L'homelie du dimanche

8 mai 2013

Ascension : l’ascenseur christique

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Ascension : l’ascenseur christique

Homélie de l’Ascension / Année C
09/05/13

L’immixtion symbolique

 « Comme cette eau se mêle au vin pour le sacrement de l’Alliance, puissions-nous être unis à la divinité de celui qui a pris notre humanité » .

Ascension : l'ascenseur christique dans Communauté spirituelle eau_et_vin_eucharistiqueCe geste discret et ces paroles prononcées à mi-voix m’ont toujours impressionné : j’y vois le sens de la fête de l’Ascension qui nous réunit aujourd’hui. Le lien entre l’Ascension et l’eucharistie y apparaît de manière éclatante : il s’agit bien de « profiter de l’ascenseur » comme on dit dans les immeubles de 60 étages, où ce serait trop bête de ne pas monter dans l’ascenseur qui s’arrête à votre palier. Plus efficace que « l’ascenseur social » que devrait être l’Éducation Nationale, allant encore plus haut que toutes les ascensions des alpinistes les plus chevronnés, l’Ascension du Christ nous emporte avec Lui jusqu’à partager sa divinité en plénitude.

St Cyprien (200-258) commente ainsi le geste de l’immixtion (c’est le terme technique) de l’eau dans celle du calice : 

« Comme le Christ qui nous portait tous, portait aussi nos péchés, comprenons que l’eau figure le peuple, et le vin le sang du Christ. Quand donc dans le calice, l’eau se mêle au vin, c’est le peuple qui est uni Christ, c’est la foule des croyants qui adhère et se lie à celui en qui elle croit. L’eau et le vin se mêlent dans le calice du Seigneur, de telle sorte que dans ce mélange, ils ne peuvent plus être séparés l’un de l’autre. De même l’Église, c’est-à-dire la foule, fidèlement rassemblée dans l’église et fermement persévérante dans sa foi, ne pourra d’aucune manière être séparée du Christ, d’autant moins qu’elle maintient son adhésion et demeure dans l’union indestructible de son amour. Ainsi donc, dans la consécration du calice du Seigneur, on ne peut offrir de l’eau seule, pas plus que du vin seul. Si l’on offre le vin seul, le sang du Christ est présent sans nous. Si l’eau est seule, c’est le peuple sans le Christ. Au contraire quand l’un est mêlé à l’autre et que, se confondant, ils ne font plus qu’un, alors le mystère spirituel céleste est accompli. Le calice du Seigneur n’est donc pas plus l’eau ou le vin seul, sans mélange des deux, que le corps du Seigneur ne peut être la farine seule, ou l’eau seule sans le mélange des deux, et sans leur union d’où vient le pain. C’est pourquoi dans ce mystère même est figurée l’unité de notre peuple: de même que des grains multiples réunis, moulus et mêlés ensemble ne font qu’un seul pain, ainsi dans le Christ, qui est le pain du ciel, il n y a, nous le savons, qu’un seul corps auquel est unie notre multitude et dans lequel elle est unifiée. »  (Lettre 63 à Cécilius)

A Noël, le Verbe de Dieu « quitte » l’univers de Dieu (St Paul parle de la « kénose » du Christ, c’est-à-dire de son dépouillement pour passer du monde de Dieu au monde de l’homme). Il plonge en notre humanité. Il descend au plus bas, se fait le frère des prostituées, des collecteurs d’impôts, des criminels condamnés à mort.

Sur la Croix il descend encore plus bas, partageant la condition des sans-Dieu, des maudits, des exclus de la Promesse. Dans la mort, il est descendu jusqu’aux enfers, jusqu’à la demeure des ombres où l’attendaient les patriarches, David, Salomon et les prophètes.

Aujourd’hui, dans son Ascension glorieuse, il remonte, tirant avec lui ceux qui gisaient dans le royaume de la mort. Comme sur les icônes orientales de la Résurrection où l’on voit le Ressuscité tirer par les poignets Adam et David, pour les emmener avec lui auprès de Dieu. Ce qu’il y a de fou et d’unique dans cette Ascension du Christ, c’est qu’il introduit en Dieu même notre nature humaine. Dans la descente de son Incarnation, sa divinité s’était mélangée à notre humanité (// eau et vin). 

