L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Recherche : mère dieu sens caché

11 septembre 2010

La parabole du petit-beurre perdu

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Dimanche 12 septembre 2010

24° Dimanche du temps ordinaire / Année C

 

La parabole du petit-beurre perdu

 

·      Connaissez-vous la parabole du petit-beurre perdu ?

Un internaute astucieux (Peter Greenfinch) la raconte ainsi, non sans humour :

« Vous êtes heureux sur un bateau de croisière (ou sur votre yacht avec quelques people de vos amis), un petit beurre dans la main droite *.

Une vague un peu plus forte que d’autres, et pof, le biscuit tombe à la mer.

Voici votre journée gâchée, vous voilà de mauvaise humeur, vous piquez une grosse colère, tapez des pieds, faites tanguer le navire.

Survient un steward attentionné, dont l’arrière grand mère avait survécu à la tragédie du Titanic. Sentant le danger, il vous place trois petits beurres dans la main gauche, pour compenser votre douleur.

Vous revoilà heureux, c’était la valeur sentimentale que vous attribuiez au petit beurre perdu. »

 

·      Cette petite histoire a toutes les caractéristiques d’une parabole évangélique ; elle est construite comme les trois paraboles de ce dimanche et peut nous aider à les comprendre.

 

En effet, c’est une histoire inventée de toutes pièces, mais inspirée par des faits réels (comme le mentionnent les fictions télévisées) : le Titanic, la vague, l’émotion de la perte…

C’est une histoire où il y a de l’étrange, assez pour nous intriguer, nous dérouter, exciter notre curiosité pour aller voir ce qu’il y a à tirer de ce récit bizarre…

 

Provoquer l’étonnement, susciter l’interrogation, encourager la recherche : voilà des caractéristiques de la parabole que Jésus n’a cessé d’exploiter au maximum. Se comportant ainsi en maître de sagesse, il surprend ses auditeurs, les intéresse, les « accroche », pour les encourager à aller plus loin que leurs certitudes et leurs opinions immédiates.

 

Belle pédagogie ! Plutôt que de s’opposer frontalement aux pharisiens scandalisés par le bon accueil qu’il fait aux pécheurs, Jésus préfère prendre un chemin détourné : il leur invente trois histoires-à-réfléchir, pour qu’ils découvrent par eux-mêmes combien Dieu est «riche en miséricorde»

 

Ce genre littéraire de la parabole (Mashal en hébreu = enseignement par énigme) était bien connu au temps de Jésus. Mais l’Ancien Testament l’emploie peu (trois ou quatre fois seulement). Le Nouveau Testament y fait recours environ 90 fois !

Jésus a largement utilisé ce mode de prédication qui relève de la sagesse, alors que les autorités religieuses ne se référaient qu’à la Loi, et que les foules n’attendaient avec exaltation qu’un prophète révolutionnaire.

 

Voici une piste sûre pour annoncer l’Évangile aujourd’hui encore : ne pas recourir à la loi ou aux prophètes seulement, mais également à la sagesse. C’est ce que Jésus fait ici avec talent dans ces trois paraboles.

 

D’ailleurs le mot parabole nous met sur la voie d’un parallélisme entre l’observation du réel et la révélation de Dieu / de l’homme.

para – balleïn : étymologiquement, parler en parabole signifie : mettre côte à côte des réalités différentes (jeter balleïn à côté para).

C’est donc un procédé de comparaison : mettre en parallèle la miséricorde divine et le comportement du berger aux 100 brebis, de la femme aux 10 pièces d’argent, ou du père des 2 fils permet de s’interroger, fait réfléchir et progresser chacun, sans lui asséner une vérité extérieure. En méditant sur les paraboles, pour y trouver sans cesse de nouveaux sens cachés, l’auditeur sera conduit toujours plus loin dans l’infini de la révélation divine au-dedans de lui, sans extériorité…

 

·      Regardez ces trois paraboles : elles ont étonnamment comme sujet commun… l’économie ! et une structure commune : perdre / chercher / trouver / se réjouir.

 

- La première s’inspire de l’économie agricole : 1 % de perte est un coût marginal relativement faible, et normalement très supportable. Pas pour Dieu, qui est plus berger que les bergers humains ! Il prend le risque d’aller « chercher et sauver ce qui était perdu ».

Remplacez « berger » par « responsable d’équipe », « brebis » par « collaborateur », et vous lisez un principe de management assez peu pratiqué : se soucier d’abord du collaborateur le plus faible, celui qui est « perdu »… Ne pas passer par pertes et profits les difficultés d’un membre de l’équipe en ne se concentrant que sur les « gagnants », les « performers » ?

 

- La deuxième parabole relève de l’économie domestique (c’est un pléonasme, car économie vient justement de oïkos = maison et nomos = ordre, gestion). Là, cette femme subit 10 % de perte de son capital financier. Logiquement, elle remue ciel et terre sans se résigner à ce déficit, dû à trop de poussière et de désordre. Comment pourrions-nous nous résigner à perdre une partie de nous-mêmes dans la poussière et le désordre de nos vies ?

 

- La troisième parabole ? presque trop connue ! – a pour cadre l’économie familiale. Cette histoire d’héritage anticipé, gaspillé, de jalousie entre héritiers et entre frères, est hélas terriblement courante…

 

Les commentaires sur ces trois paraboles sont innombrables et méritent d’être lus pour nourrir la recherche.

Retenons, en amont de ces interprétations, la manière dont Jésus a voulu parler : en paraboles au nom de la sagesse, et non en diktats au nom de la morale.

Retenons également que l’économie, sous toutes ses formes, a fourni à Jésus des éléments pour dire le salut : c’est donc que les réalités économiques actuelles peuvent toujours nous révéler quelque chose du salut chrétien, si nous prenons le temps du recul pour méditer dessus?

 

 

·      Et le petit beurre perdu ?

Cette parabole permet de présenter les concepts d’utilité économique et d’aversion à la perte. ***

La parabole du petit-beurre perdu dans Communauté spirituelle biscuit-petit-beurre-au-sel-de-guerande-216808Une perte ne peut être compensée émotionnellement que par un gain bien plus grand. Les économistes disent que la désutilité économique d’une perte de 1 ? ne peut être compensée que par l’utilité économique d’un gain de 3 ?.

Remplacer le petit beurre perdu n’aurait pas suffi à vous consoler : il en a fallu trois pour calmer votre chagrin?

Ce qui explique l’aversion à la perte : la peur de perdre 1 ? sera telle qu’il faudra une promesse d’un gain de 3 ? pour faire changer de comportement.

 

Comme quoi Jésus aurait pu faire un excellent prof de Fac ou de grande école en économie, grâce à son art des paraboles?

 

______________________________________ 

* À noter que la parabole fonctionne tout aussi bien avec des tranches de saucisson à l’ail !

** Le symbole (synballeïn) est au contraire l’art de les réunir. Et l’hyperbole est une réalité largement au-dessus (hyper – balleïn) d’une autre (c’est donc une exagération voulue). Le diable (dia – balleïn) est celui qui divise et éparpille (dia), en empêchant de réunir ce qui est distinct.

*** cf. http://knol.google.com/k/peter-greenfinch/parabole-du-petit-beurre-perdu-et/2m7299842u04v/146#La_parabole

 

 

1ère lecture : Moïse obtient le pardon pour le peuple infidèle (Ex 32, 7-11.13-14)

Moïse était encore sur la montagne du Sinaï. Le Seigneur lui dit : « Va, descends, ton peuple s’est perverti, lui que tu as fait monter du pays d’Égypte.
Ils n’auront pas mis longtemps à quitter le chemin que je leur avais prescrit ! Ils se sont fabriqué un veau en métal fondu. Ils se sont prosternés devant lui, ils lui ont offert des sacrifices en proclamant : ‘Israël, voici tes dieux, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte.’ »
Le Seigneur dit encore à Moïse : « Je vois que ce peuple est un peuple à la tête dure.
Maintenant, laisse-moi faire ; ma colère va s’enflammer contre eux et je vais les engloutir ! Mais, de toi, je ferai une grande nation. »
Moïse apaisa le visage du Seigneur son Dieu en disant : « Pourquoi, Seigneur, ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple, que tu as fait sortir du pays d’Égypte par la vigueur de ton bras et la puissance de ta main ?
Souviens-toi de tes serviteurs, Abraham, Isaac et Jacob, à qui tu as juré par toi-même : ‘Je rendrai votre descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel, je donnerai à vos descendants tout ce pays que j’avais promis, et il sera pour toujours leur héritage.’ »
Le Seigneur renonça au mal qu’il avait voulu faire à son peuple.

 

Psaume : Ps 50, 3-4, 12-13, 17.19

 

R/ Oui, je me lèverai, et j’irai vers mon Père

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Crée en moi un coeur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.
Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ;
tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un coeur brisé et broyé.

2ème lecture : Action de grâce du pécheur pardonné (1Tm 1, 12-17)

 

Je suis plein de reconnaissance pour celui qui me donne la force, Jésus Christ notre Seigneur, car il m’a fait confiance en me chargeant du ministère,
moi qui autrefois ne savais que blasphémer, persécuter, insulter. Mais le Christ m’a pardonné : ce que je faisais, c’était par ignorance, car je n’avais pas la foi ;
mais la grâce de notre Seigneur a été encore plus forte, avec la foi et l’amour dans le Christ Jésus.
Voici une parole sûre, et qui mérite d’être accueillie sans réserve : le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs ; et moi le premier, je suis pécheur,
mais si le Christ Jésus m’a pardonné, c’est pour que je sois le premier en qui toute sa générosité se manifesterait ; je devais être le premier exemple de ceux qui croiraient en lui pour la vie éternelle.
Honneur et gloireau roi des siècles,au Dieu unique, invisible et immortel, pour les siècles des siècles. Amen.

 

Evangile : Paraboles de la brebis perdue, de la drachme perdue (et du fils perdu) (brève : 1-10) (Lc 15, 1-32)

 

 

Voir également une version « réactualisée » de la parabole ici :

http://www.dti.be/prodigue/fr/movie2.htm

Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter.
Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »
Alors Jésus leur dit cette parabole :
« Si l’un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ?
Quand il l’a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules,
et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins ; il leur dit : ‘Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !’
Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion.
Ou encore, si une femme a dix pièces d’argent et en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu’à ce qu’elle la retrouve ?
Quand elle l’a retrouvée, elle réunit ses amies et ses voisines et leur dit : ‘Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue !’
De même, je vous le dis : Il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. »
Jésus dit encore : « Un homme avait deux fils.
Le plus jeune dit à son père : ‘Père, donne-moi la part d’héritage qui me revient.’ Et le père fit le partage de ses biens.
Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il gaspilla sa fortune en menant une vie de désordre.
Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans cette région, et il commença à se trouver dans la misère.
Il alla s’embaucher chez un homme du pays qui l’envoya dans ses champs garder les porcs.
Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien.
Alors il réfléchit : ‘Tant d’ouvriers chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim !
Je vais retourner chez mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi.
Je ne mérite plus d’être appelé ton fils. Prends-moi comme l’un de tes ouvriers.’
Il partit donc pour aller chez son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de pitié ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers.
Le fils lui dit : ‘Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils…’
Mais le père dit à ses domestiques : ‘Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller. Mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds.
Allez chercher le veau gras, tuez-le ; mangeons et festoyons.
Car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.’ Et ils commencèrent la fête.
Le fils aîné était aux champs. A son retour, quand il fut près de la maison, il entendit la musique et les danses.
Appelant un des domestiques, il demanda ce qui se passait.
Celui-ci répondit : ‘C’est ton frère qui est de retour. Et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a vu revenir son fils en bonne santé.’
Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père, qui était sorti, le suppliait.
Mais il répliqua : ‘Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais désobéi à tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis.
Mais, quand ton fils que voilà est arrivé après avoir dépensé ton bien avec des filles, tu as fait tuer pour lui le veau gras !’
Le père répondit : ‘Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi.
Il fallait bien festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ! » 
Patrick Braud

  Une parabole moderne très célèbre: « Oscar et la dame rose » d’Eric Emmanuel Schmitt :

Mots-clés : , , , , ,

19 juin 2010

Prendre sa croix chaque jour

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Prendre sa croix chaque jour

 

Homélie du 12° Dimanche du temps ordinaire / Année C

20/06/2010.

 

 

« Chacun sa croix » : l’expression est passée dans la sagesse populaire. Elle semble désigner l’incontournable part de malheur que tôt ou tard chaque être humain doit affronter et assumer. La « croix » à porter chaque jour prend alors la forme du handicap d’un enfant, d’un problème de santé récurrent, d’une brouille de famille inguérissable, d’un deuil survenu trop tôt etc?

 

Est-ce bien en ce sens que Jésus parle de « prendre sa croix chaque jour » ?

Pas si sûr…

 

La croix dont il parle n’est pas liée aux malheurs de la vie (qui sont dus à notre finitude) mais au « qui-perd-gagne » que lui-même a adopté comme ligne de conduite : « celui qui veut sauver sa vie la perdra ; celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera ».

Ce qui-perd-gagne n’a pas grand-chose à voir avec les épreuves qui nous tombent dessus parce que nous sommes limités et imparfaits. La croix de Jésus n’était pas la maladie, le handicap, la mort d’un proche ou l’échec professionnel. Non sa croix à lui, c’était le rejet, l’exclusion, l’abandon, à cause de sa volonté de faire corps avec les rejetés, les exclus, les abandonnés.

 

Comme l’annonce le prophète Zacharie dans la première lecture : « ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé » (Za 12,10), c’est-à-dire vers celui qui avait disparu de leur regard, celui qu’ils avaient effacé de la compagnie des hommes.

Ce qui « transperce » Jésus sur sa croix, c’est moins les clous dans ses poignets que le rejet de son peuple, voire le rejet de son Père (« mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »).

La croix pour Jésus, c’est descendre aux enfers, dans ces enfers sous-humains où l’homme se croie maudit des autres, maudit de Dieu. La vieille malédiction du Deutéronome pèse sur lui : « maudit soit l’homme qui pend au gibet de la croix » (Ga 3,13; Dt 21,23) ; elle l’assimile aux moins-que-rien : « il a été fait péché pour nous » (2Co 5,21).

 

Prendre sa croix n’est donc pas se résigner au malheur inévitable ; ce n’est pas non plus glorifier la souffrance (physique ou morale) comme si elle était chemin de salut. Souffrir n’est pas porter sa croix, mais porter sa croix fera passer au travers de la souffrance. Rappelez-vous que c’est à Gethsémani que Jésus sua du sang et de l’eau, alors qu’il n’était pas encore exposé à la souffrance physique.

Car le but n’est pas de souffrir ou de ne pas souffrir. Le but, c’est de donner sa vie avec le Christ et pour lui.

 

Prendre sa croix chaque jour dans Communauté spirituelle image012-9d7f6Chaque jour, nous est alors demandé de re-choisir ce que nous voulons vraiment vivre. Voulons-nous échapper aux problèmes de manière magique ? nous résigner ? nous révolter ? Ou voulons-nous d’abord livrer notre vie aux autres ? Si c’est cela, les conséquences de ce choix fondamental (« renoncer à soi-même ») se feront inévitablement sentir : vous prendrez des risques pour d’autres, vous serez  dénigrés, on cherchera à vous bousculer, à vous abattre ; vous ferez l’expérience du rejet, peut-être de l’abandon… Mais cela n’a rien à voir avec une sciatique chronique ou un chômage persistant !

 

Répétons-le : prendre sa croix, ce n’est pas se résigner devant les malheurs quotidiens, c’est quotidiennement vouloir donner sa vie pour les autres.

Ainsi un enseignant épanoui et reconnu portera sa croix chaque jour en se livrant avec passion à ses élèves

Un salarié en entreprise « prend sa croix » lorsqu’il se bat pour la performance, le respect de ses collègues, le bien commun à partager entre tous dans l’entreprise.

Une personne retraitée se charge de sa croix lorsqu’elle se lève le matin en cherchant comment mettre sa journée au profit de son quartier, sa famille, de ceux pour lesquels elle a enfin du temps à consacrer…

 

Bref : bannissons une conception trop fataliste et doloriste de la croix du Christ !

Prendre sa croix, c’est avec le Christ livrer sa vie par amour, et en chemin affronter avec courage les humiliations, les rejets, la souffrance morale et physique que ce choix va entraîner.

« Celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera ».

 

 

 

Première lecture : Lecture du livre de Zacharie (XII 10-11).

Parole du Seigneur. En ce jour-là, je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit qui fera naître en eux bonté et supplication. Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé ; ils feront une lamentation sur lui comme sur un fils unique ; ils pleureront sur lui amèrement comme sur un premier-né. En ce jour-là, il y aura grande lamentation dans Jérusalem.

 

Psaume 62

Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube :
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.

Je t’ai contemplé au sanctuaire,
j’ai vu ta force et ta gloire.
Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres !

Toute ma vie je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom.
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

Oui, tu es venu à mon secours :
je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
Mon âme s’attache à toi,
ta main droite me soutient.

2° lecture : Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Galates (III 26-29)

Frère, en Jésus Christ, vous êtes tous fils de Dieu par la foi. En effet, vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ ; il n’y a plus ni juif ni païen, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous, vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus. Et si vous appartenez au Christ, c’est vous qui êtes la descendance d’Abraham ; et l’héritage que Dieu lui a promis, c’est à vous qu’il revient.

 

Evangile de Jésus-Christ selon Saint Luc (IX 18-24).

Un jour, Jésus priait à l’écart. Comme ses disciples étaient là, il les interrogea : « Pour la foule, qui suis-je ? » Ils répondirent : « Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un prophète d’autrefois qui serait ressuscité. » Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre prit la parole et répondit : « Le Messie de Dieu. » Et Jésus leur défendit vivement de le révéler à personne, en expliquant : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. » Il leur disait à tous : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

16 janvier 2010

Jésus que leur joie demeure

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Jésus que leur joie demeure

 

Homélie du  2° Dimanche du temps ordinaire / Année C
17/01/10


C’est un peu le sens de l’intercession de Marie dans ses noces de Cana.

« Ils n’ont plus de vin ». En disant cela à son fils, c’est comme si Marie le suppliait : « Jésus, que leur joie demeure »…

Car le vin est dans la Bible le symbole de la joie qui coule à flots. « Le vin réjouit le coeur de l’homme » (Ps 104,15) ne cessent de répéter les textes bibliques (cf. Jg 9,13 ; Dt 14,26 ; Qo 10,9 ; Za 10,7?), bien loin en cela du Coran pour qui le vin ne conduit qu’à des excès et doit donc être interdit.

Sur le fronton du temple de Jérusalem, le peuple d’Israël était représenté par une grappe de raisin destiné à produire du vin savoureux. Dans le repas de Pâques, on boit trois coupes de vin, la quatrième restant cachée jusqu’à la venue d’Élie annonçant le Messie : là on pourra boire cette quatrième coupe, car la joie sera complète.

 

Vous le voyez, Marie s’inscrit dans cette longue tradition qui aime la vie, qui aime la fête : « Jésus, que leur joie demeure ».

S’ils n’ont plus de vin, leur joie va s’épuiser…

Comme Marie est la figure de l’Église, son icône personnifiée, on voit là un des rôles majeurs de notre Église dans le monde de ce temps : intercéder auprès du Christ pour que la joie des hommes de s’épuise  pas…

Et comme Marie, nous ne demandons pas cette joie d’abord pour nous-mêmes, mais pour les autres, pour ceux qui nous ont invité et chez qui nous sommes de passage, à la noce.

Car la joie des hommes est fragile et s’éteint vite.

La joie du mariage dont parle notre évangile ne dure parfois que quelques mois ou quelques années en Occident… Intercéder et agir pour que la joie entre l’homme et la femme ne s’épuise pas est toujours une des missions majeures de l’Église, à la suite de Marie.

Mais on peut encore penser à d’autres joies qui ont besoin d’être sublimées, transfigurées en Christ pour ne pas se tarir : la joie de la transformation du monde par la science et les techniques, la joie de la création artistique, la joie sportive d’une communion qui nous dépasse…

Marie-Église ne méprise aucune joie humaine : elle cherche à lui donner sa plénitude en la greffant sur le Christ.


« Les deux soifs »

Cette intercession de Marie fait irrésistiblement penser à celle que Jésus osera supplier lui-même sur la croix : « j’ai soif » ? (Jn 19,28)


À Cana, les invités de la noce ont soif de vin et de joie, et Jésus leur fait servir le meilleur vin de la soirée.

Sur la croix, Jésus a soif d’eau et de compassion, et les soldats lui servent du fiel et du vinaigre.

Pourtant c’est bien la soif de Jésus sur la croix qui va nourrir (« rétroactivement ») la soif de la foule à Cana.

Le vinaigre qu’on lui donne à boire peut représenter la dérision des soldats se moquant de lui jusqu’au sadisme, jusqu’à augmenter encore sa souffrance. Ou bien le vinaigre peut aussi être un dérivatif une drogue comme un anesthésiant pour qu’il ne sente plus sa soif. Jésus refuse les deux : la dérision et la fuite. Il ne veut ni susciter le sadisme de ses ennemis, ni s’évader dans un coma artificiel. Il affronte la solitude et la mort avec cette soif inextinguible qui est en fait sa soif de communion avec Dieu…

C’est cette soif-là, tragique est crucifiée, qui change l’eau en vin à Cana ; c’est cette soif s’affrontant à la mort, la solitude, à l’abandon, qui va sauver la fête, la joie, le mariage de Cana.

 

Dans l’Évangile de Jean, les deux soifs se répondent : celle de Cana et celle de la Croix. Et c’est la deuxième qui exauce la première.

Ainsi donc la joie ne s’épuisera pas de nos vies, quelque soit les circonstances…

Le choral des mains vides

D’ailleurs, l’intercession de Marie-Église : « Jésus, que leur joie demeure » fait encore penser au célébrissime choral de la cantate BWV 147 de Jean-Sébastien Bach. Or, savez-vous quand Bach a écrit ce choral ? En 1716, pour le quatrième dimanche de l’Avent, alors qu’il vient d’apprendre la mort de son fils. Il est anéanti. Et pourtant il prend sa plume et compose cet air parmi les plus sereins du répertoire. C’est cela « le miracle des mains vides » : donner à d’autres la joie qu’on ne possède pas soi-même…

Dans le film sur François Mitterrand intitulé : « Le promeneur du Champ-de-Mars » (2005), c’est dans un cimetière que le président raconte cette anecdote sur Bach au journaliste qui écrit un livre sur lui : « tout le monde se serait effondré, s’étonne Mitterrand, mais c’est à ce moment qu’il écrivit : Jésus que ma joie demeure. »

Voilà comment la soif de la Croix nourrit la joie de Cana…

Puissions-nous être fidèles à ce que Marie nous indique comme rôle pour notre Église aujourd’hui : intercéder et tout préparer pour que la joie des hommes continue à couler à flots.

« Jésus, que leur joie demeure » …

  

1ère lecture : Les noces de Dieu et de son peuple (Is 62, 1-5)
Lecture du livre d’Isaïe

Pour la cause de Jérusalem je ne me tairai pas,
pour Sion je ne prendrai pas de repos,
avant que sa justice ne se lève comme l’aurore
et que son salut ne flamboie comme une torche.
Les nations verront ta justice,
tous les rois verront ta gloire.
On t’appellera d’un nom nouveau,
donné par le Seigneur lui-même.
Tu seras une couronne resplendissante
entre les doigts du Seigneur,
un diadème royal dans la main de ton Dieu.
On ne t’appellera plus : « La délaissée »,
on n’appellera plus ta contrée : « Terre déserte »,
mais on te nommera : « Ma préférée »,
on nommera ta contrée : « Mon épouse »,
car le Seigneur met en toi sa préférence
et ta contrée aura un époux.
Comme un jeune homme épouse une jeune fille,
celui qui t’a construite t’épousera.
Comme la jeune mariée est la joie de son mari,
ainsi tu seras la joie de ton Dieu.

Psaume : Ps 95, 1-2a, 2b-3, 7-8a, 9a.10ac

R/ Allez dire au monde entier
les merveilles de Dieu !

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Rendez au Seigneur, familles des peuples,
rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
rendez au Seigneur la gloire de son nom.

Apportez votre offrande, entrez dans ses parvis,
adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté :
tremblez devant lui, terre entière.

Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Le monde, inébranlable, tient bon.
Il gouverne les peuples avec droiture.

2ème lecture : Diversité des charismes dans l’unité (1Co 12, 4-11)
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
Les dons de la grâce sont variés, mais c’est toujours le même Esprit. Les fonctions dans l’Église sont variées, mais c’est toujours le même Seigneur.
Les activités sont variées, mais c’est toujours le même Dieu qui agit en tous.
Chacun reçoit le don de manifester l’Esprit en vue du bien de tous.
A celui-ci est donné, grâce à l’Esprit, le langage de la sagesse de Dieu ; à un autre, toujours par l’Esprit, le langage de la connaissance de Dieu ;
un autre reçoit, dans l’Esprit, le don de la foi ; un autre encore, des pouvoirs de guérison dans l’unique Esprit ;
un autre peut faire des miracles, un autre est un prophète, un autre sait reconnaître ce qui vient vraiment de l’Esprit ; l’un reçoit le don de dire toutes sortes de paroles mystérieuses, l’autre le don de les interpréter.
Mais celui qui agit en tout cela, c’est le même et unique Esprit : il distribue ses dons à chacun, selon sa volonté.

Evangile : Les noces de Cana (Jn 2, 1-11)

Acclamation : Alléluia. Alléluia.
Soyons dans la joie pour l’Alliance nouvelle :
heureux les invités aux noces de l’Agneau !
Alléluia. (Ap 19, 7.9)

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean

Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là.
Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples.Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. »
Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. »
Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira. »
Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs ; chacune contenait environ cent litres.
Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d’eau les cuves. » Et ils les remplirent jusqu’au bord.
Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.
Le maître du repas goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l’eau.
Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Patrick BRAUD
Mots-clés : , , ,

9 janvier 2010

Lot de consolation

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Lot de consolation

Homélie de la fête du Baptême du Christ / Année C
10/01/10

 

L’expression est un peu condescendante : on donne un lot de consolation au perdant  d’un jeu télévisé pour qu’il ne reparte pas les mains vides. Avec un peu de pitié et d’ironie mélangées, on le renvoie en lui disant : « Merci d’avoir joué, mais vous êtes le perdant. Au revoir… »

Rien de tel dans la double adresse qui marque la déclaration de Dieu en faveur de son peuple : « consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu ». À cause de cette ouverture remplie d’affection et de tendresse, les chapitres 40 à 55 du livre d’Isaïe (le « deutéro-Isaïe ») ont reçu le nom de : « livre de la consolation d’Israël ».

Certes, à ce moment où Isaïe parle, Israël est un perdant, un « looser » sur l’échiquier international. Il est en exil, ses deux premiers temples ont été détruits. Il pleure le long des rives du fleuve de Babylone en se souvenant de la splendeur passée…

 

Mais Dieu lui-même sera sa consolation : un sacré lot !

Le perdant bénéficiera de la puissance du Dieu qui vient (Is 40,10) pour le consoler, c’est-à-dire pour être son appui, son soutien.

En architecture, la console est une pièce saillante, en forme de S le plus souvent, qui sert à soutenir une corniche, un balcon. Dans la Bible, Dieu console en étant pour son peuple celui qui le soutient, en l’empêchant de basculer dans le vide.

Par extension, le mot console en est venu à désigner l’interface entre des musiciens et leur système d’enregistrement (console de mixage).

nullPar extension encore les consoles de jeu désignent aujourd’hui ces merveilleuses manettes entre le joueur et son écran qui lui permette sans le savoir d’être « consolé » de l’ennui ou de la solitude… Dieu assume en Jésus tous les sens de ce mot « console », jusqu’à la Wii, la PlayStation, la Nintendo ou la XBox?

 

La répétition accentue encore le côté solennel de cet engagement de Dieu en faveur des perdants de l’histoire : « consolez, consolez ».

Pourquoi le dire deux fois ? Pour insister ? Pour dramatiser ?

nullLes rabbins y voient plutôt l’allusion aux deux temples qui ont été détruits à Jérusalem (en 586 et 70 avant Jésus-Christ). La consolation est double, car le troisième temple que Dieu va édifier récapitulera les qualités du premier temple – il contenait l’arche d’alliance – et du deuxième temple – qui étaient le plus grand parmi les hommes -. Le premier temple était plus vertical, transcendant ; le deuxième temple plus horizontal plus humain. Le troisième temple espéré par les juifs sera éternel ; il mariera le vertical et horizontal, le transcendant et l’humain. Pour les chrétiens, ce troisième temple est déjà accompli dans le corps de Jésus ressuscité.

En consolant des deux premières catastrophes nationales (il faudrait y rajouter la Shoah aujourd’hui…), Dieu ne fait pas que sécher les larmes de son peuple : il lui ouvre un avenir infini, en venant lui-même avec puissance pour le sauver.

« Consolez, consolez mon peuple » : cette double consolation annonce donc la délivrance en plénitude. La répétition évoque un accroissement, une multiplication sans proportion d’avec le passé.

 

On voit alors le rapport entre la double consolation d’Isaïe et le baptême de Jésus dans le Nouveau Testament. La liturgie fait ce rapprochement dans les lectures de cette fête du baptême du Christ, sans doute à cause de la citation d’Isaïe par Luc (3,4-6). Et elle a raison ! Du coup, ce rapprochement joue aussi sur le lien entre baptême et consolation : la plongée de Jésus dans le Jourdain de notre humanité est bien l’accomplissement de la prophétie d’Isaïe.

En Jésus le fils bien-aimé du Père, la consolation nous est offerte, à l’infini.

Consolation de la tristesse devant nos péchés, comme le peuple venu vers Jean-Baptiste en signe de repentir.

Consolation de nos déceptions les plus amères, comme en témoigne la mention de Luc : « le peuple était en attente ».

Double consolation en fait, comme annoncé par Isaïe : dans le baptême, ce qui avait été détruit dans nos vies sera reconstruit, par Dieu lui-même ; ce qui nous avait éloigné de nous-mêmes sera vaincu par Dieu qui nous offre de devenir ses proches, ses fils et ses filles, par Jésus le Christ : « tu es mon enfant bien-aimé… »

Ce ministère de la consolation est si important que Saint-Paul en sera le thème majeur de sa deuxième lettre aux Corinthiens :

2 Co  1,4-7 : « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit.  De même en effet que les souffrances du Christ abondent pour nous, ainsi, par le Christ, abonde aussi notre consolation.  Sommes-nous dans la tribulation? C’est pour votre consolation et salut. Sommes-nous consolés? C’est pour votre consolation, qui vous donne de supporter avec constance les mêmes souffrances que nous endurons, nous aussi. Et notre espoir à votre égard est ferme: nous savons que, partageant nos souffrances, vous partagerez aussi notre consolation. »


Alors, comment allons-nous entendre en ce dimanche le double appel d’Isaïe : « consolez, consolez mon peuple » ?

Quelle visite, quel coup de fil, quel geste, quelle parole, quelle marque d’attention allons-nous avoir pour consoler quelqu’un qui autour de nous est « en attente » ?

 

Lot de consolation dans Communauté spirituelle consolation

Continuer à fêter Noël, n’est-ce pas aller consoler quelqu’un qui attend votre visite ? Ou bien accepter vous-mêmes d’être consolé par un autre, si vous êtes dans une période de détresse ou de désolation ?

 

Le baptême est vraiment un lot de consolation pas comme les autres : laissons-nous consoler par Dieu lui-même qui vient redire à chacun : « tu es mon enfant bien-aimé »...

 

1ère lecture : « Consolez, consolez mon peuple » (Is 40, 1-11)

Lecture du livre d’Isaïe

Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu.

Parlez au coeur de Jérusalem et proclamez que son service est accompli, que son crime est pardonné, et qu’elle a reçu de la main du Seigneur double punition pour toutes ses fautes.

Une voix proclame : « Préparez à travers le désert le chemin du Seigneur. Tracez dans les terres arides une route aplanie pour notre Dieu.

Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées, les passages tortueux deviendront droits, et les escarpements seront changés en plaine.

Alors la gloire du Seigneur se révélera et tous en même temps verront que la bouche du Seigneur a parlé. »

Une voix dit : « Proclame ! » et je dis : « Que dois-je proclamer ?- Toute créature est comme l’herbe, toute sa grâce est comme la fleur des champs : l’herbe se dessèche et la fleur se fane quand passe le souffle du Seigneur. En effet, le peuple est comme l’herbe.

L’herbe se dessèche et la fleur se fane, mais la parole de notre Dieu demeure pour toujours. »

Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu. »

Voici le Seigneur Dieu : il vient avec puissance et son bras est victorieux. Le fruit de sa victoire l’accompagne et ses trophées le précèdent.

Comme un berger, il conduit son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son coeur, et il prend soin des brebis qui allaitent leurs petits.


Psaume 103

R/ L’eau et l’Esprit te rendent témoignage, Seigneur de gloire.

Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand ! Revêtu de magnificence,

tu as pour manteau la lumière ! Comme une tenture, tu déploies les cieux,

tu élèves dans leurs eaux tes demeures ; des nuées, tu te fais un char, tu t’avances sur les ailes du vent ;

tu prends les vents pour messagers, pour serviteurs, les flammes des éclairs.

Tu as donné son assise à la terre : qu’elle reste inébranlable au cours des temps.

Tu l’as vêtue de l’abîme des mers : les eaux couvraient même les montagnes ;

à ta menace, elles prennent la fuite, effrayées par le tonnerre de ta voix.

Elles passent les montagnes, se ruent dans les vallées vers le lieu que tu leur as préparé.

Tu leur imposes la limite à ne pas franchir : qu’elles ne reviennent jamais couvrir la terre.

Dans les ravins tu fais jaillir des sources et l’eau chemine au creux des montagnes ;

elle abreuve les bêtes des champs : l’âne sauvage y calme sa soif ;

les oiseaux séjournent près d’elle : dans le feuillage on entend leurs cris.

De tes demeures tu abreuves les montagnes, et la terre se rassasie du fruit de tes oeuvres ;

tu fais pousser les prairies pour les troupeaux, et les champs pour l’homme qui travaille. De la terre il tire son pain : le vin qui réjouit le coeur de l’homme, l’huile qui adoucit son visage, et le pain qui fortifie le coeur de l’homme.

Les arbres du Seigneur se rassasient, les cèdres qu’il a plantés au Liban ;

c’est là que vient nicher le passereau, et la cigogne a sa maison dans les cyprès ;

aux chamois, les hautes montagnes, aux marmottes, l’abri des rochers.

Tu fis la lune qui marque les temps et le soleil qui connaît l’heure de son coucher.

Tu fais descendre les ténèbres, la nuit vient : les animaux dans la forêt s’éveillent ;

le lionceau rugit vers sa proie, il réclame à Dieu sa nourriture.

Quand paraît le soleil, ils se retirent : chacun gagne son repaire.

L’homme sort pour son ouvrage, pour son travail, jusqu’au soir.

Quelle profusion dans tes oeuvres, Seigneur ! + Tout cela, ta sagesse l’a fait ; * la terre s’emplit de tes biens.

Voici l’immensité de la mer, son grouillement innombrable d’animaux grands et petits,

ses bateaux qui voyagent, et Léviathan que tu fis pour qu’il serve à tes jeux.

Tous, ils comptent sur toi pour recevoir leur nourriture au temps voulu.

Tu donnes : eux, ils ramassent ; tu ouvres la main : ils sont comblés.

Tu caches ton visage : ils s’épouvantent ; tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière.

Tu envoies ton souffle : ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre.

2ème lecture : Le bain du baptême (Ti 2,11-14; 3,4-7)

Lecture de la lettre de saint Paul à Tite  

La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes.

C’est elle qui nous apprend à rejeter le péché et les passions d’ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnable, justes et religieux, et pour attendre le bonheur que nous espérons avoir quand se manifestera la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur.

Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.

Dieu, notre Sauveur, a manifesté sa bonté et sa tendresse pour les hommes, il nous a sauvés. Il l’a fait dans sa miséricorde, et non pas à cause d’actes méritoires que nous aurions accomplis par nous-mêmes. Par le bain du baptême, il nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint.

Cet Esprit, Dieu l’a répandu sur nous avec abondance, par Jésus Christ notre Sauveur ; ainsi, par sa grâce, nous sommes devenus des justes, et nous possédons dans l’espérance l’héritage de la vie éternelle.

Dieu, notre Sauveur, a manifesté sa bonté et sa tendresse pour les hommes, il nous a sauvés. Il l’a fait dans sa miséricorde, et non pas à cause d’actes méritoires que nous aurions accomplis par nous-mêmes. Par le bain du baptême, il nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint.

Cet Esprit, Dieu l’a répandu sur nous avec abondance, par Jésus Christ notre Sauveur ; ainsi, par sa grâce, nous sommes devenus des justes, et nous possédons dans l’espérance l’héritage de la vie éternelle.

Evangile : Le baptême de Jésus (Lc 3, 15-22)

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc

Or, le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Messie.

Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu.

Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s’éteint pas. »

Par ces exhortations et bien d’autres encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

Hérode, prince de Galilée, avait reçu des reproches de Jean au sujet d’Hérodiade, la femme de son frère, et au sujet de tout ce que lui, Hérode, avait fait de mal.

A tout le reste il ajouta encore ceci : il fit enfermer Jean Baptiste en prison.

Comme tout le peuple se faisait baptiser et que Jésus priait, après avoir été baptisé lui aussi, alors le ciel s’ouvrit.

L’Esprit Saint descendit sur Jésus, sous une apparence corporelle, comme une colombe. Du ciel une voix se fit entendre : « C’est toi mon Fils : moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,
1...1718192021