L'homelie du dimanche

10 février 2016

L’île de la tentation

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’île de la tentation

Cf. également :

Ne nous laisse pas entrer en tentation 

L’homme ne vit pas seulement de pain 

Une recette cocktail pour nos alliances

Nous ne sommes pas une religion du livre, mais du Verbe

Et plus si affinité 

Homélie du 1° dimanche de Carême / Année C
14/02/2016

 

L’île de la tentation

Avez-vous déjà regardé ce jeu de télé-réalité ? Le principe est connu : isolés sur une île, quatre couples non mariés et sans enfant doivent tester leur amour face à la tentation de vingt-deux beaux(belles) célibataires, bronzé(e)s et affriolant(e), pendant un séjour de douze jours : les tentateurs(trices).

Afficher l'image d'origine

Des rendez-vous romantiques avec les célibataires ont lieu tous les jours.

Au bout des douze jours, dans un ultime feu de camp, chaque couple doit alors décider s’il reste uni ou non à l’issue de l’émission.

Le jeu voudrait nous faire croire que la tentation principale est celle de l’infidélité conjugale. Par contre, il n’a pas tout à fait tort lorsqu’il situe la tentation sur une île, et comme une île : car la solitude est bien la conséquence d’une rupture du lien de communion avec Dieu ou avec les autres.

Au désert, en ce début de carême, le Christ va connaître son ‘île de la tentation’ à lui : le combat intérieur pour rester uni à son Père, alors que le diable voudrait qu’il arrête d’être fils et qu’il n’existe que par lui-même.

 

Quelles sont vos tentations ?

Les récits évangéliques du Christ tentés au désert marquent chaque premier dimanche de carême. On croit les connaître par cœur.
À tort sans doute. Car il faut du temps dans une vie humaine pour identifier clairement ce qui au fond est le véritable combat spirituel.

Jeune, on croit facilement que la tentation a le visage du succès, du pouvoir, du désir. Au fil des ans, la question : quel est mon combat essentiel ? s’avère plus complexe, plus subtile, plus difficile à répondre.

Pilate par exemple aurait pu croire que le piège de la gloire ou du pouvoir était le plus dangereux pour lui. Dans le dialogue avec le Christ durant sa Passion, il découvre que c’est plutôt cet espèce de cynisme qui se nourrit d’un certain scepticisme envers la vérité : « qu’est-ce que la vérité ? »

Caïphe, en tant que grand prêtre juif, devait craindre l’impureté rituelle et l’infidélité à la Loi comme ses plus grandes tentations. Il va s’entendre basculer du côté de l’utilitarisme meurtrier : « il vaut mieux qu’un seul homme meure plutôt que tout le peuple ». Il ne savait pas que c’était de ce côté-là qu’il serait tenté.

Judas aurait pu croire que le manque de courage pour aller au bout de la lutte armée contre l’occupation romaine serait sa tentation principale. Mais voilà que la séduction du désespoir sera bien plus fatale, jusqu’au suicide.

Chacun de nous découvre ainsi tôt ou tard qu’identifier la vraie tentation contre laquelle il lutte est une révélation. Cela nous est révélé par la remarque d’un autre, par la violence d’une de nos réactions, par les conséquences immenses et inimaginables de tel faux pas etc.

Jésus de Nazareth lui-même, pourtant « rempli de l’Esprit de Dieu », fait ici au désert d’apprentissage de ce qui sera le combat de sa vie. Et le diable voit juste, comme toujours : il ne porte pas ses attaques sur la peur d’être trahi, le désir de réussir ou la fuite de la douleur. Il sait que là-dessus le Christ ne lui laisse aucune prise. Alors il se concentre sur l’essentiel, sur la raison d’être même de Jésus : es-tu oui ou non le fils de Dieu ? Tout le reste en découle. Jésus est tenté, comme chacun de nous, à partir de ce qu’il a de plus cher. Et pour lui, c’est l’intimité qu’il partage avec son Père, dans l’Esprit. Si Satan arrive à déstabiliser l’homme Jésus en le faisant douter de cette identité partagée, il aura gagné.

La tentation la plus dangereuse pour chacun sera celle qui nous atteint ainsi dans notre identité la plus essentielle.

Puisque le Christ a été tenté, n’imaginons pas avancer sur le chemin avec lui sans rencontrer nous aussi les tentations qui nous correspondent.

Prenez l’itinéraire de la vie de couple. S’il y a un divorce pour deux mariages environ, c’est qu’il y a bien plus d’adultères encore avant les séparations ! Avec l’allongement de la durée de vie et la lassitude des années, avec les rythmes de travail qui éloignent et provoquent de multiples occasions de tromper l’autre, avec cette immaturité psychologique qui nous fait nous tromper avant que de tromper et qui ne se révèle que des années après, avec la fameuse crise de milieu de vie qui vient tout bouleverser en murmurant qu’il faut tout changer pour redevenir soi-même, les causes sont si nombreuses !…

La tentation de l’infidélité sera multiple et multiforme : impossible d’y échapper. Mieux vaut accueillir la tentation comme l’invitation à plus de profondeur, de liberté.

N’est pas fidèle celui qui n’a jamais été tenté, mais celui qui a traversé la tentation en renforçant le lien mis en cause.

 

La tentation comme une île

Afficher l'image d'origineAu désert, le Christ identifie les trois combats qui vont tenter de le faire chuter tout au long de sa mission : séduire par des prodiges, s’imposer par la force, s’annonçer soi-même au lieu de conduire à Dieu. Lorsqu’il rencontrera ces trois tentations sous d’autres formes, il saura ainsi les démasquer, leur enlever leur force, et en être victorieux. La dernière tentation du Christ, sur la croix, ne concerne pas Marie-Madeleine comme le romancent Nikos Kazantzakis (la dernière tentation du Christ) ou Dan Brown (auteur du fameux Da Vinci code) mais le lien à son Père : « sauve-toi toi-même », lui crie-t-on  par trois fois, comme le diable au sommet du Temple dans le désert. Le Christ  refuse d’être à lui-même son propre salut, car il est le fils, celui qui se reçoive d’un autre, dans l’amour.
Jusqu’au bout, il choisit de faire confiance à celui à qui il crie  pourtant sa déréliction (« mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »).
Jusqu’au bout il se reçoit, au lieu de prendre.
Jusqu’au bout il s’appuie sur le fait d’être aimé plutôt que de se sauver tout seul.
En cela il est vraiment le fils, d’une manière unique, car nul homme n’a vécu une telle intimité avec Dieu.

Le piège de la tentation, c’est de faire croire à chacun qu’il est un île, qu’il peut se sauver tout seul, qu’il peut prendre au lieu de recevoir, qu’il peut accaparer au lieu de donner. Et l’île de la tentation dans la Bible est la solitude à laquelle se condamne celui qui croit pouvoir se sauver lui-même.

 

Discerner sa tentation la plus essentielle

Alors, quelle tentation sera la vôtre ? La tentation principale, le fer de lance de l’attaque qui viendra vous déstabiliser au plus intime ?

Comme dans un duel à l’épée, les premières escarmouches seront portées là où c’est assez superficiel, juste pour voir si vous résistez relativement bien. Si oui, alors l’intensité montera d’un cran et vous en viendrez aux choses sérieuses.

Chaque digue tient bon tant que l’eau n’attaque pas ses points névralgiques. Dès qu’elle a trouvé la faille, le point sensible, le cheval de Troie de la digue, l’eau n’a de cesse d’user sa résistance en concentrant sa pression là où elle peut faire des dégâts…

Identifier sur quoi porte la vraie tentation de son histoire personnelle est un long discernement, qui ne se fait pas sans aide extérieure. Les vrais maîtres de sagesse sont ceux qui ont apprivoisé cette faille intime, avec humour et confiance. Ils se savent exposés, d’autant plus qu’ils progressent. Toujours en danger, ils en deviennent d’autant plus fidèles qu’ils s’appuient sur Dieu pour, non pas y être soustraits, mais se nourrir de la tentation pour devenir plus soi-même…

 

1ère lecture : La profession de foi du peuple élu (Dt 26, 4-10)
Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple : Lorsque tu présenteras les prémices de tes récoltes, le prêtre recevra de tes mains la corbeille et la déposera devant l’autel du Seigneur ton Dieu. Tu prononceras ces paroles devant le Seigneur ton Dieu : « Mon père était un Araméen nomade, qui descendit en Égypte : il y vécut en immigré avec son petit clan. C’est là qu’il est devenu une grande nation, puissante et nombreuse. Les Égyptiens nous ont maltraités, et réduits à la pauvreté ; ils nous ont imposé un dur esclavage. Nous avons crié vers le Seigneur, le Dieu de nos pères. Il a entendu notre voix, il a vu que nous étions dans la misère, la peine et l’oppression. Le Seigneur nous a fait sortir d’Égypte à main forte et à bras étendu, par des actions terrifiantes, des signes et des prodiges. Il nous a conduits dans ce lieu et nous a donné ce pays, un pays ruisselant de lait et de miel.

Et maintenant voici que j’apporte les prémices des fruits du sol que tu m’as donné, Seigneur. »

Psaume : Ps 90 (91), 1-2, 10-11, 12-13, 14-15ab

R/ Sois avec moi, Seigneur, dans mon épreuve. (cf. Ps 90, 15)

Quand je me tiens sous l’abri du Très-Haut
et repose à l’ombre du Puissant,
je dis au Seigneur : « Mon refuge,
mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! »

Le malheur ne pourra te toucher,
ni le danger, approcher de ta demeure :
il donne mission à ses anges
de te garder sur tous tes chemins.

Ils te porteront sur leurs mains
pour que ton pied ne heurte les pierres ;
tu marcheras sur la vipère et le scorpion,
tu écraseras le lion et le Dragon.

« Puisqu’il s’attache à moi, je le délivre ;
je le défends, car il connaît mon nom.
Il m’appelle, et moi, je lui réponds ;
je suis avec lui dans son épreuve. »

2ème lecture : La profession de foi en Jésus Christ (Rm 10, 8-13)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, que dit l’Écriture ? Tout près de toi est la Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur. Cette Parole, c’est le message de la foi que nous proclamons. En effet, si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. Car c’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste, c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi pour parvenir au salut. En effet, l’Écriture dit : Quiconque met en lui sa foi ne connaîtra pas la honte. Ainsi, entre les Juifs et les païens, il n’y a pas de différence : tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui l’invoquent. En effet, quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.

Evangile : « Dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où il fut tenté » (Lc 4, 1-13)

Acclamation : Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. 
L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. (Mt 4, 4b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, après son baptême, Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. Le diable lui dit alors : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. » Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain. »

Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » Jésus lui répondit : « Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte. »

Puis le diable le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi, à ses anges, l’ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui fit cette réponse : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

23 mai 2014

Fidélité, identité, ipséité

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Fidélité, identité, ipséité

Homélie du sixième dimanche de Pâques / Année A
25/05/2014

Fidélité, identité, ipséité dans Communauté spirituelle« Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent »

Cette citation célèbre d’Edgar Faure illustre son parcours pour le moins multi-cartes sous la IV° République, faisant sans cesse des allers-retours entre le centre droit, Mendès France, la présidence du Conseil, jusqu’au gouvernement de Pompidou ensuite !
Être une girouette est devenu synonyme en français de l’infidélité maximum !

 

Que veut dire : demeurer fidèle ?

Comment rester soi-même alors que tout change autour de soi et en soi ?

Qu’est-ce que la fidélité à l’heure où il y a un divorce pour deux mariages, où les politiques semblent incapables de tenir la parole donnée en campagne électorale ?

Comment changer pour demeurer soi-même ? 

Le Christ nous donne dans cet évangile du sixième dimanche de Pâques trois mots qui font système : « si vous m’aimez, vous demeurez fidèles à mes commandements » (cf. Jn 14, 15­­?21).

Chaque mot s’appuie sur les deux autres pour exister.

Que serait une fidélité rigide observant scrupuleusement les commandements sans amour ?

Que serait un amour-girouette obéissant aux seuls sentiments sans tenir compte des grands impératifs de la vie ensemble ?

Et que serait la loi ou l’éthique si elles nous éloignaient de la fidélité pratiquée avec amour ?

ancreflo fidélité dans Communauté spirituelle 

Pour le Christ – et d’abord parce qu’il le vit ainsi lui-même – la fidélité se nourrit de l’amour et du respect des commandements.

 

On a là deux pôles apparemment en tension l’un avec l’autre : les commandements sont réputés immuables, universels (« tu ne tueras pas »…), alors que l’amour est vivant, donc changeant, évolutif, dynamique.

Observer les commandements, c’est jeter une ancre puissante pour stabiliser le navire et l’empêcher de dériver. Mais c’est une ancre flottante, car aimer oblige à passer sans cesse d’une rive à l’autre…

Paul Ricoeur – philosophe façonné par sa tradition protestante – a formulé avec génie cette dialectique du permanent et du changeant qui est en jeu dans la fidélité. Il distingue l’identité de l’ipséité, dans l’accomplissement de la personnalité de celui qui veut tenir parole.

« D’un côté, l’identité comme mêmeté (latin : idem ; anglais : sameness ; allemand : Gleichheit), de l’autre, l’identité comme ipséité (latin : ipse ; anglais : selfhood ; allemand : Selbstheit) » 1.

- L’identité désigne le côté stable, permanent, structurant du caractère et de la personnalité de quelqu’un

- L’ipséité vise plutôt le mouvement réfléchi de celui qui travaille sur soi pour devenir vraiment lui-même. À cause des événements extérieurs, à cause de la maturation intérieure, chacun évolue et prend conscience de façon plus affinée, de façon différente, de son identité profonde.

Il faut donc conjuguer ces deux dimensions, tout au long d’une existence, de façon dialectique. Car la grande question de la fidélité est d’intégrer le temps humain sans se renier 2.

Se figer sur une identité statique (la mêmeté, dit Ricoeur) et immuable peut engendrer tous les intégrismes, tous les communautarismes et rejets de l’autre que nous voyons proliférer.

Se laisser fasciner par l’ipséité, par la possibilité d’engendrement de soi, peut également aboutir à toutes les dérives, de celles de la théorie du genre aux innombrables fidélités successives qui détruisent les couples, les partis politiques, les entreprises… Alain Finkielkraut a essayé ? avec un esprit polémique discutable - de diagnostiquer cette pathologie de « l’identité malheureuse » qui oublie l’enracinement, et engendre « le vertige de la désidentification » 3.

 

Sans vouloir calquer les deux analyses, on peut quand même entendre dans le trio amour/fidélité/commandements un signe annonciateur (ou du moins cohérent avec) de la dialectique entre l’identité et l’ipséité de Ricoeur.

- Les commandements en effet sont plutôt du côté de l’identité-mêmeté. Ils n’ont pas bougé depuis 2000 ans (depuis 5000 ans même si l’on remonte au code d’Hammourabi). Jésus ne veut surtout pas les abolir (cf. « Accomplir, pas abolir« ). L’interdit du meurtre ou de l’inceste sont gravés dans l’inconscient collectif comme des structurants  fondamentaux du vivre ensemble. Et cela ne bougera pas de sitôt !

- L’amour lui est plutôt du côté de l’ipséité. Par amour de l’autre, on se lance dans de nouveaux projets qui changent la vie : acquérir une maison, devenir parent, donner un autre sens à son travail… Par amour d’une idée ou d’une conviction, on peut être amené à faire des choses nouvelles inconcevables auparavant : partir en Afrique, adopter des enfants, changer de métier, accepter des responsabilités, bref être emmené là où vous n’aviez jamais pensé aller.

 

Comment unir les deux ?

Dans la philosophie de Ricoeur – qui veut rester méthodologiquement athée – c’est la personne, le sujet parlant (et voulant tenir sa parole c’est-à-dire être fidèle à la parole donnée) qui fait l’unité entre eux identité et ipséité. Dans la bouche du Christ, nous l’avons entendu, c’est un autre acteur – pourtant très intime - qui fait le lien : « l’Esprit de vérité ». C’est l’Esprit qui nous permet de discerner ce qui est à conserver et ce qui doit évoluer. C’est dans l’Esprit que nous sommes amenés à décider comment être plus fidèle à nous-mêmes. La vie spirituelle est justement cet aller-retour permanent entre ce qui fait notre être profond et les décisions à prendre pour y correspondre pleinement. L’Esprit nous fait naviguer sur de nouveaux horizons sans nous débarrasser de l’ancre flottante des commandements régulant notre allure, surtout par forte houle et tempête…

Du coup, devenir fidèle est très concret.

Prenez la fidélité de l’Église aux commandements juifs. À la lettre, les chrétiens y sont infidèles : nous ne respectons plus le shabbat, ni les 613 commandements très précis encadrant la vie des juifs pratiquants. Pourtant, nous avons l’audace de croire que nous respectons mieux encore l’esprit de ses commandements depuis que le Christ nous a montré comment les accomplir (sans les abolir). L’accomplissement est dans l’amour (de Dieu / de l’autre) : c’est la règle ultime au-dessus de toutes les autres qui permet de les vivre en cohérence avec la présence de Dieu en nous. Au nom de cet accomplissement, le Christ a permis à ses disciples de travailler le jour du shabbat, et lui-même a guéri des malades et handicapés ce jour là. Au nom de l’ipséité pourrait-on dire, l’Église a ensuite permis aux juifs de manger avec les non- juifs, aux païens de ne pas être circoncis pour entrer dans le baptême, aux chrétiens de manger les animaux autrefois déclarés impurs etc.

La vraie fidélité est dynamique, on le voit bien. Pas n’importe quelle dynamique, pas celle de la girouette d’Edgar Faure ! Non : une dynamique pour mieux accomplir les commandements qui structurent notre dignité humaine.

Cette fidélité-là est exigeante : à la fois créatrice et enracinée, souple et avec une forte colonne vertébrale, attentive aux signes des temps et ferme sur ce qui n’est pas négociable.

Cette fidélité-là est féconde : « vous ferez des oeuvres plus grandes que moi » ose dire Jésus (Jn 14,10).

 

« Si vous m’aimez, vous demeurerez fidèles à mes commandements » : examinons les fidélités (ou infidélités) qui ont été / sont les nôtres. Comment peuvent-elles se laisser transformer par ce que le Christ nous en dit aujourd’hui ?

____________________________________________________________________________________________________________

1. Paul Ricoeur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, coll. Points essais, 1990, p. 140.

2. Dans Temps et récit, Paul Ricoeur avait introduit la notion d’identité narrative à l’occasion d’une discussion sur le sens du temps dans les récits de fiction ; dans Soi-même comme un autre qui porte principalement sur la question de l’identité, il développe à nouveau ce concept en l’explicitant :
« Je me propose de remettre ici en chantier la théorie narrative, non plus dans la perspective de ses rapports avec la constitution du temps humain, comme il a été fait dans Temps et récit, mais de sa contribution à la constitution du soi » ; ibid., p. 138.

3. Alain Finkelkraut, L’identité malheureuse, Stock, 2013.

1ère lecture : Évangélisation de la Samarie (Ac 8, 5-8.14-17)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ.
Les foules, d’un seul c?ur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car tous entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même ils les voyaient.
Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits mauvais, qui les quittaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et d’infirmes furent guéris.
Et il y eut dans cette ville une grande joie.

Les Apôtres, restés à Jérusalem, apprirent que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu. Alors ils leur envoyèrent Pierre et Jean.
À leur arrivée, ceux-ci prièrent pour les Samaritains afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit ; en effet, l’Esprit n’était encore venu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus.
Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils recevaient le Saint-Esprit.

Psaume : Ps 65, 1-3a, 4-5, 6-7a, 16.20

R/ Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur !

Acclamez Dieu, toute la terre ; 
fêtez la gloire de son nom, 
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! »

Toute la terre se prosterne devant toi, 
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom.
Venez et voyez les hauts faits de Dieu, 
ses exploits redoutables pour les fils des hommes. 

Il changea la mer en terre ferme : 
ils passèrent le fleuve à pied sec. 
De là, cette joie qu’il nous donne. 
Il règne à jamais par sa puissance. 

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu : 
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme.
Béni soit Dieu qui n’a pas écarté ma prière, 
ni détourné de moi son amour !

2ème lecture : Soyez les témoins de notre espérance au milieu des hommes (1 P 3, 15-18)

Lecture de la première lettre de saint Pierre Apôtre

Frère,
c’est le Seigneur, le Christ, que vous devez reconnaître dans vos c?urs comme le seul saint. Vous devez toujours être prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect. 
Ayez une conscience droite, pour faire honte à vos adversaires au moment même où ils calomnient la vie droite que vous menez dans le Christ.
Car il vaudrait mieux souffrir pour avoir fait le bien, si c’était la volonté de Dieu, plutôt que pour avoir fait le mal.
C’est ainsi que le Christ est mort pour les péchés, une fois pour toutes ; lui, le juste, il est mort pour les coupables afin de vous introduire devant Dieu. Dans sa chair, il a été mis à mort ; dans l’esprit, il a été rendu à la vie.

Evangile : « Je ne vous laisserai pas orphelins » (Jn 14, 15-21)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Dans l’Esprit Saint, rendez témoignage que Jésus est le Fils de Dieu, car l’Esprit est vérité. Alléluia. (cf. 1 Jn 5, 6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements.
Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de vérité. Le monde est incapable de le recevoir, parce qu’il ne le voit pas et ne le connaît pas ; mais vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous, et qu’il est en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous.
D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous.
Celui qui a reçu mes commandements et y reste fidèle, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept