L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : vendredi saint homelie

21 avril 2012

Bon foin ne suffit pas

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Bon foin ne suffit pas

 Homélie du 3° Dimanche de Pâques  22/04/2012

 

La parabole du foin et du râtelier

« Qu’importe que le foin soit bon, si le râtelier est trop élevé ? »

Mgr. Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France, rapporte cette anecdote savoureuse de la dernière assemblée épiscopale tenue à Lourdes. Un conférencier devait tenir éveillés les évêques en un début d’après-midi : lourde tâche à laquelle il n’a pu satisfaire. Son propos théologique était sans doute construit et sérieux, mais son propos Bon foin ne suffit pas dans Communauté spirituelle pour-comprendre-les-media_150est passé très haut au-dessus des têtes mitrées qui plongeaient alors en méditation horizontale accentuée… À la sortie, l’un des assoupis rapportait cette vérité du foin : « le foin était sans doute très bon, mais le râtelier était trop haut ».

En termes techniques, on pourrait dire que le faire-savoir est aussi important que le savoir-faire. « Medium is message » comme l’écrivait le pionnier des théoriciens des médias, Marshall MacLuhan. La façon de communiquer fait partie du message délivré.

 

L’inculturation du kérygme

Dans les Actes des Apôtres que nous lirons pendant tout le temps pascal, Pierre, Paul et les autres ont bien compris cet énorme enjeu : si l’annonce de la Résurrection n’est pas adaptée à la culture des auditeurs, elle sera incompréhensible ou irrecevable.

Par chance, ce livre des Actes a recueilli plus d’une vingtaine de ces annonces pascales. On les appelle kérygme, d’un mot grec qui signifie crier, annoncer publiquement une nouvelle très importante.

renouer-avec-ses-racines-chemins-dinculturation foin dans Communauté spirituelle

Que constate-t-on en étudiant ces kérygmes en détail ? Qu’ils varient dans leur style, leur argumentation, les mots choisis. De Pierre parlant aux pèlerins de la Pentecôte à Jérusalem à Paul s’adressant aux sages grecs de l’Aréopage d’Athènes, l’annonce de la joie de Pâques s’adapte à la culture de ses auditeurs.

Cette inculturation s’impose donc aux apôtres comme une nécessité spirituelle : aimer l’autre exige de le rejoindre dans sa culture pour lui révéler la résurrection du Christ de l’intérieur, sans autre violence que celle du choc de Pâques.

 

Relisez le kérygme de Pierre en ce troisième dimanche de Pâques (Ac 3,13-19). Pierre sait qu’il parle des juifs pratiquants. Il reconnaît leur qualité en les appelant « hommes d’Israël », et en rappelant que Dieu est celui « d’Abraham, Isaac et Jacob », « le Dieu de nos pères », s’incluant ainsi lui-même dans le peuple à qui il parle. Puis il dit vous lorsqu’il évoque la Passion de Jésus, livré, rejeté, dédaigné pour Barabbas par cette foule de Jérusalem. Tout de suite il adoucit cette charge en les appelant « frères », et en rappelant que c’est « dans l’ignorance » qu’ils ont agi (« ils ne savent pas ce qu’ils font », a fort justement plaidé Jésus en leur faveur).

Il fera ensuite référence à Moïse, à l’Alliance, aux prophètes, pour convaincre ses frères juifs que Jésus est bien le Messie humilié annoncé par les Écritures.

Vers la fin du livre (Ac 17,22-34), Paul s’appuiera quant à lui sur les philosophes grecs et une statue dédiée « au dieu inconnu » à Athènes, car il s’adresse à Aréopage qui ne connaît pas les écritures juives.

Communique_CDST_Choeur_Gospel_Celebration_billet inculturation

On peut faire l’étude exhaustive de tous ces kérygmes : ils ont une structure commune, mais s’adaptent toujours à la culture de leurs auditeurs.

C‘est donc une loi normative pour l’Église encore aujourd’hui : ne pas annoncer le Christ ressuscité en Afrique avec les mêmes mots qu’en Europe. Enraciner la joie de Pâques dans les cultures africaines, orales et concrètes, pleines de magie et d’invisible, ne se fait pas de la même façon qu’en France par exemple, dans une culture marquée par la rationalité et l’abstraction. Le grand succès des Églises baptistes et évangéliques dans nos métropoles tient d’ailleurs largement à une inculturation réussie auprès des minorités ethniques : miracles, ferveur, émotion alliant la fête, le corps et l’expérience. La désaffection des jeunes générations pour les assemblées catholiques vient en grande partie d’un déficit d’inculturation : pas d’images PowerPoint ou multimédia, une musique exculturée, des mots difficiles, peu de participation… Il n’en faut pas plus pour transformer en corvée ce qui est au départ une joyeuse annonce !

 

 

La pédagogie du Ressuscité

Plus que jamais, il nous faut décrypter les valeurs et les codes des nouvelles cultures technologiques et urbaines qui émergent autour de nous. Plus que jamais il ne faut faire confiance à l’Esprit de Pentecôte pour s’appuyer sur les « semences du Verbe » répandues dans les cultures actuelles. Répéter un message ancien ne suffit pas : il faut le traduire sans cesse, le nettoyer de sa gangue d’autrefois pour en retrouver le noyau vital.

D’ailleurs, c’est ce que fait le ressuscité dans l’Évangile d’aujourd’hui (Luc 24).

Il commence par rejoindre ces deux hommes sur leur route d’Emmaüs, allant même jusqu’à s’éloigner avec eux de Jérusalem, ce qui est symbolique de leur état d’esprit désabusé après le vendredi maudit. Il les écoute, et laisse parler, pour s’imprégner de leurs références, pour comprendre leurs espoirs déçus. Après seulement, il leur annonce comme aux apôtres apeurés la joie de Pâques, mais à partir de ce qu’ils connaissent tous, à partir de leur identité profonde : Moïse, les prophètes, les psaumes, le Messie, l’Écriture.

Voilà ce que toute l’Église devrait commencer par faire : cheminer avec, écouter, comprendre la culture de l’autre de l’intérieur, lui parler avec ses mots pour que l’annonce de la Résurrection le touche au plus profond, le bouleverse dans ses entrailles.

 

Sommes-nous à la hauteur de ce défi ?

Que connaissons-nous de nos cultures environnantes ? des langues, des langages, des images et des références de nos contemporains ?

Question de génération, d’origines ethniques, d’éducation ou de milieu social : comment annoncer l’Évangile sans l’inculturer dans le monde de l’autre ?

Faisons l’effort de mieux connaître au moins l’une de ces cultures que nous ignorons (et que nous dénigrons sans doute); nous y découvrirons le Ressuscité, selon sa promesse : « je vous précède en Galilée » (Mc 14,28; 16,7), c’est-à-dire dans une culture que vous ne connaissez pas.

 

1ère lecture : Dieu a donné sa gloire à son serviteur Jésus (Ac 3, 13-15.17-19)
Lecture du livre des Actes des Apôtres

Devant tout le peuple, Pierre prit la parole :
« Hommes d’Israël, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a donné sa gloire à son serviteur Jésus, alors que vous, vous l’aviez livré ; devant Pilate, qui était d’avis de le relâcher, vous l’aviez rejeté.
Lui, le saint et le juste, vous l’avez rejeté, et vous avez demandé qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier.
Lui, le Chef des vivants, vous l’avez tué ; mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, nous en sommes témoins.
D’ailleurs, frères, je sais bien que vous avez agi dans l’ignorance, vous et vos chefs.
Mais Dieu qui, par la bouche de tous les prophètes, avait annoncé que son Messie souffrirait, accomplissait ainsi sa parole.
Convertissez-vous donc et revenez à Dieu pour que vos péchés soient effacés. »

Psaume : Ps 4, 2, 7, 9

R/ Révèle-nous, Seigneur, ton visage de lumière

Quand je crie, réponds-moi, Dieu, ma justice !
Toi qui me libères dans la détresse,
pitié pour moi, écoute ma prière ! 

Beaucoup demandent : 
« Qui nous fera voir le bonheur ? » 
Sur nous, Seigneur, que s’illumine ton visage ! 

Dans la paix moi aussi, je me couche et je dors, 
car tu me donnes d’habiter, Seigneur, 
seul, dans la confiance.

2ème lecture : Le Christ victime offerte pour nos péchés (1Jn 2, 1-5a)
Lecture de la première lettre de saint Jean
Mes petits enfants, je vous écris pour que vous évitiez le péché. Mais, si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste. Il est la victime offerte pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais encore pour ceux du monde entier. Et voici comment nous pouvons savoir que nous le connaissons : c’est en gardant ses commandements. Celui qui dit : « Je le connais », et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur : la vérité n’est pas en lui. Mais en celui qui garde fidèlement sa parole, l’amour de Dieu atteint vraiment la perfection.

Evangile : Le Christ ressuscité envoie les Apôtres en mission(Lc 24, 35-48)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur ressuscité est apparu à ses Apôtres, il leur a donné sa paix. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s »était passé sur la route, et comment ils avaient reconnu le Seigneur quand il avait rompu le pain.
Comme ils en parlaient encore, lui-même était là au milieu d’eux, et il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Frappés de stupeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit.
Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent en vous ? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os, et vous constatez que j’en ai. »
Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.
Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »
Ils lui offrirent un morceau de poisson grillé.
Il le prit et le mangea devant eux.
Puis il déclara : « Rappelez-vous les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il fallait que s’accomplisse tout ce qui a été écrit de moi dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. »
Alors il leur ouvrit l’esprit à l’intelligence des Écritures.
Il conclut : « C’est bien ce qui était annoncé par l’Écriture : les souffrances du Messie, sa résurrection d’entre les morts le troisième jour, et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.
C’est vous qui en êtes les témoins. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

11 février 2012

Pour en finir avec les lèpres

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Pour en finir avec les lèpres

 

Homélie du 6° Dimanche ordinaire  / Année B

12/02/2012

 

La lèpre physique

La Fondation Raoul Follereau dénombre environ 1 million de lépreux dans le monde en 2011, et 250 000 noveaux cas dépistés chaque année. Il suffirait de 240? par lépreux pour éradiquer cette maladie définitivement : une bagatelle si on voulait s’en donner les moyens au niveau mondial !

Mais la lèpre demeure. Elle continue à défigurer les corps. Elle continue à fabriquer des exclus à cause de la peur de la contagion et du dégoût qu’elle inspire.

Cela vient de loin. Le livre des Lévites nous rappelle la terrible méprise qui frappait les lépreux d’interdits. En ces temps pré-scientifiques, on croyait facilement que cette dégradation de la peau, des yeux, des extrémités du corps n’étaient que le symptôme d’une dégradation intérieure. D’où l’idée que ces malades devaient être également impurs sur le plan religieux. En plus, on pensait que c’était contagieux. En les obligeant à crier « impur, impur » et à habiter à l’écart, hors du camp, la loi juive ne faisait hélas qu’entériner ici des a priori meurtriers. Il faudra toute la liberté de Jésus pour oser enfreindre cette loi rituelle, et toucher un lépreux au lieu de l’exclure, se laisser toucher par lui pour le guérir et le réintégrer dans la communauté juive (« va te montrer au prêtre »).

Raoul Follereau ou le docteur Schweitzer nous ont aidé à surmonter nos peurs et nos préjugés vis-à-vis des lépreux. Médicalement, si on le voulait vraiment, on pourrait en finir avec cette affreuse maladie et l’éradiquer de la surface du globe. Mais, comme pour le paludisme qui fait tant de ravages, on se contente d’y mettre quelques pansements sans plus, peut-être parce que ce n’est pas une maladie de pays riches…

 

Les lèpres actuelles

Transposez cela aux lèpres modernes, visibles ou invisibles, qui défigurent nos sociétés, et que nous ne voulons pas vraiment éradiquer. La misère du quart-monde, dénoncée par le Père Joseph Wrézinski, est la plus criante. « Vêtements déchirés, cheveux en désordre, plaies purulentes, habitats de fortune à l’écart des autres » (Lv 13,45) : ces caractéristiques des lépreux d’autrefois collent encore au portrait des familles du quart-monde de nos bidonvilles, cités d’urgence ou baraquements provisoires.

Même l’impureté rituelle semble leur être collée sur le dos : on se détourne de ces silhouettes marquées physiquement par des années de misère, on se bouche le nez en croisant leurs effluves difficilement supportables, on détourne le regard de leurs visages abîmés.

 

Pourtant cette exclusion quasi rituelle n’a rien d’irrémédiable. Le Christ, en touchant les intouchables, nous redit que ceux que les hommes ont exclus, les hommes peuvent les réintégrer. En se laissant toucher par les impurs, le Fils de Dieu nous redit notre humanité la plus réelle : faire corps avec les damnés de la terre, pour leur redonner dignité, respect, lien social, communion avec Dieu et avec les autres.

 

L’exclusion dont la lèpre est la figure dans l’Évangile se décline de tant de manières autour de nous : ce membre de la famille qui n’est pas comme nous, ce collègue de travail qu’on tient à l’écart, cet ami qu’on raye de ses adresses lorsqu’il lui arrive ceci ou cela… D’ailleurs, il suffit d’avoir fait un jour l’expérience d’une forme de lèpre pour soi-même, quelle qu’elle soit, pour ressentir de l’intérieur la souffrance d’être déclaré impur aux yeux des autres.

 

Au-delà du pur et de l’impur

Or pour Jésus, personne n’est impur. Ni le collaborateur de l’occupant romain (Zachée), ni le fonctionnaire taxant le peuple (Lévi), ni la prostituée vendant son corps (Marie Madeleine), ni la femme adultère, ni le pharisien imbu de lui-même (Simon), ni le persécuteur fanatique (Paul) …

Les catégories du pur et de l’impur tombent dès lors que le Christ, le Saint de Dieu, nous révèle que la sainteté de Dieu n’est justement pas d’être séparé, mais d’être avec, de communier à, pour guérir et sauver.

Sur la croix, Jésus est l’impur par excellence, le maudit de Dieu (Dt 21,23 ; Ga 3,13).

Qui pourrait dès lors continuer à utiliser ces catégories de pur et d’impur qui ont volé en éclats ce vendredi-là ? Le premier à en bénéficier sera un criminel, un condamné à mort, rejeté hors de la ville comme Jésus. Il sera le premier à entrer au paradis…

 

Depuis lors, est impur le regard qui juge l’autre tel et non pas la personne jugée.

 

Lèpre physique, lèpres de l’exclusion sociale ou religieuse, lèpres de l’impureté imposée : si nous le voulons, nous pouvons éradiquer ces lèpres de nos relations, de nos sociétés.

Le voulons-nous vraiment ?

Les intouchables ne toucheront-t-il ?

 

 

1ère lecture : La loi ancienne sur les lépreux (Lv 13, 1-2.45-46)

Lecture du livre des Lévites

Le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron :
« Quand un homme aura sur la peau une tumeur, une inflammation ou une tache, qui soit une marque de lèpre, on l’amènera au prêtre Aaron ou à l’un des prêtres ses fils.
Le lépreux atteint de cette plaie portera des vêtements déchirés et les cheveux en désordre, il se couvrira le haut du visage jusqu’aux lèvres, et il criera : ‘Impur ! Impur !’
Tant qu’il gardera cette plaie, il sera impur. C’est pourquoi il habitera à l’écart, sa demeure sera hors du camp. »

 

Psaume : Ps 101, 2-3ab, 4-5, 6.13, 20-21

R/ N’oublie pas, Seigneur, le cri des malheureux

Seigneur, entends ma prière :
que mon cri parvienne jusqu’à toi !
Ne me cache pas ton visage
le jour où je suis en détresse !

Mes jours s’en vont en fumée,
mes os comme un brasier sont en feu ;
mon c?ur se dessèche comme l’herbe fauchée,
j’oublie de manger mon pain.

À force de crier ma plainte,
ma peau colle à mes os.
Mais toi, Seigneur, tu es là pour toujours ;
d’âge en âge on fera mémoire de toi.

Des hauteurs du sanctuaire, le Seigneur s’est penché ;
du ciel, il regarde la terre
pour entendre la plainte des captifs
et libérer ceux qui devaient mourir.

 

2ème lecture : Ne scandaliser personne (1Co 10, 31-33; 11, 1)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
tout ce que vous faites : manger, boire, ou n’importe quoi d’autre, faites-le pour la gloire de Dieu.
Ne soyez un obstacle pour personne, ni pour les Juifs, ni pour les païens, ni pour l’Église de Dieu.
Faites comme moi : en toutes circonstances je tâche de m’adapter à tout le monde ; je ne cherche pas mon intérêt personnel, mais celui de la multitude des hommes, pour qu’ils soient sauvés.
Prenez-moi pour modèle ; mon modèle à moi, c’est le Christ.

 

Evangile : Guérison d’un lépreux (Mc 1, 40-45)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Un grand prophète s’est levé parmi nous :
Dieu a visité son peuple. Alléluia. (Lc 7, 16)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Un lépreux vient trouver Jésus ; il tombe à ses genoux et le supplie : « Si tu le veux, tu peux me purifier. »
Pris de pitié devant cet homme, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. »
À l’instant même, sa lèpre le quitta et il fut purifié.
Aussitôt Jésus le renvoya avec cet avertissement sévère :
« Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre. Et donne pour ta purification ce que Moïse prescrit dans la Loi : ta guérison sera pour les gens un témoignage. »
Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte qu’il n’était plus possible à Jésus d’entrer ouvertement dans une ville. Il était obligé d’éviter les lieux habités, mais de partout on venait à lui.
Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,

16 avril 2011

C’est l’outrage et non pas la douleur

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

C’est l’outrage et non pas la douleur

Homélie pour le Dimanche des Rameaux / Année A
17/04/2011

Pourquoi réduire la Passion à la douleur physique ?

La flagellation, les coups, la crucifixion, l’asphyxie de la croix : beaucoup de commentaires de la Passion du Christ ont insisté sur la souffrance qu’il a endurée dans sa chair. Le dolorisme était aux siècles derniers une spiritualité extrémiste s’appuyant sur la contemplation de cette souffrance physique : c’est en proportion de sa douleur que Jésus aurait « mérité » le plus grand salut pour tous.

Le corollaire de cette position doloriste est inquiétant : plus nous souffrons, nous nous serions associés à la Passion du Christ, et donc plus nous contribuerions au salut du monde. D’où des excès insupportables, comme chaque année les crucifiés  des Philippines le Vendredi saint, les pénitents fouettés jusqu’au sang, et tous les vieux discours encore entendus sur le thème : « réjouissez-vous si vous souffrez. Offrez votre souffrance. Le Christ vous associe à sa Passion. »

Il peut arriver à des chrétiens de resservir ce discours doloriste révoltant aux malades ou à leurs familles. Comment offrir à Dieu quelque chose qui est mauvais en soi : la douleur ? « Ce que Dieu aime à recevoir, ce ne sont pas nos souffrances, mais la foi, l’espérance, l’amour que Dieu préserve en nous au coeur de nos souffrances » (Xavier Thévenot).

 

C’est l’outrage et non pas la douleur

Relisons la Passion telle que ce Dimanche des Rameaux nous l’a fait entendre chez Mathieu. C’est essentiellement un drame de la dérision, aboutissant à une solitude extrême. Aucun terme ne traduit une douleur physique exprimée par Jésus, aucun ! Nulle part il est écrit qu’il avait mal, qu’il criait ou pleurait de douleur. Il y a à peine quelques termes évoquant cette dimension : « ils le rouèrent de coups » (Mt 26,67).

Même la crucifixion n’est mentionnée qu’après coup, presque discrètement : « après l’avoir crucifié… » (27,35). On ne peut en faire moins sur cet instant pourtant terriblement douloureux.

Par contre, relevez toutes les expressions qui évoquent la dérision, la moquerie, l’insulte, ou la déréliction (sentiment d’abandon) :

- mon âme est triste à en mourir 26,38
- s’il est possible que cette coupe passe loin de moi 26,42
- livré aux mains des pécheurs 26,45
- trahi 26,46. 50
- suis-je donc un brigand ? 26,55
- il a blasphémé 26,65
- ils lui crachaient au visage 26,68
- ils le giflaient en disant : fais-nous le prophète, Messie ! 26, 68
- la foule lui préfère Barabbas, un criminel 27,22
- on lui impose la nudité, le manteau rouge, la couronne d’épines, le roseau en guise de sceptre, les agenouillements, tout cela pour se moquer de lui 27, 28-31
- vêtements tirés au sort 27,35
- écriteau parodiant une royauté lamentable 27,37
- insultes des passants, des chefs religieux, des brigands en croix avec lui 27,39-44
- cri de déréliction : Eli, Eli, lama sabbachtani 27,46
- grand cri final 27,50

Cette liste est impressionnante car elle fait ressortir que la Passion du Christ est une descente aux enfers en matière d’injures, d’insultes, de mépris, de moquerie, de dérision et de solitude.

Cette liste est également impressionnante car bon nombre de « moins que rien » de nos sociétés peuvent s’y reconnaître, hélas. 

Or cette liste ne parle pas de douleur physique. Jésus n’est pas le champion de la douleur, mais de l’amour offert jusqu’au bout, même à travers la souffrance.

C’est l’outrage, et non pas la douleur, qui est au coeur de la Passion du Christ.

Ce qui caractérise l’attitude du Fils ici, c’est d’aller partager la condition des méprisés, des maudits, des sans-Dieu. Et, pour lui qui est dans l’intimité du Père plus que nul autre, cette séparation est la souffrance la plus haute. Elle est spirituelle. Par amour, le Fils de Dieu va jusqu’au bout de la volonté de son Père : faire corps avec les damnés de la terre pour les ramener à lui ; aller chercher aux enfers et sauver ceux qui étaient perdus, en remontant avec eux.

Pour accomplir cette oeuvre de salut, Jésus va jusqu’à endurer la malédiction juive qui s’attache au crucifié : « maudit soit quiconque pend au bois de la croix » (Ga 3,13 ; Dt 21,23). Les maudits vont ainsi avoir Dieu lui-même comme compagnon de galère?

 

Au plus bas

Voilà le déchirement intérieur qui parcourt Jésus dans sa Passion : lui – le saint – fait corps avec les damnés ; lui – le Fils – est considéré comme un sans-Dieu ; lui - le juste - est assimilé au criminel ; lui - sur qui repose l’Esprit de communion - fait l’expérience de la solitude absolue (« pourquoi m’as-tu abandonné ? »).

En allant ainsi « jusqu’à l’extrême », Jésus va rejoindre les pécheurs, ceux qui se croyaient exclus de toute espérance, de toute considération humaine, de toute bienveillance divine. Avec lui, ils sortiront de leurs tombeaux : de la haine, de l’exclusion, de la dérision, du mépris, de la solitude, parce que le Christ aura eu la force de les rejoindre au plus bas.

 

L’offrande véritable

Arrêtons donc de faire l’éloge de la douleur ! Il n’y a rien à offrir dans la souffrance physique.

Par contre, le désir d’aimer peut traverser la douleur et devenir source de vie. Répétons-le : ce n’est pas par la douleur que le Christ a sauvé le monde, mais par sa solidarité avec les damnés de la terre, jusqu’à devenir l’un d’entre eux, et même le pire (blasphémateur et maudit).

 

Passionnés

Entendre la Passion du Christ, c’est entendre l’appel qu’il nous lance à aller avec lui faire corps avec ceux que l’on considère comme « perdus », ceux dont on se moque, ceux qui sont abandonnés.

Ou bien croire qu’il partage notre condition si nous faisons ces expériences terribles.

Impossible d’avoir ce courage sans la force de l’Esprit en nous ! Supplions donc l’Esprit de nous passionner, en étroite communion avec le Christ outragé, humilié, abandonné, et pourtant en cela vainqueur du mal.

 

 

 

 

Lecture de la Passion selon St Matthieu

  14 Alors l’un des Douze, appelé Judas Iscariote, se rendit auprès des grands prêtres  15 et leur dit: « Que voulez-vous me donner, et moi je vous le livrerai? » Ceux-ci lui versèrent 30 pièces d’argent.  16 Et de ce moment il cherchait une occasion favorable pour le livrer.

Préparatifs du repas pascal

  17 Le premier jour des Azymes, les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent: « Où veux-tu que nous te préparions de quoi manger la Pâque? »  18 Il dit: « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui: Le Maître te fait dire: Mon temps est proche, c’est chez toi que je vais faire la Pâque avec mes disciples. »  19 Les disciples firent comme Jésus leur avait ordonné et préparèrent la Pâque.

Annonce de la trahison de Judas

  20 Le soir venu, il était à table avec les Douze.  21 Et tandis qu’ils mangeaient, il dit: « En vérité je vous le dis, l’un de vous me livrera. »  22 Fort attristés, ils se mirent chacun à lui dire: « Serait-ce moi, Seigneur? »  23 Il répondit: « Quelqu’un qui a plongé avec moi la main dans le plat, voilà celui qui va me livrer!  24 Le Fils de l’homme s’en va selon qu’il est écrit de lui; mais malheur à cet homme-là par qui le Fils de l’homme est livré! Mieux eût valu pour cet homme-là de ne pas naître! »  25 A son tour, Judas, celui qui allait le livrer, lui demanda: « Serait-ce moi, Rabbi » — « Tu l’as dit », répond Jésus.

Institution de l’Eucharistie

  26 Or, tandis qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant: « Prenez, mangez, ceci est mon corps. »  27  Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant: « Buvez-en tous;  28 car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés.  29 Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce produit de la vigne jusqu’au jour où je le boirai avec vous, nouveau, dans le Royaume de mon Père. »

Prédiction du reniement de Pierre

  30 Après le chant des psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.  31 Alors Jésus leur dit: « Vous tous, vous allez succomber à cause de moi, cette nuit même. Il est écrit en effet: Je frapperai le pasteur, et les brebis du troupeau seront dispersées.  32 Mais après ma résurrection je vous précéderai en Galilée. »  33 Prenant la parole, Pierre lui dit: « Si tous succombent à cause de toi, moi je ne succomberai jamais. »  34 Jésus lui répliqua: « En vérité je te le dis: cette nuit même, avant que le coq chante, tu m’auras renié trois fois. »  35 Pierre lui dit: « Dussé-je mourir avec toi, non, je ne te renierai pas. » Et tous les disciples en dirent autant.

A Gethsémani

  36 Alors  Jésus parvient avec eux  à un domaine appelé Gethsémani, et il dit aux disciples: « Restez ici, tandis que je m’en irai prier là-bas. »  37 Et prenant avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à ressentir tristesse et angoisse.  38 Alors il leur dit: « Mon âme est triste à en mourir, demeurez ici et veillez avec moi. »  39 Etant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière: « Mon Père, s’il est possible, que  cette coupe passe loin de moi! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux. »  40 Il vient vers les disciples et les trouve en train de dormir; et il dit à Pierre: « Ainsi, vous n’avez pas eu la force de veiller une heure avec moi!  41 Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation: l’esprit est ardent, mais la chair est faible. »  42 A nouveau, pour la deuxième fois, il s’en alla prier: « Mon Père, dit-il, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite! »  43 Puis il vint et les trouva à nouveau en train de dormir; car leurs yeux étaient appesantis.  44 Il les laissa et s’en alla de nouveau prier une troisième fois, répétant les mêmes paroles.  45 Alors il vient vers les disciples et leur dit: « Désormais vous pouvez dormir et vous reposer: voici toute proche l’heure où le Fils de l’homme va être livré aux mains des pécheurs.  46 Levez-vous! Allons! Voici tout proche celui qui me livre. »

L’arrestation de Jésus

  47 Comme il parlait encore, voici Judas, l’un des Douze, et avec lui une bande nombreuse  armée de glaives et de bâtons, envoyée par les grands prêtres et les anciens du peuple.  48 Or le traître leur avait donné ce signe: « Celui à qui je donnerai un baiser, c’est lui; arrêtez-le. »  49 Et aussitôt il s’approcha de Jésus en disant: « Salut, Rabbi » , et il lui donna un baiser.  50 Mais Jésus lui dit: « Ami, fais ta besogne. » Alors, s’avançant, ils mirent la main sur Jésus et l’arrêtèrent.  51 Et voilà qu’un des compagnons de Jésus, portant la main à son glaive, le dégaina, frappa le serviteur du Grand Prêtre et lui enleva l’oreille.  52 Alors Jésus lui dit: « Rengaine ton glaive; car tous ceux qui prennent le glaive périront par le glaive.  53 Penses-tu donc que je ne puisse faire appel à mon Père, qui me fournirait sur-le-champ plus de douze légions d’anges?  54 Comment alors s’accompliraient les Ecritures d’après lesquelles il doit en être ainsi? »  55 A ce moment-là Jésus dit aux foules: « Suis-je un brigand, que vous vous soyez mis en campagne avec des glaives et des bâtons pour me saisir? Chaque jour j’étais assis dans le Temple, à enseigner, et vous ne m’avez pas arrêté. »  56 Or tout ceci advint pour que s’accomplissent les Ecritures des prophètes. Alors les disciples l’abandonnèrent tous et prirent la fuite.

Jésus devant le Sanhédrin

  57 Ceux qui avaient arrêté Jésus l’emmenèrent chez Caïphe le Grand Prêtre, où se réunirent les scribes et les anciens.  58 Quant à Pierre, il le suivait de loin, jusqu’au palais du Grand Prêtre; il pénétra à l’intérieur et s’assit avec les valets, pour voir le dénouement.

  59 Or, les grands prêtres  et le Sanhédrin tout entier cherchaient un faux témoignage contre Jésus, en vue de le faire mourir;  60 et ils n’en trouvèrent pas, bien que des faux témoins se fussent présentés en grand nombre. Finalement il s’en présenta deux,  61 qui déclarèrent: « Cet homme a dit: Je puis détruire le Sanctuaire de Dieu et le rebâtir en trois jours. »  62 Se levant alors, le Grand Prêtre lui dit: « Tu ne réponds rien? Qu’est-ce que ces gens attestent contre toi? »  63 Mais Jésus se taisait. Le Grand Prêtre lui dit: « Je t’adjure par le Dieu Vivant de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu » –  64  »Tu l’as dit, lui dit Jésus. D’ailleurs je vous le déclare: dorénavant, vous verrez le Fils de l’homme siégeant à droite de la Puissance et venant sur les nuées du ciel. »  65 Alors le Grand Prêtre déchira ses vêtements en disant: « Il a blasphémé! qu’avons-nous encore besoin de témoins? Là, vous venez d’entendre le blasphème!  66 Qu’en pensez-vous? » Ils répondirent: « Il est passible de mort. »

  67 Alors ils lui crachèrent au visage et le giflèrent; d’autres lui donnèrent des coups  68 en disant: « Fais le prophète, Christ, dis-nous qui t’a frappé. »

Reniements de Pierre

  69 Cependant Pierre était assis dehors, dans la cour. Une servante s’approcha de lui en disant: « Toi aussi, tu étais avec Jésus le Galiléen. »  70 Mais lui nia devant tout le monde en disant: « Je ne sais pas ce que tu dis. »  71 Comme il s’était retiré vers le porche, une autre le vit et dit à ceux qui étaient là: « Celui-là était avec Jésus le Nazôréen. »  72 Et de nouveau il nia avec serment: « Je ne connais pas cet homme. »  73 Peu après, ceux qui se tenaient là s’approchèrent et dirent à Pierre: « Sûrement, toi aussi, tu en es: et d’ailleurs ton langage te trahit. »  74 Alors il se mit à jurer avec force imprécations: « Je ne connais pas cet homme. » Et aussitôt un coq chanta.  75 Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite: « Avant que le coq chante, tu m’auras renié trois fois. » Et, sortant dehors, il pleura amèrement.

Jésus est livré à Pilate

                27  1 Le matin étant arrivé, tous les grands prêtres et les anciens du peuple tinrent un conseil contre Jésus, en sorte de le faire mourir.  2 Et, après l’avoir ligoté, ils l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate le gouverneur.

Mort de Judas

  3 Alors Judas, qui l’avait livré, voyant qu’il avait été condamné, fut pris de remords et rapporta les 30 pièces d’argent aux grands prêtres et aux anciens:  4  »J’ai péché, dit-il, en livrant un sang innocent. » Mais ils dirent: « Que nous importe? A toi de voir. »  5 Jetant alors les pièces dans le sanctuaire, il se retira et s’en alla se pendre.  6 Ayant ramassé l’argent, les grands prêtres dirent: « Il n’est  pas permis de le verser au trésor, puisque c’est le prix du sang. »  7 Après délibération, ils achetèrent avec cet argent le « champ du potier » comme lieu de sépulture pour les étrangers.  8 Voilà pourquoi ce champ-là s’est appelé jusqu’à ce jour le « Champ du Sang. »  9 Alors s’accomplit l’oracle de Jérémie le prophète: Et ils prirent les 30 pièces d’argent, le prix du Précieux qu’ont apprécié des fils d’Israël,  10 et ils les donnèrent pour le champ du potier, ainsi que me l’a ordonné le Seigneur.

Jésus devant Pilate

  11 Jésus fut amené en présence du gouverneur et le gouverneur l’interrogea en disant: « Tu es le Roi des Juifs? » Jésus répliqua: « Tu le dis. »  12 Puis, tandis qu’il était accusé par les grands prêtres et les anciens, il ne répondit rien.  13 Alors Pilate lui dit: « N’entends-tu pas tout ce qu’ils attestent contre toi? »  14 Et il ne lui répondit sur aucun point, si bien que le gouverneur était fort étonné.

  15 A chaque Fête, le gouverneur avait coutume de relâcher à la foule un prisonnier, celui qu’elle voulait.  16 On avait alors un prisonnier fameux, nommé Barabbas.  17 Pilate dit donc aux gens qui se trouvaient rassemblés: « Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas, ou Jésus que l’on appelle Christ? »  18 Il savait bien que c’était par jalousie qu’on l’avait livré.

  19 Or, tandis qu’il siégeait au tribunal, sa femme lui fit dire: « Ne te mêle point de l’affaire de ce juste; car aujourd’hui j’ai été très affectée dans un songe à cause de lui. »

  20 Cependant, les grands prêtres et les anciens persuadèrent aux foules de réclamer Barabbas et de perdre Jésus.  21 Prenant la parole, le gouverneur leur dit: « Lequel des deux voulez-vous que je vous relâche? » Ils dirent: « Barabbas. »  22 Pilate leur dit: « Que ferai-je donc de Jésus que l’on appelle Christ? » Ils disent tous: « Qu’il soit crucifié! »  23 Il reprit: « Quel mal a-t-il donc fait? » Mais ils criaient plus fort: « Qu’il soit crucifié! »  24 Voyant alors qu’il n’aboutissait à rien, mais qu’il s’ensuivait plutôt du tumulte, Pilate prit de l’eau et se lava les mains en présence de la foule, en disant: « Je ne suis pas responsable de ce sang; à vous de voir! »  25 Et tout le peuple répondit: « Que son sang soit sur nous et sur nos enfants! »  26 Alors il leur relâcha Barabbas; quant à Jésus, après l’avoir fait flageller, il le livra pour être crucifié.

Le couronnement d’épines

  27 Alors les soldats du gouverneur prirent avec eux Jésus dans le Prétoire et ameutèrent sur lui toute la cohorte.  28 L’ayant dévêtu, ils lui mirent une chlamyde écarlate,  29 puis, ayant tressé une couronne avec des épines, ils la placèrent sur sa tête, avec un roseau dans sa main droite. Et, s’agenouillant devant lui, ils se moquèrent de lui en disant: « Salut, roi des Juifs! »  30 et, crachant sur lui, ils prenaient le roseau et en frappaient sa tête.  31 Puis, quand ils se furent moqués de lui, ils lui ôtèrent la chlamyde, lui remirent ses vêtements et l’emmenèrent pour le crucifier.
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , ,

23 décembre 2010

La bienveillance de Noël

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La bienveillance de Noël

 

Homélie de la nuit de Noël / Année A

Vendredi 24 Décembre 2010

 

Une joie tournée vers le présent

La joie de cette nuit de la Nativité n’est pas une nostalgie de l’enfance, des paquets-cadeaux sous le sapin et des chants traditionnels dans l’église trop petite…

C’est une joie résolument tournée vers le présent. C’est une joie qui regarde le bien grandir au milieu des hommes. C’est une bienveillance humaine qui répond à la bienveillance divine, en se fondant sur elle. Puisque Dieu voit en l’homme assez de bien potentiel pour se faire l’un d’entre nous, comment ne pas en retour développer nous aussi ce regard de  bienveillance sur ceux qui nous entourent, sur notre planète, sur toute forme de vie témoignant de sa source ?

 

Voir le bien

- Isaïe nous invitait à tourner nos yeux vers la lumière qui se lève plutôt que vers les ténèbres qui durent encore : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ».

- Le psaume 95 chantait un chant nouveau pour s’émerveiller de la beauté du salut et de la création, provenant tous les deux de la sollicitude d’un Dieu qui veut la réussite de ses enfants. « Chantez au Seigneur un chant nouveau, chantez au Seigneur, terre entière ». Même « les arbres des forêts dansent de joie devant la face du Seigneur, car il vient » !

- Paul, lui, fixait son regard intérieur sur la manifestation de la grâce de Dieu plus que sur les dégâts provoqués par les « passions d’ici-bas ».

- Et notre évangile de Noël montre la bienveillance de Dieu se manifester d’abord auprès des mal-aimés de l’époque : les bergers, ces nomades à la culture si différente… Dieu voit en eux la capacité de s’émerveiller et d’annoncer : les bergers adoreront l’enfant de l’étable, ils proclameront à tous cette merveille. Du coup, la bienveillance de Dieu s’étendra à l’univers entier : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ».

 

·       Qu’est-ce que la bienveillance, sinon – comme le mot l’indique – la capacité de voir le bien en l’autre, pour en susciter la croissance, l’encourager, le soutenir… ?

À Noël, Dieu se révèle bienveillant.

En ce bébé fragile, il fait le pari de la croissance en chacun de nous ce qui est le meilleur, même si c’est fragile. Il voit ce qui peut naître en nous, et détourne son regard de ce qui nous fait mourir. Il fait le pari du lumineux en nous, et se détourne du « côté obscur » de chacun. Il n’excuse pas le mal présent au coeur de tout homme, mais il lui enlève son pouvoir de destruction en préférant consacrer toute son énergie à la naissance du bien, mélangé au reste.

Cette bienveillance de Dieu à notre égard est le fondement de notre propre bienveillance à l’égard des autres, à l’égard du monde.

Celui qui contemple le bien à l’oeuvre sera transformé en ce qu’il contemple. Celui qui se laisse fasciner par le mal sera envahi par lui.

 

De l’idole à l’icône

·       Les psaumes décrivent de manière réaliste comment la fascination pour les idoles La bienveillance de Noël dans Communauté spirituelle 41M40EZED4L._SL500_AA300_transforme les adorateurs en ce qu’ils contemplent : une statue inanimée.

  Leurs idoles sont de l’argent et de l’or,

  Elles sont l’ouvrage de la main des hommes.

  Elles ont une bouche et ne parlent point,

  Elles ont des yeux et ne voient point,

  Elles ont des oreilles et n’entendent point,

  Elles ont un nez et ne sentent point,

  Elles ont des mains et ne touchent point,

  Des pieds et ne marchent point,

  Elles ne produisent aucun son dans leur gosier.

  Ils leur ressemblent, ceux qui les fabriquent,

  Tous ceux qui se confient en elles. »

  Ps 115, 4-8

 

·       Souvenez-vous de la femme de Lot : quand elle se retourna vers Sodome qu’elle vient de quitter, elle est transformée en statue de sel (Gn 19,26). Comme si regarder à nouveau le mal derrière soi nous pétrifiait, nous empêchait d’avancer, en nous transformant en statue de sel, à l’image de la ville malveillante : stérile et morte. L’idole pétrifie celui qui la contemple. L’icône ouvre le regard à l’invisible.

 

·       « La lampe du corps, c’est ton oeil » (Lc 11,34). On sait mieux encore aujourd’hui, avec les sciences humaines, que ce qui rentre par notre oeil façonne également notre coeur. Si  tu contemples le mal, il prolifèrera. Si tu veux voir d’abord le bien, il fleurira, en toi et autour de toi.

 

·       La mal-veillance de prendre tant de formes : du goût pour les faits divers jusqu’au cynisme devant les dysfonctionnements de ce monde, en passant par la critique malsaine et les paroles négatives… Voir le mal nous transforme en ce que nous contemplons.

La bienveillance, elle, fait le pari de la croissance de l’autre. Elle espère en sa capacité à progresser. Elle fait confiance à ses talents, petits et faibles maintenant, mais potentiellement si féconds.

 

Le quotidien ?La Croix’ s’exerce à ce regard de bienveillance : pendant 4 semaines, il publie un reportage consistant sur « ce qui va bien en France », justement pour combattre cette sinistrose des mauvaises nouvelles dont les médias sont si gourmands.

 

CHATBO11-1024x347 bienveillance dans Communauté spirituelle

 

L’enfant de la crèche nous habitue à ce regard de bienveillance.

- En lui, en ce bébé, Dieu épouse notre rythme humain de croissance personnelle : lent, graduel, patient…

- Pour attirer vers lui, Dieu ne regarde pas les bergers avec les yeux de la société environnante : il les enveloppe de sa bienveillance.

- Grâce à lui, les regards des bergers nous apprennent la bienveillance sur ce qui naît.

- À cause de lui, les anges invitent tout l’univers à ce même regard de bienveillance envers Dieu et envers les hommes : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ».

 

·       Alors, en cette nuit de Noël, revenons à la source de toute bienveillance.

Ne sortons pas de cette eucharistie sans désirer, avec persévérance et obstination, poser  sur nos proches, nos voisins, nos collègues… un réel regard bienveillant.

Dans les semaines qui viennent, posons-nous la question : que puis-je voir de bien en l’autre ? Comment m’exercer à cette bien-veillance ?

 

Messe de la Nuit 


1ère lecture : Le prince de la paix (Is 9, 1-6)

Lecture du livre d’Isaïe

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi.
Tu as prodigué l’allégresse, tu as fait grandir la joie : ils se réjouissent devant toi comme on se réjouit en faisant la moisson, comme on exulte en partageant les dépouilles des vaincus.
Car le joug qui pesait sur eux, le bâton qui meurtrissait leurs épaules, le fouet du chef de corvée, tu les as brisés comme au jour de la victoire sur Madiane.
Toutes les chaussures des soldats qui piétinaient bruyamment le sol, tous leurs manteaux couverts de sang, les voilà brûlés : le feu les a dévorés.
Oui ! un enfant nous est né, un fils nous a été donné ; l’insigne du pouvoir est sur son épaule ; on proclame son nom : « Merveilleux-Conseiller, Dieu-Fort,Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix ».
Ainsi le pouvoir s’étendra, la paix sera sans fin pour David et pour son royaume. Il sera solidement établi sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Voilà ce que fait l’amour invincible du Seigneur de l’univers.

 

Psaume : Ps 95, 1-2a, 2b-3, 11-12a, 12b-13ac

 

R/ Aujourd’hui, un Sauveur nous est né :
c’est le Christ, le Seigneur.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
pour gouverner le monde avec justice.

2ème lecture : La grâce de Dieu s’est manifestée (Tt 2, 11-14)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre à Tite

La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes.
C’est elle qui nous apprend à rejeter le péché et les passions d’ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnable, justes et religieux,
et pour attendre le bonheur que nous espérons avoir quand se manifestera la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur.
Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.

 

Evangile : Naissance de Jésus (Lc 2, 1-14)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Je vous annonce une grande joie. Aujourd’hui nous est né un Sauveur : c’est le Messie, le Seigneur !Alléluia. (cf. Lc 2, 10-11)
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre ? ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. ?
Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d’origine.
Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David.
Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter.
Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux.
L’ange du Seigneur s’approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte,
mais l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur.
Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. »
 

Patrick Braud 

Mots-clés : , , , , ,
1...1011121314