L'homelie du dimanche

26 avril 2020

Jésus abandonné

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Jésus abandonné

Homélie du 4° Dimanche de Pâques / Année A
03/05/2020

Cf. également :

Un manager nommé Jésus
Des brebis, un berger, un loup
Prenez la porte
Le berger et la porte
La Résurrection est un passif
Le premier cri de l’Église

Aux confins du désert…

Agadès au mois de juillet, à la porte du désert au sud du Sahara. Le taxi-brousse nous dépose au milieu de nulle part. Un gamin joue à faire rouler devant lui un cerceau de bois en le poussant avec un bâton. Avec un grand sourire, il nous prend la main pour nous conduire chez les sœurs de Charles de Foucauld que nous voulons rejoindre. En arrivant à la porte, on entend le chant final de la prière du soir. Puis quelques secondes d’un silence compact et tranchant comme les roses des sables aux alentours. Et ces mots calmement égrenés :

Jésus abandonné dans Communauté spirituelle petites%20soeurs_jpg

Mon Père,
Je m’abandonne à toi,
fais de moi ce qu’il te plaira.
Quoi que tu fasses de moi,
je te remercie.

Je suis prêt à tout, j’accepte tout.
Pourvu que ta volonté
se fasse en moi, en toutes tes créatures,
je ne désire rien d’autre, mon Dieu.

Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu,
avec tout l’amour de mon cœur,
parce que je t’aime,
et que ce m’est un besoin d’amour
de me donner,
de me remettre entre tes mains, sans mesure,
avec une infinie confiance,
car tu es mon Père.

À ce moment-là, plus rien n’existe, ni la chaleur ocre du Sahara, ni les maisons dispersées du quartier, et même l’enfant semble pétrifié lui aussi, sous le charme des mots qui occupent soudain tout l’espace : « je m’abandonne à toi ».

 

S’abandonner à l’autre…

jLV11N3Y1_1ZRfCQuIfbnbeWzkg@633x634-e1514561284574 abandon dans Communauté spirituelleCeux qui ont aimé au-delà des premiers éblouissements savent ce que cela représente. Le tout petit d’homme le sait d’instinct, lui qui dépend entièrement de sa mère et s’en remet totalement à elle. Si Dieu est amour, lui aussi doit savoir ce qu’est l’abandon ! Un Dieu qui ne s’abandonnerait pas par amour à plus grand que lui ne serait pas Dieu, ou du moins pas le Dieu des chrétiens. Seule la Trinité chrétienne permet à Dieu de s’abandonner à l’autre sans sortir de lui-même…
Voilà ce que nous dit Pierre dans la deuxième lecture (1P 2, 20b-25). Il contemple le Christ dans sa Passion, à la lumière du livre d’Isaïe, et il énonce simplement le secret de la formidable et non-violente énergie qui lui a donné la force de traverser l’épreuve : « il s’abandonnait à Celui qui juge avec justice ».

Jésus est par excellence celui qui s’abandonne : entre les mains de Pierre pour son Église, au baiser de Judas pour être livré, à son Père pour multiplier les pains, à la Providence pour parcourir les routes de Galilée etc.
En se remettant ainsi entre les mains d’autrui, Jésus devient paradoxalement capable de conduire ses disciples sur ce chemin d’abandon. C’est un des liens entre les lectures de ce dimanche dit « du bon Berger » : parce qu’il s’abandonne, le Christ devient le Berger des brebis. Parce qu’il est le bon Berger, il s’appuie sur plus grand que lui, sinon le risque serait grand de n’être qu’un petit chef, un illuminé, un révolutionnaire ou un gourou de plus parmi ceux qui pullulaient à son époque. Comme on dit à l’armée : avant de commander, il faut apprendre à obéir.

En faisant confiance malgré tout à Celui qui juge avec justice – malgré le procès absurde et bâclé, malgré le fouet et la dérision, malgré la condamnation injuste et définitive – Jésus reste fidèle à son identité profonde : se recevoir de son Père.

 

Excursus sur l’abandon du politique

Ne pas avoir sa source en soi, se réclamer d’une autorité supérieure pour exercer la sienne sur les autres : voilà une grande constante du pouvoir politique à travers les siècles. Les pharaons se proclamaient « fils du soleil » ; les empereurs romains étaient divinisés pour être censés transmettre la parole des dieux ; les rois de France étaient des lieu-tenants de Dieu, oints par la sainte ampoule qui faisait d’eux d’autres christs etc. De tous temps, les puissants ont eu besoin d’invoquer des puissances supérieures pour légitimer leur pouvoir. Même aujourd’hui, où la présidence de la V° République garde des accents monarchiques. Régis Debray note avec finesse qu’en cette période de confinement, le pouvoir politique semble s’en remettre à la Science (avec un grand S) pour décider et agir, et ainsi légitimer sa parole :

« Moins ça peut, plus ça cause.
Tracts de Crise (N°44) - Le Dire et le faireRemarquée a été la présence ostentatoire, sur les plateaux, à côté de nos gouvernants, de consultants et d’experts. Ils se font escorter par un, ou même deux Conseils scientifiques, créés pour l’occasion, au nom desquels ils se prononcent. C’est pas nous, c’est Monsieur le professeur. Certains ont vu là une atteinte aux prérogatives de l’Exécutif. Je n’en suis pas si sûr. Le Pouvoir exécutif n’apparaît jamais seul en scène. Il a derrière lui, ou plutôt au-dessus, une transcendance en pointillé. Elle a changé de nature depuis saint Paul qui disait, en bon connaisseur de l’autorité : « Omnis potestas a Deo ». Tout pouvoir procède d’un grand Autre. Chaque époque le sien. Le Chef l’est par délégation d’un surplomb, projection d’une verticale ici-bas. Le véritable commandant ne parle pas en son nom propre, car c’est toujours et partout un lieutenant – de Dieu, du Prolétariat, de la République ou de la France. Cette sujétion à plus grand que soi fait sa force. Saint Louis, Lénine, Clemenceau ou de Gaulle étaient d’autant plus écoutés qu’ils servaient de truchement à une valeur suprême. Quand on ne peut incarner cette transcendance – parce que l’ordinaire des temps ne s’y prête pas – force est de la mettre au dehors, à côté de soi, puisqu’elle n’est plus en dedans. En l’occurrence, la Science, arbitre suprême et sans réplique. Le problème est que la science médicale est par nature sujette à controverses, suppositions et incertitudes, en quoi justement elle est une science. C’est l’inconvénient d’avoir pour alibi une science expérimentale. Contrairement aux absolus d’antan, qui étaient des objets de foi, incontestables à ce titre, elle s’atteste dans et par le relatif. Avec un savoir heureusement et désespérément empirique, le pilier devient béquille.
On chancelle. »
                                                                                                                        Régis Debray, Le Dire et le faire, coll. Tracts de crise, 10 avril 2020, Éditions Gallimard.

41CJEqzZSnL FoucauldS’abandonner à la science est une fausse bonne idée pour les politiques. Car les scientifiques ne sont pas des dieux, ni reconnus comme tels. Ils ne sont pas d’accord entre eux, et un seul peut avoir raison contre tous (cf. Galilée !). Ils ne détiennent pas la vérité, mais ils la cherchent de manière asymptotique, comme l’a bien montré le philosophe des sciences Karl Popper parlant de « la quête inachevée » qui caractérise la recherche scientifique. En plus, ce virus était largement inconnu. Le comité scientifique dont s’est entouré le président s’est tellement trompé sur la nature, la transmission, les effets du virus et les mesures à prendre que le politique s’appuyant sur lui est déstabilisé par ce manque de crédibilité, voire de compétence. Il est temps que la décision politique reprenne le pas sur les querelles d’experts.

Il faut donc bien choisir entre les bras de qui s’abandonner ! Le peuple allemand s’est totalement abandonné à Hitler et son parti ; la secte du Temple solaire à Luc Jouret ; Julien Sorel à Louise de Rénal… Pour Jésus, lui qui jaillit du Père dans la force de l’Esprit, la source est la plus haute qui soit. Ne faisant qu’un avec son Père dans son désir de « chercher et sauver ceux qui étaient perdus » (Lc 19,10), il se laisse conduire par Lui au gré des rencontres, des événements, de sa Passion même. Ressuscité d’entre les morts, il devient par son humanité le guide, le Berger capable de nous montrer la voie où lui-même a marché : la voie de l’abandon à Dieu en toutes choses. Par sa divinité, il nous assure que c’est bien un chemin de vie - une vie en abondance - victorieux du mal et de la mort. Qui veut être berger des autres doit d’abord emprunter cette voie. Ou plutôt : c’est à ceux qui suivent ce chemin d’humilité et d’abandon à Dieu que l’on demandera de devenir nos leaders, nos « chefs ». Servant d’abord, leader ensuite, et non l’inverse, comme le rappelait Greenleaf le fondateur de l’école du servant-leader en management.

 

Les trois formes d’abandon

En français, le mot abandon vient de  « mettre à bandon » (« laisser au pouvoir de »), bandon étant issu des deux radicaux germaniques ban (« proclamation ») et band(a) (« signal, étendard d’un corps de troupe »), qu’on retrouve croisés dans le mot ban (cf. la publication des bans pour un mariage). Le latin médiéval  bannum signifiait « proclamation du seigneur dans sa juridiction entraînant la mainmise de son autorité, l’octroi de sa protection ». S’abandonner à, c’est donc se placer sous l’étendard de quelqu’un, s’en remettre à son autorité, se confier à son pouvoir. 

L’Évangile décline l’abandon de Jésus de trois façons : il est abandonné par les hommes, il s’abandonne à son Père, Dieu l’abandonne.

Laissons résonner en nous ce que veut dire « s’abandonner »…

515fkuey3DL politique- Christ a été abandonné : quel scandale !

Ceux qui ont connu la trahison d’une amitié ou d’un amour savent la douleur d’être ainsi livré à la souffrance à cause de quelqu’un qui a trahi. Avec le baiser de Judas, Jésus va rejoindre tous ceux dont l’amour a été bafoué, humilié, trahi. « Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas accueilli » (Jn 1,11). Quel scandale ! Mais quelle force aussi de croire que l’amour en Dieu est plus grand que nos trahisons…

 

- Christ s’est abandonné : quel amour !

Aller jusqu’au bout, jusqu’à accepter de perdre sa liberté et même sa vie plutôt que de renier un amour, un choix essentiel, une conviction profonde. Ne pas sauver sa peau égoïstement, mais prendre des risques, jusqu’au risque suprême, par amour pour l’autre. L’amour de son Père a fait de Jésus quelqu’un d’exposé, sans réserves. Parce qu’il s’en remettait à sa source intérieure, il avait une liberté étonnante que ni les rites ni les croyances ne pouvaient entraver. En s’abandonnant à Dieu, cet homme manifestait qu’il était vraiment le Christ, l’oint de Dieu sur qui ruisselle l’Esprit le conduisant au terme de sa mission.

 

- Dieu l’a abandonné : quel mystère !

Quelle insondable profondeur : pour aller « chercher et sauver ceux qui étaient perdus », Dieu a accepté que son Fils aille les rejoindre, faire corps avec eux, pour les faire remonter auprès de lui. En envoyant Jésus descendre aux enfers – et Dieu sait qu’il y a bien des enfers humains aujourd’hui : solitude, désespoir, déchéance – Dieu le Père savait bien qu’il allait y perdre son Fils, puisque justement il fallait rejoindre les exclus, les sans-Dieu, les maudits, les sous-hommes… Dieu l’a abandonné, plus encore qu’Abraham a livré Isaac, plus encore qu’un père qui aide son fils à devenir adulte, Dieu a livré aux mains des hommes la chair de sa chair, pour que notre chair ne désespère pas de devenir la chair de Dieu lui-même. Lorsque nous communions, en effet, nous devenons le Corps du Christ que Dieu a abandonné entre les mains de tels bourreaux, et désormais ressuscité dans la gloire. Le cri terrible et dernier de Jésus sur la croix: « Eloï, Eloï, lama sabachthani ? » (Mt 27,46 : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ») est l’expression de cette expérience épouvantable du vide comme seule réponse à l’échec et la mort qui s’approche… Dieu l’a réellement abandonné, afin qu’en le suivant nul ne désespère d’être trop loin de Dieu.

 

Et nous ? À quel moment notre vie est-elle vraiment abandonnée ? À qui sommes-nous prêts à livrer le meilleur de nous-mêmes ?
Comment prier en vérité, à Agadès comme à Paris et ailleurs : « je m’abandonne à toi… » ?

 

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

« Dieu l’a fait Seigneur et Christ » (Ac 2, 14a.36-41)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et fit cette déclaration : « Que toute la maison d’Israël le sache donc avec certitude : Dieu l’a fait Seigneur et Christ, ce Jésus que vous aviez crucifié. » Les auditeurs furent touchés au cœur ; ils dirent à Pierre et aux autres Apôtres : « Frères, que devons-nous faire ? » Pierre leur répondit : « Convertissez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ pour le pardon de ses péchés ; vous recevrez alors le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont loin, aussi nombreux que le Seigneur notre Dieu les appellera. » Par bien d’autres paroles encore, Pierre les adjurait et les exhortait en disant : « Détournez-vous de cette génération tortueuse, et vous serez sauvés. » Alors, ceux qui avaient accueilli la parole de Pierre furent baptisés. Ce jour-là, environ trois mille personnes se joignirent à eux.

PSAUME

(Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6)
R/ Le Seigneur est mon berger :rien ne saurait me manquer.ou : Alléluia ! (cf. Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

DEUXIÈME LECTURE

« Vous êtes retournés vers le berger de vos âmes » (1 P 2, 20b-25)

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés, si vous supportez la souffrance pour avoir fait le bien, c’est une grâce aux yeux de Dieu. C’est bien à cela que vous avez été appelés, car c’est pour vous que le Christ, lui aussi, a souffert ; il vous a laissé un modèle afin que vous suiviez ses traces. Lui n’a pas commis de péché ; dans sa bouche, on n’a pas trouvé de mensonge. Insulté, il ne rendait pas l’insulte, dans la souffrance, il ne menaçait pas, mais il s’abandonnait à Celui qui juge avec justice. Lui-même a porté nos péchés, dans son corps, sur le bois, afin que, morts à nos péchés, nous vivions pour la justice. Par ses blessures, nous sommes guéris. Car vous étiez errants comme des brebis ; mais à présent vous êtes retournés vers votre berger, le gardien de vos âmes.

ÉVANGILE

« Je suis la porte des brebis » (Jn 10, 1-10)
Alléluia. Alléluia. Je suis le bon Pasteur, dit le Seigneur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent. Alléluia. (Jn 10, 14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus déclara : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui entre dans l’enclos des brebis sans passer par la porte, mais qui escalade par un autre endroit, celui-là est un voleur et un bandit. Celui qui entre par la porte, c’est le pasteur, le berger des brebis. Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir. Quand il a poussé dehors toutes les siennes, il marche à leur tête, et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix. Jamais elles ne suivront un étranger, mais elles s’enfuiront loin de lui, car elles ne connaissent pas la voix des étrangers. »
Jésus employa cette image pour s’adresser aux pharisiens, mais eux ne comprirent pas de quoi il leur parlait. C’est pourquoi Jésus reprit la parole : « Amen, amen, je vous le dis : Moi, je suis la porte des brebis. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des bandits ; mais les brebis ne les ont pas écoutés. Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. Le voleur ne vient que pour voler, égorger, faire périr. Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , ,

27 février 2014

Pour quoi m’as-tu abandonné ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Pour quoi m’as-tu abandonné ?

Homélie du 8° dimanche du temps ordinaire / Année A
02/03/2014

Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonnée, le Seigneur m’a oubliée. »
Est-ce qu’une femme peut oublier son petit enfant, ne pas chérir le fils de ses entrailles ? Même si elle pouvait l’oublier, moi, je ne t’oublierai pas. Parole du Seigneur tout-puissant. (Is 49,14-15)

Cette déclaration d’amour inconditionnel est bouleversante. Hélas, on a vu des mères (et des pères) abandonner la chair de leur chair… Dieu sait bien que l’amour parental est faillible. Ce n’est pas Dieu qui est à l’image des parents. C’est l’inverse. L’amour d’une mère ou d’un père est appelé à ressembler à l’amour de Dieu pour chacun de nous. Et ce n’est pas en extrapolant le comportement des parents qu’on peut imaginer qui est Dieu pour nous. C’est bien plutôt en partant de Dieu que les parents humains peuvent devenir vraiment père et mère. L’homme n’a pas inventé Dieu : c’est l’inverse !

En tout cas, même si une mère abandonne son enfant, Dieu – lui - ne nous abandonnera jamais.

Pourtant, quiconque vit assez longtemps rencontrera des épreuves qui le feront douter de sa promesse.

Impossible de vivre toute une existence sans être confronté tôt ou tard à un divorce, un deuil, une maladie, un drame professionnel ou personnel. Lorsque que cela arrive, notre prière n’est plus qu’un cri plein de reproches et de doute : « pourquoi m’as-tu abandonné ? »
Existes-tu vraiment, si autant d’injustice et d’absurde vient envahir notre histoire ?

À cette question lancinante, le peuple de la Bible a répondu de multiples manières, en fonction des situations rencontrées et de sa maturité spirituelle.

 

Abandonné à cause de nos fautes

- La première piste, la plus facile à explorer, est celle des conséquences de nos actes. Il nous arriverait malheur sur malheur par ce que nous avons péché, et ce ne serait que justice que d’être ainsi frappés pour nos égarements d’hier.

C’est l’interprétation des prophètes réfléchissant sur l’exil du peuple juif à Babylone. Si les juifs ont été déportés de -587 à -527, c’est parce qu’ils avaient rompu trop souvent l’Alliance avec Dieu, notamment en ne défendant pas les plus faibles (la veuve, l’orphelin, l’immigré), et en se prostituant avec les idoles étrangères (Baal, Mammon, Zoroastre…).

Comme à chaque explication, il y a une part de vrai là-dedans. Des régimes politiques corrompus et inhumains finissent toujours par se détruire eux-mêmes (cf. la chute du mur de Berlin en 1989). Bien des écroulements, personnels ou collectifs, s’enracinent dans ces ruptures d’Alliance qui à terme engendrent des catastrophes pourtant prévisibles.

Pour quoi m'as-tu abandonné ? dans Communauté spirituelle 382328 

Mais cette interprétation ne convient pas pour la Shoah : qu’aurait donc fait le peuple juif pour ‘mériter’ un génocide de 6 millions de morts à la clef ? En rejetant formellement l’accusation de peuple déicide, Vatican II déboute les vieilles explications du mal subi par le mal commis.

Non, cela ne peut pas tenir…

 

Abandonné sans raison

Book_of_Job_Chapter_15-1_(Bible_Illustrations_by_Sweet_Media) abandon dans Communauté spirituelle

- Du coup, les théologiens qui méditent sur la Shoah en viennent plutôt à adopter la position de Job.

Job, l’innocent confronté au mal sans pourquoi.

Job, le juste accablé sans raison.

Il perd tout (biens, famille, amis, santé) mais pourtant refuse de se reconnaître coupable, car il ne l’est pas. Il se bat violemment contre Dieu pour lui demander des comptes de cet immense malheur injuste. Aucune réponse ne lui sera donnée en fait, sinon que Dieu est si grand qu’il excède toutes les réponses possibles. Le malheur est incompréhensible, et même la foi en Dieu ne fournit aucune solution à cette  énigme. Seul le face-à-face avec Dieu au-delà de la mort lèvera le voile sur ce paradoxe incompréhensible : Dieu ne nous abandonne pas, et pourtant nous souffrons sans raison.

 

Abandonné par effet boomerang

- Une interprétation plus subtile s’est glissée entre ces deux premières. Nos déroutes peuvent provenir de notre mauvaise utilisation du nom de Dieu. C’est l’histoire édifiante de la défaite d’Israël devant les Amalécites (1S 4,1-11).

Il advint en ce temps-là que les Philistins se rassemblèrent pour combattre Israël, et les Israélites sortirent à leur rencontre pour le combat. Ils campèrent près d’Eben-ha-Ezèr, tandis que les Philistins étaient campés à Apheq.

Les Philistins s’étant mis en ligne contre Israël, il y eut un rude combat et Israël fut battu devant les Philistins: environ 4.000 hommes furent tués dans les lignes, en rase campagne. L’armée revint au camp et les anciens d’Israël dirent: « Pourquoi Yahvé nous a-t-il fait battre aujourd’hui par les Philistins? Allons chercher à Silo l’arche de notre Dieu, qu’elle vienne au milieu de nous et qu’elle nous sauve de l’emprise de nos ennemis. » L’armée envoya à Silo et on enleva de là l’arche de Yahvé Sabaot, qui siège sur les chérubins, les deux fils d’Eli, Hophni et Pinhas, accompagnaient l’arche. Quand l’arche de Yahvé arriva au camp, tous les Israélites poussèrent une grande acclamation, qui fit résonner la terre.  Les Philistins entendirent le bruit de l’acclamation et dirent: « Que signifie cette grande acclamation au camp des Hébreux », et ils connurent que l’arche de Yahvé était arrivée au camp. Alors les Philistins eurent peur, car ils se disaient: « Dieu est venu au camp! » Ils dirent: « Malheur à nous! Car une chose pareille n’est pas arrivée auparavant. Malheur à nous! Qui nous délivrera de la main de ce Dieu puissant? C’est lui qui a frappé l’Égypte de toutes sortes de plaies au désert. Prenez courage et soyez virils, Philistins, pour n’être pas asservis aux Hébreux comme ils vous ont été asservis; soyez virils et combattez! »

Les Philistins livrèrent bataille, les Israélites furent battus et chacun s’enfuit à ses tentes; ce fut un très grand massacre et 30.000 hommes de pied tombèrent du côté d’Israël. L’arche de Dieu fut prise et les deux fils d’Eli moururent, Hophni et Pinhas. 

Le peuple croit que l’arche d’Alliance va lui assurer la victoire sur ses ennemis, et voilà que la défaite est encore plus spectaculaire que sans l’arche d’Alliance. C’est donc que réquisitionner Dieu pour des combats qui ne sont pas les siens se termine souvent très mal. Crier Gott mit uns, en hébreu, en afrikaner ou en arabe ne peut que se terminer en tragédie.

Ce malheur-là vient de notre folie, pas de l’abandon par Dieu.

 

Abandonné par un petit dieu trop faible

inhoc Carême- Bien avant Israël, la règle était simple. Il y avait plusieurs dieux, et le plus vrai était le plus fort, c’est-à-dire celui qui obtenait la victoire.

Si un dieu est impuissant dans la bataille, s’il ne protège pas du mal et de la souffrance, j’en déduis qu’il est inférieur, et donc je change de Dieu pour adopter celui de mon vainqueur. Logique ! Mais un peu trop court pour expliquer les abandons successifs par des idoles successives…

 

Abandonné par des dieux indifférents

- Les païens d’autrefois ou d’aujourd’hui en tirent d’ailleurs une conclusion séduisante : les dieux ne se soucient pas des hommes.

Ils vivent loin d’eux, et sont indifférents à leur bonheur ou à leur malheur. C’est à nous de capter les forces bénéfiques (ou maléfiques) pour les faire servir à notre cause : par des sacrifices, par des rituels magiques, par des intermédiaires imaginaires…

Là au moins, l’abandon divin est réel, total, voulu.

figL2_084_dieux_grecs1 Christ

 

Le Christ abandonné

 Passion- Le Christ interrompt cette ligne d’explications tâtonnantes en inaugurant une rupture radicale. Il ne propose pas de solution à l’énigme du malheur innocent : il l’endosse lui-même, jusqu’à l’ultime. Aucune théorie prétendant détenir la clef de la souffrance et du malheur dans son Évangile, mais plutôt une absolue solidarité avec ceux qui sont écrasés de douleur, humiliés, rejetés, exclus à cause de l’épreuve qui leur est imposée.

En acceptant la croix – suprême malédiction pour le fils de Dieu qu’il était – le Christ vient faire corps avec les damnés de la terre pour que aucun ne se croit plus désormais abandonné.

Parce qu’il a crié lui-même sa déréliction : « mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? »  (Mt 27,46) Jésus est devenu le frère des abandonnés, et leur sauveur : « aujourd’hui, avec moi, tu seras en paradis » (Lc 23,42).

Le Christ a été abandonné par son Père pour ouvrir à tous les abandonnés le chemin de la communion avec Dieu. Il est descendu dans l’humiliation et le malheur de la croix pour que le mal n’ait plus jamais le dernier mot sur la dignité humaine. Il est descendu aux enfers mêmes, pour que la mort – suprême injustice – soit vaincue.

Identifié à l’abandonné de Dieu, Jésus détourne ceux qui se reconnaissent en lui de la volonté mortifère d’explication du passé, pour les ouvrir à l’avenir promis : la communion d’amour en Dieu.

Deux conséquences très importantes pour nous à cette identification de Jésus au Jobs que nous sommes :

 

1) distinguer abandon et sentiment d’abandon.

Nous pouvons éprouver dans notre chair et/ou notre esprit que Dieu nous abandonne. Ce n’est pas pour autant la réalité de ce que Dieu fait. Notre sentiment peut être authentique sans être vrai pour autant. Nous devons apprendre à distinguer l’expérience et l’interprétation que nous en faisons. Souffrir ne veut pas dire que Dieu le veut ou ne le veut pas. Être dans l’épreuve ne signifie pas que Dieu nous a laissé de côté.

Ce n’est pas parce que nous ne voyons pas le soleil qu’il n’existe pas, indépendamment de nous. C’est simplement que notre point de vue, plongé dans les ténèbres, ne nous permet plus de discerner l’astre caché.

 

2) Depuis le cri de déréliction de Jésus sur le bois de la croix, notre propre cri d’abandon en est totalement transformé.

Si la douleur nous fait encore pleurer : « pourquoi m’as-tu abandonné ? », tout  doucement la force de la résurrection nous fait prier : « pour quoi m’as-tu abandonné ? »

En vue de quoi cela nous arrive-t-il ?

Sur quoi cela peut-il déboucher ?

Comment devenir plus humains et plus nous-mêmes à travers cette épreuve ?

Ce ‘pour quoi’ n’accuse pas Dieu d’avoir manigancé tout cela pour nous faire évoluer. Non : il mise sur la déclaration inconditionnelle de Dieu de ne jamais nous abandonner pour lui demander de nous aider à trouver une fécondité possible à ce qui demeure un mal.

De même que la croix du Christ, symbole de l’horreur absolue, est devenue le symbole de l’amour absolu, ainsi nos sentiments d’abandon – malheur injuste – peuvent devenir des chemins de fécondité à travers le mal.

De Job à Martin Gray, de l’esclavage en Égypte à la Shoah, ils sont nombreux ceux qui ont cru en cette parole : « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné par-dessus le marché. »

À chacun de nous de travailler sur lui-même pour discerner à quelle fécondité il est appelé à travers les épreuves qui s’imposent à lui.

À nous de transformer nos « pourquoi m’as-tu abandonné ? » en « pour quoi m’as-tu abandonné ? »…

 

1ère lecture : Dieu ne peut pas oublier son peuple (Is 49, 14-15)
Lecture du livre d’Isaïe

Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonnée, le Seigneur m’a oubliée. »
Est-ce qu’une femme peut oublier son petit enfant, ne pas chérir le fils de ses entrailles ? Même si elle pouvait l’oublier, moi, je ne t’oublierai pas. ? Parole du Seigneur tout-puissant.

Psaume : 61, 2-3, 8, 9
R/ En Dieu seul, le repos de notre âme.

Je n’ai de repos qu’en Dieu seul,
mon salut vient de lui.
Lui seul est mon rocher, mon salut,
ma citadelle : je suis inébranlable.

Mon salut et ma gloire
se trouvent près de Dieu.
Chez Dieu, mon refuge,
mon rocher imprenable !

Comptez sur lui en tous temps,
vous, le peuple.
Devant lui épanchez votre coeur :
Dieu est pour nous un refuge.

2ème lecture : C’est Dieu qui juge : ne jugez pas (1 Co 4, 1-5)
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
il faut que l’on nous regarde seulement comme les serviteurs du Christ et les intendants des mystères de Dieu. 
Et ce que l’on demande aux intendants, c’est en somme de mériter confiance. Pour ma part, je me soucie fort peu de votre jugement sur moi, ou de celui que prononceraient les hommes ; d’ailleurs, je ne me juge même pas moi-même. Ma conscience ne me reproche rien, mais ce n’est pas pour cela que je suis juste : celui qui me juge, c’est le Seigneur. Alors, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il fera paraître les intentions secrètes. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

Evangile : Sermon sur la montagne. Confiance en Dieu notre Père (Mt 6, 24-34)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Cherchez d’abord le royaume de Dieu, et tout vous sera donné par surcroît. Alléluia. (Mt 6, 33)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Aucun homme ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent.
C’est pourquoi je vous dis : Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet des vêtements. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?
Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils ne font pas de réserves dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? D’ailleurs, qui d’entre vous, à force de souci, peut prolonger tant soit peu son existence ? Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’eux. Si Dieu habille ainsi l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ? Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : ‘Qu’allons-nous manger ?’ ou bien : ‘Qu’allons-nous boire ?’ ou encore : ‘Avec quoi nous habiller ?’ Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d’abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché. Ne vous faites pas tant de souci pour demain : demain se souciera de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

28 mars 2013

Vendredi Saint : la déréliction de Marie

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Vendredi Saint : la déréliction de Marie

Homélie pour le Vendredi saint / Année C
29/03/13 

« Voyez s’il est une douleur pareille à ma douleur » (Lm 1,12).

Cette phrase du livre des Lamentations a toujours été transposée par les chrétiens sur les lèvres de Marie au pied de la croix. Au point de donner des oeuvres sublimes dans la musique (le Stabat Mater de Pergolèse, Scarlatti et de tant d’autres), la peinture (pensez à toutes les descentes de croix, de Giotto à Goya etc), la sculpture (les innombrables Pietàs témoignent de cette douleur de Marie). On a même couronné Marie de ce titre terrible : « Notre-Dame des sept douleurs », comme pour dire qu’elle récapitule en elle toutes les douleurs qu’un être humain pouvait connaître.

Vendredi Saint : la déréliction de Marie dans Communauté spirituelle Pieta-Michelangelo-frR 

Le dolorisme des siècles précédents a failli disqualifier cette veine spirituelle. Tout en veillant à écarter énergiquement cette déviance doloriste, il est possible maintenant de revenir à cette épée qui déchire le coeur de Marie au pied de la croix, le jour du Vendredi saint.

 

Quelle est cette douleur de Marie ?

Pas de symptômes physiques, contrairement à la douleur de son fils. Personne ne l’a maltraitée, battue ou emprisonnée. Son corps est oppressé, mais c’est à la vue de son fils humilié. Tous les parents connaissent la souffrance de voir leur enfant souffrir. En ce sens, la douleur de Marie épouse celle de tous les pères et mères devant leur enfant défiguré par la souffrance physique ou morale.

Pire encore, Marie connaîtra cette déchirure indicible de perdre son fils, de voir mourir jonathan_pierres_vivantes abandon dans Communauté spirituellela chair de sa chair, de devoir accepter que son fils parte avant elle sous ses yeux, sans rien pouvoir faire.

Déjà, à travers cette expérience extrême de la perte, Marie devient la soeur de tous ceux qui perdent un être aimé, de tous les parents qui devront vivre avec cette absence.

Mais la Passion du Christ entraîne Marie encore plus loin.

C’est Jean, le disciple bien-aimé, qui est le témoin de ce coup de poignard encore plus déchirant que le premier. « Femme, voici ton fils » (Jn 19,26).

En s’adressant à sa mère, Jésus ose l’appeler « femme ». Comme si elle n’était plus sa mère. Comme si la mort allait mettre une telle distance entre lui et elle qu’il voulait l’aider à accepter cette perte.

On y entend l’écho du « femme » de Cana : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue » (Jn 2,4). En établissant cette distance avec sa mère, Jésus va justement pouvoir lui obéir librement, et faire couler le vin des noces.

De même au pied de la croix : en usant de ce terme (femme), il donne à Marie son vrai rôle dans l’Église qui naît ici, abreuvée de son sang comme du vin des noces…

 

« Voici ton fils »

Non seulement Jésus abandonne en quelque sorte sa mère en l’appelant femme, mais plus encore il lui fait adopter un autre enfant que le sien, presque à sa place. C’est comme s’il disait : ne me considère plus comme ton fils. Maintenant c’est Jean (et à travers lui l’Église) qui est ton enfant, et tu habiteras chez lui.

Les commentateurs ont bien souvent célébré la deuxième conséquence de cet abandon de Marie par Jésus, à savoir la maternité ecclésiale de Marie. Peu ont osé explorer la première conséquence de cette phrase de Jésus, où il semble s’éloigner d’elle à jamais.

Le grand théologien Urs von Balthasar a pourtant écrit là-dessus des lignes inoubliables :

« De même que le Fils est abandonné par le Père, il abandonne aussi sa mère, afin que tous deux soient unis dans un commun abandon.
Par là seulement Marie est intérieurement prête à assumer la maternité ecclésiale envers tous les nouveaux frères et soeurs de Jésus. »  1

Au pied de la croix, ce Vendredi-là, Marie a été conduite à partager la propre déréliction 2 de Jésus. « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Mt 27,46) se répercute et se transmet dans le « Femme, voici ton fils ».

Jésus entraîne sa mère à partager l’abandon qui le disloque lui-même.

La déréliction du fils devient celle de Marie, mère de Jean.

Bien sûr, on pourrait édulcorer cet épisode en n’y voyant que le souci – très « Sécurité sociale » – de Jésus de confier sa mère à quelqu’un qui pourra assurer sa survie matérielle et sociale après sa mort. Ce serait passer à côté de la vraie douleur de Marie, abandonnée elle aussi.

On ne parle pas ici de la spiritualité d’abandon chère à Charles de Foucauld ou aux mystiques rhénans. Non : il ne s’agit pas d’abandon à Dieu, mais bien d’être abandonné par Dieu, abandonné de Dieu ! C’est cette terrifiante déchirure au plus intime qui a fait suer du sang et de l’eau au Christ à Gethsémani. Pour lui, c’est encore pire que pour Marie, si l’on peut dire. Car il est Dieu, né de Dieu, et pourtant sur la croix il est assimilé aux maudits de Dieu, aux sans-Dieu, à ceux qui sont si éloignés de Dieu qu’ils n’ont même pas droit à une sépulture humaine normalement.

Comment en Jésus Dieu peut-il être séparé de Dieu ? Comment Jésus a-t-il pu crier ce terrible reproche : « pourquoi m’as-tu abandonné ? » à Celui avec qui il ne fait plus qu’un ? Sans l’Esprit qui le pousse, c’eut été impossible. C’était pour aller chercher et sauver ceux qui étaient perdus, aux enfers mêmes, que le Christ a été conduit à faire cette expérience inouïe de devenir lui-même un maudit, un sans-Dieu.

C’est bien la volonté de son Père qu’il fasse corps avec tous les damnés de la terre, afin de les ramener à lui dans sa résurrection.

Ce Vendredi-là, Jésus est immergé dans l’océan de la déréliction, où Celui avec qui il ne fait qu’un lui est arraché, apparemment pour toujours.

Sa plongée aux enfers, Jésus la fait vivre également (toutes proportions gardées, car Marie n’est qu’humaine) à sa mère, à travers le spectacle de sa mort en croix, et plus encore à travers la dépossession ultime qu’il lui demande : « Femme, voici ton fils ».

« Voyez s’il est une douleur pareille à ma douleur » : que la déréliction de Marie en ce Vendredi saint nous unisse à elle, dans nos déchirures les plus intimes, pour trouver la force d’endurer avec elle jusqu’au matin de Pâques…

__________________________________ 

1. RATZINGER J. / BALTHASAR H. U. von, Marie première Église, Médiaspaul et Ed. Paulines, Paris – Montréal, 1987, pp. 55.

2. Le mot déréliction est fort : il évoque aussitôt la solitude, l’angoisse, l’agonie. Il vient du latin derelictio, qui signifie délaissement (être délaissé), abandon (être abandonné).


1ère lecture : La grande prophétie du Serviteur souffrant (Is 52, 13-15; 53, 1-12)

Lecture du livre d’Isaïe

Mon serviteur réussira, dit le Seigneur ;
il montera, il s’élèvera, il sera exalté !
La multitude avait été consternée en le voyant,
car il était si défiguréqu’il ne ressemblait plus à un homme ;
il n’avait plus l’aspect d’un fils d’Adam.
Et voici qu’il consacrera une multitude de nations ;
devant lui les rois resteront bouche bée,
car ils verront ce qu’on ne leur avait jamais dit,
ils découvriront ce dont ils n’avaient jamais entendu parler.

Qui aurait cru ce que nous avons entendu ?
À qui la puissance du Seigneur a-t-elle été ainsi révélée ?
Devant Dieu, le serviteur a poussé comme une plante chétive,
enracinée dans une terre aride.
Il n’était ni beau ni brillant pour attirer nos regards,
son extérieur n’avait rien pour nous plaire.
Il était méprisé, abandonné de tous,
homme de douleurs, familier de la souffrance,
semblable au lépreux dont on se détourne ;
et nous l’avons méprisé, compté pour rien.
Pourtant, c’étaient nos souffrances qu’il portait,
nos douleurs dont il était chargé.
Et nous, nous pensions qu’il était châtié,
frappé par Dieu, humilié.
Or, c’est à cause de nos fautes qu’il a été transpercé,
c’est par nos péchés qu’il a été broyé.
Le châtiment qui nous obtient la paix est tombé sur lui,
et c’est par ses blessures que nous sommes guéris.
Nous étions tous errants comme des brebis,
chacun suivait son propre chemin.
Mais le Seigneur a fait retomber sur lui
nos fautes à nous tous.

Maltraité, il s’humilie,
il n’ouvre pas la bouche :
comme un agneau conduit à l’abattoir,
comme une brebis muette devant les tondeurs,
il n’ouvre pas la bouche.
Arrêté, puis jugé, il a été supprimé.
Qui donc s’est soucié de son destin ?
Il a été retranché de la terre des vivants,
frappé à cause des péchés de son peuple.
On l’a enterré avec les mécréants,
son tombeau est avec ceux des enrichis ;
et pourtant il n’a jamais commis l’injustice,
ni proféré le mensonge.
Broyé par la souffrance, il a plu au Seigneur.
Mais, s’il fait de sa vie un sacrifice d’expiation,
il verra sa descendance, il prolongera ses jours :
par lui s’accomplira la volonté du Seigneur.

À cause de ses souffrances,
il verra la lumière, il sera comblé.
Parce qu’il a connu la souffrance,
le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes,
il se chargera de leurs péchés.
C’est pourquoi je lui donnerai la multitude en partage,
les puissants seront la part qu’il recevra,
car il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort,
il a été compté avec les pécheurs,
alors qu’il portait le péché des multitudes
et qu’il intercédait pour les pécheurs.

 

Psaume : Ps 30, 2ab.6, 12, 13-14ad, 15-16, 17.25

R/ Ô Père, dans tes mains
je remets ton esprit

En toi, Seigneur, j’ai mon refuge ;
garde-moi d’être humilié pour toujours.
En tes mains je remets mon esprit ;
tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.

Je suis la risée de mes adversaires
et même de mes voisins;
je fais peur à mes amis,
s’ils me voient dans la rue, ils me fuient.

On m’ignore comme un mort oublié,
comme une chose qu’on jette.
J’entends les calomnies de la foule ;
ils s’accordent pour m’ôter la vie.

Moi, je suis sûr de toi, Seigneur,
je dis : « Tu es mon Dieu ! »
Mes jours sont dans ta main : délivre-moi
des mains hostiles qui s’acharnent.

Sur ton serviteur, que s’illumine ta face ;
sauve-moi par ton amour.
Soyez forts, prenez courage,
vous tous qui espérez le Seigneur !

2ème lecture : Jésus, le grand prêtre, cause de notre salut (He 4, 14-16 ; 5, 7-9)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Frère, en Jésus, le Fils de Dieu, nous avons le grand prêtre par excellence, celui qui a pénétré au-delà des cieux ; tenons donc ferme l’affirmation de notre foi. En effet, le grand prêtre que nous avons n’est pas incapable, lui, de partager nos faiblesses ; en toutes choses, il a connu l’épreuve comme nous, et il n’a pas péché. Avançons-nous donc avec pleine assurance vers le Dieu tout-puissant qui fait grâce, pour obtenir miséricorde et recevoir, en temps voulu, la grâce de son secours.

Pendant les jours de sa vie mortelle, il a présenté, avec un grand cri et dans les larmes, sa prière et sa supplication à Dieu qui pouvait le sauver de la mort ; et, parce qu’il s’est soumis en tout, il a été exaucé. Bien qu’il soit le Fils, il a pourtant appris l’obéissance par les souffrances de sa Passion ; et, ainsi conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.

Evangile : La Passion (Jn 18, 1-40; 19, 1-42)

Acclamation : Christ, mort pour nos péchés, Christ, ressuscité pour notre vie !

Pour nous,
le Christ s’est fait obéissant
jusqu’à la mort,
et la mort sur une croix.
Voilà pourquoi
Dieu l’a élevé souverainement
et lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom.
Christ, mort pour nos péchés,
Christ, ressuscité pour notre vie !

La Passion de notre Seigneur Jésus Christ selon saint Jean

Après le repas, Jésus sortit avec ses disciples et traversa le torrent du Cédron ; il y avait là un jardin, dans lequel il entra avec ses disciples.
Judas, qui le livrait, connaissait l’endroit, lui aussi, car Jésus y avait souvent réuni ses disciples. Judas prit donc avec lui un détachement de soldats, et des gardes envoyés par les chefs des prêtres et les pharisiens. Ils avaient des lanternes, des torches et des armes.
Alors Jésus, sachant tout ce qui allait lui arriver, s’avança et leur dit : « Qui cherchez-vous ? »
Ils lui répondirent : « Jésus le Nazaréen. » Il leur dit : « C’est moi. » Judas, qui le livrait, était au milieu d’eux.
Quand Jésus leur répondit : « C’est moi », ils reculèrent, et ils tombèrent par terre.
Il leur demanda de nouveau : « Qui cherchez-vous ? » Ils dirent : « Jésus le Nazaréen. »
Jésus répondit : « Je vous l’ai dit : c’est moi. Si c’est bien moi que vous cherchez, ceux-là, laissez-les partir. »
(Ainsi s’accomplissait la parole qu’il avait dite : « Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donnés ».)
Alors Simon-Pierre, qui avait une épée, la tira du fourreau ; il frappa le serviteur du grand prêtre et lui coupa l’oreille droite. Le nom de ce serviteur était Malcus.
Jésus dit à Pierre : « Remets ton épée au fourreau. Est-ce que je vais refuser la coupe que le Père m’a donnée à boire ? »
Alors les soldats, le commandant et les gardes juifs se saisissent de Jésus et l’enchaînent.
Ils l’emmenèrent d’abord chez Anne, beau-père de Caïphe, le grand prêtre de cette année-là. (C’est Caïphe qui avait donné aux Juifs cet avis : « Il vaut mieux qu’un seul homme meure pour tout le peuple. »)

Simon-Pierre et un autre disciple suivaient Jésus. Comme ce disciple était connu du grand prêtre, il entra avec Jésus dans la cour de la maison du grand prêtre, mais Pierre était resté dehors, près de la porte. Alors l’autre disciple ? celui qui était connu du grand prêtre ? sortit, dit un mot à la jeune servante qui gardait la porte, et fit entrer Pierre.
La servante dit alors à Pierre : « N’es-tu pas, toi aussi, un des disciples de cet homme-là ? » Il répondit : « Non, je n’en suis pas ! »
Les serviteurs et les gardes étaient là ; comme il faisait froid, ils avaient allumé un feu pour se réchauffer. Pierre était avec eux, et se chauffait lui aussi.

Or, le grand prêtre questionnait Jésus sur ses disciples et sur sa doctrine.
Jésus lui répondit : « J’ai parlé au monde ouvertement. J’ai toujours enseigné dans les synagogues et dans le Temple, là où tous les Juifs se réunissent, et je n’ai jamais parlé en cachette. Pourquoi me questionnes-tu ? Ce que j’ai dit, demande-le à ceux qui sont venus m’entendre. Eux savent ce que j’ai dit. »
À cette réponse, un des gardes, qui était à côté de Jésus, lui donna une gifle en disant : « C’est ainsi que tu réponds au grand prêtre ! »
Jésus lui répliqua : « Si j’ai mal parlé, montre ce que j’ai dit de mal ; mais si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? »
Anne l’envoya, toujours enchaîné, au grand prêtre Caïphe.

Simon-Pierre était donc en train de se chauffer ; on lui dit : « N’es-tu pas un de ses disciples, toi aussi ? » Il répondit : « Non, je n’en suis pas ! »
Un des serviteurs du grand prêtre, parent de celui à qui Pierre avait coupé l’oreille, insista : « Est-ce que je ne t’ai pas vu moi-même dans le jardin avec lui ? »
Encore une fois, Pierre nia. À l’instant le coq chanta.

Alors on emmène Jésus de chez Caïphe au palais du gouverneur. C’était le matin. Les Juifs n’entrèrent pas eux-mêmes dans le palais, car ils voulaient éviter une souillure qui les aurait empêchés de manger l’agneau pascal.
Pilate vint au dehors pour leur parler : « Quelle accusation portez-vous contre cet homme ? »
Ils lui répondirent :« S’il ne s’agissait pas d’un malfaiteur, nous ne te l’aurions pas livré. »
Pilate leur dit : « Reprenez-le, et vous le jugerez vous-mêmes suivant votre loi. »
Les Juifs lui dirent : « Nous n’avons pas le droit de mettre quelqu’un à mort. »
Ainsi s’accomplissait la parole que Jésus avait dite pour signifier de quel genre de mort il allait mourir.
Alors Pilate rentra dans son palais, appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien parce que d’autres te l’ont dit ?
Pilate répondit : « Est-ce que je suis Juif, moi ? Ta nation et les chefs des prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »
Jésus déclara : « Ma royauté ne vient pas de ce monde ; si ma royauté venait de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Non, ma royauté ne vient pas d’ici. »
Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? »
Jésus répondit : « C’est toi qui dis que je suis roi. Je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui appartient à la vérité écoute ma voix. »
Pilate lui dit : « Qu’est-ce que la vérité ? »
Après cela, il sortit de nouveau pour aller vers les Juifs, et il leur dit : « Moi, je ne trouve en lui aucun motif de condamnation. Mais c’est la coutume chez vous que je relâche quelqu’un pour la Pâque : voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ? »
Mais ils se mirent à crier : « Pas lui ! Barabbas ! » (Ce Barabbas était un bandit.)

Alors Pilate ordonna d’emmener Jésus pour le flageller.
Les soldats tressèrent une couronne avec des épines, et la lui mirent sur la tête ; puis ils le revêtirent d’un manteau de pourpre.
Ils s’avançaient vers lui et ils disaient : « Honneur à toi, roi des Juifs ! » Et ils le giflaient.

Pilate sortit de nouveau pour dire aux Juifs : « Voyez, je vous l’amène dehors pour que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun motif de condamnation. »
Alors Jésus sortit, portant la couronne d’épines et le manteau de pourpre. Et Pilate leur dit : « Voici l’homme. »
Quand ils le virent, les chefs des prêtres et les gardes se mirent à crier : « Crucifie-le ! Crucifie-le ! »
Pilate leur dit : « Reprenez-le, et crucifiez-le vous-mêmes ; moi, je ne trouve en lui aucun motif de condamnation. »
Les Juifs lui répondirent : « Nous avons une Loi, et suivant la Loi il doit mourir, parce qu’il s’est prétendu Fils de Dieu. »
Quand Pilate entendit ces paroles, il redoubla de crainte.
Il rentra dans son palais, et dit à Jésus : « D’où es-tu ? » Jésus ne lui fit aucune réponse.
Pilate lui dit alors : « Tu refuses de me parler, à moi ? Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir de te relâcher, et le pouvoir de te crucifier ? »
Jésus répondit : « Tu n’aurais aucun pouvoir sur moi si tu ne l’avais reçu d’en haut ; ainsi, celui qui m’a livré à toi est chargé d’un péché plus grave. »
Dès lors, Pilate cherchait à le relâcher ; mais les Juifs se mirent à crier : « Si tu le relâches, tu n’es pas ami de l’empereur. Quiconque se fait roi s’oppose à l’empereur. »
En entendant ces paroles, Pilate amena Jésus au-dehors ; il le fit asseoir sur une estrade à l’endroit qu’on appelle le Dallage (en hébreu : Gabbatha).
C’était un vendredi, la veille de la Pâque, vers midi. Pilate dit aux Juifs : « Voici votre roi. »
Alors ils crièrent : « À mort ! À mort ! Crucifie-le ! »
Pilate leur dit : « Vais-je crucifier votre roi ? »
Les chefs des prêtres répondirent : « Nous n’avons pas d’autre roi que l’empereur. »
Alors, il leur livra Jésus pour qu’il soit crucifié, et ils se saisirent de lui.

Jésus, portant lui-même sa croix, sortit en direction du lieu dit : Le Crâne, ou Calvaire, en hébreu : Golgotha.
Là, ils le crucifièrent, et avec lui deux autres, un de chaque côté, et Jésus au milieu.
Pilate avait rédigé un écriteau qu’il fit placer sur la croix, avec cette inscription : « Jésus le Nazaréen, roi des Juifs. »
Comme on avait crucifié Jésus dans un endroit proche de la ville, beaucoup de Juifs lurent cet écriteau, qui était libellé en hébreu, en latin et en grec.
Alors les prêtres des Juifs dirent à Pilate : « Il ne fallait pas écrire : ‘Roi des Juifs’ ; il fallait écrire : ‘Cet homme a dit : Je suis le roi des Juifs’. »
Pilate répondit : « Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit. »
Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses habits ; ils en firent quatre parts, une pour chacun. Restait la tunique ; c’était une tunique sans couture, tissée tout d’une pièce de haut en bas.
Alors ils se dirent entre eux : « Ne la déchirons pas, tirons au sort celui qui l’aura. »
Ainsi s’accomplissait la parole de l’Écriture : Ils se sont partagé mes habits ; ils ont tiré au sort mon vêtement. C’est bien ce que firent les soldats.

Or, près de la croix de Jésus se tenait sa mère, avec la s?ur de sa mère, Marie femme de Cléophas, et Marie Madeleine.
Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. »
Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.
Après cela, sachant que désormais toutes choses étaient accomplies, et pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. »
Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche.
Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit.

Comme c’était le vendredi, il ne fallait pas laisser des corps en croix durant le sabbat (d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque). Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes.
Des soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis du deuxième des condamnés que l’on avait crucifiés avec Jésus.
Quand ils arrivèrent à celui-ci, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau.
Celui qui a vu rend témoignage, afin que vous croyiez vous aussi. (Son témoignage est véridique et le Seigneur sait qu’il dit vrai.)
Tout cela est arrivé afin que cette parole de l’Écriture s’accomplisse : Aucun de ses os ne sera brisé.
Et un autre passage dit encore : Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé.

Après cela, Joseph d’Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par peur des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Joseph vint donc enlever le corps de Jésus.
Nicodème (celui qui la première fois était venu trouver Jésus pendant la nuit) vint lui aussi ; il apportait un mélange de myrrhe et d’aloès pesant environ cent livres.
Ils prirent le corps de Jésus, et ils l’enveloppèrent d’un linceul, en employant les aromates selon la manière juive d’ensevelir les morts.
Près du lieu où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin, et dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on n’avait encore mis personne.
Comme le sabbat des Juifs allait commencer, et que ce tombeau était proche, c’est là qu’ils déposèrent Jésus.
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept