L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Recherche : homelie du dimanche transfiguration

3 mars 2012

Visage exposé, à l’écart, en hauteur

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Visage exposé, à l’écart, en hauteur

 

Homélie du 2° Dimanche de Carême
04/03/2012

Un visage, des visages

C’est le titre d’une exposition très originale à Roubaix. Dans un bâtiment de briques de 1902 où l’on conditionnait autrefois la laine et la soie qui faisaient la fortune du Nord (d’où son nom : « la Condition Publique »), l’allée centrale découverte et les entrepôts sont reconvertis en itinéraire initiatique. Une première composition met en valeur neuf visages de la zone urbaine sensible (ZUS) du Pile, le quartier environnant. D’anciens tissus nordistes du musée de la Piscine (à Roubaix toujours) leur servent de fond d’écran, jusqu’à s’imprimer en transparence sur leur peau. Ils s’animent à tour de rôle ou ensemble pour chanter dans toutes les langues.

 

Il y a Maria la portugaise généreuse qui chante Piaf, Zena le rappeur à capuche trop timide pour chanter mais qui dévoile finalement sa face, Alice l’enfant de 13 ans déjà trop grosse qui rit de bonheur en fredonnant son idole, Willia l’africaine plus noire encore que ses piercings… Il se dégage de cette exposition une possibilité de transfiguration du visage par la voix : par le chant, les cultures transforment les yeux, font surgir d’autres sourires, d’autres plissements de front, d’autres mouvements de lèvres. Ce multiculturalisme est ici heureux, dans la précarité même de cette ZUS au passé cossu.

Un peu plus loin, une deuxième exposition est beaucoup plus sombre. Regards coulés sous la capuche, mines renfrognées et sourires soudains, portraits en solitude ou groupes d’amis bras dessus, bras dessous, l’installation égrène en un noir et blanc dur ou sépia 300 portraits co-construits de jeunes gens qui vivent dans la brique du Nord, dans le béton d’Évry ou les cités de Mantes-la-Jolie. Des centaines de regards en noir et blanc apparaissent aléatoirement sur des écrans de toutes tailles, au milieu d’un tic-tac inquiétant. Des visages sur écrans géants reproduisent le stéréotype du jeune de banlieue : un garçon, noir ou arabe, survêtement ou casquette de rigueur, les yeux durs et agressifs, toujours en noir et blanc. C’est à peine si l’angoisse s’allège lorsque enfin ce cliché se déride et rit un bref instant à pleines dents, pour montrer que les stéréotypes ne sont que des clichés, des chiqués… Mais le sentiment de malaise persiste dans la semi obscurité où les noms des 1200 ZUS de France succèdent sur les écrans à des centaines de visages durs et froids.

 

 

À l’écart, en hauteur

Où donc se reproduit aujourd’hui la Transfiguration qui éclaboussait Pierre, Jacques et Jean d’une beauté indicible ?

La première exposition de la Condition Publique la mettait en scène dans les portraits d’une ZUS, lorsque le chant les sublimait. La deuxième exposition pariait sur le rire pour révéler le dessous d’une casquette pourtant terriblement marquée par la malchance d’être née là et ainsi.

 

Notre évangile semble avoir choisi une autre voie : « à l’écart, sur une haute montagne ».

À l’écart : comme si notre vraie beauté demandait de créer de la distance pour se manifester.

Sur une haute montagne : comme si la seule proximité du Visage exposé, à l'écart, en hauteur dans Communauté spirituelleDieu très haut pouvait révéler la vraie splendeur d’un être, jusqu’à changer profondément sa présence au monde. Le visage transfiguré est le signe et la trace d’une nouvelle manière d’être en relation ; les habits resplendissants de blancheur symbolisent notre humanité ‘habillée’ pour cette rencontre ultime avec Dieu.

 

Voilà peut-être deux indices à retenir :

 

- accepter d’être emmené, seul, à l’écart de la surface de nos présences habituelles ;

- gravir une haute montagne, qui peut être celle de la conscience à soi et à Dieu, ou celle du plongeon dans l’action pour laquelle on est fait.

