L'homelie du dimanche

5 février 2011

L’Eglise et la modernité: sel de la terre ou lumière du monde ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’Église et la modernité : sel de la terre ou lumière du monde ?

 

Homélie pour le 5° dimanche ordinaire / Année A

Dimanche 6 Février 2011

 

Deux images contradictoires

·       « Sel de la terre », « lumière du monde » : ces deux images employées par Jésus (Mt 5, 13-16) pour décrire l’attitude de ses disciples dans la société de leur époque sont ultra célèbres.

On peut commenter chacune d’elles, indépendamment de l’autre. Or, ce qui est à la fois étonnant et remarquable dans ce texte, c’est que Jésus pose ces deux images ensemble, alors qu’elles sont logiquement contradictoires !

 

·       Réfléchissez : les propriétés du sel et de la lumière sont antagonistes.

 

- Le sel va s’enfouir dans la nourriture

 

- La lumière au contraire surplombe (comme le fait le lampadaire dans le texte) ce qu’elle éclaire

- Le sel disparaît en agissant

- La source de lumière, elle, brille distinctement, séparée du reste

- Le sel révèle et relève le goût du plat, de l’intérieur

- La lumière fait sortir la réalité des ténèbres, de l’extérieur

 

Si ces deux images parlent de la façon dont les chrétiens se situent dans le monde, on a alors sur le plan sociologique deux extrêmes, qui définissent un axe « politique » :

 

 sel  <=======================> lumière,

 

de l’intégration (sel) à la contestation (lumière) du monde environnant.

 

L’axe sel <==> lumière

·      Les chrétiens se reconnaissant dans l’image du sel chercheront à « vivre avec »  leurs frères, à « vivre comme » eux. Cela a donné par exemple l’expérience des prêtres ouvriers depuis les années 1950, mais aussi l’Action Catholique (évangélisation du semblable par le semblable), le ralliement à la République (le ?toast d’Alger’ en 1890 !), l’acceptation de la laïcité à la française, des lois sur l’école etc… Pensez encore aux églises construites dans les années 70-80, si humbles et modestes dans les banlieues qu’elles en demeurent invisibles?

 

·      Les chrétiens se reconnaissant dans l’image de la lumière chercheront quant à eux au L'Eglise et la modernité: sel de la terre ou lumière du monde ? dans Communauté spirituelle L9782227482463contraire à manifester leur différence, à préserver leur identité. Ils seront parfois tentés par le repli communautariste, mais auront à coeur de montrer que l’Église peut être une « société alternative » au monde moderne. Cela produit des groupes aussi divers que l’Opus Dei, les frères de Saint-Jean, ou le Renouveau charismatique, les nouvelles écologies spirituelles etc…

Il est d’ailleurs intéressant selon cette grille de lecture de noter que le titre choisi par Benoît XVI pour livrer ses confidences est précisément : « Lumière du monde » (livre paru en 2010), ce qui est cohérent avec la ligne directrice de son pontificat.

 

·      Or Jésus inscrit à la fois le sel et la lumière dans la feuille de route de son Église ! Comme souvent, il unit les contraires. C’est donc il faut tenir les deux ensemble. Et ne pas céder au mouvement de balancier qui fait passer l’Église de la contestation du monde environnant à la complicité avec ses dérives, puis à nouveau à une crispation identitaire etc…

Il nous faut, collectivement (et peut-être même chacun individuellement !) être à la fois sel et lumière, vivre « avec » et « séparés », vivre « comme » et « différents », accompagner et innover, attester et contester…

 

L’axe levain <==> pharisien

On pourrait d’ailleurs croiser cet axe sel <=> lumière avec un autre axe, très présent dans l’Évangile :

 levain (dans la pâte)    <=============================>  pharisien.

- L’image du levain dans la pâte (Lc 13,21) invite les chrétiens à participer à la construction du monde moderne, à accueillir positivement ses caractéristiques (liberté de la science, pluralisme démocratique…), et même à concourir à la réussite de cette société moderne (avec le risque de devenir complice de certaines de ses dérives).

- L’attitude pharisienne, elle, illustre les risques permanents de la fuite hors du monde, et d’un superbe isolement qui a toujours menacé les communautés chrétiennes. En fustigeant le pharisaïsme, Jésus prévient ses disciples de ne pas tomber eux non plus dans cette attitude de refus de leur société, d’éviter la disqualification de la modernité pour nous aujourd’hui. Sur le thème : « tous pourris », « il n’y a plus de valeurs morales », « ce monde court à sa perte », la tentation sectaire fait des dégâts dans certains courants chrétiens (évangélistes surtout), en réinvestissant paradoxalement le vieux thème du monopole du salut (« hors de l’Église point de salut »).

 

Une représentation schématique

·      Si l’on croise ces deux axes : sel <=> lumière et levain <=> pharisien, on peut alors tenter la représentation suivante, où les différents groupes et courants chrétiens vont se répartir dans l’espace ainsi repéré, selon leur degré d’acceptation ou de refus de la modernité, selon leur attitude active ou passive envers elle.

 

Eglise et Modernité 

 

Conjuguer les contraires

·      Dans l’histoire, la position de notre Église catholique a énormément bougé dans cet espace : les premiers martyrs chrétiens étaient plutôt en haut à gauche, l’Église constantinienne en haut à droite, l’Action Française en bas à gauche, les prêtres ouvriers en bas à droite etc… (amusez-vous à placer les groupes que vous connaissez !)

Une telle représentation reste schématique, et ne doit surtout pas être utilisée pour figer les positions des uns ou des autres. Car ces positions bougent sans cesse, et sont aujourd’hui disséminées dans tout l’espace.

 

L’important est de prendre conscience de sa propre trajectoire, de celle des  groupes auxquels j’appartiens, et d’entendre l’appel du Christ à conjuguer les contraires : « vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde ».

 

1ère lecture : Celui qui donne aux malheureux est une lumière(Is 58, 7-10)

 

Lecture du livre d’Isaïe

Partager ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable.

Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront rapidement. Ta justice marchera devant toi, et la gloire du Seigneur t’accompagnera.

Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. » Si tu fais disparaître de ton pays le joug, le geste de menace, la parole malfaisante, si tu donnes de bon coeur à celui qui a faim, et si tu combles les désirs du malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera comme la lumière de midi.

 

Psaume : Ps 111, 1a.4, 5a.6, 7-8a, 9

R/ Dans la nuit de ce monde, brille la lumière du juste.

Heureux qui craint le Seigneur ! Lumière des coeurs droits, il s’est levé dans les ténèbres, homme de justice, de tendresse et de pitié.

L’homme de bien a pitié, il partage ; cet homme jamais ne tombera ; toujours on fera mémoire du juste. Il ne craint pas l’annonce d’un malheur : le c?ur ferme, il s’appuie sur le Seigneur. Son c?ur est confiant, il ne craint pas. À pleines mains, il donne au pauvre ; à jamais se maintiendra sa justice, sa puissance grandira, et sa gloire !

2ème lecture : En guise de sagesse, Paul annonce un Messie crucifié (1 Co 2, 1-5)

 

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, quand je suis venu chez vous, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige du langage humain ou de la sagesse.

Parmi vous, je n’ai rien voulu connaître d’autre que Jésus Christ, ce Messie crucifié.

Et c’est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant, que je suis arrivé chez vous.

Mon langage, ma proclamation de l’Évangile, n’avaient rien à voir avec le langage d’une sagesse qui veut convaincre ; mais c’est l’Esprit et sa puissance qui se manifestaient, pour que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

 

Evangile : Sermon sur la montagne. Le sel de la terre et la lumiière du monde (Mt 5, 13-16)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Lumière du monde, Jésus Christ, celui qui marche à ta suite aura la lumière de la vie. Alléluia. (cf. Jn 8, 12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n’est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent.

Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée.

Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. » Patrick Braud 

Mots-clés : , , , , ,

29 janvier 2011

Le petit reste d’Israël, ou l’art d’être minoritaires

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le petit reste d’Israël, ou l’art d’être minoritaires

 

Homélie pour le 4° dimanche ordinaire / Année A

Dimanche 30 Janvier 2011

 

 

Le petit reste Israël, où l’art d’être minoritaires

« Israël, je ne laisserai subsister au milieu de toi qu’un peuple petit et pauvre, qui aura pour refuge le nom du Seigneur.

Ce Reste d’Israël ne commettra plus l’iniquité. Il renoncera au mensonge, on ne trouvera plus de tromperie dans sa bouche. Il pourra paître et se reposer sans que personne puisse l’effrayer » (So 3,12-13).

·       Ce thème du petit reste d’Israël a une grande importance dans la survie du peuple juif, et dans la conscience que l’Église a d’elle-même. Vers 620 environ avant Jésus-Christ, Sophonie annonce la catastrophe de l’Exil à Babylone (587 av. JC). Il anticipe les dégâts  de cette Shoah : il n’y aura plus de roi, plus de Temple. Apparemment, tout ira mal, car ? vaincus – la plupart des juifs se mélangeront au peuple dominateur et laisseront se diluer ainsi leur identité spécifique en se fondant dans la culture païenne ambiante.

Le petit reste d'Israël, ou l'art d'être minoritaires dans Communauté spirituelle sefer_torah-125x150Pourtant quelques-uns parmi les exilés résisteront, et refuseront de se laisser totalement assimiler. Ils vont s’accrocher à leurs synagogues, à leurs cohens (les prêtres). La lecture de la Tora chaque samedi et l’observance du shabbat les sauveront de la disparition totale qui logiquement aurait dû se produire.

 

·       C’est donc qu’il est possible de n’être qu’un petit reste et pourtant de porter l’avenir d’un peuple…

Minoritaire à Babylone où il est plongé dans la civilisation de l’empire, minoritaire au sein de sa propre famille juive où il fait figure d’irréductible, ce petit reste d’Israël se voit pourtant reconnaître par Isaïe comme celui à partir Dieu va reconstruire et le Temple et la nation et l’alliance au retour d’Exil (537 av. JC).

 

Parce qu’il ose être différent et garder l’Alliance, ce « germe d’Israël », « petit et pauvre », sera le pilier du renouveau à venir.

 

L’Église catholique, minoritaire en France

·       Comment ne pas y voir un encouragement et une feuille de route pour notre Église catholique en France ?

Alors que dans le monde, le catholicisme ne cesse de grandir de se développer, alors qu’il est numériquement majoritaire dans beaucoup de pays importants (USA, Amérique du Sud, Brésil…) ou en forte croissance ailleurs (Corée du Sud, Chine, Afrique, Inde…), il semble bien qu’en France nous soyons installés, et pour longtemps, dans une situation comparable au « petit reste » de Sophonie.

 

Fichier:Christian distribution.png

 

Les chiffres ne disent pas tout, mais ils expriment quand même cette réalité indiscutable : les catholiques « convaincus » sont très minoritaires dans notre société. Toutes les statistiques expriment cela (baptêmes, vocations, pratique dominicale…).

 

Certes, une grande partie de l’influence sociale de l’Église catholique perdure au-delà de ces baisses numériques : influence historique, culturelle, morale… Mais il est incontestable que les catholiques pratiquants sont aujourd’hui quelques-uns parmi beaucoup d’autres dans la société française. Demandez aux jeunes générations : elles le savent d’instinct ! Ils ne sont qu’une poignée par classe à aller « au caté » (15% de catéchisés en moyenne au maximum), une pincée à fréquenter les aumôneries de collèges ou de lycées (10 % environ) ou d’étudiants (1 %, sinon moins). Nos assemblées en temps ordinaire reflètent cette perte de vitesse numérique (alors que pour les fêtes ou les deuils par exemple, la capacité de mobilisation reste beaucoup plus importante).

 

·       Comment réagir à cette réalité ? Certains passeront leur temps à se lamenter, à regretter un âge d’or illusoire ; ils tomberont dans une forme de dépression spirituelle. D’autres seront tentés par le repli sur soi, réflexe de survie compréhensible – mais dangereux – de toutes les minorités qui se sentent menacées. Certains extrémistes prôneront la dissolution totale par souci d’ouverture et de fraternité avec les autres, ou au contraire une rigueur quasi intégriste pour préserver le noyau dur des convaincus…

·       Il est vrai qu’être minoritaires peut être dangereux. Demandez aux chrétiens d’Orient hélas : être chrétien (ou pire encore, vouloir le devenir) dans une société où l’islam est majoritaire est extrêmement risqué. Le film « Des hommes et des dieux » a pourtant diffusé cette conviction qui remonte aux premiers martyrs chrétiens : rester vivre - « petit reste fragile et pauvre » - au milieu d’une société marquée par des violences extrémistes, pour témoigner de la liberté d’aimer et de croire peut devenir à long terme extrêmement fécond, même si cela passe par la mort…


De l’avantage d’être minoritaires !

La figure du « petit reste d’Israël » prophétisé par Sophonie permet d’échapper aux impasses nostalgiques comme aux peurs stratégiques.

C’est tout un art d’être minoritaires, sans désespérer, sans baisser les bras ni se résigner !

 

- Une minorité active peut se révéler être utile, extrêmement utile à la société à laquelle Seule+parmi+la+foule Eglise dans Communauté spirituelleelle participe. C’était le cas dans les premiers siècles, où les chrétiens étaient minoritaires et mêmes persécutés dans l’empire romain.

- Une minorité consciente peut sans complexe proposer ses convictions et ses vues différentes : sur le respect de la vie humaine, sur le rôle de l’économie, sur la constitution d’un couple, d’une famille… sans être soupçonnée de vouloir imposer ses idées : comment en aurait-elle les moyens actuellement ?

- La minorité catholique peut du coup chez nous participer aux débats publics sans autre objectif que de témoigner de ce qui la fait vivre. N’ayant plus de puissance institutionnelle à défendre (il y a bien quelques régions ou quelques domaines où il y a de beaux restes tout de même…), cette minorité ne demandera ni privilèges ni subventions : elle sera libre d’être elle-même au milieu des autres opinions.

- Cela comporte pour elle une exigence : revenir à l’Évangile comme la source de sa parole et de son action, renoncer à vouloir conquérir.

 

Les réformateurs des grandes périodes de crise étaient ultra minoritaires à leurs débuts : les martyrs des cirques romains, les ermites du désert égyptien, les moines disciples d’Antoine, Basile, Augustin ou Benoît, François d’Assise ou Luther, les pionniers de l’Action catholique ou du Renouveau charismatique…

- Être minoritaires donne une liberté et une audace qui sont des promesses d’avenir.

- Être minoritaires est un temps de fondation pour le renouveau qui viendra.

- Être minoritaires n’est ni mieux ni pire qu’être majoritaires : c’est ainsi que les événements (Dieu ?) nous ont placé en France actuellement, et c’est ainsi qu’il nous faut fleurir (cf. François de Sales : « fleuris là où Dieu t’a planté »).

 

C’est tout un art d’être minoritaires ! L’expérience du petit reste d’Israël peut nous y aider.

 

·       Et vous comment assumez-vous cette condition de minoritaires dans votre milieu professionnel, familial, amical, associatif ?

 

 

1ère lecture : Dieu veut un peuple humble, petit et pauvre (So 2, 3; 3, 12-13)

 Lecture du livre de Sophonie

Cherchez le Seigneur, vous tous, les humbles du pays qui faites sa volonté. Cherchez la justice, cherchez l’humilité : peut-être serez-vous à l’abri au jour de la colère du Seigneur.

Israël, je ne laisserai subsister au milieu de toi qu’un peuple petit et pauvre, qui aura pour refuge le nom du Seigneur.
Ce Reste d’Israël ne commettra plus l’iniquité. Il renoncera au mensonge, on ne trouvera plus de tromperie dans sa bouche. Il pourra paître et se reposer sans que personne puisse l’effrayer.

Psaume : Ps 145, 7, 8, 9ab.10b

R/ Heureux le pauvre de coeur : à lui, le Royaume des cieux !

Le Seigneur fait justice aux opprimés,
aux affamés, il donne le pain,
le Seigneur délie les enchaînés. 

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés,
le Seigneur aime les justes.

Le Seigneur protège l’étranger,
il soutient la veuve et l’orphelin,
Le Seigneur est ton Dieu pour toujours.

2ème lecture : Ceux que Dieu choisit (1Co 1, 26-31)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance. Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est rien, voilà ce que Dieu a choisi pour détruire ce qui est quelque chose, afin que personne ne puisse s’enorgueillir devant Dieu. C’est grâce à Dieu, en effet, que vous êtes, dans le Christ Jésus, qui a été envoyé par lui pour être notre sagesse, pour être notre justice, notre sanctification, notre rédemption. Ainsi, comme il est écrit : Celui qui veut s’enorgueillir, qu’il mette son orgueil dans le Seigneur.

 

Evangile : Sermon sur la montagne. Les Béatitudes (Mt 5, 1-12)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! Alléluia. (Mt 5, 12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Quand Jésus vit la foule, il gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent.
Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :
« Heureux les pauvres de coeur : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !
Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde !
Heureux les coeurs purs : ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.
Patrick Braud 

Mots-clés : , ,
1...34567