L'homelie du dimanche

14 août 2011

Marie, parfaite image de l’Église à venir

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Parfaite image de l’Église à venir

Homélie de l’Assomption / 15 Août 2011

 

L’Église en fête célèbre la première créature à être déjà pleinement divinisée : Marie, humble jeune femme juive, « élevée dans la gloire du ciel » (préface de l’Assomption).

Tant mieux pour Marie. Mais quelle incidence sur notre propre aventure humaine ?

En célébrant Marie, associée à la résurrection de son fils, nous célébrons en fait notre propre avenir.

 

L’Assomption : une pro-vision efficace.

Une vieille règle théologique médiévale peut nous aider à déchiffrer le sens des fêtes mariales. Il n’arrive à Marie personnellement que ce qui est promis à l’Église collectivement. Et ce qu’est l’Église radicalement (une, sainte, catholique, apostolique) Marie l’est déjà personnellement, en plénitude.

« C’est à juste titre que, dans les Écritures divinement inspirées, ce qui est dit en  général de cette vierge mère qu’est l’Église s’applique en particulier à la Vierge Marie ; et ce qui est dit en particulier de la vierge mère qu’est Marie se comprend en général de l’Église vierge mère. Lorsqu’un texte parle de l’une ou de l’autre, il peut être appliqué presque sans distinction à l’une et à l’autre. »  [1]

 La préface de l’Assomption oriente notre regard vers Marie, en avant, comme l’effet symétrique d’un coup d’oeil dans le rétroviseur : « parfaite image de l’Église à venir, aurore de l‘Église triomphante, elle guide et soutient l’espérance de ton peuple encore en chemin ».

C’est en quelque sorte une pro-vision d’espérance, une vision anticipée de ce qui nous attend.

En Marie, l’une des nôtres est déjà personnellement parvenue au terme de ce qui attend chacun d’entre nous et ensemble.

Impossible dans la foi chrétienne d’avoir le regard dans le rétroviseur ! Nulle nostalgie d’un paradis perdu, d’un âge d’or mythique, nul regret d’une période soi-disant idéale n’anime cette provision d’espérance. On peut fixer du regard Marie dans son Assomption en répétant les paroles de Paul : « je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus.  Non, frères, je ne me flatte point d’avoir déjà saisi; je dis seulement ceci: oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l’avant, tendu de tout mon être,  et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus. » (Ph 3,13-14)

 

Cette pro-vision est efficace, auto-réalisatrice diraient les linguistes : au moment où l’Église fixe son regard sur l’une d’entre elles déjà élevée dans la gloire, elle en est profondément transformée dans cette contemplation même.

Ce que nous regardons nous influence en retour : c’est vrai de nos écrans, de nos architectures, de nos livres, combien plus encore de nos regards intérieurs !

 

Lever les yeux vers Marie associée à la gloire du Christ, c’est faire provision d’espérance, et « l’espérance ne déçoit pas » (Rm 5,5).

Entre Marie et l’Église, le lien est si fort que la vocation de l’une éclaire le mystère de l’autre, et réciproquement.

 

Parfaite image de l’Église à venir : puisse l’Assomption de Marie soutenir notre marche, notre pèlerinage dans la foi.

Que nul événement ne nous détourne de cette pro-vision d’espérance.

 


[1]Isaac de l’Étoile, 1100-1178, abbé du monastère de l’Etoile (à Archigny dans la Vienne), fondateur de l’abbaye Notre Dame des Châteliers sur l’ile de Ré, Homélie LI, « Sources chrétiennes n° 339, pp. 203-205

 

 

1ère lecture : La Femme de l’Apocalypse, image de l’Église comme Marie (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Le Temple qui est dans le ciel s’ouvrit, et l’arche de l’Alliance du Seigneur apparut dans son Temple.

Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds,e t sur la tête une couronne de douze étoiles.
Elle était enceinte et elle criait, torturée par les douleurs de l’enfantement.
Un autre signe apparut dans le ciel : un énorme dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes,et sur chaque tête un diadème.
Sa queue balayait le tiers des étoiles du ciel, et les précipita sur la terre. Le Dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance.
Or, la Femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les menant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son Trône,
et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place.

Alors j’entendis dans le ciel une voix puissante, qui proclamait : « Voici maintenant le salut,la puissance et la royauté de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ ! »

Psaume : Ps 45, 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16

R/ Heureuse es-tu, Vierge Marie, dans la gloire de ton Fils.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

2ème lecture : Le Christ nous entraîne tous dans la vie éternelle ( 1 Co 15, 20-27a)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection. En effet, c’est en Adam que meurent tous les hommes ; c’est dans le Christ que tous revivront, mais chacun à son rang : en premier, le Christ ; et ensuite, ceux qui seront au Christ lorsqu’il reviendra. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir détruit toutes les puissances du mal. C’est lui en effet qui doit régner jusqu’au jour où il aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qu’il détruira, c’est la mort, car il a tout mis sous ses pieds.

Evangile : « Heureuse celle qui a cru ! » (Lc 1, 39-56)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis : Marie est entrée dans la gloire de Dieu ; exultez dans le ciel, tous les anges ! Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur,
« Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âgesur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

14 août 2010

Marie en son Assomption : une femme qui assume !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Marie en son Assomption : une femme qui assume !

 

Homélie pour la fête de l’Assomption de Marie / Année C

15/08/2010.

·      Assomption ?

Laissez résonner en vous ce mot étrange.

On y entend quelque chose comme « assumer », mais aussi « ascenseur », « somptueux »?

La plupart des Français confondent d’ailleurs l’Ascension et l’Assomption. Non sans raison, car il n’arrive jamais à Marie que ce qui arrive d’abord à son Fils : être emporté dans la gloire auprès de Dieu « corps et âme ». C’est bien le même mouvement qui a provoqué l’« ascension » du Christ et l’ « assomption » de Marie : le désir de Dieu de faire partager ce qu’Il est lui-même à ceux qui justement sont ses « proches ».

 

 

Tous les feux d’artifices, les bals populaires, les festivals et concours pyrotechniques qui fleurissent sur les plages et les côtes de nos rivages cet été pour le 15 Août s?enracinent sans le savoir dans cette fête (autrefois nationale) : célébrer l’une des nôtres déjà dans l’intimité de Dieu, de tout son être. Les fusées multicolores et autres feux de Bengale ne brûlent plus pour célébrer l’Assomption.  

 

Reste cependant comme un parfum d’espérance commune à travers ces réjouissances nationales : nous sommes faits pour la beauté, pour « monter » vers le ciel, à l’instar des bouquets de pétards scintillants qui arrachent toujours des « oh » et des « ah » aux enfants comme aux foules massées autour des bases de lancement. Comme si regarder un feu d’artifice nous rappelait confusément notre propre vocation à « monter » nous aussi vers plus haut, vers plus beau, vers « le ciel »?

De cela, Marie en son Assomption est le témoin.

De cette aspiration, Marie élevée dans la gloire est le garant.

Comme, dans un feu d’artifice, il y a des fusées qui sont chargées d’éclater le plus haut possible en parapluies de gerbes phosphorescentes, Marie en son Assomption est chargée de nous transmettre cette immense espérance : nous sommes faits pour vivre au plus haut de nous-mêmes, en Dieu?

Et nous attendons le bouquet final, où toutes les couleurs seront enfin réunies, dans une pétarade assourdissante?

 

·      Avec cette image de la montée vers le haut, l’Assomption évoque également l’action d’assumer ce que l’on est. En français, lorsque quelqu’un dit : « j’assume », cela veut dire qu’il ira jusqu’au bout de sa décision. Dans le langage de Dieu, l’Assomption veut dire qu’Il assume l’humanité de Marie, sa condition de créature, pour la porter à son incandescence. « J’assume l’?uvre de mes mains – semble dire Dieu - et je vais jusqu’au bout de la logique en vertu de laquelle j’ai demandé à Marie de porter Jésus comme son enfant. »

Du coup, il est en même temps donné à Marie d’assumer elle aussi toute son humanité, sa finitude (car elle une créature – comme nous – alors que le Christ est « engendré non pas créé » comme nous le disons à chaque Credo).

Méditer sur la figure de Marie, une femme « qui assume », peut changer notre vision de l’Assomption !

 

·      Et c’est vrai qu’elle assume, cette jeune fille de Nazareth !

 

- Dès l’âge de 16-18 ans, elle assume une grossesse imprévue, surprenante. Bien que cette grossesse-là soit unique dans l’histoire humaine, l’étonnement et l’embarras de Marie devant cette naissance à venir ressemblent à ce que tant de jeunes filles ont dû assumer suite à une grossesse « non désirée ».

Marie en son Assomption : une femme qui assume ! dans Communauté spirituelle femmeenceinteNombre de mères se reconnaîtront dans les questions de la vierge de Nazareth : comment cela se fera-t-il ? Que vais-je devenir avec cet enfant en moi ?

Ne dit-on pas fort justement que les hommes « n’assument pas » lorsqu’ils laissent tomber leur compagne lorsqu’elle est enceinte ? Ou que la société n’assume pas ses responsabilités en préférant parfois encourager l’IVG au lieu d’accompagner jusqu’au bout et après ?

On le voit : assumer une grossesse imprévue, c’est un chemin d’humanité encore aujourd’hui si difficile que Marie demeure une référence, une grande s?ur même, dans la manière dont elle a pu affronter cette situation, en maintenant sa confiance en Dieu. Joseph est celui qui l’a aidé à surmonter ce statut si honteux de « fille-mère » : il a assumé un enfant qui n’était pas de lui, il lui a donné son nom, sa famille, son héritage…

Nombre de pères se reconnaîtront en Joseph, quand ils doivent eux aussi assumer les enfants d’un autre, avec amour et respect.

 

- Puis son fils s’est mis à partir sur les chemins de Palestine, à l’âge de trente ans environ, c’est-à-dire à l’âge où ses amis de Nazareth étaient déjà mariés, rangés? Marie là encore a dû assumer ce nouveau statut pour son fils : prophète itinérant, guérisseur renommé, mystique exalté? Était-ce là ce qu’elle avait rêvé pour lui ? N’a-t-elle pas dû combattre intérieurement pour ne pas faire pression, pour laisser son fils aller, pour accepter de ne plus le comprendre ? On trouve la trace de ce combat intérieur – où Marie apprend à assumer sa maternité divine- dans quelques passages : l’épisode de Jésus au Temple de Jérusalem à 12 ans (« Marie conservait toutes ces choses en son coeur » Lc 2,51), son désir de le ramener à la maison avant que tout cela ne dégénère (« ta mère et tes frères sont là, dehors, qui te cherchent » Lc 8,20), son énorme silence lors de la Passion de son Fils, où aucun des 4 évangélistes ne lui fait prononcer une parole?

Nombre de mères se reconnaîtront dans cet accompagnement, joyeux et douloureux, que tout parent doit assumer lors de la croissance de son enfant : se réjouir de ses succès, se laisser interroger par ses échecs, mais toujours être là, même dans l’incompréhension totale de ses paroles ou de ses actes?

 

- Après la résurrection de son fils, Marie n’a pas fini son « pèlerinage de foi », selon la belle expression de Jean-Paul II pour désigner le parcours de cette femme qui, d’étape en étape, n’en finissait pas de découvrir ce qu’elle devait assumer pour devenir ce qu’elle était : la mère du Messie.

En effet, ce n’est pas elle que Jésus relevé d?entre les morts choisit pour se manifester aux disciples, mais Marie-Madeleine.

Ce n’est pas elle que son Fils vivant pour toujours envoie annoncer cette extraordinaire nouvelle à tous les peuples, mais ses disciples, eux qui n’avaient guère « assumé » pendant la Passion (car fuir, renier, trahir celui qu’on disait aimer, c’est l’exact contraire de la manière dont Marie a assumé la déréliction de son enfant !).

À la Pentecôte, le projecteur est mis sur l’assemblée des disciples, à tel point que Marie semble disparaître derrière le halo naissant des prédicateurs inspirés que deviennent les Onze.

Nombre de mères se reconnaîtront dans cet effacement blessant auquel le parcours de leur enfant semble les cantonner. Nombre de femmes savent d’instinct que persévérer dans la confiance finit pourtant par être fécond, plus que l’abandon, plus que l’aigreur ou l’indifférence forcée.

 

Car il n’y a nulle jalousie en Marie.

assomption_poussin Assomption dans Communauté spirituelleNulle revendication d’une place qu’elle estimerait lui revenir de droit.

Nulle révolte devant l’apparente ingratitude de son Fils, pour qui elle semble ne plus exister.

Dans sa confiance en lui, elle sait qu’elle ne sera pas confondue, et que sa relation unique avec lui trouvera sa plénitude dans un achèvement unique.

L’Assomption est cet achèvement unique – annonçant le nôtre – où Dieu ratifie la ténacité de Marie, et lui donne raison contre toutes les apparences humaines.

Nombre de mères se reconnaîtront dans cette opiniâtreté où leur amour, défiant les apparences, leur donne de tenir bon, d’assumer les pires épreuves, les pires humiliations s’il s’agit de se battre pour la chair de leur chair. Nombre de femmes savent au plus intime d’elles-mêmes que cela vaut la peine de ne pas baisser les bras pour défendre la vie qui a jailli de leur corps, sans rien revendiquer pour elles.

 

·      Finalement, le langage populaire n’a pas tort, en associant l’Assomption, l’Ascension, et le fait « d’assumer » dans la vie !

Marie est le signe vivant que nous pouvons aspirer à « plus haut », à ne pas rester collés à raz de terre, car nous sommes à l’image du Dieu « très haut », et c’est pourquoi l’être humain est « somptueux ».

Marie aujourd’hui glorifiée dans tout son être promet la même plénitude à toutes les femmes qui mènent un combat semblable au sien : assumer une maternité, la mort d’un compagnon qui était un véritable soutien (Joseph), la longue éducation d’un enfant surprenant, ses choix bizarres ou sa fin humiliante?

 

·      Que les hommes se rassurent : non seulement ils ne sont pas exclus de cette promesse, mais ils peuvent devenir eux aussi la mère du Christ, selon la belle déclaration de Jésus (qui a dû peiner Marie sur le moment, mais qu’elle a comprise plus tard, beaucoup plus tard !) :

« « Qui est ma mère ? Et mes frères ? »  Et, promenant son regard sur ceux qui étaient assis en rond autour de lui, il dit: « Voici ma mère et mes frères. Quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère,  une soeur, une mère. » » (Mc 3,33).

 

 

1ère lecture : La Femme de l’Apocalypse, image de l’Église comme Marie (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Le Temple qui est dans le ciel s’ouvrit, et l’arche de l’Alliance du Seigneur apparut dans son Temple.

Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds,e t sur la tête une couronne de douze étoiles.
Elle était enceinte et elle criait, torturée par les douleurs de l’enfantement.
Un autre signe apparut dans le ciel : un énorme dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes,et sur chaque tête un diadème.
Sa queue balayait le tiers des étoiles du ciel, et les précipita sur la terre. Le Dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance.
Or, la Femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les menant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son Trône,
et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place.

Alors j’entendis dans le ciel une voix puissante, qui proclamait : « Voici maintenant le salut,la puissance et la royauté de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ ! »

 

Psaume : 45, 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16

R/ Heureuse es-tu, Vierge Marie, dans la gloire de ton Fils.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

2ème lecture : Le Christ nous entraîne tous dans la vie éternelle ( 1 Co 15, 20-27a)

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection. En effet, c’est en Adam que meurent tous les hommes ; c’est dans le Christ que tous revivront, mais chacun à son rang : en premier, le Christ ; et ensuite, ceux qui seront au Christ lorsqu’il reviendra. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir détruit toutes les puissances du mal. C’est lui en effet qui doit régner jusqu’au jour où il aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qu’il détruira, c’est la mort, car il a tout mis sous ses pieds.

 

Evangile : « Heureuse celle qui a cru ! » (Lc 1, 39-56)

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur,
« Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âgesur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
Patrick BRAUD 

Mots-clés : , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept