L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : polytheisme valeurs

15 août 2021

« En même temps » : pas très biblique !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

« En même temps » : pas très biblique !

21° Dimanche du Temps Ordinaire / Année B
22/08/2021

Cf. également :

Le polythéisme des valeurs
Sur quoi fonder le mariage ?
L’homme, la femme, et Dieu au milieu
Voulez-vous partir vous aussi ?
La liberté de partir ou de rester
Le peuple des murmures

Un marqueur macronien

« En même temps » : pas très biblique ! dans Communauté spirituelle« Celui qui court deux lièvres à la fois n’en prend aucun » (Érasme).
Un chasseur qui voudrait tirer sur deux lièvres en même temps est sûr de rentrer  bredouille, car ces derniers s’enfuient chacun dans des directions opposées. Les chasseurs savent qu’il ne leur faut chasser qu’un lièvre à la fois. L’expression est ainsi née pour montrer qu’il ne sert à rien de vouloir faire plusieurs choses contradictoires en même temps : ça se finit toujours mal.

Dès sa déclaration de candidature en 2016, Emmanuel Macron a employé cette expression qui est devenue ensuite un leitmotiv de ses discours et de sa pensée : « en même temps ». C’est même devenu le titre d’une émission d’actualité sur une chaîne d’information en continu ! Il voulait être à la fois de gauche et de droite, social-démocrate et libéral, souverainiste et européen, pour la rigueur et pour la relance, pour la liberté et la sécurité… Même si ses détracteurs l’accusent d’avoir depuis fait pencher la balance vers le deuxième  terme, il assume encore aujourd’hui cette volonté de dépasser les anciens clivages pour inaugurer un Nouveau Monde réconciliant deux Français sur trois, comme l’avait dit Giscard il y a quelques décennies. Lors d’un rassemblement de son mouvement à Paris-Bercy en avril 2017, il relevait qu’on le moquait à ce sujet, et demandait à ses militants de scander la formule. Il affirmait : « Je continuerai de le dire dans mes phrases et dans ma pensée, car ça signifie que l’on prend en compte des principes qui paraissaient opposés ».

La tentative semble se retourner contre lui, si l’on en croit les sondages. Seul un second  tour avec Marine Le Pen lui assurerait une réélection confortable, lui faisant ainsi gagner à nouveau le pari du « en même temps ». Pourtant, les contradictions accumulées par ses ambitions paradoxales deviennent de plus en plus impopulaires.

Chantal Del Sol (de l’Institut) critique avec pertinence cette logique politique qui veut tout et son contraire, ou pour le dire plus vulgairement : le beurre et l’argent du beurre (et la crémière avec !) :

tu ne peux désirer une chose et cultiver son contraire« La pensée inclusive représente un courant de pensée très actif au sein de l’Occident contemporain. Les hiérarchies morales étant bannies parce que discriminantes, tous les comportements ou façons de voir sont également bons. Cette indistinction éthique engendre ce qu’on appelle ici l’inclusion : rien n’est exclu, tout est inclus. Dans la vie sociale, l’exemple souvent invoqué est celui des types de famille : ladite « famille normale » (père mère enfants) perd sa prééminence et tous les autres types de famille sont également légitimes et considérés. La hantise présente de la discrimination relève d’un imbroglio conceptuel. Que tous les humains quels que soient leur rang ou leurs capacités soient également dignes et égaux en valeur, c’est pour nous une certitude profonde, enracinée dans nos origines culturelles. De cette dignité substantielle égale un déduit, dans un raccourci saisissant, que tous les comportements sont égaux en valeur.
L’indistinction éthique produit des retombées significatives sur l’éthique de la décision. En effet, pourquoi choisir tel parti plutôt que tel autre, telle option plutôt que telle autre ? (…)
Vouloir tous les bienfaits à la fois : conscient de cette apparente contradiction, un fonctionnaire européen (Ulrich Pieck) lui conférait un nouveau nom : « le loyalisme polygame ».
La pensée du « en même temps » ne rejette ni ne repousse rien. Exclure, c’est décréter incompatible avec un ensemble. Dans cette vision des choses, rien n’est incompatible tout doit être inclus. Il n’existe plus de divergences, seulement des différences qui sont toutes bienvenues, puisque toutes ont la même valeur. (…)
La philosophie de l’inclusion qui se trouve derrière le fameux « en même temps » traduit à la fois une forme de relativisme moral et une neutralisation volontaire des convictions, bien caractéristique de l’époque. (…)
L’appel à « tout choisir » révèle aussi cette incapacité du choix révélatrice du caractère infantile de la modernité. Cette incapacité de choix que l’on voyait à l’œuvre, par exemple, chez Gide : « ce qu’il y a de perles dans la mer, de plumes blanches au bord des gaffes, je ne les ai pas encore toutes comptées. Choisir c’était renoncer pour toujours, pour jamais, à tout le reste » dit l’auteur des Nourritures terrestres : hé oui ! Cela s’appelle grandir. Infantile, cette incapacité à choisir traduit le refus du caractère substantiellement tragique de l’existence. (…)
La volonté de tout aimer est un oubli de la conviction, et par là un refus de croire et d’espérer, un état d’ataraxie pragmatique où tout se vaut et où rien ne vaut. C’est en fait un état d’esprit flottant et dilatoire, qui relève du papillonnage immature et du refus des convictions profondes. (…)
Nous n’avons pas besoin d’infantilisme politique.
Le Figaro, 14/05/2020, p. 17

 

Israël ne sait pas sur quel pied danser

A cloche-piedC’est bien cette hésitation perpétuelle entre les deux termes d’une alternative que vise notre première lecture (Jos 24, 1-18) :
« Élie se présenta devant la foule et dit : ‘Combien de temps allez-vous danser pour l’un et pour l’autre (‘clocherez-vous des deux jarrets’, trad. BJ) ? Si c’est le Seigneur qui est Dieu, suivez le Seigneur ; si c’est Baal, suivez Baal.’ Et la foule ne répondit mot » (1 R 18, 21).

L’archéologie moderne a confirmé la permanence de cette valse-hésitation parmi les douze tribus pendant des siècles en fait. Car on a retrouvé des statuettes de déesses païennes étrangères dans des ruines de villes israélites dans tout Canaan, à toutes les époques. Il semble bien que le monothéisme n’ait jamais complètement réussi à s’imposer dans les esprits hébreux ! D’où l’engueulade d’Élie qui reproche au peuple de vouloir jouer sur tous les tableaux, au cas où… Un Dieu unique pour la sortie d’Égypte, beaucoup de dieux païens pour la pluie, les récoltes, la famille etc.

Cette indécision est le marqueur de l’immaturité spirituelle d’Israël.
Avouons qu’elle est toujours de notre époque : les soi-disant voyants, sorciers et autres guérisseurs et charlatans pullulent pour exploiter la crédulité grandissante des gens ne sachant plus qui croire. La question de la vérité disparaît au profit de la tolérance, érigée en idole du vivre-ensemble. Dès lors, toutes les opinions, toutes les mœurs, toutes les religions se valent et chacun peut naviguer de l’une à l’autre selon les opportunités, selon ses intérêts, comme cela lui chante.

Or la première Alliance n’aime pas le « en même temps », parce qu’il est polythéiste.
Le grand sociologue allemand Max Weber appelait d’ailleurs « polythéisme des valeurs »  cette caractéristique de la modernité : ne pas pouvoir/vouloir choisir entre des valeurs pourtant antagonistes, conflictuelles, irréconciliables :

Il s’agit en fin de compte, partout et toujours, à propos de l’opposition entre valeurs, non seulement d’alternatives, mais encore d’une lutte mortelle et insurmontable, comparable à celle qui oppose « Dieu » et le « diable ». [1]
Pour autant que la vie a en elle-même un sens et qu’elle se comprend d’elle-même, elle ne connaît que le combat éternel que les dieux se font entre eux ou, en évitant la métaphore, elle ne connaît que l’incompatibilité des points de vue ultimes possibles, l’impossibilité de régler leurs conflits et par conséquent la nécessité de se décider en faveur de l’un ou de l’autre. [2]

Faire croire qu’on peut tout choisir en même temps, c’est tomber dans le piège du relativisme où se dissolvent les convictions, les identités, engendrant l’indifférenciation et à la fin une violence extrême comme réaction de survie.

 

L’ambiguïté du « en même temps » catholique

 décision dans Communauté spirituelleCependant, les cathos paraissent à l’aise avec ce « en même temps » macronien. C’est qu’il y a dans la foi catholique une prime au et inclusif par rapport au ou exclusif. Ainsi Jésus-Christ est vrai homme et vrai Dieu. Dieu est un et trine. Il faut laisser pousser l’ivraie et le bon grain ensemble. Et tenir ensemble la foi et les œuvres, l’unique médiation du Christ et l’intercession de Marie, l’égale dignité de tous les baptisés et la hiérarchie ecclésiastique, le royaume déjà là et pas encore réalisé etc. La théologie est bourrée de ces paires paradoxales qui doivent rester en tension. La foi catholique ressemble parfois à la traversée du funambule sur un câble au-dessus de l’abîme… : tout se joue sur un fil, et le moindre excès d’un côté ou de l’autre fait tomber dans l’hérésie, le schisme, la superstition, le fanatisme…

À y regarder de près, Jésus quant à lui n’est pas très à l’aise avec ce « en même temps ». Il demande à ceux qui le suivent de choisir entre lui et la richesse (cf. le jeune homme riche), lui et le culte des morts (« laisse les morts enterrer leurs morts »), lui et la famille de sang (« qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi »). Il exige que ses disciples fassent des choix courageux : « vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent » ; « qui n’est pas avec moi est contre moi » ; « il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » ; « secouez la poussière de vos pieds »…

Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers, décrivait avec justesse cette ambiguïté du « en même temps » pour les catholiques :

Le chrétien se trouve à l’aise avec cette expression, elle résonne avec le cœur de sa foi : elle dit la personne de Jésus Christ, qui est vrai Dieu et qui est vrai homme. Elle est aussi le test de la justesse de la formulation de cette foi qui toujours conjoint et jamais ne sépare. On a pu souligner que la conjonction de coordination qui appartient à la logique chrétienne, c’est le « et » et non le « ou bien ». Ainsi de Jésus Christ et ainsi de la vocation du chrétien : il est pleinement de ce monde et pleinement du Royaume des cieux, vivant d’une double citoyenneté.
« Je choisis tout »
Cependant – pour ne pas dire en même temps – l’expression macronienne résonne aussi avec la culture des premières décennies du XXI° siècle, elle exprime la difficulté ou le refus du choix. C’est un peu comme si tout le monde, sans bien sûr s’en revendiquer explicitement, prenait pour modèle sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et son : « je choisis tout ».
En fait, on ne veut rien s’interdire, on estime même que l’on n’a pas le droit de s’interdire quoi que ce soit, jusqu’à être transgressif. Cette attitude produit des vies perpétuellement sollicitées, jusqu’à une extrême fatigue, physique peut-être, existentielle surtout.
Je constate que l’éducation des enfants est trop souvent inscrite sous ce paradigme : plutôt que de les aider à approfondir, ou bien un sport, ou bien un art, ce qui, je le reconnais, est exigeant, chaque année les verra s’initier au javelot, puis au foot, puis au violon, puis au hip-hop, etc. Paradoxe d’une société des 35 heures et de la réduction des heures scolaires qui voit la fatigue se développer.
(La Croix 03/07/2018).

 

Le « en même temps » freudien

91Lnvf1Fd6L en même tempsLa psychanalyse apporte elle aussi un flot d’arguments pour se méfier du « en même temps » caractéristique de l’adolescence. La nostalgie de la fusion maternelle où prévalait le principe de plaisir (‘tout, tout de suite’) amène l’être humain en construction à vouloir régresser vers cet état fantasmé de toute-puissance où tout était possible à la fois. Or grandir c’est choisir. La sagesse populaire ajoute : choisir, c’est mourir un peu ; ce qui est vrai, car renoncer à l’une ou l’autre branche d’une alternative implique de mourir à tous les possibles contenus dans cette voie. Mais c’est pour renaître à l’accomplissement adulte de l’exploration d’un choix.

Vouloir être en même temps homme et femme, plombier et policier, parisien et marseillais, hindou et musulman etc. ne peut mener qu’à l’éclatement de l’identité personnelle. Et à une immaturité dangereuse. L’adolescence – ou plutôt l’adulescence – de notre société est révélatrice d’une structuration psychologique inachevée de bon nombre des citoyens, générant une culture relativiste où toutes les options sont valables. Et ne rêvons pas ne pas être concerné nous-même ! Vouloir tout et son contraire est une tentation qui guette chacun d’entre nous, dans bien des domaines.

 

Une éthique de la décision

Alors, laissons Élie nous réveiller à nouveau ce dimanche : « choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir ! », et réécoutons le Christ dans notre Évangile (Jn 6, 60-69) nous demande de chute de choisir ou de partir, mais non de rester dans l’entre-deux : « Voulez-vous partir, vous aussi ? »

C26b MacronL’indécision n’est pas éthique. C’est de l’infantilisme (spirituel, politique, psychologique).
Une éthique de la décision suppose le courage de choisir, donc de renoncer, d’éliminer.
Ne pas décider est la pire des irresponsabilités.

Choisir est possible
Nous sommes en effet dans une société de sollicitations perpétuelles, tant pour les objets, que pour les passions, que pour les amours ; on estime que l’on n’a pas le droit de dire « non » à quoi, ou à qui que ce soit.
A contrario, l’enjeu principal de l’éducation ne serait-il pas de montrer que choisir est possible, possible et nécessaire ? Mais pour cela, il faut accepter de ne pas être tout, de ne pas faire tout. Il faut accepter de se reconnaître des limites, aussi de s’en choisir. Il faut accepter d’être un homme et non une divinité du panthéon romain (Mgr. Pascal Wintzer, ibid.)

 

Prenons le temps cet été de réfléchir sur les indécisions qui sont les nôtres.
Jusqu’à quand allons-nous courir plusieurs lièvres à la fois ?

 


[1]. Max Weber, Essais sur la théorie de la science, Quatrième essai : « Essai sur le sens de la « neutralité axiologique » dans les sciences sociologiques et économiques” (1917), p. 21.

[2]ibid., p. 26.

 

 

LECTURES DE LA MESSR

PREMIÈRE LECTURE
« Nous voulons servir le Seigneur, car c’est lui notre Dieu » (Jos 24, 1-2a.15-17.18b)

Lecture du livre de Josué

En ces jours-là, Josué réunit toutes les tribus d’Israël à Sichem ; puis il appela les anciens d’Israël, avec les chefs, les juges et les scribes ; ils se présentèrent devant Dieu. Josué dit alors à tout le peuple : « S’il ne vous plaît pas de servir le Seigneur, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir : les dieux que vos pères servaient au-delà de l’Euphrate, ou les dieux des Amorites dont vous habitez le pays. Moi et les miens, nous voulons servir le Seigneur. » Le peuple répondit : « Plutôt mourir que d’abandonner le Seigneur pour servir d’autres dieux ! C’est le Seigneur notre Dieu qui nous a fait monter, nous et nos pères, du pays d’Égypte, cette maison d’esclavage ; c’est lui qui, sous nos yeux, a accompli tous ces signes et nous a protégés tout le long du chemin que nous avons parcouru, chez tous les peuples au milieu desquels nous sommes passés. Nous aussi, nous voulons servir le Seigneur, car c’est lui notre Dieu. »

PSAUME
(Ps 33 (34), 2-3, 16-17, 20-21, 22-23)
R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur ! (cf. Ps 33, 9)

Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m’entendent et soient en fête !

Le Seigneur regarde les justes,
il écoute, attentif à leurs cris.
Le Seigneur affronte les méchants
pour effacer de la terre leur mémoire.

Malheur sur malheur pour le juste,
mais le Seigneur chaque fois le délivre.
Il veille sur chacun de ses os :
pas un ne sera brisé.

Le mal tuera les méchants ;
ils seront châtiés d’avoir haï le juste.
Le Seigneur rachètera ses serviteurs :
pas de châtiment pour qui trouve en lui son refuge.

DEUXIÈME LECTURE
« Ce mystère est grand : je le dis en référence au Christ et à l’Église » (Ep 5, 21-32)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères, par respect pour le Christ, soyez soumis les uns aux autres ; les femmes, à leur mari, comme au Seigneur Jésus ; car, pour la femme, le mari est la tête, tout comme, pour l’Église, le Christ est la tête, lui qui est le Sauveur de son corps. Eh bien ! puisque l’Église se soumet au Christ, qu’il en soit toujours de même pour les femmes à l’égard de leur mari.
Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : il a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle, afin de la rendre sainte en la purifiant par le bain de l’eau baptismale, accompagné d’une parole ; il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel ; il la voulait sainte et immaculée. C’est de la même façon que les maris doivent aimer leur femme : comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime soi-même. Jamais personne n’a méprisé son propre corps : au contraire, on le nourrit, on en prend soin.
C’est ce que fait le Christ pour l’Église, parce que nous sommes les membres de son corps. Comme dit l’Écriture : À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Ce mystère est grand : je le dis en référence au Christ et à l’Église. 

ÉVANGILE
« Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » (Jn 6, 60-69)
Alléluia. Alléluia. Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie ; tu as les paroles de la vie éternelle. Alléluia. (cf. Jn 6, 63c.68c)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus avait donné un enseignement dans la synagogue de Capharnaüm. Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent : « Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? » Jésus savait en lui-même que ses disciples récriminaient à son sujet. Il leur dit : « Cela vous scandalise ? Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant !… C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui le livrerait. Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. »
 À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner. Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »
.Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

4 juillet 2021

Obligation de moyens, pas de résultat

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Obligation de moyens, pas de résultat

Homélie pour le 15° Dimanche du Temps Ordinaire / Année B
11/07/2021

Cf. également :

Deux par deux, sans rien pour la route
Le polythéisme des valeurs
Plus on possède, moins on est libre
Secouez la poussière de vos pieds
Medium is message
Briefer et débriefer à la manière du Christ

Obligation de moyens, pas de résultat dans Communauté spirituelle

Amer constat

Mai 2021. Juste après la levée de l’interdiction des 10 kms, nous nous retrouvons avec trois couples amis pour goûter la liberté retrouvée. Bien sûr, les nouvelles des enfants et petits-enfants sont au menu de nos conversations. Au fil des échanges, un constat s’impose à eux : ‘nous qui sommes cathos, convaincus et engagés, nous avons transmis à nos enfants ce patrimoine spirituel et ecclésial. Mais très peu l’ont repris à leur compte, excepté les valeurs chrétiennes qu’ils ont adoptées et pour lesquelles ils nous sont reconnaissants. À la génération en dessous, qu’en sera-t-il ? Car sur les 14 petits-enfants que nous cumulons (à 3 couples) aucun n’est baptisé’…

Il y avait une pointe de déception dans ce froid constat, et également beaucoup d’interrogations : ‘qu’aurions-nous raté ? qu’est-ce qui relève de notre responsabilité ? la foi ne se transmet-elle donc pas ? sommes-nous désavoués par le désintérêt pratique de nos enfants envers l’Église ?’… Malgré des dynasties de familles intelligemment ancrées dans la foi chrétienne depuis des lustres, il a suffi de deux générations pour rompre le fil, pour que le relais semble perdu, pour longtemps.

Or ce sentiment d’échec dans la transmission de la foi est plutôt bon signe ! C’est justement qu’il n’y a rien d’automatique ni d’héréditaire dans l’identité chrétienne. Nous avons pu croire à une époque qu’il y avait des pays catholiques comme il y avait des pays hindous ou musulmans. Et voilà que la liberté rebat les cartes et distribue sans cesse de nouvelles donnes à travers les siècles. Être juif est une question quasi génétique où il suffit d’être de mère juive. Être musulman est théoriquement lié à la simple récitation de la confession de foi centrale appelée Shahada (« J’atteste qu’il n’y a pas de divinité en dehors de Dieu et j’atteste que Mahomet est le Messager de Dieu »), mais en réalité l’appartenance musulmane s’est transmise par les conquêtes militaires, et ensuite par l’obligation d’être un sujet légal de l’État musulman. Nous redécouvrons en France que l’identité supposée catholique de nos concitoyens n’est en réalité que le résultat de leur libre choix. Pourquoi s’en désoler ?

L’échec de l’évangélisation fait partie intégrante de celle-ci, sinon elle dégénère en conversion forcée. Dès le début de sa mission, Jésus en fait la douloureuse expérience. Il revient à Nazareth, son village d’origine, et là il est surpris et navré de constater le manque de foi de ses amis d’enfance : « Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi » (Mc 6, 5 6). Ce non-accueil est si fort qu’il oblige Jésus à s’installer ailleurs que chez lui, à Capharnaüm, ce croisement de routes, de flux de populations cosmopolites davantage prêt à l’accueillir que sa bourgade natale. Alors, quand il envoie ses disciples en mission deux par deux pour la première fois (Mc 6,7-13), Jésus ne se fait pas d’illusions : on refusera parfois de les accueillir. On leur fermera poliment la porte au nez ; on les chassera à coups de pierres ; on leur manifestera une indifférence dédaigneuse. La possibilité de l’échec fait partie de la mission. À tel point que Jésus leur demandera d’en tirer toutes les conséquences, en ne perdant pas leur temps ni l’énergie là où les cœurs ne sont pas prêts : « Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage ».

 

Les deux obligations

ob_91f4e4_oblllllllllllllllll conversion dans Communauté spirituelleOn dirait aujourd’hui que Jésus leur demande une obligation de moyens, et non une obligation de résultat. La distinction appartient au droit français, mais elle est facile à comprendre. L’obligation de moyens engage à explorer et utiliser tous les chemins possibles, dans les règles de l’art, pour atteindre le résultat souhaité. Mais celui qui signe le contrat ne garantit pas que le résultat soit obtenu, car tout ne dépend pas de lui. Ainsi, le chirurgien s’engage à pratiquer sur vous une opération dans les règles de l’art, avec tout l’arsenal hospitalier requis ; mais il ne peut vous garantir le succès d’une greffe, d’une ablation de tumeur etc. car la guérison ne dépend pas que de lui. Alors qu’un installateur de chaudière a l’obligation de vous fournir un appareil en état de marche, et il ne sera payé (sauf cas de force majeure) que si en appuyant sur le bouton vous avez bien l’eau chaude enfin disponible ! Autrement dit, l’obligation de résultat oblige le prestataire à parvenir à un résultat précis prévu dans le contrat.

Vous l’avez compris : la mission selon Jésus relève d’une obligation de moyens, pas de résultat. Les moyens eux doivent être évangéliques : « seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture ». Utiliser d’autres moyens ne serait pas fidèle à l’Esprit du Christ, même si cela semble sur le moment couronné de succès (conversions nombreuses, mais superficielles). Utiliser des moyens contraires est pire encore : déverser de l’argent, du pain sur des populations pauvres pour les attirer à l’Église, mettre des habits somptueux pour impressionner et forcer le respect, entasser des richesses dans le sac de l’Église (patrimoine immobilier, financier, artistique…). Si l’on prenait au sérieux l’envoi des Douze (comme celui des 72 en Lc 10, 1-24), on devrait considérablement simplifier la vie matérielle de nos Églises, simplifier la pastorale pour la ramener elle aussi à l’essentiel : annoncer, guérir, demeurer (hospitalité)…

Le déclin numérique – réellement impressionnant – de l’Église catholique en France la forcera peut-être à redécouvrir cette pauvreté missionnaire : vendre des bâtiments au lieu de les accumuler, manquer d’argent au lieu de s’en servir comme moyen d’influence, simplifier sa liturgie, ses vêtements, sa pastorale au lieu de se perdre dans des querelles de dentelles…

 

Le carré magique de l’évangélisation

Quand on croise les deux obligations de moyens et de résultat, on obtient un de ces ‘carrés magiques’ dont raffolent les entreprises pour diagnostiquer leur place d’acteur d’un marché et positionner leur stratégie en réponse.

Le carré magique de l'évangélisation (obligation de moyens / résultat)– Le quadrant en bas à gauche est le pire quadrant, celui des mercenaires (Jn 10, 10-20) qui font tout échouer en ne respectant pas la nature évangélique des moyens à mettre en œuvre dans la mission. Ils ne songent en fait qu’à leur gloire, leur intérêt, leur trajectoire individuelle. Dès qu’il y a un danger (des ‘loups’), il s’enfuit en abandonnant les communautés (les ‘brebis’) à leur sort. Dans l’histoire de l’évangélisation, bien des militaires (de Cortés à Bugeaud par exemple) qui ont voulu imposer leur religion par la force ont finalement engendré un rejet proportionnel à la violence employée. Dans bien des écoles catholiques, les moyens utilisés sont de réels contre-témoignages flagrants (cf. la récente affaire de sévices sur des enfants d’institutions catholiques dans le diocèse de Cologne en Allemagne). Dans bien des familles cathos, l’imposition dès l’enfance d’une tradition religieuse corsetée et étroite d’esprit ne fait que générer plus tard des adultes sceptiques, athées, anticléricaux.

– Le quadrant en haut à droite est évidemment l’exact contraire de la caricature précédente. Ici la mission chrétienne est pratiquée selon l’Esprit de l’Évangile (simplicité, pauvreté, service, désintéressement) et porte du fruit au centuple. La figure en est sans doute François d’Assise et l’ordre des franciscains avec lui. Riche héritier d’un marchand drapier italien du XIII° siècle, François a su se débarrasser des richesses qui l’alourdissaient, jusqu’à se dévêtir devant tous pour en exprimer l’abandon. Il n’avait sur lui ni sac, ni argent, ni vêtements somptueux, mais il parcourait les routes d’Italie – puis les franciscains de l’Europe – en prêchant le retour à l’Évangile, allégé du surpoids que l’Église médiévale avait accumulé pendant des siècles (puissance temporelle, influence politique, trésors, bâtiments, fortunes, pouvoir de coercition…).

- Entre ces deux extrêmes se situe la zone grise du quadrant en haut à gauche : les missionnaires utilisent des moyens non évangéliques, et pourtant ils obtiennent des résultats réels. Ainsi la colonisation occidentale en Afrique noire ; ou la paix constantinienne établissant un empire romain soi-disant chrétien ; ou le baptême de Clovis impliquant celui de tous les Francs ; ou certaines missions protestantes américaines convertissant à coup de dollars etc. Dans ces situations, la graine semée lève et porte du fruit, alors que pourtant l’humus sur lequel elle grandit est pollué par des pratiques antiévangéliques. C’est que l’Esprit a la liberté de faire pousser le bon grain au milieu de l’ivraie ! Contrairement au proverbe que citait Jésus, un mauvais arbre peut porter de bons fruits… Nous connaissons tous des familles à l’éducation religieuse catastrophique, mais où certains enfants arrivent cependant à en filtrer le meilleur, à remonter à la source pour devenir des chrétiens remarquables [1]. « Dieu écrit droit avec des lignes courbes » (Paul Claudel).

– Le dernier quadrant, en bas à droite, est celui de l’échec annoncé aux Douze. Malgré tous les moyens évangéliques utilisés (pauvreté, simplicité, service…), malgré la grande qualité spirituelle des témoins du Christ à l’œuvre, la mission échoue. C’est la liberté des peuples de se détourner de l’Évangile du Christ. C’est la liberté des individus de dire oui ou non, d’accepter ou non de se convertir. Ainsi Matteo Ricci et les jésuites en Chine. Peu aidés il est vrai par la rigidité de Rome sur la question des rites chinois, l’évangélisation brillante, intelligente et fidèle à Mc 6 ne pourra pas convaincre les Chinois. De même en Inde d’ailleurs avec St Thomas et ses successeurs. Ou bien Charles de Foucauld en terre musulmane. Ou bien mes couples d’amis cathos avec leurs enfants et petits-enfants. Comme le disait Bernadette Soubirous avec bon sens : « je suis chargé de vous le dire, pas de vous le faire croire ».
La foi ne se transmet pas, elle ne s’impose pas : elle se propose [2], s’exposant par là-même au refus. Celui qui n’a jamais rencontré d’échec n’a jamais évangélisé en vérité…

 

Dans quel quadrant êtes-vous ? Quel a déjà été votre parcours dans ce carré magique, en tant qu’acteur de l’évangélisation, en tant que destinataire également ? Quels visages, quelles pratiques vous concernant pourriez-vous mettre dans chacun de ces quadrants ?

 


[1]. St Augustin notait avec finesse que même les mercenaires pouvaient obtenir de bons résultats. « Remarquez-le cependant : les mercenaires sont indispensables. Il en est beaucoup dans l’Église pour travailler à leur avantage temporel ; néanmoins, ils prêchent le Christ, et, par leur intermédiaire, sa parole se fait entendre, et les brebis suivent, non pas le mercenaire, mais la voix du pasteur qui leur arrive par la bouche du mercenaire » (Augustin, Traité sur l’évangile de Jean n° 46).

[2]. Cf. Conférence des Évêques de France, Proposer la foi dans la société actuelle, Lettre aux catholiques de France, 1996.

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Va, tu seras prophète pour mon peuple » (Am 7, 12-15)

Lecture du livre du prophète Amos

En ces jours-là, Amazias, prêtre de Béthel, dit au prophète Amos : « Toi, le voyant, va-t’en d’ici, fuis au pays de Juda ; c’est là-bas que tu pourras gagner ta vie en faisant ton métier de prophète. Mais ici, à Béthel, arrête de prophétiser ; car c’est un sanctuaire royal, un temple du royaume. » Amos répondit à Amazias : « Je n’étais pas prophète ni fils de prophète ; j’étais bouvier, et je soignais les sycomores. Mais le Seigneur m’a saisi quand j’étais derrière le troupeau, et c’est lui qui m’a dit : ‘Va, tu seras prophète pour mon peuple Israël.’ » – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 84 (85), 9ab.10, 11-12, 13-14)
R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut. (Ps 84, 8)

J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles.
Son salut est proche de ceux qui le craignent,
et la gloire habitera notre terre.

Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix s’embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera la justice.

Le Seigneur donnera ses bienfaits,
et notre terre donnera son fruit.
La justice marchera devant lui,
et ses pas traceront le chemin.

DEUXIÈME LECTURE
« Il nous a choisis dans le Christ avant la fondation du monde » (Ep 1,3-14)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ ! Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ.  Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour.  Il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils adoptifs par Jésus, le Christ.
Ainsi l’a voulu sa bonté, à la louange de gloire de sa grâce, la grâce qu’il nous donne dans le Fils bien-aimé. En lui, par son sang, nous avons la rédemption, le pardon de nos fautes. C’est la richesse de la grâce que Dieu a fait déborder jusqu’à nous en toute sagesse et intelligence. Il nous dévoile ainsi le mystère de sa volonté, selon que sa bonté l’avait prévu dans le Christ : pour mener les temps à leur plénitude, récapituler toutes choses dans le Christ, celles du ciel et celles de la terre. En lui, nous sommes devenus le domaine particulier de Dieu, nous y avons été prédestinés selon le projet de celui qui réalise tout ce qu’il a décidé : il a voulu que nous vivions à la louange de sa gloire, nous qui avons d’avance espéré dans le Christ.  En lui, vous aussi, après avoir écouté la parole de vérité, l’Évangile de votre salut, et après y avoir cru, vous avez reçu la marque de l’Esprit Saint. Et l’Esprit promis par Dieu est une première avance sur notre héritage, en vue de la rédemption que nous obtiendrons, à la louange de sa gloire.

ÉVANGILE
« Il commença à les envoyer » (Mc 6,7-13)
Alléluia. Alléluia.Que le Père de notre Seigneur Jésus Christ ouvre à sa lumière les yeux de notre cœur, pour que nous percevions l’espérance que donne son appel. Alléluia. (cf. Ep 1, 17-18)

Evangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus appela les Douze ; alors il commença à les envoyer en mission deux par deux. Il leur donnait autorité sur les esprits impurs, et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture. « Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange. » Il leur disait encore : « Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez-y jusqu’à votre départ. Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. » Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient.
.Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

29 novembre 2020

Justice et Paix s’embrassent

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Justice et Paix s’embrassent

 Homélie pour le 2° Dimanche de l’Avent / Année B
06/12/2020

Cf. également :

Réinterpréter Jean-Baptiste
Consolez, consolez mon peuple !
Devenir des précurseurs
Maintenant, je commence
Crier dans le désert
Le Verbe et la voix
Res et sacramentum
Êtes-vous plutôt centripètes ou centrifuges ?
Dieu est un chauffeur de taxi brousse
Le polythéisme des valeurs

Le Psaume 84 de ce dimanche nous invite à unir l’amour et la vérité, la justice et la paix. Deux fiancés avaient choisi ce psaume pour leur mariage. L’homélie de la célébration explore pourquoi :

·  Deux moines s’apprêtaient à traverser une rivière à gué. Une belle jeune femme les rejoignit. Elle aussi devait passer sur l’autre rive, mais la violence du courant l’effrayait. Un des moines la charge sur ses épaules et la déposa de l’autre côté. Son compagnon n’avait pas desserré les dents. Il fulminait : un moine n’était pas autorisé à toucher une femme, et voici que celui-là en portait sur ses épaules !
Des heures plus tard, en arrivant en vue du monastère, le moine puritain annonça :
- je vais informer le père abbé de ce qui s’est passé. Ce que tu as fait est interdit.
Le moine secourable s’étonna :
- de quoi parles-tu ? qu’est-ce qui est interdit ?
- as-tu oublié ce que tu as fait ? s’indigna l’autre. Tu as porté une belle jeune femme sur tes épaules !
- ah oui, bien sûr, se souvint le premier en riant. Il y a belle lurette que je l’ai laissée au bord de la rivière. Mais toi, est-elle toujours dans tes pensées ?

Justice et Paix s’embrassent dans Communauté spirituelle

Lequel des 2 moines a respecté cette femme davantage ?

· Tel est un peu le message chrétien : traverser ensemble les rivières de l’existence, juché sur les épaules l’un de l’autre, alternativement, sans que jamais cela ne devienne une possession ou une domination.

Tu n’es pas moine Kevin - çà se saurait ! - ni toi Sarah, mais vous êtes aujourd’hui confiés l’un à l’autre, pour poursuivre votre histoire, dans le respect mutuel, dans l’entraide, le soutien réciproque.
Depuis 5 ans que vous vous êtes retrouvés – et chaque année la fête de la musique  ravivera pour vous la mémoire de ces premiers moments – vous avez déjà construit une vie commune, une orientation professionnelle au service des plus jeunes.
Votre couple vous a mûri, le dialogue vous a permis de surmonter les tensions et les malentendus qui font partie de la vie ordinaire à deux.

Est-ce à dire que vous êtes fin prêts et que vous êtes sûrs de vous ?
Il n’y aurait pas besoin alors de venir se marier devant Dieu et devant l’Église !
Non, je crois qu’au contraire vous percevez qu’il y a dans le mariage chrétien un réservoir inépuisable de courage, une source intarissable d’énergie, pour que ce que vous avez commencé à bâtir puisse durer et se fortifier.

On ne le répétera jamais assez :
on ne se marie pas à l’église seulement parce qu’on s’aime, mais aussi pour s’aimer davantage, pour s’aimer dans la durée, pour s’aimer dans la vérité.

·      C’est ce qui m’a frappé dans votre préparation au mariage : votre souci de ne jamais séparer amour et vérité.

Mensonge dans le couple (Le)- Être vrai l’un devant l’autre, sur son passé familial, sur ses émotions, ses désirs profonds, chercher la vérité sans la posséder jamais. À l’image du couple du Cantique des cantiques : escalader des montagnes – et Dieu sait qu’il y a des routes dures à grimper dans le mariage ! – franchir les collines, accourir vers l’autre, le désirer, susciter son propre désir : « Lève toi mon amie, ma toute belle, ne reste pas blottie dans tes peurs, dans les pièges de ton histoire, parle-moi, montre-moi ton vrai visage ! » (Cantique des cantiques)

La Bible a toujours vu dans le jeu du désir entre l’homme et la femme le signe, le sacrement du désir entre l’humanité et Dieu. Saint Augustin disait cela d’une façon originale, qui s’applique aussi bien à la quête spirituelle qu’à la quête amoureuse : « le chercher avec le désir de le trouver et le trouver avec le désir de le chercher encore ».

- Être vrai dans l’amour engendre alors ce respect, cette juste distance que chantait Khalil Gibran :
« soyez ensemble, mais sachez demeurer seuls ; grandissez ensemble mais pas dans l’ombre l’un de l’autre. »
Seul le temps permet de conjuguer ainsi amour et vérité ; sans la durée, l’amour se réduit au sentiment amoureux, à l’illusion de l’émotion.
Lorsque des gens mariés trompent leur conjoint, c’est souvent qu’ils se sont trompés sur eux-mêmes, qu’ils avaient oublié ou négligé leur vérité intérieure, ou plus précisément la recherche de cette vérité. Seules les années qui passent permettent de purifier la relation pour la rendre plus humaine, plus réelle, plus vraie, dans la miséricorde et la tendresse envers soi-même comme envers l’autre.

- Être vrai l’un devant l’autre : vous y tenez fortement et c’est un de vos atouts à développer.
Je  suis également témoin que vous voulez être vrais devant l’Église et devant Dieu.
En reconnaissant que Dieu est pour vous à l’heure actuelle plus une question qu’un compagnon.
En laissant ouverte cette interrogation et du coup le questionnement que cela peut provoquer.
En redécouvrant l’Église, au-delà des images de l’enfance, comme une amie sur la route, respectueuse de votre liberté.
En devinant que vos enfants viendront vous pousser plus loin  encore dans votre quête, lorsqu’il faudra leur transmettre les valeurs, les savoirs que vous jugerez bons pour eux.
En accueillant encore les événements, dans les larmes ou l’enthousiasme, pour y déchiffrer une possibilité de progresser en humanité.

 

·      « Amour et vérité se rencontrent » prophétisait le psaume en parlant de la venue du Messie.
Faites venir le Messie en mariant l’amour et la vérité dans votre vie de couple et de famille !
L’amour sans la vérité devient vite la règle du subjectif, de l’illusion, des sincérités successives.
La vérité sans l’amour dégénère en idéologie et en dogmatisme.

Votre métier d’éducateur et d’enseignant vous invite à éviter ces deux pièges dans votre vie professionnelle. Puisse votre mariage dans cette église vous aider à les éviter dans votre relation de mari et femme ! 

Kevin, à toi maintenant de prendre Sarah sur tes épaules, pour lui faire traverser le gué – et de même Sarah pour ton mari – en sachant déposer l’autre à terre dès qu’il peut, en acceptant d’être porté un jour à son tour.

Soyez pour nous des signes vivants, des sacrements d’un Dieu qui n’a jamais fini de chercher avec passion, « car c’est là proprement voir Dieu que de n’être jamais rassasié de le désirer sans cesse » (Grégoire de Nysse IV° siècle).

 

Au-delà de cette célébration de mariage, la réflexion doit continuer sur la nécessaire tension entre la justice et la paix :

 

Ne pas réduire la justice à la domination du plus fort, ni la paix l’absence de conflits

Selon le Psaume 84 : « Amour et vérité se rencontrent, Justice et Paix s’embrassent. »
Justice & PaixRappelez-vous : la France et l’Allemagne étaient soi-disant en paix en 1918. Mais le traité de Versailles était si injuste que ce sentiment d’injustice favorisera la progression nazie dès les années 30…

Rappelez-vous : l’Amérique n’était pas en guerre dans les années 60, mais les lois raciales étaient si injustes qu’elles auraient pu déchaîner la violence entre Noirs et Blancs, si Martin Luther King et le mouvement des Droits civiques n’avaient pas puisé dans la Bible le courage de conjuguer la paix et la justice.

Regardez les récentes élections aux USA : comment être en paix lorsque les Républicains ont le sentiment de s’être fait voler le succès de Trump, ou lorsque les Démocrates ont le sentiment que Biden est injustement attaqué sur les votes par correspondance ? Quelle réconciliation si la justice n’est pas clairement manifestée et acceptée par tous ?

Pour la Bible, c’est clair : c’est la justice et la paix, jamais l’une sans l’autre, que ce soit entre les peuples, entre innocents et coupables, dans une entreprise ou dans un couple.

« Amour et vérité se rencontrent. Justice et Paix s’embrassent… »

« La loi d’amour de l’Évangile n’invite pas les hommes à se résigner à l’injustice. Elle les appelle, au contraire, à une action efficace pour la vaincre dans ses racines spirituelles comme dans les structures où elle prolifère. C’est une fausse théologie de l’amour qui est invoquée par ceux qui voudraient camoufler les situations conflictuelles, prôner des attitudes de collaboration dans la confusion, en minimisant la réalité des antagonismes collectifs de tous genres. » (Les évêques de France, Pour une pratique chrétienne de la politique, Lourdes 1977)

Mais c’est de Dieu que nous recevons, d’une paix juste, ou d’une justice paisible.
C’est du Christ que nous recevons la force de faire la paix, même avec des gens que nous aimons peu, avec qui on a eu des problèmes, peut-être même faire la paix avec des adversaires.

« L’Eucharistie est-elle possible entre adversaires ?
Nelson Mandela nouvellement élu président de l'Afrique du Sud serrant la main de son prédécesseur, F.W. de Klerk, au Cap, en 1994.
Quand l’Eucharistie sera réalisée dans de telles communautés, par des adversaires, voire des ennemis, elle témoignera, à leurs propres yeux et aux yeux de tous, de l’unité essentielle et impossible. Certes, à transcender trop rapidement, pour communier ensemble, les oppositions et les irréductibilités de l’existence politique, on risque de donner l’impression de ne pas prendre au sérieux cette existence. Mais, à l’inverse, refuser de communier ensemble, c’est sous-estimer l’impact, ici et maintenant, sur l’existence politique, de la communion eucharistique pour renvoyer sa réalisation à la fin des temps.

La célébration de l’unité engage à vouloir, et donc à chercher, sa réalisation sur le terrain politique. Mais le rassemblement plural qui la conditionne démontre qu’elle ne peut être attendue que d’une grâce qui n’est pas de la terre. Ce serait une ignoble comédie de se désintéresser de l’avènement de ce qu’on célèbre symboliquement, mais ce serait une affreuse détresse de ne pouvoir jamais, entre militants opposés, affirmer ensemble à la face du monde, dans un moment de fête, qu’arrivera le terme final où les ennemis se mueront en compagnons, où les adversaires se reconnaîtront frères. » (ibid.)


Tel est
le geste de paix que nous échangeons avant de communier : non pas parce que nous sommes déjà en paix, mais pour le devenir.

Non pas notre paix, mais la paix du Christ qui nous vient de lui, devant, qui nous vient de l’avenir.
Nous nous souhaitons la paix du Christ, shalom Messiah : ce n’est pas un geste sentimental, c’est le désir d’anticiper la paix promise. C’est la volonté de mettre en œuvre une harmonie que je n’arrive pas à réaliser tout seul.
Voilà pourquoi on peut souhaiter la paix à son conjoint avec lequel on est pourtant en peine crise.
Voilà pourquoi un syndicaliste et un patron peuvent accomplir ce geste sans trahir leurs convictions ni d’être hypocrites.
Voilà pourquoi nous avons besoin de venir à la messe : nous n’arriverons pas à faire la paix si nous ne la recevons pas d’un Autre qui est plus grand que nous.


Le Christ, lui, est notre paix.
Il dirige vers nous la paix comme un fleuve.
Que la paix du Christ coule entre nous comme un fleuve, dans notre maison, dans notre cœur.

 

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Préparez le chemin du Seigneur » (Is 40, 1-5.9-11)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Consolez, consolez mon peuple, – dit votre Dieu – parlez au cœur de Jérusalem. Proclamez que son service est accompli, que son crime est expié, qu’elle a reçu de la main du Seigneur le double pour toutes ses fautes. Une voix proclame : « Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu. Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées ! que les escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée ! Alors se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé. »
Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! » Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout. Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage. Comme un berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent.

 

PSAUME
(84 (85), 9ab.10, 11-12, 13-14)
R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour,et donne-nous ton salut.  (84, 8)

J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles.
Son salut est proche de ceux qui le craignent,
et la gloire habitera notre terre.

Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix s’embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera la justice.

Le Seigneur donnera ses bienfaits,
et notre terre donnera son fruit.
La justice marchera devant lui,
et ses pas traceront le chemin.

 

DEUXIÈME LECTURE
« Ce que nous attendons, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle » (2 P 3, 8-14)

Lecture de la deuxième lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés, il est une chose qui ne doit pas vous échapper : pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour. Le Seigneur ne tarde pas à tenir sa promesse, alors que certains prétendent qu’il a du retard. Au contraire, il prend patience envers vous, car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre, mais il veut que tous parviennent à la conversion. Cependant le jour du Seigneur viendra, comme un voleur. Alors les cieux disparaîtront avec fracas, les éléments embrasés seront dissous, la terre, avec tout ce qu’on a fait ici-bas, ne pourra y échapper. Ainsi, puisque tout cela est en voie de dissolution, vous voyez quels hommes vous devez être, en vivant dans la sainteté et la piété, vous qui attendez, vous qui hâtez l’avènement du jour de Dieu, ce jour où les cieux enflammés seront dissous, où les éléments embrasés seront en fusion. Car ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice. C’est pourquoi, bien-aimés, en attendant cela, faites tout pour qu’on vous trouve sans tache ni défaut, dans la paix.

 

ÉVANGILE
« Rendez droits les sentiers du Seigneur » (Mc 1, 1-8)
Alléluia. Alléluia. Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers : tout être vivant verra le salut de Dieu. Alléluia. (cf. Lc 3, 4.6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu. Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi,pour ouvrir ton chemin.Voix de celui qui crie dans le désert :Préparez le chemin du Seigneur,rendez droits ses sentiers. Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

8 novembre 2020

Égalité n’est pas équité

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Égalité n’est pas équité

Homélie pour le 33° Dimanche du temps ordinaire / Année A
15/11/2020

Cf. également :

Le dollar et le goupillon ?
Entre dans la joie de ton maître
Décevante est la grâce et vaine la beauté
Le polythéisme des valeurs

Deux versions, deux logiques

Égalité n’est pas équité dans Communauté spirituelle 800px-Synoptic_word-for-wordPourquoi diable ce maître de maison n’a-t-il pas remis la même somme d’argent à chacun de ses trois serviteurs ? Cinq talents (soit environ 150 000 €), deux talents (60 000 €], un talent (30 000 €) : la mise de départ est bien inégale ! Cela ne semble pas très juste, et très dévalorisant pour le dernier qui peut se sentir jugé inférieur à la vue de la somme remise. En plus, tout le monde sait que l’argent va à l’argent, et que donc il est plus facile de faire fructifier une grosse somme qu’une petite.
La parabole des talents de Jésus dans l’Évangile de Matthieu (Mt 25, 14-30) a donc un caractère apparemment discriminatoire. Cela n’a pas échappé à Luc qui on donne une tout autre version (Lc 19, 11-28) : les serviteurs n’y sont plus 3 mais 10, et surtout ils reçoivent chacun – enfin ! pourrait-on dire – la même somme : une mine chacun, ce qui représente 60 fois moins que le talent de Matthieu. Luc souligne ainsi la disproportion gracieuse entre la récompense royale (gouvernance de 10 ou 5 villes) et la « toute petite affaire » des mines à faire fructifier. Matthieu quant à lui promet la même intimité divine aux deux premiers serviteurs : « entre dans la joie de ton maître ».

Résumons-nous : chez Luc, chaque serviteur reçoit la même (petite) somme d’argent et se distingue par un rendement différent (ou nul), ce qui souligne l’efficacité différente de chacun (10, 5 ou 1 pour 1). Chez Mathieu les dépôts sont plus importants et différent selon les serviteurs ; par contre le rendement (l’efficacité) est le même (1 pour 1), de même que la récompense (partager la joie divine).
La raison de cette différence entre les deux versions de la parabole réside dans l’explication propre à Matthieu : « à chacun selon ses capacités » (v 15).

En vocabulaire moderne, on pourrait dire que Matthieu distribue les talents selon une logique d’équité, alors que Luc applique le principe d’égalité.
Or égalité n’est pas équité !
Jugeant un petit voleur et un assassin, si vous leur coupez la main à tous deux, vous les traitez à égalité ; si vous employez l’un dans un travail d’utilité collective et tenez l’autre reclus pour des années, vous agissez avec équité. L’égalité uniformise, l’équité proportionne en ajustant aux niveaux convenables.

Ces deux logiques sont différentes ; elles sont même en tension, voire conflictuelles dans l’action politique. En France, la valeur Égalité gravée sur les frontons de nos mairies est plutôt de gauche. La révolution de 1789 a supprimé l’inégalité de naissance inscrite dans l’Ancien Régime avec la noblesse, les privilèges et le Tiers État. Les républiques successives ont promu ensuite l’égalité des chances (l’école publique), l’égalité des droits et devoirs devant la loi etc.
À chacun la même part.

Pourtant, à y regarder de près, les régimes de gauche ont voulu corriger l’effet inégalitaire de la liberté républicaine en donnant plus à ce qui ont moins : dégressivité de l’impôt en fonction des revenus (jusqu’à en exempter 40 % de la population), prestations de Sécurité Sociale inversement proportionnelles aux revenus, et plus récemment discrimination positive (comme à Sciences-Po) ou quotas obligatoires d’un certain pourcentage de salariés handicapés (6%), ou de femmes dans les conseils d’administration, allocations familiales proportionnelles au nombre d’enfants etc.
À chacun selon ses besoins.

 égalité dans Communauté spirituelle

À l’inverse, les régimes de droite ont célébré la méritocratie, qui relève plutôt de l’équité : on donne plus (de dividendes, d’actions, d’honneur) à ceux qui produisent plus.
À chacun selon ses capacités.
Là encore les positions peuvent s’inverser. Par exemple, le projet de réforme du régime des retraite veut remplacer les régimes spéciaux (équitables, car basés sur la pénibilité spécifique du travail de chacun) par un système de retraite à points, égalitaire s’il en est (1 heure de travail donne le même nombre de points à tout le monde).

Bref, la droite et la gauche se sont montrées à tour de rôle égalitaires et équitables, faisant semblant de se référer à la seule valeur Égalité. Alors qu’il s’agit de régler le curseur entre les trois valeurs républicaines, qui sont en tension permanente (ce que le sociologue Max Weber appelait le polythéisme des valeurs).

À cause de la liberté qui finit par avantager les plus forts, l’égalité ne peut se passer de l’équité, correctif plus juste que la seule répartition arithmétique.
À cause de la fraternité, l’équité ne peut se passer de l’égalité, sans laquelle les jalousies et la discorde vienne miner l’unité nationale.

Jacques Delors résumait ainsi le dilemme égalité/équité qui parcourt l’histoire de la gauche française :

« La gauche a vécu une bataille politique entre ceux qui prônaient le principe « à chacun selon ses besoins » et ceux pour qui il fallait donner « à chacun selon ses mérites ». Pendant longtemps, la gauche a mis l’accent sur la première devise, car la société était trop injuste et trop inégalitaire. Si l’on devait résumer en une formule l’orientation vers laquelle on devrait aller, c’est « à chacun selon ses besoins essentiels », qu’il s’agisse de l’éducation, de la santé, du droit à un travail, d’un revenu décent pour vivre. Mais aussi  » à chacun selon ses mérites  » dans l’effort qu’il accomplit pour contribuer au progrès de la société et à la solidarité vis-à-vis des autres » [1].


Dieu est-il équitable ou égalitaire ?

ResetLe mot égalité renvoie à un partage arithmétique, à parts identiques : on donne la même chose à chacun. Il relève de ce que Thomas d’Aquin, à la suite d’Aristote, appelait la justice commutative. Le problème on l’a vu est que – à cause des capacités différentes de chacun – on aura très vite de fortes différences de fortune. L’accumulation de capital dans certaines familles au cours des décennies le démontre bien (cf. les travaux de Thomas Piketty), et ce depuis longtemps ! Ainsi la Bible se révèle très égalitaire lorsqu’elle prescrit d’observer le Jubilé (Lv 25) : tous les 50 ans, Israël devait théoriquement annuler les dettes au sein du peuple, libérer les esclaves, rendre les terres aliénées ou gagnées, afin que chacun réintègre son patrimoine initial. Une remise des compteurs à zéro pour tous en quelque sorte, afin de ne pas compromettre l’égalité des chances.

65ec266f73fb35969af5114c473cb372 équitéLe mot équité renvoie quant à lui à la justice distributive : on distribue les aides et les richesses en fonction des capacités ou des besoins de chacun. Cette justice est proportionnelle, alors que l’égalité est arithmétique. La parabole des talents selon Matthieu se veut équitable en ce qu’elle fait peser davantage de responsabilités sur les épaules de celui qui en est capable (5 talents à faire fructifier au lieu de 2). La Bible connaît également l’égalité symétrique, celle des Actes des Apôtres demandant de répartir la richesse de la communauté « à chacun selon ses besoins » (Ac 4,35).
L’Esprit Saint également sera équitable lorsqu’il distribuera ses charismes en fonction de la personnalité de chacun, même si c’est sur fond d’égalité de tous les baptisés entre eux : tous ont reçu l’Esprit, mais il ne se manifeste pas de la même manière en chacun.
En fait, dans la Bible, Dieu agit souvent de manière inégalitaire : il choisit Marie entre toutes les femmes, David au lieu de ses frères, il préfère le sacrifice d’Abel à celui de Caïn, il confie à Pierre un ministère unique, il admet le bon larron avant le croyant vertueux, il valorise la piécette de la veuve davantage que les grosses offrandes des pharisiens, il récompense le verre d’eau offert plus que les taureaux égorgés sur l’autel des sacrifices…

Bien malin qui pourrait ranger Dieu du côté de l’égalité ou de l’équité seulement !

 

Jésus n’est pas providentialiste

 paraboleÉcartons au passage une interprétation dangereuse de l’équité de la parabole des talents dans Matthieu.
Dieu ne donne pas la même chose à chacun. Certains voudraient en tirer la conclusion qu’il faut se résigner aux différences entre nous, car ce serait la volonté de Dieu. La Providence aurait ainsi réparti les talents le plus judicieusement possible. Même si pour nous cette inégalité de départ est révoltante, il faudrait se soumettre.

Mais alors on serait en islam (qui signifie soumission) et non pas en christianisme ! Jésus a clairement dénoncé à plusieurs reprises cette conception fataliste des inégalités, alors qu’elles ne sont pas voulues par Dieu. Ainsi il n’y a aucun lien entre la cécité de l’aveugle-né et un supposé péché de lui ou de ses parents (Jn 9, 1-41). De même les malheureux écrasés par la chute de la tour de Siloé n’y sont pour rien, et Dieu non plus (Lc 13, 4-5). De même ceux qui ont été massacrés par Pilate au cours d’une liturgie au Temple ne l’ont en rient mérité, et cela ne vient pas de Dieu (Lc 13, 1-3).

Ce sont des talents (des richesses, des atouts) que le maître de maison distribue, et non des épreuves ou des punitions ! Un handicap de naissance, le fait d’être né dans une favela à Rio, une intelligence diminuée, une santé fragile ne doivent rien à la Providence : ce sont évidemment des effets du hasard, des lois sociales ou génétiques. Quand Dieu distribue ses talents équitablement, c’est qu’il confie davantage de responsabilités à celui qui a plus de capacités, selon le proverbe que Matthieu cite deux fois dans son Évangile (13,12 et 25,29) :
« À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a ».
Il n’est pas question de Providence ici, mais de responsabilité humaine. Nombre de grands patrons, de scientifiques, d’intellectuels, d’industriels ou de leaders charismatiques chrétiens ont eu conscience d’avoir reçu beaucoup, beaucoup plus que les autres (de par leur naissance, leur intelligence, leur talent) et donc d’être d’autant plus redevables envers le bien commun. La tradition du catholicisme social avec ses audaces en faveur des ouvriers aux XIX° et XX° siècles (1 % logement, allocations familiales, participation au capital, luttes syndicales etc.) s’enracine là. La foi de Galilée, Newton, Einstein ou Pasteur les a poussés à se dévouer à leur cause, au nom du don reçu qui leur conférait une responsabilité particulière, une ardente obligation (selon le mot de De Gaulle).

 

Alors : égalité ou équité ?

Nos deux versions de la même parabole des talents répondent à leur manière.
Matthieu nous dit que l’équité (« à chacun selon ses capacités ») est utile et même indispensable pour atteindre finalement une égale béatitude (« entre dans la joie de ton maître »).
Luc nous dit que l’égalité (donner la même somme à chacun) est utile pour apprécier ensuite l’efficacité du travail de chacun (rendement de 10, 5 ou 0 pour un) et obtenir finalement une récompense équitable (10 villes, 5 villes, rien).

Et vous : comment allez-vous conjuguer égalité et équité dans votre vie professionnelle, familiale, amicale ?

 


[1]. Jacques Delors, L’unité d’un homme, Ed. Odile Jacob, 1994, pp. 379-380.

 

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Ses mains travaillent volontiers » (Pr 31, 10-13.19-20.30-31)

Lecture du livre des Proverbes

Une femme parfaite, qui la trouvera ? Elle est précieuse plus que les perles ! Son mari peut lui faire confiance : il ne manquera pas de ressources. Elle fait son bonheur, et non pas sa ruine, tous les jours de sa vie. Elle sait choisir la laine et le lin, et ses mains travaillent volontiers. Elle tend la main vers la quenouille, ses doigts dirigent le fuseau. Ses doigts s’ouvrent en faveur du pauvre, elle tend la main au malheureux. Le charme est trompeur et la beauté s’évanouit ; seule, la femme qui craint le Seigneur mérite la louange. Célébrez-la pour les fruits de son travail : et qu’aux portes de la ville, ses œuvres disent sa louange !

PSAUME
(Ps 127 (128), 1-2, 3, 4-5)
R/ Heureux qui craint le Seigneur ! (Ps 127, 1a)

Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur.
De Sion, que le Seigneur te bénisse !
Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie.

DEUXIÈME LECTURE
« Que le jour du Seigneur ne vous surprenne pas comme un voleur » (1 Th 5, 1-6)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Pour ce qui est des temps et des moments de la venue du Seigneur, vous n’avez pas besoin, frères, que je vous en parle dans ma lettre. Vous savez très bien que le jour du Seigneur vient comme un voleur dans la nuit. Quand les gens diront : « Quelle paix ! quelle tranquillité ! », c’est alors que, tout à coup, la catastrophe s’abattra sur eux, comme les douleurs sur la femme enceinte : ils ne pourront pas y échapper. Mais vous, frères, comme vous n’êtes pas dans les ténèbres, ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur. En effet, vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour ; nous n’appartenons pas à la nuit et aux ténèbres. Alors, ne restons pas endormis comme les autres, mais soyons vigilants et restons sobres.

 

ÉVANGILE

« Tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup » (Mt 25, 14-30)
Alléluia. Alléluia.Demeurez en moi, comme moi en vous, dit le Seigneur ; celui qui demeure en moi porte beaucoup de fruit. Alléluia. (Jn 15, 4a.5b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.
Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : ‘Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.’ Son maître lui déclara : ‘Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.’ Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : ‘Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.’ Son maître lui déclara : ‘Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.’
Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : ‘Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.’ Son maître lui répliqua : ‘Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !’ »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,
123