L'homelie du dimanche

23 décembre 2009

Noël : « On vous écrira… »

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 9 h 11 min

Noël : « On vous écrira… »

 

Homélie de la nuit de Noël / Année C

24/12/2009

 

« Il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. »

 

Cette phrase de notre évangile de Noël est toujours d’une terrible actualité.

Quand Dieu vient nous visiter, il fait la cruelle expérience d’être « de trop », d’être celui pour qui il n’y a rien, aucune place de libre. « On vous écrira… »

null

Quand Dieu vient nous visiter, il commence par une mangeoire dans une étable, l’équivalent d’une tente rouge le long du canal saint Martin. Dieu SDF !

Exclu de la salle commune dès sa naissance, Jésus pourra ensuite tout au long de sa vie accueillir les exclus de la société de son époque : lépreux, prostituées, collaborateurs même… Comme quoi Dieu fait feu de tout bois pour nous aimer : même notre rejet devient pour lui tendresse envers les rejetés ; même notre exclusion devient en lui une fraternité avec les exclus ; même nos refus deviennent en Dieu la porte ouverte au refusés de nos sociétés : les bergers le soir de Noël, les isolés ou ceux qui ne trouvent pas de place dans notre société aujourd’hui.

 

Saint Jean en fera le constat désolé dans le prologue de son Évangile : « il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu ».

Voilà donc l’enjeu de cette nuit de Noël :

- accueillir l’enfant dont personne ne veut, et ainsi devenir nous-mêmes enfants de Dieu.

 -faire de la place à d’autres dans la salle commune, c’est-à-dire dans nos entreprises, nos associations, nos familles mêmes, et ainsi trouver notre propre place dans le coeur de Dieu.

- remuer ciel et terre pour qu’une famille ne soit plus obligée de dormir dans des conditions indignes, et ainsi entrer dans la famille de Dieu…

 

« Il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune ».

Notre évangile de Noël est finalement très politique : il nous parle de vie commune, de recherche d’un logement, de nomades à l’écart du village, de recensement orgueilleux par un pouvoir en fait fragile…

Le christianisme n’est décidément pas une affaire privée !

La joie de Noël est dès l’origine destinée à se manifester sur la place publique :

- grâce à l’enfant de la crèche, ceux qui ne savent plus où crécher reprennent espoir ;

- à cause du bébé sur la paille, ceux qui sont bien au chaud vont se laisser attendrir et laisser une place à ceux qui en cherchent.

- devant Marie, jeune accouchée anonyme mise à l’écart, comment ne pas s’engager pour toutes ces femmes qui aujourd’hui encore donnent naissance et élèvent leurs enfants avec toutes les peines du monde, dans la précarité ?

 

L’immense espérance de Noël, l’espérance politique de cette fête de la Nativité, c’est que « la pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle », selon la parole du psaume.

Oui : il est possible de bâtir la vie commune avec et à partir des exclus.

Oui : tout homme rejeté par les siens peut trouver en Jésus un frère, sans haine ni vengeance.

Oui : l’exclusion n’est pas une fatalité; que ce soit celle du chômage ou de la séparation familiale, en Jésus, Dieu vient endosser nos ruptures, nos rejets, nos refus, pour qu’ils n’aient pas le dernier mot.

Ce soir notre réconciliation nous est offerte : « paix sur la terre aux hommes qu’il aime ».

 

Fêtons Noël en promettant de nous battre pour qu’il y ait désormais de la place pour un enfant et sa famille dans la salle commune…

 

 

1ère lecture : Le prince de la paix (Is 9, 1-6)

Lecture du livre d’Isaïe

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi.
Tu as prodigué l’allégresse, tu as fait grandir la joie : ils se réjouissent devant toi comme on se réjouit en faisant la moisson, comme on exulte en partageant les dépouilles des vaincus.
Car le joug qui pesait sur eux, le bâton qui meurtrissait leurs épaules, le fouet du chef de corvée, tu les as brisés comme au jour de la victoire sur Madiane.
Toutes les chaussures des soldats qui piétinaient bruyamment le sol, tous leurs manteaux couverts de sang, les voilà brûlés : le feu les a dévorés.
Oui ! un enfant nous est né, un fils nous a été donné ; l’insigne du pouvoir est sur son épaule ; on proclame son nom : « Merveilleux-Conseiller, Dieu-Fort,Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix ».
Ainsi le pouvoir s’étendra, la paix sera sans fin pour David et pour son royaume. Il sera solidement établi sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Voilà ce que fait l’amour invincible du Seigneur de l’univers.

 

Psaume : 95, 1-2a, 2b-3, 11-12a, 12b-13a.c

R/ Aujourd’hui, un Sauveur nous est né :
c’est le Christ, le Seigneur.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
pour gouverner le monde avec justice.

 

2ème lecture : La grâce de Dieu s’est manifestée (Tt 2, 11-14)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre à Tite

La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes.
C’est elle qui nous apprend à rejeter le péché et les passions d’ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnable, justes et religieux,
et pour attendre le bonheur que nous espérons avoir quand se manifestera la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur.
Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien


Evangile : Naissance de Jésus (Lc 2, 1-14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre ? ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. ?
Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d’origine.
Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David.
Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter.
Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux.
L’ange du Seigneur s’approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte,
mais l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur.
Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. »

 

Patrick BRAUD
Mots-clés : , , , ,
12