L'homelie du dimanche

2 mai 2014

La grâce de l’hospitalité

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La grâce de l’hospitalité

Homélie du 3ème Dimanche de Pâques ? Année A
04/05/2014

La grâce de l'hospitalité dans Communauté spirituelle 51R--B%2BcaqL._Frère Henry Quinson est un moine d’un type nouveau : habitant à 4 dans un HLM des quartiers nord de Marseille, il vit au contact des musulmans et des comoriens, majoritaires dans cette cité Saint Paul. Il raconte qu’après le tremblement de terre en Algérie, l’un des frères vivant dans la banlieue d’Alger (Boudouaou) a vu sa maison s’écrouler, en ruines. Aussitôt et pendant toute une année, ses voisins, musulmans, l’ont hébergé, logé, nourri. L’hospitalité n’est pas un mot vide en Algérie comme d’ailleurs en Afrique ou même chez nous.

Évidement chez nous, depuis qu’il y a des codes pour entrer dans les immeubles, des grilles fermées, et des voisins qui se méfient les uns des autres c’est plus difficile ! C’est moins naturel d’ouvrir sa porte, d’inviter à sa table des inconnus, d’offrir un toit à des gens de passage. Pourtant cela se pratique encore : pensez aux échanges scolaires, aux jumelages? et Frère Henry Quinson raconte tous ces liens d’hospitalité qui se vivent dans sa cité HLM : échanges de gâteaux, de chorbas, de couscous, visites et entraides?

 

Pourrions-nous oublier que l’hospitalité est une attitude du c?ur typiquement biblique ? (depuis la fameuse ‘philoxénie’ d’Abraham = son amour des étrangers, comme en témoigne l’accueil des 3 visiteurs de Gn 18; et d’ailleurs ‘philoxénie’ est le contraire de ‘xénophobie’…)

isaac étranger dans Communauté spirituelle

Avons-nous bien entendu que c’est grâce à l’hospitalité, pressante nous dit le texte, que les disciples d’Emmaüs ont pu reconnaître et accueillir le Ressuscité ?

Saint Grégoire le Grand (Pape de 590 à 604) commente :

« Ils l’invitèrent à partager leur gîte, comme on le fait avec un voyageur. Dirons-nous simplement qu’ils l’invitèrent ? L’Écriture, précise qu’ils le pressèrent. Elle nous montre par cet exemple que lorsque nous invitons des étrangers sous notre toit, notre invitation doit être pressante ».

Et Grégoire insiste sur la fécondité de l’hospitalité, cette ouverture de la maison familiale à l’image de l’ouverture du coeur :

Duccio_di_Buoninsegna_Emaus grâce« Le Seigneur n’a pas été reconnu (par les deux disciples d’Emmaüs) pendant qu’il parlait ; il a daigné se manifester lorsqu’on lui offrit à manger. Aimons donc l’hospitalité, frères très chers. C’est d’elle que Paul nous parle : ?N’oubliez pas l’hospitalité, c’est grâce à elle que quelques uns, à leur insu,  hébergèrent des anges’ (He 13,2). Pierre dit aussi : ‘Pratiquez l’hospitalité les uns envers les autres sans murmurer’ (1P 4,9). Et la vérité elle-même (le Christ) nous en parle : ‘J’étais un étranger et vous m’avez accueilli ? (Mt 25,35)’.

Et malgré cela, nous sommes si paresseux devant la grâce de l’hospitalité ! » s’étonnait Grégoire le Grand hier comme il pourrait le faire aujourd’hui.

« Mesurons, mes frères, la grandeur de cette vertu. Recevez le Christ présent dans l’étranger, afin qu’au jugement il ne nous ignore pas comme des étrangers, mais nous reçoive comme des frères dans son royaume ».

Il fallait citer longuement Grégoire le Grand pour redécouvrir le lien entre les disciples d’Emmaüs et l’hospitalité dans nos maisons aujourd’hui.

Où en sommes-nous de cet accueil gratuit chez nous ?

À qui ouvrons-nous notre table ? Qui invitons-nous à dormir, à loger sous notre toit ?  

Celui qui élargit ainsi l’espace de sa maison élargit en même temps ses horizons, sa soif de l’autre, son désir de la rencontre imprévue.

L’évangile de ce Dimanche nous dit même que c’est le Ressuscité en personne qui peut alors se manifester, être accueilli, lorsque nous pratiquons l’hospitalité.

Voilà une belle résolution pour le temps pascal, en famille ou tout seul : quel hôte de passage puis-je nourrir, accueillir, inviter chez moi ? Les amis des enfants ? Un enfant du Secours Catholique qui cherche une famille d’accueil pour les vacances d’été ? Une personne âgée seule chez elle ? Un touriste de passage ?… Un voisin encore inconnu ?

Comment pratiquer plus généreusement l’hospitalité ?

Vos enfants vous remercieront plus tard d’avoir eu une maison ouverte sur les autres?

Et surtout, vous pouvez peut-être « héberger des anges » sans le savoir, comme le dit justement saint Paul.

Vous pourrez même ouvrir les yeux sur la présence du Ressuscité, grâce à l’hospitalité, celle des disciples d’Emmaüs.

Saint Augustin (‘maghrebin’ des années 354-430) osait écrire à propos de cet évangile :

« Retiens l’étranger si tu veux connaître ton Sauveur ».

C’est bien parce que les disciples ont retenu à manger cet étranger de passage qu’ils ont reconnu le vivant.

« L’hospitalité leur a rendu ce que le doute leur avait pris ».

« Pratiquez donc l’hospitalité, sans murmurer » (St Pierre), comme à Emmaüs.

Ceux que vous accueillerez à votre table vous accueilleront auprès de Dieu.

Ceux que vous aurez logés vous introduiront dans la demeure de Dieu.

Et déjà, vous verrez votre regard, votre coeur se dilater jusqu’à des horizons insoupçonnés…

 

1ère lecture : Pierre annonce le Christ ressuscité (Ac 2, 14.22b-33)
Lecture du livre des Actes des Apôtres
Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, prit la parole ; il dit d’une voix forte : « Habitants de la Judée, et vous tous qui séjournez à Jérusalem, comprenez ce qui se passe aujourd’hui, écoutez bien ce que je vais vous dire.
Il s’agit de Jésus le Nazaréen, cet homme dont Dieu avait fait connaître la mission en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez bien.
Cet homme, livré selon le plan et la volonté de Dieu, vous l’avez fait mourir en le faisant clouer à la croix par la main des païens.
Or, Dieu l’a ressuscité en mettant fin aux douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir.
En effet, c’est de lui que parle le psaume de David : Je regardais le Seigneur sans relâche, s’il est à mon côté, je ne tombe pas.
Oui, mon c?ur est dans l’allégresse, ma langue chante de joie ; ma chair elle-même reposera dans l’espérance :
tu ne peux pas m’abandonner à la mort ni laisser ton fidèle connaître la corruption.
Tu m’as montré le chemin de la vie, tu me rempliras d’allégresse par ta présence.
Frères, au sujet de David notre père, on peut vous dire avec assurance qu’il est mort, qu’il a été enterré, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous. Mais il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un de ses descendants. Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi : Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas connu la corruption. Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. Élevé dans la gloire par la puissance de Dieu, il a reçu de son Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous : c’est cela que vous voyez et que vous entendez. »

Psaume : Ps 15, 1-2a.5, 7-8, 9-10, 2b.11

R/ Tu m’as montré, Seigneur, le chemin de la vie.

Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait de toi mon refuge.
J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu ! 
Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. » 

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon coeur m’avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable. 

Mon c?ur exulte, mon âme est en fête, 
ma chair elle-même repose en confiance : 
tu ne peux m’abandonner à la mort 
ni laisser ton ami voir la corruption. 

Je n’ai pas d’autre bonheur que toi.
Tu m’apprends le chemin de la vie : 
devant ta face, débordement de joie ! 
À ta droite, éternité de délices !

2ème lecture : Le Christ ressuscité donne à notre vie son vrai sens (1 P 1, 17-21)

Lecture de la première lettre de saint Pierre Apôtre

Frères, 
vous invoquez comme votre Père celui qui ne fait pas de différence entre les hommes, mais qui les juge chacun d’après ses actes ; vivez donc, pendant votre séjour sur terre, dans la crainte de Dieu.
Vous le savez : ce qui vous a libérés de la vie sans but que vous meniez à la suite de vos pères, ce n’est pas l’or et l’argent, car ils seront détruits ; c’est le sang précieux du Christ, l’Agneau sans défaut et sans tache.
Dieu l’avait choisi dès avant la création du monde, et il l’a manifesté à cause de vous, en ces temps qui sont les derniers.
C’est par lui que vous croyez en Dieu, qui l’a ressuscité d’entre les morts et lui a donné la gloire ; ainsi vous mettez votre foi et votre espérance en Dieu.

Evangile : Apparition aux disciples d’Emmaüs (Lc 24, 13-35)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Seigneur Jésus, fais-nous comprendre les Écritures ! Que notre c?ur devienne brûlant tandis que tu nous parles. Alléluia. (cf. Lc 24, 32)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Le troisième jour après la mort de Jésus, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient ensemble de tout ce qui s’était passé.

Or, tandis qu’ils parlaient et discutaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient aveuglés, et ils ne le reconnaissaient pas.
Jésus leur dit : « De quoi causiez-vous donc, tout en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
L’un des deux, nommé Cléophas, répondit : « Tu es bien le seul de tous ceux qui étaient à Jérusalem à ignorer les événements de ces jours-ci. »
Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth : cet homme était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple. Les chefs des prêtres et nos dirigeants l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
Et nous qui espérions qu’il serait le libérateur d’Israël ! Avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
À vrai dire, nous avons été bouleversés par quelques femmes de notre groupe. Elles sont allées au tombeau de très bonne heure, et elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont même venues nous dire qu’elles avaient eu une apparition : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
Il leur dit alors : « Vous n’avez donc pas compris ! Comme votre c?ur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes !
Ne fallait-il pas que le Messie souffrît tout cela pour entrer dans sa gloire ? »
Et, en partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur expliqua, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous : le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.

Quand il fut à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna.
Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
Alors ils se dirent l’un à l’autre : « Notre c?ur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route, et qu’il nous faisait comprendre les Écritures ? »
À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
« C’est vrai ! le Seigneur est ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment ils l’avaient reconnu quand il avait rompu le pain.
Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,

17 juillet 2010

Bouge-toi : tu as de la visite !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Bouge-toi : tu as de la visite !

 

Homélie du 16° Dimanche du temps ordinaire / Année C

18/07/2010.

 

Deux hospitalités devenues légendaires.

Celle d’Abraham sous les chênes de Mambré.

Celle de Marthe à Béthanie.

 

À chaque fois, c’est Dieu lui-même qui est accueilli, grâce à ce simple geste d’ouvrir sa maison à un inconnu, d’offrir un repas à des voyageurs.

 

L’hospitalité d’Abraham est la plus célèbre.

On l’appelle « philoxénie » dans la tradition orthodoxe, c’est-à-dire « amour de l’étranger ». Car c’est en accueillant des étrangers avec amour qu’Abraham a pu accueillir lui-même le don de Dieu, l’enfant de sa vieillesse avec Sarah. « Retiens l’étranger si tu veux reconnaître ton Sauveur » écrira plus tard le génial Augustin…

 

Vous devinez combien ce thème de l’hospitalité, de l’accueil des voyageurs, des étrangers, est un thème socialement explosif ! Pensez aux « aires d’accueil » (si mal nommées) pour les gens du voyage dans nos communes. Pensez aux difficultés que nous avons à recevoir à notre table des gens d’un autre milieu social, d’une autre origine que la nôtre (culturelle, ethnique…).

 

Ni Adam l’exilé, ni Caïn le fratricide, ni Noé le survivant n’avaient pu pratiquer une telle hospitalité auparavant. Seul Abraham, le premier et en plénitude, indiqua au peuple juif (qui l’oublie souvent, comme nous hélas !) : « N‘oubliez pas l’hospitalité, car c’est grâce à elle que quelques-uns, à leur insu, hébergèrent des anges » (He 13,2).

 

·      Une hospitalité en actes

Une des caractéristiques de cette hospitalité est son empressement à agir.

Abraham fait beaucoup plus qu’il ne dit, ici. Il fait tout avec empressement.

Que fait Abraham (un vieillard qui vient de subir une opération, la circoncision) ?  

1. Il investit d’autres personnes pour réaliser au  plus vite la mitsva (commandement) et accueillir convenablement ses invités.  

2. Il fait faire des gâteaux de farine (des petits pains)

3. Il fait préparer un jeune et tendre bovin

4. Il offre (lui-même) aussi de la crème et du lait et le jeune veau.  

5. Il installe les anges sous un arbre, et reste avec eux pendant qu’ils mangent.  

Comme dit le psaume 119, 60 : « Je me suis dépêché et je n’ai pas traîné pour accomplir Tes commandements ».  

Dans Gn. 22, 3: Abraham se lève tôt pour aller au mont Moria. 

Gn. 28, 18: Jacob se lève tôt pour construire l’autel de l’Éternel. 

Ex. 34, 4: Moïse se lève tôt pour monter au Sinaï. 

On peut citer le principe hala’hique : « les zélés se lèvent tôt pour accomplir les mitsvot (commandements) ».  C’est pourquoi par exemple on fait la circoncision le matin après l’office, ou on prie avec le lever du soleil.

Pour le judaïsme, l’amour de Dieu passe par des actes, ce n’est pas un simple sentiment ou une émotion.  Le signe que la mitsva est accomplie dans l’amour de Dieu est la joie.

La hâte pour agir est l’une des qualités les plus importantes de l’hospitalité d’Abraham.

Elle nous fait penser à la hâte de Marie pour aller goûter l’hospitalité d’Élisabeth sa cousine. À celle de Bartimée qui court ? alors qu’il est aveugle — pour aller à la rencontre de Jésus. Ou même à la hâte de Marthe qui s’affaire à la cuisine pour accueillir Jésus chez elle.

L’accueil de l’autre, ce n’est pas des paroles en l’air : c’est un remue-ménage pour que l’autre soit nourri, rafraîchi, lavé, reposé…

Une charité en actes.

C’est d’autant plus impressionnant en ce qui concerne Abraham qu’il est alors un vieillard, convalescent à la suite de cette opération handicapante qu’est la circoncision pour un homme de plus de 80 ans… Or malgré son état, il court à la rencontre des trois visiteurs !

St Jacques en tirera toutes les conséquences :

« Si un frère ou une soeur sont nus, s’ils manquent de leur nourriture quotidienne, et que l’un d’entre vous leur dise: « Allez en paix, chauffez-vous, rassasiez-vous », sans leur donner ce qui est nécessaire à leur corps, à quoi cela sert-il?  Ainsi en est-il de la foi: si elle n’a pas les oeuvres, elle est tout à fait morte » (Jc 2,15-17).

 

·      Pourquoi trois visiteurs, et pas un seul ?

La tradition chrétienne y verra bien sûr la préfiguration de la Trinité, à l’?uvre dès l’Ancien Testament.

La tradition juive y voit 3 missions divines :

Un rabbin espagnol du 13° siècle (Ramban) commente :

Il lui est apparu: Citation de Rachi « pour rendre visite au malade ». 

Rabbi Hama bar Hanina enseigne: le troisième jour de sa circoncision, le Saint, béni soit-Il, vint s’enquérir de lui.  

Et voici trois hommes: les anges qui vinrent avaient une apparence humaine.  

Trois:

- l’un pour annoncer la bonne nouvelle à Sara [Michaël],

- un pour guérir Abraham [Raphaël] et

- un pour détruire Sodome [Gabriel]. 

Et Raphaël qui guérit Abraham, partit sauver Lot, car  ce ne sont pas deux missions, puisqu’il s’agissait d’un lieu différent ou bien les deux missions visaient à sauver (c’est donc une seule).  

 Cette visite divine a donc trois buts : sauver (un malade), annoncer (une naissance), détruire (Sodome).

 

·      La fécondité de l’accueil

Dieu visite l’homme blessé, il lui donne la force de courir à sa rencontre, de se dépenser sans compter pour lui offrir l’hospitalité. Dieu nous donne la force de l’accueillir : nous recevons de lui l’énergie pour le recevoir, pour nous recevoir de lui (à travers la promesse de la naissance d’un fils pour Sarah). Cette hospitalité sera féconde : non seulement à travers la fécondité promise à Sarah malgré sa vieillesse, mais aussi à travers l’histoire du peuple juif.

Les trois attitudes d’Abraham vis-à-vis de ses trois visiteurs procureront trois bénédictions à Israël :

Rabbi Hama fils de Hanina enseigne: par le mérite de ces trois actes, ses descendants méritèrent trois choses:

- par le mérite de « la crème et du lait », ils méritèrent la manne. 

- par le mérite de « il se tint au-dessus d’eux » (pour rester attentif à leurs besoins), ils méritèrent les nuées de gloire. 

- par le mérite de « il sera pris un peu d’eau », ils méritèrent le puits de Myriam.  

 

·      La délicatesse de l’accueilli

Les anges manifestent d?ailleurs une étonnante pudeur, pour respecter les coutumes locales de ceux qui les accueillent.

Rachi commente :

Ils mangèrent: ils montrèrent comme s’ils mangeaient.  De là nous apprenons qu’on ne doit pas changer les coutumes de l’endroit.  

 

Les êtres spirituels ne mangent pas, mais venus sur terre, ils font comme s’ils mangeaient.  De même Moïse en montant au Sinaï se conduisit comme les anges puisqu’ il ne mangea ni ne but durant quarante jours et quarante nuits. 

C’est une règle d’or pour ceux qui bénéficient de l’hospitalité d’autrui (missionnaires, touristes?) : respecter les coutumes locales, et les imiter, tant qu’elles ne contredisent pas formellement l’essentiel de la foi. Matteo RICCI en Chine ou les Pères Blancs en Afrique se souviendront de cette règle de savoir-vivre lorsqu’on est accueilli par un autre peuple?

 

  

·      Le but ultime de l’hospitalité

Même en réprimandant Marthe avec douceur, Jésus ne renie rien de l’hospitalité juive. Il apprécie la hâte avec laquelle Marthe fait tout pour le service ; il sait que sa foi est grande et se manifestera à la mort de son frère Lazare (Jn 11). Simplement, il lui rappelle que l’hospitalité a pour but d’être avec le visiteur, pas de le laisser seul…

Abraham a su, mieux que Marthe, « se tenir debout, très les visiteurs, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient ».

Voilà l’hospitalité qui est féconde : celle qui agit au lieu de parler, celle qui prend le temps d’être avec au lieu de laisser seul, celle qui écoute la parole de l’autre au lieu de se noyer dans les ordres à donner pour les préparatifs.

 

Une telle hospitalité fait surgir un avenir là où humainement c’était impensable. Sarah aura un fils malgré sa vieillesse, malgré son célèbre rire où elle doutera une telle transformation de son histoire, de son corps, de sa vie.

 

« N‘oubliez pas l’hospitalité, car c’est grâce à elle que quelques-uns, à leur insu, hébergèrent des anges » (He 13,2).

 

Et nous, avec qui allons nous pratiquer l’hospitalité cet été ?

À quels visiteurs allons-nous ouvrir notre porte ? Avec quel accueil ?

 

1ère lecture : Abraham donne l’hospitalité à Dieu, qui lui promet un fils (Gn 18, 1-10a)

Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l’entrée de la tente. C’était l’heure la plus chaude du jour.
Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui. Aussitôt, il courut à leur rencontre, se prosterna jusqu’à terre et dit:
« Seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur.
On va vous apporter un peu d’eau, vous vous laverez les pieds, et vous vous étendrez sous cet arbre.
Je vais chercher du pain, et vous reprendrez des forces avant d’aller plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur ! » Ils répondirent : « C’est bien. Fais ce que tu as dit. »
Abraham se hâta d’aller trouver Sara dans sa tente, et il lui dit : « Prends vite trois grandes mesures de farine, pétris la pâte et fais des galettes. »
Puis Abraham courut au troupeau, il prit un veau gras et tendre, et le donna à un serviteur, qui se hâta de le préparer.
Il prit du fromage blanc, du lait, le veau qu’on avait apprêté, et les déposa devant eux ; il se tenait debout près d’eux, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient.
Ils lui demandèrent : « Où est Sara, ta femme ? » Il répondit : « Elle est à l’intérieur de la tente. »
Le voyageur reprit : « Je reviendrai chez toi dans un an, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. »

 

Psaume : Ps 14, 1a.2, 3bc-4ab, 5

R/ Tu es proche, Seigneur : fais-nous vivre avec toi

 

Seigneur, qui séjournera sous ta tente ?
Celui qui se conduit parfaitement,
qui agit avec justice
et dit la vérité selon son coeur. 

Il ne fait pas de tort à son frère 
et n’outrage pas son prochain. 
A ses yeux, le réprouvé est méprisable 
mais il honore les fidèles du Seigneur. 

Il prête son argent sans intérêt, 
n’accepte rien qui nuise à l’innocent. 
L’homme qui fait ainsi 
demeure inébranlable.

2ème lecture : Le mystère du Christ s’accomplit dans la vie de l’Apôtre (Col 1, 24-28)

 

Frère,
je trouve la joie dans les souffrances que je supporte pour vous, car ce qu’il reste à souffrir des épreuves du Christ, je l’accomplis dans ma propre chair, pour son corps qui est l’Église.
De cette Église, je suis devenu ministre, et la charge que Dieu m’a confiée, c’est d’accomplir pour vous sa parole,
le mystère qui était caché depuis toujours à toutes les générations, mais qui maintenant a été manifesté aux membres de son peuple saint.
Car Dieu a bien voulu leur faire connaître en quoi consiste, au milieu des nations païennes, la gloire sans prix de ce mystère : le Christ est au milieu de vous, lui, l’espérance de la gloire !
Ce Christ, nous l’annonçons : nous avertissons tout homme, nous instruisons tout homme avec sagesse, afin d’amener tout homme à sa perfection dans le Christ.

 

Evangile : Marthe et Marie accueillent Jésus chez elles (Lc 10, 38-42)

Alors qu’il était en route avec ses disciples, Jésus entra dans un village. Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison.
Elle avait une soeur nommée Marie qui, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
Marthe était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma soeur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider. »
Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses.
Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée. »
Patrick BRAUD  

Mots-clés : , , , , , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept