L'homélie du dimanche (prochain)

12 février 2013

Carême : quand le secret humanise

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Carême : quand le secret humanise

Homélie du Mercredi des Cendres  Année C
13/02/2013

         6 fois le mot secret revient dans cette page d’évangile, ou plutôt 3 fois 2 fois ; comme un leitmotiv :

         « Ton Père est là, dans le secret

         Ton Père voit ce que tu fais en secret ».

N’agis donc pas pour la façade, essaie plutôt de mettre ce qui est caché dans ta vie en conformité avec ce que tu crois.

 

Le secret…

. Il y a des secrets qui détruisent.

Est secret ce que nous avons écarté de notre vue et de celle des autres pour le laisser dans l’ombre, ou bien ce qui à l’insu de notre volonté s’est caché de lui-même dans notre inconscient.

Devant les autres, nous donnons souvent le change. Nous jouons un rôle, nous avons des masques comme les masques du Carnaval d’avant Carême.

Seul dans notre chambre, déjà beaucoup de choses changent. On sait bien qu’il y a des secrets de couples, heureux ou terribles, que personne ne peut deviner de l’extérieur.

Chacun de nous peut se retrouver, grâce à la solitude, face à ses secrets.

Il y a les secrets qu’on n’ose pas regarder en face, ceux que l’on porte comme un fardeau.

Il y a des secrets auxquels on s’est habitué et qui nous font accepter une double vie pourtant peu glorieuse.

Il y a des secrets de famille, si lourds à porter qu’ils empoisonnent ceux qui en sont tenus à l’écart (ex : des avortement cachés, manifestés des années après…).

Il y a des secrets d’État, au nom desquels on emprisonne ou élimine des gens, arbitrairement.

Et puis il y a ces secrets qui nous échappent à nous-mêmes, ces vagues silhouettes impossibles à nommer qui traversent notre histoire, et qui tirent des ficelles cachées…

 

. Il y a également des secrets qui humanisent.

Le secret d’un aveu qui permet une parole libératrice.

Le secret d’une intimité partagée, où chacun se reçoit de l’autre.

Le secret d’un don fait à l’autre qui ignore qui lui a fait ce don (cf. la parabole du bon Samaritain).

La joie secrète et si personnelle de la communion avec la nature, la musique, l’intelligence?

 

Les 3 secrets du Carême

Secrets qui détruisent / humanisent?

. Le Christ nous livre encore 3 secrets qui « divinisent » pourrait-on dire.

Le secret de l’aumône, car c’est reconnaître que je dois tout à Dieu et que je ne possède ma vie.

Le secret de la prière, car c’est l’intimité partagée avec Dieu et en Lui.

Le secret du jeûne, car c’est avoir faim et soif de Dieu avant tout, de Dieu plus que tout.

Ces 3 secrets sont « comme une ancre jetée dans les cieux » (He 6,19) : ils nous enracinent en Dieu, ils nous donnent d’aimer à partir « du Père qui est aux cieux » et non à partir de nous-mêmes.


L’ambivalence du secret

Quel est le statut du secret dans le Nouveau Testament ?

Comme toujours, la réalité du secret est ambivalente, et décrite comme telle par Jésus.

- C’est dans le secret que Marie accueille l’incroyable nouvelle de la vie divine déposée en elle. Malgré son amour pour Joseph, Marie ne lui a rien dit de la transformation secrète de son corps, ni de l’origine étonnante de sa grossesse (Lc 1, 18-25).

Joseph découvre que sa fiancée est enceinte, d’un autre que lui. Et parce qu’il est « juste », il décide de la répudier en secret, « sans bruit ». Ici, la justice et le secret sont donc liés en la personne de Joseph. À l’inverse de la volonté de tout étaler ou presque sur la place publique (qui caractérise bien les réseaux sociaux actuels), Joseph veut préserver la réputation de Marie, et accepte de ne pas dévoiler sa faute apparente.

Mais tout cela l’a tellement travaillé qu’il en rêve la nuit, et un songe lui permet de découvrir la vérité de ce secret. L’Esprit Saint lui-même est à l’oeuvre en Marie, mais c’est « en secret ». Joseph choisit alors de coopérer à ce secret de Dieu agissant en Marie. Il assume la paternité de cet enfant qui n’est pas de lui, en gardant le secret de son origine, jusqu’à ce que Jésus lui-même lève le voile.

- C’est le même secret dont Jésus a entouré cette période de 40 jours qu’est le Carême  pour nous préparer à Pâques : « Ton Père voit ce que tu fais en secret : il te le revaudra » (Mt 6, 4.6.18). Il n’y a que 7 usages du mot « secret » en Mt, 7 étant le chiffre de la Création (les 7 jours de la Genèse) : c’est en secret que la création du monde s’accomplit en nous.

- Il n’y a rien de secret qui ne doive être un jour être proclamé sur les toits (Lc 8,17 ; Mc 4,22 ; 1Co 4,5 ; 14,25). Les paroles prophétiques ne doivent pas être tenues secrètes (Ap 22,10), et Jésus revendique de parler au grand jour (Jn 18,20).

- Mais il y a pourtant des paroles qui doivent rester secrètes (Ap 10,4). Jésus lui-même monte « en secret » à Jérusalem pour une fête de pèlerinage (Jn 7,10), alors qu’on lui demande de se manifester au grand jour, pas « en secret » (Jn 7,4). Et surtout, il y a l’appel de Jésus à agir « dans le secret », que ce soit pour l’aumône, la prière où le jeune : « ton Père est là, dans le secret, il te le revaudra ». (Mt 6,1-18).

Saint François de Sales en tirera la maxime célèbre : « le bien ne fait pas de bruit ; le bruit ne fait pas de bien ». Jésus déjà avait recommandé: « que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône soit secrète…» (Mt 6,3)

C’est donc à un discernement que le Christ se livre : certains secrets sont garants de l’action de Dieu, d’autres doivent impérativement être levés.

 

Secret et discernement

Carême : quand le secret humanise dans Communauté spirituelle 9782853136105Le mot secret vient d’un mot latin qui veut dire « séparé », « écarté ».

Travailler sur la part de secret qui est en soi, en latin cela s’appelle discerner.

C’est la même racine « cenere » : dis-cenere = discerner qui a forgé le terme se-« cenere » = secret.

Le discernement a donc quelque chose à voir avec le secret, avec la mise à jour de nos secrets. Le discernement spirituel aide à mettre la part secrète de nos vies en accord, autant que possible, avec la part publique. Ne pas être un autre, à l’intérieur, de celui/celle qui parait à l’extérieur. L’enjeu de la vie spirituelle passe alors par là : descendre en moi, dans les oubliettes où j’ai rangé des habitudes, des blessures, des sentiments que je ne veux plus voir, alors qu’elles sont bien là. Si, dans ce secret-là, je laisse le Christ m’initier au don (à l’aumône), à la prière et au jeûne, alors le renouveau viendra du plus profond et pas seulement de mes lèvres. « Ton Père voit ce que tu fais dans le secret, et il te le revaudra ».

Au début de ce Carême, Christ nous invite : « travaille sur la part de secret qui est en toi. Dieu mieux que toi connaît les secrets de ton c?ur ; c’est lui qui t’a façonné dans le secret du ventre de ta mère ; c’est lui qui sonde les reins et les c?urs, dévoilant ainsi les secrets que nous voudrions laisser dans l’ombre. »


Que ce Carême nous aide à évangéliser nos profondeurs secrètes !

Alors nous découvrirons l’autre sens du mot secret : le secret d’amour du Père, qui est inépuisable, infini, au-delà des mots : le secret de la vie éternelle, à partir de nos secrets réduits en cendres aujourd’hui?.

 

 1ère lecture : Appel à la pénitence (Jl 2, 12-18)

Lecture du livre de Joël

Parole du Seigneur : « Revenez à moi de tout votre coeur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! »
Déchirez vos coeurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment.
Qui sait ? Il pourrait revenir, il pourrait renoncer au châtiment, et vous combler de ses bienfaits : ainsi vous pourrez offrir un sacrifice au Seigneur votre Dieu.
Sonnez de la trompette dans Jérusalem : prescrivez un jeûne sacré, annoncez une solennité, réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte, rassemblez les anciens, réunissez petits enfants et nourrissons ! Que le jeune époux sorte de sa maison, que la jeune mariée quitte sa chambre !
Entre le portail et l’autel, les prêtres, ministres du Seigneur, iront pleurer et diront : « Pitié, Seigneur, pour ton peuple, n’expose pas ceux qui t’appartiennent à l’insulte et aux moqueries des païens ! Faudra-t-il qu’on dise : ‘Où donc est leur Dieu?’»
Et le Seigneur s’est ému en faveur de son pays, il a eu pitié de son peuple.

Psaume : Ps 50, 3-4, 5-6ab, 12-13, 14.17

R/ Donne-nous, Seigneur, un coeur nouveau,
mets en nous, Seigneur, un esprit nouveau.

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Crée en moi un c?ur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

2ème lecture : « Laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2 Co 5, 20-21; 6, 1-2)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, nous sommes les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui, en fait, vous adresse un appel. Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu. Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché des hommes, afin que, grâce à lui, nous soyons identifiés à la justice de Dieu.
Et puisque nous travaillons avec lui, nous vous invitons encore à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de Dieu.

Car il dit dans l’Écriture : Au moment favorable je t’ai exaucé, au jour du salut je suis venu à ton secours. Or, c’est maintenant le moment favorable, c’est maintenant le jour du salut.

Evangile : Les trois secrets du Carême (Mt 6,1-6.16-18)

Acclamation : Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.
Fais-nous revenir à toi, Seigneur,
jamais plus nous n’irons loin de toi :
fais-nous revenir, et nous serons sauvés.
Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. (Ps 79, 8.19-20)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d’agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.
Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.
Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle : quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.
Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

8 mars 2011

Mercredi des Cendres : 4 raisons de jeûner

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Mercredi des Cendres : 4 raisons de jeûner

 

Homélie pour le Mercredi des Cendres / Année A

Mercredi 09 Mars 2011

 

Pourquoi l’Église nous demande-t-elle de jeûner vraiment pendant ce Carême ? Dans quel esprit ? Bien sûr, il y a l’exemple du Christ lui-même qui a jeûné 40 jours au désert. Dans l’Évangile d’aujourd’hui, il nous recommande bien de jeûner, certes sans se donner en spectacle, mais de jeûner en vérité, simplement.

Avec le moine bénédictin Anselm Grün [1], évoquons au moins 4 raisons de jeûner.

1. Un remède pour le corps et l’esprit

·       Il y a un lien réel entre le corps et l’esprit. Quand le corps s’épaissit trop, l’esprit devient épais lui aussi. Trop de nourriture diminue la vigilance spirituelle de l’homme ; la santé physique et spirituelle constitue une unité. Or le jeûne corporel opère une élimination des substances toxiques. Le corps est désintoxiqué, et cela peut l’aider à être libéré de beaucoup de maladies. Par ce nettoyage de printemps, le jeûne a un effet régénérateur sur l’ensemble des cellules du corps. C’est pourquoi beaucoup de sagesses médicales anciennes recommandent de jeûner pour guérir.

 

·       Le remède pour le corps est en même temps un remède pour l’esprit. Car nous n’avons pas seulement un corps : nous sommes notre corps, qui interagit sur notre santé spirituelle, qui parle pour nous, nous met en relation? En refusant de se laisser toujours gaver de nourriture, le jeûne nous empresse de satisfaire notre désir ailleurs, auprès des êtres humains ou des beautés de ce monde. Il nous garde de toute précipitation à couvrir nos blessures, à les remplir de compensations. Jeûner oblige à chercher la vraie relation à l’autre.

 

·       Vis-à-vis de Dieu, le jeûne nous fait sentir physiquement que Dieu est autre, qu’il n’est pas à consommer. Je ne peux mettre la main sur lui comme sur un aliment. Nous sommes en route vers Dieu, et Dieu seul peut aiguiser notre faim vers une humanité plus profonde.  « L’homme ne vit pas seulement de pain,  mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » : comment me le rappeler si l’abondance de pain me masque les autres faims qui sont en moi ?

 

2. Une lutte contre les tentations

·       Un moine écrivait : « Quand un roi vient prendre une ville ennemie, il s’empare d’abord de l’eau dont il coupe l’adduction, et une fois qu’elle est affamée, elle se soumet. Il en va ainsi des désirs de la chair. Quand un moine part en campagne en jeûnant et en se mettant à la diète, les ennemis sont désarmés contre son âme ».

Voilà la seule guerre qui soit sainte : la guerre contre les mauvaises habitudes, les lâchetés, les négligences, les manques d’amour qui se sont installés dans ma vie. Et qui se manifestent dans les tentations de tous ordres.

Qui peut dire qu’il n’est jamais tenté ? Tenté de dire du mal, d’être infidèle, de frauder au passage, de se replier sur soi, de tout abandonner ? Chacun peut avec courage faire sa propre liste en identifiant les tentations qui l’assaillent. Le Christ lui-même n’a pas refusé d’être tenté au désert. Jeûne et désert vont de pair.

Jeûner est un combat, pour lutter contre les inévitables tentations de la vie, et nous aider à rechoisir le Christ, rechoisir d’avoir faim et soif de lui plus que des choses.

 

 

3. Une démarche de prière

·       Le jeûne intensifie la prière. Dans l’expérience de faiblesse corporelle qu’est la faim, il nous fait sentir avec tout notre être que nous ne pouvons nous appuyer sur nos seules forces : le jeûne nous invite à nous tourner vers Dieu, à compter sur lui d’abord.

St Bernard disait : « Le jeûne encourage l’oraison et la rend ardente. L’oraison obtient la force de jeûner, et le jeûne confère la grâce de prier. Le jeûne renforce l’oraison, l’oraison renforce le jeûne et la présence au Seigneur ». 

La nourriture assouvit et assoupit. La petite sieste après le repas de midi fait des ravages en entreprise? c’est l’indice que trop de nourriture endort et empêche de rester vigilant. Le jeûne nous rend vigilant et disponible au spirituel, plus perméable à l’Esprit de Dieu.  On prie mal avec le ventre plein, car l’oraison prend alors l’aspect d’autosuffisance. Les moines le savent, et se lèvent dans le jeûne de la nuit pour veiller en présence de Dieu ? Jeûner et attendre la venue de Dieu vont ensemble.

 

Gandhi disait du jeûne qu’il produit en nous « la prise de conscience de ce que nous ne pouvons nous approcher de Dieu avec arrogance, mais seulement avec l’humble douceur du faible qui se livre ».

A l’inverse,  Kierkegaard  caricaturait l’attitude des repus de la vie : « l’amour de Dieu des petits bourgeois intervient quand leur vie végétative est en pleine action, quand leurs mains se joignent confortablement sur leur estomac et que, la tête appuyée contre le dossier d’un fauteuil moelleux ils lèvent au plafond un regard ivre de sommeil »? Est-ce encore aimer Dieu que de vouloir toujours être gavé ?

 

 

4. Une voie d’illumination

·       La Didachè invitait les chrétiens des premiers siècles à jeûner pour leurs persécuteurs.

« Il y a deux voies, l’une de la vie, l’autre de la mort ; mais la différence est grande entre ces deux voies.

Or la voie de la vie est la suivante : «  D’abord, tu aimeras Dieu qui t’a fait ; en second lieu, ton prochain comme toi-même (Mt. 22, 37-39 ; cf. Dt. 6, 5), et tout ce que tu ne voudrais pas qu’il t’advienne, toi non plus, ne le fais pas à autrui  » (cf. Mt. 7, 12 ; Tb. 4, 15).
La doctrine exprimée par ces mots est la suivante : «  Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour vos ennemis et
jeûnez «  pour ceux qui vous persécutent ; car si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on ? Même les païens n’en font-ils pas autant ? Mais vous, aimez ceux qui vous haïssent  », et vous n’aurez pas d’ennemi (cf. Mt. 5, 44-47 ; Lc 6, 27s, 32).

C’est dire que, dans le jeûne et la prière, les persécuteurs apparaissent autrement : enfants  de Dieu, pour qui le Christ est mort, et pas seulement bourreaux.

 

·       Jeûner ouvre les yeux sur une autre manière de voir les êtres et les choses.

L’estomac toujours plein est dans l’impossibilité de voir les choses secrètes ; le jeûne familiarise avec Dieu, avec les manières de Dieu, Lui qui n’a pas besoin de nourriture, comme nous plus tard au-delà de la mort.

Le jeûne aiguise les sens, il augmente le goût de Dieu, il nous conduit à l’espérance du royaume de Dieu en nous, il nous fait participer dès ici-bas à la vie nouvelle de la résurrection qui n’est plus sous le mode de la consommation mais de la communion.

 

·       Un remède pour le corps et l’esprit, une lutte contre les tentations, une démarche de prière, une voie d’illumination : le Carême est d’abord un jeûne réel, un jeûne du corps et de l’esprit. En écoutant mieux notre corps, il nous aide à mieux  écouter Dieu lui-même : nous confessons avec notre corps que nous le désirons plus que tout, que sans lui nous sommes vides, que nous dépendons de sa grâce, que nous vivons de son amour, et que notre vraie faim ne peut s’apaiser par des aliments terrestres?

 

« Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube. Mon âme a soif de toi ; après toi languit ma chair, terre aride, altérée, sans eau? » (Ps 62,2). 

Que le jeûne de ce Carême nous rende plus ouvert à nous-mêmes, à Dieu, et nous aurons alors plus d’amour pour notre prochain.


[1]Le jeûne. Prier avec le corps et l’esprit, Ed. Médiaspaul, 1997.


1ère lecture : Appel à la pénitence (Jl 2, 12-18)

Lecture du livre Joël

Parole du Seigneur :« Revenez à moi de tout votre coeur, dans le jeûne, les larmes et le deuil !»
Déchirez vos coeurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment.
Qui sait ? Il pourrait revenir, il pourrait renoncer au châtiment, et vous combler de ses bienfaits :ainsi vous pourrez offrir un sacrifice au Seigneur votre Dieu.
Sonnez de la trompette dans Jérusalem : prescrivez un jeûne sacré, annoncez une solennité, réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte, rassemblez les anciens, réunissez petits enfants et nourrissons ! Que le jeune époux sorte de sa maison, que la jeune mariée quitte sa chambre !
Entre le portail et l’autel, les prêtres, ministres du Seigneur, iront pleurer et diront :« Pitié, Seigneur, pour ton peuple, n’expose pas ceux qui t’appartiennentà l’insulte et aux moqueries des païens ! Faudra-t-il qu’on dise :’Où donc est leur Dieu ?’ »
Et le Seigneur s’est ému en faveur de son pays, il a eu pitié de son peuple.

Psaume : Ps 50, 3-4, 5-6ab, 12-13, 14.17

R/ Pitié, Seigneur, car nous avons péché.

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Crée en moi un coeur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. 
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint. 

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

2ème lecture : Laissez-vous réconcilier avec Dieu (2Co 5, 20-21; 6, 1-2) 

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
nous sommes les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui, en fait, vous adresse un appel. Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu.
Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché des hommes, afin que, grâce à lui, nous soyons identifiés à la justice de Dieu.
Et puisque nous travaillons avec lui, nous vous invitons encore à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de Dieu.
Car il dit dans l’Écriture : Au moment favorable je t’ai exaucé, au jour du salut je suis venu à ton secours. Or, c’est maintenant le moment favorable, c’est maintenant le jour du salut.

 

Evangile : L’aumône, la prière et le jeûne comme Dieu les aime (Mt 6,1-6.16-18)

 

Acclamation : Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. « Convertissez-vous, dit le Seigneur, car le Royaume des cieux est proche. » Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d’agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.
Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.

Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle : quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.

Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ;
ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

16 février 2010

Le symbolisme des cendres

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Mercredi des cendres 17 Février 2010

 

L’imposition des cendres

« L’imposition des cendres met en évidence, en particulier, notre condition de créatures, en totale et reconnaissante dépendance du Créateur. L’humble acte de recevoir les cendres sacrées sur le front s’oppose au geste orgueilleux d’Adam et d’Eve qui, par leur désobéissance, détruisirent le rapport d’amitié qui existait avec Dieu Créateur ».

 


Jean-Paul II
audience générale du Mercredi des Cendres, 25 février 1998


 

La symbolique des cendres dans la Bible

La cendre, dont la signification originelle est fort discutée, bien que son usage soit répandu dans la plupart des religions antiques, est souvent associée à la poussière[1], et symbolise à la fois le péché et la fragilité de l’homme.

 

I. Le coeur du pécheur, d’abord, est semblable à la cendre : le prophète Isaïe appelle l’idolâtre un « amateur de cendres[2] », et le Sage dit de lui : « Cendres, que son coeur ! Plus misérable que la poussière, sa vie ![3] » C’est pourquoi le salaire du péché ne peut être que cendre : les orgueilleux se verront « réduits en cendre sur la terre[4] », et les méchants seront piétinés comme cendre par les justes[5]. D’ailleurs le pécheur qui, au lieu de s’endurcir dans son orgueil[6], prend conscience de sa faute, confesse précisément qu’il n’est que « poussière et cendre[7] » ; et pour signifier aux autres et à lui-même qu’il en est convaincu, il s’assoit sur la cendre[8] et s’en couvre la tête[9].

2. Mais ce même symbole de pénitence sert aussi à exprimer la tristesse de l’homme anéanti par le malheur, sans doute parce qu’on suppose un lien entre le malheur et le péché. Thamar méprisée se couvre de cendre[10] ; de même les Juifs menacés de mort[11]. L’homme veut ainsi montrer l’état auquel il a été réduit[12] et va même jusqu’à se nourrir de cendre[13]. Mais c’est avant tout quand un deuil le frappe qu’il expérimente son néant, et il l’exprime alors en se couvrant de poussière et de cendre : « Fille de Sion, revêts le sac, roule-toi dans la cendre, fais un deuil[14]. »

Se couvrir de cendre, c’est donc réaliser une sorte de confession publique mimée, ce que représente encore la liturgie du Mercredi des cendres : par le langage de cette matière sans vie qui retourne en poussière, I’homme se reconnait pécheur et fragile, prévenant par 1à le jugement de Dieu et attirant sa miséricorde. A celui qui avoue ainsi son néant, se fait entendre la promesse du Messie qui vient triompher du péché et de la mort, « consoler les affligés et leur donner, au lieu de cendre, un diadème[15]. »

[1] Les Septante traduisent plus d’une fois « poussière » par « cendre ».

[2] Isaïe, XLIV 20.

[3] Livre de la Sagesse, XV 10.

[4] Ezéchiel, XXVIII 18.

[5] Malachie, III 21.

[6] Ecclésiastique, X 9.

[7] Genèse, XVIII 27 ; Ecclésiastique, XVII 32.

[8] Job, XLII 6 ; Jonas, III 6 ; S. Matthieu, XI 21.

[9] Judith, IV 11-15 & IX 1; Ezéchiel, XXVII 30.

[10] Deuxième livre de Samuel, XIII 19.

[11] Esther, IV 1-4.

[12] Job, XXX 19.

[13] Psaume CII 10 ; Lamentations, III 16.

[14] Jérémie, VI 26.

[15] Isaïe, LXI et suivants.


source: http://missel.free.fr/Annee_C/careme/cendres_4.html

 


1ère lecture : Appel à la pénitence (Jl 2, 12-18)

Parole du Seigneur : « Revenez à moi de tout votre coeur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! »
Déchirez vos coeurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment.
Qui sait ? Il pourrait revenir, il pourrait renoncer au châtiment, et vous combler de ses bienfaits : ainsi vous pourrez offrir un sacrifice au Seigneur votre Dieu.
Sonnez de la trompette dans Jérusalem : prescrivez un jeûne sacré, annoncez une solennité, réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte, rassemblez les anciens, réunissez petits enfants et nourrissons ! Que le jeune époux sorte de sa maison, que la jeune mariée quitte sa chambre !
Entre le portail et l’autel, les prêtres, ministres du Seigneur, iront pleurer et diront : « Pitié, Seigneur, pour ton peuple, n’expose pas ceux qui t’appartiennent à l’insulte et aux moqueries des païens ! Faudra-t-il qu’on dise : ‘Où donc est leur Dieu ?’ »
Et le Seigneur s’est ému en faveur de son pays, il a eu pitié de son peuple.

 

Psaume : Ps 50, 3-4, 5-6ab, 12-13, 14.1

R/ Donne-nous, Seigneur, un coeur nouveau,
mets en nous, Seigneur, un esprit nouveau.

 

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Crée en moi un coeur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

 

2ème lecture : ?Laissez-vous réconcilier avec Dieu? (2Co 5, 20-21; 6, 1-2)

Frères, nous sommes les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui, en fait, vous adresse un appel. Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu. Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché des hommes, afin que, grâce à lui, nous soyons identifiés à la justice de Dieu.
Et puisque nous travaillons avec lui, nous vous invitons encore à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de Dieu.

Car il dit dans l’Écriture :

Au moment favorable je t’ai exaucé, au jour du salut je suis venu à ton secours. Or, c’est maintenant le moment favorable, c’est maintenant le jour du salut.

 

Evangile : L’aumône, la prière et le jeûne comme Dieu les aime (Mt 6,1-6.16-18)

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d’agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.
Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.
Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle : quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.
Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. »
 

Patrick BRAUD

Mots-clés : ,
123