L'homelie du dimanche

17 mars 2019

À quoi bon ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 00 min

À quoi bon ?

Homélie pour le 3° dimanche de Carême / Année C
24/03/2019

Cf. également :

Le malheur innocent
Les multiples interprétations symboliques du buisson ardent
Les résistances de Moïse… et les nôtres

 

À quoi bon ?

Ce soupir de lassitude et de découragement, combien de fois ne l’avons-nous pas murmuré ou pensé si fort qu’il nous a coupé toute envie de continuer ?

À quoi bon ? dans Communauté spirituelleÀ quoi bon écrire à ce fils qui a claqué la porte de la maison depuis des années et qui fait le mort à chaque message ? À quoi bon m’investir encore dans mon travail alors que je ne suis jamais reconnu pour ce que j’y apporte ? À quoi bon aller voter aux européennes alors que tout est joué d’avance ? À quoi bon donner aux Restos du Cœur alors que leur nombre de repas ne cesse malheureusement d’augmenter ?

Vider le tonneau des Danaïdes (qui se remplit sans cesse) ou rouler le rocher de Sisyphe (qui redescend toujours) est si épuisant que cela peut engendrer abattement et dépression, ou au contraire colère et violence. C’est ce second sentiment que Jésus ose attribuer à Dieu lui-même sous les traits du maître de la vigne de la parabole, lui qui ne voit toujours aucun fruit sur son figuier après trois années de soins et d’amour. De sa colère naît l’envie de l’arracher violemment. À quoi bon entourer d’amour et de patience quelqu’un qui ne veut pas porter du fruit ?

Jésus et le figuier stérileDans le contexte de la parabole, le figuier vise sans doute Israël qui ne reconnaît pas son  Messie en Jésus après trois ans de prédication itinérante ; le propriétaire de la vigne désigne le Père d’Israël qui voudrait récolter la foi au Christ dans son peuple ; et le vigneron est Jésus lui-même intercédant pour les siens.

« Je suis décidé à en finir avec eux - oracle du Seigneur -, pas de raisins à la vigne ! pas de figues au figuier ! le feuillage est flétri. Je les donne à ceux qui leur passeront dessus ». (Jr 8,13).

Les Pères de l’Église ont interprété ce « à quoi bon ? » comme la sentence qui allait faire passer d’Israël à l’Église, avec la chute du Temple de Jérusalem en 70 ap. JC comme moment charnière :

La vigne du Dieu des armées est celle qu’il a livrée en prise aux nations. La comparaison de la synagogue avec le figuier est on ne peut plus juste; de même, en effet, que cet arbre se couvre de larges feuilles en abondance, et trompe l’espérance de son maître qui en attend inutilement beaucoup de fruits; ainsi la synagogue avec ses docteurs stériles en œuvres, et fiers de leurs paroles pompeuses qui ressemblent aux feuilles du figuier est toute couverte des ombres d’une loi infructueuse. […] C’est ainsi que le premier peuple qui était sous l’autorité de la synagogue est tombé comme un fruit inutile, afin que le nouveau peuple qui a formé l’Église sortit de la sève abondante de l’ancienne religion. (Ambroise de Milan)

C’est ce qui s’accomplit, lorsque les Romains détruisirent la nation juive, et la chassèrent de la terre promise. (Bède le Vénérable)

On évitera aujourd’hui de nourrir un quelconque antisémitisme chrétien avec ce genre de commentaires… Mais du coup, l’avertissement vaut également pour l’Église, qui peut se voir arrachée si elle ne produit pas les fruits de l’Évangile : pauvreté, humilité, défense des petits, fraternité universelle, amour des ennemis…

Dans notre contexte actuel, le figuier pourrait représenter chacun de nous lorsque nous ne produisons pas du fruit pour les autres ; ou bien notre Église lorsqu’elle se replie sur le religieux au lieu de servir les plus pauvres ; ou bien encore notre vieille Europe devenant spirituellement stérile ; ou nos amitiés lorsqu’elles deviennent des cercles d’intérêt etc.

Le « à quoi bon ? » que Jésus met sur les lèvres du maître de la vigne devrait résonner pour nous comme un avertissement à nous réveiller de notre vanité avant qu’il ne soit trop tard. Car Dieu pourrait bien se lasser de notre improductivité spirituelle, plus que des actionnaires se détournant d’une valeur boursière en chute libre…

 

À quoi bon le laisser épuiser le sol ?

À vrai dire, l’envie d’arracher le figuier stérile naît moins de la colère que de la volonté de préserver les autres plantations. Comme le maître de la vigne, tout patron actuel sait bien que l’excuse et le manque d’exigence managériale face aux dérives de quelques-uns peut compromettre le succès – voire la survie – de toute l’équipe. Au nom du bien commun, pour que les autres vivent, il faut parfois savoir couper des branches mortes, exclure ce qui empêche les autres de grandir et prospérer. Par exemple, tolérer des absences injustifiées récurrentes dans une entreprise ne peut mener qu’à la démotivation et au sentiment d’injustice chez les autres, ceux qui font l’effort d’être présents quoi qu’il arrive. De même, tolérer les écarts personnels d’un Carlos Goshn ou d’un Lula n’aura conduit qu’à des catastrophes économiques ou politiques, malgré leur allure de grand patron ou de leader politique charismatique.
« Tout arbre qui ne produit pas de bon fruit va être coupé et jeté au feu » (Lc 3.9).
Manquer d’exigence n’a jamais été une preuve d’amour, mais de lâcheté familiale ou sociale. Et ce sont les autres qui paient les pots cassés ! Il a donc raison, ce maître de la vigne, de mettre de l’exigence là où des laxistes laisseraient proliférer des parasites sous prétexte d’obtenir la paix sociale. Mais il a également raison, ce vigneron attentif qui demande et obtient un peu de patience avant de prendre la décision ultime.

Ainsi devrions-nous avoir un peu plus de patience et d’exigence conjuguées envers ceux  qui demandent le baptême pour leur enfant par exemple sans jamais participer à rien d’autre, envers ceux qui veulent se marier à l’église parce que « c’est plus beau qu’à la mairie », envers ces enfants qui viennent au caté une fois sur deux parce que leur famille s’en fiche etc.

S’il nous manque la patience du vigneron, prenons garde à ne pas devenir comme les scribes et les pharisiens qui « filtrent le moucheron mais avalent le chameau » (Mt 23,24).

S’il nous manque l’exigence du maître de la vigne, prenons garde à ce que le sel de nos communautés ne s’affadisse en n’organisant plus que des rituels folkloriques et vides de foi.

 

Qu’est-ce qui risque d’épuiser le sol aujourd’hui ?

abstrait aride Toile de fond Contexte marron argile climat fermer fissure désert détail saleté sale sécheresse sec poussière Terre environnement érosion extrême sol Grunge chaleur chaud boue Naturel la nature modèle Playa sol été surface texture Texturé fond d'écran échauffement- La multiplication des actes religieux, des rubriques liturgiques, des froufrous insignifiants et ridicules, alors quand alors que tant de gens ne connaissent pas le Christ et son Évangile !

- Le repli ecclésial sur un noyau identitaire, sociologiquement marqué C.S.P.+, éloigné des plus pauvres.

- Le manque de liberté pour oser contester les règles ecclésiales étouffant l’évangélisation.

- Le manque d’audace pour oser « passer aux barbares » et inculturer l’Évangile dans les mentalités scientifiques, technologiques, écologiques et économiques de ce siècle.

La liste n’est pas limitative : chacun de nous épuise le sol des autres lorsqu’il ne porte pas les fruits attendus…

 

Les autres « à quoi bon ? » bibliques

Dans la TOB (Traduction Oecuménique de la Bible), il n’y a que trois autres usages de ce soupir : « à quoi bon ? »

- Le premier est pour stigmatiser les rituels religieux trop extérieurs qu’Israël a pris l’habitude de multiplier en lieu et place d’une vie spirituelle authentique :

« À quoi bon m’offrir tant de sacrifices ? dit le Seigneur. Les holocaustes de béliers, la graisse des veaux, j’en suis rassasié. Le sang des taureaux, des agneaux et des boucs, je n’en veux plus ». (Is 1,10)

IMG_1687-826x1024 découragement dans Communauté spirituelleLe peuple se cache derrière sa pratique rituelle pour éviter de s’exposer à la grâce… Un peu comme le figuier qui se cache derrière ses grandes feuilles sans produire de figues. L’analogie est d’ailleurs renforcée par l’autre usage des feuilles de figuier, celles qui servent à cacher la nudité d’Adam et Ève : « Ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des pagnes » (Gn 3,7). Plutôt que de s’accepter pécheurs et de s’en remettre à Dieu, ils se dissimulent derrière leurs rites religieux pour éviter de s’exposer au regard de Dieu, nus tel que Dieu les a faits. D’ailleurs en hébreu, la feuille d’un arbre se dit  » alla « , ce qui monte; mais  » alla  » veut dire aussi ce qui monte vers Dieu, et a donné le mot  » le’ola  » qui signifie le sacrifice, l’holocauste. Jésus voit un figuier couvert de feuilles comme un homme plein d’actes religieux, de sacrifices, de bonnes œuvres faites dans le Temple. Jésus espère y trouver des fruits, de l’amour, mais il n’y en a pas et il promet à cet homme que si sa vie consiste uniquement à avoir une bonne conscience d’actes religieux, sa vie ne mènera à rien d’autre qu’à la mort.

Ainsi l’homme religieux se pare de pèlerinages, de messes, de médailles et de longues prières pour cacher à Dieu sa misère et éviter de s’exposer à lui en vérité. Les sacrifices d’animaux, les offrandes au temple, les vêtements ostensiblement religieux, les cierges accumulés au pied des statues, Isaïe comme Jésus les ont dénoncés comme une parodie de culte qui ne rend aucune gloire à Dieu :

« Doit-il être comme cela, le jeûne que je préfère, le jour où l’homme s’humilie ? S’agit-il de courber la tête comme un jonc, d’étaler en litière sac et cendre ? Est-ce pour cela que tu proclames un jeûne, un jour en faveur auprès du Seigneur ?

Le jeûne que je préfère, n’est-ce pas ceci : dénouer les liens provenant de la méchanceté, détacher les courroies du joug, renvoyer libres ceux qui ployaient, bref que vous mettiez en pièces tous les jougs » (Is 58, 5-6)

Quand Dieu se désespère : « à quoi bon supporter ses simulacres ? », il nous appelle en fait à nous laisser bêcher, fumer avec l’humilité qui est le fumier de la parabole, creuser par l’épreuve et la pénitence, pour enfin porter les beaux fruits de la foi.


- Le deuxième « à quoi bon ? » est celui de la foule qui juge inutile d’ennuyer Jésus avec la mort d’une enfant d’un chef de synagogue, Jaïre :

Jaïre agenouillé devant Jésus

 « Ta fille vient de mourir. À quoi bon déranger encore le Maître ? » (Mc 5,35)

Cet « à quoi bon ? » est désabusé : devant la mort apparente, rien ne tient, et tout espoir semble vain. Heureusement, Jaïre passera outre et, tel la veuve importune qui casse les oreilles du juge à grands cris, il n’aura de cesse de rencontrer Jésus et de lui parler de sa fille. Veillons donc à ce que les oiseaux de mauvais augure ne nous volent notre espérance sous prétexte de réalisme ou de raisonnable ! Comme Jaïre, il nous faudra parfois faire la sourde oreille pour ne pas donner crédit à la désespérance ambiante.

 

- Le troisième « à quoi bon ? » est celui des disciples indignés devant le gaspillage des Béthanie :

OnctionBethanie figuier« Or, quelques-uns s’indignaient : « À quoi bon gaspiller ce parfum ? On aurait pu le vendre pour plus de trois cents pièces d’argent et en faire don aux pauvres » (Mc 14,4-5) disaient-il devant ce geste si inconvenant d’une femme impure caressant les pieds de Jésus avec un parfum de grand prix.

Cet « à quoi bon ? » est terriblement moderne : c’est le raisonnement froid des utilitaristes qui ne comprennent pas la puissance de la gratuité en ce monde, qui n’accordent aucune valeur à l’esthétique par rapport au droit ou à l’économique. C’est une forme de fermeture à l’esprit du don, au pur amour désintéressé et sans calcul. Dans son ardeur révolutionnaire, Judas a été séduit par cette dureté du cœur qui réduit l’argent à son utilité sociale au lieu de le mettre au service de l’amour, du beau et du vrai.

Ces trois « à quoi bon ? » sont très différents de celui du propriétaire de la vigne dans la parabole de figuier stérile. Mais les quatre font système, afin de conjuguer la patience et l’exigence dans notre responsabilité envers autrui, envers nous-mêmes.

 

 

Lectures de la messe

Première lecture
« Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : Je-suis » (Ex 3, 1-8a.10.13-15)

Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là, Moïse était berger du troupeau de son beau-père Jéthro, prêtre de Madiane. Il mena le troupeau au-delà du désert et parvint à la montagne de Dieu, à l’Horeb. L’ange du Seigneur lui apparut dans la flamme d’un buisson en feu. Moïse regarda : le buisson brûlait sans se consumer. Moïse se dit alors : « Je vais faire un détour pour voir cette chose extraordinaire : pourquoi le buisson ne se consume-t-il pas ? » Le Seigneur vit qu’il avait fait un détour pour voir, et Dieu l’appela du milieu du buisson : « Moïse ! Moïse ! » Il dit : « Me voici ! » Dieu dit alors : « N’approche pas d’ici ! Retire les sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte ! » Et il déclara : « Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. » Moïse se voila le visage car il craignait de porter son regard sur Dieu. Le Seigneur dit : « J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants. Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et le faire monter de ce pays vers un beau et vaste pays, vers un pays, ruisselant de lait et de miel. Maintenant donc, va ! Je t’envoie chez Pharaon : tu feras sortir d’Égypte mon peuple, les fils d’Israël. » Moïse répondit à Dieu : « J’irai donc trouver les fils d’Israël, et je leur dirai : ‘Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous.’ Ils vont me demander quel est son nom ; que leur répondrai-je ? » Dieu dit à Moïse : « Je suis qui je suis. Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : ‘Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : Je-suis’. » Dieu dit encore à Moïse : « Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : ‘Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est Le Seigneur, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob’. C’est là mon nom pour toujours, c’est par lui que vous ferez mémoire de moi, d’âge en d’âge. »

Psaume
(Ps 102 (103), 1-2, 3-4, 6-7, 8.11)
R/ Le Seigneur est tendresse et pitié.
(Ps 102, 8a)

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n’oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d’amour et de tendresse.

Le Seigneur fait œuvre de justice,
il défend le droit des opprimés.
Il révèle ses desseins à Moïse,
aux enfants d’Israël ses hauts faits.

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint.

Deuxième lecture
La vie de Moïse avec le peuple au désert, l’Écriture l’a racontée pour nous avertir (1 Co 10, 1-6.10-12)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, je ne voudrais pas vous laisser ignorer que, lors de la sortie d’Égypte, nos pères étaient tous sous la protection de la nuée, et que tous ont passé à travers la mer. Tous, ils ont été unis à Moïse par un baptême dans la nuée et dans la mer ; tous, ils ont mangé la même nourriture spirituelle ; tous, ils ont bu la même boisson spirituelle ; car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher, c’était le Christ. Cependant, la plupart n’ont pas su plaire à Dieu : leurs ossements, en effet, jonchèrent le désert. Ces événements devaient nous servir d’exemple, pour nous empêcher de désirer ce qui est mal comme l’ont fait ces gens-là. Cessez de récriminer comme l’ont fait certains d’entre eux : ils ont été exterminés. Ce qui leur est arrivé devait servir d’exemple, et l’Écriture l’a raconté pour nous avertir, nous qui nous trouvons à la fin des temps. Ainsi donc, celui qui se croit solide, qu’il fasse attention à ne pas tomber.

Évangile

« Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même » (Lc 13, 1-9)
Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur.
Convertissez-vous, dit le Seigneur, car le royaume des Cieux est tout proche. Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. (Mt 4, 17)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Un jour, des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient. Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. » Jésus disait encore cette parabole : « Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : ‘Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?’ Mais le vigneron lui répondit : ‘Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.’ »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept