L'homelie du dimanche

15 décembre 2019

Marie, vierge et mère

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Marie, vierge et mère

 

Homélie du 4° dimanche de l’Avent / Année A
22/12/2019

Cf. également :

Sois attentif à tes songes…
Deux prénoms pour une naissance
L’annonce faite à Joseph, ou l’anti Cablegate de Wikileaks

 

De la grande déesse-mère à Marie
Essayez d’expliquer à un ami incroyant qu’une femme comme Marie peut être vierge, épouse et mère à la fois, en même temps et pour toujours… Au mieux vous aurez un éclat de rire s’inquiétant de votre santé mentale. Au pire vous subirez une attaque en règle démontrant le caractère irrationnel de votre opinion.

C’est vrai que l’annonce faite à Joseph dans notre Évangile (Mt 1, 18-24) insiste lourdement sur la conception virginale qui s’opère en Marie :

avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint […] l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint […]Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra,et elle enfantera un fils ;on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

Car Isaïe l’annonçait dans la 1° lecture (Is 7, 10-16) :

Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel.

Isis allaitant HorusLe fait que cette virginité pose problème est d’ailleurs un indice de sa véracité : qui aurait osé imaginer une telle conception à contre-courant de l’air du temps ? Surtout en milieu juif où la fécondité naturelle est un don de Dieu, que Dieu ne serait contourner pour donner le Messie à Israël. Cette virginité de Marie était suffisamment problématique au regard des mentalités de l’époque pour la passer sous silence : les chrétiens avaient assez de problèmes aux premiers siècles pour ne pas en rajouter ! Et pourtant Luc a gardé  précieusement ce récit où Joseph accepte l’incroyable et lui donne sa caution en nommant l’enfant. Pour tous, Jésus sera « fils de Joseph ». Pour les évangélistes, il sera « le fils de Marie », ou bien « fils de David » (titre royal), « fils de l’Homme » (titre messianique). Nul doute que la virginité de Marie a pour but de pointer le caractère exceptionnel et unique dans l’histoire humaine du fruit des entrailles de Marie.

Certains prétendent qu’en Marie sont rassemblées toutes les caractéristiques des cultes païens d’autrefois, au sujet d’une grande déesse vierge et mère, dominant le règne animal, régnant sur l’humanité. Ils s’appuient pour cela sur les innombrables représentations sculptées ou peintes des déesses mères, des vierges à l’enfant de l’Antiquité, telle Isis allaitant Horus sur ses genoux dans l’Égypte ancienne. Et les coptes en Égypte auraient ainsi transposé le culte d’Isis sur Marie influençant tout l’Orient ancien des premiers siècles. D’autres soutiennent au contraire que Marie est la seule à présenter ces attributs permanents : vierges, épouse, mère, et plus tard reine de l’univers (la femme de l’Apocalypse). À tel point que les cultes anciens ont dû se positionner face à elle dans les premiers siècles, avant de disparaître.

Difficile de trancher entre les deux thèses. Marie est-elle déclarée vierge par Luc et les Églises parce qu’on veut voir en elle l’accomplissement des cultes d’autrefois de la déesse mère ? Ou bien Marie est-elle si différente de tous les cultes qu’il suffit d’affirmer sa place unique (vierge perpétuelle, mère de l’Homme-Dieu, épouse de Joseph, déjà associée pleinement à la résurrection de son fils Jésus) ?

L’essentiel pour nous est de ne pas passer à côté des significations symboliques de la virginité de Marie aujourd’hui. Car, « parfaite image de l’Église à venir » comme l’écrit le concile Vatican II en Lumen Gentium 8, ce qui est dit de Marie l’est aussi de l’Église, et donc cela nous concerne tous.

Comment ?

La virginité de Marie et celle de l’Église

Le Concile du Latran en 649 montre l’enjeu christologique des débats sur la virginité de Marie, et en fait un objet de l’enseignement solennel de l’Église:

« Si quelqu’un ne confesse pas, selon les saints Pères, en un sens propre et véritable, que Marie sainte, toujours vierge et immaculée, est mère de Dieu, puisque le Dieu Verbe engendré de Dieu le Père avant tous les siècles, elle l’a, à la fin des siècles, conçu spécialement et véritablement du Saint Esprit, sans semence humaine, et enfanté sans corruption, sa virginité demeurant non moins inaltérée après l’enfantement, qu’il soit condamné. » (FC 334)

Vierge de l Annonciation, 1431 de Fra Angelico (1395-1455, Italy) | Reproductions D'œuvres D'art Fra Angelico | WahooArt.comOu en termes plus contemporains : « Voici ce que déclare la foi : Marie entretient avec l’Esprit une relation mystérieuse qui rend féconde sa virginité. Cette virginité est préservée dans la maternité qui l’embrasse sans en détruire l’intégrité. » [1] Lumen Gentium  appelle Marie « toujours vierge » (LG 50;52;69), jusque dans la Nativité (LG 57). L’Église professe que cette virginité de Marie avant, pendant et après la naissance de Jésus, possède une dimension physique, mais qui est le support d’une réalité symbolique de foi. « La virginité physique est symbole d’une réalité intérieure beaucoup plus dense et profonde que la réalité concrète. Les Pères de l’Église déclarent avec raison que Marie a d’abord conçu dans son esprit et dans son cœur, avant de concevoir dans son corps. » [2] C’est une affirmation christologique, qui vise la personne de Jésus. La divinité de Jésus s’appuie sur le témoignage des Apôtres rendu à la Résurrection et à la glorification de Jésus établi Christ et Seigneur. La conception virginale n’est donc pas une « preuve » de cette divinité, mais manifeste la cohérence de la foi en Jésus vrai Dieu et vrai homme, ainsi que ses conséquences en Marie, à cause du lien unique qui la lie à son fils. « La filiation divine de Jésus ne repose pas d’après la foi de l’Église, sur le fait que Jésus n’a pas eu de père humain ; la doctrine de la divinité de Jésus ne serait pas mise en cause si Jésus était né d’un mariage normal » [3]. Mais le consensus ecclésial a spontanément compris la conception virginale comme un fait réel, inséparable de sa valeur symbolique, sans s’égarer dans des questions physiologiques douteuses. La virginité est essentiellement le non-exercice de la conjugalité sexuelle : elle ne doit pas être confondue avec ce qui peut en être le signe extérieur et physique.

Une tradition scripturaire constante identifie le peuple à une fiancée et à une épouse qui ne se donne qu’à son Seigneur (ex: «  Je vous ai fiancés à un époux unique, comme une vierge pure à présenter au Christ » 2Co 11,2) ? Comment interpréter cette donnée de la foi catholique dans le champ ecclésial ? Et notamment le fait que le Concile applique ce titre de « vierge »  (LG 64) à l’Église elle-même ?

La virginité est le signe d’un don réel à Dieu, dans tout l’être humain, d’une offrande de soi qui accueille l’inouï, l’inattendu de Dieu, à qui rien n’est impossible. En ce sens, l’Église est « vierge » si elle vit cette attitude de don et d’offrande d’elle-même, et de l’humanité à travers elle. Disponibilité à l’action de Dieu, passivité-active dans cet accueil, et non un certain volontarisme ou un « pélagianisme » ecclésial: la virginité de l’Église est sa vocation à tout attendre de Dieu, qui n’agit pas à la manière humaine.

La virginité est alors le signe de la foi, de la fidélité à la promesse de Dieu – quand bien même elle paraît improbable à vue humaine – et de la contestation des idoles. L’Église vierge choisit de ne rien préférer à Dieu, ce qui l’implique dans une lutte anti idolâtrique (cf. Les martyrs des trois premiers siècles illustrant la « vierge-mère » = l’Église) toujours actuelle. Sa virginité est signe de résistance, de contestation, et de refus de compromission face à toutes les idoles qui séduisent l’homme et l’empêchent de répondre à sa vocation divine.

Avons-nous assez conscience, en Église, de notre vocation à dénoncer tous les Baals, toutes les prostitutions avec les pouvoirs politiques et économiques ? Nos assemblées sont-elles fidèles aux promesses de Dieu  données en Jésus-Christ, même si des périodes de désert, d’exode ou d’exil nous font douter de l’accomplissement de ces promesses ?

La virginité est encore un signe eschatologique par excellence. Elle annonce un monde où il n’y aura plus besoin de se marier ni d’enfanter (Mt 22,30), où il n’y aura plus ni l’homme ni la femme (Ga 3,28).

L’Église est-elle le lieu où déjà, eschatologiquement, la différence des sexes est vécue autrement ? Annonce-t-elle de façon visible son espérance dans un monde autre, espérance qui vient contester les prétentions totalitaires de la sexualité humaine, du couple ou de la famille humaine, comme elle conteste les totalitarismes politiques et économiques ? La virginité va jusqu’à cette dénonciation prophétique de l’enfermement de l’identité humaine dans l’exercice de la sexualité, de la famille, de l’économie ou de la science trop « horizontalement », c’est-à-dire lorsqu’elles ne permettent pas à l’homme d’ouvrir sa communion et sa fécondité à un transcendant, de les recevoir de Dieu lui-même.

La virginité indique encore que ce n’est pas à la manière du monde que l’Église aime et est féconde. La Vierge Marie invite l’Église à ne pas se conduire « selon l’esprit du monde », notamment en courant après les idoles de « l’efficacité » ou de « l’affectivité » à tout prix.

Balthasar écrit:

Marie, première Eglise« De même qu’en Marie la virginité et la maternité sont indissolublement unies, se conditionnent et s’éclairent réciproquement, ainsi en est-il dans l’Église. Parce que Marie et l’Église sont virginales, orientées seulement vers l’union avec le Christ dans le Saint-Esprit, parce que toutes deux - pour parler comme l’Ancien Testament – ne commettent aucun adultère avec les idoles, ou – pour employer le langage d’aujourd’hui – ne sont victimes d’aucune séduction idéologique, pour cette raison elles sont vraiment fécondes : fécondes par Dieu et sa grâce en elles, par la foi qui aime et qui espère, et qu’elles apportent en réponse à cette grâce, par la participation qui leur est donnée à la volonté salvifique de Dieu sur tous les hommes.» [4]

L’Église est ainsi appelée à une réelle pauvreté, à une dépossession de ses « œuvres » ecclésiales, pour reconnaître qu’elles lui sont données par Dieu. Dans le service de l’humanité qu’elle engendre à la communion divine, l’Église reconnaît que ce n’est pas elle qui a l’initiative et la maîtrise de cette renaissance. Son amour et sa fécondité lui sont données par un Autre, avec cette part d’ignorance et cette confession de non-savoir qu’implique la mention d’une maternité virginale : « comment  cela va-t-il se faire ? » L’Église ne sait pas comment, mais elle croit que Dieu divinise l’humanité à travers elle, et elle s’engage de tout son être à coopérer avec lui, dans un esprit de pauvreté, de dépossession et de service. Cela se fait à travers une attitude de passivité-active qui est celle de Marie lors de son « oui » : recevoir et laisser faire sont toujours, quand ils sont réalisés dans la foi, une activité suprême, une mobilisation de toutes les énergies de l’être, pour laisser le Christ agir en nous, devenir notre vie la plus personnelle…

Oeuvres - Sermons-Traités   de Eckhart Johannes  Format Poche Comme souvent, la voix des mystiques est précieuse pour comprendre ce qu’est la virginité spirituelle. Beaucoup insistent sur la gratuité de l’amour: lorsqu’il éclot sans « pourquoi », en renonçant à agir par intérêt, en se détachant des fruits mêmes de l’amour. Aimer Dieu sans « pourquoi » est une voie de détachement qui est le signe de l’inhabitation divine. Ce détachement est la virginité de l’âme. Laissons encore Maître Eckhart, à titre d’exemple, commenter :

« Que l’homme soit vierge, cela ne lui enlève absolument rien des œuvres qu’il a jamais faites ; il est devant elles virginal et libre, sans qu’aucun obstacle l’éloigne de la vérité suprême, tout comme Jésus est vide et libre et en lui-même virginal. Les maîtres disent que seul le semblable peut s’unir au semblable ; c’est pourquoi l’homme doit être pur et sans tache, vierge, pour recevoir Jésus virginal. » [5]

Quelques soient ses œuvres et sa science et son importance, l’Église peut demeurer « vierge » dans la mesure où elle se libère de tout attachement : attachement aux représentations, à la mainmise sur les choses et sur les êtres, à son image, à sa réussite même… À mesure que l’homme triomphe de l’attachement, le Christ est reçu dans un esprit vierge, ce qui ne veut pas dire l’extinction du désir, bien au contraire. Il en est de même pour l’Église : sa virginité est sa pauvreté intérieure qui la pousse à ne pas se posséder elle-même, ni à laisser d’autres maîtres la posséder. Ce refus d’instrumentalisation de l’Église est un défi pour son auto-évangélisation…

La virginité de Marie est enfin le soutien évident du choix de la virginité que font quelques-uns dans l’Église, afin que tous vivent de ce que ce signe indique. C’est ce que Lumen Gentium développe dans les numéros 43-47 sur les religieux et le rôle des « conseils évangéliques » (chasteté, pauvreté, obéissance) dans l’Église. « Ils stimulent en permanence la ferveur de la charité et surtout ils sont capables d’assurer aux chrétiens une conformité plus grande avec la condition de virginité et de pauvreté que le Christ Seigneur a voulue pour lui-même et qu’a embrassée la Vierge sa Mère. » (LG 46) La chasteté dans la virginité a été la condition vécue de la foi de Marie. C’est aussi la condition vécue de la foi de l’Église, au sens mystique où l’Église est l’Épouse qui se prépare à la rencontre de l’Époux. Elle demeure irremplaçable dans la vie de l’Église. Il est également très signifiant de l’articuler avec la chasteté vécue dans le mariage, au sens d’une relation de communion dans le respect de l’altérité, c’est-à-dire d’une relation non-incestueuse (castus vs in-castus en latin). Car c’est le même amour. La conjonction des deux titres : Mère et Vierge, essaie de traduire cette intuition vécue sous deux modes différents. En notre humanité, ils sont distingués ; en Marie, ils sont déjà réunis.

Méditons comme Joseph sur cette conception incroyable qui nous prépare à Noël.

Croyons de tout cœur que Dieu peut de même opérer en nous sa naissance, en nous redonnant la virginité du cœur et de l’âme dans le détachement intérieur…


[1]. BOFF L., Je vous salue Marie, Cerf, Coll. Théologies, Paris, 1968, p. 70.
[2]ibid.
[3]. RATZINGER J.,  Foi chrétienne hier et aujourd’hui,  Mame, Paris, 1969, p. 192.
[4]. RATZINGER J. / BALTHASAR H. U. von,  Marie première Église, Médiaspaul et Ed. Paulines, Paris – Montréal, 1987, p 59.
[5]. Sermon Intravit Jesus in quoddam castellum, Cf. Eckhart. Traités et sermons, GF-Flammarion, Paris, 1993, p. 231.


LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

« Voici que la vierge est enceinte » (Is 7, 10-16)

Lecture du livre du prophète Isaïe

 En ces jours-là, le Seigneur parla ainsi au roi Acaz : « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu, au fond du séjour des morts ou sur les sommets, là-haut. » Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. » Isaïe dit alors : « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes : il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu ! C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel (c’est-à-dire : Dieu-avec-nous). De crème et de miel il se nourrira, jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien. Avant que cet enfant sache rejeter le mal et choisir le bien, la terre dont les deux rois te font trembler sera laissée à l’abandon. »

PSAUME

(Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6)

R/ Qu’il vienne, le Seigneur : c’est lui, le roi de gloire ! (cf. Ps 23, 7c.10c)

Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

DEUXIÈME LECTURE

Jésus-Christ, né de la descendance de David, et Fils de Dieu (Rm 1, 1-7)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Paul, serviteur du Christ Jésus, appelé à être Apôtre, mis à part pour l’Évangile de Dieu, à tous les bien-aimés de Dieu qui sont à Rome.
Cet Évangile, que Dieu avait promis d’avance par ses prophètes dans les saintes Écritures, concerne son Fils qui, selon la chair, est né de la descendance de David et, selon l’Esprit de sainteté, a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu par sa résurrection d’entre les morts, lui, Jésus Christ, notre Seigneur.
Pour que son nom soit reconnu, nous avons reçu par lui grâce et mission d’Apôtre, afin d’amener à l’obéissance de la foi toutes les nations païennes, dont vous faites partie, vous aussi que Jésus Christ a appelés.
À vous qui êtes appelés à être saints, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.

ÉVANGILE

Jésus naîtra de Marie, accordée en mariage à Joseph, fils de David (Mt 1, 18-24)
Alléluia. Alléluia.Voici que la Vierge concevra : elle enfantera un fils, on l’appellera Emmanuel, « Dieu-avec-nous ». Alléluia. (Mt 1, 23)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra,et elle enfantera un fils ;on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».
Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept