L'homelie du dimanche

27 décembre 2016

Devenir la Mère de Dieu

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Devenir la Mère de Dieu

Cf. également :

Marie Theotokos, ou la force de l’opinion publique

Vendredi Saint : la déréliction de Marie

Une sainte famille « ruminante »

Une famille réfugiée politique

Fêter la famille, multiforme et changeante

La vieillesse est un naufrage ? Honore la !

Familles, je vous aime?


Homélie pour la fête de sainte Marie Mère de Dieu / Année A
01/01/2017

À Noël, nous avons lu Jean Tauler (XIV° siècle) nous inviter à engendrer le Verbe de Dieu en nous, autrement dit : à devenir la Mère de Dieu avec Marie ! C’est la troisième naissance de Noël, que nous fêtons aujourd’hui avec la fête de Marie Theotokos. Marie est Mère de Dieu en engendrant le Verbe, en croyant à sa parole et en la mettant en pratique (Mc 3,31-35). Nous engendrons avec elle si nous la suivons dans l’attitude spirituelle de l’évangile de ce dimanche : « Marie retenait tous ces événements et les gardait en son cœur ».

 

Les bergers et le fugueur

Il n’y a que deux passages dans toute la Bible, et c’est dans l’évangile de Luc, où  cette expression se retrouve : garder toutes ces choses en son cœur.

Afficher l'image d'origineLa première (2,19) est au moment de la visite des bergers à la crèche. Tous s’étonnent de ce que les bergers disent de l’enfant. Marie elle retenait tous ces événements (ces paroles) et les gardait en son cœur.

La seconde (toujours chez Luc, en 2,51) est après le pèlerinage (la visite) de la famille au Temple de Jérusalem. Tous s’étonnent de ce que Jésus dit de la Torah. Marie elle gardait tous ces événements (ces paroles) dans son cœur.

En précisant les termes grecs employés, on a donc le parallélisme suivant entre les deux séquences :

Tableau Lc 2,51

Des bergers de Bethléem au fugueur de Jérusalem, tout se passe comme si Marie (désignée comme telle en 2,19) apprenait à devenir mère (c’est ainsi qu’elle est appelée en 2,51). Comment ?

- D’abord en se laissant étonner. Étonner par ce que les bergers disent de son enfant (2,18). Étonner ensuite par son comportement étrange au Temple (2,48).

- Puis en allant plus loin que l’étonnement.

Devant les bergers, Marie rassemble précieusement toutes les paroles éparses qui ont jalonné cette grossesse et cette naissance depuis le début. C’est le sens du verbe « garder ensemble » (syne-terei  2,19) qui est renforcé dans le verbe « méditant » (symballousa), littéralement : mettre ensemble ce qui apparemment est sans lien commun.

Afficher l'image d'origineMarie devine que tous ces éléments épars doivent avoir un sens lorsqu’on les met ensemble. C’est pourquoi elle les recueille précieusement, comme les perles d’un collier dont le fil est rompu, comme les pièces d’un puzzle dans sa boîte, en se disant qu’un jour on arrivera bien à les mettre ensemble. Le mot symbole vient d’ailleurs de là : joindre ensemble des choses (événements, paroles) qui apparaissaient séparées et sans lien.

Marie est donc celle qui est capable de se laisser étonner sans cesser de croire pour autant que tout cela a un sens caché, symbolique, que Dieu dévoilera plus tard.

- La seconde fois, après la fugue de Jésus au Temple, Marie est désignée comme sa mère justement parce que, étonnée du comportement de Jésus, elle va engranger ses paroles (« ne savez-vous pas qu’il me faut être chez mon père ? ») jusqu’au jour où elle apprendra ce que veut dire sa réponse sans : « être chez mon père ». C’est d’ailleurs la première parole de Jésus dans l’Évangile de Luc, et elle est pour nommer son Père (comme s’il fallait cette reconnaissance du Père pour que Marie soit appelée mère !). Il faudra attendre sa dernière parole, lorsque – crucifié – il désigne à nouveau son père (« Père, entre tes mains, je remets mon esprit ») pour que Marie comprenne en plénitude ce qu’être sa mère veut dire… (cf. la déréliction de Marie).

Entre deux, Marie va cheminer dans la foi. Elle va faire ce que Jean Paul II appelait son pèlerinage de confiance, afin de devenir davantage ce qu’elle est depuis l’Annonciation : la Mère de Dieu.

Des bergers de Bethléem au fugueur de Jérusalem, les étapes de cette maternité divine de Marie sont encore les nôtres : se laisser étonner / rassembler précieusement tout ce qui arrive / garder tout cela à travers le temps et l’espace, tout au long des événements pour leur donner enfin leur pleine signification.

 

Se laisser étonner

pink%20question%20mark%20clipartDéjà la visite des bergers à Bethléem était surprenante ! Mais en plus, ils racontent  de drôles de choses sur le bébé, en l’appelant sauveur, Christ, Seigneur… Et puis au Temple de Jérusalem, les parents ont de quoi s’étonner – voire se mettre en colère – en constatant que leur gamin de 12 ans est resté là depuis trois jours sans s’inquiéter de leur inquiétude à son sujet !

C’est donc qu’il est impossible d’engendrer le Verbe en nous sans nous laisser étonner, surprendre à la manière de Marie. La vie spirituelle – et la vie tout court – est remplie de ces moments où l’interrogation est profonde : pourquoi nous fais-tu cela ? Que ce soit devant la Shoah ou le cancer d’un proche, l’injustice injustifiable ou la violence incompréhensible… Nos pourquoi sont ceux de Marie, la mère de Dieu, qui ne comprend pas sur l’instant.

C’est par exemple l’étonnement que nous devrions avoir devant les bergers d’aujourd’hui, migrants et réfugiés d’Orient, d’Afrique, qui nous révèlent les points forts et les points faibles de notre civilisation occidentale …

 

Rassembler les pièces éparses du puzzle

Marie ne comprend pas. Elle n’abandonne pas pour autant. Elle recueille précieusement (she treasured up, traduit joliment l’anglais) toutes les paroles, les gestes, les événements liés à son fils, pour ne pas en perdre une miette. Sur l’instant, comme les 10 000 morceaux du puzzle mis en boîte, cela ne dessine pas grand-chose. Mais plus tard…

C’est ce qu’elle espère, et nous avec elle. D’où l’importance du récit, de la mémoire, pour se dire à soi-même et aux autres. Si Anne Frank et Etty Hillesum n’avaient pas dans leur journal intime patiemment écrit ce qui leur arrivait, elles n’auraient pas pu accoucher de l’immense figure spirituelle que chacune est devenue à travers cela.

Le travail d’engendrement qui nous configure à la Mère de Dieu passe par un travail d’écriture, de parole, de récit, de mémoire…

Il s’agit de ne rien perdre de ce qui nous est donné à travers l’apparente incohérence des événements du moment.

 

Méditer toutes ces choses en son cœur à travers le temps et l’espace

Une fois réunies, les pièces du puzzle commencent à s’assembler, deux par deux, sous-ensemble avec sous-ensemble… Avec les années, si nous gardons comme Marie ce trésor au cœur pour y puiser régulièrement des associations nouvelles, nous pourrons déchiffrer ce qui nous arrive. Il faudra souvent attendre comme elle la fin de l’histoire – la croix, et plus encore la résurrection – pour comprendre enfin, pour avoir enfin une vue d’ensemble du paysage, du tableau, du portrait que les 10 000 pièces du puzzle forment ensemble.

L’unité intérieure d’un être vient de sa capacité à relier constamment son passé et son présent, à y deviner les lignes de force qui s’y dessinent, les grandes tendances où Dieu l’emmène, bref sa vocation la plus personnelle.

Devenir la Mère de Dieu dans Communauté spirituelle gif-puzzle-spectrum-1786418

Marie la première a parcouru ce chemin, en rassemblant et méditant précieusement tout ce qui arrivait à son fils, du début à la fin, et au-delà.

À nous, en cultivant notre étonnement, notre mémoire, notre rumination intérieure quoi qu’il arrive, à nous d’engendrer dans l’Esprit Saint Celui qui désire prendre chair de notre chair.

 

1ère lecture : « Ils invoqueront mon nom sur les fils d’Israël, et moi, je les bénirai » (Nb 6, 22-27)
Lecture du livre des Nombres

Le Seigneur parla à Moïse. Il dit :« Parle à Aaron et à ses fils. Tu leur diras :Voici en quels termes vous bénirez les fils d’Israël :Que le Seigneur te bénisse et te garde !Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage,qu’il te prenne en grâce !Que le Seigneur tourne vers toi son visage,qu’il t’apporte la paix !”Ils invoqueront ainsi mon nom sur les fils d’Israël,et moi, je les bénirai. »

Psaume : Ps 66 (67), 2-3, 5, 6.8
R/ Que Dieu nous prenne en grâce et qu’il nous bénisse ! (Ps 66, 2)

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
tu gouvernes les peuples avec droiture,
sur la terre, tu conduis les nations.

Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ;
qu’ils te rendent grâce tous ensemble !
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

2ème lecture : « Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme » (Ga 4, 4-7)
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates

Frères,lorsqu’est venue la plénitude des temps,Dieu a envoyé son Fils,né d’une femmeet soumis à la loi de Moïse,afin de racheter ceux qui étaient soumis à la Loiet pour que nous soyons adoptés comme fils.Et voici la preuve que vous êtes des fils :Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs,et cet Esprit crie« Abba ! », c’est-à-dire : Père !Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils,et puisque tu es fils, tu es aussi héritier :c’est l’œuvre de Dieu.

Evangile : « Ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né.Quand fut arrivé le huitième jour, l’enfant reçut le nom de Jésus » (Lc 2, 16-21)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
À bien des reprises, Dieu, dans le passé,
a parlé à nos pères par les prophètes ;à la fin, en ces jours où nous sommes,il nous a parlé par son Fils. Alléluia.  (cf. He 1, 1-2)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem,et ils découvrirent Marie et Joseph,avec le nouveau-nécouché dans la mangeoire.Après avoir vu,ils racontèrent ce qui leur avait été annoncéau sujet de cet enfant.Et tous ceux qui entendirent s’étonnaientde ce que leur racontaient les bergers.Marie, cependant, retenait tous ces événementset les méditait dans son cœur.Les bergers repartirent ;ils glorifiaient et louaient Dieupour tout ce qu’ils avaient entendu et vu,selon ce qui leur avait été annoncé.  Quand fut arrivé le huitième jour,celui de la circoncision,l’enfant reçut le nom de Jésus,le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , , ,

29 juillet 2015

La capacité d’étonnement

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La capacité d’étonnement


Homélie du 18° dimanche du temps ordinaire / Année B

02/08/2015

Cf. également :

Éveiller à d’autres appétits


« Mann hou ? »
Qu’est-ce que c’est ?

La question des hébreux devant cette fine rosée recouvrant leur camp reflète leur étonnement. À tel point que l’interrogation est devenue le nom de la chose étonnante : la manne. Au lieu d’avoir peur, au lieu de se jeter dessus goulûment, au lieu d’ignorer le phénomène, les hébreux restent devant cette couche de givre inconnue et s’interrogent.

La capacité d'étonnement dans Communauté spirituelle moise31

Il y va pourtant d’un enjeu de taille : leur survie, tout simplement, dans ce désert hostile où la nourriture est rare et peu nombreuse. C’est donc que la condition première pour se nourrir de l’imprévu est d’abord de savoir s’étonner, et de se questionner.

Rainer Maria Rilke conseille cette posture à un jeune apprenti poète :

lettresaunjeunepoete émerveillement dans Communauté spirituelle« Si vous vous accrochez à la nature, à ce qu’il y a de simple en elle, de petit, à quoi presque personne ne prend garde, qui, tout à coup, devient l’infiniment grand, l’incommensurable, si vous étendez votre amour à tout ce qui est, si très humblement vous cherchez à gagner en serviteur la confiance de ce qui semble misérable, – alors tout vous deviendra plus facile, vous semblera plus harmonieux et, pour ainsi dire, plus conciliant. Votre entendement restera peut-être en arrière, étonné : mais votre conscience la plus profonde s’éveillera et saura. Vous êtes si jeune, si neuf devant les choses, que je voudrais vous prier, autant que je sais le faire, d’être patient en face de tout ce qui n’est pas résolu dans votre cœur. Efforcez-vous d’aimer vos questions elles-mêmes, chacune comme une pièce qui vous serait fermée, comme un livre écrit dans une langue étrangère. Ne cherchez pas pour le moment des réponses qui ne peuvent vous être apportées, parce que vous ne sauriez pas les mettre en pratique, les « vivre ». Et il s’agit précisément de tout vivre.

Ne vivez pour l’instant que vos questions.
Peut-être, simplement en les vivant, finirez-vous par entrer insensiblement, un jour, dans les réponses. »

Rainer Maria Rilke, Lettres à un jeune poète, Lettre n° 4 du 16/07/1903.

Savoir s’étonner est indispensable si l’on veut recueillir le don de Dieu. Chaque jour poser la question : qu’est-ce que c’est ? permet de ne pas passer à côté de ce qui a été déposé à notre porte, à notre insu, pour nous en nourrir.

L’étonnement, dit-on, « c’est l’enfance qui se cultive au quotidien ».

La capacité d’étonnement est la qualité première du philosophe : pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? s’interrogeait Leibniz [1]. Et les psaumes en écho prolongent cette interrogation jusqu’à l’homme lui-même : « qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ? Le fils d’un homme que tu en prennes souci ? »

« S’étonner », nous dit Platon, « voilà un sentiment tout à fait philosophique. La philosophie n’a pas d’autre origine ». S’étonner est chez le philosophe « le premier symptôme de l’ignorance » ; c’est le moteur du besoin de comprendre.

Les scientifiques sont tout aussi prompts à s’étonner, et curieux eux aussi : « Celui qui ne peut plus trouver ni étonnement, ni surprise, est pour ainsi dire mort, ses yeux sont fermés », écrivait Albert Einstein [2].

Celui qui ne s’étonne pas devient vite blasé, voire cynique.
Celui qui s’habitue ne voit plus l’exceptionnel.
Celui qui ne s’arrête pas pour déceler l’inhabituel passe à côté d’un trésor sans le voir.

Prenez les foules suite à la multiplication des pains dans notre évangile : il y a ceux qui n’ont rien remarqué, satisfaits seulement d’avoir mangé à satiété. Il y a ceux qui ne voient que le produit matériel et en redemandent encore. Quelques-uns prendront du recul et se demanderont : qu’est-ce que cela ? Qui est celui qui nourrit ainsi tant de gens ? Cet étonnement les emmènera ailleurs. Habiter leur questionnement sur Jésus les conduira à le suivre pour en savoir plus sur lui.

Dans son homélie pour la fête de Pâques 2015, le Pape François murmurait :
« On ne peut vivre la Pâque sans entrer dans le mystère.
Ce n’est pas un fait intellectuel, ce n’est pas seulement connaître, lire… C’est plus, c’est beaucoup plus !
“Entrer dans le mystère”, signifie capacité d’étonnement, de contemplation; capacité d’écouter le silence et d’entendre le murmure d’un fin silence sonore dans lequel Dieu nous parle.
Entrer dans le mystère nous demande de ne pas avoir peur de la réalité: de ne pas se fermer sur soi-même, de ne pas fuir devant ce que nous ne comprenons pas, de ne pas fermer les yeux devant les problèmes, de ne pas les nier, de ne pas éliminer les points d’interrogation… »

 

Les trois enfants de l’étonnement

 

L’émerveillement

Celui qui sait s’arrêter sur l’inattendu et s’interroger : qu’est-ce que c’est ? n’est pas loin de pouvoir ensuite s’émerveiller du don de Dieu accordé à travers cette manne de chaque jour. Ne pas s’habituer aux petits miracles quotidiens donne une joie de vivre invincible, car s’alimentant sans cesse des mannes jalonnant notre route. Sainte Thérèse d’Avila disait : « Vous trouverez Dieu au fond de la casserole » !

Le fond de la casserole, c’est peut-être un matin où le ciel est irisé de couleurs improbables. C’est le sourire chaleureux d’un inconnu dans la foule du métro. C’est le coup de fil surprise de quelqu’un qui nous touche. C’est une opportunité insoupçonnée qui se présente au travail etc.

« Le Seigneur a fait pour moi des merveilles » chante Marie dans son Magnificat. C’est parce qu’elle a transformé son étonnement en émerveillement que Marie est remplie de l’allégresse de l’Esprit. Nous aussi nous pouvons enfanter le Verbe en nous si nous savons nous étonner des visites et des annonces qui nous sont faites…

 

L’action de grâces

eucharistie-125447_2 étonnementRendre grâce est dans le droit fil de l’émerveillement : une vie eucharistique est une attention de tous les instants à ce je ne sais quoi qui m’est donné à travers les autres et le monde.

Si cette musique inconnue m’a littéralement ravi hors de moi-même, si cette parole a si fort raisonné en moi, si cette main tendue a été à ce point providentielle, alors il y a de quoi rendre grâce ! Alors l’eucharistie devient la reconnaissance étonnée et émerveillée d’un amour qui me fait vivre à travers mille et une attentions  déroutantes.

 

La révolte

756107 eucharistieL’étonnement peut également conduire à la révolte.

Comment, cette silhouette emmitouflée dans un duvet qui m’a intrigué sur le trottoir est un être humain ? Alors il ne faut pas s’habituer, et sonner  l’insurrection de la bonté comme le criait l’Abbé Pierre, pour que les SDF ne soient pas des milliers, toujours plus nombreux.

Comment, la dette de la France est de 2 000 milliards, l’équivalent de la richesse produite chaque année ? Et personne ne s’en alarme outre mesure ? Mais pourquoi plus personne ne s’en étonne ? Pourquoi ne pas se révolter contre ces nuages noirs  s’amoncelant sur la tête de nos enfants ?

Comment, une grossesse sur cinq n’arrive plus à terme, et cela n’étonne personne ?

Ne pas s’habituer peut conduire à une réaction salutaire. Le mouvement des indignés de Stéphane Hessel est né de ce regard étonné sur une réalité injuste.

En posant la question : « Mann hou ? », qu’est-ce que c’est ? le peuple hébreu au désert s’est ouvert la voie d’une attitude spirituelle toujours actuelle. Sortir de son camp pour aller voir de plus près ce qui intrigue, prendre le temps d’habiter la question surgie de l’étonnement, puis recueillir humblement chaque jour ce qui nous est donné pour avancer sur la route…

 

La manne est une figure de l’eucharistie en ce sens qu’elle nous apprend à recevoir sans nous habituer, à rendre grâce sans cesser de marcher…


[1]. Principes de la nature et de la grâce, 1714.

[2]. dans : Comment je vois ce monde, publié en 1934.

 

 

 

 

1ère lecture : « Du ciel, je vais faire pleuvoir du pain pour vous » (Ex 16, 2-4.12-15)
Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là,      dans le désert, toute la communauté des fils d’Israël  récriminait contre Moïse et son frère Aaron.      Les fils d’Israël leur dirent : « Ah ! Il aurait mieux valu mourir  de la main du Seigneur, au pays d’Égypte,  quand nous étions assis près des marmites de viande,  quand nous mangions du pain à satiété !  Vous nous avez fait sortir dans ce désert  pour faire mourir de faim tout ce peuple assemblé ! »     Le Seigneur dit à Moïse : « Voici que, du ciel, je vais faire pleuvoir du pain pour vous.  Le peuple sortira pour recueillir chaque jour sa ration quotidienne,  et ainsi je vais le mettre à l’épreuve : je verrai s’il marchera, ou non, selon ma loi.     J’ai entendu les récriminations des fils d’Israël.  Tu leur diras : ‘Au coucher du soleil, vous mangerez de la viande  et, le lendemain matin, vous aurez du pain à satiété.  Alors vous saurez que moi, le Seigneur, je suis votre Dieu.’ »

    Le soir même, surgit un vol de cailles qui recouvrirent le camp ;  et, le lendemain matin,  il y avait une couche de rosée autour du camp.      Lorsque la couche de rosée s’évapora,  il y avait, à la surface du désert, une fine croûte,  quelque chose de fin comme du givre, sur le sol.      Quand ils virent cela,  les fils d’Israël se dirent l’un à l’autre : « Mann hou ? » (ce qui veut dire : Qu’est-ce que c’est ?),  car ils ne savaient pas ce que c’était.  Moïse leur dit : « C’est le pain que le Seigneur vous donne à manger. »

Psaume : Ps 77 (78), 3.4ac, 23-24, 25.52a.54a

R/ Le Seigneur donne le pain du ciel !  (cf. 77, 24b)

Nous avons entendu et nous savons
ce que nos pères nous ont raconté :
et nous le redirons à l’âge qui vient,
les titres de gloire du Seigneur.

Il commande aux nuées là-haut,
il ouvre les écluses du ciel :
pour les nourrir il fait pleuvoir la manne,
il leur donne le froment du ciel.

Chacun se nourrit du pain des Forts,
il les pourvoit de vivres à satiété.
Tel un berger, il conduit son peuple.
Il le fait entrer dans son domaine sacré.

2ème lecture : « Revêtez-vous de l’homme nouveau, créé selon Dieu » (Ep 4, 17.20-24)
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères,     je vous le dis, j’en témoigne dans le Seigneur : vous ne devez plus vous conduire comme les païens  qui se laissent guider par le néant de leur pensée.     Mais vous, ce n’est pas ainsi  que l’on vous a appris à connaître le Christ,      si du moins l’annonce et l’enseignement que vous avez reçus à son sujet  s’accordent à la vérité qui est en Jésus.      Il s’agit de vous défaire de votre conduite d’autrefois,  c’est-à-dire de l’homme ancien corrompu par les convoitises  qui l’entraînent dans l’erreur.      Laissez-vous renouveler  par la transformation spirituelle de votre pensée.      Revêtez-vous de l’homme nouveau,  créé, selon Dieu, dans la justice et la sainteté conformes à la vérité.

Évangile : « Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, celui qui croit en moi n’aura jamais soif » (Jn 6, 24-35)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
L’homme ne vit pas seulement de pain,
mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
Alléluia.  (Mt 4, 4b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,     quand la foule vit que Jésus n’était pas là,  ni ses disciples,  les gens montèrent dans les barques  et se dirigèrent vers Capharnaüm  à la recherche de Jésus.      L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? »      Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez,  non parce que vous avez vu des signes,  mais parce que vous avez mangé de ces pains  et que vous avez été rassasiés.      Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd,  mais pour la nourriture qui demeure  jusque dans la vie éternelle,  celle que vous donnera le Fils de l’homme,  lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. »      Ils lui dirent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? »      Jésus leur répondit : « L’œuvre de Dieu,  c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »      Ils lui dirent alors : « Quel signe vas-tu accomplir  pour que nous puissions le voir, et te croire ?  Quelle œuvre vas-tu faire ?      Au désert, nos pères ont mangé la manne ;  comme dit l’Écriture : Il leur a donné à manger le pain venu du ciel. »  Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas Moïse  qui vous a donné le pain venu du ciel ;  c’est mon Père  qui vous donne le vrai pain venu du ciel.      Car le pain de Dieu,  c’est celui qui descend du ciel  et qui donne la vie au monde. »     Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous toujours de ce pain-là. »     Jésus leur répondit : « Moi, je suis le pain de la vie.  Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ;  celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , , ,