L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : pistes bonne homélie

3 février 2019

La seconde pêche

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 00 min

La seconde pêche


Homélie pour le 5° dimanche du temps ordinaire / Année C
10/02/2019

Cf. également :

Du hérisson à la sainteté, puis au management
Porte-voix embarqué
Dieu en XXL
Ruptures et continuités : les conversions à vivre pour répondre à un appel

 

« Ils lavaient leurs filets »

C’est bien connu : la nuit, il est plus facile de prendre des poissons. Attirés par la lumière des barques ou des bateaux, ils viennent se jeter dans les filets ou sur la ligne plus qu’ils ne le feraient le jour. À tel point qu’en France la pêche est interdite la nuit pour éviter des massacres menaçant les espèces : « la pêche ne peut s’exercer plus d’une demi-heure avant le lever du soleil, ni plus d’une demi-heure après son coucher » (article R.436.13  du  code  de  l’environnement). Or cette nuit-là, sur le lac de Tibériade, les barques de Simon et de ses associés avaient sillonné le plan d’eau sans rien prendre. De quoi décourager les plus optimistes. On sent d’ailleurs une certaine résignation de retour sur le rivage : « les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets ». Si vous avez déjà observé ce patient labeur des marins-pêcheurs à terre, vous savez combien il peut être déprimant si aucun tas de poissons à côté ne justifie ce long examen maille par maille afin d’enlever les algues, les coquillages, les petits organismes qui engluent le filet et parfois l’abîment. Non seulement ils sont rentrés bredouilles, mais en plus ils se voient infliger cette minutieuse corvée longue et lente, d’autant plus désespérée et désespérante qu’elle est stérile cette fois-ci.

La seconde pêche dans Communauté spirituelle

Combien de fois nous est-il arrivé à nous aussi de laver nos filets sur le bord du lac ? Après une tentative ratée, après un échec cuisant, une aventure prometteuse qui tourne court… La défaite est d’autant plus amère si nous y avions mis toute notre intelligence et notre savoir-faire, comme Simon & Co la nuit. Lorsque l’effort retombe et qu’il n’y a rien dans la besace après tant d’investissement, il y a ce moment de décompensation un peu désabusée qui peut durer : nous « lavons nos filets », comme on reprend lentement contact avec la réalité en salle de réveil après une opération, comme si le geste mécanique mille fois répété allait un peu anesthésier notre déception de n’avoir pas réussi.

C’est dans ce sentiment d’échec, alors que leur compétence professionnelle n’a servi à rien, que Simon & Co sont rejoints par Jésus. Évidemment, si leurs barques avaient été pleines de poissons, il n’y aurait pas eu de place pour lui à bord. Comme s’il fallait être vide de soi pour porter la parole d’un autre. D’ailleurs, la foule ne se trompait pas en se massant autour de Jésus pour écouter, non pas sa parole, mais « la parole de Dieu » (Lc 5,1). Jésus se manifeste comme Christ (= l’Oint de Dieu) lorsqu’il est riche de ce que son Père lui donne, et non par lui-même. Ses apôtres font la même expérience : c’est parce que leur pêche a échoué qu’ils peuvent embarquer le Verbe et l’abondance qu’il procure. Ce n’est pas un éloge de l’échec humain, c’est l’éloge de la réussite selon le cœur de Dieu et avec lui.

Quand nous est-il arrivé de laver ainsi nos filets avec déception, résignation ou ressentiment ? Avons-nous alors saisi les opportunités de faire monter le Christ à notre bord plutôt que de persévérer à vouloir réussir à la seule force du poignet ?

Lors la prochaine pêche infructueuse, méditons en lavant nos filets les appels qui pourraient nous relancer autrement, comme celui du Christ sur le rivage.

BD-fishermen barque dans Communauté spirituelle

Jetez vos filets !

Vient alors l’ordre apparemment insensé, surtout provenant d’un charpentier ignorant tout de la pêche ! : « Jetez les filets ». Simon aurait dû répondre : « d’accord l’ami, tu parles bien et on t’écoute avec plaisir. Mais chacun son métier et tu ne vas pas m’apprendre le mien ! Après une nuit à trimer comme des forcenés, si on a rien pris, c’est que ça ne veut pas mordre, et tu n’y peux rien changer ». La voie de la raison aurait bien été de contester ainsi la prétention de ce prophète-prédicateur à commander les marins-pêcheurs du coin. Simon pressent pourtant que sa rationalité à lui doit s’incliner devant celle de Jésus. Il fait confiance sur parole, sans doute parce qu’il a déjà été fasciné et rassasié par la parole de son passager improvisé quand il enseignait les foules depuis son embarcation transformée en porte-voix.

pechemiraculeuse6 filetIl obéit presque sans discuter. Certes, il semble avancer une objection : « nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ». Mais c’est tout au plus pour se dédouaner, au cas où : « je t’aurais prévenu, on risque de ne rien pêcher cette fois encore ». Il obéit quand même, comme il nous arrive d’obéir au conseil d’un autre, alors que ce n’est normalement pas la chose à faire. Mais, « parce que c’est lui » [1], j’obéis. La rationalité ici est dans la confiance dans la personne plus que dans l’analyse de son ordre.

D’ailleurs, c’est vraiment un impératif : « Jetez vos filets ». Comme s’il fallait un électrochoc pour sortir les désabusés de leur spirale dépressive. Pas facile de se laisser commander, surtout après un échec où l’amour-propre a été blessé. Mais Simon fait confiance. Sans bien savoir pourquoi ni comment, il refait ce geste cent fois répété la nuit dernière, en se demandant bien ce qui va en sortir. Cette fois-ci, c’est le jackpot ! Les filets se déchirent presque sous le poids de la prise, et la crainte saisit les pêcheurs devant une telle abondance après une telle disette : ce n’est pas normal…

La différence entre les deux pêches est simple : la première se fait sans le Christ, en ne comptant chacun que sur ses propres forces, sa propre intelligence ; la seconde se fait avec le Christ à bord de nos vies, nourris de sa parole, remplis de confiance dans sa stratégie à lui.

Pêcheur jeter le filet de pêche — PhotoJeter les filets à nouveau, c’est pour des parents ne pas désespérer de leur enfant délinquant ou transgressif, et reprendre mille fois avec amour le dialogue et l’éducation qui peu à peu le rendront libre.

Jeter les filets après la nuit stérile, c’est pour un chercheur apprendre de ses échecs, explorer d’autres pistes, approfondir sa quête.

Jeter les filets à nouveau, c’est après une rupture, un divorce, se rendre disponible pour aimer encore, sans laisser le passé empêcher l’inconnu de monter à bord.

Jeter les filets malgré la peine accumulée, c’est sur des chantiers humanitaires continuer  d’accumuler les micro-sauvetages, peut-être autrement, alors que la situation globale empire.

Jeter les filets alors qu’ils étaient vides, c’est pour une PME croire que son carnet de commandes peut se remplir à nouveau, peut-être en s’y prenant autrement.

Jeter les filets avec un inconnu de passage, c’est peut-être pratiquer l’hospitalité d’un soir, la solidarité pendant un coup dur, la générosité dans des combats sans fin contre la maladie, la misère, la tyrannie…

Jeter les filets avec ses associés, c’est savoir persuader ses proches et ses relations de tenter l’impossible, de prendre des risques apparemment insensés.

Ce courage de la seconde pêche - celle avec le Christ - nous le trouverons si d’abord nous buvons ces paroles, si nous rassasions de sa présence, comme Simon, Jacques et Jean refaisant leurs forces en écoutant ce passager étrange qui s’était invité à bord alors qu’ils étaient en vrac…

 


[1]. Selon la belle formule de Montaigne pour évoquer la raison de son amitié si forte avec La Boétie.

 

Lectures de la messe

Première lecture
« Me voici : envoie-moi ! » (Is 6, 1-2a.3-8)

Lecture du livre du prophète Isaïe

L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur qui siégeait sur un trône très élevé ; les pans de son manteau remplissaient le Temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui. Ils se criaient l’un à l’autre : « Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur de l’univers ! Toute la terre est remplie de sa gloire. » Les pivots des portes se mirent à trembler à la voix de celui qui criait, et le Temple se remplissait de fumée. Je dis alors : « Malheur à moi ! je suis perdu, car je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures : et mes yeux ont vu le Roi, le Seigneur de l’univers ! » L’un des séraphins vola vers moi, tenant un charbon brûlant qu’il avait pris avec des pinces sur l’autel. Il l’approcha de ma bouche et dit : « Ceci a touché tes lèvres, et maintenant ta faute est enlevée, ton péché est pardonné. » J’entendis alors la voix du Seigneur qui disait : « Qui enverrai-je ? qui sera notre messager ? » Et j’ai répondu : « Me voici : envoie-moi ! »

Psaume

(Ps 137 (138), 1-2a, 2bc-3, 4-5, 7c-8)
R/ Je te chante, Seigneur, en présence des anges.
(cf. Ps 137, 1c)

De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.

Tous les rois de la terre te rendent grâce
quand ils entendent les paroles de ta bouche.
Ils chantent les chemins du Seigneur :
« Qu’elle est grande, la gloire du Seigneur ! »

Ta droite me rend vainqueur.
Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’œuvre de tes mains.

Deuxième lecture
« Voilà ce que nous proclamons, voilà ce que vous croyez » (1 Co 15, 1-11)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l’avez reçu ; c’est en lui que vous tenez bon, c’est par lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants.
Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j’ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures, et il fut mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures, il est apparu à Pierre, puis aux Douze ; ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois – la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont endormis dans la mort –, ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres. Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l’avorton que je suis.
Car moi, je suis le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé Apôtre, puisque j’ai persécuté l’Église de Dieu. Mais ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce, venant en moi, n’a pas été stérile. Je me suis donné de la peine plus que tous les autres ; à vrai dire, ce n’est pas moi, c’est la grâce de Dieu avec moi.
Bref, qu’il s’agisse de moi ou des autres, voilà ce que nous proclamons, voilà ce que vous croyez.

Évangile
« Laissant tout, ils le suivirent » (Lc 5, 1-11)
Alléluia. Alléluia.
« Venez à ma suite, dit le Seigneur, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » Alléluia. (Mt 4, 19)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. à cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

10 septembre 2018

Le vertige identitaire

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le vertige identitaire

 

Homélie pour le 24° dimanche du temps ordinaire / Année B
16/09/2018

Cf. également :

Yardén : le descendeur
Prendre sa croix
Croire ou agir ? La foi ou les œuvres ?
Faire ou croire ?
Jésus évalué à 360°
De l’art du renoncement
C’est l’outrage et non pas la douleur
Prendre sa croix chaque jour


Qui suis-je ?

Le vertige de cette question ne vous a-t-il jamais effleuré ?

Le doute sur votre identité la plus personnelle ne vous a-t-il jamais troublé ? Sous un ciel de nuit constellée d’étoiles, la conscience de notre fragilité peut nous faire crier d’émerveillement : « qu’est-ce que l’homme, Seigneur, pour que tu penses à lui ? » (Ps 144,3) ou au contraire de désespoir : « l’homme n’est qu’une herbe changeante. Le matin elle fleurit ; le soir elle est fanée, desséchée » (Ps 90,5-6).


L’avis des autres

Tout Fils qu’il est, Jésus lui aussi a dû se battre avec cette question existentielle, d’autant plus lancinante pour lui qu’elle touchait à une double raison d’être : en Dieu, et parmi les hommes. Lorsqu’il demande à ses disciples : « pour vous, qui suis-je ? » à Césarée de Philippe, on peut y entendre l’écho de cette quête intérieure, et l’on devine que les trente  années à Nazareth ont été largement habitées par cette interrogation.

Ce n’est pas un examen scolaire qu’il ferait passer à ses lieutenants : « qui a la bonne réponse ? » C’est vraiment l’aide qu’un ami demande ses amis : « pouvez-vous me dire ce que vous percevez de moi ? J’en ai besoin pour intégrer vos avis dans la conscience que j’ai de moi-même. »

Dessin-PiemRecueillir les opinions des autres sur moi, croiser leur regard sur ma personnalité : tout bon coach d’entreprise vous fera faire une tonne d’exercices là-dessus, et vous livrera des dizaines de recettes pour devenir plus performant au boulot grâce à ces techniques de développement personnel. Cela n’est peut-être pas inutile. Mais il est question de bien autre chose ici : Jésus, conscient que sa Passion approche, veut être ré-assuré sur ses appuis fondamentaux, sinon la violence, l’exclusion et la dérision le feront chanceler et  trahir.

Qui suis-je pour juger ?Ceux qui ne se posent jamais cette question deviennent froids et insensibles. Hitler y avait répondu trop vite en s’imaginant une fois pour toutes dans son délire être le Messie aryen d’un homme nouveau pour une Europe nouvelle. Staline a hésité, notamment les jours suivant l’invasion de la Russie par les troupes nazies où il pensait démissionner. Mais ses camarades du Politburo lui ont répondu : « tu es le seul chef du parti, le seul sauveur de la mère patrie ». La folie d’Hitler l’isolait de ses proches et l’empêchait d’écouter ce que ses généraux ou autres allemands réalistes voulaient lui transmettre. Le système communiste à l’inverse a statufié Staline dans son personnage historique et il a hélas endossé ce rôle à l’extrême.
« Qui suis-je pour ordonner la solution finale ? » « Qui suis-je pour déporter au goulag par millions ceux qui s’opposent à moi ? » S’ils s’étaient posé ce genre de questions, avec lucidité et conscience droite, aidés par de vrais amis leur apportant des éléments de réponse objective, ils n’auraient peut-être pas basculé dans leur folie destructrice…

Même les monarques absolus en France avaient leur bouffon, et le bouffon du roi avait  toute liberté pour faire remonter au souverain ses travers, ses erreurs, ses défauts… « Pour qui te prends-tu ? Tu veux jouer à Dieu sur terre, alors que tu n’es qu’un Bourbon mal fini ! » « Qui es-tu pour te prendre pour le soleil en personne ? »
Un esclave accompagnait toujours l’empereur romain qui défilait triomphalement dans les rues de Rome après une victoire : « souviens-toi que tu es mortel », devait-il lui murmurer sans cesse à l’oreille derrière lui tout en tenant la couronne de lauriers, afin de lui éviter la démesure (hybris en grec) en se prenant pour un autre que lui-même.


Le silence et la solitude, à l’écart

Le vertige identitaire dans Communauté spirituelle jesusdesert-homme-vision2Jésus n’avait pas que l’enquête auprès de ses disciples pour mieux cerner son identité personnelle. Les évangélistes le mentionnent souvent aller à l’écart, rester seul une partie de la nuit, prier sur la montagne ou au désert. Nul doute que ces moments de silence et de solitude ont été déterminants pour sa réponse.

N’espérons pas nous non plus savoir qui nous sommes sans prendre ce temps du retrait, silencieux et solitaire. C’est la distance nécessaire à prendre pour décoller de nos œuvres, pour ne pas nous identifier à nos actes, pourrait trouver en nous le souffle si subtil de l’Esprit de Dieu, notre intime.

Celui qui ne fait qu’agir ressemblera très vite à l’un de ces canards à qui on a coupé le cou et qui continue à courir en tous sens. Le véritable homme d’action sait ne rien faire, a appris à banaliser des plages de son agenda pour n’avoir rendez-vous qu’avec lui-même. Il sait que lire, marcher, philosopher, méditer seul face à la nature ou la table de son écritoire est indispensable pour ne pas se dessécher et se vider jusqu’à devenir creux.


Les Écritures

-careme2017-lapinbleu-40dimanche6bL’avis des autres, la solitude et la prière… : Jésus a également appris qui il était en scrutant les Écritures comme les juifs le font depuis des millénaires. Il a chanté les cris des psaumes ; il s’est reconnu dans le Serviteur souffrant d’Isaïe dont notre première lecture (Is 50, 5-9) nous donne un portrait de résistant non-violent que Jésus fera sien (« je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats… »). Il a découvert l’attente messianique d’Israël et chaque fibre de son être a vibré au portrait des prophètes, jusqu’au grand prophète espéré depuis Moïse.

N’espérons pas savoir qui nous sommes en réalité, devant Dieu, sans scruter les Écritures avec le Christ. Certains textes nous bouleverseront tant que rien ne sera plus comme avant. Certains passages nous brûleront au fer rouge, et leur marque nous accompagnera dans nos choix de vie mieux qu’un tatouage ou un matricule. La petite musique biblique deviendra notre toile de fond sur laquelle nous peindrons nos paysages. La Bible est un révélateur de l’identité de chacun. Elle nous dit qui nous sommes. Elle me renvoie mon image, contrastée  et multiple.

 

Nos compagnons de route, le silence dans la solitude, la Bible scrutée avec passion : voilà au moins trois pistes pour creuser cette question à laquelle nous n’avons jamais répondu définitivement : « qui suis-je ? » Comme l’écrivait Rilke à un jeune poète, le plus important n’est peut-être pas la réponse, mais le fait même de se laisser habiter et transformer par cette question mystérieuse.

Efforcez-vous d’aimer vos questions elles-mêmes, chacune comme une pièce qui vous serait fermée, comme un livre écrit dans une langue étrangère. Ne cherchez pas pour le moment des réponses qui ne peuvent vous être apportées, parce que vous ne sauriez pas les mettre en pratique, les « vivre ». Et il s’agit précisément de tout vivre.
Ne vivez pour l’instant que vos questions.
Peut-être, simplement en les vivant, finirez-vous par entrer insensiblement, un jour, dans les réponses.
Rainer Maria Rilke, Lettres à un jeune poète, Lettre n° 4 du 16/07/1903.

D’ailleurs, lorsque Dieu lui-même doit parler suite à la question de Moïse sur son identité : « qui es-tu ? », sa réponse n’en est pas vraiment une. YHWH : je serai qui je serai… Autrement dit : ne cherche pas à m’enfermer dans un nom, une identité close. Ne crois pas me connaître en m’appelant Adonaï, El Shaddaï, Seigneur ou Allah (d’ailleurs, le Tétragramme YHWH ne se prononce pas, car nul n’a prise sur l’identité divine). Marche humblement avec moi et tu verras en cours de route qui je suis.

Prenons le temps cette semaine de poser cette question de confiance à un proche, un collègue : « pour toi, qui suis-je ? »

 

 

 

Lectures de la messe

Première lecture
« J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient » (Is 50, 5-9a)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats. Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu. Il est proche, Celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble ! Quelqu’un veut-il m’attaquer en justice ? Qu’il s’avance vers moi ! Voilà le Seigneur mon Dieu, il prend ma défense ; qui donc me condamnera ?

Psaume
(Ps 114 (116 A), 1-2, 3-4, 5-6, 8-9)
R/ Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants. ou : Alléluia ! (Ps 114, 9)

J’aime le Seigneur :
il entend le cri de ma prière ;
il incline vers moi son oreille :
toute ma vie, je l’invoquerai.

J’étais pris dans les filets de la mort,
 retenu dans les liens de l’abîme,
j’éprouvais la tristesse et l’angoisse ;
j’ai invoqué le nom du Seigneur :
« Seigneur, je t’en prie, délivre-moi ! »

Le Seigneur est justice et pitié,
notre Dieu est tendresse.
Le Seigneur défend les petits :
j’étais faible, il m’a sauvé.

Il a sauvé mon âme de la mort, 
gardé mes yeux des larmes
 et mes pieds du faux pas.
Je marcherai en présence du Seigneur
sur la terre des vivants.

Deuxième lecture
« La foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte » (Jc 2, 14-18)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi, sans la mettre en œuvre, à quoi cela sert-il ? Sa foi peut-elle le sauver ? Supposons qu’un frère ou une sœur n’ait pas de quoi s’habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l’un de vous leur dit : « Allez en paix ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » sans leur donner le nécessaire pour vivre, à quoi cela sert-il ? Ainsi donc, la foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte. En revanche, on va dire : « Toi, tu as la foi ; moi, j’ai les œuvres. Montre-moi donc ta foi sans les œuvres ; moi, c’est par mes œuvres que je te montrerai la foi. »

Évangile
« Tu es le Christ… Il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup » (Mc 8, 27-35) Alléluia. Alléluia.
Que la croix du Seigneur soit ma seule fierté ! Par elle, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde. Alléluia. (Ga 6,14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? » Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. » Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. » Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne. Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite. Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

23 novembre 2016

Encore un Avent…

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Encore un Avent…

Homélie pour le 1° Dimanche de l’Avent / Année A
27/11/2016

Cf. également :

Bonne année !

Gravity, la nouvelle arche de Noé ?

L’absence réelle

La limaille et l’aimant

La « réserve eschatologique »

 

Vous connaissez sans doute la chanson de Jean-Jacques Goldman : « Encore un matin ».

Encore un matin
Un matin pour rien
Une argile au creux de mes mains
Encore un matin
Sans raison ni fin
Si rien ne trace son chemin

Matin pour donner ou bien
Matin pour prendre
Pour oublier ou pour apprendre
Matin pour aimer, maudire ou mépriser
Laisser tomber ou résister

Encore un matin
Qui cherche et qui doute
Matin perdu cherche une route
Encore un matin
Du pire ou du mieux
À éteindre ou mettre le feu

Un matin, ça ne sert à rien
Un matin
Sans un coup de main
Ce matin
C’est le mien, c’est le tien
Un matin de rien
Pour en faire
Un rêve plus loin

Remplacez le mot matin par Avent et vous aurez de quoi vous redonner de l’énergie pour entrer en Avent aujourd’hui !

En effet, année après année, la nouveauté liturgique de ce temps si particulier pourrait bien s’émousser. Après 10, 30 ou 50 Avents ayant pris toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, les plus anciens d’entre nous peuvent s’interroger : encore un Avent ? Que vais-je en faire ? Est-ce que vraiment cela va changer quelque chose ? La réponse de Goldman n’était pas une inintéressante : « un matin de rien, pour en faire un rêve plus loin ».

Explorons justement cette piste qui rejoint celle de l’Évangile de ce premier dimanche de l’Avent :« restez éveillés ; tenez-vous prêts ».

 

Anticiper demain

Veiller, c’est d’abord lutter contre l’assoupissement spirituel qui nous guette tous : la routine, les emplois du temps formatés, le manque de disponibilité à l’imprévu etc.

Afficher l'image d'origine

Veiller, c’est ensuite guetter dans la nuit des signes de vie qu’on n’entendait pas auparavant. Tel volet qui claque au vent, telle chouette qui elle aussi a les yeux grand  ouverts, tel animal dont le pas signale la chasse nocturne, et tous ces bruits étrangers qui peuplent la nuit d’une activité incroyable. Si vous avez déjà veillé non loin d’un marigot en Afrique, vous avez immédiatement dans les oreilles ce vacarme invisible où le petit peuple du marigot – grenouilles, criquets et autres phacochères – s’en donne à cœur joie !

Veiller nous introduit donc dans une autre perception du monde : voir sans voir, entendre sans savoir, découvrir des sons et des ombres inconnues.

Le veilleur d’Avent sera celui qui devine un autre monde en train de palpiter en filigrane de l’actuel. Il sera attentif à ce qui naît plus qu’à ce qui se dégrade, aux forces de renouveau plus qu’aux fissures de crise, aux solutions inédites plus qu’aux problèmes angoissants, aux alternatives prometteuses plus qu’aux impasses désespérantes.

 

Demain dès aujourd’hui

Prenez le film « Demain » [1]. Un phénomène. Au début, ce documentaire militant et sérieux était conçu comme une bouteille à la mer, sans trop d’illusions. Mais le bouche-à-oreille a fait son succès : plus d’un million d’entrées en salles de cinéma, d’innombrables conférences, le César 2016 du meilleur documentaire.

De quoi s’agit-il ? D’une enquête menée par une petite équipe de passionnés sur toutes les initiatives fleurissant aux quatre coins du monde pour imaginer une autre manière de vivre demain. On rencontre avec eux de drôles de cinglés qui ont créé leur monnaie locale, en Angleterre, avec des billets de 21 livres ! (pied de nez à l’orthodoxie monétaire…) Et ça marche ! Les échanges dans cette monnaie soutiennent une économie circulaire locale qui la rend plus résiliente aux crises environnantes.

On se balade dans Détroit, gigantesque friche industrielle vidée de la moitié de sa population depuis la débâcle de General Motors et autres compagnies d’automobiles. Les habitants cultivent des jardins urbains partout, avec fruits et légumes, et le fol espoir de nourrir tous les Détroisiens avec les récoltes de ces cultures omniprésentes en ville. Et c’est bien parti ! La permaculture permet d’ailleurs d’obtenir sur 100 m² et les rendements d’un hectare de monoculture industrielle : incroyable !

Vous découvrirez encore dans ce film la démocratie participative novatrice d’un petit village d’Inde où même les castes se mélangent ; l’étonnante usine Pochéco (fabricant d’enveloppe) près de Lille, entièrement végétalisée, autonome en énergie, avec un écart de salaire de un à quatre seulement [2]. Vous entendrez parler de l’objectif « zéro déchet » de San Francisco [3], du pari à vélo de Copenhague, de la révolution des casseroles en Islande, du  mouvement des villes en transition, des « Incroyables comestibles » etc.

On ressort de ce film avec plein de questions sur son propre mode de vie, de consommation, de travail mais également avec un moral d’acier : enfin des pistes pour anticiper le monde de demain, et pas seulement pour se lamenter sur le monde actuel et ses problèmes !

 

Anticiper Demain

Afficher l'image d'origineToutes proportions gardées, c’est à cette attitude de ‘reporter anticipateur’ que nous invite l’Avent, sur le plan spirituel.
Enquêter sur les soifs, les aspirations nouvelles autour de nous.
Détecter ce qui semble déjà prometteur de fraternité, d’intériorité, de recherche de Dieu.
Accompagner ce qui s’expérimente, même maladroitement, à travers des initiatives au début toute petites.
En parler autour de nous.
Chercher d’autres compagnons d’aventure pour développer et améliorer ces initiatives.
À travers tout cela, faire advenir les conditions d’un monde nouveau, où le changement des mentalités prépare le changement des façons de travailler, de consommer, se détendre, de se rencontrer…

Bien sûr, la venue ultime du Christ « à la fin » dont il est question en Avent n’est identifiable à aucun de ces phénomènes. Mais en attendant, l’Avent est cette période favorable pour laisser la venue du Christ transformer ce monde en ce à qu’il est appelé à devenir.

Saint Augustin répétait à ceux qui venaient de communier pour la première fois : « soyez ce que vous voyez, devenez ce que vous recevez ». Nous communions pour devenir le Christ reçu ! L’Avent a exactement ce rôle d’anticipation eschatologique : prendre conscience que nous nous transformons déjà en ce que nous serons un jour pour l’éternité.

C’est vrai de la réalité sociale évoquée par le film Demain, c’est vrai également de notre réalité la plus personnelle et la plus intime.

À nous d’encourager toutes les initiatives qui explorent une autre manière de vivre, de travailler, d’aimer.

À chacun de travailler son jardin intérieur, pour cultiver en lui-même toutes les jeunes pousses qui ne demandent qu’à le transfigurer du dedans.

Encore un Avent !

Cet Avent
C’est le mien, c’est le tien
Un Avent de rien
Pour en faire
Un rêve plus loin

 


[1]Demain, documentaire 2015 cosigné par Mélanie Laurent et Cyril Dion, cofondateur du mouvement Colibris (avec Pierre Rabhi)

[2]. « Il est plus économique de produire de manière écologique. » Tel est le leitmotiv d’Emmanuel Druon, PDG de Pocheco, entreprise du Nord-Pas-de-Calais spécialisée dans les enveloppes. Depuis vingt ans, il applique des principes « écolonomiques » à son activité, c’est à dire guidés par les trois piliers du développement durable : préservation de l’environnement, respect des salariés et du dialogue social, gains de productivité.

[3]. Objectif affiché : recycler 100% des déchets à l’horizon 2020. Le défi semble à la portée de la ville : en quelques années, San Francisco est parvenue à détourner 80% des déchets enfouis vers la réutilisation, le compostage et le recyclage.

 

1ère lecture : Le Seigneur rassemble toutes les nations dans la paix éternelle du royaume de Dieu (Is 2, 1-5)
Lecture du livre du prophète Isaïe

 Parole d’Isaïe, – ce qu’il a vu au sujet de Juda et de Jérusalem.
Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la maison du Seigneur se tiendra plus haut que les monts, s’élèvera au-dessus des collines. Vers elle afflueront toutes les nations et viendront des peuples nombreux. Ils diront : « Venez ! Montons à la montagne du Seigneur, à la maison du Dieu de Jacob ! Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. » Oui, la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole du Seigneur.
Il sera juge entre les nations et l’arbitre de peuples nombreux. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre.
Venez, maison de Jacob ! Marchons à la lumière du Seigneur.

Psaume : Ps 121 (122), 1-2, 3-4ab, 4cd-5, 6-7, 8-9

R/ Dans la joie, nous irons à la maison du Seigneur. (cf. Ps 121, 1)

Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »
Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !

Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un !
C’est là que montent les tribus,
les tribus du Seigneur.

C’est là qu’Israël doit rendre grâce
au nom du Seigneur.
C’est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.

Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Paix à ceux qui t’aiment !
Que la paix règne dans tes murs,
le bonheur dans tes palais ! »

À cause de mes frères et de mes proches,
je dirai : « Paix sur toi ! »
À cause de la maison du Seigneur notre Dieu,
je désire ton bien.

2ème lecture : « Le salut est plus près de nous » (Rm 13, 11-14a)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, vous le savez : c’est le moment, l’heure est déjà venue de sortir de votre sommeil. Car le salut est plus près de nous maintenant qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants. La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les œuvres des ténèbres, revêtons-nous des armes de la lumière. Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour, sans orgies ni beuveries, sans luxure ni débauches, sans rivalité ni jalousie, mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ.

Évangile : Veillez pour être prêts (Mt 24, 37-44)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.
Alléluia. (Ps 84, 8)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme il en fut aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme. En ces jours-là, avant le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : telle sera aussi la venue du Fils de l’homme. Alors deux hommes seront aux champs : l’un sera pris, l’autre laissé. Deux femmes seront au moulin en train de moudre : l’une sera prise, l’autre laissée. Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

8 juin 2016

Vers un diaconat féminin ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Vers un diaconat féminin ?

 

Cf. également :

La pierre noire du pardon

Chassez les mauvaises odeurs !


Homélie du 12° dimanche du temps ordinaire / Année C

11/06/2016

La surprise du pape

Afficher l'image d'origineLe pape François a surpris tout le monde récemment. Devant plusieurs centaines de supérieures majeures du monde entier, le pape François a indiqué le Jeudi 12 Mai qu’il était d’accord pour mettre sur pied une commission chargée de clarifier la question du diaconat féminin.

Ce n’est qu’après un temps de réflexion que le pape a répondu à l’une des supérieures majeures qui l’interrogeait sur l’accès des femmes au diaconat permanent : « Constituer une commission officielle pour étudier la question ? Je crois, oui. Il serait bon pour l’Église de clarifier ce point. (…) Je ferai en sorte qu’on fasse quelque chose comme ça. (…) Il me semble utile qu’une commission étudie la question. »

Imaginez la tête des cardinaux de la Curie lorsqu’ils ont appris cela… ! Quelques mois plus tôt, François avait déjà déconcerté l’aile conservatrice de l’Église catholique en ouvrant des pistes pastorales réelles pour les divorcés remariés. Dans son exhortation « Laetitia amoris » il appelait au discernement au cas par cas, en rappelant la primauté de la conscience sur la loi…

Et voilà qu’au détour d’une audience, il évoque ce qui serait une véritable innovation ministérielle : le diaconat féminin ! Innovation ? En réalité, ce serait plutôt un retour à la tradition la plus ancienne.

 

Jésus, un homme à femmes ?

Afficher l'image d'origineRegardez Jésus dans l’évangile de ce dimanche (Lc 7,36–8,3). Il pardonne à une femme publiquement connue pour sa mauvaise réputation. Et pire encore : il en fait une disciple ! Luc décrit ensuite la cohorte de femmes qui marchaient sur les routes avec Jésus : « Les Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qui avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais : Marie, appelée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les servaient en prenant sur leurs ressources » (Lc 8,3).

Dans le Nouveau Testament, c’est le mot diakonos (serviteur) qui désigne le ministère diaconal. Et la première fois qu’il est utilisé, c’est pour une femme ! Luc  précise en effet que, au début de la vie publique de Jésus, la première à servir (diakonein ) Jésus et ses disciples fut la belle-mère de Pierre, une fois guérie de sa fièvre : « elle les servait » (Mc 1, 29-31). Le temps employé (aoriste = un imparfait qui se prolonge) implique une action qui dure, et non un service occasionnel. C’est donc que la belle-mère de Pierre remplit longtemps cet office : servir l’Église, à travers Jésus et les Douze.

Les autres mentions d’un diaconat féminin sont bien connues dans le Nouveau Testament [1] :

Le verbe diakonein (servir) est maintes fois employé dans les évangiles : au sujet de la belle-mère de Pierre (Mc 1, 31), de Marthe (Lc 10,40; Jn 12,2), des serviteurs de Cana (Jn 2, 5,9), des femmes « qui les assistaient de leurs biens » (Lc 8,3; 23,49).

Puis il apparaît avec un sens ministériel dans les lettres de Paul :

« Je vous recommande Phoébée, notre sœur, diaconesse (diakonos) de l’Église de Cenchrées (R 16, 1) ».
« Que les diacres, de même, soient des hommes dignes, n’ayant qu’une parole, modérés dans l’usage du vin, fuyant les profits malhonnêtes. […] Que pareillement, les femmes soient dignes, point médisantes, sobres et fidèles en tout. (1 Timothée 3, 8-11)
Il ne fait nul doute que ces diaconesses ne devaient pas prêcher dans la liturgie pour Paul (1 Co 11, 5). En sens contraire, on signalera que les 7 diacres institués par les apôtres n’avaient pas non plus mandat d’évangéliser et que, pourtant, ils se sont attribués ce rôle (Ac 6,10 ; 8,5 ; 8,38).
Paul mentionne un couple qui est associé à son ministère : « Saluez Prisca et Aquilas mes collaborateurs en Jésus Christ »… « Saluez Marie, qui s’est donné beaucoup de peine pour vous ». « Saluez Tryphène et Tryphose, qui se sont donné de la peine dans le Seigneur » (Rm 16, 1-16). Paul se réfère ici à des tâches apostoliques.
« Evodie et Syntyche qui ont lutté avec moi pour l’Évangile, en même temps que Clément et tous mes autres collaborateurs » (Ph 4,2). La mention « pour l’Évangile » indique certainement une participation à l’œuvre d’évangélisation.

Sans trop connaître exactement le contenu de ce diaconat féminin, on peut au moins affirmer qu’il en existait un, voulu par le Christ, dès ses années publiques et dès les débuts de l’Église après la Pentecôte.

 

Le diaconat féminin dans les premiers siècles

Pline, dans une lettre à l’Empereur (en 111 ap. JC), mentionne qu’il a fait arrêter deux chrétiennes qui occupent une position officielle. “ D’autant qu’il me paraissait nécessaire d’obtenir la vérité de la part de ces deux femmes, qui sont appelées “ancillae” (= diakonous, diaconesses ?), même en leur appliquant la torture. “

On connaît également l’histoire de Thecla qui, par sa confession devant le juge à Antioche, convertit Tryphène et un groupe de femmes : “ Elle se rendit à la maison de Tryphène et resta là durant huit jours, l’instruisant de la Parole de Dieu, de sorte que la plupart de ses servantes se mirent à croire “ (Actes de Paul et Thecla, § 38-39).

Clément d’Alexandrie (155-220) en charge de l’école catéchétique d’Alexandrie, interprète la première épître à Timothée 3,11 comme une référence à des « femmes diacres ». Il écrit : « les Apôtres prirent des femmes avec eux, non comme épouses, mais comme sœurs pour partager leur ministère (syn-diakonos) auprès des femmes demeurant à la maison; par leur intermédiaire l’enseignement sur le Seigneur atteignit les quartiers des femmes sans éveiller de soupçon ». Origène, son successeur écrit au sujet de l’épître aux Romains 16,2 : « Ce passage démontre avec une autorité tout apostolique que les femmes étaient désignées au ministère de l’Église ».

La Didascalie des Apôtres prétend avoir été l’enseignement des Apôtres, mais elle reflète l’Église orientale du temps. Dans ce texte on trouve en détail les devoirs de tous les échelons de la hiérarchie. Dans un chapitre sur le respect dû aux évêques (ch XXV) nous lisons : « Parce que dans votre milieu l’évêque représente Dieu tout-puissant. Mais le diacre représente le Christ; et aimez-le. Les diaconesses devraient être honorées comme l’Esprit Saint, et les presbytres, être pour vous semblables aux Apôtres ». Le texte résume ainsi : « qu’une femme diacre soit ordonnée au ministère des femmes et un homme diacre au ministère des hommes ».

On rappelle aux évêques :

« À cause de cela nous affirmons que le ministère d’une diaconesse est tout à fait nécessaire et important. Car notre Seigneur et Sauveur lui aussi fut servi par des diaconesses qui étaient : Marie – Madeleine et Marie, la fille de Jacques et la mère de José, et la mère des fils de Zébédée, et d’autres femmes encore… et toi aussi tu as besoin du ministère des diaconesses en plusieurs occasions ».

Dans les livres liturgiques antiques, en particulier dans les Constitutions Apostoliques (vers 380, en Syrie), les diaconesses font partie du clergé tandis que les veuves en sont exclues. De plus, on impose les mains sur les diaconesses et leur consécration prend place entre le diacre et le sous-diacre. Les diaconesses semblent donc avoir été ordonnées [2].

Épiphane de Salamine écrit : « Il y a bien dans l’Église l’ordre des diaconesses, mais ce n’est pas pour exercer des fonctions sacerdotales, ni pour lui confier quelque entreprise, mais pour la décence du sexe féminin, au moment du baptême ».

la diaconesse phébée

Le texte des Constitutions Apostoliques explique en détail le rite de l’ordination des femmes diaconesses. Comme le diacre, elles sont ordonnées par l’évêque en présence de tout le clergé. Il étend les mains sur elle et prie… : « puisse Dieu jeter un regard sur sa servante qui doit être ordonnée à la fonction de diaconesse et lui donner le Saint Esprit… » (VIII:20,21). Ce rite est semblable à celui de l’ordination des prêtres et, comme le clergé, elle partage à l’eulogia des offrandes eucharistiques (VIII:31).
Dans l’exercice des œuvres de charité, diacres et diaconesses sont sur un même pied. « Que les diacres soient en toutes choses, comme l’évêque lui-même; seulement ils doivent être plus actifs; que leur nombre soit proportionnel à l’importance de l’Église de sorte qu’ils puissent accomplir leur ministère auprès des malades en travailleurs qui n’ont pas honte. Et que les diaconesses soient attentives à prendre soin des femmes; mais que les deux, diacres et diaconesses, soient prêts à porter les messages, à voyager à leur sujet, à remplir leurs fonctions et à rendre service… » (III:30). 

Les Constitutions apostoliques attestent donc de la persistance d’un diaconat féminin pendant toute cette période. Avec au moins trois arguments de nature différente :

- liturgique : les candidats au baptême étaient complètement dévêtus avant d’être immergé trois fois dans l’eau. Il fallait donc des femmes pour conduire et plonger des femmes dans l’eau du baptême, par pudeur.

- missionnaire : pour rentrer dans les maisons, les pièces, les univers des femmes, les hommes étaient interdits. Seules des femmes pouvaient s’adresser à d’autres femmes, pour annoncer l’Évangile, accompagner, fortifier. Un ministère de la prédication au féminin en somme.

- symbolique : l’Esprit Saint est féminin en hébreu (ruah YHWH). L’action de l’Esprit dans l’Église est donc portée par une symbolique féminine : intériorité, inspiration, assurance missionnaire (parresia) etc.

 

Dans la partie orientale de l’Église, le diaconat féminin s’est développé jusqu’aux VIII° et IX° siècles. Beaucoup de femmes diacres sont mentionnées par le calendrier de l’Église Orthodoxe comme des saintes à vénérer.

À côté de la diaconie du Christ, masculine, il doit donc exister la diaconie de l’Esprit, féminine, pour que la symbolique trinitaire soit complète.

 

Après les trois premiers siècles

Peu à peu, le diaconat féminin tomba en désuétude, aussi bien en Orient qu’en Occident. Deux raisons au moins provoquèrent ce recul :

- le baptême des enfants se substitua à celui des adultes, rendant inutile le ministère liturgique des diaconesses.

- la ‘sacerdotalisation’ du ministère rapprocha les théologiens des positions juives sur les impuretés rituelles (cf. livre du Lévitique par exemple) au nom de laquelle on finit par écarter totalement les femmes des autels.

Sans oublier ce que Yves Congar appelait le « déficit pneumatologique de l’Église » en Occident, qui a conduit à survaloriser la médiation christique au détriment de la mission de l’Esprit Saint.

La figure féminine devint exclusivement celle de Marie, vierge et mère, en oubliant celle des femmes qui accompagnaient Jésus, le servaient, géraient l’argent de l’Église et participaient à l’élan missionnaire, jusqu’à prêcher l’Évangile aux côtés des apôtres.

 

Qu’apporterait un diaconat féminin aujourd’hui ?

Précisons d’abord que, comme pour le diaconat masculin, son rétablissement serait laissé au discernement des conférences épiscopales locales. Ainsi les Églises d’Afrique, bénéficiant depuis longtemps la présence de catéchistes au ministère irremplaçable, n’ont pas souhaité rétablir le diaconat permanent comme Vatican II leur en offrait la possibilité. Gageons qu’il en serait de même pour un diaconat féminin.

Afficher l'image d'origineMais en Occident, avec la montée en puissance du rôle des femmes dans la société et dans l’Église, véritable signe des temps selon Jean XXIII, l’attente est énorme. Car l’inégalité dans l’Église est trop importante entre hommes et femmes, à cause du ministère seulement détenu par les premiers, qui leur confère inéluctablement une domination, une primauté, un pouvoir de décision et de gestion dont seules quelques miettes tombent actuellement dans la mission des milliers de femmes activement responsables au quotidien de la vie ecclésiale (catéchèse, aumônerie, animation liturgique, charité etc.).

Au-delà de la seule égalité, c’est également la prédication qui a besoin de retrouver sa composante féminine. Déjà de grandes voix, de grands écrits de théologiennes commencent à marquer l’exégèse, la réflexion morale, etc. Mais, le dimanche à la messe paroissiale comme autour d’un feu de camp de guides ou autour de malades rassemblés dans la chapelle de l’hôpital, une lecture au féminin des textes de la messe devient urgente :

- parce que partout ailleurs, dans la vie professionnelle, associative, politique, de telles voix font entendre combien hommes et femmes s’apportent mutuellement lorsqu’ils concourent ensemble à une même mission.

- parce que l’Église doit témoigner de son espérance eschatologique d’un temps où « il n’y a plus ni l’homme ni la femme », comme l’écrit Paul sans en tirer toutes les conséquences.

- parce que les vieilles obsessions lévitiques sur l’impureté rituelle ne sont plus de mise, depuis que Jésus a déclaré pure toute la création :

« Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui pénètre du dehors dans l’homme ne peut le souiller, parce que cela ne pénètre pas dans le coeur, mais dans le ventre, puis s’en va aux lieux d’aisance ? (ainsi il déclarait purs tous les aliments).  Il disait : Ce qui sort de l’homme, voilà ce qui souille l’homme. Car c’est du dedans, du coeur des hommes, que sortent les desseins pervers: débauches, vols, meurtres,  adultères, cupidités, méchancetés, ruse, impudicité, envie, diffamation, orgueil, déraison.  Toutes ces mauvaises choses sortent du dedans et souillent l’homme. » (Mc 7, 18-23)

La crainte de voir des femmes s’approcher de l’autel n’est pas évangélique !

- parce que prêcher, baptiser, marier relève tout autant de l’action de l’Esprit dans le monde que de la prolongation du ministère du Christ. La dimension masculine du service au nom du Christ n’exclut pas, mais appelle au contraire la dimension féminine du service dans la force de l’Esprit (ruah YHWH) qui guérit, qui relève, qui réchauffe, qui assouplit, qui console…

 

Il y a loin d’une remarque papale lors d’une audience de religieuses à une véritable réforme remettant l’homme et la femme à égalité dans l’Église. Mais cette ouverture est trop belle pour ne pas espérer qu’un chemin soit désormais possible…

 

 


[1]. Les références suivantes doivent beaucoup au site : Femmes et Ministères.

[2]. Le mot employé pour leur ordination est  le même que dans le canon 19 du concile de Chalcédoine : cheirotonia ou  cheirathesia. Il est habituellement employé pour l’ordination de l’évêque, des presbytres et des diacres.

 

 

1ère lecture : « Le Seigneur a passé sur ton péché : tu ne mourras pas » (2 S 12, 7-10.13)
Lecture du deuxième livre de Samuel

En ces jours-là, après le péché de David, le prophète Nathan lui dit : « Ainsi parle le Seigneur Dieu d’Israël : Je t’ai consacré comme roi d’Israël, je t’ai délivré de la main de Saül, puis je t’ai donné la maison de ton maître, j’ai mis dans tes bras les femmes de ton maître ; je t’ai donné la maison d’Israël et de Juda et, si ce n’est pas assez, j’ajouterai encore autant. Pourquoi donc as-tu méprisé le Seigneur en faisant ce qui est mal à ses yeux ? Tu as frappé par l’épée Ourias le Hittite ; sa femme, tu l’as prise pour femme ; lui, tu l’as fait périr par l’épée des fils d’Ammone. Désormais, l’épée ne s’écartera plus jamais de ta maison, parce que tu m’as méprisé et que tu as pris la femme d’Ourias le Hittite pour qu’elle devienne ta femme. » David dit à Nathan : « J’ai péché contre le Seigneur ! » Nathan lui répondit : « Le Seigneur a passé sur ton péché, tu ne mourras pas. »

Psaume : Ps 31 (32), 1-2, 5abcd, 5ef.7, 10bc-11

R/ Enlève, Seigneur, l’offense de ma faute. (cf. Ps 31, 5e)

Heureux l’homme dont la faute est enlevée,
et le péché remis !
Heureux l’homme dont le Seigneur ne retient pas l’offense,
dont l’esprit est sans fraude !

Je t’ai fait connaître ma faute,
je n’ai pas caché mes torts.
J’ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur
en confessant mes péchés. »

Et toi, tu as enlevé l’offense de ma faute.
Tu es un refuge pour moi,
mon abri dans la détresse,
de chants de délivrance, tu m’as entouré.

L’amour du Seigneur entourera
ceux qui comptent sur lui.
Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes !
Hommes droits, chantez votre allégresse !

2ème lecture : « Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi » (Ga 2, 16.19-21)
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates

Frères, nous avons reconnu que ce n’est pas en pratiquant la loi de Moïse que l’homme devient juste devant Dieu, mais seulement par la foi en Jésus Christ ; c’est pourquoi nous avons cru, nous aussi, au Christ Jésus pour devenir des justes par la foi au Christ, et non par la pratique de la Loi, puisque, par la pratique de la Loi, personne ne deviendra juste. Par la Loi, je suis mort à la Loi afin de vivre pour Dieu ; avec le Christ, je suis crucifié. Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi. Ce que je vis aujourd’hui dans la chair, je le vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré lui-même pour moi. Il n’est pas question pour moi de rejeter la grâce de Dieu. En effet, si c’était par la Loi qu’on devient juste, alors le Christ serait mort pour rien.

Evangile : « Ses nombreux péchés sont pardonnés, puisqu’elle a montré beaucoup d’amour » (Lc 7, 36 – 8, 3)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
Près du Seigneur est l’amour, près de lui, abonde le rachat.
Alléluia. (Ps 129, 7)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table. Survint une femme de la ville, une pécheresse. Ayant appris que Jésus était attablé dans la maison du pharisien, elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant un parfum. Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, près de ses pieds, et elle se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et répandait sur eux le parfum.
En voyant cela, le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu’elle est : une pécheresse. »
Jésus, prenant la parole, lui dit : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. – Parle, Maître. » Jésus reprit : « Un créancier avait deux débiteurs ; le premier lui devait cinq cents pièces d’argent, l’autre cinquante. Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait les lui rembourser, il en fit grâce à tous deux. Lequel des deux l’aimera davantage ? » Simon répondit : « Je suppose que c’est celui à qui on a fait grâce de la plus grande dette. – Tu as raison », lui dit Jésus. Il se tourna vers la femme et dit à Simon : « Tu vois cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as pas versé de l’eau sur les pieds ; elle, elle les a mouillés de ses larmes et essuyés avec ses cheveux. Tu ne m’as pas embrassé ; elle, depuis qu’elle est entrée, n’a pas cessé d’embrasser mes pieds. Tu n’as pas fait d’onction sur ma tête ; elle, elle a répandu du parfum sur mes pieds. Voilà pourquoi je te le dis : ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, puisqu’elle a montré beaucoup d’amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour. » Il dit alors à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. » Les convives se mirent à dire en eux-mêmes : « Qui est cet homme, qui va jusqu’à pardonner les péchés ? » Jésus dit alors à la femme : « Ta foi t’a sauvée. Va en paix ! » Ensuite, il arriva que Jésus, passant à travers villes et villages, proclamait et annonçait la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qui avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais : Marie, appelée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les servaient en prenant sur leurs ressources.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,
123