L'homelie du dimanche

19 juin 2017

Terreur de tous côtés !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Terreur de tous côtés !


Homélie pour le 12° dimanche du temps ordinaire / Année A
25/06/2017

Cf. également :

N’arrêtez pas vos jérémiades !

L’effet saumon

Sous le signe de la promesse 


Couverture de Vivants témoins -16a- Jérémie le prophèteLa première lecture  (Jr 20, 10-13) rapporte une expression étonnante, qui n’est utilisé que huit fois dans la Bible 
[1], dont cinq dans le seul livre de Jérémie : « Terreur-de-tous-côtés ! »

Moi Jérémie, j’entends les calomnies de la foule : « Dénoncez-le ! Allons le dénoncer, celui-là, l’Épouvante-de-tous-côtés. » Tous mes amis guettent mes faux pas, ils disent : « Peut-être se laissera-t-il séduire… Nous réussirons, et nous prendrons sur lui notre revanche ! » Mais le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable : mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas…

D’autres traductions (liturgie, Segond, TOB) remplacent terreur par épouvante. Le résultat est tout aussi… terrifiant : le rôle du prophète est ici d’annoncer la terreur qui vient, de prévenir le peuple des épouvantables événements qui vont bientôt arriver. En 597 avant Jésus-Christ, la terreur a pour les juifs le visage de Nabuchodonosor, empereur de Babylone, faisant le siège de Jérusalem, puis incendiant la ville, détruisant le Temple, et déportant le roi et les notables à Babylone. L’épouvante, c’est découvrir qu’il n’y a pas de limites aux crimes, à la cruauté des vainqueurs. L’épouvantable terreur que vont bientôt vivre les contemporains de Jérémie leur fera constater l’impensable, l’inenvisageable : la disparition de la royauté, du Temple, des prophètes, pendant les 60 années de l’Exil à Babylone.

Avouons que ces scènes de terreur résonnent en nous de façon dramatique. Les images des guerres du XX° siècle nous les ont remis en mémoire : boucheries inutiles des tranchées de 1418, horreur de la Shoah en 39-45, million de morts dans les camps, goulags ou autres exactions nazies ou communistes…

Et voilà qu’au 21° siècle, le djihadisme sème joue à nouveau sur la terreur pour essayer de gagner sa guerre idéologique. L’épouvante qui a frappé de stupeur les témoins du massacre du Bataclan en 2015 à Paris, ou récemment de l’explosion dans la salle de concert de Manchester ne quitte pas l’actualité de nos médias. Cette terreur-là n’est pas biblique. Au contraire, celle dont témoigne Jérémie agit à la manière d’un tocsin avertissant la population : si vous ne changez pas de comportement, les conséquences de votre iniquité, de vos idolâtries, de votre corruption seront inévitables. Vous perdrez tout, de manière horrible, si vous ne revenez pas à YHWH de tout votre cœur.

Pour Jérémie, l’annonce de la terreur se veut salutaire. Si ce n’est pas pour cette génération hélas inflexible, peut-être la génération suivante, réfléchissant sur les malheurs survenus entre-temps, pourra y puiser de quoi réfléchir sur les conditions de sa survie.

Avouez que cet avertissement prophétique de Jérémie a des accents très contemporains ! Regardez par exemple l’ex vice-président américain Al Gore. Pendant le G7 de Mai dernier, il présentait son deuxième film, qui va sortir en novembre, sur les dangers écologiques nous menaçant à très court terme. Après son premier film : « une vérité qui dérange » en 2006, il évoque dans « une suite qui dérange : le temps de l’action » le danger que représente un Donald Trump remettant en cause le réchauffement climatique et les accords de la COP 21. En même temps qu’il expose avec enthousiasme les actions qui ont commencé à transformer nos modes de vie pour plus de respect de la planète, Al Gore avertit des risques qu’un retour en arrière « trumpiste » nous ferait vivre.

Le pape Francis (R) se tient aux côtés au président américain Donald Trump lors d'une audience privée au Vatican le 24 mai 2017.

Le pape François, à sa manière, prolonge également l’action prophétique de Jérémie sur ce plan de l’écologie. En liant combat écologique et option préférentielle pour les pauvres, en rappelant que tout est lié, le social et l’écologique, le spirituel et l’économique, François dans son encyclique Laudato si n’hésite pas à rappeler les malheurs frappant les paysans, les habitants des bidonvilles ou des mégapoles contaminées par la pollution, la rareté des ressources naturelles, des modes de vie inhumains… En offrant un exemplaire de Laudato si à Donald Trump lors de sa visite au Vatican en Mai dernier, le pape François faisait comme Jérémie cherchant à épouvanter les puissants de Jérusalem avant que la terreur réelle ne s’abatte sur le peuple.

Une autre forme de prophétisme d’épouvante en France porte le visage d’un philosophe aussi populaire que décrié : Michel Onfray. Dans son dernier ouvrage monumental : Décadence, Onfray prophétise l’effondrement inéluctable d’une civilisation occidentale incapable de retrouver ses vrais moteurs spirituels, face au terrorisme musulman notamment.

Terreur de tous côtés ! dans Communauté spirituelle ob_807f03_img-20170119-113914-kindlephoto-317562

Quand on lui demande si cette décadence est évitable, Onfray répond que le Titanic coule, que rien ne peut l’empêcher de couler, et qu’on peut tout juste chanter et jouer de la musique avec élégance pendant le naufrage… Il est facile d’avoir de nombreux points de désaccord avec Michel Onfray : sa thèse invraisemblable de la non-existence historique de Jésus, sa confusion christianisme Occident, son exégèse biblique très superficielle et très datée etc. Mais on peut retenir de Décadence son côté « jérémiaque » : l’épouvante nous frappe de tous côtés à la vue de ce que les terroristes islamiques nous infligent, et cela doit résonner comme un avertissement dramatique. Onfray pense que l’Occident n’a plus de ressources pour se battre idéologiquement : qui accepterait de mourir pour une Rolex ou le CAC 40 ? Il pense que le christianisme va décliner avec l’Occident (en oubliant au passage le formidable essor chrétien en Afrique, en Asie, Amérique latine….). Il annonce l’épouvante de tous côtés qui ne fait que monter au sein des pays riches. Il prédit l’agonie d’une civilisation matérialiste qui a durement imposé sa loi d’airain aux autres cultures pendant des siècles, et c’est maintenant l’heure de leur revanche…

Un racisme imaginaireSans partager cette vision déterministe, et cette désespérance des ressources du christianisme occidental, nous pouvons par contre relayer sa prophétie angoissée de  l’épouvante à venir si nous ne changeons pas nos modes de vie, notre logiciel culturel, économique et spirituel. Les racines du terrorisme djihadiste sont théologiques plus qu’économiques : tant que l’Occident ne revisitera ses raisons religieuses d’être lui-même, tant qu’il n’entrera pas en débat critique avec la vision du monde provenant de l’islam, son anthropologie, ses mythes fondateurs etc, il ne pourra pas se défendre vraiment…

Jérémie sait d’expérience qu’annoncer le malheur qui vient ne rend pas très populaire ! On l’a humilié, persécuté, poursuivi, jeté dans une prison-citerne, parce que justement il  vociférait tous haut ce que les puissants ne voulaient pas entendre. Lui-même est sans doute mort en route avec les exilés de 597 ou à Babylone.

Les Jérémie d’aujourd’hui, d’Al Gore au pape François, en passant plus ou moins par Onfray, Mélenchon ou autres ‘prophètes de malheur’, continueront à déranger les puissants, à  choquer les masses soumises aux idées dominantes. Ils n’en sont pas moins ceux à partir de qui penser à frais nouveaux la reconstruction d’un monde plus humain, comme Israël a repensé la nouvelle Jérusalem en relisant Jérémie après le retour d’Exil, à partir de 537 avant Jésus-Christ…

Relayons les paroles fortes de nos Jérémies d’aujourd’hui.

La « terreur-de-tous-côtés » peut finalement s’avérer salutaire, si elle nous ouvre les yeux sur nos idolâtries meurtrières.

 


[1] . Jr 6,5 : Ne sortez pas dans la campagne, ne vous risquez pas sur les routes, car l’ennemi porte l’épée : terreur de tous côtés!
Jr 20,4 : Ce n’est plus Pashehur que Yahvé t’appelle, mais Terreur-de-tous-côtés. Car ainsi parle Yahvé : Voici que je vais te livrer à la terreur, toi et tous tes amis;
Jr 20,10 : J’entendais les calomnies de beaucoup : « Terreur de tous côtés! »
Jr 46,5 : Leurs braves, battus, s’enfuient éperdument sans se retourner. C’est la terreur de tous côtés, oracle de Yahvé.
Jr 49,29 : Leurs tentes et leurs moutons, qu’on les prenne, leurs étoffes et tous leurs ustensiles; qu’on s’empare de leurs chameaux et qu’on crie sur eux : « Terreur de tous côtés! »
Lm 2,22 : Tu as convoqué comme pour un jour de fête les terreurs de tous côtés; au jour de la colère de Yahvé, il n’y eut rescapé ni survivant. Ceux que j’avais bercés et élevés, mon ennemi les a exterminés.
Ps 31,14 : J’entends les calomnies des gens : terreur de tous côtés ! ils se groupent à l’envie contre moi, complotant de m’ôter la vie.
Is 31,9 :  Dans sa terreur Assur abandonnera son rocher, et ses chefs apeurés déserteront l’étendard.

 

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

« Il a délivré le malheureux de la main des méchants » (Jr 20, 10-13)

Lecture du livre du prophète Jérémie

Moi Jérémie, j’entends les calomnies de la foule : « Dénoncez-le ! Allons le dénoncer, celui-là, l’Épouvante-de-tous-côtés. » Tous mes amis guettent mes faux pas, ils disent : « Peut-être se laissera-t-il séduire… Nous réussirons, et nous prendrons sur lui notre revanche ! » Mais le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable : mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas. Leur défaite les couvrira de honte, d’une confusion éternelle, inoubliable. Seigneur de l’univers, toi qui scrutes l’homme juste, toi qui vois les reins et les cœurs, fais-moi voir la revanche que tu leur infligeras, car c’est à toi que j’ai remis ma cause. Chantez le Seigneur, louez le Seigneur : il a délivré le malheureux de la main des méchants. – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 68 (69), 8- 10, 14.17, 33-35)
R/ Dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi. (Ps 68, 14c)

C’est pour toi que j’endure l’insulte,
que la honte me couvre le visage :
je suis un étranger pour mes frères,
un inconnu pour les fils de ma mère.
L’amour de ta maison m’a perdu ;
on t’insulte, et l’insulte retombe sur moi.

Et moi, je te prie, Seigneur :
c’est l’heure de ta grâce ;
dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi,
par ta vérité sauve-moi.
Réponds-moi, Seigneur,
car il est bon, ton amour ;
dans ta grande tendresse, regarde-moi.

Les pauvres l’ont vu, ils sont en fête :
« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
Car le Seigneur écoute les humbles,
il n’oublie pas les siens emprisonnés.
Que le ciel et la terre le célèbrent,
les mers et tout leur peuplement !

DEUXIÈME LECTURE
« Le don gratuit de Dieu et la faute n’ont pas la même mesure » (Rm 5, 12-15)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
nous savons que par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et que par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, étant donné que tous ont péché. Avant la loi de Moïse, le péché était déjà dans le monde, mais le péché ne peut être imputé à personne
tant qu’il n’y a pas de loi. Pourtant, depuis Adam jusqu’à Moïse, la mort a établi son règne, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam. Or, Adam préfigure celui qui devait venir. Mais il n’en va pas du don gratuit comme de la faute. En effet, si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ.

ÉVANGILE

« Ne craignez pas ceux qui tuent le corps » (Mt 10, 26-33) Alléluia. Alléluia. 
L’Esprit de vérité rendra témoignage en ma faveur, dit le Seigneur.
Et vous aussi, vous allez rendre témoignage.
Alléluia. (cf. Jn 15, 26b-27a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

 En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Ne craignez pas les hommes ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits. Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille. Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux. Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , , , , , , ,

2 novembre 2016

Mourir pour une côtelette ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Mourir pour une côtelette ?

Homélie pour le 32° dimanche du temps ordinaire / Année C
06/11/2016

Cf. également :

Le devoir de désobéissance civile

Aimer Dieu comme on aime une vache ?

N’avez-vous pas lu dans l’Écriture ?

Afficher l'image d'origine

 


Un récent sondage (Sondage du 19/09/2016 réalisé par l’IFOP pour le JDD) a affolé le
s médias : environ 30 % des musulmans de France déclarent que, à leurs yeux, la loi islamique (la charia) est au-dessus de la loi de la République !

Est-ce une spécificité musulmane ? Faut-il en avoir peur ?

La contestation juive de l’idolâtrie politique

Afficher l'image d'origineNotre première lecture (2Ma 7, 1-2.9-14) nous raconte l’histoire d’une famille entière – 7 enfants – qui préfère mourir un par un plutôt que d’obéir aux lois scélérates de l’autorité politique de l’époque. « Nous sommes prêts à mourir plutôt que de transgresser les lois de nos pères ». Le roi voulait les obliger à manger du porc : quelle idée !? Pourquoi s’acharner à faire manger du porc ? Sans doute pour éliminer toute trace de différence au sein du peuple. Pour ne pas avoir des comportements déviants qui donneraient des idées à d’autres. C’est d’ailleurs une des raisons de l’islam au pouvoir pour imposer en terre musulmane l’inverse : en obligeant… à ne pas manger de porc (ou à ne pas boire d’alcool) ! La peur de la différence repose sur l’idée folle d’une unité absolue. Des pratiques différentes, même ultra minoritaires, risquent  fort aux yeux des oulémas actuels comme à ceux du roi perse de notre lecture de fissurer l’unanimité du peuple, de devenir contagieux en répandant l’idée qu’après tout, il y a d’autres manières de croire et de pratiquer que la leur…

Tout pouvoir politique, qu’il vienne de la monarchie, de la démocratie ou du fédéralisme ou du parti unique, a tendance à devenir idolâtre. Il croit qu’il est au-dessus de tout pouvoir, que ses lois sont au-dessus de toutes les lois. Il ne supporte pas la contestation de sa toute-puissance. Et voilà qu’une frêle famille juive, suivie par des milliers de martyrs d’Israël, va mettre en échec cette prétention absolue en résistant, en désobéissant, en osant dire non. Chacun des sept enfants préférera mourir plutôt que d’obéir à la loi inique les obligeant à renier leur foi. Mourir pour une côtelette de porc, ou plutôt pour ne pas en manger : cela peut paraître absurde pour un non-juif, mais pour eux c’est une question d’identité et de fidélité à Dieu, à soi-même [1]. Or le politique ne supporte pas qu’il y ait une autorité au-dessus de lui !

 

Il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes

La désobéissance civile est inscrite dans la Bible.

Relisez le livre des martyrs d’Israël, mais également celui d’Esther, de Judith, et vous constaterez que la foi juive a toujours voulu empêcher le politique de se prétendre Dieu. Les prophètes avaient commencé ce travail de l’intérieur de la monarchie juive, en la critiquant ouvertement et violemment chaque fois qu’elle s’écartait de la Torah, c’est-à-dire très souvent…

Afficher l'image d'origine

Les chrétiens ont hérité de ce tempérament rebelle. Avec douceur et amour des ennemis, ils ont préféré pendant trois siècles être déchiquetés par les fauves du cirque romain plutôt que d’obéir à l’empereur en adorant des idoles ou en reniant leur foi. Cela commence dès le lendemain de la résurrection : les apôtres furent roués de coups de bâtons parce qu’ils prêchaient la seigneurie de Jésus. Mais eux continuaient, et se réjouissait d’avoir été dignes de subir le fouet et l’humiliation pour le nom de Jésus. « Mieux vaut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Ac 5,29) : cette phrase est devenue la maxime de la désobéissance civile qui est dans la foi chrétienne le garant de la liberté intérieure de chacun.

Catéchisme de l’Église Catholique n°2242 :
Le citoyen est obligé en conscience de ne pas suivre les prescriptions des autorités civiles quand ces préceptes sont contraires aux exigences de l’ordre moral, aux droits fondamentaux des personnes ou aux enseignements de l’Évangile. Le refus d’obéissance aux autorités civiles, lorsque leurs exigences sont contraires à celles de la conscience droite, trouve sa justification dans la distinction entre le service de Dieu et le service de la communauté politique.
« Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu » (Mt 22,21).
« Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Ac 5,29).

On oublie trop facilement tous ces pays et toutes ces périodes de l’histoire où les chrétiens ont résisté, ont dit non au prince, au tyran, au roi, au président, au parti unique, justement parce qu’il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.

Comme l’islam n’est pour l’essentiel qu’une reprise arabe du message juif et chrétien, il n’est pas étonnant qu’il reprenne ce devoir de résistance au pouvoir politique lorsque celui-ci bafoue les droits de Dieu et de l’homme. Mais la particularité de l’islam fait de cette résistance quelque chose d’inquiétant : là où le Christ prône la non-violence (« tendre l’autre joue »), l’islam prône le djihad. Là où Jésus appelle à l’amour des ennemis, le Coran demande de les exterminer et Mohamed ne doit son expansion religieuse qu’à ses victoires militaires. Là où le texte fondateur (la Bible) pour les uns est une question d’interprétation et d’actualisation, le Coran est pour les autres au-dessus de toute discussion humaine qui voudrait l’adapter à aujourd’hui. Là où la Bible sépare le religieux et le politique (« rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu »), le Coran proclame que le politique est toujours soumis (c’est le sens du mot islam) aux prescriptions coraniques qui doivent gouverner toute la vie sociale. Là où les martyrs chrétiens préfèrent perdre la vie pour rester fidèles, les djihadistes veulent tuer l’ennemi infidèle.

Alors oui, la désobéissance civile musulmane à la République peut inquiéter, si elle manifeste une visée intégraliste qui n’a pas renoncé à imposer sa vision du monde, la charia, à tout l’espace public. Tant que l’islam reste minoritaire, il essaie d’imposer sa loi sur de petits espaces géographiques ou culturels : des quartiers, des écoles, des familles. Mais lorsqu’il devient majoritaire, il veut que la charia remplace le Code civil et que le Coran soit au-dessus du vote populaire. Même les rares pays dits laïcs en terre musulmane (Turquie, Algérie) sont rattrapés par cette folie religieuse qui veut imposer à toute la société ce qui devrait rester un choix personnel (ramadan, voile, halal, pureté rituelle etc.).

Afficher l'image d'origine

Désobéir sans imposer

L’originalité chrétienne (et juive) réside donc dans un entre-deux : ne pas s’aligner sur les modes de vie contemporains sous prétexte qu’ils sont majoritaires, ne pas imposer aux autres ce qu’on choisit pour soi.

Par exemple, un chrétien pourra fort bien ne pas choisir l’avortement si la question se pose dans son couple, mais il n’a pas le droit de l’imposer aux autres, à commencer par son conjoint. Sa seule force de persuasion sera l’amour et la raison. Jamais la violence ou la soumission. Vouloir imposer aux autres telle ligne de conduite est anti-évangélique. Par contre résister soi-même, jusqu’à la désobéissance civile, jusqu’au martyre s’il le faut, est un devoir spirituel et moral.

DésobéirÀ terme, une résistance durable, non violente, fondée, et respectueuse du droit des autres finira par porter du fruit et fera évoluer la législation en cause. On en a une trace dans l’objection de conscience par laquelle la République reconnaît ne pas pouvoir obliger un médecin à accomplir ce qu’il ne veut pas en conscience (une IVG, une euthanasie…), à condition qu’il n’empêche pas la demande de s’exercer ailleurs et autrement dans le cadre légal.

Il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.
Les martyrs de tous les temps ont signé cette phrase de leur sang.

On eût aimé plus de désobéissance à la République du temps de Laval et de Pétain, mais aussi du temps du colonialisme français porté par la III° République, du temps des marchands tout-puissants du commerce triangulaire etc…

 

À quoi, à qui devrez-vous dire non pour rester fidèle à vous-même ?

Cela se joue dans les relations de travail en entreprise, dans les jeux de pouvoir en famille, dans les bulletins de vote qui vont bientôt pleuvoir…

______________________________________________ 

 [1]. Rappelons que l’interdit du porc n’est pas hygiénique, comme veut le croire l’Occident, mais théologique. Le porc, comme une foule d’autres animaux, est impur pour les juifs et  les musulmans parce qu’il contredit la Création en ne respectant pas la séparation des espèces (pieds fourchus mais non ruminant; cf. Dt 14,7-8). Les chrétiens aboliront cette interdiction au nom de la Création nouvelle qui vient de la résurrection du Christ : en lui, un monde nouveau nous est donné, où tout est pur, sauf le mal qui sort du cœur de l’homme.

 

1ère lecture : « Le Roi du monde nous ressuscitera pour une vie éternelle » (2 M 7, 1-2.9-14)
Lecture du deuxième livre des Martyrs d’Israël
En ces jours-là, sept frères avaient été arrêtés avec leur mère. À coups de fouet et de nerf de bœuf, le roi Antiocos voulut les contraindre à manger du porc, viande interdite. L’un d’eux se fit leur porte-parole et déclara : « Que cherches-tu à savoir de nous ? Nous sommes prêts à mourir plutôt que de transgresser les lois de nos pères. » Le deuxième frère lui dit, au moment de rendre le dernier soupir : « Tu es un scélérat, toi qui nous arraches à cette vie présente, mais puisque nous mourons par fidélité à ses lois, le Roi du monde nous ressuscitera pour une vie éternelle. » Après cela, le troisième fut mis à la torture. Il tendit la langue aussitôt qu’on le lui ordonna et il présenta les mains avec intrépidité, en déclarant avec noblesse : « C’est du Ciel que je tiens ces membres, mais à cause de ses lois je les méprise, et c’est par lui que j’espère les retrouver. » Le roi et sa suite furent frappés de la grandeur d’âme de ce jeune homme qui comptait pour rien les souffrances. Lorsque celui-ci fut mort, le quatrième frère fut soumis aux mêmes sévices. Sur le point d’expirer, il parla ainsi : « Mieux vaut mourir par la main des hommes, quand on attend la résurrection promise par Dieu, tandis que toi, tu ne connaîtras pas la résurrection pour la vie. »

Psaume : Ps 16 (17), 1ab.3ab, 5-6, 8.15

R/ Au réveil, je me rassasierai de ton visage, Seigneur. (Ps 16, 15b)

Seigneur, écoute la justice !
Entends ma plainte, accueille ma prière.
Tu sondes mon cœur, tu me visites la nuit,
tu m’éprouves, sans rien trouver.

J’ai tenu mes pas sur tes traces,
jamais mon pied n’a trébuché.
Je t’appelle, toi, le Dieu qui répond :
écoute-moi, entends ce que je dis.

Garde-moi comme la prunelle de l’œil ;
à l’ombre de tes ailes, cache-moi,
Et moi, par ta justice, je verrai ta face :
au réveil, je me rassasierai de ton visage.

2ème lecture : « Que le Seigneur vous affermisse « en tout ce que vous pouvez faire et dire de bien » (2 Th 2, 16 – 3, 5)
Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens
Frères, que notre Seigneur Jésus Christ lui-même, et Dieu notre Père qui nous a aimés et nous a pour toujours donné réconfort et bonne espérance par sa grâce, réconfortent vos cœurs et les affermissent en tout ce que vous pouvez faire et dire de bien.
Priez aussi pour nous, frères, afin que la parole du Seigneur poursuive sa course, et que, partout, on lui rende gloire comme chez vous. Priez pour que nous échappions aux gens pervers et mauvais, car tout le monde n’a pas la foi. Le Seigneur, lui, est fidèle : il vous affermira et vous protégera du Mal. Et, dans le Seigneur, nous avons toute confiance en vous : vous faites et continuerez à faire ce que nous vous ordonnons. Que le Seigneur conduise vos cœurs dans l’amour de Dieu et l’endurance du Christ.

Evangile : « Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants »(Lc 20, 27-38)
Acclamation : Alléluia. Alléluia.
Jésus Christ, le premier-né d’entre les morts, à lui, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles.
Alléluia. (Ap 1, 5a.6b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, quelques sadducéens – ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus et l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a prescrit : Si un homme a un frère qui meurt en laissant une épouse mais pas d’enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère. Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; de même le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants. Finalement la femme mourut aussi. Eh bien, à la résurrection, cette femme-là, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »

Jésus leur répondit : « Les enfants de ce monde prennent femme et mari. Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection. Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob. Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

26 juillet 2016

Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 21 h 51 min

« Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait. » (1 Jn 3,13)

 

Un prêtre a été assassiné ce matin à l’arme blanche, le Père Jacques Hamel.

Il célébrait la messe dans l’église de St Etienne du Rouvray, près de Rouen.

D’autres personnes ont été blessées.

Les deux terroristes ont été abattus. Visiblement des « radicalisés » islamistes, comme on les appelle désormais.

Jacques Hamel avait 84 ans. 

L’émotion est considérable.

Car en plus de tuer un innocent, c’est s’attaquer à un symbole que d’égorger un prêtre pendant qu’il célèbre l’eucharistie.

 

Mgr. Lebrun, l’évêque de Rouen, et Mgr. Vingt-Trois, cardinal archevêque de Paris, donnaient ce soir à TF1 quelques éléments pour aller plus loin que la seule émotion, bien légitime :

 

- il n’est pas surprenant que des chrétiens soient visés.

Depuis longtemps, les chrétiens d’Orient sont persécutés, exilés, massacrés dans une grande indifférence occidentale.

Ces chrétiens savent que l’islam politique est rarement tolérant, et que les pays où l’islam est religion d’État voient peu à peu leurs chrétiens chassés, expulsés. L’Iran, l’Irak, le Liban, l’Afghanistan, la Syrie, la Lybie, le Nigéria etc. ont eu leur population chrétienne divisée par deux ou même quasiment réduite à rien.

 

- c’est non seulement à un symbole chrétien que les terroristes s’attaquent, mais également à la laïcité à la française, qui garantit à chaque religion sa liberté de conscience et de culte.

 

- nul doute qu’ils cherchent à diviser le peuple français, à susciter la méfiance entre chrétiens et musulmans, car un pays divisé est affaibli de l’intérieur, et ne pourra plus mener ses guerres à l’extérieur, dont celle contre Daech.

 

- nous gagnerons la guerre contre Daech. Mais le fanatisme ne s’éteindra pas pour autant. Il a d’autres racines, profondes, et d’autres arguments pour séduire des personnalités fragiles ou malades psychologiquement. Il faut donc dès maintenant penser au-delà de la défaite militaire de Daech.

 

- multiplier les militaires et les surveillances policières ne pourra pas empêcher les attentats, qui sont par nature quasi-imprévisibles. La sécurité absolue est une illusion. Il nous faut apprendre à vivre avec cette violence présente au quotidien chez nous, potentiellement partout.

 

- cela demande de lutter contre Daech avec d’autres armes que les bombes ou les bougies.

Les musulmans en premier lieu doivent réfléchir à un magistère qui promulguerait les interprétations du Coran conformes à leur tradition. Sinon les sourates meurtrières du Coran – et il y en beaucoup – feront toujours autant de dégâts dans la tête de musulmans peu instruits qui prennent le texte pour la parole de Dieu incréée, c’est-à-dire  sans interprétation possible.

Cela demande aussi que l’Occident invoque d’autres causes que la seule liberté d’aller boire une bière sur les terrasses en ville. On ne combat par une soif d’absolu par une culture du divertissement…

 

- la parole du Christ sur l’amour des ennemis résonne avec d’autant plus de force en ces circonstances :

« Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous diffament. » (Lc 6, 27-28 ; 35)

« Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23,33)

Et Paul renchérit : « si ton ennemi a faim, donne-lui à manger; s’il a soif, donne-lui à boire; ce faisant, tu amasseras des charbons ardents sur sa tête.  Ne te laisse pas vaincre par le mal, sois vainqueur du mal par le bien. » (Rm 12, 20-21)

Matthieu 5:44 

L’Église catholique est en deuil, et avec elle la communauté nationale comme pour la tuerie de Nice, du Bataclan, de Charlie Hebdo… Après le temps de la colère viendra celui de la réflexion. C’est là que nous devrons refuser les solutions trop faciles, les démissions idéologiques.

Actuellement, l’heure est au recueillement, et à la prière pour tous ceux que ce drame touche de près.

Mais hélas, d’autres attentats nous obligeront à reposer ces questions de fond, encore et encore.

Mots-clés : , , , , , , ,

22 mars 2016

Les attentats de Bruxelles en dessins

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 21 h 05 min

En hommage aux 31 morts et aux si nombreux blessés des attentats de ce 22 Mars 2016 à Bruxelles, au pays de la Bande Dessinée…

Tintin attentats Bruxelles

Attentats à Bruxelles : les premiers dessins sur les réseaux sociaux

Les attentats de Bruxelles en dessins dans Communauté spirituelle 3345438-3347289-g-jpg_3448515_1000x667

3345438-3347251-g-jpg_3448519_1000x667 attentats dans Communauté spirituelle

3345438-3347166-g-jpg_3448521_1000x667 Bruxelles

CeJgMi8WwAAKQV5 Daech

slide_483350_6630170_free djihadisme

slide_483350_6630108_free islam

slide_483350_6629898_free islamisme

slide_483350_6631882_free

2016-03-22%20%288%29

2016-03-22%20%2811%29

Mots-clés : , , , , ,
123

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept