment d’amertume et de désillusion qu’exprimait Job : « vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée ; il fait des journées de manoeuvre » ?

Autant dire que chacun de nous peut se reconnaître à un moment ou un autre dans ce Job désabusé !

Ce qui est extraordinaire, c’est que nous ayons laissé ce livre de Job dans la Bible, au lieu de le reléguer parmi les livres cyniques jetant un doute sur la bonté de Dieu, voire sur son existence même.

 

Le mal comme excès

Puisque Job est lu dans toutes les synagogues et toutes les églises, alors c’est qu’il nous Job et l'excès du malest bon d’entrer en procès contre Dieu comme il le fait. Il nous est possible, en tant que croyants, d’oser accuser Dieu de ses contradictions, et surtout de l’accuser de tolérer la présence du mal qui apparemment submerge tout être vivant tôt ou tard.

Job a tout perdu alors qu’il n’avait rien fait de mal. Cette injustice est telle qu’il se retourne contre le créateur de tout cela, et lui reproche vertement de laisser arriver de telles catastrophes.

La pointe de l’expérience de Job, qui est la nôtre parfois, c’est ce que Philippe Nemo appelle fort justement « l’excès du mal », ou plutôt le mal comme un excès qui déborde toute explication, toute théorie, toute consolation.

Perdre bétail, maisons, serviteurs, argent, santé et jusqu’à femme et enfants : Job est plongé dans un enfer de déréliction d’où Dieu est volontairement absent, ce qui est absolument injustifiable, même par Dieu en personne. Cet excès de souffrance et d’injustice chez nous déclenche un doute sur l’existence de Dieu. Chez Job, Dieu est une évidence incontestable, mais l’excès du mal incline Job à trouver la vie humaine insensée, absurde. « Ma vie n’est qu’un souffle » : la brièveté de cette existence exposée au mal en rajoute au malheur, et mieux vaudrait en finir tout de suite, se plaint Job. Il va encore plus loin dans l’accusation : « maudit soit le jour de ma naissance » (Job 3,1).

« Périsse le jour qui me vit naître, et la nuit qui annonça: « Un garçon vient d’être conçu. » (?)   10 Car elle n’a pas fermé sur moi la porte du ventre, pour cacher à mes yeux la souffrance. 11 Pourquoi ne suis-je pas mort au sortir du sein, n’ai-je péri aussitôt enfanté?

  12 Pourquoi s’est-il trouvé deux genoux pour m’accueillir, deux mamelles pour m’allaiter?

  13 Maintenant je serais couché en paix, je dormirais d’un sommeil reposant, 14 avec les rois et les grands ministres de la terre, qui ont bâti leurs demeures dans des lieux désolés, 15 ou avec les princes qui ont de l’or en abondance et de l’argent plein leurs tombes.

  16 Ou bien, tel l’avorton caché, je n’aurais pas existé, comme les petits qui ne voient pas le jour. »

 

De l'inconvénient d'être néC’est ce que Cioran appelait « l’inconvénient d’être né » :

« Je sais que ma naissance est un hasard, un accident risible, et cependant, dès que je m’oublie, je me comporte comme si elle était un événement capital, indispensable à la marche et à l’équilibre du monde. »

« Nous ne courons pas vers la mort, nous fuyons la catastrophe de la naissance ». 

 

Cioran ne fait jamais que reprendre la vieille désillusion du Qohélet : « je félicite les morts qui sont déjà morts plutôt que les vivants qui sont encore vivants.  Et plus heureux que tous les deux est celui qui ne vit pas encore et ne voit pas l’iniquité qui se commet sous le soleil » (Qo 4,2).

 Cette désillusion devient encore plus radicalement chez Job une malédiction incompréhensible émanant d’un créateur absent.

 

Oser accuser Dieu

Il refuse la pseudo explication de ses amis venus le consoler avec de pieuses théories qui ne résistent pas au tsunami de l’abandon.

Et Job proteste à longueur de chapitre contre ces religieux qui essaient de faire rentrer l’excès du mal dans la théorie de la rétribution ou de la transcendance divine.

Non il n’a en rien mérité de la catastrophe qui s’abat sur lui.

Non il ne peut accepter que Dieu en soit l’origine.

Non il ne voit aucun signe de la bonté de Dieu dans cette épreuve.

Mais il ose crier face à Dieu. Au lieu de se replier sur sa douleur en silence, il apostrophe ses amis, il traîne Dieu en accusation, il le convoque et le somme de s’expliquer.

 

Les deux excès

À la fin du livre, la réponse de Dieu n’est pas une réponse. Au mal comme excès est opposé Dieu comme un excès plus grand encore. Aucun des deux n’est vraiment compréhensible.

À l’énigme du mal, Dieu semble répondre en se définissant par un mystère plus grand encore. Et ce n’est pas le happy end très Hollywoodien (visiblement rajouté en fin d’histoire pour rassurer le lecteur) qui va résoudre le mystère de cette double question. Tout au plus l’espérance juive affirme-t-elle à la fin la victoire de Dieu comme excès d’amour sur le mal comme excès de souffrance.

L’espérance chrétienne relaiera cette espérance, tout en reconnaissant en Jésus abandonné de tous – et de son Père, suprême blessure – l’accomplissement de la figure de Job.

Plus que Job, Jésus ne mérite rien des insultes, du mépris et de la condamnation de la croix. La déchirure que Job a ressenti traverse Jésus au plus intime de lui-même : son tas de fumier c’est le bois de la croix, sa lèpre c’est l’infamie qui pèse sur lui, sa perte est celle de sa condition de Fils unique, ses pseudo amis sont des disciples en fuite et des murmures cyniques : « qu’il se sauve lui-même ! ». L’épreuve de Jésus est ainsi plus radicale que celle de Job. D’ailleurs, Job est atteint dans ce qu’il possède mais pas dans sa vie même, alors que Jésus – lui – est exposé à tout perdre, même sa vie.