Car paradoxalement, prendre de la hauteur et plonger au plus profond ne sont pas contradictoires pour Jésus. En effet : « celui-ci est mon fils bien-aimé. Écoutez-le » est la phrase de la Transfiguration comme celle du baptême dans le Jourdain. Les deux mouvements se rejoignent : faire corps avec les pécheurs et faire resplendir la vraie beauté de l’homme sont un même mouvement, et font système.

 

La ZUS actuelle de Roubaix et sa richesse passée ne sont peut-être pas si éloignées l’un de l’autre. La magnificence des laines et des soies de tous les pays entreposées dans la Condition Publique annonçait le melting-pot des visages de cette banlieue, qui doit en retour se souvenir de sa fortune passée pour ne pas désespérer de sa noirceur apparente.  

 

En d’autres termes, plus personnels : la nécessité de prendre de la hauteur et de la distance par rapport aux soucis qui nous submergent est essentielle à la manifestation de la beauté du visage de chacun. Contrairement au discours qui voudrait situer dans ?le quotidien de tous les jours’ la vérité humaine, c’est ici dans les moments de rupture, d’altérité, de différence radicale que survient la transfiguration du parcours ordinaire.

 

S’il n’y a pas ces ruptures (retraites spirituelles, extases de tous ordres, éblouissements artistiques, expériences limite…), la plaine uniformise tout. Il vaut mieux les bas-fonds du Jourdain (le baptême du Christ) ou les essoufflements du Thabor (la Transfiguration) que la tiède complaisance avec des plaines trop répétitives…

 

 

Puissions-nous découvrir ce que signifie pour chacun : « être emmené à l’écart, sur une haute montagne ».

Alors peut-être surviendra cet éblouissement qui ne cesse de marquer le regard et le visage des amis du Christ.

 

 

 

 

1ère lecture : Dieu met Abraham à l’épreuve, et lui renouvelle ses promesses (Gn 22, 1-2.9a.10-13.15-18)

Lecture du livre de la Genèse

Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! »
Dieu dit : « Prends ton fils, ton fils unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en sacrifice sur la montagne que je t’indiquerai. »

Quand ils furent arrivés à l’endroit que Dieu lui avait indiqué, Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils.
Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! »
L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur l’enfant ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton fils unique. »
Abraham leva les yeux et vit un bélier, qui s’était pris les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils.
Du ciel l’ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham :
« Je le jure par moi-même, déclare le Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton fils unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance tiendra les places fortes de ses ennemis.
Puisque tu m’as obéi, toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le nom de ta descendance. »

 

Psaume : Ps 115, 10.15, 16ac-17, 18-19

R/ Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants

Je crois, et je parlerai,
moi qui ai beaucoup souffert.
Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !

Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur, 
moi, dont tu brisas les chaînes ?
Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
j’invoquerai le nom du Seigneur.

Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple, 
à l’entrée de la maison du Seigneur,
au milieu de Jérusalem !

 

2ème lecture : Le sacrifice du Fils (Rm 8, 31-34)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?
Il n’a pas refusé son propre Fils, il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il avec lui ne pas nous donner tout ?
Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? puisque c’est Dieu qui justifie.
Qui pourra condamner ? puisque Jésus Christ est mort ; plus encore : il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous.

 

Evangile : La Transfiguration (Mc 9, 2-10)

Acclamation : Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. Du sein de la nuée resplendissante, la voix du Père à retenti : « Voici mon Fils, mon bien-aimé, écoutez-le ! » Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. (cf. Mt 17, 5)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux.
Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille.
Élie leur apparut avec Moïse, et ils s’entretenaient avec Jésus.
Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est heureux que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. »
De fait, il ne savait que dire, tant était grande leur frayeur.
Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le. »
Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.

En descendant de la montagne, Jésus leur défendit de raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts.
Et ils restèrent fermement attachés à cette consigne, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ». 
Patrick Braud

Mots-clés : , ,

12 novembre 2011

Décevante est la grâce et vaine la beauté

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Décevante est la grâce et vaine la beauté


Homélie du 32° dimanche ordinaire / Année A / 13/11/2011

« Décevante est la grâce et vaine la beauté » : cet énoncé désabusé de la sagesse proverbiale biblique (Pr 31,30) pourrait nous sembler bien machiste aujourd’hui.

Émane-t-il d’un homme déçu ? d’une cour royale qui se méfie des femmes ? d’une culture sémite qui ne croit pas à l’égalité ?

 

Grâce et beauté dans la Bible

Pourtant, il y a tant de passages bibliques où la grâce féminine et sa beauté sont célébrées comme des dons divins !

Esther, grâce à sa beauté, va libérer son peuple.

Judith, en séduisant Holopherne, va lever le siège de Jérusalem.

Ruth est si belle qu’elle vainc la résistance de Booz à épouser une étrangère, et annonce ainsi l’universalité d’Israël.

Le Cantique des cantiques chante la beauté de la bien-aimée : cette contemplation de la beauté de l’autre qui réjouit l’amant est le signe et l’annonce de la contemplation de la beauté en Dieu lui-même.

La liste est longue donc des femmes mettant leur beauté au service de l’Alliance.

Dans le Nouveau Testament, on ne dit pas grand-chose de l’aspect physique de Marie, signe sans doute que l’essentiel n’est pas là. Elle est « comblée de grâce », mais on n’a aucune indication de sa beauté. Les peintres ensuite ne pourront pas l’imaginer laide : des icônes à Salvador Dali en passant par Fra Angelico, les hommes qui ont peint Marie ou les femmes de l’Évangile ont rivalisé de splendeur pour évoquer cette présence féminine autour de Jésus.

Alors, d’où vient ce scepticisme du livre des Proverbes sur la grâce et la beauté ?

Pour une part de l’expérience.

Ce sont des femmes qui ont amené Salomon à introduire l’idolâtrie en Israël. Parce qu’elles étaient étrangères, et parce que Salomon était sous le pouvoir de leur charme, elles ont fait entrer Baal et Astarté au panthéon des dieux d’Israël (1R 11).

C’est Dalila qui trompe Samson et le trahit en lui extorquant son secret, en le répétant aux Philistins. Pire encore : elle lui enlèvera sa force en lui coupant sa chevelure (Jg 16). Les Samsons ultérieurs pourront avoir des raisons de se méfier…

C’est Ève bien sûr qui se laisse tromper par le serpent, entraînant Adam dans la chute (Gn 3).

C’est Hérodiade ou Salomé unies dans l’adultère et le meurtre (Mc 6).

Le bilan de la grâce et de la beauté est donc pour le moins contrasté dans la Bible ! On pourrait d’ailleurs faire le constat symétrique pour les atouts masculins. Si bien qu’on ne sait rien non plus de la beauté physique de Jésus, sinon qu’il était défiguré et objet de mépris au moment de sa passion (cf. Is 53,1-3).

 

Le beau, le vrai, le bien

Alors, que faire de cette sentence austère : « vaine est la grâce et décevante la beauté » ?

On peut au moins lire l’éloge qui vient juste après : « chanter la louange de la femme qui craint le Seigneur ; reconnaître les fruits de son travail ; faire l’éloge de son activité sur la place publique ». C’est donc qu’il y a des réussites au-delà des apparences, des succès peu reluisants, et des fécondités peu esthétiques.

Ici-bas, le beau et le bien ne coïncident pas. Alliées ou ennemies, la grâce et la vérité doivent apprendre à compter l’une sur l’autre. La Bible aura même une préférence pour tous ceux qui ne sont pas brillants aux yeux des hommes, ceux que la laideur et le peu de charme relégueraient trop facilement aux oubliettes du désir de vivre ensemble.

On en revient à une attitude qui n’est pas sans consonance bouddhiste : apprécier la beauté sans s’y attacher, savourer la grâce sans s’y enfermer, conjuguer le beau, le vrai et le bien sans qu’aucun des trois ne se croit autosuffisant.

 

La beauté des damnés de la terre

Si vous avez vu le film sur l’histoire du Père Joseph Wresinski et ATD Quart-monde (récemment diffusé sur France 3), vous avez remarqué ces hommes et ces femmes physiquement marqués par leur galère. Cheveux filasses, dents manquantes, trop grosses ou trop maigres, ces silhouettes des igloos des bidonvilles de Nanterre et d’ailleurs n’ont rien de la grâce et de la beauté des magazines. Mais elles incarnent la dignité due à tout être humain, dont la vraie splendeur ne sera dévoilée qu’au-delà de la mort.

Parfois, de manière fugace, des transfigurations fulgurantes nous font deviner la grâce et la beauté qui nous attendent, qui nous habitent.

Parfois, elles se superposent à la grâce et à la beauté physique ; souvent elles les contestent.

Le tout, c’est d’être assez libre pour goûter les unes en célébrant les autres.

 

Patrick BRAUD

Mots-clés : , ,

19 mars 2011

Figurez-vous la figure des figures

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Figurez-vous la figure des figures

 

Homélie pour le 2° dimanche de Carême / Année A

Dimanche 20 Mars 2011

 

 

·       Les figures dans le langage et la Bible

Pour mieux apprécier le sens de ce mot étrange : transfiguration, qui est au coeur de notre page d’évangile, laissons résonner en nous les expressions françaises qui parlent de figure.

 

- Une figure de caractère, c’est une composition académique pour plus d’intensité expressive. C’est le genre de figure qu’inventait Jésus dans ses paraboles : le riche et Lazare, la veuve importune, le bon samaritain etc…

 

- Une figure de style est une construction oratoire soigneusement construite pour produire son effet : une litote, une métaphore etc? Les Écritures regorgent de tels procédés littéraires, le plus souvent au service de la mémorisation par c?ur d’une tradition orale (les hymnes du Nouveau Testament par exemple).

 

- En patinage artistique, les champions doivent exécuter des figures libres et des figures imposées. Nombre de questions pièges tendues à Jésus par les notables ressemblent à des figures imposées pour être reconnu comme un vrai rabbin : interprétation de la Loi, études de cas alambiqués? Jésus leur propose souvent ses figures libres : paraboles décoiffantes, gestes surprenants?

 

- Une figure deFigurez-vous la figure des figures dans Communauté spirituelle figure-proue-301759 proue se situe à l’avant du navire : visage marquant qui conduit l’avancée d’un groupe. Jésus est par excellence la figure de proue d’une humanité naviguant vers son port d’attache : la communion d’amour trinitaire.

 

Prendre figure se dit d’un projet, une ébauche qui commence à se réaliser, à prendre forme. En Jésus, le projet divin prend figure, s’incarne dans un visage, prend forme au milieu de l’humanité.

 

- Quand quelque chose se voit comme le nez au milieu de la figure, c’est une évidence incontestable ! Les pauvres, les handicapés et les laissés-pour-compte de la société lisaient sur le visage de Jésus cette  évidence : il vient de Dieu, il mène à Dieu ; cela se voit comme le nez au milieu de la figure !

 

Se figurer, c’est s’imaginer, attribuer un visage à un projet, à un événement à venir. Les juifs se figuraient que le Messie serait glorieux, lumineux, imposant. Et voici que paraît un modeste galiléen bientôt cloué comme un criminel sur le bois de la croix…

 

Faire bonne figure : c’est ce que Hérode est obligé d’adopter comme attitude auprès des invités de son festin. Pour faire bonne figure, il fera décapiter Jean-Baptiste (ce qui est une autre manière de perdre la face, hélas !), à contrecoeur.

 

christ12 beauté dans Communauté spirituelleFaire pâle figure : c’est sans doute ce qu’ont pensé de Jésus les spectateurs lors de son procès. Il s’est bien mal défendu. Il a fait triste figure.

 

Faire de la figuration, c’est accepté de jouer un rôle mineur, à la manière de Pilate qui se défausse de sa responsabilité.

 

L’art figuratif, à la différence de l’art abstrait, s’attache à peindre le réel pour qu’on le reconnaisse, tel que le sculpteur ou le peintre l’a interprété, transformé. L’art littéraire des Évangiles est plutôt de ce type.

 

- Le sens figuré d’une expression invite à lire un portrait d’autre chose ou de quelqu’un d’autre là où le sens propre se limite au texte. L’Ancien Testament pour les chrétiens a un sens figuré où le portrait du Christ apparaît en filigrane à chaque page des prophètes, de la Loi ou des sages.

 

- Un cas de figure est une situation envisagée par hypothèse. ?Et si cet homme était vraiment le Messie ?’ Gamaliel usera de cet argument auprès du Sanhédrin pour faire relâcher les apôtres persécutés.

 

Se casser la figure, c’est chuter tout entier, en prendre plein la figure. Ce qui arrive au visage est signe de ce qui arrive à la personne tout entière. Quand Jésus tombe trois fois sur son chemin de croix, il se casse plus que la figure…  figure

 

- D’ailleurs, celui qui est défiguré devient étranger à lui-même, étranger aux autres qui le repoussent. Passer à travers le pare-brise lors d’un accident défigure gravement ; un jet d’acide ou une maladie de peau également. Passer à travers sa Passion a défiguré le Christ comme jamais homme n’a été défiguré. Il n’avait plus figure humaine...

 

·       La Transfiguration, antidote à la défiguration

christ Transfiguration

C’est comme une chirurgie du visage par avance qu’opère notre évangile.

Pour que la laideur de la défiguration du crucifié ne soit pas absolue, le Père de Jésus révèle un instant la vraie beauté de son Fils, dans la gloire de l’Esprit.

Pour que l’espérance ne soit pas assassinée avec Jésus, son Père le transfigure en une brève fulgurance  éblouissante.

Un filigrane de beauté s’imprimera en souvenir de cet événement dans la mémoire de Pierre, Jacques et Jean. Ce filigrane de la Transfiguration leur permettra après-coup de ne pas laisser la laideur de l’apparence du visage tuméfié être le dernier mot sur Jésus.

 

 

 

 

·       La figure humaine de la dignité de chacun

Ce n’est pas seulement à un parcours littéraire que nous invite ce terme de transfiguration.

C’est à un autre regard sur le visage de tout homme : du plus défiguré au plus resplendissant, le visage de chaque être humain est une épiphanie, une manifestation de la beauté promise.

 

Il nous faut des moments de lumière comme celui partagé au Mont Thabor pour affronter ensuite la laideur sans jamais désespérer.

 

Que la Transfiguration de Jésus change notre regard sur tout visage rencontré !

 

 

 

1ère lecture : La vocation d’Abraham (Gn 12, 1-4a)

Lecture du livre de la Genèse

Abraham vivait alors en Chaldée. Le Seigneur lui dit : « Pars de ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père, va dans le pays que je te montrerai.
Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction.
Je bénirai ceux qui te béniront, je maudirai celui qui te méprisera. En toi seront bénies toutes les familles de la terre.»

Abram partit, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth partit avec lui.

Psaume : Ps 32, 4-5, 18-19, 20.22

R/ Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi !

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu’il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier.
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi.

2ème lecture : Dieu nous appelle à connaître sa gloire (2Tm 1, 8b-10)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre à Timothée

Fils bien-aimé,
avec la force de Dieu, prends ta part de souffrance pour l’annonce de l’Évangile.
Car Dieu nous a sauvés, et il nous a donné une vocation sainte, non pas à cause de nos propres actes, mais à cause de son projet à lui et de sa grâce. Cette grâce nous avait été donnée dans le Christ Jésus avant tous les siècles,
et maintenant elle est devenue visible à nos yeux, car notre Sauveur, le Christ Jésus, s’est manifesté en détruisant la mort, et en faisant resplendir la vie et l’immortalité par l’annonce de l’Évangile.

 

Evangile : La Transfiguration (Mt 17, 1-9)

 

Acclamation : Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. Du sein de la nuée resplendissante, la voix du Père retenti : « Voici mon Fils, mon bien-aimé, écoutez-le ! » Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. (cf. Mt 17, 5)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière.
Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui.
Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. »
Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre ; et, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ; écoutez-le ! »
Entendant cela, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d’une grande frayeur.
Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et n’ayez pas peur ! »
Levant les yeux, ils ne virent plus que lui, Jésus seul.
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

3 avril 2010

Incroyable !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Incroyable !

 

Homélie du dimanche de Pâques / Année C

04/04/2010

 

Incroyable !

Ce ne peut être qu’un « délire » de femmes, hystériques d’avoir perdu un être cher ! Raisonnablement, c’est inconcevable, inimaginable. Que cet homme Jésus, exécuté devant tous, mort avec certitude, mis au tombeau, soit maintenant réellement en vie, c’est une drôle d’invention de disciples désemparés… C’est ce qu’ont dû se dire Pierre et Jean, puis les compagnons qui avaient connu Jésus, puis les Romains ou les Grecs qui en avait entendu parler…

 

- Incroyable pour des gens raisonnables pour qui évidemment la mort est sans retour.

- Scandaleux pour les juifs qui attendent la résurrection générale à la fin des temps, pas la résurrection d’un seul à la moitié du temps.

- Folie pour les païens dont les dieux n’offrent pas ainsi aux hommes de partager leur intimité en traversant la mort.

 

C’est justement parce que c’est inconcevable que finalement c’est très croyable !

On voit mal en effet des juifs inventer un événement qui va autant à l’encontre de leur représentation du jugement final.

On voit mal des évangélistes inventer la visite au tombeau vide et s’appuyer ainsi sur le témoignage – si peu crédible à l’époque – des femmes.

On voit mal ce qui aurait pu retourner Paul sur le chemin de Damas, ce qui aurait pu motiver des milliers de martyrs à verser leur sang, les Romains militaires ou les Grecs philosophes à suivre une idée aussi folle, s’il n’y avait pas d’abord quelque chose qui s’impose, et que les mots peinent à décrire.

 

On peut l’appeler résurrection, transfiguration, traversée de la mort, vie nouvelle, glorification, exaltation, ascension, session à la droite de Dieu… : cet événement de Pâques est tellement hors normes que le Nouveau Testament essaiera des dizaines de mots ou expressions pour approcher l’inconcevable…

  Incroyable ! dans Communauté spirituelle 220308_resurrection1


À nous aujourd’hui de décliner l’espérance de Pâques avec nos propres mots.

- Ceux qui ont perdu un être cher liront dans l’annonce de Pâques le signal joyeux de leurs retrouvailles à venir.

- Ceux qui ont été blessés, abattus par le mal ou la haine y entendront un chant de victoire : l’amour est plus fort que tout.

- Ceux qui ont été passionnés de vivre y découvriront l’annonce d’une plénitude dont ils ont déjà goûté bien des saveurs.

- Ceux qui ont légitimement douté de l’origine ou du sens de l’aventure humaine y accueilleront la promesse d’une clé pour enfin savoir et comprendre.

- Ceux qui n’ont rien cherché d’autre que de mener une vie tranquille y sentiront un appel d’air extraordinaire, pour se risquer à plus de profondeur…

 

La liste est interminable !

Puisque le Christ est ressuscité, tout peut être relu autrement.

Puisque le Christ est vraiment ressuscité, rien ne peut enfermer cette immense espérance !

 

Laissons la battre et palpiter en nous, cette espérance pascale qui rend folle la sagesse humaine?

Que nos défis, nos traversées, nos passages, soient déjà éclairés de cette plénitude qui nous est promise en Jésus relevé d’entre les morts, et qui nous est déjà partagée dans la vie nouvelle offerte dès maintenant…

 

 


Evangile : Les femmes au tombeau vide (Mc 16, 1-8)

Le sabbat terminé, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus.
De grand matin, le premier jour de la semaine, elles se rendent au sépulcre au lever du soleil.
Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? »
Au premier regard, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande.
En entrant dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de peur.
Mais il leur dit : « N’ayez pas peur ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé.
Et maintenant, allez dire à ses disciples et à Pierre : ‘Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit.’ »
Elles sortirent et s’enfuirent du tombeau, parce qu’elles étaient toutes tremblantes et hors d’elles-mêmes. Elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.

Patrick BRAUD

Mots-clés : , ,
123456

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept