L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homelie dimanche

6 novembre 2010

N’avez-vous pas lu dans l’Écriture ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

N’avez-vous pas lu dans l’Écriture ?

Homélie du 32° Dimanche ordinaire / Année C
07/11/2010


Faites l’expérience : essayez de vous rappeler un livre lu récemment.

Que vous en reste-t-il ? Si vous comparez avec d’autres lecteurs de vos amis, ont-ils « lu » la même chose ?

 

On croit que lire est naturel et identique pour tous. Alors que visiblement, c’est un acte complexe, singulier…

C’est vrai de la Bible comme de tout autre livre. Encore plus même, car la Bible est appelée « l’Écriture ». La Bible est d’abord un texte avant de devenir une parole. Entre l’écriture et la parole, il y a le souffle, la voix…

 

Jésus s’étonne que les sadducéens n’aient pas « lu » dans l’Écriture (la Tora) la même chose N'avez-vous pas lu dans l'Écriture ? dans Communauté spirituelle bible-imageque lui. C’est une charge un peu ironique (répondant à celle, ironique également, des sadducéens lui tendant un piège) car les sadducéens se font forts de n’obéir qu’à l’Écriture (scriptura sola pourrait être leur devise avec anachronisme) et non aux traditions orales des pharisiens.

 

C’est donc que bien souvent nous lisons sans lire ; et pour la Bible l’enjeu est de taille ! Souvent des « pré-textes » nous empêchent de faire attention au texte. Des « dé-lires » nous font lire n’importe quoi.

La liste serait longue des interprétations erronées de la Bible par les Églises chrétiennes dans l’histoire, sur des questions aussi délicates que la peine de mort, l’apartheid, le refus de l’héliocentrisme… toutes positions légitimées en leur temps par des lectures de l’Écriture qui nous paraissent aujourd’hui terriblement idéologiques.

 

« N’avez-vous pas lu dans l’Écriture ? »

L’expression revient 6 fois dans le Nouveau Testament, autour de 4 questions brûlantes.

À chaque fois, Jésus revient à l’Écriture de manière assez subversive vis-à-vis de la religion en place.

Lire l’Écriture lui permet en effet de contester :

- l’absolu du sabbat :

Mt 12,3 : « Mais il leur dit: « N’avez-vous pas lu ce que fit David lorsqu’il eut faim, lui et ses compagnons ? »

Mt 12,5 : « Ou n’avez-vous pas lu dans la Loi que, le jour du sabbat, les prêtres dans le Temple violent le sabbat sans être en faute ? »

- l’absolu du divorce (largement admis dans les mentalités de l’époque comme aujourd’hui) :

Mt 19,4 : « Il répondit: « N’avez-vous pas lu que le Créateur, dès l’origine, les fit homme et femme? »

- l’exclusion religieuse et sociale

Mc 12,10 : « Et n’avez-vous pas lu cette Écriture: « la pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue pierre d’angle »? »

- le matérialisme des sadducéens niant la résurrection :

Mt 22,31 : « Quant à ce qui est de la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu l’oracle dans lequel Dieu vous dit? »

Mc 12,26 :  « Quant au fait que les morts ressuscitent, n’avez-vous pas lu dans le Livre de Moïse, au passage du Buisson, comment Dieu lui a dit: Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob? »

 

Sur des questions aussi cruciales que le primat des besoins humains sur les prescriptions rituelles et religieuses, le respect de la différence homme-femme, le renversement des hiérarchies opéré par Dieu, la vie après la mort, Jésus s’appuie sur sa lecture de l’Écriture pour affronter ses adversaires, puissants et installés.

Le quatrième Évangile mentionne 9 fois « l’accomplissement de l’Écriture » comme un critère fondamental de l’action de Jésus (Jn 7,42 ; 10,35 ; 13,1 ; 17,12 ; 19,28 ; 19,36 ; 20,9).

Luc résume ainsi le lien entre la lecture de l’Écriture et Jésus lui-même : « Alors il se mit à leur dire: « Aujourd’hui s’accomplit à vos oreilles ce passage de l’Écriture » » (Lc 4,21).

Le reproche que Jésus adresse aux sadducéens nous touche donc de plein fouet : « Si vous vous égarez, n’est-ce pas faute de connaître les Écritures et la puissance de Dieu ? » (Mc 12,24)

 

N’irons-nous pas lire dans l’Écriture ?

Alors, comment allons-nous aujourd’hui entendre cet appel du Christ à nous appuyer sur une lecture « authentique » (c’est un des sens du mot catholique) de l’Écriture  [1] ?

Non pas en nous coupant de la Tradition orale comme les sadducéens (sans se rendre compte qu’ils épousaient en fait les idées païennes grecques et romaines).

Non pas en survalorisant les traditions humaines comme les pharisiens.

Mais d’abord en revenant au texte.

À la lecture du texte.

Quelques lignes chaque jour.

Quelques pages chaque semaine.

Les moines font le tour des 150 psaumes du psautier chaque semaine : nous pourrions en lire un par jour, ce serait déjà beaucoup…

Les chrétiens redécouvrent actuellement la Lectio Divina : seul ou en petit groupe, prendre le temps de lire, méditer, contempler, ruminer, prier un texte biblique pour qu’il devienne une parole de Dieu pour moi, pour nous.

D’autres emportent leur Bible de poche dans le métro, au bureau, et en profitent comme d’un journal (mieux qu’un journal !).

D’autres l’ont déjà donc sur iPad, sur leur smartphone, et la consultent à temps perdu.

 

Quelque soit le moyen ou l’endroit où la méthode, l’essentiel est bien d’abord de lire l’Écriture.

Cette lecture rend libre, comme le Christ, devant les interprétations hâtives, fondamentalistes ou pleines de peur.

 

Alors, ne serait-ce que 5 minutes par jour, n’irons-nous pas lire dans l’Écriture ?

 


[1]. À noter cette symétrie amusante : la psychanalyse est une parole (de patients) qui fait écrire (les psys !). La Bible est un écrit (inspiré) qui fait parler (les lecteurs).

 

 


Sept frères meurent martyrs dans l’espérance de la résurrection
 (2M 7, 1-2.9-14)

 Lecture du second livre des Martyrs d’Israël

Sept frères avaient été arrêtés avec leur mère. A coups de fouet et de nerf de boeuf, le roi Antiochus voulut les contraindre à manger du porc, viande interdite.
L’un d’eux déclara au nom de tous : « Que cherches-tu à savoir de nous ? Nous sommes prêts à mourir plutôt que de transgresser les lois de nos pères. »
Le deuxième frère lui dit, au moment de rendre le dernier soupir : « Tu es un scélérat, toi qui nous arraches à cette vie présente, mais puisque nous mourons par fidélité à ses lois, le Roi du monde nous ressuscitera pour une vie éternelle. »
Après celui-là, le troisième fut mis à la torture. Il tendit la langue aussitôt qu’on le lui ordonna, et il présenta les mains avec intrépidité,
en déclarant avec noblesse : « C’est du Ciel que je tiens ces membres, mais à cause de sa Loi je les méprise, et c’est par lui que j’espère les retrouver. »
Le roi et sa suite furent frappés du courage de ce jeune homme qui comptait pour rien les souffrances.
Lorsque celui-ci fut mort, le quatrième frère fut soumis aux mêmes tortures.
Sur le point d’expirer, il parla ainsi : « Mieux vaut mourir par la main des hommes, quand on attend la résurrection promise par Dieu, tandis que toi, tu ne connaîtras pas la résurrection pour la vie éternelle. »

 

Psaume : Ps 16, 1.3ab, 5-6, 8.15 

R/ Le jour viendra, Seigneur, où je m’éveillerai en ta présence

Seigneur, écoute la justice !
Entends ma plainte, accueille ma prière.
Tu sondes mon coeur, tu me visites la nuit,
tu m’éprouves, sans rien trouver.

J’ai tenu mes pas sur tes traces,
jamais mon pied n’a trébuché.
Je t’appelle, toi, le Dieu qui répond :
écoute-moi, entends ce que je dis.

Garde-moi comme la prunelle de l’?il ;
à l’ombre de tes ailes, cache-moi.
Et moi, par ta justice, je verrai ta face :
au réveil, je me rassasierai de ton visage.

2ème lecture : Exhortation à la persévérance (2Th 2, 16-17; 3, 1-5)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères,
laissez-vous réconforter par notre Seigneur Jésus Christ lui-même et par Dieu notre Père, lui qui nous a aimés et qui, dans sa grâce, nous a pour toujours donné réconfort et joyeuse espérance ;qu’ils affermissent votre coeur dans tout ce que vous pouvez faire et dire de bien.
Priez aussi pour nous, frères, afin que la parole du Seigneur poursuive sa course, et qu’on lui rende gloire partout comme chez vous.
Priez pour que nous échappions à la méchanceté des gens qui nous veulent du mal, car tout le monde n’a pas la foi.
Le Seigneur, lui, est fidèle : il vous affermira et vous protégera du Mal.
Et, dans le Seigneur, nous avons pleine confiance en vous : vous faites et vous continuerez à faire ce que nous vous ordonnons.
Que le Seigneur vous conduise à l’amour de Dieu et à la persévérance pour attendre le Christ.

 

Evangile : Les morts ressusciteront (brève : 27…38) (Lc 20, 27-38)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Des sadducéens – ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de résurrection – vinrent trouver Jésus,
et ils l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a donné cette loi : Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu’il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère.
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ;
le deuxième,
puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants.
Finalement la femme mourut aussi.
Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour femme ? »
Jésus répond : « Les enfants de ce monde se marient.
Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne se marient pas,
car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection.
Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : ‘le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob’.
Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui. »
Patrick Braud 

Mots-clés : , ,

30 octobre 2010

Zachée : le juste, l’incisé et la figue

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Zachée : le juste, l’incisé et la figue

 

Homélie du 31/10/2010

31° Dimanche du temps ordinaire / Année C

 

 

Zachée dans le sycomore : histoire top connue, rabâchée depuis le CE 2 au caté… Comment pourrait-elle encore nous surprendre ?

Je vous propose trois détours pour essayer de libérer l’effet de surprise que la Bible veut souvent jouer avec nous.

 

Zachée le juste

Le nom de Zachée vient de Zaccaï en araméen = le juste.

Ce n’est pas précisément ce qu’est Zachée au début du récit : il est loin d’être juste ! Mais, « justement », devenir juste est au coeur de la rencontre entre Jésus (?Dieu sauve’) et Zachée (?le juste’, ou du moins celui qui est appelé à le devenir).

De manière étonnante, le prénom arabe dérivé de Zachée, Zacca, garde la trace du lien entre Zachée, sa justification et l’argent, puisque l’aumône légale dans l’islam se dit « Zakat », de la même racine que Zachée !

 

Comment Zachée devient-il juste ? Non pas en faisant l’aumône (vs islam), car ce n’est dans l’évangile qu’une conséquence (d’ailleurs non exigée par Jésus) et non un préalable.

Zachée devient juste grâce au double mouvement qui caractérise bien des rencontres de Jésus : chercher / être appelé.

Chercher : « il cherchait à voir qu’il était Jésus ».

Être appelé : « Zachée, descend vite. Aujourd’hui il faut que j’aille demeurer chez toi ».

 

Chercher / se laisser appeler : où en suis-je de ce chemin de justification ?

 

Zachée l’incisé

Cherchant à voir qui est Jésus, Zachée monte dans le sycomore.

Drôle d’arbre que ce sycomore dont les feuilles rappellent celles du mûrier (syco-morus = ressemblant au mûrier). Il est grand, avec des branches basses assez horizontales (c’est pourquoi le petit Zachée l’a choisi pour s’élever). Il a des fruits bizarres, qui poussent sur le tronc et non sur les rameaux des branches.

 

Mais surtout, ces fruits ne sont pas comestibles à l’état naturel. Il faut y pratiquer une incision, à l’aide d’un petit outil tranchant, pour laisser s’écouler un suc laiteux inconsommable. Ensuite, avec le temps, ils mûrissent en une sorte de grosses prunes / figues comestibles et goûteuses.

D’ailleurs, Amos précise bien qu’il était « un sacrificateur de sycomores » (Amos 7,14-15) lorsque Dieu l’a appelé pour devenir son prophète.

 

Zachée, en montant dans ce sycomore, va en devenir lZachée : le juste, l'incisé et la figue dans Communauté spirituelle Sycamore_fruits‘un de ses fruits, assis à même le tronc, au plus près du Christ. Il va se laisser « inciser », « transpercer » par son appel à venir manger chez lui. Du coup, comme le suc laiteux, il laisse s’écouler la richesse accumulée injustement et qui lui devient insupportable (il rend quatre fois ce qu’il a volé). Et avec le temps, il mûrira en disciple et apôtre du Christ (jusqu’à Rocamadour ! Cf. infra).

 

Quel « coup tranchant » vient dans mon existence accomplir ce que l’appel du Christ a fait pour Zachée, ce que le couteau d’Amos faisait pour les figues de sycomore ?

 

Les crises qui nous déstabilisent ne peuvent-elles pas devenir ce geste chirurgical où le scalpel des événements nous pousse à produire du fruit autrement (et du meilleur !) ?

Sans faire l’éloge du malheur, peut-on au moins le subvertir en y faisant résonner un appel à revenir à l’essentiel : « descends vite » et à tisser d’autres liens : « il faut que j’aille  demeurer chez toi » ?

De la catastrophe personnelle à la crise économique, en passant par tant de faillites collectives ou privées, Zachée dans le sycomore ne figure-t-il pas la possibilité de porter du fruit autrement, à travers le scalpel de la parole de Dieu, acérée et à double tranchant (Ap 1,16 ; He 4,12) ?

 

Zachée la figue (de Rocamadour) !

Le résultat de cette blessure symbolique qui touche Zachée, c’est justement de le transformer, avec le temps, en apôtre du Christ (comme une bonne figue de sycomore bien mûrie…).

On en trouve la trace dans la région du sanctuaire de Rocamadour !

La légende veut que Zachée soit arrivé dans ce site extraordinaire. Devenu ermite, sa recherche de solitude l’a amené à vivre dans ces rochers. D’où le nom Roc (rocher) ? Amadour (amator = amateur) : celui qui aime le rocher, c’est-à-dire celui qui aime la solitude de ce lieu sauvage. Le nom Amadour proviendrait peut-être également de l’arabe Amad – Aour = le juste, ce qui rappelle bien l’araméen Zaccaï = le juste = Zachée.

Il aurait apporté avec lui une statue de la Vierge en bois noirci, sculptée par saint Luc lui-même ! (analogie avec la légende de l’icône peinte par saint Luc ?)

En tout cas, très tôt, les pèlerinages s’organisent sur le lieu de l’ermitage de Zachée. Les miracles se succèdent sur la tombe de Rocamadour dont on avait retrouvé le corps momifié intact en 1166. Aujourd’hui encore, même si la Vierge noire a pris le pas sur l’ermite, les pèlerinages à Rocamadour reprennent de la vigueur (un million et demi de visiteurs par an) et portent de très beaux fruits spirituels.

 

Comme la figue incisée devient un fruit comestible sur le tronc du sycomore, ainsi Zachée continue-t-il de porter du fruit à Rocamadour…

 

Et moi (et nous), sur quel rocher Dieu nous appelle-t-il à devenir une figue savoureuse pour le plaisir des passants ?…

 

 

1ère lecture : Dieu aime toutes ses créatures (Sg 11, 23-26; 12, 1-2)

Lecture du livre de la Sagesse

Seigneur, tu as pitié de tous les hommes, parce que tu peux tout. Tu fermes les yeux sur leurs péchés, pour qu’ils se convertissent.
Tu aimes en effet tout ce qui existe, tu n’as de répulsion envers aucune de tes oeuvres, car tu n’aurais pas créé un être en ayant de la haine envers lui.
Et comment aurait-il subsisté, si tu ne l’avais pas voulu ? Comment aurait-il conservé l’existence, si tu ne l’y avais pas appelé ?
Mais tu épargnes tous les êtres, parce qu’ils sont à toi, Maître qui aimes la vie, toi dont le souffle impérissable anime tous les êtres.
Ceux qui tombent, tu les reprends peu à peu, tu les avertis, tu leur rappelles en quoi ils pèchent, pour qu’ils se détournent du mal, et qu’ils puissent croire en toi, Seigneur.

Psaume : Ps 144, 1-2, 8-9, 10-11, 13cd-14

R/ La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant !

Je t’exalterai, mon Dieu, mon Roi,
je bénirai ton nom toujours et à jamais !
Chaque jour je te bénirai,
je louerai ton nom toujours et à jamais.

Le Seigneur est tendresse et pitié, 
lent à la colère et plein d’amour ; 
la bonté du Seigneur est pour tous, 
sa tendresse, pour toutes ses oeuvres. 

Que tes oeuvres, Seigneur, te rendent grâce 
et que tes fidèles te bénissent ! 
Ils diront la gloire de ton règne, 
ils parleront de tes exploits. 

Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit, 
fidèle en tout ce qu’il fait. 
Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent, 
il redresse tous les accablés.

2ème lecture : Préparer dans la paix la venue du Seigneur(2Th 1, 11-12; 2, 1-2)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères, nous prions continuellement pour vous, afin que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a adressé ; par sa puissance, qu’il vous donne d’accomplir tout le bien que vous désirez, et qu’il rende active votre foi.
Que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a adressé ; par sa puissance, qu’il vous donne d’accomplir tout le bien que vous désirez, et qu’il rende active votre foi. Ainsi, notre Seigneur Jésus aura sa gloire en vous, et vous en lui ; voilà ce que nous réserve la grâce de notre Dieu et du Seigneur Jésus Christ.
Frères, nous voulons vous demander une chose, au sujet de la venue de notre Seigneur Jésus Christ et de notre rassemblement auprès de lui :
si l’on nous attribue une révélation, une parole ou une lettre prétendant que le jour du Seigneur est arrivé, n’allez pas aussitôt perdre la tête, ne vous laissez pas effrayer.

Evangile : Zachée : la conversion d’un riche (Lc 19, 1-10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus traversait la ville de Jéricho.
Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche.
Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n’y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.
Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l’interpella : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »
Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.
Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. »
Mais Zachée, s’avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. »
Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham.
En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

23 octobre 2010

« J’ai renoncé au comparatif »

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

« J’ai renoncé au comparatif « 

 

Homélie du 24/10/2010

30° Dimanche du temps ordinaire / Année C

 

 

Afficher l'image d'origineLe patriarche Athénagoras (patriarche de Constantinople de 1948 à 1972) jouissait d’une réputation immense : sa sagesse, son ouverture d’esprit, son oecuménisme, la force de sa pensée spirituelle et théologique… tout cela impressionnait : d’où lui venait cette sérénité et cette bonté envers tous ? À 87 ans, il livrait ainsi le secret de sa bienveillance inconditionnelle :

« Je n’ai plus peur de rien. J’ai renoncé au comparatif. La guerre la plus dure, c’est la guerre contre soi-même. Il faut arriver à se désarmer. J’ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible. Mais je suis désarmé. Je n’ai plus peur de rien, car l’amour chasse la peur. Je suis désarmé de la volonté d’avoir raison, de me justifier en disqualifiant les autres. Je ne suis plus sur mes gardes, jalousement crispé sur mes richesses. 

J’accueille et je partage. Je ne tiens pas particulièrement à mes idées, à mes projets. Si l’on m’en présente de meilleurs, ou plutôt non, pas meilleurs mais bons, j’accepte sans regret. J’ai renoncé au comparatif. Ce qui est bon, vrai, réel, est toujours pour moi le meilleur. C’est pourquoi je n’ai plus peur. Quand on n’a plus rien, on n’a plus peur.

Si l’on se désarme, si l’on se dépossède, si l’on s’ouvre au Dieu-Homme qui fait toutes choses nouvelles, alors, Lui, efface le mauvais passé et nous rend un temps neuf où tout est possible. »

 

« J’ai renoncé au comparatif » : tel semble bien être la clé de la paix intérieure.

Ne pas passer son temps à envier ceux qui ont « plus » (alors qu’ils ont reçu « différemment » et que cela peut devenir objet de louange), ni à mépriser ceux qui ont « moins » (même remarque).

Ne pas se comparer sans cesse aux standards de la réussite sociale ou médiatique.

Ne pas chercher même à se mesurer sur une échelle de sainteté ou d’efficacité.

 

La liberté bienveillante d’Athénagoras provient de cette attitude intérieure de non-comparaison.
Le mépris apparent du pharisien de la parabole provient de son obsession d’être « plus » que les autres : plus pur que le publicain, plus généreux que les juifs ordinaires (la dîme), plus pratiquant que les pratiquants ordinaires (en jeûnant deux fois par semaine).

Se comparer, en mieux ou en moins bien, c’est quitter le terrain de la louange pour celui du mépris ou de l’envie.

Se comparer, en plus ou en moins, c’est quitter le terrain de la gratuité pour celui du calcul et du mérite.

 

Le publicain lui aussi a renoncé au comparatif.

Il ne cherche pas à savoir si le pharisien est hypocrite ou non, orgueilleux ou inconscient. Il ne s’étalonne pas en fonction de critères sociaux ou religieux ambiants. Il demande juste à Dieu de l’accueillir tel qu’il est, et Dieu seul sait qui il est vraiment : « Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis ! ».

 

Renoncer au comparatif est salutaire pour chacun de nous. Mais aussi pour les groupes auxquels nous appartenons. Avec humour, deux pasteurs protestants (Roger Parmentier et Gill Daudé) actualisaient ainsi cette parabole de Jésus [1] :

 

Plusieurs Églises priaient devant l’Éternel.

 

- L’Église Réformée priait ainsi : Seigneur, je te rends grâce de ce que je ne suis pas comme le reste des Églises qui ne sont pas si bien organisées, ni bonnes théologiennes, si ouvertes au monde. Moi, j’ai un système presbytérien-synodal clair, un niveau de réflexion convenable et un sens du débat social…

 

- L’Église Évangélique priait ainsi : Seigneur, je rends grâce à ta souveraineté car je ne suis pas comme le reste des Églises qui sont infidèles à la Parole de Dieu, qui ont perdu la rigueur doctrinale et vendent leur âme au monde. Moi, je confesse que la Bible est la Parole de Dieu, je connais la confession de foi de la Rochelle, et je parle de conversion…

 

- L’Église charismatique-pentecôtiste priait ainsi : Seigneur ! Alléluia ! Gloire à toi ! Amen ! Béni sois-tu Seigneur, car je ne suis pas comme ces Églises endormies qui ont abandonné la Vie de l’Esprit, le Baptême biblique et le souci de l’évangélisation. Moi, je vis la plénitude de l’Esprit, mon Église est pleine de nouveaux convertis, et la louange est puissante chez moi ! …

 

D’autres groupes de militants actifs priaient eux aussi par journaux interposés :

 

- Je te rends grâce de n’être pas comme ces Talibans fondamentalistes qui ne craignent pas de massacrer à tort et à travers (comme des « chrétiens » l’ont fait au cours des siècles), qui ne craignent pas d’être kamikazes et de se suicider en faisant aussi mourir les autres, et qui croient vraiment entrer prochainement au Paradis (tant ils ont foi en lui)…

 

- Je te rends grâce de n’être pas comme ces Américains qui imposent leur domination financière et militaire, qui propagent le fondamentalisme biblique et refusent d’enseigner Darwin, qui se croient les champions du Bien contre le Mal et qui sont prêts à tous les massacres pour faire triompher leur point de vue…

 

- Un ‘mal croyant’ se tenait loin de ces Églises et de ces groupes. Il ne voulait même pas s’adresser à elles et il soupirait en disant : Oh, je ne suis pas meilleur que les autres mais s’il y a un bon Dieu, qu’il me soit favorable !

 

Dans le dialogue oecuménique comme dans le dialogue en entreprise ou en famille, renoncer au comparatif permet de s’accueillir soi-même en vérité. Étant en paix avec soi-même, on peut dans le même mouvement accueillir l’autre, différent, sans vouloir le ramener à soi, à ses propres positions ou opinions.

 

 

Que pouvons-nous faire cette semaine pour « renoncer au comparatif » ?…

 

 


[1] http://protestantsdanslaville.org/roger-parmentier-bible-actualisee/RP26.htm

Patrick Braud

 

 

1ère lecture : Dieu écoute la prière du pauvre (Si 35, 12-14.16-18)

Lecture du livre de Ben Sirac le Sage

Le Seigneur est un juge qui ne fait pas de différence entre les hommes.
Il ne défavorise pas le pauvre, il écoute la prière de l’opprimé.
Il ne méprise pas la supplication de l’orphelin, ni la plainte répétée de la veuve.
Le Seigneur est un juge qui ne fait pas de différence entre les hommes.
Celui qui sert Dieu de tout son coeur est bien accueilli, et sa prière parvient jusqu’au ciel.
La prière du pauvre traverse les nuées ; tant qu’elle n’a pas atteint son but, il demeure inconsolable.
Il ne s’arrête pas avant que le Très-Haut ait jeté les yeux sur lui, prononcé en faveur des justes et rendu justice.

Psaume : Ps 33, 2-3, 16.18, 19.23

R/ Un pauvre a crié : Dieu l’écoute et le sauve

Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m’entendent et soient en fête !

Le Seigneur regarde les justes, 
il écoute, attentif à leurs cris.
Le Seigneur entend ceux qui l’appellent : 
de toutes leurs angoisses, il les délivre.

Il est proche du coeur brisé, 
il sauve l’esprit abattu.
Le Seigneur rachètera ses serviteurs : 
pas de châtiment pour qui trouve en lui son refuge.

2ème lecture : Paul au soir de sa vie (2Tm 4, 6-8.16-18)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre à Timothée

Me voici déjà offert en sacrifice, le moment de mon départ est venu.
Je me suis bien battu, j’ai tenu jusqu’au bout de la course, je suis resté fidèle.
Je n’ai plus qu’à recevoir la récompense du vainqueur : dans sa justice, le Seigneur, le juge impartial, me la remettra en ce jour-là, comme à tous ceux qui auront désiré avec amour sa manifestation dans la gloire.
La première fois que j’ai présenté ma défense, personne ne m’a soutenu : tous m’ont abandonné. Que Dieu ne leur en tienne pas rigueur.
Le Seigneur, lui, m’a assisté. Il m’a rempli de force pour que je puisse annoncer jusqu’au bout l’Évangile et le faire entendre à toutes les nations païennes. J’ai échappé à la gueule du lion ; le Seigneur me fera encore échapper à tout ce qu’on fait pour me nuire. Il me sauvera et me fera entrer au ciel, dans son Royaume. A lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

 

Evangile : Parabole du pharisien et du publicain (Lc 18, 9-14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus dit une parabole pour certains hommes qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient tous les autres :
« Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain.
Le pharisien se tenait là et priait en lui-même : ‘Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes : voleurs, injustes, adultères, ou encore comme ce publicain.
Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’
Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : ‘Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis !’
Quand ce dernier rentra chez lui, c’est lui, je vous le déclare, qui était devenu juste, et non pas l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

16 octobre 2010

La grenouille qui ne se décourageait jamais

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Homélie du 17/10/2010

29° Dimanche du temps ordinaire / Année C

 

La grenouille qui ne se décourageait jamais

 

 

Grenouiller jusqu’en haut

Afficher l'image d'origineIl était une fois une course …  de grenouilles.
L’objectif était d’arriver en haut d’une grande tour. Beaucoup de gens se rassemblèrent pour les voir et les soutenir.  La course commença.
En fait, les gens ne croyaient pas possible que les grenouilles atteignent le sommet de la tour, et toutes les phrases que l’on entendit furent de ce genre :
« Inutile !!!
Elles n’y arriveront jamais! »
Les grenouilles commencèrent peu à peu à se décourager, sauf une qui continua de grimper.
Les gens continuaient :
« … Vraiment pas la peine  !!! Elles n’y arriveront jamais!… »
Et les grenouilles s’avouèrent vaincues, sauf une qui continuait envers et contre tout !
A la fin, toutes abandonnèrent, sauf cette grenouille qui, seule et au prix d’un énorme effort, rejoignit la cime.
Les autres, stupéfaites, voulurent savoir comment elle avait fait.
A sa descente, l’une d’entre elles s’approcha pour lui demander comment elle avait fait pour terminer l’épreuve.
Et découvrit qu’elle… était sourde !

Cette histoire de grenouilles nous invite à rester sourds à tous ceux qui nous disent que « c’est impossible », à tout ce qui nous décourage d’aller au bout de notre désir le plus vrai.

 

Prier sans se décourager

Ne pas se laisser décourager est bien sûr le La grenouille qui ne se décourageait jamais dans Communauté spirituelle ex17_12bthème central des textes de ce dimanche.

Moïse a besoin de son frère Aaron et de Hour pour le soutenir dans son intercession, les bras levés. S’il « baisse les bras » (l’expression en français vient de là), le peuple perdra le combat.

 

Le psaume 120, comme bien des psaumes, cherche lui aussi du courage dans la prière : « Je lève les yeux vers les montagnes : d’où le secours me viendra-t-il ? »

 

Et Jésus enfonce le clou avec sa parabole « pour montrer à ses disciples qu’il faut toujours prier sans se décourager ».

La prière est un combat où le découragement nous guette immanquablement tôt ou tard : devant le silence de Dieu, devant le temps qui passe et où il ne se passe rien, devant tant d’injustices qui se répètent à longueur d’années, de siècles…

Pourtant, prier sans se décourager, c’est trouver du courage en priant.

Et saint Paul rajoute à la prière l’Écriture comme source de courage : « tu connais les textes sacrés : ils ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, celle qui conduit au salut par la foi que nous avons en Jésus Christ ».

 

La question de ce dimanche taraude bien des ‘combattants de la survie ordinaire’.

29z3c5ig courage dans Communauté spirituelleAujourd’hui comme hier, où trouver la force pour continuer à chercher du travail quand on est chômeur depuis trop longtemps ? Où trouver l’énergie pour continuer à se battre pour ses enfants quand on est une femme seule ? Comment ne pas sombrer dans l’alcool ou la dépression lorsqu’on est à la rue ? Où trouver un soutien pour ne pas « baisser les bras » lorsqu’on entre en chimiothérapie ? lorsque la mort nous enlève un être proche ?

 

Comment apprendre à devenir cette grenouille sourde : sourde à la fatigue, à l’échec, à la frustration, à la peur… ?

 

Du coeur à l’ouvrage

Le mot courage en français vient du latin cor, le coeur_anatomie Expéditcoeur. Quelques expressions en gardent la trace : « avoir du coeur à l’ouvrage », c’est le signe du courage. « Perdre coeur » au contraire, c’est abandonner peu à peu le combat.

Le courage et le coeur ont partie liée. Non pas au plan sentimental, mais anatomique : le coeur est cette formidable pompe qui injecte à tout l’organisme le combustible et l’énergie nécessaires à l’activité de l’ensemble. Aller puiser du courage, c’est retrouver en soi la pompe à énergie qui va galvaniser l’effort et le faire durer. Le coureur de fond harmonise les battements de son coeur avec ses pieds et sa respiration, pour tenir bon des kilomètres durant, sans points de côté, sans se décourager.

 

On comprend alors pourquoi Jésus, le psaume et Moïse lient le courage et la prière.

Prier, c’est se recentrer sur le coeur de soi-même en Dieu, ou de Dieu en soi-même…

Prier, c’est revenir à l’essentiel de ce qui nous anime, et ainsi laisser à nouveau le sang de la confiance irriguer nos combats, même les plus longs, même ceux qui nous semblent interminables…

La prière n’est pas ‘expéditive’

Notre vieux fond païen rêverait une prière « expéditive ». Lorsque le résultat d’une telle demande païenne se fait attendre, nous sommes découragés. On a même inventé un saint dans nos églises pour cultiver cette tendance « expéditive » de la prière : c’est justement… Saint Expédit ! Le jeu de mot qui découle du nom de saint Expédit en dit long sur notre impatience !

 

La légende faisait de saint Expédit un commandant Romain d’Arménie, converti au Christ et décapité pour cette raison en 303 par l’empereur Dioclétien. Le pape Pie XI a rayé son nom du martyrologe romain en 1905, mais rien n’y fait : on continue à espérer de lui un traitement en colissimo de nos prières urgentes… Sans doute à cause de la légende de sa conversion. On raconte qu’Expédit était sur le point de demander le baptême lorsqu’un corbeau arriva en criant : ‘Cras ! cras ! cras ! cras !’ (ce qui signifie : ?demain !’, en latin, et cela ressemble au croassement du corbeau). Expédit l’écrasa en criant à son tour : ‘Hodie ! hodie ! hodie ! hodie !’ (?aujourd’hui !’). Expédit est donc souvent représenté portant la palme du martyre, écrasant un corbeau, avec les inscriptions : Cras ! Hodie !

Mais la ferveur populaire oublie que c’est sur la conversion que porte la rapidité « expéditive » de la prière du saint, pas sur la réalisation d’une demande dans la prière !

La conversion peut être expéditive, la prière plus rarement…

Voilà pourquoi il nous faut apprendre à « toujours prier sans se décourager jamais ».

« Luttez avec moi dans la prière », écrit Saint-Paul (Rm 15,30).

 

La faim heureuse

Telle la grenouille sourde, celui qui va puiser du courage dans la prière et l’Écriture cmic8mu2 grenouilledécouvrira en cours d’ascension ce que saint Augustin appelait la « faim heureuse ». Rien à voir avec le Happy End d’Hollywood ! Mais la lente transformation qu’opère en nous la fidélité qui ne se décourage pas d’attendre, qui ne se décourage pas de se battre encore et encore :

« Quand Dieu tarde à vous donner, c’est, non pour vous refuser ses dons, mais pour vous les faire apprécier. On reçoit avec plus de joie ce qu’on a désiré longtemps ; on n’apprécie pas ce qu’on obtient trop vite. Demandez, cherchez, insistez. En demandant et en cherchant vous grandissez, et vous vous préparez à recevoir ce que vous demandez. Dieu vous réserve ce qu’il ne veut pas vous donner tout de suite, afin que vous appreniez à désirer avec grandeur de grandes choses. Nous demandons ce que nous devons posséder éternellement, ce qui doit nous rassasier éternellement. Mais pour être rassasiés, ayons faim et soif. Il a été dit : « bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice » ; la faim peut donc quelquefois être heureuse ? Oui, lorsqu’elle prépare au rassasiement, car si vous n’aviez que dégoût, vous n’arriveriez pas à la possession des trois pains » 

(saint Augustin : sermon LXI, 5 & 6).

 

 

 

1ère lecture : Moïse ne baisse pas les bras (Ex 17, 8-13)

Lecture du livre de l’Exode

Le peuple d’Israël marchait à travers le désert.
Les Amalécites survinrent et attaquèrent Israël à Rephidim.
Moïse dit alors à Josué : « Choisis des hommes, et va combattre les Amalécites. Moi, demain, je me tiendrai sur le sommet de la colline, le bâton de Dieu à la main. »
Josué fit ce que Moïse avait dit : il livra bataille aux Amalécites. Moïse, Aaron et Hour étaient montés au sommet de la colline.
Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort. Quand il la laissait retomber, Amalec était le plus fort.
Mais les mains de Moïse s’alourdissaient ; on prit une pierre, on la plaça derrière lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hour lui soutenaient les mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre. Ainsi les mains de Moïse demeurèrent levées jusqu’au coucher du soleil.
Et Josué triompha des Amalécites au tranchant de l’épée.

 

Psaume : Ps 120, 1-2, 3-4, 5-6, 7-8

R/ Notre secours, c’est Dieu, le Maître du monde !

Je lève les yeux vers les montagnes :
d’où le secours me viendra-t-il ?
Le secours me viendra du Seigneur
qui a fait le ciel et la terre.

Qu’il empêche ton pied de glisser, 
qu’il ne dorme pas, ton gardien. 
Non, il ne dort pas, ne sommeille pas, 
le gardien d’Israël. 

Le Seigneur, ton gardien, le Seigneur, ton ombrage, 
se tient près de toi. 
Le soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper, 
ni la lune, durant la nuit. 

Le Seigneur te gardera de tout mal, 
il gardera ta vie. 
Le Seigneur te gardera, au départ et au retour, 
maintenant, à jamais.

2ème lecture : Méditer l’Écriture pour proclamer la Parole(2Tm 3, 14-17; 4, 1-2)

 

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre à Timothée

Fils bien-aimé,
tu dois en rester à ce qu’on t’a enseigné : tu l’as reconnu comme vrai, sachant bien quels sont les maîtres qui te l’ont enseigné.
Depuis ton plus jeune âge, tu connais les textes sacrés : ils ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, celle qui conduit au salut par la foi que nous avons en Jésus Christ.
Tous les textes de l’Écriture sont inspirés par Dieu ; celle-ci est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice ; grâce à elle, l’homme de Dieu sera bien armé, il sera pourvu de tout ce qu’il faut pour faire un bon travail.

Devant Dieu, et devant le Christ Jésus qui doit juger les vivants et les morts, je te le demande solennellement, au nom de sa manifestation et de son Règne : proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, mais avec une grande patience et avec le souci d’instruire.

Evangile : Parabole de la veuve qui demandait justice sans se décourager  (Lc 18, 1-8)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus dit une parabole pour montrer à ses disciples qu’il faut toujours prier sans se décourager :
« Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes.
Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : ‘Rends-moi justice contre mon adversaire.’
Longtemps il refusa ; puis il se dit : ‘Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m’ennuyer : je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête.’ »
Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge sans justice !
Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Est-ce qu’il les fait attendre ?
Je vous le déclare : sans tarder, il leur fera justice. Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? » 
 Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,
1...170171172173174...182