Le but en est également différent. Si Job subit perte sur perte, c’est parce que dans le texte Satan veut démontrer que le pur amour n’existe pas chez l’homme : « est-ce de manière désintéressée que Job craint Dieu ? » (Job 1,9)

Si Jésus subit perte sur perte, c’est qu’il est uni à la volonté de son Père d’aller « chercher et sauver ceux qui étaient perdus » (Lc 19,10).

L’épreuve de Job est un test  autour de l’amour gratuit et désintéressé. La passion du Christ est un plongeon en enfer pour faire corps avec les damnés de la terre, et les faire remonter à la lumière.

 

La résurrection ne sera pas un happy end après un drame convenu. Jésus ressuscité garde les traces de sa passion. Le mal qui s’était acharné « en excès » sur lui n’est pas effacé. Mais la vie « en excès » est donnée par Dieu, sans que ce deuxième mystère vient de résoudre la première énigme.

 

« Seul l’excès de béatitude sera consonant avec l’excès du mal. Il ne s’agira pas seulement pour Dieu d’effacer le mal donné, mais de se montrer, par la béatitude donnée à l’excès, à la mesure de l’immesurable excès du mal. » (Ph. Nemo)

 

Le courage de faire face

Alors, relisons le livre de Job ! Ses plaintes nous autorisent à nous plaindre avec lui. Ses protestations contre ses amis nous encouragent à ne pas nous satisfaire des solutions conformistes. Sa violence contre Dieu nourrit notre énergie pour ne pas laisser Dieu tranquille, à l’instar de Jacob : « je ne te lâcherai pas que tu ne m’aies béni » (Gn 32,27).

La trajectoire de Job, de la déréliction à la révolte jusqu’à l’inexplicable, pleinement accomplie en Jésus abandonné, peut soutenir nos propres amertumes et désillusions.

« Vraiment la vie de l’homme sur la terre est une corvée. » Mais cette corvée devient en Christ un service ou l’excès du mal est vaincu par l’excès d’amour.

Chacun de nous peut être configuré à Job ou à Jésus à un moment de sa vie.

Qu’ils nous aident à faire face à l’excès du mal avec courage.

 

 

1ère lecture : Détresse de l’homme qui souffre (Jb 7, 1-4.6-7)

Lecture du livre de Job

Job prit la parole et dit :
« Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée, il fait des journées de man?uvre. Comme l’esclave qui désire un peu d’ombre, comme le man?uvre qui attend sa paye, depuis des mois je n’y ai gagné que du néant, je ne compte que des nuits de souffrance. À peine couché, je me dis :’Quand pourrai-je me lever ?’ Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à l’aube. Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s’achèvent quand il n’y a plus de fil.
Souviens-toi, Seigneur : ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur. »

 

Psaume : Ps 146, 1.3, 4-5, 6-7

R/ Bénissons le Seigneur qui guérit nos blessures !

Il est bon de fêter notre Dieu,
il est beau de chanter sa louange :
il guérit les c?urs brisés
et soigne leurs blessures. 

Il compte le nombre des étoiles,
il donne à chacune un nom ;
il est grand, il est fort, notre Maître :
nul n’a mesuré son intelligence.

Le Seigneur élève les humbles
et rabaisse jusqu’à terre les impies.
Entonnez pour le Seigneur l’action de grâce,
jouez pour notre Dieu sur la cithare !

2ème lecture : L’Apôtre se fait tout à tous (1Co 9, 16-19.22-23)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
si j’annonce l’Évangile, je n’ai pas à en tirer orgueil, c’est une nécessité qui s’impose à moi ; malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile !
Certes, si je le faisais de moi-même, je recevrais une récompense du Seigneur. Mais je ne le fais pas de moi-même, je m’acquitte de la charge que Dieu m’a confiée.
Alors, pourquoi recevrai-je une récompense ? Parce que j’annonce l’Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, ni faire valoir mes droits de prédicateur de l’Évangile.
Oui, libre à l’égard de tous, je me suis fait le serviteur de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible.
J’ai partagé la faiblesse des plus les faibles, pour gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns.
Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour bénéficier, moi aussi, du salut.

 

Evangile : Une journée de Jésus au milieu des malades (Mc 1, 29-39)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Jésus a pris sur lui notre faiblesse, il s’est chargé de nos douleurs. Alléluia. (cf. Mt 8, 17)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En quittant la synagogue, Jésus, accompagné de Jacques et de Jean, alla chez Simon et André.
Or, la belle-mère de Simon était au lit avec de la fièvre. Sans plus attendre, on parle à Jésus de la malade. Jésus s’approcha d’elle, la prit par la main, et il la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.
Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous les malades, et ceux qui étaient possédés par des esprits mauvais. La ville entière se pressait à la porte. Il guérit toutes sortes de malades, il chassa beaucoup d’esprits mauvais et il les empêchait de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.
Le lendemain, bien avant l’aube, Jésus se leva. Il sortit et alla dans un endroit désert, et là il priait.
Simon et ses compagnons se mirent à sa recherche.
Quand ils l’ont trouvé, ils lui disent : « Tout le monde te cherche. »
Mais Jésus leur répond : « Partons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame la Bonne Nouvelle ; car c’est pour cela que je suis sorti. »
Il parcourut donc toute la Galilée, proclamant la Bonne Nouvelle dans leurs synagogues, et chassant les esprits mauvais.

Patrick Braud

Mots-clés : , , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept