L'homelie du dimanche

21 avril 2019

Quel sera votre le livre des signes ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 00 min

Quel sera votre le livre des signes ?

Homélie pour le 2° Dimanche de Pâques / Année C
28/04/2019

Cf. également :

Lier Pâques et paix
Le Passe-murailles de Pâques
Le maillon faible
Que serions-nous sans nos blessures ?
Croire sans voir
Au confluent de trois logiques ecclésiales : la communauté, l’assemblée, le service public
Riches en miséricorde ?
Êtes-vous plutôt centripètes ou centrifuges ?
La Trinité en actes : le geste de paix
La paix soit avec vous

Le-Livre-Memoire-de-ma-Famille-de-Marie-Odile-Mergnac-Livre-etat-tres-bonImaginez qu’on vous demande de mettre par écrit l’histoire de votre famille. Impossible de tout raconter ! Vous allez passer en revue les visages, les événements, les dates qui vous paraissent importantes, et vous allez choisir les plus significatifs. Sinon – c’est trop souvent le cas hélas dans les mémoires familiales rédigées sans la plume d’un professionnel - votre ouvrage va partir dans tous les sens, confondre l’anecdotique et l’essentiel, et sera finalement illisible. Alors que tel grand-père qui a été « poilu » en 14-18, telle arrière-grand-mère qui était parmi les premières femmes à faire des études supérieures après-guerre, le suicide d’un oncle longtemps caché, la réussite éclatante d’un autre, tels drames surmontés avec courage etc. tous ces faits saillants en diront plus long sur votre famille qu’un simple arbre généalogique ou la description banale des métiers de chacun.

Jean applique lui aussi ce principe de sélection lorsqu’il écrit son Évangile. Il nous le dit clairement à la fin, de notre passage de ce dimanche (Jn 20, 19-31) : « Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom ».

Comme souvent, cette phrase de conclusion est un petit trésor de méthode qui vaut pour nous encore aujourd’hui. Voyons comment.

 

On ne peut pas tout écrire

« Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre… ». C’est une évidence : Jean n’a pas tout écrit. « Jésus a fait encore bien d’autres choses: si on les écrivait une à une, le monde entier ne pourrait, je pense, contenir les livres qu’on écrirait » (Jn 21,25). Dans son livre, il manque par exemple la Cène, la naissance de Jésus, son enfance, et tellement d’autres épisodes que Matthieu, Marc et Luc racontent pourtant. D’ailleurs, on les a appelés les synoptiques (= qu’on peut regarder en même temps en les  mettant en parallèle) alors que Jean ne ressemble à aucun des trois autres.

Car exhaustivité n’est pas vérité.

Quel sera votre le livre des signes ? dans Communauté spirituelle trad1Jean sait que la tradition orale continuera à perpétuer ce qu’il n’a pas écrit. Et c’est très bien ainsi. Pas d’écrit sans oral qui l’accompagne, l’entoure, le conceptualise, le précise. Pour les juifs, tout n’est pas dans la Torah : il y a également la tradition rabbinique qui au cours des siècles a produit le Talmud, la Michna, la Guémara etc. Pour les chrétiens, la Révélation n’est pas enfermée dans le livre, car l’Esprit Saint parle à travers d’autres médiations (comme la nature, la conscience, les signes des temps etc.). D’ailleurs la Révélation n’est pas une vérité, ni un texte, c’est une personne vivante : le Verbe de Dieu, irréductible aux témoignages écrits ou oraux. Nous ne sommes pas une religion du livre, mais du Verbe.

Il est donc bon de ne pas vouloir tout écrire, faisant en somme confiance à la tradition orale. Mais la question redouble : si tout écrire est impossible, comment choisir ce qu’on va raconter ?

 

Le livre des signes

Le critère pour Jean est simple : « ces faits-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom ». Le filtre pour retenir tel ou tel événement et non tel autre, c’est sa capacité ou non à nourrir la confiance de lecteurs en la personne de Jésus. Le premier qu’il retient est le mariage de Cana : « Tel fut à Cana en Galilée, le commencement des signes que fit Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui » (Jn 2,11).

Littérature engagée ? Bien sûr, car quel livre pourrait se prétendre objectif, uniquement factuel ? « Un fait, ça se fait » : les historiens savent bien qu’il y a une multitude d’approches légitimes de la Révolution française ou de la Guerre de cent ans par exemple. Selon que l’on adapte le point de vue des vainqueurs, des puissants, des petites gens, des perdants… on n’aura pas le même récit ! Il suffit de comparer le contenu des journaux télévisés de France 2, Radio France International, et Arte - qui pourtant sont toutes des chaînes publiques - pour comprendre facilement que ce qui est présenté comme factuel dépend en fait du point de vue de l’observateur.

La différence entre un fait et un signe demeure capitale pour nous aujourd’hui encore. Beaucoup de faits divers ne nourrissent pas, au sens où ils ne nous font ni grandir en humanité, ni réfléchir, ni nous convertir. Si nous voulons éveiller la foi d’autrui, nous devons discerner parmi les tonnes d’informations dont nous sommes abreuvés celles qui peuvent faire signe à nos contemporains, à nos proches, à notre public. Si on vous demande de « rendre compte de l’espérance qui est en vous » (1P 3,15), n’allez pas réciter le Credo ni invoquer les miracles de Lourdes ! Témoignez plutôt de votre rencontre personnelle avec le Christ, à travers une retraite, une lecture, une rencontre, une expérience bouleversante, tout ce qui a jalonné la construction de votre foi personnelle, et pas seulement familialement héritée ou socialement conforme.

Cahiers Evangile. n° 145, Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean, 1 : le livre des signes (Jn 1-12)Jean a fait ce travail. Il a choisi 7 signes (parce que 7 est le chiffre de la Création, et avec  Jésus c’est une nouvelle création du monde qui est en jeu) qui structurent la première partie de son Évangile. Ses 12 premiers chapitres du livre sont souvent appelés : le livre des signes, et le suivant : le livre de l’Heure, tout orienté vers la Croix.

Les sept signes de l’évangile de Jean :

1. L’eau changée en vin à Cana (Jn 2, 1-12)
2. La guérison du fils d’un officier (Jn 4, 43-54)
3. La guérison d’un paralytique (Jn 5, 1-16)
4. La multiplication des pains pour les cinq mille hommes (Jn 6,15)
5. Jésus marche sur les eaux (Jn 6, 16-21)
6. La guérison de l’aveugle-né (Jn 9, 1-41)
7. La résurrection de Lazare de Béthanie (Jn 11, 1-46)

Le huitième signe est celui que nous lisons depuis Pâques : le tombeau vide, les manifestations aux femmes, aux disciples, à Thomas. Car 8 est le chiffre messianique par excellence (cf. les 8 jours de Hanoucca, de la circoncision, les 8 personnes en tout sauvées dans l’arche de Noé, les 8 marches du Temple d’Ézéchiel 40,31 etc.), le chiffre de la nouvelle création du monde (après les 7 jours de la première) qui est accomplie avec Pâques (d’où nos clochers et baptistères hexagonaux…).

 

Quel sera votre livre des signes ?

Le défi pour nous est donc celui-ci : quels événements de notre histoire peuvent devenir des signes invitant d’autres à croire ? Qu’est-ce qui dans notre parcours personnel peut faire signe à d’autres, parce qu’ils s’y reconnaîtront, ou parce que cela leur ouvrira les portes de la foi en leur rendant possible la découverte du Christ ?

220px-Chappe_telegraf Jean dans Communauté spirituelleLe mot signe (semeion en grec) employé par Jean est souvent traduit par miracle. Or c’est trop réducteur. Le mot a servi à forger celui de sémaphore, qui fait des signes aux bateaux ou aux voyageurs pour les guider à travers les dangers. Il a également donné le mot sémiotique, la science de l’analyse du langage basée sur le texte lui-même (et non son contexte). De même la sémantique, discipline étudiant la signification des mots, notamment à partir de leur étymologie et de leur histoire.

Jean discerne un signe dans un fait lorsque celui-ci peut porter à adhérer à la personne de Jésus. À ce titre, il distingue soigneusement les signes (qui font appel à la liberté intérieure de chacun) des prodiges (qui s’imposent à tous), ou même des miracles (au sens moderne du terme = de l’inexplicable, de l’irrationnel). À l’image de Jésus qui se méfiait de la course aux miracles polluant le désir spirituel des foules : « Comme les foules s’amassaient, il se mit à dire: « Cette génération est une génération mauvaise; elle demande un signe ! En fait de signe, il ne lui en sera pas donné d’autre que le signe de Jonas. Car, de même que Jonas fut un signe pour les gens de Ninive, de même aussi le Fils de l’homme en sera un pour cette génération » » (Lc 11, 29-35).
Notre foi ne repose pas sur des miracles, mais sur des signes, comme les 7 dont Jean atteste en s’en portant garant personnellement, témoin véridique et crédible :
« C’est ce disciple qui témoigne de ces choses et qui les a écrites, et nous savons que son témoignage est conforme à la vérité » (Jn 21,24).

Alors, si on vous demande : ‘pourquoi croyez-vous ?’, quels seront les signes que vous allez choisir de raconter ? Quel sera votre livre des signes que vous allez consigner ? Qu’allez-vous mettre par écrit des événements de votre vie dans lesquels vous avez reconnu (après coup) les traces de l’amour de Dieu ? Éliminez d’emblée le miraculeux (il ne doit pas y en avoir des masses…), l’anecdotique, le convenu, l’impersonnel, bref tout ce qui ne fera pas signe à votre lecteur/auditeur. Passez au crible, au tamis de la relecture spirituelle les rencontres, les lectures, les amis, les témoignages, les expériences qui vous ont bouleversé et vous ont mis à la recherche du Christ.

Arrêtez-vous à 7, comme Jean. Davantage, ce serait du bavardage !

Et si vous n’en trouvez pas, demandez-vous sur quoi repose votre foi…

 

 

Lectures de la messe

Première lecture
« Des foules d’hommes et de femmes, en devenant croyants, s’attachèrent au Seigneur » (Ac 5, 12-16)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

À Jérusalem, par les mains des Apôtres, beaucoup de signes et de prodiges s’accomplissaient dans le peuple. Tous les croyants, d’un même cœur, se tenaient sous le portique de Salomon. Personne d’autre n’osait se joindre à eux ; cependant tout le peuple faisait leur éloge ; de plus en plus, des foules d’hommes et de femmes, en devenant croyants, s’attachaient au Seigneur. On allait jusqu’à sortir les malades sur les places, en les mettant sur des civières et des brancards : ainsi, au passage de Pierre, son ombre couvrirait l’un ou l’autre. La foule accourait aussi des villes voisines de Jérusalem, en amenant des gens malades ou tourmentés par des esprits impurs. Et tous étaient guéris.

Psaume
(Ps 117 (118), 2-4, 22-24, 25-27a)

R/ Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! Éternel est son amour ! ou : Alléluia ! (117, 1)

Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !
Oui, que le dise la maison d’Aaron :
Éternel est son amour !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.

Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !

Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire !

Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient !
De la maison du Seigneur, nous vous bénissons !
Dieu, le Seigneur, nous illumine.

Deuxième lecture
« J’étais mort, et me voilà vivant pour les siècles des siècles » (Ap 1, 9-11a.12-13.17-19)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

 Moi, Jean, votre frère, partageant avec vous la détresse, la royauté et la persévérance en Jésus, je me trouvai dans l’île de Patmos à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. Je fus saisi en esprit, le jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, pareille au son d’une trompette. Elle disait : « Ce que tu vois, écris-le dans un livre et envoie-le aux sept Églises : à Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée. » Je me retournai pour regarder quelle était cette voix qui me parlait. M’étant retourné, j’ai vu sept chandeliers d’or, et au milieu des chandeliers un être qui semblait un Fils d’homme, revêtu d’une longue tunique, une ceinture d’or à hauteur de poitrine. Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort, mais il posa sur moi sa main droite, en disant : « Ne crains pas. Moi, je suis le Premier et le Dernier, le Vivant : j’étais mort, et me voilà vivant pour les siècles des siècles ; je détiens les clés de la mort et du séjour des morts. Écris donc ce que tu as vu, ce qui est, ce qui va ensuite advenir. »

Évangile
« Huit jours plus tard, Jésus vient » (Jn 20, 19-31)
Alléluia. Alléluia.
Thomas parce que tu m’as vu, tu crois, dit le Seigneur. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! Alléluia. (Jn 20, 29)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

 Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

21 novembre 2018

Publication du recueil des homélies 2017-18

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le nouveau recueil des homélies 2017-18 est paru !

 

Comme l’oued au désert

Homélies Année B / 2017-2018

Comme l'oued au désert

Commandez le livre papier :
Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

ou l’E-Book :
Support independent publishing: Buy this e-book on Lulu.

 

 

En prévision de l’Année C qui débute Dimanche prochain 25 Novembre 2018, vous pouvez également commander les recueils des années liturgiques C précédentes : une mine d’idées par avance !

 

Comme une ancre jetée dans les cieux

Homélies Année C / 2015-2016

Couverture 2015-16

 

Commandez le livre papier :
Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

ou l’E-Book :
Support independent publishing: Buy this e-book on Lulu.

 

 

L’effet papillon de la foi

Homélies Année C / 2012-2013

L'effet papillon de la foi Couverture

 

Commandez le livre papier :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

 

 

 

 

Le bonheur illucide

Homélies Année C / 2009-2010

Le bonheur illucide Couverture

 

Commandez le livre papier :
Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Mots-clés : , , ,

26 novembre 2016

Recueil des homélies de l’Année C 2015/16

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

NOUVEAU !

 

Le recueil des homélies de l’Année C 2015/16 est paru !

« Comme une ancre jetée dans les cieux »

Vous pouvez le découvrir et le commander, ainsi que les recueils des années précédentes, sur le site de Bookelis en cliquant sur l’image ci-dessous.

Vous pourrez choisir l’édition papier ou e-book.

Vous aurez également la possibilité de commander les archives des années A correspondant à notre année 2016/17, ainsi que des autres années…

De quoi offrir, de quoi lire, de quoi se nourrir !

Mots-clés : , , , ,

12 mars 2011

Nous ne sommes pas une religion du livre, mais du Verbe

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Nous ne sommes pas une religion du livre, mais du Verbe

 

Homélie pour le 1° dimanche de Carême / Année A

Dimanche 13 Mars 2011

 

Comment résister sans l’appuyer sur l’Écriture ?

- Dans le récit des tentations au désert, le démon utilise l’identité de Jésus pour le pousser paradoxalement à se renier lui-même. « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains ».

Si Jésus fait cela, il se nourrit lui-même ; il cesserait alors de recevoir sa nourriture de son Père. Il renierait son identité de Fils au moment même où il l’affirmerait de cette manière ! C’est pourquoi Jésus, dont la nourriture est de faire la volonté de son Père, répond en citant l’Écriture.  « Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre?».

 

- Voyant que l’Écriture nourrit et imprègne tout l’être de Jésus, le diable va alors essayer d’utiliser cette Écriture pour le faire tomber, littéralement : « jette-toi en bas, car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges? »

Jésus répond avec une autre phrase de l’Écriture, qui lui permet de ne pas interpréter au pied de la lettre le passage cité par le tentateur : « il est encore écrit: tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu. »

Jésus met ainsi en oeuvre un principe d’interprétation (une herméneutique) qui nous vient des juifs et que nous conservons précieusement :

« interpréter le texte en tenant compte de l’unité de l’ensemble de l’Écri­ture »

 (Benoît XVI, Verbum Domini, 30/09/2010, n° 34).

 

Le démon est très fondamentaliste dans son rapport à l’Écriture : il isole un passage de son contexte, il le lit au premier degré et en fait un absolu.

Benoît XVI dénonce avec force cette instrumentalisation de l’écrit (en citant un texte remarquable de la Commission Biblique pontificale pour l’interprétation de la Bible) :

Nous ne sommes pas une religion du livre, mais du Verbe dans Communauté spirituelle 9782204094979_1« le « littéralisme » mis en avant par la lecture fondamentaliste représente en réalité une trahison aussi bien du sens littéral que du sens spirituel, ouvrant la voie à des ins­trumentalisations de diverses natures, répandant par exemple des interprétations anti-ecclésiales des Écritures elles-mêmes. L’aspect probléma­tique de la « lecture fondamentaliste est que, en refusant de tenir compte du caractère historique de la Révélation biblique, on se rend incapable d’accepter pleinement la vérité de l’Incarnation elle-même. Le fondamentalisme fuit l’étroite re­lation du divin et de l’humain dans les rapports avec Dieu (?) Pour cette raison, il tend à traiter le texte biblique comme s’il avait été dicté mot à mot par l’Esprit et n’arrive pas à reconnaître que la Parole de Dieu a été formulée dans un langage et une phraséologie conditionnés par telle ou telle époque » » (n° 44).

 

- Dans la 3° tentation, le démon parle de pouvoir et de gloire, même s’ils ont pour prix la soumission au mal.

Jésus lui réplique par le cinglant : « Vade retro Satanas ! », en s’appuyant à nouveau sur l’Écriture : « car il est écrit : c’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras…».

 

Une christologie de la Parole

Trois fois, c’est en allant puiser dans l’Écriture que Jésus se révèle vraiment Fils de Dieu.

Le tentateur, lui, n’arrive pas à faire son chemin de l’écrit à la Parole. Il utilise le livre pour étouffer la Parole de Dieu.

Jésus est le Verbe de Dieu qui fait vivre ce qui est écrit pour rester libre.

Il est la Parole qui surgit du livre.

Il est la Parole qui constitue le livre.

« Jésus-Christ, né de la Vierge Marie, est réellement le Verbe de Dieu qui s’est fait consubstantiel à nous. Par conséquent, l’expression « Parole de Dieu » in­dique ici la Personne de Jésus-Christ, le Fils éter­nel du Père, fait homme. » (n° 7)

 

En christianisme, ce n’est donc pas le livre qui est Parole, c’est Jésus lui-même.

C’est ce que Benoît XVI appelle une « christologie de la Parole ».

« En contemplant cette « Christologie de la Parole », la tradition patristique médiévale a utilisé une expression suggestive : le Verbe s’est abrégé. Dans leur traduction grecque de l’Ancien Testa­ment, les Pères de l’Église ont trouvé une parole du prophète Isaïe – que saint Paul cite aussi – pour montrer que les voies nouvelles de Dieu étaient déjà annoncées dans l’Ancien Testament. On pouvait y lire : Dieu a rendu brève sa Parole, il l’a abrégée » (Is 10, 23 ; Rm 9, 28). Le Fils, lui-même, est la Parole de Dieu, il est le « Logos : la Parole éter­nelle s’est faite petite ? si petite qu’elle peut entrer dans une mangeoire. Elle s’est faite enfant, afin que la Parole devienne pour nous saisissable ». À présent, la Parole n’est pas seulement audible, elle ne possède pas seulement une voix, maintenant la Parole a un visage, qu’en conséquence nous pou­vons voir : Jésus de Nazareth. »

 

Nous ne sommes pas une religion du Livre

La parole de Dieu, c’est quelqu’un ; un vivant : le Ressuscité, Jésus de Nazareth, un instant abaissé au rang des criminels, élevé pour toujours dans la gloire de Dieu.

Nous ne sommes pas une religion du Livre comme le Coran l’écrit à tort.

« Dans l’Église, nous vénérons beaucoup les Saintes Écritures, bien que la foi chrétienne ne soit pas une « religion du Livre » : le Christianisme est la religion de la Parole de Dieu, non d’une parole écrite et muette, mais du Verbe incarné et vivant. » (n° 7)

 

La symphonie de la Parole unique

LaSymphonieDeLaParole Carême dans Communauté spirituelleBenoît XVI suit les Pères du synode en développant à partir du Christ, parole vivante, toutes les harmoniques de cette unique parole qui résonne autour de nous.

« On a parlé avec justesse d’une symphonie de la Parole, d’une Parole unique qui s’exprime de diffé­rentes manières : « comme un chant à plusieurs voix » » (n° 7).

 

La polyphonie à travers laquelle Dieu nous parle est largement plus grande que les cinq livres bibliques (pourtant essentiels !).

- Dieu nous parle à travers le livre de la nature (liber naturae), à travers l’émerveillement de l’homme devant le réel, le vivant, les lois de l’univers, sa majesté… La dimension cosmique de la Parole de Dieu reprend aujourd’hui toute sa place, grâce à une conscience écologique renouvelée, grâce également au progrès de l’astrophysique, de la compréhension de l’infiniment grand et de l’infiniment petit.

« La création elle-même, le liber naturae, fait aussi essentiellement partie de cette symphonie à plusieurs voix dans laquelle le Verbe unique s’exprime » (n° 7).

- Dieu nous parle par la voix les prophètes, ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui.

- Dieu nous parle à travers la voix des apôtres, tradition vivante.

- Dieu nous parle à travers la proclamation des Écritures en Église.

 

On pourrait prolonger cette liste :

- Dieu nous parle à travers l’art qui célèbre la beauté et la profondeur du monde,

- Dieu nous parle à travers à travers les sciences qui explorent la complexité de l’univers, les techniques qui continuent l’oeuvre créatrice, l’économie qui peut rapprocher les hommes par le travail et la création de richesses etc. etc.

- On peut aller jusqu’à entendre l’unique Parole de Dieu nous atteindre à travers chaque être humain. « Toute créature est parole de Dieu puisqu’elle proclame Dieu » (n° 8). D’ailleurs, le mot personne (en grec : pro-sopon, en latin : per-sona) désigne le masque à travers lequel la voix de l’acteur de théâtre atteint le public. Une personne humaine est donc au service de la proclamation d’une parole qui la traverse pour nous émouvoir…

 

À nous de savoir lire et écouter

Quelle est donc notre conception de la Parole de Dieu ?

Comment écoutons-nous cette Parole dans l’Écriture (loin de toute ignorance, de tout fondamentalisme…) ?

Comment l’écoutons-nous dans la nature, les événements, les progrès humains, et finalement à travers chaque personne rencontrée ?

 

Nous ne pouvons résister aux trois tentations de Mt 4 qu’en écoutant l’unique Parole vivante de Dieu, qui s’adresse à nous à travers ses multiples diffractions.

À nous de régler nos sonotones !

 

 

 

 

1ère lecture : La création de l’homme. Le péché (Gn 2, 7-9; 3, 1-7a)

 

Lecture du livre de la Genèse

Au temps où le Seigneur Dieu fit le ciel et la terre, il modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant.
Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait modelé.
Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toute sorte d’arbres à l’aspect attirant et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Or, le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme : « Alors, Dieu vous a dit : « Vous ne mangerez le fruit d »aucun arbre du jardin »»
La femme répondit au serpent : « Nous mangeons les fruits des arbres du jardin. Mais, pour celui qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : ‘Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.’ »
Le serpent dit à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas !
Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. »
La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il avait un aspect agréable et qu’il était désirable, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de ce fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea.
Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus.

 

Psaume : Ps 50, 3-4, 5-6ab, 12-13, 14.17

 

R/ Pitié, Seigneur, car nous avons péché.

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi. 
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait. 

Crée en moi un coeur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. 
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint. 

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

 

2ème lecture : Là où le péché s’était multiplié, la grâce a surabondé (brève : 5, 12.17-19) (Rm 5, 12-19)

 

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
par un seul homme, Adam, le péché est entré dans le monde, et par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, du fait que tous ont péché.
Avant la loi de Moïse, le péché était déjà dans le monde. Certes, on dit que le péché ne peut être sanctionné quand il n’y a pas de loi ; mais pourtant, depuis Adam jusqu’à Moïse, la mort a régné, même sur ceux qui n’avaient pas péché par désobéissance à la manière d’Adam. Or, Adam préfigurait celui qui devait venir.
Mais le don gratuit de Dieu et la faute n’ont pas la même mesure. En effet, si la mort a frappé la multitude des hommes par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu a-t-elle comblé la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ.
Le don de Dieu et les conséquences du péché d’un seul n’ont pas la même mesure non plus : d’une part, en effet, pour la faute d’un seul, le jugement a conduit à la condamnation ; d’autre part, pour une multitude de fautes, le don gratuit de Dieu conduit à la justification.
En effet, si, à cause d’un seul homme, par la faute d’un seul homme, la mort a régné, combien plus, à cause de Jésus Christ et de lui seul, régneront-ils dans la vie, ceux qui reçoivent en plénitude le don de la grâce qui les rend justes.
Bref, de même que la faute commise par un seul a conduit tous les hommes à la condamnation, de même l’accomplissement de la justice par un seul a conduit tous les hommes à la justification qui donne la vie.
En effet, de même que tous sont devenus pécheurs parce qu’un seul homme a désobéi, de même tous deviendront justes parce qu’un seul homme a obéi.

 

Évangile : Les tentations de Jésus au désert (Mt 4, 1-11)

 

Acclamation : Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole venant de la bouche de Dieu. Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus, après son baptême, fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le démon.
Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.
Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. »
Mais Jésus répondit : « Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »

Alors le démon l’emmène à la ville sainte, à Jérusalem, le place au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. »
Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »

Le démon l’emmène encore sur une très haute montagne et lui fait voir tous les royaumes du monde avec leur gloire.
Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si tu te prosternes pour m’adorer. »
Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, et c’est lui seul que tu adoreras. »

Alors le démon le quitte. Voici que des anges s’approchèrent de lui, et ils le servaient.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,