L'homélie du dimanche (prochain)

13 août 2011

Maison de prière pour tous les peuples

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Maison de prière pour tous les peuples

Homélie du 20° Dimanche ordinaire / Année A   / 14/08/2011

Quelle place donner aux étrangers dans la vie sociale, culturelle, religieuse d’un pays ?

Faut-il leur accorder le droit de vote ? À quelles élections ? Quelle place peuvent-ils prendre dans les associations, dans les Églises ? Faut-il une politique d’intégration, d’assimilation, ou bien un multiculturalisme intelligent ?

Ces questions sont de toujours à toujours, et nos politiques ne sont ni les premiers ni les derniers à instrumentaliser ou au contraire à fuir ces réels enjeux du vivre ensemble.

Isaïe : l’ouverture à l’universel.

Maison de prière pour tous les peuples dans Communauté spirituelle 16950555

Isaïe transmet une prise de position courageuse, sans doute à contre-courant de l’opinion majoritaire des coreligionnaires juifs de son époque. « Je ferai bon accueil aux étrangers qui se sont attachés au service de mon Nom. Je les rendrai heureux dans ma maison de prière. » (Is 56).

Bien sûr la condition exprimée semble restrictive (« s’attacher au service du Nom » = se détacher du polythéisme et devenir un craignant-Dieu). Mais pour l’époque c’est déjà révolutionnaire d’universaliser ainsi le salut et le bonheur offerts dans le temple de Jérusalem. La conclusion est encore plus stupéfiante : « ma maison s’appellera : maison de prière pour tous les peuples. »

Salomon ira dans ce sens en demandant à Dieu d’exaucer les prières des étrangers qui viendront prier ici (1R 8)…

Que quelques tribus d’ex-nomades, d’ex-esclaves aient prétendu détenir la vérité sur le seul vrai Dieu est déjà un tournant unique de l’histoire humaine. Qu’ils aient élargi leur position religieuse jusqu’à en conclure logiquement que ce dieu – puisqu’il est unique – est aussi le dieu des païens, des étrangers, de l’univers tout entier, est un autre tournant tout aussi important.

Les prophètes ne font pas de Jérusalem une capitale ethnocentrée. Elle est « maison de prière pour tous les peuples ». Le Vatican, en demandant un statut international pour la ville de Jérusalem, serait paradoxalement plus juif que les politiques juifs, dans la ligne prophétique Isaïe !

Paul : le souci des locaux.

Paul réfléchit lui aussi à ce mystère d’Israël au milieu des nations (Rm 11).

Le scandale de conf-car-paris-2009-saint-paul Doctrine sociale dans Communauté spirituellela croix du Christ a opéré un chassé-croisé surprenant. Ceux qui étaient loin (les étrangers) sont désormais devenus proches, et les enfants de famille (les juifs) semble être devenus des ennemis irréductibles, alors que Jésus est l’un d’entre eux, ainsi que Paul et tous les premiers chrétiens.

L’apôtre des païens n’oubliera jamais la vocation singulière du peuple de l’Alliance. Tout en parcourant la Méditerranée, jusqu’à faire arriver le premier évangile en Europe, Paul n’aura de cesse de rappeler que les fils de famille ne doivent pas être délaissés ni méprisés sous prétexte d’ouverture aux païens.

 

Si nous avions gardé cette tension féconde, nous n’aurions jamais regardés les juifs comme les nouveaux étrangers du christianisme. Nous aurions empêché les pogroms, les conversions forcées, peut-être même la Shoah…

Jésus : l’étranger est surprise.

Jésus est juif jusqu’au bout des ongles. Alors qu’il fait un peu de camping touristique, ou du  étrangermoins alors qu’il prend du repos le long de la côte libanaise (Tyr et Sidon), il semble camper dans un complexe de supériorité si courant chez les rabbins juifs. « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues d’Israël ». Autrement dit : les étrangers, ce n’est pas mon problème. Isaïe a dû se retourner dans sa tombe ! Heureusement, la ténacité de cette libanaise qui lui réclame des miettes va ébranler l’autosuffisance juive qui n’a pas épargné même Jésus : « les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leur maître ». Là, Jésus stupéfait est obligé de reconnaître que cette femme a raison : les étrangers sont bien invités au festin, et pas que pour des miettes ! C’est sans doute un déclic dans la conscience de Jésus. À partir de la rencontre de cette étrangère, il défendra jusqu’au bout l’universalité de sa mission. Il annoncera de salut pour tous. L’écriteau INRI, rédigé en latin, grec et araméen témoignera de son désir de « rassembler dans l’unité des enfants de Dieu dispersés » (Jn 11,52), étrangers et juifs enfin réunis.

 

·      Peut-on conclure quelque chose de ce bref parcours sur la place des étrangers dans la vie d’Israël et de l’Église ?

 IsaïePas un programme politique détaillé. 

Pas un catalogue de mesures répressives ou libérales.

Plutôt un état d’esprit, qui aura des conséquences énormes à la longue.

Avec Isaïe nous continuons de proclamer que tous les étrangers ont leur place dans la maison de prière qu’est l’Église, pour tous les peuples.

Avec Paul, nous rappelons en même temps il ne faut pas oublier les fils de la maison, ceux qui accueillent, et qui ont besoin de ne pas devenir symétriquement les étrangers des autres.

Avec Jésus, nous voulons nous laisser surprendre dans la rencontre de l’étranger, qui a tant de choses à nous apprendre sur Dieu.

Ce n’est qu’un socle sur lequel bâtir une vraie politique d’accueil des étrangers. Il faudrait d’ailleurs relire tous les textes bibliques accordant aux étrangers un statut d’égalité avec les juifs dans le Royaume d’Israël (ex: « la loi sera la même pour le citoyen et pour l’étranger en résidence parmi vous » Ex 12,49 etc.)

Mais ce socle pourrait déjà changer bien des choses dans nos têtes, dans nos coeurs, dans notre porte-monnaie.

 

L’immigration à la lumière de la doctrine sociale – 1ère partie from Semaines Sociales de France on Vimeo.

 

1ère lecture : Dieu accueille les étrangers qui viennent le prier (Is 56, 1.6-7)
Lecture du livre d’Isaïe

Parole du Seigneur :
Observez le droit, pratiquez la justice. Car mon salut est approche, il vient, et ma justice va se révéler. 
Les étrangers qui se sont attachés au service du Seigneur pour l’amour de son nom et sont devenus ses serviteurs, tous ceux qui observent le sabbat sans le profaner et s’attachent fermement à mon Alliance, je les conduirai à ma montagne sainte. Je les rendrai heureux dans ma maison de prière, je ferai bon accueil, sur mon autel, à leurs holocaustes et à leurs sacrifices, car ma maison s’appellera « Maison de prière pour tous les peuples ».

Psaume : Ps 66, 2b-3, 5abd, 7b-8

R/ Dieu, que les peuples t’acclament ! Qu’ils t’acclament, tous ensemble !

Que ton visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
sur la terre, tu conduis les nations. 

Dieu, notre Dieu, nous bénit. 
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

2ème lecture : Le rôle des Juifs dans la nouvelle Alliance (Rm 11, 13-15.29-32)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
je vous le dis à vous, qui étiez païens : dans la mesure même où je suis apôtre des païens, ce serait la gloire de mon ministère de rendre un jour jaloux mes frères de race, et d’en sauver quelques-uns. Si en effet le monde a été réconcilié avec Dieu quand ils ont été mis à l’écart, qu’arrivera-t-il quand ils seront réintégrés ? Ce sera la vie pour ceux qui étaient morts ! 
Les dons de Dieu et son appel sont irrévocables. Jadis, en effet, vous avez désobéi à Dieu, et maintenant, à cause de la désobéissance des fils d’Israël, vous avez obtenu miséricorde ; de même eux aussi, maintenant ils ont désobéi à cause de la miséricorde que vous avez obtenue, mais c’est pour que maintenant, eux aussi, ils obtiennent miséricorde. Dieu, en effet, a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire miséricorde à tous les hommes.

Evangile : Jésus exauce la prière d’une étrangère (Mt 15, 21-28)
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur protège l’étranger. Heureux qui met en lui son espoir ! Alléluia. (Ps 145, 5.8-9)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Jésus s’était retiré vers la région de Tyr et de Sidon. Voici qu’une Cananéenne, venue de ces territoires, criait : « Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est tourmentée par un démon. » Mais il ne lui répondit rien. Les disciples s’approchèrent pour lui demander : « Donne-lui satisfaction, car elle nous poursuit de ses cris ! » Jésus répondit : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues d’Israël. » Mais elle vint se prosterner devant lui : « Seigneur, viens à mon secours ! » Il répondit : « Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants pour le donner aux petits chiens. - C’est vrai, Seigneur, reprit-elle ; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. » Jésus répondit : « Femme, ta foi est grande, que tout se fasse pour toi comme tu le veux ! » Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

29 janvier 2011

Le petit reste d’Israël, ou l’art d’être minoritaires

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le petit reste d’Israël, ou l’art d’être minoritaires

 

Homélie pour le 4° dimanche ordinaire / Année A

Dimanche 30 Janvier 2011

 

 

Le petit reste Israël, où l’art d’être minoritaires

« Israël, je ne laisserai subsister au milieu de toi qu’un peuple petit et pauvre, qui aura pour refuge le nom du Seigneur.

Ce Reste d’Israël ne commettra plus l’iniquité. Il renoncera au mensonge, on ne trouvera plus de tromperie dans sa bouche. Il pourra paître et se reposer sans que personne puisse l’effrayer » (So 3,12-13).

·       Ce thème du petit reste d’Israël a une grande importance dans la survie du peuple juif, et dans la conscience que l’Église a d’elle-même. Vers 620 environ avant Jésus-Christ, Sophonie annonce la catastrophe de l’Exil à Babylone (587 av. JC). Il anticipe les dégâts  de cette Shoah : il n’y aura plus de roi, plus de Temple. Apparemment, tout ira mal, car ? vaincus – la plupart des juifs se mélangeront au peuple dominateur et laisseront se diluer ainsi leur identité spécifique en se fondant dans la culture païenne ambiante.

Le petit reste d'Israël, ou l'art d'être minoritaires dans Communauté spirituelle sefer_torah-125x150Pourtant quelques-uns parmi les exilés résisteront, et refuseront de se laisser totalement assimiler. Ils vont s’accrocher à leurs synagogues, à leurs cohens (les prêtres). La lecture de la Tora chaque samedi et l’observance du shabbat les sauveront de la disparition totale qui logiquement aurait dû se produire.

 

·       C’est donc qu’il est possible de n’être qu’un petit reste et pourtant de porter l’avenir d’un peuple…

Minoritaire à Babylone où il est plongé dans la civilisation de l’empire, minoritaire au sein de sa propre famille juive où il fait figure d’irréductible, ce petit reste d’Israël se voit pourtant reconnaître par Isaïe comme celui à partir Dieu va reconstruire et le Temple et la nation et l’alliance au retour d’Exil (537 av. JC).

 

Parce qu’il ose être différent et garder l’Alliance, ce « germe d’Israël », « petit et pauvre », sera le pilier du renouveau à venir.

 

L’Église catholique, minoritaire en France

·       Comment ne pas y voir un encouragement et une feuille de route pour notre Église catholique en France ?

Alors que dans le monde, le catholicisme ne cesse de grandir de se développer, alors qu’il est numériquement majoritaire dans beaucoup de pays importants (USA, Amérique du Sud, Brésil…) ou en forte croissance ailleurs (Corée du Sud, Chine, Afrique, Inde…), il semble bien qu’en France nous soyons installés, et pour longtemps, dans une situation comparable au « petit reste » de Sophonie.

 

Fichier:Christian distribution.png

 

Les chiffres ne disent pas tout, mais ils expriment quand même cette réalité indiscutable : les catholiques « convaincus » sont très minoritaires dans notre société. Toutes les statistiques expriment cela (baptêmes, vocations, pratique dominicale…).

 

Certes, une grande partie de l’influence sociale de l’Église catholique perdure au-delà de ces baisses numériques : influence historique, culturelle, morale… Mais il est incontestable que les catholiques pratiquants sont aujourd’hui quelques-uns parmi beaucoup d’autres dans la société française. Demandez aux jeunes générations : elles le savent d’instinct ! Ils ne sont qu’une poignée par classe à aller « au caté » (15% de catéchisés en moyenne au maximum), une pincée à fréquenter les aumôneries de collèges ou de lycées (10 % environ) ou d’étudiants (1 %, sinon moins). Nos assemblées en temps ordinaire reflètent cette perte de vitesse numérique (alors que pour les fêtes ou les deuils par exemple, la capacité de mobilisation reste beaucoup plus importante).

 

·       Comment réagir à cette réalité ? Certains passeront leur temps à se lamenter, à regretter un âge d’or illusoire ; ils tomberont dans une forme de dépression spirituelle. D’autres seront tentés par le repli sur soi, réflexe de survie compréhensible – mais dangereux – de toutes les minorités qui se sentent menacées. Certains extrémistes prôneront la dissolution totale par souci d’ouverture et de fraternité avec les autres, ou au contraire une rigueur quasi intégriste pour préserver le noyau dur des convaincus…

·       Il est vrai qu’être minoritaires peut être dangereux. Demandez aux chrétiens d’Orient hélas : être chrétien (ou pire encore, vouloir le devenir) dans une société où l’islam est majoritaire est extrêmement risqué. Le film « Des hommes et des dieux » a pourtant diffusé cette conviction qui remonte aux premiers martyrs chrétiens : rester vivre - « petit reste fragile et pauvre » - au milieu d’une société marquée par des violences extrémistes, pour témoigner de la liberté d’aimer et de croire peut devenir à long terme extrêmement fécond, même si cela passe par la mort…


De l’avantage d’être minoritaires !

La figure du « petit reste d’Israël » prophétisé par Sophonie permet d’échapper aux impasses nostalgiques comme aux peurs stratégiques.

C’est tout un art d’être minoritaires, sans désespérer, sans baisser les bras ni se résigner !

 

- Une minorité active peut se révéler être utile, extrêmement utile à la société à laquelle Seule+parmi+la+foule Eglise dans Communauté spirituelleelle participe. C’était le cas dans les premiers siècles, où les chrétiens étaient minoritaires et mêmes persécutés dans l’empire romain.

- Une minorité consciente peut sans complexe proposer ses convictions et ses vues différentes : sur le respect de la vie humaine, sur le rôle de l’économie, sur la constitution d’un couple, d’une famille… sans être soupçonnée de vouloir imposer ses idées : comment en aurait-elle les moyens actuellement ?

- La minorité catholique peut du coup chez nous participer aux débats publics sans autre objectif que de témoigner de ce qui la fait vivre. N’ayant plus de puissance institutionnelle à défendre (il y a bien quelques régions ou quelques domaines où il y a de beaux restes tout de même…), cette minorité ne demandera ni privilèges ni subventions : elle sera libre d’être elle-même au milieu des autres opinions.

- Cela comporte pour elle une exigence : revenir à l’Évangile comme la source de sa parole et de son action, renoncer à vouloir conquérir.

 

Les réformateurs des grandes périodes de crise étaient ultra minoritaires à leurs débuts : les martyrs des cirques romains, les ermites du désert égyptien, les moines disciples d’Antoine, Basile, Augustin ou Benoît, François d’Assise ou Luther, les pionniers de l’Action catholique ou du Renouveau charismatique…

- Être minoritaires donne une liberté et une audace qui sont des promesses d’avenir.

- Être minoritaires est un temps de fondation pour le renouveau qui viendra.

- Être minoritaires n’est ni mieux ni pire qu’être majoritaires : c’est ainsi que les événements (Dieu ?) nous ont placé en France actuellement, et c’est ainsi qu’il nous faut fleurir (cf. François de Sales : « fleuris là où Dieu t’a planté »).

 

C’est tout un art d’être minoritaires ! L’expérience du petit reste d’Israël peut nous y aider.

 

·       Et vous comment assumez-vous cette condition de minoritaires dans votre milieu professionnel, familial, amical, associatif ?

 

 

1ère lecture : Dieu veut un peuple humble, petit et pauvre (So 2, 3; 3, 12-13)

 Lecture du livre de Sophonie

Cherchez le Seigneur, vous tous, les humbles du pays qui faites sa volonté. Cherchez la justice, cherchez l’humilité : peut-être serez-vous à l’abri au jour de la colère du Seigneur.

Israël, je ne laisserai subsister au milieu de toi qu’un peuple petit et pauvre, qui aura pour refuge le nom du Seigneur.
Ce Reste d’Israël ne commettra plus l’iniquité. Il renoncera au mensonge, on ne trouvera plus de tromperie dans sa bouche. Il pourra paître et se reposer sans que personne puisse l’effrayer.

Psaume : Ps 145, 7, 8, 9ab.10b

R/ Heureux le pauvre de coeur : à lui, le Royaume des cieux !

Le Seigneur fait justice aux opprimés,
aux affamés, il donne le pain,
le Seigneur délie les enchaînés. 

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés,
le Seigneur aime les justes.

Le Seigneur protège l’étranger,
il soutient la veuve et l’orphelin,
Le Seigneur est ton Dieu pour toujours.

2ème lecture : Ceux que Dieu choisit (1Co 1, 26-31)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance. Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est rien, voilà ce que Dieu a choisi pour détruire ce qui est quelque chose, afin que personne ne puisse s’enorgueillir devant Dieu. C’est grâce à Dieu, en effet, que vous êtes, dans le Christ Jésus, qui a été envoyé par lui pour être notre sagesse, pour être notre justice, notre sanctification, notre rédemption. Ainsi, comme il est écrit : Celui qui veut s’enorgueillir, qu’il mette son orgueil dans le Seigneur.

 

Evangile : Sermon sur la montagne. Les Béatitudes (Mt 5, 1-12)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! Alléluia. (Mt 5, 12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Quand Jésus vit la foule, il gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent.
Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :
« Heureux les pauvres de coeur : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !
Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde !
Heureux les coeurs purs : ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.
Patrick Braud 

Mots-clés : , ,
12