L'homélie du dimanche (prochain)

3 décembre 2011

Res et sacramentum

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Res et sacramentum

 

Homélie du 2° dimanche de l’Avent / Année B

04/12/11

 

Le geste et sa visée

Curieuse, cette façon qu’a Jean-Baptiste de distinguer le baptême dans l’eau et le baptême dans l’Esprit Saint : c’est donc que les deux ne vont pas automatiquement ensemble !

Il peut y avoir des gens qui font la démarche de l’immersion dans le Jourdain, mais qui ne sont pas pour autant plongés dans l’Esprit Saint. Et réciproquement, certains peuvent très bien nager dans l’Esprit Saint sans jamais avoir été baptisés dans l’eau ecclésiale…

 

Jean-Baptiste a formellement immergé les foules dans l’eau du Jourdain.

Jésus a de façon immatérielle irradié l’Esprit Saint tout au long de sa vie.

L’Église baptisera ensuite en unissant l’eau et l’Esprit (Jn 3,5 ; Ac 10,47) dans un même geste sacramentel.

 

Les théologiens du Moyen Âge ont précieusement recueilli cette distinction fondatrice à travers leur théorie des sacrements.

Qu’est-ce qu’un sacrement, disaient-ils ? C’est un geste avec une parole : plonger quelqu’un dans l’eau en lui disant : « je te baptise, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ».

Quel est le but du sacrement, poursuivaient-ils ? C’est communiquer la vie divine, la ‘grâce’. Mais justement, en restant fidèle à Jean-Baptiste, on est obligé de constater que les deux ne sont pas mécaniquement liés. La réalité ultime (la grâce) peut-être donner au-delà des gestes sacramentels. « Dieu n’est pas limité par les sacrements » est un vieil adage médiéval. Et beaucoup de ceux qui reçoivent les sacrements ne sont pas assurés pour autant de participer à la vie divine.

Ces théologiens ont appelé res la réalité ultime visée par le sacrement, et sacramentum le geste lui-même avec l’élément matériel qui lui correspond (l’eau pour le baptême, l’huile pour la confirmation et l’onction des malades, le pain pour l’eucharistie etc.).

On peut visualiser ainsi le triangle Res et Sacramentum qui est en jeu dans le baptême comme pour tout sacrement.

 

Les différent cas de figure sont alors :

- Sacramentum tantum (le geste seulement) :

lorsqu’un sacrement est reçu seulement par coutume ou habitude, sans libre adhésion personnelle, en dehors d’un réel désir de recevoir Dieu lui-même.

Il y a bien une démarche extérieure, mais sans correspondre à une démarche personnelle intérieure. C’est là que Jésus parle d’hypocrites : « Isaïe a bien prophétisé de vous, hypocrites, ainsi qu’il est écrit: Ce peuple m’honore des lèvres; mais leur coeur est loin de moi. Vain est le culte qu’ils me rendent, les doctrines qu’ils enseignent ne sont que préceptes humains. » (Mc 7,7)

Le terme est employé une vingtaine de fois dans le Nouveau Testament, et n’a pas dû faire plaisir à tout le monde !

 

- Res tantum (la réalité seulement,sans le geste):

lorsque la réalité de grâce est donnée par Dieu au-delà des frontières visibles, qu’elles soient ecclésiales, sacramentelles ou sociales.

Ainsi le roi Cyrus est appelé l’Oint, le Christ, alors qu’il n’est pas circoncis. Mais en permettant aux juifs de revenir d’exil, il participe pleinement à l’action de Dieu dans l’histoire.

Ainsi bon nombre de nos contemporains qui ne sont pas baptisés participent pleinement à la réalité de l’amour de Dieu par la qualité de leur désir et de leurs actes.

Ainsi bon nombre de baptisés (divorcés remariés par exemple) n’ont plus l’accès formel aux gestes de la communion eucharistique, mais peuvent participer réellement à cette communion avec Dieu et leurs frères au-delà du geste lui-même (c’est la fameuse « communion de désir »).

De toute façon, après la mort, les ?figures’ disparaîtront, et seule demeurera la réalité (res) ultime visée.

 

- Res et sacramentum (la réalité vécue dans le geste):

lorsque les deux démarches sont vécues conjointement et en cohérence.

C’est une plénitude qui réjouit les baptisés, sans disqualifier les deux autres pôles dont elle constitue pourtant l’accomplissement. Le baptême reçu dans une foi active nous divinise vraiment, nourris de l’eucharistie, dans la force de l’Esprit.

 

L’Église-sacrement

Prenant le relais des théologiens du Moyen Âge, le concile Vatican II est allé encore plus Res et sacramentum dans Communauté spirituelleloin en définissant l’Église elle-même comme un quasi-sacrement, comme la matrice des 7 sacrements. « L’Église est, dans le Christ, en quelque sorte le sacrement, c’est-à-dire le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain » (Lumen Gentium n°1)

Cette affirmation a des conséquences immenses, que nous commençons à peine à formuler, et dont nous commençons à peine à sentir l’importance. L’appartenance visible à l’Église est importante, mais ne suffit pas à vivre dans l’Esprit Saint. « Beaucoup de ceux qui se croient dedans sont dehors, beaucoup de ceux qui se croient dehors sont dedans » (saint Augustin). Et en même temps, et il y a dans l’Église une plénitude, un accomplissement qui ne se rencontrent nulle part ailleurs.

Il y a du salut hors de l’Église.

Il y a du non-salut dans l’Église.

Et en même temps l’Église est le chemin privilégié d’une plénitude à nulle autre pareille.

Tenons ensemble les trois pôles des relations entre res et sacramentum, et alors l’humilité comme la joie du salut primeront sur l’hypocrisie ou les fanatismes de tous bords.

 

 

1ère lecture : « Préparez le chemin du Seigneur » (Is 40, 1-5.9-11)

Lecture du livre d’Isaïe

« Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. Parlez au c?ur de Jérusalem et proclamez que son service est accompli, que son crime est pardonné, et qu’elle a reçu de la main du Seigneur double punition pour toutes ses fautes. »

Une voix proclame : « Préparez à travers le désert le chemin du Seigneur. Tracez dans les terres arides une route aplanie pour notre Dieu. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées, les passages tortueux deviendront droits, et les escarpements seront changés en plaine. Alors la gloire du Seigneur se révélera et tous en même temps verront que la bouche du Seigneur a parlé. »

Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda :« Voici votre Dieu. » Voici le Seigneur Dieu : il vient avec puissance et son bras est victorieux. Le fruit de sa victoire l’accompagne et ses trophées le précèdent. Comme un berger, il conduit son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son coeur, et il prend soin des brebis qui allaitent leurs petits.

Psaume : 84, 9ab.10, 11-12, 13-14

R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.

J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple.
Son salut est proche de ceux qui le craignent,
et la gloire habitera notre terre.

Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix s’embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera la justice.

Le Seigneur donnera ses bienfaits,
et notre terre donnera son fruit.
La justice marchera devant lui,
et ses pas traceront le chemin.

2ème lecture : « Nous attendons les cieux nouveaux et la terre nouvelle » (2P 3, 8-14)

Lecture de la deuxième lettre de saint Pierre Apôtre

Frères bien-aimés, il y a une chose que vous ne devez pas oublier : pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour. Le Seigneur n’est pas en retard pour tenir sa promesse, comme le pensent certaines personnes ; c’est pour vous qu’il patiente : car il n’accepte pas d’en laisser quelques-uns se perdre ; mais il veut que tous aient le temps de se convertir. Pourtant, le jour du Seigneur viendra comme un voleur. Alors les cieux disparaîtront avec fracas, les éléments en feu seront détruits, la terre, avec tout ce qu’on y a fait, sera brûlée. Ainsi, puisque tout cela est en voie de destruction, vous voyez quels hommes vous devez être, quelle sainteté de vie, quel respect de Dieu vous devez avoir, vous qui attendez avec tant d’impatience la venue du jour de Dieu (ce jour où les cieux embrasés seront détruits, où les éléments en feu se désagrégeront). Car ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice. Dans l’attente de ce jour, frères bien-aimés, faites donc tout pour que le Christ vous trouve nets et irréprochables, dans la paix.

 

Evangile : Jean Baptiste annonce la venue du Seigneur (Mc 1, 1-8)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez la route : tout homme verra le salut de Dieu. Alléluia. (Cf. Lc 3, 4.6)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu.
Il était écrit dans le livre du prophète Isaïe : Voici que j’envoie mon messager devant toi, pour préparer la route. À travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. Et Jean le Baptiste parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.

Toute la Judée, tout Jérusalem, venait à lui. Tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins, et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés dans l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »
Patrick Braud 

Mots-clés : , , , ,

26 novembre 2011

L’absence réelle

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’absence réelle

 

Homélie du 1° dimanche de l’Avent / Année B

27/11/2011

 

L’évangile de ce premier dimanche de l’Avent est clairement centré sur la vigilance : « veillez ! »

Une vigilance orientée elle-même vers le retour du maître, dont Jésus nous dit qu’il est « parti en voyage ».

 

Un voyage bien embarrassant

Évidemment, il fait ce qu’il veut. Il a le droit de partir se balader où bon lui chante L'absence réelle dans Communauté spirituellequand l’envie lui en prend : c’est lui le maître. Impossible de contester cette décision qui pourtant plonge ses serviteurs dans la panade. Sans lui, la maison est bien difficile à gérer. Et puis, il tarde à revenir (comme l’époux, quel mufle, pour son repas de noces cf. ici). Il ne prévient personne et ne tient personne au courant pendant ce fameux voyage (à l’époque, même sans mail ou SMS, il aurait pu envoyer des courriers aux gens de sa maison !).

 

On le voit : quand le maître est parti, il est bel et bien parti, sans qu’on puisse le joindre. Il est véritablement absent, séparé des siens (ab-sum).

 

En comparant l’attente de sa venue à cette absence réelle du maître de maison, Jésus décrit une tension que les chrétiens auront beaucoup de mal à ne pas annuler dans l’histoire.

Les paraboles où il est question d’un tel voyage et de l’absence qui en découle sont nombreuses : parabole des talents (Mt 25,14-30), de l’époux (Mt 25,1-13), du maître de la vigne (Lc 20,9-19)… Dans l’évangile de Jean, Jésus n’arrête pas de répéter : « je m’en vais » (une vingtaine de fois) comme pour préparer ses disciples à la tête dure à cette disparition.

  absence_banc_saint_nazaire_loire_atlantique_photographe_mrtimmy absence dans Communauté spirituelle

L’absence évitée

Il y a donc une absence réelle du Christ que rien ne peut combler. Même la présence réelle dans l’eucharistie ne peut annuler ce vide au creux de l’histoire humaine. Même les discours plus ou moins spirituels sur le compagnonnage avec Jésus, « sa présence en mon coeur » ou tout autre dérivatif ne pourront jamais remplir le trou énorme que le départ du Christ a creusé dans notre histoire.

Alors, devenir chrétien va de pair avec assumer l’absence réelle du « maître parti en voyage »…

 

Bien sûr, pour nous rassurer, nous pouvons d’abord envisager les conséquences positives d’une telle absence. En effet, le départ du Christ loin de nous garantit notre responsabilité effective : s’il était toujours là, nous n’arrêterions pas de lui demander ce qu’il faut faire, tels des gamins inquiets. Cette absence est une garantie de notre condition de croyants adultes.

On pourrait encore essayer d’utiliser cette absence pour « expliquer » les malheurs du monde, la pluralité des religions, la difficulté à croire…

 

Une autre manière de nier l’absence, c’est la trahison. Du moins c’est la piste sur laquelle nous met notre passage d’évangile :

« Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison reviendra, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin ». Jésus fait sans aucun doute allusion à quatre moments de sa Passion : il est livré le soir par Judas, il comparaît dans la nuit devant Caïphe, Pierre le renie au chant du coq, il est livré à Pilate le matin. Toutes les heures aussi propices à l’attente le sont aussi à la trahison. Celui qui ne veille plus finit par se détourner de l’essentiel de sa vie.

 

L’absence assumée

Et si l’on essayait plutôt d’assumer en vérité l’absence de celui que nous aimons ?

Rien ne pourra le remplacer :

- ni l’Église, si prompte à prendre sa place

- ni l’humanitaire, cache-misère de bien des peurs du vide

- ni la réussite professionnelle et sociale, captant l’énergie de l’attente pour l’investir dans la transformation du seul présent

- ni le divertissement pascalien, qui s’étourdit sans attendre de fin ultime…

 

Assumer l’absence réelle du Christ permet dans le même mouvement d’assumer les autres absences qui peuplent nos mémoires.

Au lieu d’imaginer qu’un défunt est là à côté, mieux vaut attendre le rendez-vous final. Au lieu de projeter l’angoisse du vide sur d’improbables signes ou communications mystérieuses avec lui, mieux vaut prendre acte que la mort n’est plus là, simplement, et qu’il ne sera vraiment présent qu’en Dieu, au-delà du temps et l’espace connu. Au lieu de rechercher des liens imaginaires avec ceux qui ont croisé notre route et qui ont disparu de notre vue, mieux vaut avec courage se tourner résolument vers l’avenir : « laisse les morts enterrer leurs morts » (Lc 9,60).

 

L’Esprit nous aide à habiter l’absence

Celui qui peut nous aider à apprivoiser les absences de nos vies, celle du Christ comme celle de nos amis et familles, c’est l’Esprit de Dieu. Jésus nous l’a promis : son départ ne nous laisse pas orphelins, puisque l’Esprit vient respirer en nous, et orienter notre désir vers la rencontre ultime.

« C’est votre intérêt que je parte; car si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas vers vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai ». (Jn 16,7)

« L’Esprit et l’épouse disent : viens ! » (Ap 22,17)

 

Invoquons donc l’Esprit : qu’il nous apprenne comment assumer joyeusement et courageusement l’absence réelle du Christ, et toutes les absences qui jalonnent notre avancée vers lui…

 

1ère lecture : Appel au Seigneur pour qu’il vienne (Is 63, 16b-17.19b; 64, 2b-7)

Lecture du livre d’Isaïe

Tu es, Seigneur, notre Père, notre Rédempteur : tel est ton nom depuis toujours. Pourquoi Seigneur, nous laisses-tu errer hors de ton chemin, pourquoi rends-tu nos coeurs insensibles à ta crainte ? Reviens, pour l’amour de tes serviteurs et des tribus qui t’appartiennent. Ah ! Si tu déchirais les cieux, si tu descendais, les montagnes fondraient devant toi. 

Voici que tu es descendu, et les montagnes ont fondu devant ta face. Jamais on ne l’a entendu ni appris, personne n’a vu un autre dieu que toi agir ainsi envers l’homme qui espère en lui. Tu viens à la rencontre de celui qui pratique la justice avec joie et qui se souvient de toi en suivant ton chemin. Tu étais irrité par notre obstination dans le péché, et pourtant nous serons sauvés. Nous étions tous semblables à des hommes souillés, et toutes nos belles actions étaient comme des vêtements salis. Nous étions tous desséchés comme des feuilles, et nos crimes, comme le vent, nous emportaient. Personne n’invoquait ton nom, nul ne se réveillait pour recourir à toi. Car tu nous avais caché ton visage, tu nous avais laissés au pouvoir de nos péchés. Pourtant, Seigneur, tu es notre Père. Nous sommes l’argile, et tu es le potier : nous sommes tous l’ouvrage de tes mains.

Psaume : 79, 2.3bc, 15-16a, 18-19

R/ Dieu, fais nous revenir ; que ton visage s’éclaire, et nous serons sauvés !

Berger d’Israël, écoute,
toi qui conduis, ton troupeau : resplendis !
Réveille ta vaillance
et viens nous sauver. 

Dieu de l’univers reviens !
Du haut des cieux, regarde et vois :
visite cette vigne, protège-la,
celle qu’a plantée ta main puissante.

Que ta main soutienne ton protégé,
le fils de l’homme qui te doit sa force.
Jamais plus nous n’irons loin de toi :
fais-nous vivre et invoquer ton nom !

2ème lecture : L’Église est fidèle dans l’attente du Seigneur(1Co 1, 3-9)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
que la grâce et la paix soient avec vous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus Christ le Seigneur. Je ne cesse de rendre grâce à Dieu à votre sujet, pour la grâce qu’il vous a donnée dans le Christ Jésus ; en lui vous avez reçu toutes les richesses, toutes celles de la Parole et toutes celles de la connaissance de Dieu. Car le témoignage rendu au Christ s’est implanté solidement parmi vous. Ainsi, aucun don spirituel ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ. C’est lui qui vous fera tenir solidement jusqu’au bout, et vous serez sans reproche au jour de notre Seigneur Jésus Christ. Car Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à vivre en communion avec son Fils, Jésus Christ notre Seigneur.

 

Evangile : « Veillez ! » (Mc 13, 33-37)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Montre-nous, Seigneur, ta miséricorde : fais-nous voir le jour de ton salut. Alléluia. (cf. Ps 84, 8)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus parlait à ses disciples de sa venue :
« Prenez garde, veillez : car vous ne savez pas quand viendra le moment.
Il en est comme d’un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et recommandé au portier de veiller.
Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison reviendra, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin.
Il peut arriver à l’improviste et vous trouver endormis.
Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! »
Patrick Braud

Mots-clés : , ,

11 décembre 2010

Du goudron et des carottes râpées

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Du goudron et des carottes râpées

 

Homélie du 3° dimanche de l’Avent / Année A

Dimanche 12 Décembre 2010

 

 

Du goudron et des carottes râpées

Il est 23 heures.

Je vois un homme s’approcher de la forme humaine dont on ne sait pas si elle est Du goudron et des carottes râpées dans Communauté spirituelle sdfaccroupie, assise ou allongée sur le goudron du trottoir. Devant l’entrée du supermarché spécialisé dans le hard discount en plein quartier populaire de la ville, l’homme distingue ce SDF, un de plus, qui pioche avec une fourchette dans une barquette en plastique de carottes râpées à 1 € (0,99 € exactement, ‘marque repère’…). À côté de la forme, l’inévitable bouteille de vin, elle aussi en plastique, déjà à moitié vidée.

L’homme hésite visiblement, dépasse la silhouette aux carottes râpées, convaincu sans doute (et peut-être avec raison) que l’aide à la mendicité est contre-productive. Mais il fait froid. De plus en plus avec le brouillard qui tombe. Mais la solitude dans le noir de la ville est encore plus glaciale lorsqu’on est dans la galère : même un habitant des beaux quartiers, bien éclairé et bien chauffé, peut deviner cela… Il revient sur ses pas, s’accroupit au côté de la forme noire et rouge. Surprise : c’est une femme. En relevant la tête, elle s’étonne, et bredouille quelques mots : « plus de place. Demain j’irai ». L’homme sort un billet de 20 € de son porte-monnaie et lui met dans la main : « faites attention à ne pas vous le faire voler ». Elle ne dit rien. Elle ne peut rien dire ; l’alcool a déjà embrouillé sa langue. Mais elle le regarde avec une tendresse inattendue sur ce trottoir, et lui caresse doucement la joue…

- « Voulez-vous que j’appelle le 115 ? »

- « Ils sont venus. Pas de place. »

- « Où allez-vous dormir ? »

- « Ailleurs. »

L’homme se relève. Obligé de continuer sa route…

 

Répondre par des actes concrets

Pourquoi raconter longuement cette scène si fréquente dans nos cités ? Parce qu’elle rejoint notre évangile d’Avent. Jean-Baptiste exprime en effet son interrogation au sujet de Jésus : qui est-il vraiment ?

« Il veut que les faits parlent et disent la différence qui existe entre lui et Jésus. Il envoie donc les deux disciples qu’il croit les plus aptes à comprendre (saint Jean Chrysostome : XXXVI° homélie sur l’évangile selon saint Matthieu, I&2).

Ses disciples demandent à Jésus de répondre : « es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Or Jésus ne répond pas par des discours ou par des paroles. Il renvoie à ses actes : « Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres… »

 

Autrement dit : la venue du Fils de l’Homme se joue dans les actes concrets qui aujourd’hui encore donnent de la dignité aux méprisés, font confiance aux humiliés, donnent un toit aux sans-abri, de la nourriture et du travail à celui qui est méprisé, et ainsi privé de la fraternité des hommes…

 

Jésus n’a pas fait un long discours sur la Trinité aux envoyés de Jean-Baptiste. Il a simplement renvoyé à ses actes. « Mes oeuvres parlent pour moi » dira-t-il dans l’Évangile de Jean. Ici, il demande seulement aux envoyés de Jean de constater : « allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez ».

 

Jean-Baptiste était la Voix. Jésus est le Verbe fait chair, la parole faite actes.

N’est-ce pas ce que les hommes d’aujourd’hui attendent des chrétiens : qu’ils agissent, que leurs actes traduisent leur conception de l’homme, du respect des plus faibles, de la défense de la vie sous toutes ses formes et à toutes ses étapes ?

 

Le psaume 145 de notre liturgie décline d’ailleurs cette identité divine en une série d’actions de salut et de libération. Dieu se révèle tel qu’il est lorsqu’il agit pour ceux qu’il aime, nous les hommes : il fait justice / donne le pain / délie / ouvre les yeux / redresse / aime / protège / soutient

 

Isaïe était tout aussi concret : « Alors s’ouvriront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. Ils reviendront, les captifs rachetés par le Seigneur? »

 

La feuille de route de l’Église

C’est toujours notre feuille de route pour être à son image, pour le laisser agir à travers nous, pour être « le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité du genre humain » (Concile Vatican II, Lumen Gentium n° 1). La vocation sacramentelle de l’Église, c’est aussi cela : faire en sorte que : « Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres… »

 

Paul VI le disait avec courage en 1975 :

« Pour l’Église, le témoignage d’une vie authentiquement chrétienne, livrée à Dieu dans une communion que rien ne doit interrompre mais également donnée au prochain avec un zèle sans limite, est le premier moyen d’évangélisation. « L’homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maître » disions-Nous récemment à un groupe de laïcs, « ou s’il écoute les maîtres, c’est parce qu’ils sont des témoins ». Saint Pierre l’exprimait bien lorsqu’il évoquait le spectacle d’une vie pure et respectueuse, « gagnant sans paroles même ceux qui refusent de croire à la Parole » (1P 3,1). C’est donc par sa conduite, par sa vie, que l’Église évangélisera tout d’abord le monde, c’est-à-dire par son témoignage vécu de fidélité au Seigneur Jésus, de pauvreté et détachement, de liberté face aux pouvoirs de ce monde, en un mot, de sainteté. »

Evangelii Nuntiandi n° 41, Paul VI (8/12/1975)

  

Puissions-nous traduire en actes concrets, au coeur du froid et des nuits hivernales tout particulièrement, cette feuille de route que le Messie a laissée à son Église ! Il y a tant d’associations, chrétiennes ou non, que nous pouvons soutenir, aider et encourager, et auxquelles participer, pour que des actes soient posés avec les plus petits, les laissés-pour-compte… Il y a tant de gestes efficaces que nous pouvons (devons) faire en ce sens…

 

1ère lecture : Les merveilles du salut à venir (Is 35, 1-6a.10) 

Lecture du livre d’Isaïe

Le désert et la terre de la soif, qu’ils se réjouissent ! Le pays aride, qu’il exulte et fleurisse,

qu’il se couvre de fleurs des champs, qu’il exulte et crie de joie ! La gloire du Liban lui est donnée, la splendeur du Carmel et de Sarône. On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu.

Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent,

dites aux gens qui s’affolent : « Prenez courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. »

Alors s’ouvriront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds.

Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. Ils reviendront, les captifs rachetés par le Seigneur, ils arriveront à Jérusalem dans une clameur de joie, un bonheur sans fin illuminera leur visage ; allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s’enfuiront.

 

Psaume : Ps 145, 7, 8, 9ab.10a

 

R/ Viens, Seigneur, et sauve-nous !

Le Seigneur fait justice aux opprimés ;

aux affamés, il donne le pain,

le Seigneur délie les enchaînés.

 

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,

le Seigneur redresse les accablés,

le Seigneur aime les justes.

 

Le Seigneur protège l’étranger.

Il soutient la veuve et l’orphelin.

D’âge en âge, le Seigneur régnera.

 

2ème lecture : Ayez de la patience : la venue du Seigneur est proche (Jc 5, 7-10)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Frères, en attendant la venue du Seigneur, ayez de la patience. Voyez le cultivateur : il attend les produits précieux de la terre avec patience, jusqu’à ce qu’il ait fait la première et la dernière récoltes.

Ayez de la patience vous aussi, et soyez fermes, car la venue du Seigneur est proche.

Frères, ne gémissez pas les uns contre les autres, ainsi vous ne serez pas jugés. Voyez : le Juge est à notre porte.

Frères, prenez pour modèles d’endurance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.

 

Evangile : Jean Baptiste et Jésus (Mt 11, 2-11)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jean le Baptiste, dans sa prison, avait appris ce que faisait le Christ. Il lui envoya demander par ses disciples :

« Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »

Jésus leur répondit : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez :

Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres.

Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi ! »

Tandis que les envoyés de Jean se retiraient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés voir au désert ? un roseau agité par le vent ?…

Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ? un homme aux vêtements luxueux ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois.

Qu’êtes-vous donc allés voir ? un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète.

C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour qu’il prépare le chemin devant toi.

Amen, je vous le dis : Parmi les hommes, il n’en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui. »
Patrick Brau

Carton Rouge au logement en France / Fondation Abbé Pierre

Mots-clés : , ,

4 décembre 2010

Êtes-vous plutôt centripètes ou centrifuges ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Êtes-vous plutôt centripètes ou centrifuges ?

 

Homélie du 2° dimanche de l’Avent / Année A

Dimanche 5 Décembre 2010

 

Un souffle d’universalisme réjouissant parcourt ces trois lectures d’Avent, et cela peut aller droit au coeur des païens que nous sommes.

 

Deux universalismes

Isaïe (Is 11,1-10) annonce une ère messianique, que nous croyons inaugurée en Jésus, où « le loup habitera avec l’agneau… ». C’est-à-dire où Palestiniens et Israéliens vivront en frères, où l’Europe sera source de paix et non plus de guerres mondiales, où chinois, américains et indiens s’entendront sur l’avenir de la planète etc…. Utopique ? Naïf ? Peut-être. Mais ceux qui ont cru à ce genre d’utopies ont réconcilié la France et l’Allemagne après 1945, ont créé l’Europe pour la paix, ont aboli les lois raciales aux États-Unis, l’apartheid en Afrique du Sud… : la liste est trop longue !

 

L’universalisme d’Isaïe dans ce texte est toujours une formidable source d’action politique et sociale.

  • C’est un universalisme « centripète » en fait : « la racine de Jessé sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront ».

 

On peut penser la mission de l’Église selon ce dynamisme du rassemblement : rassemblement eschatologique de toutes les nations à Jérusalem pour Isaïe, rassemblement de toutes les cultures dans la communion ecclésiale pour nous aujourd’hui.

Ce modèle centripète de la mission a déjà porté de très beaux fruits : la vitalité des premières communautés chrétiennes tout autour du bassin méditerranéen dans les premiers siècles (cf. Actes des Apôtres), l’évangélisation par les monastères au Moyen Âge en Europe etc…

 

  • L’autre conception de la mission de l’Église sera sans surprise un universalisme  « centrifuge ».

Notre deuxième lecture en donne un écho, à travers la présence de Paul à Rome, loin de Jérusalem : « les nations païennes peuvent rendre gloire à Dieu. Comme le dit l’écriture : je te louerai parmi les nations » (Rm 15,4-9). Il ne s’agit plus là d’attirer  le monde entier à Jérusalem (ou dans l’Église), mais d’être dispersés au milieu des peuples pour leur permettre d’entrer en communion avec Dieu chacun selon son génie propre. On peut penser la mission de l’Église selon ce dynamisme de l’envoi.

 

Pourquoi des poils de chameau et des sauterelles ?

Les chameaux sont dans la Bible associés à la richesse des nations étrangères, que ce soit pour la reine de Saba ou pour les mages. Le chameau est lui-même un animal impur, symbole des non-juifs : « Vous tiendrez pour impur le chameau parce que, bien que ruminant, il n’a pas le sabot fourchu » (Lv 11,4).

C’est dans ce sens que saint Hilaire de Poitiers  interprète symboliquement l’étrange accoutrement de Jean le Baptiste dans notre évangile (Jn 3,1-12).

 

« Ce vêtement pris à des animaux immondes auxquels ont peut comparer les nations païennes et qu’il sanctifiait en le portant, était un symbole de la sainteté que nous pouvions recevoir par son ministère. Êtes-vous plutôt centripètes ou centrifuges ? dans Communauté spirituelle 66984286nuee-de-sauterelles-a-brezina-visoterra-13057-jpgLes hommes, dans leurs allures désordonnées, ressemblaient à ces sauterelles dont se nourrissait le Prophète, ils étaient volages, stériles dans leurs ?uvres, verbeux, agités. Et maintenant il s’est trouvé que nous sommes devenus la nourriture des saints et les délices des prophètes : et nous leur avons offert en même temps que nos personnes un miel qui provenait non des rayons de la Loi, mais des arbres sauvages (saint Hilaire de Poitiers : commentaire de l’évangile selon saint Matthieu, II 2). »

 

L’universalisme de Jean-Baptiste se manifeste, hors de Jérusalem, dans le désert, par son accueil de tous les pénitents. Bien plus, il affirme avec force : « avec les pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham ». C’est-à-dire : ne croyez pas que le peuple de Dieu est limité aux juifs, au circoncis, aux pratiquants des rites prescrits. Dieu est libre de se susciter une famille en Inde comme au Brésil, en Chine comme en Afrique…

 

Alors, êtes-vous plutôt centrifuges ou centripètes ?

Selon l’accent mis, l’Église et la mission n’auront pas les mêmes couleurs…

·       Dans la conception centripète, on va soigner la liturgie, la formation des laïcs à la pastorale, l’accueil fraternel (cf. le succès mérité les communautés nouvelles en ce sens, ou même des Églises baptistes et pentecôtistes en milieu populaire)…

Avec les dangers qui sont liés à cette conception centripète : la tentation de faire la leçon à tout le monde et de disqualifier le monde contemporain en faisant comme si l’Église était le seul milieu du salut ; le risque de créer une contre-culture ecclésiale spécifique mais fermée ; la seule préoccupation de l’organisation interne de l’Église etc…

  liturgie Avent dans Communauté spirituelle

·       Dans la conception centrifuge, on va envoyer des missionnaires dans le monde entier (avec un beau succès encore dans les siècles passés !), on va former les laïcs à l’action politique, sociale et économique, encourager le dialogue avec les cultures contemporaines.

Les dangers liés à cette conception centrifuge sont eux aussi bien connus : le risque de l’enfouissement et de l’affadissement, voire de la disparition au milieu des peuples, le danger du relativisme etc….

 

  missionnaire2ff8-c30a3 centrifuge


·      
Vous l’avez deviné : l’Écriture ne tranche pas entre ces deux conceptions de la mission, centripète et centrifuge.

 

Dans toute la Bible se retrouvent ces deux dimensions de la mission: un universalisme centripète (rassemblement eschatologique à Jérusalem) et un universalisme centrifuge (de Jérusalem aux extrémités de la terre). Trop privilégier une seule de ces dimensions défigure le visage sacramentel de l’Église. La mission est envoi ; elle est aussi rassemblement, convocation, attraction universelle de la gloire de Dieu.

 

- La communion est en effet missionnaire : elle constitue en elle-même une annonce kérygmatique de la mort / Résurrection du Seigneur (Cf. Ac 2,47), car elle témoigne et réalise que le mystère pascal produit d’ores et déjà son fruit: « rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés » (Jn 11,52). De plus, cette communion n’est pas un repli frileux et ?cocoonesque’ sur une identité ecclésiale fermée au monde. Elle est un envoi, une respiration (systole / diastole), un mouvement à la fois centripète et centrifuge, qui permet aux membres de l’ekklèsia (= assemblée) d’aller jusqu’aux extrémités de la terre (Mc 16,15; Ac 1,8), géographiquement et culturellement. L’eucharistie conjugue ces deux mouvements : rassembler le Peuple de Dieu dans l’ekklèsia, l’envoyer à la fin de la messe (missa = envoi), pour le reconvoquer après etc?

 

- On ne peut donc plus opposer communion et  mission, sacramentalisation et  évangélisation.

Car être missionnaire, c’est proposer à des personnes de faire l’expérience de la koïnonia, dont les sacrements vécus en Église sont des temps forts. À quoi servirait d’aller « rejoindre les païens », d’aller vivre l’enfouissement, de « s’ouvrir au monde », si ce n’était pas pour manifester visiblement que l’amour trinitaire est capable de transformer la vie humaine ? La mission n’est pas seulement centrifuge, elle est aussi centripète: permettre à tout homme de s’adjoindre à l’ekklèsia.

Car célébrer les sacrements, c’est aussi évangéliser. Les ministres qui président aux sacrements le font parce qu’ils président à la mission d’évangélisation de l’Église. Ce lien missionnaire est capital. Chez les Pères, la mystagogie  était un lieu symbolique pour faire naître le désir de Dieu et la soif de relations fraternelles à partir de la liturgie vécue. Aujourd’hui, l’accueil sacramentel (mariages, baptêmes, funérailles…) se doit d’évangéliser la demande religieuse de sacré, diffuse et ambiguë. Oscillant entre élitisme et braderie des sacrements, la ligne de crête de cette évangélisation par les sacrements est difficile à tenir et à mettre en oeuvre. D’où la responsabilité particulière des ministres pour dépasser les anciennes oppositions stériles.

 

·       La foi catholique fait donc le pari de tenir ensemble les deux dynamismes : à la fois lumière du monde (centripète) et sel de la terre (centrifuge), les chrétiens devraient discerner selon leur époque quel est l’accent à mettre pour devenir fidèles à cette tension constitutive de l’Église.

 

·       Il semble que notre période soit marquée par un fort retour de la conception 7321950339297 centripètecentripète : réflexes identitaires, surinvestissement dans la vie ecclésiale, petites  communautés chaleureuses (mais sont-elles pertinentes ou bien folkloriques dans notre culture ambiante ?)?

 

 

Ne faudrait-il pas redécouvrir le grand vent du large qui a poussé tant de Français aux XVIII°-XIX° siècles (avec la Terreur) et au XX° siècle (avec l’exil dû à la loi de 1905) à partir au loin, géographiquement et culturellement ?

   

 

N’est-il pas temps pour nous aussi de nous vêtir de poils de chameau (les sagesses des nations) et de nous nourrir de sauterelles et de miel sauvage (les semences du Verbe présentes dans toute culture) ?

 

 

 

1ère lecture : Le Messie, roi de paix (Is 11, 1-10)

Lecture du livre d’Isaïe

Parole du Seigneur Dieu :

Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines.

Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur,

qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas d’après les apparences, il ne tranchera pas d’après ce qu’il entend dire.

Il jugera les petits avec justice, il tranchera avec droiture en faveur des pauvres du pays. Comme un bâton, sa parole frappera le pays, le souffle de ses lèvres fera mourir le méchant.

Justice est la ceinture de ses hanches ; fidélité, le baudrier de ses reins.

Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira.

La vache et l’ourse auront même pâturage, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le boeuf, mangera du fourrage.

Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra, sur le trou de la vipère l’enfant étendra la main.

Il ne se fera plus rien de mauvais ni de corrompu sur ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer.

Ce jour-là, la racine de Jessé, père de David, sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront, et la gloire sera sa demeure.

 

Psaume : Ps 71, 1-2, 7-8, 12-13, 17

R/ Voici venir un jour sans fin de justice et de paix.

Dieu, donne au roi tes pouvoirs,

à ce fils de roi ta justice.

Qu’il gouverne ton peuple avec justice,

qu’il fasse droit aux malheureux !

 

En ces jours-là, fleurira la justice,

grande paix jusqu’à la fin des lunes !

Qu’il domine de la mer à la mer,

et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

 

Il délivrera le pauvre qui appelle

et le malheureux sans recours.

Il aura souci du faible et du pauvre,

du pauvre dont il sauve la vie.

 

Que son nom dure toujours ;

sous le soleil, que subsiste son nom !

En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ;

que tous les pays le disent bienheureux !

 

2ème lecture : L’espérance offerte par l’Écriture s’étend à toutes les nations (Rm 15, 4-9)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, tout ce que les livres saints ont dit avant nous est écrit pour nous instruire, afin que nous possédions l’espérance grâce à la persévérance et au courage que donne l’Écriture.

Que le Dieu de la persévérance et du courage vous donne d’être d’accord entre vous selon l’esprit du Christ Jésus.

Ainsi, d’un même coeur, d’une même voix, vous rendrez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ.

Accueillez-vous donc les uns les autres comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu, vous qui étiez païens.

Si le Christ s’est fait le serviteur des Juifs, c’est en raison de la fidélité de Dieu, pour garantir les promesses faites à nos pères ; mais, je vous le déclare,

c’est en raison de la miséricorde de Dieu que les nations païennes peuvent lui rendre gloire ; comme le dit l’Écriture : Je te louerai parmi les nations, je chanterai ton nom.

 

Evangile : Jean Baptiste annonce que le Messie vient juger le monde (Mt 3, 1-12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée :

« Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche. »

Jean est celui que désignait la parole transmise par le prophète Isaïe : A travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route.

Jean portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.

Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain venaient à lui,

et ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés.

Voyant des pharisiens et des sadducéens venir en grand nombre à ce baptême, il leur dit : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ?

Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion,

et n’allez pas dire en vous-mêmes : ‘Nous avons Abraham pour père’ ; car, je vous le dis : avec les pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham.

Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu.

Moi, je vous baptise dans l’eau, pour vous amener à la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu ;

il tient la pelle à vanner dans sa main, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier. Quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s’éteint pas. »
Patrick Braud 

Mots-clés : , , , , , ,
1...678910