L'homelie du dimanche

26 décembre 2018

Qu’as-tu que tu n’aies reçu ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 8 h 00 min

Qu’as-tu que tu n’aies reçu ?


Homélie pour la fête de la Sainte Famille / Année C
30/12/2018

Cf. également :

Aimer nos familles « à partir de la fin »
Une sainte famille « ruminante »
Fêter la famille, multiforme et changeante
La vieillesse est un naufrage ? Honore-la !
La Sainte Famille : le mariage homosexuel en débat
Personne dans la famille ne porte ce nom-là
Une famille réfugiée politique
Familles, je vous aime?


Des enfants OGM ?

L’annonce du docteur He Jiankui a fait grand bruit ce 26/11/2018. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, ce chercheur chinois (biologiste à l’Université des sciences et des technologies du sud de la ville de Shenzhen) a réussi à modifier l’ADN de deux  fœtus lors d’une fécondation in vitro, afin de les rendre inattaquables par le virus du sida. Cette modification de leurs gènes suivra Lulu et Nana – ce sont leurs prénoms – toute leur vie, et il se transmettra de façon héréditaire. L’intention humaniste est plausible : préserver du sida (mais il y a d’autres techniques, moins intrusives). L’intention scientifique est claire : pourquoi ne pas explorer cette voie de modification de la nature puisque la nature nous le permet ? Et puis on le sait bien : ce qui est techniquement possible sera tôt ou tard expérimenté et réalisé.

Qu'as-tu que tu n'aies reçu ? dans Communauté spirituelle XVM8067dad8-f4bc-11e8-885a-b1fb59570753

Le tollé général qui a suivi cette annonce pose à nouveau une vieille question philosophique : a-t-on le droit de modifier notre façon de faire des enfants, notre humanité même, fût-ce au nom du soi-disant mieux-être des enfants ainsi transformés ? La question de l’eugénisme n’est pas loin. Faut-il s’en étonner d’ailleurs ? La fécondité maîtrisée grâce à la contraception donne déjà le choix d’avoir ou de ne pas avoir l’enfant. Et s’il y a des ratés, l’avortement est là pour rattraper l’erreur. Déclarer légitime la suppression d’une vie à naître parce qu’il n’y aurait plus de désir parental ouvre la voie aux autres éliminations d’enfants à naître non conformes. Ainsi le risque d’attendre un enfant autiste, trisomique ou handicapé moteur suffit à autoriser l’IVG, en toute bonne conscience puisque cet acte est désormais présenté comme un droit de l’homme (par l’Occident a-religieux du moins). Le pape ou d’autres autorités morales ont beau élever la voix régulièrement contre cette « culture de mort » (Jean-Paul II), rien n’y fait. Alors pourquoi pas la sélection et l’amélioration des enfants à naître ?

Les termes de ce débat résonnent à nos oreilles de façon horrible, car les nazis et les soviétiques et bien d’autres pouvoirs totalitaires se sont engagés dans cette voie pour contrôler et manipuler leurs populations.

À l’autre extrémité, on rencontre également des jeunes adultes qui prennent au pied de la lettre une étude fracassante de 2017 dont l’AFP s’est fait l’écho, selon laquelle la meilleure façon de lutter contre la dégradation écologique est … d’avoir un enfant en moins ! Ces militants d’un nouveau genre refusent de devenir parents, pour mieux sauver la planète…

Impact écologique


Anne, ou l’enfant-don

Cette conception de l’enfant fabriqué, modelé ou évité selon le désir parental est à mille lieues de la vision symbolique de la famille que nous fêtons ce dimanche. La première lecture est suffisamment éloquente à cet égard (1S 1, 20-28).

Hannah-234x300 Anne dans Communauté spirituellePlus de mille ans avant Jésus-Christ, Anne et Elcana forment un couple uni mais qui a visiblement du mal à devenir fécond. Beaucoup de couples contemporains s’y reconnaîtront, car l’hypo-fécondité a progressé statistiquement de façon spectaculaire dans les pays riches. Les raisons en sont multiples : stress quotidien, hygiène de vie, conséquences de la contraception chimique, perte de qualité du sperme, unions tardives etc. Pour Anne et Elcana, nous ne savons rien des causes de leur stérilité apparente. Nous savons seulement qu’ils ne désespèrent pas, et renouvellent sans cesse à Dieu leur demande. Certains vous diront que la fécondité se joue d’abord dans la tête, et que donc la prière répétée peut créer les conditions favorables au lâcher-prise nécessaire à la réussite de la fécondation. Effet placebo de la prière ? Pourquoi pas, si c’est efficace ! Bien des couples pourraient vous raconter qu’ils ont conçu – enfin ! – lors d’une retraite dans un monastère, d’un séjour dépaysant hors de chez eux, d’une période de lâcher-prise par rapport à l’obsession de mettre au monde. Au fond, c’est lorsque la préoccupation a disparu du champ affectif et intellectuel qu’on a le plus de chances de la réaliser… On retrouve encore et toujours le caractère illucide de nos actes les plus forts, les plus saints.

Accueillir l’enfant comme un don (de Dieu) est pour Anne et Elcana la base de leur responsabilité parentale. La planification, puis la fabrication et la projection sur l’enfant des attentes parentales est l’exact mouvement inverse.

Accueillir ou fabriquer la vie ? Chaque couple est tenté de panacher sa réponse selon la période traversée. Les sociétés occidentales sont tentées par la deuxième réponse plus que la première, et mettent en pratique tout en œuvre pour que cela soit possible, autorisé, légitimé.

Fêter la Sainte Famille, c’est rappeler à contretemps que le don est à l’origine de la vie. « Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? » s’exclame Paul (1Co 4,7), pourtant travailleur acharné et limite volontariste, qui aurait pu se prévaloir de ses mérites.

D’ailleurs, Anne et Elcana ont tellement intériorisé cette spiritualité de l’accueil du don reçu qu’ils pratiquent en retour ce que l’anthropologue Marcel Mauss appelle le contre-don. Ils ne referment pas la main sur Samuel, en disant : ‘merci pour notre enfant ; nous allons maintenant l’élever comme le voulions’.

Le père, Elcana, va offrir au sanctuaire le sacrifice (animal) rituel « pour s’acquitter du vœu de la naissance de l’enfant ». C’est une première démarche de reconnaissance, de gratitude. Mais Elcana risque de rester prisonnier du donnant-donnant. ‘Tu m’as donné Samuel ; je te donne un bœuf en sacrifice : on est quitte, je peux prendre possession de mon enfant’.

Samuel1 donAlors la mère, Anne, va plus loin. Le vrai sacrifice (contre-don) n’est pas d’offrir un animal de substitution, mais de se déposséder soi-même, afin de ne pas posséder le don reçu (Samuel) mais de le remettre en jeu (en « je ») en acceptant de ne pas le diriger. Anne a l’audace de réfuter la vieille logique sacrificielle de la substitution pour celle de la non-possession. Certes elle apporte un taureau, de la farine et du vin pour ne pas choquer les autorités religieuses et satisfaire apparemment au rite, mais elle en  subvertit profondément le sens en désignant en fait son fils tant attendu comme la véritable offrande : « à mon tour je le donne au Seigneur pour qu’il en dispose. Il demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie ».

Elle rejoint en cela Abraham qui accepte de ne pas maîtriser le destin de son fils unique donné par Dieu de manière improbable dans sa vieillesse. Elle sera rejointe en cela par Marie, qui ne refermera pas son amour sur Jésus mais acceptera qu’il se livre au monde entier, hors de son emprise maternelle.

marcelmauss_2 enfantÊtre mère consistera pour Anne – paradoxalement - à confier Samuel un autre (Éli), de peur que son désir maternel ne l’étouffe, et pour que Dieu puisse parler à Samuel sans écran parental. Éli, autorité quasi paternelle, saura reconnaître et accepter qu’un autre parle à Samuel d’une mission prophétique dont lui – Éli - n’est pas la source :

« Eli comprit que c’était Yahvé qui appelait l’enfant, et il dit à Samuel: « Va te coucher et, si on t’appelle, tu diras : Parle, Yahvé, car ton serviteur écoute », et Samuel alla se coucher à sa place ». (1S 3,9)

Merveilleuse histoire d’Anne et de Samuel, non pas au sens d’un merveilleux magique, car la conception de Samuel fut très naturelle : « Elcana s’unit à Anne et Anne conçut », mais au sens où la non possession fait des merveilles dans nos vies. Le cantique d’Anne (1S 2, 1-10) chantant ces merveilles a bien sûr inspiré le cantique de Marie dans son Magnificat chantant des merveilles semblables en reprenant exactement les mêmes mots.

La non-possession parentale permet d’accueillir le don de Dieu, par essence imprévu. Elle nous presse de ne pas garder pour nous le don reçu, mais de le faire circuler auprès des autres. Elle nous invite à demander sans cesse sans pour autant accumuler pour nous.

 

Demander pour nos familles

C’est peut-être la note finale sur laquelle méditer pour fêter la Sainte-Famille :
Que demandons-nous à Dieu / aux autres ?

Avons-nous la persévérance d’Anne pour demander sans cesse alors que nous sommes apparemment stériles dans tel ou tel domaine de notre vie ?

Comment porterons-nous nos familles dans la prière, jusqu’à ce que nos comportements en soient transformés ?

 famille


Lectures de la messe

Première lecture
« Samuel demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie » (1 S 1, 20-22.24-28)

Lecture du premier livre de Samuel

Elcana s’unit à Anne sa femme, et le Seigneur se souvint d’elle. Anne conçut et, le temps venu, elle enfanta un fils ; elle lui donna le nom de Samuel (c’est-à-dire : Dieu exauce) car, disait-elle, « Je l’ai demandé au Seigneur. » Elcana, son mari, monta au sanctuaire avec toute sa famille pour offrir au Seigneur le sacrifice annuel et s’acquitter du vœu pour la naissance de l’enfant. Mais Anne n’y monta pas. Elle dit à son mari : « Quand l’enfant sera sevré, je l’emmènerai : il sera présenté au Seigneur, et il restera là pour toujours. » Lorsque Samuel fut sevré, Anne, sa mère, le conduisit à la maison du Seigneur, à Silo ; l’enfant était encore tout jeune. Anne avait pris avec elle un taureau de trois ans, un sac de farine et une outre de vin. On offrit le taureau en sacrifice, et on amena l’enfant au prêtre Éli. Anne lui dit alors : « Écoute-moi, mon seigneur, je t’en prie ! Aussi vrai que tu es vivant, je suis cette femme qui se tenait ici près de toi pour prier le Seigneur. C’est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l’a donné en réponse à ma demande. À mon tour je le donne au Seigneur pour qu’il en dispose. Il demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie. » Alors ils se prosternèrent devant le Seigneur.

Psaume
(Ps 83 (84), 2-3, 5-6, 9-10)
R/ Heureux les habitants de ta maison, Seigneur !
(Ps 83, 5a)

De quel amour sont aimées tes demeures,
Seigneur, Dieu de l’univers.
Mon âme s’épuise à désirer les parvis du Seigneur ;
mon cœur et ma chair sont un cri vers le Dieu vivant !

Heureux les habitants de ta maison :
ils pourront te chanter encore !
Heureux les hommes dont tu es la force :
des chemins s’ouvrent dans leur cœur !

Seigneur, Dieu de l’univers, entends ma prière ;
écoute, Dieu de Jacob.
Dieu, vois notre bouclier,
regarde le visage de ton messie.

Deuxième lecture
« Nous sommes appelés enfants de Dieu – et nous le sommes » (1 Jn 3, 1-2.21-24)

Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu. Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est.
Bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous avons de l’assurance devant Dieu. Quoi que nous demandions à Dieu, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements, et que nous faisons ce qui est agréable à ses yeux.
Or, voici son commandement : mettre notre foi dans le nom de son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé. Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et voilà comment nous reconnaissons qu’il demeure en nous, puisqu’il nous a donné part à son Esprit.

Évangile
« Les parents de Jésus le trouvèrent au milieu des docteurs de la Loi » (Lc 2, 41-52)
Alléluia. Alléluia.
Seigneur, ouvre notre cœur pour nous rendre attentifs aux paroles de ton Fils. Alléluia. (cf. Ac 16, 14b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume. À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents. Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances. Ne le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher.
C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses. En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! » Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.
Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements. Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.

Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept