L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homelie fete saint pierre

10 avril 2010

Riches en miséricorde ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Riches en miséricorde ?

 

Homélie du 2° dimanche de Pâques /Année C

11/04/2010


C’est Jean-Paul II qui a voulu faire de ce 2° Dimanche de Pâques un jour pour fêter la miséricorde divine.

 

Riches en miséricorde ? dans Communauté spirituelle« Voici que le Fils de Dieu, dans sa résurrection, a fait l’expérience radicale de la miséricorde, c’est-à-dire de l’amour du Père plus fort que la mort. Et c’est aussi le même Christ, fils de Dieu, qui, au terme – et en un certain sens au-delà même du terme – de sa mission messianique, se révèle lui-même comme source inépuisable de la miséricorde, de l’amour qui, dans la perspective ultérieure de l’histoire du salut dans l’Église, doit continuellement se montrer plus fort que le péché. Le Christ de Pâques est l’incarnation définitive de la miséricorde, son signe vivant : signe du salut à la fois historique et eschatologique. Dans le même esprit, la liturgie du temps pascal met sur nos lèvres les paroles du Psaume : Misericordias  Domini in aeternum  cantabo, « Je chanterai sans fin les miséricordes du Seigneur ». (Dieu riche en miséricorde, n° 8)

 

Effectivement, il y a un lien très fort selon l’évangile entre Pâques et le pardon, entre la résurrection du Christ et la miséricorde du Père.

Le premier mot du Ressuscité est le mot de paix : « la paix soit avec vous ». Cette paix du coeur qui ne s’obtient qu’en la recevant d’un autre qui nous aime.

Le don que le Ressuscité fait à son Église pour vivre de cette paix est l’Esprit.

Le Pape Jean-Paul II le décrivait ainsi :

« Comme les apôtres autrefois, il est toutefois nécessaire que l’humanité d’aujourd’hui accueille elle aussi dans le cénacle de l’histoire le Christ ressuscité, qui montre les blessures de sa crucifixion et répète : Paix  à vous ! Il faut que l’humanité se laisse atteindre et imprégner par l’Esprit que le Christ ressuscité lui donne. C’est l’Esprit qui guérit les blessures du coeur, abat les barrières qui nous éloignent de Dieu et qui nous divisent entre nous, restitue la joie de l’amour du Père et celle de l’unité fraternelle. » (Homélie du 30 avril 2000).

 

La petite Pentecôte d’aujourd’hui est donc liée à la circulation du pardon entre nous, entre Dieu et nous.

Car l’Esprit, c’est la relation vivante, personnifiée.

Relation de profonde communion entre Jésus et celui qu’il appelle « Abba », Père.

Relation d’unité fraternelle entre les hommes qui se reconnaissent dans cette filiation partagée en Jésus.

 

Fêter le pardon à la lumière de Pâques, et Pâques à la lumière du pardon : voilà un enjeu existentiel de ce dimanche de la divine miséricorde !

Et qui a des conséquences très concrètes.

 

- Si renaître, c’est pardonner, alors comment rester dans des amertumes, des conflits, des  silences meurtriers ?

- Si ressusciter, c’est être pardonné, pourquoi ne pas s’ouvrir à cette humble confiance envers Dieu et envers ceux avec qui la relation est difficile ?

- Si la miséricorde est le signe de la victoire sur la mort, comment la réserver à quelques-uns ?

- Si la relation vivante est plus importante que tout, pourquoi laisser des objets ou des choses matérielles nous éloigner les uns des autres ?

 

Dans chaque famille, il y a des sources de blessure, d’opposition, de friction, de  séparation…

Que cette fête de la miséricorde renouvelle nos relations familiales !

Dans chaque communauté, professionnelle, amicale ou ecclésiale, il y a des pardons à échanger.

Que cette identification entre Pâques et la miséricorde divine nous pousse à voir autrement nos collègues, nos amis, nos communautés de vie, pour y pratiquer cette miséricorde, et devenir « artisans de paix ».

 

1ère lecture : La communauté des premiers chrétiens (Ac 5, 12-16)

À Jérusalem, par les mains des Apôtres, beaucoup de signes et de prodiges se réalisaient dans le peuple. Tous les croyants, d’un seul coeur, se tenaient sous la colonnade de Salomon. Personne d’autre n’osait se joindre à eux ; cependant tout le peuple faisait leur éloge,
et des hommes et des femmes de plus en plus nombreux adhéraient au Seigneur par la foi.
On allait jusqu’à sortir les malades sur les places, en les mettant sur des lits et des brancards : ainsi, quand Pierre passerait, il toucherait l’un ou l’autre de son ombre. Et même, une foule venue des villages voisins de Jérusalem amenait des gens malades ou tourmentés par des esprits mauvais. Et tous, ils étaient guéris.

Psaume : Ps 117, 1.4, 22-23, 24-25, 26ab.27a.29

R/ Éternel est son amour !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle : 
c’est là l’oeuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux. 

Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! 
Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire ! 

Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient ! 
Dieu, le Seigneur, nous illumine.
Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !

2ème lecture : « Je suis le Vivant : écris ce que tu vois » (Ap 1, 9-11a.12-13.17-19)

Moi, Jean,votre frère et compagnon dans la persécution, la royauté et l’endurance avec Jésus, je me trouvais dans l’île de Patmos à cause de la parole de Dieu et du témoignage pour Jésus.
C’était le jour du Seigneur ; je fus inspiré par l’Esprit, et j’entendis derrière moi une voix puissante, pareille au son d’une trompette.
Elle disait :« Ce que tu vois, écris-le dans un livre et envoie-le aux sept Églises : à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie et à Laodicée. »
Elle disait :« Ce que tu vois, écris-le dans un livre et envoie-le aux sept Églises qui sont en Asie mineure. »
Je me retournai pour voir qui me parlait. Quand je me fus retourné, je vis sept chandeliers d’or ;
et au milieu d’eux comme un fils d’homme, vêtu d’une longue tunique ;une ceinture d’or lui serrait la poitrine ;
Quand je le vis, je tombai comme mort à ses pieds, mais il posa sur moi sa main droite, en disant : « Sois sans crainte. Je suis le Premier et le Dernier,
je suis le Vivant : j’étais mort,mais me voici vivant pour les siècles des siècles, et je détiens les clés de la mort et du séjour des morts.
Écris donc ce que tu auras vu : ce qui arrive maintenant, et ce qui arrivera ensuite. »

 

Evangile : Apparition du Christ huit jours après Pâques (Jn 20, 19-31)

C’était après la mort de Jésus, le soir du premier jour de la semaine. Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.
Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. »
Or, l’un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) n’était pas avec eux quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »
Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »
Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
1l y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas mis par écrit dans ce livre.
Mais ceux-là y ont été mis afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et afin que, par votre foi, vous ayez la vie en son nom.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

27 février 2010

L’alliance entre les morceaux

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’ALLIANCE ENTRE LES MORCEAUX

 

Homélie du 2° Dimanche de Carême / Année C

28/02/10

 

Curieux texte que notre première lecture !

Texte si mystérieux qu’il a donné lieu à une multitude de commentaires, tant juifs que chrétiens.

Je vous propose d’en parcourir quelques interprétations, en essayant de les actualiser, et ? pourquoi pas ? – en faisant le lien avec notre évangile de la Transfiguration.

 

1. Une alliance exigeante où Dieu s’engage tout entier

Ce rite étrange où les partenaires d’une alliance passent au milieu de morceaux d’animaux découpés semble très ancien.

Les deux partenaires passaient entre les carcasses pour garantir qu’ils observeraient les clauses du traité d’alliance, sinon il leur arriverait la même chose qu’aux animaux découpés ! La vie des animaux sacrifiés était la garantie de la vie qui s’engageait dans le pacte.

Ce qui est étonnant ici, c’est que Dieu accepte de se soumettre à ce rite, fait pour conjurer la fidélité des humains, alors que Dieu ? lui – est fidèle et n’est pas concerné par cette garantie ! Pour assurer à Abraham qu’il ira jusqu’au bout de sa promesse d’une descendance alliée à lui, quoiqu’il arrive, Dieu accepte de passer entre les morceaux (sous la forme du feu). C’est comme s’il disait à Abraham qu’il s’engage sur sa vie, lui l’Immortel !

 

D’où une première piste de méditation : lorsque Dieu s’engage, il le fait « à la vie à la mort ». Cet engagement de Dieu culmine en Jésus-Christ transfiguré : il va signer l’Alliance de son sang.

 

2. L’annonce des exils et de la délivrance

L'alliance entre les morceaux dans Communauté spirituelle UJUj1253683La promesse de Dieu de s’allier à la descendance d’Abraham s’accompagne d’une mauvaise nouvelle (si difficile à entendre que la liturgie catholique l’a enlevée de la première lecture, hélas !) : « et sache que ta descendance séjournera dans une terre étrangère, où elle sera asservie et opprimée » (Genèse 15,13).

D’où « l’angoisse, sombre et intense, qui tomba » sur Abraham à cette annonce.

Et les animaux pourraient symboliser les exils successifs du peuple juif dans l’histoire.

De l’esclavage en Égypte à la catastrophe de la Shoah, l’alliance entre Dieu et les juifs est mise à rude épreuve, et semble bien souvent contredite, voire anéantie. Mais pourtant Dieu reste fidèle (cf. 1.), et à travers chaque exode, chaque exil, il forme son peuple à attendre de lui la délivrance absolue, celle qu’apportera le Messie.

Lorsque Abraham écarte les rapaces qui descendaient sur les morceaux, c’est comme s’il protégeait le peuple en l’obligeant à attendre jusqu’au soir le passage de Dieu au milieu des morceaux d’animaux. Le texte dit même qu’il agite des « foulards » pour écarter les rapaces ; or le mot foulards (soudarim en hébreu) vient du mot seder , qui signifie l’ordre rituel à respecter (lors d’une fête par exemple) : il faut donc respecter le temps de Dieu qui n’est pas le temps des hommes…

 

D’où une deuxième piste de méditation : Dieu restera fidèle à son alliance, quelque soit les exils et les épreuves qui marqueront notre histoire, personnelle et collective?

Compter sur Dieu permet ainsi de traverser et de transformer les exodes, les exils, et même la Shoah en attente active de sa délivrance qui ne peut venir que de lui.

La transfiguration du Christ est ainsi la promesse de fidélité divine qui lui est donnée pour traverser sa passion qui approche.

 

3. L’alliance est la raison ultime de la création

wXRp1896993 Abraham dans Communauté spirituelleÀ ce moment, une « torpeur mystérieuse » s’empare d’Abraham… On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec la première « torpeur mystérieuse », celle d’Adam, premier être humain, de qui va sortir une relation d’alliance entre Isch et Ischa, entre le masculin et le féminin (Gn 2,21). L’alliance entre Dieu et Abraham est de la même essence que l’alliance entre l’homme et la femme.

 

Mieux encore : c’est pour cette alliance que le monde a été créé !

Prenez en effet le mot hébreu que nous avons traduit par « genèse », « commencement ».

bereschit alliance

C’est le premier mot de la Bible : Bereshit. Eh bien, les cabalistes ont depuis longtemps repéré que, si vous coupez le mot hébreu Bereshit en trois morceaux égaux (Ber ? esh ? it), le début et la fin forment le mot Berit = l’alliance, et au centre il vous reste le mot Esh = le feu en hébreu ! Ainsi, lorsque le feu passe au milieu de l’alliance, la genèse du monde s’accomplit. La création a pour but cette alliance, qui est présente dès l’origine du monde dans la pensée même de Dieu !

 

On peut relire l’Évangile de la Transfiguration comme l’accomplissement de cette alliance. Pierre et ses compagnons sont accablés de sommeil, comme Adam et comme Abraham. Jésus est lui-même d’une blancheur éclatante, comme une nuée lumineuse. Il passe entre Moïse et Élie d’un côté, et Pierre ses compagnons de l’autre : c’est une nouvelle « alliance entre les morceaux » qui va conduire Israël et l’Église jusqu’à leur délivrance totale, la délivrance pascale.

 

4. Couper une alliance

En hébreu, on ne dit pas « conclure » une alliance, mais « couper » une alliance (Bereshit, B.R.H = trancher, couper, faire un choix).

C’est parce que l’alliance suppose deux partenaires distincts : tant qu’un morceau d’Adam ne lui a pas été enlevé, il ne peut pas vivre d’alliance. Abraham coupe les carcasses d’animaux pour symboliser cette radicale différence entre Dieu et l’homme, les deux partenaires de l’alliance.

D’ailleurs, l’autre rite qui va marquer l’alliance entre Dieu et son peuple est lui aussi un rite de coupure, de séparation : c’est la circoncision (circoncision = Brit mila, les mêmes lettres que Bérit / alliance, c’est le même mot!). Ce rite symbolise la différence fondamentale entre l’homme et la femme (on coupe le prépuce, partie formellement féminine du sexe masculin, pour bien distinguer masculin et féminin) pour renvoyer à la différence fondamentale entre Dieu et l’homme, dont le respect permet de vivre une relation d’alliance entre les deux.

Pas d’alliance sans acceptation de la différence !

Pas de relation d’alliance sans acceptation d’une certaine perte, d’une coupure, d’une séparation (ce que les juifs vont expérimenter dans la douleur à travers leurs exils successifs).

Les animaux coupés en deux pourraient en ce sens représenter les sacrifices nécessaires à l’alliance, sacrifices d’animaux lors du temple de Jérusalem, sacrifices spirituels ensuite…

 

Impossible de tout dire !

 

Que cette alliance entre les morceaux nous aide à revisiter cette semaine les alliances qui sont – ou qui devraient être- les nôtres : sont-elles à l’image de cette Alliance fondatrice ?


1ère lecture : L’Alliance entre les morceaux (Gn 15, 5-12.17-18a)

 

Lecture du livre de la Genèse

Le Seigneur parlait à Abraham dans une visiosn. Puis il le fit sortir et lui dit : « Regarde le ciel, et compte les étoiles, si tu le peux… » Et il déclara : « Vois quelle descendance tu auras ! »
Abram eut foi dans le Seigneur et le Seigneur estima qu’il était juste.
Puis il dit : « Je suis le Seigneur, qui t’ai fait sortir d’Our en Chaldée pour te mettre en possession de ce pays. »
Abram répondit : « Seigneur mon Dieu, comment vais-je savoir que j’en ai la possession ? »
Le Seigneur lui dit : « Prends-moi une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe. »
Abram prit tous ces animaux, les partagea en deux, et plaça chaque moitié en face de l’autre ; mais il ne partagea pas les oiseaux.
Comme les rapaces descendaient sur les morceaux, Abram les écarta.
Au coucher du soleil, un sommeil mystérieux s’empara d’Abram, une sombre et profonde frayeur le saisit.
Le Seigneur parlait à Abraham dans une vision. Puis il le fit sortir et lui dit : « Regarde le ciel, et compte les étoiles, si tu le peux… » Et il déclara : « Vois quelle descendance tu auras ! »
Après le coucher du soleil, il y eut des ténèbres épaisses. Alors un brasier fumant et une torche enflammée passèrent entre les quartiers d’animaux.
Ce jour-là, le Seigneur conclut une Alliance avec Abram en ces termes :« A ta descendance je donne le pays que voici. »


Ecoutez le commentaire d’Emeric Deutsch ici:
http://www.akadem.org/sommaire/series/module_2796.php

 

Psaume : Ps 26, 1, 7-8, 9abcd, 13-14

R/ Le Seigneur est ma lumière et mon salut

Le Seigneur est ma lumière et mon salut,
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie,
devant qui tremblerais-je ?

Écoute, Seigneur, je t’appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon coeur m’a redit ta parole :
« Cherchez ma face. »

C’est ta face, Seigneur, que je cherche :
ne me cache pas ta face.
N’écarte pas ton serviteur avec colère,
tu restes mon secours.

J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »

 

2ème lecture : Le Christ nous transfigurera (brève : 3, 20 – 4, 1) (Ph 3, 17-21; 4, 1)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens

Frères, prenez-moi tous pour modèle, et regardez bien ceux qui vivent selon l’exemple que nous vous donnons.
Car je vous l’ai souvent dit, et maintenant je le redis en pleurant : beaucoup de gens vivent en ennemis de la croix du Christ.
Ils vont tous à leur perte. Leur dieu, c’est leur ventre, et ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte ; ils ne tendent que vers les choses de la terre.
Mais nous, nous sommes citoyens des cieux ; c’est à ce titre que nous attendons comme sauveur le Seigneur Jésus Christ,
lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux, avec la puissance qui le rend capable aussi de tout dominer.

 

Evangile : La Transfiguration (Lc 9, 28-36)

 

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il alla sur la montagne pour prier. Pendant qu’il priait, son visage apparut tout autre, ses vêtements devinrent d’une blancheur éclatante.
Et deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie,
apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait se réaliser à Jérusalem.
Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, se réveillant, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés.
Ces derniers s’en allaient, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est heureux que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu’il disait.
Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent.
Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi, écoutez-le. »
Quand la voix eut retenti, on ne vit plus que Jésus seul.Les disciples gardèrent le silence et, de ce qu’ils avaient vu, ils ne dirent rien à personne à ce moment-là.
Patrick BRAUD 

Mots-clés : , , ,

16 janvier 2010

Jésus que leur joie demeure

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Jésus que leur joie demeure

Homélie du  2° Dimanche du temps ordinaire / Année C
17/01/10


C’est un peu le sens de l’intercession de Marie dans ses noces de Cana.

« Ils n’ont plus de vin ». En disant cela à son fils, c’est comme si Marie le suppliait : « Jésus, que leur joie demeure »…

Car le vin est dans la Bible le symbole de la joie qui coule à flots. « Le vin réjouit le coeur de l’homme » (Ps 104,15) ne cessent de répéter les textes bibliques (cf. Jg 9,13 ; Dt 14,26 ; Qo 10,9 ; Za 10,7?), bien loin en cela du Coran pour qui le vin ne conduit qu’à des excès et doit donc être interdit.

Sur le fronton du temple de Jérusalem, le peuple d’Israël était représenté par une grappe de raisin destiné à produire du vin savoureux. Dans le repas de Pâques, on boit trois coupes de vin, la quatrième restant cachée jusqu’à la venue d’Élie annonçant le Messie : là on pourra boire cette quatrième coupe, car la joie sera complète.

Vous le voyez, Marie s’inscrit dans cette longue tradition qui aime la vie, qui aime la fête : « Jésus, que leur joie demeure ».

S’ils n’ont plus de vin, leur joie va s’épuiser…

Comme Marie est la figure de l’Église, son icône personnifiée, on voit là un des rôles majeurs de notre Église dans le monde de ce temps : intercéder auprès du Christ pour que la joie des hommes de s’épuise  pas…

Et comme Marie, nous ne demandons pas cette joie d’abord pour nous-mêmes, mais pour les autres, pour ceux qui nous ont invité et chez qui nous sommes de passage, à la noce.

Car la joie des hommes est fragile et s’éteint vite.

La joie du mariage dont parle notre évangile ne dure parfois que quelques mois ou quelques années en Occident… Intercéder et agir pour que la joie entre l’homme et la femme ne s’épuise pas est toujours une des missions majeures de l’Église, à la suite de Marie.

Mais on peut encore penser à d’autres joies qui ont besoin d’être sublimées, transfigurées en Christ pour ne pas se tarir : la joie de la transformation du monde par la science et les techniques, la joie de la création artistique, la joie sportive d’une communion qui nous dépasse…

Marie-Église ne méprise aucune joie humaine : elle cherche à lui donner sa plénitude en la greffant sur le Christ.


« Les deux soifs »

Cette intercession de Marie fait irrésistiblement penser à celle que Jésus osera supplier lui-même sur la croix : « j’ai soif » ? (Jn 19,28)

À Cana, les invités de la noce ont soif de vin et de joie, et Jésus leur fait servir le meilleur vin de la soirée.

Sur la croix, Jésus a soif d’eau et de compassion, et les soldats lui servent du fiel et du vinaigre.

Pourtant c’est bien la soif de Jésus sur la croix qui va nourrir (« rétroactivement ») la soif de la foule à Cana.

Le vinaigre qu’on lui donne à boire peut représenter la dérision des soldats se moquant de lui jusqu’au sadisme, jusqu’à augmenter encore sa souffrance. Ou bien le vinaigre peut aussi être un dérivatif une drogue comme un anesthésiant pour qu’il ne sente plus sa soif. Jésus refuse les deux : la dérision et la fuite. Il ne veut ni susciter le sadisme de ses ennemis, ni s’évader dans un coma artificiel. Il affronte la solitude et la mort avec cette soif inextinguible qui est en fait sa soif de communion avec Dieu…

C’est cette soif-là, tragique est crucifiée, qui change l’eau en vin à Cana ; c’est cette soif s’affrontant à la mort, la solitude, à l’abandon, qui va sauver la fête, la joie, le mariage de Cana.

Dans l’Évangile de Jean, les deux soifs se répondent : celle de Cana et celle de la Croix. Et c’est la deuxième qui exauce la première.

Ainsi donc la joie ne s’épuisera pas de nos vies, quelque soit les circonstances…

Le choral des mains vides

D’ailleurs, l’intercession de Marie-Église : « Jésus, que leur joie demeure » fait encore penser au célébrissime choral de la cantate BWV 147 de Jean-Sébastien Bach. Or, savez-vous quand Bach a écrit ce choral ? En 1716, pour le quatrième dimanche de l’Avent, alors qu’il vient d’apprendre la mort de son fils. Il est anéanti. Et pourtant il prend sa plume et compose cet air parmi les plus sereins du répertoire. C’est cela « le miracle des mains vides » : donner à d’autres la joie qu’on ne possède pas soi-même…

Dans le film sur François Mitterrand intitulé : « Le promeneur du Champ-de-Mars » (2005), c’est dans un cimetière que le président raconte cette anecdote sur Bach au journaliste qui écrit un livre sur lui : « tout le monde se serait effondré, s’étonne Mitterrand, mais c’est à ce moment qu’il écrivit : Jésus que ma joie demeure. »

Voilà comment la soif de la Croix nourrit la joie de Cana…

Puissions-nous être fidèles à ce que Marie nous indique comme rôle pour notre Église aujourd’hui : intercéder et tout préparer pour que la joie des hommes continue à couler à flots.

« Jésus, que leur joie demeure » …

  

1ère lecture : Les noces de Dieu et de son peuple (Is 62, 1-5)
Lecture du livre d’Isaïe

Pour la cause de Jérusalem je ne me tairai pas,
pour Sion je ne prendrai pas de repos,
avant que sa justice ne se lève comme l’aurore
et que son salut ne flamboie comme une torche.
Les nations verront ta justice,
tous les rois verront ta gloire.
On t’appellera d’un nom nouveau,
donné par le Seigneur lui-même.
Tu seras une couronne resplendissante
entre les doigts du Seigneur,
un diadème royal dans la main de ton Dieu.
On ne t’appellera plus : « La délaissée »,
on n’appellera plus ta contrée : « Terre déserte »,
mais on te nommera : « Ma préférée »,
on nommera ta contrée : « Mon épouse »,
car le Seigneur met en toi sa préférence
et ta contrée aura un époux.
Comme un jeune homme épouse une jeune fille,
celui qui t’a construite t’épousera.
Comme la jeune mariée est la joie de son mari,
ainsi tu seras la joie de ton Dieu.

Psaume : Ps 95, 1-2a, 2b-3, 7-8a, 9a.10ac

R/ Allez dire au monde entier
les merveilles de Dieu !

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Rendez au Seigneur, familles des peuples,
rendez au Seigneur la gloire et la puissance,

rendez au Seigneur la gloire de son nom.

Apportez votre offrande, entrez dans ses parvis,
adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté :
tremblez devant lui, terre entière.

Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Le monde, inébranlable, tient bon.
Il gouverne les peuples avec droiture.

2ème lecture : Diversité des charismes dans l’unité (1Co 12, 4-11)
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
Les dons de la grâce sont variés, mais c’est toujours le même Esprit. Les fonctions dans l’Église sont variées, mais c’est toujours le même Seigneur.
Les activités sont variées, mais c’est toujours le même Dieu qui agit en tous.
Chacun reçoit le don de manifester l’Esprit en vue du bien de tous.
A celui-ci est donné, grâce à l’Esprit, le langage de la sagesse de Dieu ; à un autre, toujours par l’Esprit, le langage de la connaissance de Dieu ;
un autre reçoit, dans l’Esprit, le don de la foi ; un autre encore, des pouvoirs de guérison dans l’unique Esprit ;
un autre peut faire des miracles, un autre est un prophète, un autre sait reconnaître ce qui vient vraiment de l’Esprit ; l’un reçoit le don de dire toutes sortes de paroles mystérieuses, l’autre le don de les interpréter.
Mais celui qui agit en tout cela, c’est le même et unique Esprit : il distribue ses dons à chacun, selon sa volonté.

Evangile : Les noces de Cana (Jn 2, 1-11)

Acclamation : Alléluia. Alléluia.
Soyons dans la joie pour l’Alliance nouvelle :
heureux les invités aux noces de l’Agneau !
Alléluia. (Ap 19, 7.9)

Evangile de Jésus Christ selon saint Jean

Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là.
Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples.Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. »
Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. »
Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira. »
Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs ; chacune contenait environ cent litres.
Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d’eau les cuves. » Et ils les remplirent jusqu’au bord.
Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.
Le maître du repas goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l’eau.
Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Patrick BRAUD
Mots-clés : , , ,

23 décembre 2009

Noël : « On vous écrira… »

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 9 h 11 min

Noël : « On vous écrira… »

 

Homélie de la nuit de Noël / Année C

24/12/2009

 

« Il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. »

 

Cette phrase de notre évangile de Noël est toujours d’une terrible actualité.

Quand Dieu vient nous visiter, il fait la cruelle expérience d’être « de trop », d’être celui pour qui il n’y a rien, aucune place de libre. « On vous écrira… »

null

Quand Dieu vient nous visiter, il commence par une mangeoire dans une étable, l’équivalent d’une tente rouge le long du canal saint Martin. Dieu SDF !

Exclu de la salle commune dès sa naissance, Jésus pourra ensuite tout au long de sa vie accueillir les exclus de la société de son époque : lépreux, prostituées, collaborateurs même… Comme quoi Dieu fait feu de tout bois pour nous aimer : même notre rejet devient pour lui tendresse envers les rejetés ; même notre exclusion devient en lui une fraternité avec les exclus ; même nos refus deviennent en Dieu la porte ouverte au refusés de nos sociétés : les bergers le soir de Noël, les isolés ou ceux qui ne trouvent pas de place dans notre société aujourd’hui.

 

Saint Jean en fera le constat désolé dans le prologue de son Évangile : « il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu ».

Voilà donc l’enjeu de cette nuit de Noël :

- accueillir l’enfant dont personne ne veut, et ainsi devenir nous-mêmes enfants de Dieu.

 -faire de la place à d’autres dans la salle commune, c’est-à-dire dans nos entreprises, nos associations, nos familles mêmes, et ainsi trouver notre propre place dans le coeur de Dieu.

- remuer ciel et terre pour qu’une famille ne soit plus obligée de dormir dans des conditions indignes, et ainsi entrer dans la famille de Dieu…

 

« Il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune ».

Notre évangile de Noël est finalement très politique : il nous parle de vie commune, de recherche d’un logement, de nomades à l’écart du village, de recensement orgueilleux par un pouvoir en fait fragile…

Le christianisme n’est décidément pas une affaire privée !

La joie de Noël est dès l’origine destinée à se manifester sur la place publique :

- grâce à l’enfant de la crèche, ceux qui ne savent plus où crécher reprennent espoir ;

- à cause du bébé sur la paille, ceux qui sont bien au chaud vont se laisser attendrir et laisser une place à ceux qui en cherchent.

- devant Marie, jeune accouchée anonyme mise à l’écart, comment ne pas s’engager pour toutes ces femmes qui aujourd’hui encore donnent naissance et élèvent leurs enfants avec toutes les peines du monde, dans la précarité ?

 

L’immense espérance de Noël, l’espérance politique de cette fête de la Nativité, c’est que « la pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle », selon la parole du psaume.

Oui : il est possible de bâtir la vie commune avec et à partir des exclus.

Oui : tout homme rejeté par les siens peut trouver en Jésus un frère, sans haine ni vengeance.

Oui : l’exclusion n’est pas une fatalité; que ce soit celle du chômage ou de la séparation familiale, en Jésus, Dieu vient endosser nos ruptures, nos rejets, nos refus, pour qu’ils n’aient pas le dernier mot.

Ce soir notre réconciliation nous est offerte : « paix sur la terre aux hommes qu’il aime ».

 

Fêtons Noël en promettant de nous battre pour qu’il y ait désormais de la place pour un enfant et sa famille dans la salle commune…

 

 

1ère lecture : Le prince de la paix (Is 9, 1-6)

Lecture du livre d’Isaïe

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi.
Tu as prodigué l’allégresse, tu as fait grandir la joie : ils se réjouissent devant toi comme on se réjouit en faisant la moisson, comme on exulte en partageant les dépouilles des vaincus.
Car le joug qui pesait sur eux, le bâton qui meurtrissait leurs épaules, le fouet du chef de corvée, tu les as brisés comme au jour de la victoire sur Madiane.
Toutes les chaussures des soldats qui piétinaient bruyamment le sol, tous leurs manteaux couverts de sang, les voilà brûlés : le feu les a dévorés.
Oui ! un enfant nous est né, un fils nous a été donné ; l’insigne du pouvoir est sur son épaule ; on proclame son nom : « Merveilleux-Conseiller, Dieu-Fort,Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix ».
Ainsi le pouvoir s’étendra, la paix sera sans fin pour David et pour son royaume. Il sera solidement établi sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Voilà ce que fait l’amour invincible du Seigneur de l’univers.

 

Psaume : 95, 1-2a, 2b-3, 11-12a, 12b-13a.c

R/ Aujourd’hui, un Sauveur nous est né :
c’est le Christ, le Seigneur.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
pour gouverner le monde avec justice.

 

2ème lecture : La grâce de Dieu s’est manifestée (Tt 2, 11-14)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre à Tite

La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes.
C’est elle qui nous apprend à rejeter le péché et les passions d’ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnable, justes et religieux,
et pour attendre le bonheur que nous espérons avoir quand se manifestera la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur.
Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien


Evangile : Naissance de Jésus (Lc 2, 1-14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre ? ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. ?
Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d’origine.
Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David.
Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter.
Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux.
L’ange du Seigneur s’approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte,
mais l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur.
Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. »

 

Patrick BRAUD
Mots-clés : , , , ,
1...4546474849