L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homelie du dim ordinaire

15 janvier 2011

Pour une vie inspirée

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Pour une vie inspirée

 

Homélie pour le 2° dimanche ordinaire / Année A

Dimanche 16 Janvier 2011

 

 

Les demeures de l’Esprit

·       Il y a des lieux où vous vous sentez irrésistiblement inspirés.

Pour une vie inspirée dans Communauté spirituelle 2674596792_1Si vous allez à Belle-Île en mer par exemple, l’arrivée au port du Palais, au pied de la citadelle de Vauban, vous laissera le souffle coupé… En débarquant, allez explorer la pointe de l’île qu’on appelle les Poulains. Au bout du monde, un phare veille sur les innombrables rochers obligeant les bateaux à passer au loin. Un vieux fort militaire plein de charme attirera votre regard. C’est là que Sarah Bernhardt, une des plus grandes tragédiennes du 19° siècle, venait régulièrement se ressourcer: « J’aime venir chaque année dans cette île pittoresque, goûter tout le charme de sa beauté sauvage et grandiose. J’y puise sous son ciel vivifiant et reposant de nouvelles forces artistiques … » 9782213635842FS dans Communauté spirituelle

 

 

Chacun de nous connaît des endroits qui l’inspirent. Chacun de nous a sa Belle-Île en mer, son fort des Poulains?

 

Il y a comme cela des lieux où souffle l’Esprit.

 

Un auteur a même publié toute une série de beaux ouvrages sur ?les demeures de l’esprit', ces lieux habités autrefois par des auteurs inspirés, où flotte encore quelque chose de leur génie et de la source de ce génie…

 

 

 

Ceux sur qui l’Esprit demeure

·       Tous les artistes vous décriront le phénomène de l’inspiration comme une quasi transe, un moment où ils ne s’appartiennent plus, mais reçoivent une énergie, une créativité, une inspiration qui descend sur eux et les pousse à écrire, peindre, composer, innover…

S’il y a des demeures de l’Esprit, il existe plus encore ceux sur qui l’Esprit demeure.

 

·       L’expérience si forte que Jésus ressent lors de son baptême dans le Jourdain nous paraît alors moins étrangère.

Ce lieu du Jourdain parle à son coeur comme jamais.

C’est lNM23-755-505e fleuve de l’entrée en Terre promise. C’est le fleuve qui jaillit du Père – de l’Hermon au Liban – pour traverser notre humanité – les villes comme Jéricho – et aller se jeter dans la mer Morte, c’est-à-dire symboliquement combattre la mort elle-même.

 

·       Sur ses rives chargées de symboles et d'histoire, Jean-Baptiste voit l'Esprit descendre sur Jésus, et y demeurer.

Cela nous arrive également d’être témoins de la transe inspirée d’un pianiste de jazz, d'un orchestre classique ou d’un danseur emporté par le rythme…

Mais là où cette inspiration n'est que passagère pour les artistes, elle est permanente pour Jésus.

Là où nous effleurons notre vocation dans un dépassement incroyable et bref, lui est révélé dans sa vraie nature, permanente : il est « Celui sur qui l’Esprit demeure », dès l’origine. Le témoignage de Jean-Baptiste nous le désigne ainsi : « ?L’homme sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est celui-là qui baptise dans l’Esprit Saint.’ Oui, j’ai vu, et je rends ce témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

 

·       Voilà pourquoi nous appelons Jésus : « le Christ », c’est-à-dire l'Oint, celui qui a reçu l’onction, le Messie, celui sur qui ruisselle l’Esprit de Dieu même. Mieux que l'huile ruisselle sur la tête du baptisé, l’Esprit de Dieu imprègne l’être entier de Jésus de Nazareth.

La véritable identité de cet homme est alors manifestée : à  Jean-Baptiste d’abord (dans notre évangile de Jean), puis à tout le peuple plus tard. Comment ? En se laissant conduire par l’Esprit de Dieu, Jésus va poser des actes et oser des paroles inouïes, inconcevables, inimaginables pour un juif de son époque. Il sera si unique que peu à peu ses contemporains devineront son secret : il n'y a que Dieu qui parle si bien de Dieu, il n'y a que l'Esprit pour agir ainsi?

 

Laissez-vous conduire par l’Esprit

·       Parce qu’il est le Messie, celui sur qui l'Esprit de Dieu est descendu et demeure, Jésus nous apprend jour après jour à faire de même, unis à lui.

Se laisser conduire, laisser l’inspiration monter en nous, à temps et à contretemps… Visiter les lieux où l’Esprit est plus intense… (Taizé, Lourdes, une cathédrale, une abbaye, un havre de beauté) ; se mettre dans le sillage de ceux dont l’Esprit a déjà gonflé la voile et tracé la route (les prophètes, les pionniers, les défricheurs de notre temps)?

 

·       Concrètement, revenir à cette vocation baptismale, c’est se poser la question de la désappropriation fondamentale de notre vie. Les grands fondateurs, religieux ou profanes, très souvent ne voulaient rien fonder. Ils répondaient juste à un appel, puis à un autre, et l’enchaînement des événements les portaient plus loin, ailleurs…

 

Où reprendre souffle ? Auprès de qui ? Quelle inspiration pouvez-vous laisser monter en vous, que ce soit pour votre vie personnelle ou notre vie collective ?

 

 

 

1ère lecture : Le serviteur de Dieu est la lumière des nations (Is 49, 3.5-6)

 

Lecture du livre d’Isaïe

Parole du Serviteur de Dieu. Le Seigneur m’a dit : « Tu es mon serviteur, Israël, en toi je me glorifierai. »
Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a formé dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob et que je lui rassemble Israël. Oui, j’ai du prix aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force.
Il parle ainsi : « C’est trop peu que tu sois mon serviteurpour relever les tribus de Jacob et ramener les rescapés d’Israël : je vais faire de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre.»

 

Psaume : Ps 39, 2abc.4ab, 7-8a, 8b-9, 10cd.11cd

 

R/ Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté

D’un grand espoir, j’espérai le Seigneur :
il s’est penché vers moi.
Dans ma bouche il a mis un chant nouveau,
une louange à notre Dieu.

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ; 
tu ne demandais ni holocauste ni victime, 
alors j’ai dit : « Voici, je viens. »

Dans le livre, est écrit pour moi 
ce que tu veux que je fasse. 
Mon Dieu, voilà ce que j’aime :
ta loi me tient aux entrailles. 

Vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais. 
j’ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.

 

2ème lecture : Paul salue l’Église de Dieu qui est à Corinthe (1 Co 1, 1-3)

 

Commencement de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Moi, Paul, appelé par la volonté de Dieu pour être Apôtre du Christ Jésus, avec Sosthène notre frère, je m’adresse à vous qui êtes, à Corinthe, l’Église de Dieu, vous qui avez été sanctifiés dans le Christ Jésus, vous les fidèles qui êtes, par appel de Dieu, le peuple saint, avec tous ceux qui, en tout lieu, invoquent le nom de notre Seigneur Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre.

Que la grâce et la paix soient avec vous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus Christ le Seigneur.

 

Evangile : « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29-34)

 

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Verbe s’est fait chair, il a demeuré parmi nous. Par lui, deviendront fils de Dieu tous ceux qui le reçoivent. Alléluia. (cf. Jn 1, 14.12)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté au peuple d’Israël. »
Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ‘L’homme sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est celui-là qui baptise dans l’Esprit Saint.’ Oui, j’ai vu, et je rends ce témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »
Patrick Braud 

13 novembre 2010

La « réserve eschatologique »

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La « réserve eschatologique »

 

Homélie du 33° dimanche ordinaire / Année C

14/11/2010

 

Espérance critico-créatrice et réserve eschatologique

L’émerveillement des disciples devant la beauté du temple de Jérusalem est toujours le nôtre. Allez visiter Notre-Dame de Paris, le Taj Mahal, les gratte-ciel de Manhattan où la Cité interdite de Pékin, vous éprouverez cette même fascination devant la grandeur de l’homme révélée par la beauté de ses réalisations.

Avec le danger de rester là, paralysé, comme si cela allait durer toujours, comme si c’était indépassable.

 

Or Jésus est violemment iconoclaste lorsqu’il ose avertir : « viendra un jour où il n’en restera pas pierre sur pierre ».

Si vous ne vous attachez qu’aux beautés éphémères, vous passerez à côté de celle qui ne passe pas. Ces réalisations humaines ne durent qu’un temps. Un jour, Notre-Dame de Paris sera détruite. Mais la foi chrétienne lui survivra ! Un jour Mozart sera oublié ; mais l’homme ne cessera pas de chercher dans la musique un au-delà de lui-même?

 

En rappelant la fragilité du temple de Jérusalem, Jésus maintient l’histoire ouverte.

Aucune réalisation humaine ne peut clore le dynamisme historique, qui est par nature ouvert sur un au-delà de lui-même. Ceux qui proclament « la fin de l’histoire », que ce soit dans le capitalisme, la démocratie ou la modernité… ressemblent à ces faux prophètes dont le Christ prévoit qu’ils pulluleront et chercheront à entraîner beaucoup à leur suite.

 

La foi chrétienne est par essence « eschatologique » (eschaton = le but, le terme). À cause de l’espérance en une vie autre (après la mort), elle relativise toutes les réalisations humaines qui ne peuvent être le dernier mot sur l’homme.

Relativiser ne veut pas dire mépriser ! Au contraire, c’est donner au génie humain toute son importance que de l’ordonner à sa fin ultime : la communion d’amour en Dieu même.

 

C’est ce qu’un théologien catholique, Jean-Baptiste Metz, appelle la « réserve eschatologique ». Au nom de notre espérance, nous ne pouvons adorer aucune réalisation partielle : ni le capitalisme, ni la démocratie, ni la science? ne sont le dernier mot sur l’homme. Notre espérance est « critico-créatrice » : elle ose critiquer la prétention absolue de ceux qui voudraient incarner le bonheur humain sur la terre ; elle ouvre un avenir en créant les possibilités de ne pas se figer dans un système de pensée ou d’action.

 

« Chaque fois qu’un parti, une race, une nation, ou une Église qui se trompe sur son rôle au sens du grand inquisiteur de Dostoïevski, tente de se constituer et de s’affirmer comme sujet, la memoria chrétienne doit s’opposer à cette tentative et la démasquer comme idolâtrie politique, comme idéologie politique à tendance totalitaire ou ?bestiale’ (pour parler comme l’Apocalypse). (?)

La mémoire chrétienne de la souffrance est, dans son contenu théologique, un souvenir qui anticipe; elle anticipe sur un avenir déterminé de l’humanité, avenir de ceux qui souffrent, des hommes sans espérance, des opprimés, des  diminués et des inutiles de cette terre. »  [1]

 

L’espérance chrétienne doit constamment maintenir ouvert un écart avec les réalisations toujours provisoires qu’elle obtient dans le cours de l’histoire et qui jamais ne peuvent être purement et simplement identifiées avec l’avènement du Royaume de Dieu.

 

Distance critique et réception relative

Un autre penseur chrétien protestant, Arthur RICH, rejoint cette analyse de Jean-Baptiste Metz à travers la notion de « distance critique » que tout chrétien doit garder envers les prétentions d’absolu venant des hommes.

« La justice humaine ne peut donc dépendre que de la justice divine. Dans cette dépendance s’affirmant par la distance critique envers tout ce qui existe, elle pourra développer un potentiel d’espérance, tendre vers davantage d’humanité et dépasser les statu quo, en sachant toujours qu’aucune justice humaine ne peut subsister si on la mesure à l’aune de l’absolu ».

D’où une adhésion raisonnable, mais jamais entière, aux idées humaines : la « réception relative ».

« Émettre une telle réserve ne doit pas servir à disqualifier politiquement toute amélioration sous prétexte que le résultat reste imparfait. Par le critère de la réception relative, il s’agit de mesurer politiquement ce mieux à l’aune du relatif et de s’efforcer de la faire entrer en vigueur au cas où il représente un gain d’humanité pour la société ».

 

Nous voici ramenés au « spécifique chrétien » dans l’engagement social. Les baptisés participent comme les autres aux luttes sociales pour la justice, aux créations de richesses pour une économie de bien-être, aux aspirations légitimes en matière d’écologie etc…. Mais ils le font avec le sentiment d’une « double appartenance » : admirant la beauté des pierres avec lesquels ils construisent, ils savent qu’elles ne sont pas éternelles ; ils adoptent les règles de l’action entrepreneuriale ou syndicale ou politique… sans jamais les idolâtrer, en osant même les relativiser quand il le faut.

« L’humanité fondée sur la foi, avec son éthique, n’est jamais simplement une éthique. Elle n’est pas uniquement un devoir réfléchi concernant l’homme ici et maintenant, elle est une existence offerte qui a son origine dans l’avenir. En bref, elle n’est pas seulement un impératif qui exige, mais aussi un indicatif qui donne et qui place l’homme dès maintenant dans l’à-venir du Royaume de Dieu ». [2]

 

Normalement, il est impossible de transformer un baptisé en « bon petit soldat » d’une cause ! Il aura toujours le réflexe de l’objection de conscience à un moment donné. Parce qu’il espère un avenir autre venant de Dieu, il ne l’identifiera jamais absolument à ce que peut produire un parti, une science, une philosophie…

 

D’où la tension qu’il nous faut entretenir :

- encourager l’engagement social tout en gardant une « réserve eschatologique ».

- conjuguer une « réception relative » des valeurs humaines et une « distance critique » vis-à-vis de leurs prétentions totalitaires.

- conjuguer histoire présente et ouverture à l’avenir absolu, sans que l’action engloutisse l’espérance, sans que cette espérance paralyse l’effort humain (cf. Paul qui tempête contre ceux qui restent volontairement dans l’oisiveté sous prétexte d’attendre le retour du Christ !  2Th 3,7-12).

 

Examinez cette tension à l’oeuvre en vous :

- avec quelle famille de pensée humaine vous sentez-vous à l’aise (que ce soit le syndicat, le Rotary, l’entreprise, tel parti politique, le scoutisme ou le club de foot ou de tennis…) ?

- comment vous autorisez-vous à être libre par rapport à l’idéologie de ce groupe ?

- comment manifester que votre espérance est plus grande, sans rien mépriser des réalisations partielles à mettre en oeuvre ?

 

Souvenez-vous : « viendra un jour où il n’en restera pas pierre sur pierre » !

 


[1]. Jean-Baptiste METZ, La foi dans l’histoire et la société, Cerf, coll. Cogitatio Fidei n° 99, Paris, 1979, pp. 137-138.

[2]. Arthur RICH, Éthique économique, Labor et Fides, Genève, 1994, pp. 249-250.

 

 

1ère lecture : Le jour du Seigneur (Ml 3, 19-20)

Voici que vient le jour du Seigneur, brûlant comme une fournaise. Tous les arrogants, tous ceux qui commettent l’impiété, seront de la paille. Le jour qui vient les consumera, déclare le Seigneur de l’univers, il ne leur laissera ni racine ni branche.
Mais pour vous qui craignez mon Nom, le Soleil de justice se lèvera : il apportera la guérison dans son rayonnement.

 

Psaume : Ps 97, 5-6, 7-8, 9

R/ Il vient, le Seigneur, gouverner le monde avec justice

jouez pour le Seigneur sur la cithare,
sur la cithare et tous les instruments ;
au son de la trompette et du cor,
acclamez votre roi, le Seigneur !

Que résonnent la mer et sa richesse,
le monde et tous ses habitants ; 
que les fleuves battent des mains,
que les montagnes chantent leur joie.

Acclamez le Seigneur, car il vient
pour gouverner la terre,
pour gouverner le monde avec justice
et les peuples avec droiture !

2ème lecture : Travailler en attendant le jour du Seigneur (2Th 3, 7-12)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères,
vous savez bien, vous, ce qu’il faut faire pour nous imiter. Nous n’avons pas vécu parmi vous dans l’oisiveté ; et le pain que nous avons mangé, nous n’avons demandé à personne de nous en faire cadeau. Au contraire, dans la fatigue et la peine, nuit et jour, nous avons travaillé pour n’être à la charge d’aucun d’entre vous.
Bien sûr, nous en aurions le droit ; mais nous avons voulu être pour vous un modèle à imiter.
Et quand nous étions chez vous, nous vous donnions cette consigne : si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus.
Or, nous apprenons que certains parmi vous vivent dans l’oisiveté, affairés sans rien faire.
A ceux-là, nous adressons dans le Seigneur Jésus Christ cet ordre et cet appel : qu’ils travaillent dans le calme pour manger le pain qu’ils auront gagné.

 

 

 

Evangile : Bouleversements et persécutions annoncent le jour du Seigneur (Lc 21, 5-19)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Certains disciples de Jésus parlaient du Temple, admirant la beauté des pierres et les dons des fidèles. Jésus leur dit :
« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »
Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe que cela va se réaliser ? »
Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom en disant : ‘C’est moi’, ou encore : ‘Le moment est tout proche.’ Ne marchez pas derrière eux !
Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne vous effrayez pas : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin. »
Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume.
Il y aura de grands tremblements de terre, et çà et là des épidémies de peste et des famines ; des faits terrifiants surviendront, et de grands signes dans le ciel.
Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l »on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues, on vous jettera en prison, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon Nom.
Ce sera pour vous l’occasion de rendre témoignage.
Mettez-vous dans la tête que vous n’avez pas à vous soucier de votre défense.
Moi-même, je vous inspirerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront opposer ni résistance ni contradiction.
Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous.
Vous serez détestés de tous, à cause de mon Nom.
Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
C’est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie. »

 Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,

6 novembre 2010

N’avez-vous pas lu dans l’Écriture ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

N’avez-vous pas lu dans l’Écriture ?

Homélie du 32° Dimanche ordinaire / Année C
07/11/2010


Faites l’expérience : essayez de vous rappeler un livre lu récemment.

Que vous en reste-t-il ? Si vous comparez avec d’autres lecteurs de vos amis, ont-ils « lu » la même chose ?

 

On croit que lire est naturel et identique pour tous. Alors que visiblement, c’est un acte complexe, singulier…

C’est vrai de la Bible comme de tout autre livre. Encore plus même, car la Bible est appelée « l’Écriture ». La Bible est d’abord un texte avant de devenir une parole. Entre l’écriture et la parole, il y a le souffle, la voix…

 

Jésus s’étonne que les sadducéens n’aient pas « lu » dans l’Écriture (la Tora) la même chose N'avez-vous pas lu dans l'Écriture ? dans Communauté spirituelle bible-imageque lui. C’est une charge un peu ironique (répondant à celle, ironique également, des sadducéens lui tendant un piège) car les sadducéens se font forts de n’obéir qu’à l’Écriture (scriptura sola pourrait être leur devise avec anachronisme) et non aux traditions orales des pharisiens.

 

C’est donc que bien souvent nous lisons sans lire ; et pour la Bible l’enjeu est de taille ! Souvent des « pré-textes » nous empêchent de faire attention au texte. Des « dé-lires » nous font lire n’importe quoi.

La liste serait longue des interprétations erronées de la Bible par les Églises chrétiennes dans l’histoire, sur des questions aussi délicates que la peine de mort, l’apartheid, le refus de l’héliocentrisme… toutes positions légitimées en leur temps par des lectures de l’Écriture qui nous paraissent aujourd’hui terriblement idéologiques.

 

« N’avez-vous pas lu dans l’Écriture ? »

L’expression revient 6 fois dans le Nouveau Testament, autour de 4 questions brûlantes.

À chaque fois, Jésus revient à l’Écriture de manière assez subversive vis-à-vis de la religion en place.

Lire l’Écriture lui permet en effet de contester :

- l’absolu du sabbat :

Mt 12,3 : « Mais il leur dit: « N’avez-vous pas lu ce que fit David lorsqu’il eut faim, lui et ses compagnons ? »

Mt 12,5 : « Ou n’avez-vous pas lu dans la Loi que, le jour du sabbat, les prêtres dans le Temple violent le sabbat sans être en faute ? »

- l’absolu du divorce (largement admis dans les mentalités de l’époque comme aujourd’hui) :

Mt 19,4 : « Il répondit: « N’avez-vous pas lu que le Créateur, dès l’origine, les fit homme et femme? »

- l’exclusion religieuse et sociale

Mc 12,10 : « Et n’avez-vous pas lu cette Écriture: « la pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue pierre d’angle »? »

- le matérialisme des sadducéens niant la résurrection :

Mt 22,31 : « Quant à ce qui est de la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu l’oracle dans lequel Dieu vous dit? »

Mc 12,26 :  « Quant au fait que les morts ressuscitent, n’avez-vous pas lu dans le Livre de Moïse, au passage du Buisson, comment Dieu lui a dit: Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob? »

 

Sur des questions aussi cruciales que le primat des besoins humains sur les prescriptions rituelles et religieuses, le respect de la différence homme-femme, le renversement des hiérarchies opéré par Dieu, la vie après la mort, Jésus s’appuie sur sa lecture de l’Écriture pour affronter ses adversaires, puissants et installés.

Le quatrième Évangile mentionne 9 fois « l’accomplissement de l’Écriture » comme un critère fondamental de l’action de Jésus (Jn 7,42 ; 10,35 ; 13,1 ; 17,12 ; 19,28 ; 19,36 ; 20,9).

Luc résume ainsi le lien entre la lecture de l’Écriture et Jésus lui-même : « Alors il se mit à leur dire: « Aujourd’hui s’accomplit à vos oreilles ce passage de l’Écriture » » (Lc 4,21).

Le reproche que Jésus adresse aux sadducéens nous touche donc de plein fouet : « Si vous vous égarez, n’est-ce pas faute de connaître les Écritures et la puissance de Dieu ? » (Mc 12,24)

 

N’irons-nous pas lire dans l’Écriture ?

Alors, comment allons-nous aujourd’hui entendre cet appel du Christ à nous appuyer sur une lecture « authentique » (c’est un des sens du mot catholique) de l’Écriture  [1] ?

Non pas en nous coupant de la Tradition orale comme les sadducéens (sans se rendre compte qu’ils épousaient en fait les idées païennes grecques et romaines).

Non pas en survalorisant les traditions humaines comme les pharisiens.

Mais d’abord en revenant au texte.

À la lecture du texte.

Quelques lignes chaque jour.

Quelques pages chaque semaine.

Les moines font le tour des 150 psaumes du psautier chaque semaine : nous pourrions en lire un par jour, ce serait déjà beaucoup…

Les chrétiens redécouvrent actuellement la Lectio Divina : seul ou en petit groupe, prendre le temps de lire, méditer, contempler, ruminer, prier un texte biblique pour qu’il devienne une parole de Dieu pour moi, pour nous.

D’autres emportent leur Bible de poche dans le métro, au bureau, et en profitent comme d’un journal (mieux qu’un journal !).

D’autres l’ont déjà donc sur iPad, sur leur smartphone, et la consultent à temps perdu.

 

Quelque soit le moyen ou l’endroit où la méthode, l’essentiel est bien d’abord de lire l’Écriture.

Cette lecture rend libre, comme le Christ, devant les interprétations hâtives, fondamentalistes ou pleines de peur.

 

Alors, ne serait-ce que 5 minutes par jour, n’irons-nous pas lire dans l’Écriture ?

 


[1]. À noter cette symétrie amusante : la psychanalyse est une parole (de patients) qui fait écrire (les psys !). La Bible est un écrit (inspiré) qui fait parler (les lecteurs).

 

 


Sept frères meurent martyrs dans l’espérance de la résurrection
 (2M 7, 1-2.9-14)

 Lecture du second livre des Martyrs d’Israël

Sept frères avaient été arrêtés avec leur mère. A coups de fouet et de nerf de boeuf, le roi Antiochus voulut les contraindre à manger du porc, viande interdite.
L’un d’eux déclara au nom de tous : « Que cherches-tu à savoir de nous ? Nous sommes prêts à mourir plutôt que de transgresser les lois de nos pères. »
Le deuxième frère lui dit, au moment de rendre le dernier soupir : « Tu es un scélérat, toi qui nous arraches à cette vie présente, mais puisque nous mourons par fidélité à ses lois, le Roi du monde nous ressuscitera pour une vie éternelle. »
Après celui-là, le troisième fut mis à la torture. Il tendit la langue aussitôt qu’on le lui ordonna, et il présenta les mains avec intrépidité,
en déclarant avec noblesse : « C’est du Ciel que je tiens ces membres, mais à cause de sa Loi je les méprise, et c’est par lui que j’espère les retrouver. »
Le roi et sa suite furent frappés du courage de ce jeune homme qui comptait pour rien les souffrances.
Lorsque celui-ci fut mort, le quatrième frère fut soumis aux mêmes tortures.
Sur le point d’expirer, il parla ainsi : « Mieux vaut mourir par la main des hommes, quand on attend la résurrection promise par Dieu, tandis que toi, tu ne connaîtras pas la résurrection pour la vie éternelle. »

 

Psaume : Ps 16, 1.3ab, 5-6, 8.15 

R/ Le jour viendra, Seigneur, où je m’éveillerai en ta présence

Seigneur, écoute la justice !
Entends ma plainte, accueille ma prière.
Tu sondes mon coeur, tu me visites la nuit,
tu m’éprouves, sans rien trouver.

J’ai tenu mes pas sur tes traces,
jamais mon pied n’a trébuché.
Je t’appelle, toi, le Dieu qui répond :
écoute-moi, entends ce que je dis.

Garde-moi comme la prunelle de l’?il ;
à l’ombre de tes ailes, cache-moi.
Et moi, par ta justice, je verrai ta face :
au réveil, je me rassasierai de ton visage.

2ème lecture : Exhortation à la persévérance (2Th 2, 16-17; 3, 1-5)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères,
laissez-vous réconforter par notre Seigneur Jésus Christ lui-même et par Dieu notre Père, lui qui nous a aimés et qui, dans sa grâce, nous a pour toujours donné réconfort et joyeuse espérance ;qu’ils affermissent votre coeur dans tout ce que vous pouvez faire et dire de bien.
Priez aussi pour nous, frères, afin que la parole du Seigneur poursuive sa course, et qu’on lui rende gloire partout comme chez vous.
Priez pour que nous échappions à la méchanceté des gens qui nous veulent du mal, car tout le monde n’a pas la foi.
Le Seigneur, lui, est fidèle : il vous affermira et vous protégera du Mal.
Et, dans le Seigneur, nous avons pleine confiance en vous : vous faites et vous continuerez à faire ce que nous vous ordonnons.
Que le Seigneur vous conduise à l’amour de Dieu et à la persévérance pour attendre le Christ.

 

Evangile : Les morts ressusciteront (brève : 27…38) (Lc 20, 27-38)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Des sadducéens – ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de résurrection – vinrent trouver Jésus,
et ils l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a donné cette loi : Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu’il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère.
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ;
le deuxième,
puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants.
Finalement la femme mourut aussi.
Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour femme ? »
Jésus répond : « Les enfants de ce monde se marient.
Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne se marient pas,
car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection.
Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : ‘le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob’.
Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui. »
Patrick Braud 

Mots-clés : , ,

30 octobre 2010

Zachée : le juste, l’incisé et la figue

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Zachée : le juste, l’incisé et la figue

 

Homélie du 31/10/2010

31° Dimanche du temps ordinaire / Année C

 

 

Zachée dans le sycomore : histoire top connue, rabâchée depuis le CE 2 au caté… Comment pourrait-elle encore nous surprendre ?

Je vous propose trois détours pour essayer de libérer l’effet de surprise que la Bible veut souvent jouer avec nous.

 

Zachée le juste

Le nom de Zachée vient de Zaccaï en araméen = le juste.

Ce n’est pas précisément ce qu’est Zachée au début du récit : il est loin d’être juste ! Mais, « justement », devenir juste est au coeur de la rencontre entre Jésus (?Dieu sauve’) et Zachée (?le juste’, ou du moins celui qui est appelé à le devenir).

De manière étonnante, le prénom arabe dérivé de Zachée, Zacca, garde la trace du lien entre Zachée, sa justification et l’argent, puisque l’aumône légale dans l’islam se dit « Zakat », de la même racine que Zachée !

 

Comment Zachée devient-il juste ? Non pas en faisant l’aumône (vs islam), car ce n’est dans l’évangile qu’une conséquence (d’ailleurs non exigée par Jésus) et non un préalable.

Zachée devient juste grâce au double mouvement qui caractérise bien des rencontres de Jésus : chercher / être appelé.

Chercher : « il cherchait à voir qu’il était Jésus ».

Être appelé : « Zachée, descend vite. Aujourd’hui il faut que j’aille demeurer chez toi ».

 

Chercher / se laisser appeler : où en suis-je de ce chemin de justification ?

 

Zachée l’incisé

Cherchant à voir qui est Jésus, Zachée monte dans le sycomore.

Drôle d’arbre que ce sycomore dont les feuilles rappellent celles du mûrier (syco-morus = ressemblant au mûrier). Il est grand, avec des branches basses assez horizontales (c’est pourquoi le petit Zachée l’a choisi pour s’élever). Il a des fruits bizarres, qui poussent sur le tronc et non sur les rameaux des branches.

 

Mais surtout, ces fruits ne sont pas comestibles à l’état naturel. Il faut y pratiquer une incision, à l’aide d’un petit outil tranchant, pour laisser s’écouler un suc laiteux inconsommable. Ensuite, avec le temps, ils mûrissent en une sorte de grosses prunes / figues comestibles et goûteuses.

D’ailleurs, Amos précise bien qu’il était « un sacrificateur de sycomores » (Amos 7,14-15) lorsque Dieu l’a appelé pour devenir son prophète.

 

Zachée, en montant dans ce sycomore, va en devenir lZachée : le juste, l'incisé et la figue dans Communauté spirituelle Sycamore_fruits‘un de ses fruits, assis à même le tronc, au plus près du Christ. Il va se laisser « inciser », « transpercer » par son appel à venir manger chez lui. Du coup, comme le suc laiteux, il laisse s’écouler la richesse accumulée injustement et qui lui devient insupportable (il rend quatre fois ce qu’il a volé). Et avec le temps, il mûrira en disciple et apôtre du Christ (jusqu’à Rocamadour ! Cf. infra).

 

Quel « coup tranchant » vient dans mon existence accomplir ce que l’appel du Christ a fait pour Zachée, ce que le couteau d’Amos faisait pour les figues de sycomore ?

 

Les crises qui nous déstabilisent ne peuvent-elles pas devenir ce geste chirurgical où le scalpel des événements nous pousse à produire du fruit autrement (et du meilleur !) ?

Sans faire l’éloge du malheur, peut-on au moins le subvertir en y faisant résonner un appel à revenir à l’essentiel : « descends vite » et à tisser d’autres liens : « il faut que j’aille  demeurer chez toi » ?

De la catastrophe personnelle à la crise économique, en passant par tant de faillites collectives ou privées, Zachée dans le sycomore ne figure-t-il pas la possibilité de porter du fruit autrement, à travers le scalpel de la parole de Dieu, acérée et à double tranchant (Ap 1,16 ; He 4,12) ?

 

Zachée la figue (de Rocamadour) !

Le résultat de cette blessure symbolique qui touche Zachée, c’est justement de le transformer, avec le temps, en apôtre du Christ (comme une bonne figue de sycomore bien mûrie…).

On en trouve la trace dans la région du sanctuaire de Rocamadour !

La légende veut que Zachée soit arrivé dans ce site extraordinaire. Devenu ermite, sa recherche de solitude l’a amené à vivre dans ces rochers. D’où le nom Roc (rocher) ? Amadour (amator = amateur) : celui qui aime le rocher, c’est-à-dire celui qui aime la solitude de ce lieu sauvage. Le nom Amadour proviendrait peut-être également de l’arabe Amad – Aour = le juste, ce qui rappelle bien l’araméen Zaccaï = le juste = Zachée.

Il aurait apporté avec lui une statue de la Vierge en bois noirci, sculptée par saint Luc lui-même ! (analogie avec la légende de l’icône peinte par saint Luc ?)

En tout cas, très tôt, les pèlerinages s’organisent sur le lieu de l’ermitage de Zachée. Les miracles se succèdent sur la tombe de Rocamadour dont on avait retrouvé le corps momifié intact en 1166. Aujourd’hui encore, même si la Vierge noire a pris le pas sur l’ermite, les pèlerinages à Rocamadour reprennent de la vigueur (un million et demi de visiteurs par an) et portent de très beaux fruits spirituels.

 

Comme la figue incisée devient un fruit comestible sur le tronc du sycomore, ainsi Zachée continue-t-il de porter du fruit à Rocamadour…

 

Et moi (et nous), sur quel rocher Dieu nous appelle-t-il à devenir une figue savoureuse pour le plaisir des passants ?…

 

 

1ère lecture : Dieu aime toutes ses créatures (Sg 11, 23-26; 12, 1-2)

Lecture du livre de la Sagesse

Seigneur, tu as pitié de tous les hommes, parce que tu peux tout. Tu fermes les yeux sur leurs péchés, pour qu’ils se convertissent.
Tu aimes en effet tout ce qui existe, tu n’as de répulsion envers aucune de tes oeuvres, car tu n’aurais pas créé un être en ayant de la haine envers lui.
Et comment aurait-il subsisté, si tu ne l’avais pas voulu ? Comment aurait-il conservé l’existence, si tu ne l’y avais pas appelé ?
Mais tu épargnes tous les êtres, parce qu’ils sont à toi, Maître qui aimes la vie, toi dont le souffle impérissable anime tous les êtres.
Ceux qui tombent, tu les reprends peu à peu, tu les avertis, tu leur rappelles en quoi ils pèchent, pour qu’ils se détournent du mal, et qu’ils puissent croire en toi, Seigneur.

Psaume : Ps 144, 1-2, 8-9, 10-11, 13cd-14

R/ La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant !

Je t’exalterai, mon Dieu, mon Roi,
je bénirai ton nom toujours et à jamais !
Chaque jour je te bénirai,
je louerai ton nom toujours et à jamais.

Le Seigneur est tendresse et pitié, 
lent à la colère et plein d’amour ; 
la bonté du Seigneur est pour tous, 
sa tendresse, pour toutes ses oeuvres. 

Que tes oeuvres, Seigneur, te rendent grâce 
et que tes fidèles te bénissent ! 
Ils diront la gloire de ton règne, 
ils parleront de tes exploits. 

Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit, 
fidèle en tout ce qu’il fait. 
Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent, 
il redresse tous les accablés.

2ème lecture : Préparer dans la paix la venue du Seigneur(2Th 1, 11-12; 2, 1-2)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères, nous prions continuellement pour vous, afin que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a adressé ; par sa puissance, qu’il vous donne d’accomplir tout le bien que vous désirez, et qu’il rende active votre foi.
Que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a adressé ; par sa puissance, qu’il vous donne d’accomplir tout le bien que vous désirez, et qu’il rende active votre foi. Ainsi, notre Seigneur Jésus aura sa gloire en vous, et vous en lui ; voilà ce que nous réserve la grâce de notre Dieu et du Seigneur Jésus Christ.
Frères, nous voulons vous demander une chose, au sujet de la venue de notre Seigneur Jésus Christ et de notre rassemblement auprès de lui :
si l’on nous attribue une révélation, une parole ou une lettre prétendant que le jour du Seigneur est arrivé, n’allez pas aussitôt perdre la tête, ne vous laissez pas effrayer.

Evangile : Zachée : la conversion d’un riche (Lc 19, 1-10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus traversait la ville de Jéricho.
Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche.
Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n’y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.
Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l’interpella : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »
Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.
Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. »
Mais Zachée, s’avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. »
Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham.
En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,
1...113114115116117...123