Dans la remontée de son Ascension, notre humanité est mélangée à la divinité trinitaire. Parce que personne ne peut séparer l’eau du vin une fois le mélange effectué, c’est notre nature humaine que le Ressuscité fait asseoir à la droite de Dieu. Depuis l’Ascension, nous sommes de la race de Dieu, nous sommes vraiment des dieux!

 

L’ascenseur christique

Dans cet échange extraordinaire, le Verbe de Dieu nous donne par grâce de participer F201301150907471229958352 ascenseur dans Communauté spirituelleà ce qu’il est par nature. Il a saisi notre chair, il l’a prise du sein de Marie. A l’Ascension, il l’a introduite dans la Maison du Père, c’est-à-dire dans la vie trinitaire. Désormais une part de nous, une part de notre chair est déjà plongée dans les abîmes de la communion d’amour trinitaire, puisque c’est avec cette chair formée en Marie que le Christ est élevé auprès du Père, dans l’unité de l’Esprit Saint. Quelle autre religion va jusque-là ? Jusqu’à proclamer la divinisation de toute chair en Dieu même ? Quelle espérance plus grande que de voir l’ancienne tentation de la Genèse : « vous serez comme des dieux » finalement réalisée par le Christ, avec le Christ, et en Christ, et non pas à la force des poignets de l’homme seul, de l’homme sans Dieu ?

Si nous mesurons quel est notre avenir, alors nous donnerons encore plus d’importance à notre présent, où se joue notre éternité.

Écoutons la liturgie nous guider dans l’eucharistie :

« que cet échange mystérieux nous fasse vivre avec le Christ ressuscité » (prière sur les offrandes)  »il ne s’évade pas de notre condition humaine : mais en entrant le premier dans ce Royaume, il donne aux membres de son corps l’espérance de le rejoindre un jour. » (Préface de l’Ascension)

Ainsi donc :

« mets en nos coeurs un grand désir de vivre avec le Christ, en qui notre nature humaine est déjà près de toi » (prière après la communion).

 

Profitons donc de l’ascenseur christique : il s’arrête à notre palier.

Montons avec lui dans les étages supérieurs !

1ère lecture : L’Ascension du Seigneur (Ac 1, 1-11)

Commencement du livre des Actes des Apôtres

Mon cher Théophile, dans mon premier livre j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné depuis le commencement, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel après avoir, dans l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis. C’est à eux qu’il s’était montré vivant après sa Passion : il leur en avait donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur était apparu, et leur avait parlé du royaume de Dieu.

Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre ce que le Père avait promis. Il leur disait : « C’est la promesse que vous avez entendue de ma bouche. Jean a baptisé avec de l’eau ; mais vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici quelques jours. »
Réunis autour de lui, les Apôtres lui demandaient : « Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir la royauté en Israël ? »
Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les délais et les dates que le Père a fixés dans sa liberté souveraine. Mais vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »
Après ces paroles, ils le virent s’élever et disparaître à leurs yeux dans une nuée. Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que deux hommes en vêtements blancs se tenaient devant eux et disaient : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Jésus, qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

Psaume : Ps 46, 2-3, 6-7, 8-9

R/ Dieu monte parmi l’acclamation, le Seigneur aux éclats du cor.

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !

Car Dieu est le roi de la terre :
que vos musiques l’annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.

2ème lecture : Le Christ est entré dans le sanctuaire du ciel(He 9, 24-28; 10, 19-23)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Le Christ n’est pas entré dans un sanctuaire construit par les hommes, qui ne peut être qu’une copie du sanctuaire véritable ; il est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu. Il n’a pas à recommencer plusieurs fois son sacrifice, comme le grand prêtre qui, tous les ans, entrait dans le sanctuaire en offrant un sang qui n’était pas le sien ; car alors, le Christ aurait dû plusieurs fois souffrir la Passion depuis le commencement du monde. Mais c’est une fois pour toutes, au temps de l’accomplissement, qu’il s’est manifesté pour détruire le péché par son sacrifice. Et, comme le sort des hommes est de mourir une seule fois, puis de comparaître pour le jugement, ainsi le Christ, après s’être offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude, apparaîtra une seconde fois, non plus à cause du péché, mais pour le salut de ceux qui l’attendent.

C’est avec pleine assurance que nous pouvons entrer au sanctuaire du ciel grâce au sang de Jésus : nous avons là une voie nouvelle et vivante qu’il a inaugurée en pénétrant au-delà du rideau du Sanctuaire, c’est-à-dire de sa condition humaine. Et nous avons le grand prêtre par excellence, celui qui est établi sur la maison de Dieu. Avançons-nous donc vers Dieu avec un c?ur sincère, et dans la certitude que donne la foi, le c?ur purifié de ce qui souille notre conscience, le corps lavé par une eau pure. Continuons sans fléchir d’affirmer notre espérance, car il est fidèle, celui qui a promis.

Evangile : Les dernières paroles et l’Ascension de Jésus (Lc 24, 46-53)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur s’élève parmi les ovations, il s’élève au plus haut des cieux. Alléluia. (cf. Ps 46, 6.10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus ressuscité, apparaissant à ses disciples, leur disait : « Il fallait que s’accomplisse ce qui était annoncé par l’Écriture ; les souffrances du Messie, sa résurrection d »entre les morts le troisième jour, et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. C’est vous qui en êtes les témoins. Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une force venue d’en haut. »
Puis il les emmena jusque vers Béthanie et, levant les mains, il les bénit. Tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et fut emporté au ciel. Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, remplis de joie. Et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

16 mai 2012

Une Ascension un peu taquine : le temps de l’autonomie

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Une Ascension un peu taquine :
le temps de l’autonomie

 

Homélie pour la fête de l’Ascension

17/05/12

 

Un vide un peu taquin

Connaissez-vous le jeu de pousse-pousse (également appelé jeu de taquin, non sans humour) ? Le pousse-pousse est un rectangle dans lequel figurent les lettres de l’alphabet inscrites sur de petits carrés mobiles.

Une Ascension un peu taquine : le temps de l'autonomie dans Communauté spirituelle taquinL’ensemble revêt l’aspect de mots croisés. Mais il y a un vide, il y a un carré vide, un trou, une absence, un manque de lettre.

Grâce à ce vide, à ce manque, on peut bouger les autres lettres une à une, et ainsi former des mots. Grâce à ce vide, ça fonctionne. Tout le jeu de pousse-pousse fonctionne autour de ce manque : le boucher, le refuser, le combler, c’est tuer le jeu en bloquant tout mouvement.

L’Ascension est l’équivalent de ce vide dans l’histoire humaine : le Christ s’absente, l’Église est majeure. Grâce à ce départ, il y a un manque constitutif de notre liberté, à l’image de la case vide du jeu de pousse-pousse qui permet le mouvement des autres pièces.


L’Ascension, source de note autonomie

Le Christ enlevé de terre est la chance de notre liberté, de notre responsabilité, de notre autonomie. C’est son départ vers le Père qui va provoquer l’envoi d’en mission des apôtres et la naissance de l’Église. « Il est bon  pour vous que je m’en aille ».

Oui, Jésus, lorsqu’il disparaît, nous laisse exister en adultes avec la force de l’Esprit Saint et non plus en petits enfants à qui il faut tout dire. S’il était resté là, devant nos yeux, nous nous tournerions sans cesse vers lui pour lui demander : que faut-il faire ? qu’en penses-tu ? dis-nous où aller ! Alors que, devant son absence physique, nous ne pouvons compter que sur son Esprit pour inventer la route qui nous est propre.

 37-giotto-ascension-small Ascension dans Communauté spirituelle

 

Alors, célébrer l’Ascension, c’est célébrer le pouvoir de création que nous recevons de Dieu : nous sommes créés, créateurs à son image !

Célébrer l’Ascension, c’est célébrer le temps de l’autonomie que nous recevons aussi des mains de Dieu.

C’est remercier le Dieu Trinité de nous avoir créés et de nous créer sans cesse responsables de notre vie.

C’est le louer pour son amour un peu fou, puisqu’il aime l’homme au point de prendre le risque de lui laisser inventer le Royaume.

 

Célébrer le temps de l’autonomie, c’est accepter comme une dignité, mais aussi une exigence, notre rôle de chrétien. Jésus n’a jamais vécu en Europe, n’a pas connu les problèmes spécifiques au XXI° siècle : il est parti et nous fait confiance pour nous y affronter, avec courage et imagination. Il nous donne son inspiration, l’Esprit qui respecte notre liberté tout en la nourrissant. Si nous ne sommes pas à notre poste, personne ne viendra nous supplanter par miracle. Il est parti, et pourtant, en retroussant ses manches, nous découvrons chaque jour que c’est lui que nous rencontrons à travers les autres vers qui il nous envoie, à travers la vie fraternelle en Église qu’il nous appelle à vivre.


Célébrer le temps de l’autonomie, c’est refuser de brader notre liberté au plus offrant, c’est refuser d’aliéner notre responsabilité en s’en remettant trop facilement à certains systèmes de pensée ou d’action, nous chrétiens, que ce soit en économie, en politique, en morale ou ailleurs. C’est répondre de ses actes soi-même. C’est prendre le risque de vivre, et donc risquer de se tromper.

« Pourquoi restez-vous là les yeux fixés au ciel ? »

 

 

 

1ère lecture : L’Ascension du Seigneur (Ac 1, 1-11)

Commencement du livre des Actes des Apôtres

Mon cher Théophile, dans mon premier livre j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné depuis le commencement, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel après avoir, dans l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis. C’est à eux qu’il s’était montré vivant après sa Passion : il leur en avait donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur était apparu, et leur avait parlé du royaume de Dieu. 

Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre ce que le Père avait promis. Il leur disait : « C’est la promesse que vous avez entendue de ma bouche. Jean a baptisé avec de l’eau ; mais vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici quelques jours. » Réunis autour de lui, les Apôtres lui demandaient : « Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir la royauté en Israël ? » Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les délais et les dates que le Père a fixés dans sa liberté souveraine. Mais vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Après ces paroles, ils le virent s’élever et disparaître à leurs yeux dans une nuée. Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que deux hommes en vêtements blancs se tenaient devant eux et disaient : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Jésus, qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

Psaume : 46, 2-3, 6-7, 8-9

R/ Dieu monte parmi l’acclamation, le Seigneur aux éclats du cor.

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre. 

Dieu s’élève parmi les ovations, 
le Seigneur, aux éclats du cor. 
Sonnez pour notre Dieu, sonnez, 
sonnez pour notre roi, sonnez ! 

Car Dieu est le roi de la terre,
que vos musiques l’annoncent ! 
Il règne, Dieu, sur les païens, 
Dieu est assis sur son trône sacré.

2ème lecture : Nous sommes appelés à une seule espérance (Ep 4, 1-16)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens

Frères, moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous encourage à suivre fidèlement l’appel que vous avez reçu de Dieu : ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez à c?ur de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il n’y a qu’un seul Corps et un seul Esprit. Il n’y a qu’un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous. Chacun d’entre nous a reçu le don de la grâce comme le Christ nous l’a partagée.

C’est pourquoi l’Écriture dit : Il est monté sur la hauteur, emmenant des prisonniers, il a fait des dons aux hommes. Que veut dire : Il est monté ? ? Cela veut dire qu’il était d’abord descendu jusqu’en bas sur la terre. Et celui qui était descendu est le même qui est monté au plus haut des cieux pour combler tout l’univers.

Et les dons qu’il a faits aux hommes, ce sont d’abord les Apôtres, puis les prophètes et les missionnaires de l’Évangile, et aussi les pasteurs et ceux qui enseignent. De cette manière, le peuple saint est organisé pour que les tâches du ministère soient accomplies, et que se construise le corps du Christ. Au terme, nous parviendrons tous ensemble à l’unité dans la foi et la vraie connaissance du Fils de Dieu, à l’état de l’Homme parfait, à la plénitude de la stature du Christ. Alors, nous ne serons plus comme des enfants, nous laissant secouer et mener à la dérive par tous les courants d’idées, au gré des hommes, eux qui emploient leur astuce à nous entraîner dans l’erreur. Au contraire, en vivant dans la vérité de l’amour, nous grandirons dans le Christ pour nous élever en tout jusqu’à lui, car il est la Tête. Et par lui, dans l’harmonie et la cohésion, tout le corps poursuit sa croissance, grâce aux connexions internes qui le maintiennent, selon l’activité qui est à la mesure de chaque membre. Ainsi le corps se construit dans l’amour.

Evangile : Jésus donne ses dernières consignes aux Apôtres et monte au ciel (Mc 16, 15-20)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur s’élève parmi l’acclamation, il s’élève au plus haut des cieux. Alléluia. (cf. Ps 46, 6.10)

 Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus ressuscité dit aux onze Apôtres : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils chasseront les esprits mauvais ; ils parleront un langage nouveau ; ils prendront des serpents dans leurs mains, et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »

Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout la Bonne Nouvelle. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

12 mai 2010

Les vases communicants de l’Ascension

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les vases communicants de l’Ascension

 

Homélie de l’Ascension / année C

13/05/2010

 

Depuis l’Ascension, il y a du nouveau en Dieu !

Autrefois, du temps des dieux des philosophes, on pensait que rien ne devait changer en Dieu, car sinon il aurait été imparfait.

Dans le christianisme, la fête de l’Ascension marque une rupture par rapport à cette conception païenne d’un Dieu « immuable ».

En effet, aujourd’hui, notre nature humaine est introduite auprès de Dieu. Avec Jésus, notre humanité est assise « à la droite du Père ». En « remontant » auprès de son Père, le Fils, « vrai homme et vrai Dieu », fait donc en sorte que notre nature humaine soit désormais associée à la gloire, à la vie divine.

   

Il y a donc du nouveau en Dieu : notre humanité !

Lorsque nous relevons la tête vers Lui, nous pouvons en fait contempler notre propre nature humaine transfigurée en Christ, « assise » auprès de Lui…

 

Ce Dieu-là n’est pas étranger à nos joies, à nos peines. Ce Dieu qui fait de la place en lui pour l’homme-Jésus saura être attentif à ce qu’exprime l’homme de la rue de sa condition humaine, radieuse ou blessée.

Depuis l’Ascension « les cieux sont ouverts », la communication peut monter et descendre entre Dieu et l’homme (comme les anges sur l’échelle de Jacob), car Dieu a adopté en Jésus ressuscité notre famille humaine au sein de sa « famille » divine.

 

La résurrection du Christ nous renouvelle dans le même mouvement où lui-même est renouvelé en Dieu, parce que en Jésus le Christ, l’humanité et la divinité sont indissolublement liées, même au-delà de la mort.

Comme l’eau mêlée au vin dans le calice, on ne peut séparer Jésus-Christ de son épouse l’Église : ce qui arrive à l’un arrive également à l’autre ; ce qui transforme l’un transforme également l’autre.

Si nous le croyons vraiment, alors quelle énergie, quelle source de renouveau pourrons-nous puiser dans cette fête de l’Ascension ! !

 

Au Moyen Âge, les chrétiens avaient conscience bien plus que nous l’importance de cette fête. C’est souvent le Christ en Ascension qui était représenté sur les façades romanes : il orientait ainsi toute l’histoire humaine. Il aimantait l’activité des hommes : les saisons et les professions (symbolisées à travers les travaux et les signes du zodiaque), la liturgie et la vie de l’Église, la charité envers les pauvres…

Les paroles de Paul s’inscrivaient ainsi dans la pierre :

« Si donc vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Tendez vers les réalités d’en haut, et non pas vers celles de la terre. En effet, vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec lui en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire ».

(Col 3,1-4)

 

Retrouvons cette immense espérance de l’Ascension : nous sommes faits pour être avec le Christ, dans la gloire de Dieu. Notre humanité est assise en lui auprès du Père. Levons la tête, et tâchons de correspondre par toute notre vie à cet avenir, aujourd’hui pleinement réalisé dans l’Ascension, dans la transfiguration de l’homme-Dieu.

 

Méditer sur ce bouleversement en Dieu serait déjà largement suffisant pour s’émerveiller d’un tel amour, qui va jusqu’à offrir à l’étranger le plus intime de sa propre demeure…

 

Mais il y a plus !

Si du nouveau apparaît en Dieu grâce à l’Ascension, c’est que réciproquement il y a du nouveau en l’homme, capable d’être ainsi divinisé !

Et si « le Fils unique, ayant pris notre nature humaine, la fit entrer dans la gloire à ta droite » (Prière eucharistique n°1), c’est « pour nous rendre participants de sa divinité » (2° préface de l’Ascension).

 

Les vases communicants de l'Ascension dans Communauté spirituelle vases_communicantsC’est le vieux principe des vases communicants : lorsqu’un flux de liquide envahit le tube de gauche, alors le niveau du tube de droite augmente lui aussi jusqu’à ce que le trop-plein se répartisse de manière égale entre les deux vases communicants.

Jésus le Christ est en personne cette communication entre Dieu et l’homme : la plénitude de la divinité qui lui est « redonnée » aujourd’hui rejaillit en plénitude de cette même divinité pour notre nature humaine, parce qu’il est vraiment Dieu et vraiment homme.

 

 

 

À l’Ascension, il y a du nouveau en Dieu pour qu’il y ait du nouveau en l’homme.

Dieu accepte ce « changement » pour que nous puissions croire à cette opération cachée, pourtant si simple : Dieu « diffuse » en nous, parce que le Christ « diffuse » en Dieu.

Dieu transforme notre existence à la mesure dont le Christ est transformé au sein de Dieu.

 

Puissions-nous faire cette expérience des vases communicants de l’Ascension, pour que toute notre vie en soit transformée…

 

 

 

1ère lecture : L’Ascension du Seigneur (Ac 1, 1-11)

Commencement du livre des Actes des Apôtres

Mon cher Théophile, dans mon premier livre j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné depuis le commencement,
jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel après avoir, dans l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis.
C’est à eux qu’il s’était montré vivant après sa Passion : il leur en avait donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur était apparu, et leur avait parlé du royaume de Dieu.
Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre ce que le Père avait promis. Il leur disait : « C’est la promesse que vous avez entendue de ma bouche.
Jean a baptisé avec de l’eau ; mais vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici quelques jours. »
Réunis autour de lui, les Apôtres lui demandaient : « Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir la royauté en Israël ? »
Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les délais et les dates que le Père a fixés dans sa liberté souveraine.
Mais vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »
Après ces paroles, ils le virent s’élever et disparaître à leurs yeux dans une nuée.
Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que deux hommes en vêtements blancs se tenaient devant eux et disaient :
« Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Jésus, qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

 

Psaume : Ps 46, 2-3, 6-7, 8-9

 R/ Dieu monte parmi l’acclamation, le Seigneur aux éclats du cor

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations, 
le Seigneur, aux éclats du cor. 
Sonnez pour notre Dieu, sonnez, 
sonnez pour notre roi, sonnez ! 

Car Dieu est le roi de la terre : 
que vos musiques l’annoncent ! 
Il règne, Dieu, sur les païens, 
Dieu est assis sur son trône sacré.

2ème lecture : Le Christ est entré dans le sanctuaire du ciel(He 9, 24-28; 10, 19-23)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Le Christ n’est pas entré dans un sanctuaire construit par les hommes, qui ne peut être qu’une copie du sanctuaire véritable ; il est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu.
Il n’a pas à recommencer plusieurs fois son sacrifice, comme le grand prêtre qui, tous les ans, entrait dans le sanctuaire en offrant un sang qui n’était pas le sien ;
car alors, le Christ aurait dû plusieurs fois souffrir la Passion depuis le commencement du monde. Mais c’est une fois pour toutes, au temps de l’accomplissement, qu’il s’est manifesté pour détruire le péché par son sacrifice.
Et, comme le sort des hommes est de mourir une seule fois, puis de comparaître pour le jugement,
ainsi le Christ, après s’être offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude, apparaîtra une seconde fois, non plus à cause du péché, mais pour le salut de ceux qui l’attendent.
C’est avec pleine assurance que nous pouvons entrer au sanctuaire du ciel grâce au sang de Jésus :
nous avons là une voie nouvelle et vivante qu’il a inaugurée en pénétrant au-delà du rideau du Sanctuaire, c’est-à-dire de sa condition humaine.
Et nous avons le grand prêtre par excellence, celui qui est établi sur la maison de Dieu.
Avançons-nous donc vers Dieu avec un coeur sincère, et dans la certitude que donne la foi, le coeur purifié de ce qui souille notre conscience, le corps lavé par une eau pure.
Continuons sans fléchir d’affirmer notre espérance, car il est fidèle, celui qui a promis.

 

Evangile : Les dernières paroles et l’Ascension de Jésus (Lc 24, 46-53)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus ressuscité, apparaissant à ses disciples, leur disait : « Il fallait que s »accomplisse ce qui était annoncé par l »Écriture ; les souffrances du Messie, sa résurrection d »entre les morts le troisième jour,
et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.
C’est vous qui en êtes les témoins.
Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une force venue d’en haut. »
Puis il les emmena jusque vers Béthanie et, levant les mains, il les bénit.
Tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et fut emporté au ciel.
Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, remplis de joie. 
Et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,
123

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept