L'homelie du dimanche

6 juillet 2013

Briefer et débriefer à la manière du Christ

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Briefer et débriefer à la manière du Christ

 

Homélie du 14° dimanche du temps ordinaire /Année C
07/07/2013

 

Beaucoup d’entreprises ont mis en place dans leur management ce qu’elles appellent à juste titre le brief et le débrief. Avant de lancer des collaborateurs dans une action quelconque, on les briefe, c’est-à-dire qu’on leur explique ce qu’il y a à faire et pourquoi. Après l’action, il est alors logique de les débriefer, c’est-à-dire d’entendre ce qu’ils ont à partager sur leur succès, leurs difficultés, leurs échecs ou leurs découvertes pendant cette mission professionnelle.

Afficher l'image d'origineLe débrief est ainsi devenu un rituel incontournable : impossible de progresser en savoir-faire et en savoir-être si on ne prend pas le temps, individuellement et/ou collectivement, de raconter ce qui s’est passé à quelqu’un qui va aider à y repérer les points à améliorer pour la suite.

L’envoi en mission des 72 par Jésus témoigne que cette pratique managériale vient du fond des siècles ! En effet, avant de les projeter 2 par 2 sur les routes de Palestine, Jésus prend bien soin de leur expliquer le sens de leur mission. Et après leur triomphe apparent, il les rassemble à nouveau pour les écouter, et les aider à aller au-delà des apparences et ainsi comprendre ce qui est en jeu dans l’annonce de l’Évangile.

 

Il y a donc beaucoup de points communs entre la mission des évangélisateurs et la pratique managériale du brief et du débrief. Cela devrait convaincre l’Église de se former à la sagesse entrepreneuriale actuelle, pour y puiser de quoi accompagner ceux et celles qu’elle envoie aujourd’hui en mission ! Quelques diocèses commencent à le faire, en prenant conseil auprès de DRH, en écrivant avec leurs salariés une charte précisant le statut, les droits et devoirs, et l’accompagnement des laïcs embauchés comme « ouvriers pour la moisson ». Cela pourrait prendre plus d’ampleur, car des notions aussi élémentaires que le brief et le débrief sont peu ritualisés au sein de l’univers professionnel ecclésial….

 

En retour, les entreprises pourraient apprendre beaucoup de la manière si originale dont le Christ assume la nécessité d’être un bon manager pour ceux qu’il embauche à son service.

 

 Comment choisir ses collaborateurs ?

Regardez par exemple la manière dont il constitue cette ?dream team’ des 72. Il n’attend pas que des volontaires se désignent d’eux-mêmes. Le risque serait grand de voir les opportunistes ou les mercenaires de tout poil se faufiler dans les rangs pour tirer leur épingle du jeu, détourner la mission à leur profit et selon leur vision. Non : il appelle les 72, c’est lui qui les choisit.

Depuis Max Weber, on se souvient que le mot métier en français se dit Beruf en allemand, c’est-à-dire : appel, vocation, et qu’il vient lui-même d’une contraction (une crase) du mot latin ministerium = service, office, ministère.

Personne dans l’Église ne s’attribue à lui-même une mission. Il la reçoit d’un autre. Symétriquement, toute responsabilité professionnelle est fondamentalement confiée par un autre. Que ce soient les actionnaires, le N+1 ou une équipe, le métier est la réponse à un appel, ce qui empêche d’en être absolument propriétaire. Même si c’est de sa propre initiative que quelqu’un s’engage dans tel chantier, c’est au nom d’une reconnaissance, d’une validation par d’autres (fussent-ils en dernier ressort les clients pour une profession libérale) que quelqu’un exerce une mission précise. La notion d’appel est essentielle à une authentique spiritualité chrétienne du travail, en réponse à une vocation qui vient finalement de Dieu lui-même.

 

Regardez ensuite comment le Christ choisit les 72 : parmi ses disciples. Donc parmi ceux qui le connaissent de près, qui l’ont vu parler et agir, qui ont compris sa vision de la bonne nouvelle à annoncer (« le règne de Dieu est tout proche de vous »). Ce compagnonnage est nécessaire en amont de l’appel aux responsabilités. Mieux que des chasseurs de têtes ou des parcours de formation à l’excellence, Jésus sait bien que seule une certaine intimité partagée permet de bien choisir ses collaborateurs. Pour l’avoir oublié, certaines entreprises se retrouvent avec des équipes hétérogènes et incohérentes, en contradiction avec leur culture et leurs valeurs essentielles.
Jésus pratique la promotion interne en quelque sorte…

 

De l’art de briefer son équipe 

Le brief de Jésus à ses 72 serait assez déroutant dans la bouche d’un leader d’équipe aujourd’hui ! :

- « n’employez pas les mêmes les armes que la concurrence (je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups) ;

- ne vous laissez pas fasciner par le comment, par les moyens à mettre en oeuvre (n’emportez ni argent, ni sac, sandales) ;

- prenez le temps d’habiter votre projet, de vous ancrer en lui au lieu de  surfer de modes en recettes en étant prisonnier du court terme (ne passez pas de maison en maison) ;

- acceptez de recevoir et d’être nourris en cours de route au lieu de ne poursuivre que des résultats extérieurs à vous-mêmes (mangez ce qu’on vous offrira)…

Plus encore, avec courage – et même un certain panache – Jésus éduque ses associés à affronter l’échec qui fera partie de leur mission. C’est le fameux geste de secouer la poussière de ses sandales : « ne vous laissez pas détruire par les refus que vous essuierez, n’emportez pas avec vous les traces la violence subie, ne laissez pas les salissures de l’exclusion infligée coller à vos basques, n’endossez par le rôle de la victime, mais proclamez de manière non violente la proximité du règne de Dieu avec ceux qui vous maltraitent ».

Cette formidable bienveillance vis-à-vis des adversaires rend l’envoyé serein et paisible. Subir un échec professionnel est une invitation à le traverser, pas à le laisser nous détruire ni nous transformer à l’image de nos ennemis.

 

Sans oublier le débrief après

 Le débrief après la mission est tout aussi détonant lorsque c’est le Christ qui le préside !

Comme de bons VRP, les 72 reviennent en racontant leurs succès commerciaux et en se vantant de leurs victoires éclatantes : « même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom ». Remarquons au passage qu’ils ne s’attribuent pas tout le mérite du succès. Il redisent être des ambassadeurs (« en ton nom ») plus que des petits chefs autonomes. Dans un premier temps, le Christ semble accueillir et même amplifier leurs succès : « je voyais Satan tomber comme l’éclair ». C’est ce qui s’appelle « fêter la victoire » en termes managériaux : on prend le temps en équipe, avec les N+1 pour valoriser l’équipe, de fêter le succès obtenu (autour d’un bon repas ou d’une bonne bouteille le plus souvent?), et c’est capital.

Mais Jésus va plus loin. Il va les initier à une relecture plus fine de ce qui est arrivé. Il les éduque à ne pas s’arrêter aux apparences : ne vous réjouissez pas contre les autres, mais pour ce que cela vous révèle de vous-mêmes (« vos noms sont inscrits dans les cieux »). Autrement dit : allez plus loin que les effets immédiats, allez plus profond que les chiffres, et découvrez ce que ces événements vous révèlent de vous-mêmes.

Briefer et débriefer à la manière du Christ dans Communauté spirituelle How-to-facilitate-a-game-debrief 

C’est ce que la tradition jésuite a appelé, à la suite de St Ignace de Loyola, la relecture spirituelle.

La forme la plus populaire de la relecture ignatienne est le traditionnel examen de conscience le soir avant de se coucher : qu’ai-je reçu en cette journée qui s’achève ? Qui ai-je refusé ou ignoré ? Pour qui, pourquoi rendre grâce ou demander pardon ?

Dans les exercices spirituels de St Ignace, cette relecture tient une grande place. Il s’agit, en prenant du recul, et éclairé par la présence fraternelle d’un accompagnateur, de discerner ce que les événements me disent de la part de Dieu.

Pour Ignace, ce n’est pas la succession des heures monastiques qui est la référence, mais la suite des événements qui surviennent dans le travail, la vie familiale etc. Pour lui, il est possible de « chercher et trouver Dieu en toutes choses », les plus quotidiennes, grâce à cette pratique spirituelle qu’est la relecture.

En décollant le regard de l’immédiateté, la relecture permet – après-coup – de discerner ce que Dieu nous donne et ce à quoi il nous appelle.

À l’image de Moïse qui voit Dieu de dos, après son passage (Ex 36,23) ; comme Jacob qui enfin se réveille : « Dieu était là je ne le savais pas » (Gn 28,16) ; comme Élie qui lui aussi ne peut voir Dieu que de dos et ne l’entendre qu’à travers « le murmure d’un fin silence » (1R 19,11-13) ; comme Marie qui ne comprend pas tout tout de suite, mais « méditait toutes ces choses en son coeur » (Lc 2,19)…

 

La relecture des évènements, qu’ils soient professionnels ou personnels, nourrit la vraie joie dont parle Jésus, et prépare les vrais succès de demain.

 

Briefer et débriefer à la manière du Christ : l’Église comme les entreprises feraient bien de s’en inspirer lorsqu’elles envoient en mission leurs collaborateurs !

 

 

1ère lecture : La joie de l’ère messianique (Is 66, 10-14)

Lecture du livre d’Isaïe

Réjouissez-vous avec Jérusalem, exultez à cause d’elle, vous tous qui l’aimez ! Avec elle soyez pleins d’allégresse, vous tous qui portiez son deuil !
Ainsi vous serez nourris et rassasiés du lait de ses consolations, et vous puiserez avec délices à l’abondance de sa gloire.
Voici ce que dit le Seigneur : Je dirigerai vers elle la paix comme un fleuve, et la gloire des nations comme un torrent qui déborde. Vous serez comme des nourrissons que l’on porte sur son bras, que l’on caresse sur ses genoux.
De même qu’une mère console son enfant, moi-même je vous consolerai, dans Jérusalem vous serez consolés.
Vous le verrez, et votre c?ur se réjouira ; vos membres, comme l’herbe nouvelle, seront rajeunis. Et le Seigneur fera connaître sa puissance à ses serviteurs.

Psaume : Ps 65, 1-3a, 4-5, 6-7a, 16.20

R/ Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur !

Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! »

Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom.
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.

Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu’il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme.
Béni soit Dieu, qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

2ème lecture : La croix du Christ, orgueil du chrétien (Ga 6, 14-18)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Galates

Que la croix de notre Seigneur Jésus Christ reste mon seul orgueil. Par elle, le monde est à jamais crucifié pour moi, et moi pour le monde.
Ce qui compte, ce n’est pas d’avoir ou de ne pas avoir la circoncision, c’est la création nouvelle.
Pour tous ceux qui suivent cette règle de vie et pour le véritable Israël de Dieu, paix et miséricorde.
Dès lors, que personne ne vienne me tourmenter. Car moi, je porte dans mon corps la marque des souffrances de Jésus.
Frères, que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit. Amen.

Evangile : Les soixante-douze en mission annoncent la joie du règne de Dieu (brève : 1-9) (Lc 10, 1-12.17-20)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Sur toute la terre est proclamé la Parole, et la Bonne Nouvelle aux limites du monde. Alléluia. (cf. Ps 18, 5)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route.
Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu’on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : ‘Le règne de Dieu est tout proche de vous.’
Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, sortez sur les places et dites : ‘Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous la secouons pour vous la laisser. Pourtant sachez-le : le règne de Dieu est tout proche.’
Je vous le déclare : au jour du Jugement, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville. »
Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux. Ils racontaient : « Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. »

Jésus leur dit : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Vous, je vous ai donné pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et pouvoir sur toute la puissance de l’Ennemi ; et rien ne pourra vous faire du mal. Cependant, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept