L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homelie dimanche

10 mai 2013

Poupées russes et ruban de Möbius…

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Poupées russes et ruban de Möbius..

Homélie du 7° Dimanche de Pâques / Année C
12/05/2013

Les poupées russes de l’évangile de Jean…

Connaissez-vous les poupées russes ?

C’est d’abord un bel objet en bois peint, représentant une femme en habit traditionnel, très fleuri, venant à coup sûr des pays de l’Est. On l’appelle « matriochka » là-bas = petite mère.

Surprise : cette figurine s’ouvre par le milieu ! Elle laisse apparaître, en elle, une 2° matriochka, identique, plus petite, tout aussi souriante, pomponnée et chamarrée.

Et bien sûr ce n’est pas terminé : cette 2° matriochka s’ouvre car elle contient en elle une 3° figurine, plus petite, mais égale.

En lisant l’Évangile de Jean d’aujourd’hui, je me disais que ces 3 poupées russes pouvaient nous aider à visualiser ce qui est en jeu.

« Demeurez dans mon amour » : c’est la plus petite poupée russe qui vient se blottir à l’intérieur de la poupée du milieu.

« Comme moi je demeure dans l’amour du Père » : c’est la matriochka du milieu qui vient se loger à l’intérieur de la grande, qu’on pourrait appeler « Patriochka », en référence au Père.

Les grands discours de l’évangile de Jean déclinent cette image des poupées russes : « Qu’ils soient en moi comme moi en toi » dit Jésus.

« Qu’ils soient un, comme toi et moi, Père, nous sommes un ».

La dynamique du Baptême fait de même : baptiser, c’est plonger quelqu’un en Christ, pour qu’il devienne grâce au Christ, un véritable enfant de Dieu, fils ou fille adoptive du Père.

La dynamique de la messe relève aussi de cette même intériorité mutuelle.

La prière eucharistique culmine dans la grande acclamation (doxologie) :

« Par Lui, avec Lui, et en Lui  (la petite figurine dans la moyenne)

à Toi Dieu le Père tout Puissant,dans l’unité du Saint Esprit (les 2°  figurines dans la grande),

tout honneur et toute gloire pour les siècles des siècles ».

On voit alors que communier, ce n’est pas tant « laisser entrer Jésus dans son coeur » (comme on aime souvent dire aux enfants) que laisser Jésus nous faire entrer dans son corps (qu’est l’Église).

Comme l’écrivait le génial Augustin : « Je suis la nourriture des forts : grandis, et tu me mangeras. Tu ne me changeras pas en toi, comme la nourriture de ta chair, mais c’est toi qui te changeras en moi » (Confessions ; Livre 7,X, 16).

Ce n’est pas le Christ qui devient du pain et du vin : c’est du pain et du vin qui basculent dans le monde du Christ, le monde de la Résurrection.

Ce n’est pas nous qui assimilons le Christ, c’est le Christ qui nous assimile à Lui.

La poupée russe du milieu (le Christ) englobe la petite (moi) et non l’inverse !

Dans la communion, c’est donc notre « christification », et finalement notre divinisation qui est en jeu : nous recevons celui que nous devenons, nous devenons celui que nous recevons.

Le ruban de Möbius

Si les matriochkas ne vous parlent guère, peut-être serez-vous sensibles au ruban de Möbius : prenez un ruban, tordez son rebord de manière à faire un huit qui boucle sur lui lui-même. Ce ruban a bien deux bords, mais en suivant celui de dessus entre votre pouce et votre index, vous vous retrouvez mystérieusement sur celui du dessous, sans pouvoir distinguer quand vous passez de l’un à l’autre. Cette intériorité mutuelle des deux bords du ruban de Möbius a intrigué bien des mathématiciens et des philosophes : comment deux surfaces distinctes peuvent-elles ne faire qu’un à ce point ?

« Moi en lui et lui en moi », disait Jésus en parlant de son Père?

Poupées russes et ruban de Möbius... dans Communauté spirituelle ruban-mobius

C’est cette unité essentielle qu’il nous offre de partager. Le Fils unique nous donne de devenir enfants adoptifs. En nous unissant à lui, ou plutôt en le laissant nous unir à lui, nous pourrons aimer comme lui, parce que avec lui et en lui.

 

Les martyrs, ces autres Christs

Ainsi Étienne, le premier martyr (et diacre) de l’Église : le récit des Actes des Apôtres de notre première lecture prend bien soin de noter ses attitudes et ses paroles comme suivant de très près celles du Christ dans sa Passion. « En face de ses accusateurs », Étienne regarde vers le Christ, et trouve ainsi la force de se remettre avec confiance entre ses mains (« reçois mon esprit ») comme le Christ l’a fait avec son Père (« Père entre tes mains je remets mon esprit »). Plus encore, avec quasiment les mêmes paroles, il va jusqu’à pardonner comme lui à ses bourreaux : « ne leur compte pas ce péché ». Étienne inaugure ainsi la longue lignée de martyrs tellement unis au Christ qu’ils reproduisent en leur chair, en paroles et en actes, la Passion du Christ uni à son Père.

la_lap11 matriochka dans Communauté spirituelle 

Avant même le baptême ou l’eucharistie, le martyr était la voie véritable par laquelle on devenait uni au Christ et à son Père. Étienne était un autre Christ, dans l’offrande de lui-même qu’il faisait par amour, jusqu’au bout. Ne plus faire qu’un avec le Christ est le but de l’aventure spirituelle. Comme gémissait Paul : « ce n’est plus moi qui vit, mais le Christ qui vit en moi ». (Ga 2,20)

 

Si nous demeurons « en Christ », puisque lui-même est uni à son Père, nous sommes comme la petite matriochka tout entière accueillie au sein de la grande « patriochka »?

 

 

L’intériorité mutuelle

Cette notion si johannique de l’intériorité mutuelle a eu une fécondité remarquable dans l’histoire des idées.

- Elle a d’abord été utilisée en théologie, pour décrire les relations intra-trinitaires.

- Puis en ecclésiologie, car cette expression s’applique également avec bonheur aux relations entre Église universelle et Église locale.

943134_5124231 TrinitéEn effet, pour les Pères de l’Église comme pour ceux du concile Vatican II, l’Église de Dieu se réalise dans et à partir des Églises locales. Le texte majeur de Vatican II est la définition du diocèse donnée en Christus Dominus 11:

« Un diocèse est une portion (portio) du peuple de Dieu, confiée à un évêque, pour qu’avec l’aide de son presbyterium, il en soit le pasteur; ainsi le diocèse, lié à son pasteur et par lui rassemblé dans l’Esprit-Saint, grâce à l’Évangile et à l’Eucharistie, constitue une Église particulière en laquelle est vraiment présente et agissante l’Église du Christ, une, sainte, catholique et apostolique. » Les premières versions du texte employaient le mot pars  et non  portio : or la nuance est capitale! En effet, une partie d’une table n’est pas une table; alors qu’une portion d’un gâteau est encore du gâteau, avec les mêmes propriétés que l’ensemble. On retrouve cette fameuse propriété d’intériorité mutuelle qui interdit de considérer l’Église locale comme une subdivision de l’Église universelle. L’Église locale est déjà une présence et une manifestation plénière de l’Église du Christ, aux conditions que le texte énumère : l’accueil de l’Évangile, de l’Esprit et de ses dons, la célébration de l’Eucharistie, le ministère pastoral.

Un deuxième texte conciliaire majeur est en Lumen Gentium 23, à propos de la collégialité épiscopale: chaque Église particulière est « constituée à l’image de l’Église universelle », et c’est « en elles » (les Églises particulières) « et à partir d’elles qu’existe l’Église catholique, une et unique ».

Chaque Église locale a les mêmes propriétés que l’Église prise dans son ensemble. Le Concile ne s’est pas engagé sur des questions d’antériorité ou de supériorité à propos du rapport Église universelle – Églises locales, mais il a caractérisé ce rapport comme un rapport d’intériorité mutuelle . Hervé Legrand défend ainsi cette position: « Une telle articulation entre Églises locales et Église entière représente bien une révolution copernicienne par rapport à l’ecclésiologie jusque là courante, puisqu’on cesse de voir les Églises locales comme des réalisations partielles, et subordonnées, de l’Église entière. Plus justement, on affirme désormais que, l’Église de Dieu étant pleinement présente dans l’Église locale-diocésaine, l’Église entière doit être comprise à partir des réalisations locales de l’Église: concrètement l’Église entière se réalise dans la communion entre les Églises et dans ce qui manifeste leur réception mutuelle.

Une Église locale a  le tout  de l’Église, mais elle n’est pas toute l’Église. Elle est catholique  parce que  locale, à condition toutefois d’être en communion avec toute les autres Églises locales (avec une place spéciale pour la communion avec l’Église de Rome), qui sont des Églises différentes  mais non pas  autres  (thème des Églises-soeurs) 2.

 

- En psychologie également, l’intériorité mutuelle évoque les relations entre amis, entre amants. Le nous trinitaire est structurant du nous amoureux et familial, créés à son image et à sa ressemblance.

 

- En anthropologie, le rapport de l’homme à son corps peut être pensé sur ce mode de l’intériorité mutuelle (‘j’ai un corps’, et ‘je suis mon corps’).

- En métaphysique, St Thomas d’Aquin (suivant Aristote, et dépassant son dualisme âme-emc2corps) pensait que l’âme et le corps étaient unis par un double rapport d’inclusion réciproque : l’âme est la forme du corps (hylémorphisme), à tel point que seule la résurrection dite ?générale’ à la fin des temps correspond intégralement à l’espérance chrétienne, car l’âme y recevra alors un nouveau corps ?spirituel’ adapté à ce monde nouveau, sans qu’il y ait dissociation entre la ?chair’ de ce moi ressuscité et sa forme nouvelle.

 

- Il n’est jusqu’à la physique contemporaine qui ne puisse jouer de cette dualité ? unité : la double nature de la lumière (ondes et corpuscules), l’intériorité mutuelle de la matière et de l’énergie dans la relativité d’Einstein (E=mc² !), la courbure de l’espace-temps, ou la mystérieuse superposition des états quantiques?

 

Les choses et les êtres sont faits pour l’unité, mais une unité trinitaire où la différence n’est pas abolie. Le concept d’intériorité mutuelle, développé comme un leitmotiv obsédant dans l’évangile de Jean, est sans doute le plus adapté pour décrire ce que nous sommes appelés à devenir, par nature et par vocation : des relations vivantes aux autres, où le lien de communion conjugue l’altérité et l’intimité, sans séparation ni confusion.

 

Comme les matriochkas russes, comme le ruban de Möbius, désirons-nous cultiver cette intériorité mutuelle qui est la marque de l’amour, aussi bien dans nos relations familiales, que professionnelles ou amicales ?

________________________________________________

1. L’expression est de Jean-Paul II: Discours à la Curie Romaine du 20/12/1990, AAS 83 (1991) 745-747.

2. Cf. TILLARD J.M.R., L’Église locale. Ecclésiologie de communion et catholicité,  Cerf, coll. Cogitatio Fidei n° 191, Paris, 1995, pp. 76-144, pour les développements autour de ces thèmes.

1ère lecture : Étienne, pendant son martyre, voit Jésus à la droite de Dieu (Ac 7, 55-60)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Étienne était en face de ses accusateurs. Rempli de l »Esprit Saint, il regardait vers le ciel ; il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu.
Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts : le Fils de l’homme est debout à la droite de Dieu. »
Ceux qui étaient là se bouchèrent les oreilles et se mirent à pousser de grands cris ; tous à la fois, ils se précipitèrent sur lui, l’entraînèrent hors de la ville et commencèrent à lui jeter des pierres. Les témoins avaient mis leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul.
Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. »
Puis il se mit à genoux et s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort.

Psaume : Ps 96, 1-2b, 6.7b, 9

R/ Élevé dans la gloire, Christ est Seigneur !

Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !
Joie pour les îles sans nombre !
Justice et droit son l’appui de son trône.

Les cieux ont proclamé sa justice,
et tous les peuples ont vu sa gloire.
À genoux devant lui, tous les dieux !

Tu es, Seigneur, le Très-Haut
sur toute la terre :
tu domines de haut tous les dieux.

2ème lecture : « Viens Seigneur Jésus » (brève : 12…17) (Ap 22, 12-14.16-20)
Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, j’ai entendu une voix qui me disait : « Voici que je viens sans tarder, et j’apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu’il aura fait. Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs vêtements pour avoir droit aux fruits de l’arbre de vie, et pouvoir franchir les portes de la cité. 

Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange vous apporter ce témoignage au sujet des Églises. Je suis le descendant, le rejeton de David, l’étoile resplendissante du matin. »

L’Esprit et l’Épouse disent :« Viens ! » Celui qui entend, qu’il dise aussi : « Viens ! » Celui qui a soif, qu’il approche. Celui qui le désire, qu’il boive l’eau de la vie, gratuitement.

Et moi, je témoigne devant tout homme qui écoute les paroles de la prophétie écrite dans ce livre : si quelqu’un inflige une addition à ce message, Dieu lui infligera les fléaux dont parle ce livre ; et si quelqu’un enlève des paroles à ce livre de prophétie, Dieu lui enlèvera sa part des fruits de l’arbre de vie et sa place dans la cité sainte dont parle ce livre.

Et celui qui témoigne de tout cela déclare : « Oui, je viens sans tarder. » ‘Amen ! Viens, Seigneur Jésus !

Evangile : La grande prière de Jésus : « Qu’ils soient un comme nous sommes un » (Jn 17, 20-26)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur ne vous laisse pas orphelins : il reviendra vers vous, alors votre c?ur connaîtra la joie. Alléluia. (cf. Jn 14, 18)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, les yeux levés au ciel, il priait ainsi : « Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi. Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant même la création du monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore, pour qu’ils aient en eux l’amour dont tu m’as aimé, et que moi aussi, je sois en eux.»

Patrick Braud

Mots-clés : ,

3 mai 2013

L’Esprit et la mémoire

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’Esprit et la mémoire

Homélie du 6°dimanche de Pâques / Année C
05/05/2013

Dans l’évangile de Jean, l’Esprit Saint est intimement lié à deux fonctions essentielles de la vie chrétienne : le pardon et la mémoire.

Le pardon y apparaît comme un fruit de l’Esprit répandu sur les disciples lors de l’équivalent de la Pentecôte chez Jean, lorsque Jésus nécessité « souffle » à ses disciples le pouvoir de pardonner : « il souffla sur eux et leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. » » (Jn 12,22-23)

La mémoire quant à elle apparaît clairement liée à l’envoi de l’Esprit Saint par le Père lui-même : « il vous enseignera tout, il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit ». (Jn 14,26)

Attardons sur ce deuxième effet spirituel qui est au coeur de la page d’évangile de ce Dimanche : l’Esprit et le souvenir.

 

Du travail de mémoire

Si le Christ nous promet l’Esprit Saint au secours de notre mémoire, c’est donc que naturellement, par nous-mêmes, nous avons du mal à nous souvenir. Notre mémoire sélectionne à notre insu, fait un tri dont la clé nous échappe. Il suffit d’écouter les personnes âgées raconter leur vie pour deviner ce qui n’est pas dit… La même mésaventure est arrivée aux disciples de Jésus alors qu’ils étaient encore à ses côtés. Comme le dit la sagesse populaire, ses paroles sont bien souvent rentrées par une oreille et sorties par l’autre !

Jésus est donc obligé de les faire souvenir de ses paroles et de ses actes, pour les aider à comprendre ce qui leur arrive.

Ainsi devant le choc des persécutions qui s’annoncent : « Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, vous aussi ils vous persécuteront ; s’ils ont gardé ma parole, la vôtre aussi ils la garderont. » (Jn 15,)

Au lieu du Messie glorifié devant tous, voilà que les arrestations, emprisonnements, coups de fouet et autres humiliations vont s’abattre sur les premiers chrétiens. Se souvenir de la fin lamentable de Jésus sur la croix, et de sa parole : « le serviteur n’est pas plus grand que son maître » aidera les croyants à ne pas se décourager, à déchiffrer les persécutions comme une voie d’union intime au Christ. Les martyrs ont affronté les supplices et la mort en s’appuyant sur cette parole, vivant trésor de l’Église grâce à l’Esprit Saint qui la maintenait actuelle en la faisant circuler sur les lèvres des premiers témoins.

De même en Jn 16,3-4 : « On vous exclura des synagogues. Bien plus, l’heure vient où quiconque vous tuera pensera rendre un culte à Dieu. Et cela, ils le feront pour n’avoir reconnu ni le Père ni moi. Mais je vous ai dit cela, pour qu’une fois leur heure venue, vous vous rappeliez que je vous l’ai dit. »

Quand on n’y voit plus clair, quand on n’y comprend plus rien, se rappeler les paroles du Christ sur l’exclusion et le fanatisme religieux meurtrier à l’encontre des chrétiens permet de comprendre : au-delà de leur victoire apparente, les persécuteurs en fait vont manifester le vrai dessein de Dieu, à savoir la victoire de l’amour sur la haine.

Nous sommes tellement bouchés que Jésus est obligé de son vivant d’interpeller vivement ses disciples : « Avez-vous donc l’esprit bouché, des yeux pour ne point voir et des oreilles pour ne point entendre ? Et ne vous rappelez-vous pas, quand j’ai rompu les cinq pains pour les 5.000 hommes, combien de couffins pleins de morceaux vous avez emportés ? » Ils lui disent: « Douze »  –  « Et lors des sept pour les 4.000 hommes, combien de corbeilles pleines de morceaux avez-vous emportées ? » Et ils disent: « Sept. » Alors il leur dit: « Ne comprenez-vous pas encore ? »  » (Mc 8,18-21).

Pour interpréter le sens des gestes de Jésus, au-delà de leur signification matérielle immédiate, il faut ce travail de l’Esprit en nous.

Après le sens littéral, c’est donc qu’il y a un sens spirituel aux événements qui nous affectent. C’est justement le rôle de l’Esprit que de nous introduire dans une intelligence plus profonde, plus subtile des événements de notre histoire 1.

Les intégristes se limitent à une lecture fondamentaliste, littérale, des textes. Ils se ferment à une lecture authentiquement spirituelle, c’est-à-dire inspirée par l’Esprit Saint, où ces textes d’hier deviennent une parole pour aujourd’hui.

Devant le tombeau vide et l’étonnement des femmes, les anges font appel à leur souvenir des paroles de Jésus : « Rappelez-vous comment il vous a parlé, quand il était encore en Galilée : « Il faut, disait-il, que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié, et qu’il ressuscite le troisième jour. » Et elles se rappelèrent ses paroles. » (Lc 24,7-8)

Pour interpréter la Passion et la croix comme librement assumées par Jésus, il faut faire mémoire de ses paroles où il y a vu l’aboutissement de la volonté du Père (« aller chercher et sauver ceux qui étaient perdus », en allant les rejoindre au plus bas).

De même, devant le choix bizarre de Jésus : pourquoi vouloir un petit âne pour entrer triomphalement dans Jérusalem ? « Jésus, trouvant un petit âne, s’assit dessus selon qu’il est écrit : « Sois sans crainte, fille de Sion : voici que ton roi vient, monté sur un petit d’ânesse. » Cela, ses disciples ne le comprirent pas tout d’abord; mais quand Jésus eut été glorifié, alors ils se souvinrent que cela était écrit de lui et que c’était ce qu’on lui avait fait. » (Jn 12,15-16)

Là, c’est le souvenir – après-coup – de la parole du prophète qui permet d’éclairer le comportement de Jésus. Sur le moment, ses disciples n’y ont rien compris. C’est seulement après, avec la venue de l’Esprit Saint, que leur intelligence s’est ouverte. Ce n’est qu’après coup qu’on peut mettre des paroles sur des événements ; et c’est le rôle de l’Esprit.

D’où l’importance d’apprendre l’Écriture par c?ur, afin que ce travail se fasse à partir du plus profond de nous-mêmes, à partir du c?ur de notre être : Jésus avait appris par coeur les paroles des psaumes, qui lui sont remontées naturellement aux lèvres lorsqu’il lui a fallu faire face à l’horreur de la croix (« j’ai soif » ; « Pourquoi m’as-tu abandonné ? » ; « Père entre tes mains? »)

Pierre fait également l’expérience de la force du souvenir d’une parole du Christ : « Alors il se mit à jurer avec force imprécations : « Je ne connais pas cet homme. » Et aussitôt un coq chanta. Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite: « Avant que le coq chante, tu m’auras renié trois fois. » Et, sortant dehors, il pleura amèrement. » (Mt 26,74-75)

Le souvenir de la parole de Jésus permet la contrition, c’est-à-dire le regret sincère de ce qui nous a éloigné de lui. On retrouve ainsi le lien entre l’Esprit Saint et le pardon.

Même les ennemis de Jésus se souviennent de ses paroles ! Ils contribuent sans le savoir à les accomplir : « Le lendemain, c’est-à-dire après la Préparation, les grands prêtres et les Pharisiens se rendirent en corps chez Pilate et lui dirent: « Seigneur, nous nous sommes souvenus que cet imposteur  a dit,  de son  vivant : Après  trois jours je ressusciterai ! Commande donc que le sépulcre soit tenu en sûreté jusqu’au troisième jour, pour éviter que ses disciples ne viennent le dérober et ne disent au peuple : Il est ressuscité des morts! Cette dernière imposture serait pire que la première. » » (Mt 27,63-64) Les grands prêtres veulent éviter une supercherie, mais cela tourne finalement à renforcer le témoignage des femmes : qui aurait pu déjouer la surveillance de ces forces de sécurité romaines ?

Bien des choses qui nous arrivent sont obscures sur le moment. À l’image de Marie, ne comprenant pas tout, nous pouvons cependant garder et méditer toutes ces choses en notre coeur. Alors l’Esprit fera son chemin, et tissera les liens entre notre histoire et la parole de Dieu qui nous permet de déchiffrer cette histoire.

« Les Juifs lui dirent alors: « Il a fallu 46 ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèveras? » Mais lui parlait du sanctuaire de son  corps. Aussi, quand il ressuscita d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela, et ils crurent à l’Écriture et à la parole qu’il avait dite. » (Jn 2,21-22)

Ce n’est qu’après la résurrection que les disciples comprirent la parole de Jésus. Nous aussi, c’est bien souvent après une expérience spirituelle forte de renaissance que nous pouvons interpréter autrement les destructions ou les bouleversements qui ont jalonné notre parcours.

Devant un acte provoquant et choquant, seule la mémoire de l’Écriture peut permettre de voir ces événements sous un autre angle, et ainsi de les interpréter autrement :« aux vendeurs de colombes il dit: « Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de commerce. » Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : « Le zèle pour ta maison me dévorera. » (Jn 2,16-17)

Pierre, devant le centurion Romain Corneille inondé d’Esprit Saint, est interloqué : comment, des païens ont eux aussi accès à la vie dans l’Esprit, à égalité avec les juifs ? «Je me suis alors rappelé cette parole du Seigneur : Jean, disait-il, a baptisé avec de l’eau, mais vous, vous serez baptisés dans l’Esprit Saint. Si donc Dieu leur a accordé le même don qu’à nous, pour avoir cru au Seigneur Jésus Christ, qui étais-je, moi, pour faire obstacle à Dieu. » » (Ac 11,16-17)

On ne comprend rien à l’Église, à sa Tradition vivante, si on ne se souvient pas comme Pierre que l’Esprit tire sans cesse du neuf de l’ancien, et conduit l’Église là où elle-même n’aurait jamais pensé aller.

À l’approche de son supplice qui va dérouter bien des baptisés, Pierre encouragera la communauté de Rome à se souvenir : « Je crois juste, tant que je suis dans cette tente, de vous tenir en éveil par mes rappels, sachant, comme d’ailleurs notre Seigneur Jésus Christ me l’a manifesté, que l’abandon de ma tente est proche. Mais j’emploierai mon zèle à ce qu’en toute occasion, après mon départ, vous puissiez vous remettre ces choses en mémoire. » (2P 1,13-15)

Et Paul insistera : c’est un vrai travail que de se souvenir des paroles de Jésus. « De toutes manières je vous l’ai montré : c’est en peinant ainsi qu’il faut venir en aide aux faibles et se souvenir des paroles du Seigneur Jésus, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. » (Ac 20) Ce souvenir de Paul nous livre une phrase de Jésus inconnue des 4 évangiles : comme quoi la mémoire vivante déborde largement la lettre de l’Écriture !

 

La mémoire chrétienne n’a pour autant rien à voir avec l’invention de faux souvenirs.

Afficher l'image d'origineUne expérience de psychologie sociale menée en 2010 auprès de 5269 participants aux USA indique que 50 % des participants se sont « souvenus » de la fameuse poignée de main entre Obama et Ahmadinejad (président d’Iran) 2. Or ce soi-disant événement… n’a jamais existé ! C’est ce qu’on appelle un faux souvenir, un souvenir qui est induit par une pression ou un contexte extérieur ambiant qui le rend crédible. Ces faux souvenirs induits ont fait des ravages dans beaucoup de familles aux USA comme en Europe : sous couvert de travail thérapeutique de mémoire, des soi-disant thérapeutes induisaient chez leurs patients la remontée de paroles ou d’actes n’ayant jamais existé, mais auxquels les patients finissent par croire dur comme fer.

Rien de tel dans la mémoire chrétienne : l’Esprit Saint nous conduit « vers la vérité tout entière », pas vers une manipulation de nos souvenirs. Les témoins du Ressuscité n’ont pas inventé le souvenir de leurs rencontres avec lui. Les évangélistes n’ont pas imaginé ce qu’ils racontent. Les premières communautés chrétiennes n’ont pas reconstruit les actes de Jésus pour les utiliser à légitimer leur pratique. Non : le travail de l’Esprit est de se souvenir fidèlement, et bien souvent de manière critique, c’est-à-dire interrogeant la communauté elle-même au lieu de lui donner raison sur tout. C’est ce qu’un théologien (Henri-Jérôme Gagey) appelle « la tradition d’un rapport critique à la Tradition ». Ce travail de mémoire qu’opère l’Esprit Saint n’est pas un travail de légitimation de ses intérêts en s’appuyant sur de faux souvenirs habilement reconstruits, mais un travail critique de remise en cause de l’Église elle-même pour devenir plus fidèle à ce que la parole du Christ attend d’elle aujourd’hui.

Vous le voyez : le lien entre l’Esprit Saint et la mémoire est très étroit.

La langue française en garde d’ailleurs quelques traces : perdre l’esprit va de pair avec perdre la mémoire ; il nous faut rassembler nos esprits pour pouvoir nous souvenir ; et avoir à l’esprit quelque chose, c’est justement ne pas l’oublier.

Si nous ne voulons pas qu’un Alzheimer intérieur nous prive de notre identité profonde, comment cultiver une mémoire chrétienne des paroles et des actes qui ont compté pour nous ?

La liturgie de l’Église est une éducation à cette mémoire chrétienne :

« Dans la Liturgie de la Parole l’Esprit Saint  » rappelle  » à l’Assemblée tout ce que le Christ a fait pour nous. Selon la nature des actions liturgiques et les traditions rituelles des Églises, une célébration  » fait mémoire  » des merveilles de Dieu dans une Anamnèse plus ou moins développée. L’Esprit Saint, qui éveille ainsi la mémoire de l’Église, suscite alors l’action de grâces et la louange (doxologie). » (Catéchisme de l’Église catholique n° 1103)

À quelle source allons-nous puiser pour laisser l’Esprit nous faire souvenir de ce que le Christ a dit et fait pour nous tout au long de notre histoire ?

 

__________________________

 1. Ici, en Mc 8,18, c’est le symbolisme des chiffres de la multiplication des pains : 5000 hommes pour le peuple de la Torah (les 5 livres de la Loi), 12 couffins pour les 12 tribus d’Israël, 4000 hommes pour les 4 coins de l’horizon, 7 corbeilles pour les 7 jours de la création, et donc finalement l’universalité de l’eucharistie réunissant à la fois Israël et l’Église.

2. Journal of Experimental Social Psychology, Vol. 49, 2013.

 

1ère lecture : L’Église décide d’accueillir les païens sans leur imposer la loi juive (Ac 15, 1-2.22-29)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Certaines gens venus de Judée voulaient endoctriner les frères de l’Église d’Antioche en leur disant : « Si vous ne recevez pas la circoncision selon la loi de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés. » Cela provoqua un conflit et des discussions assez graves entre ces gens-là et Paul et Barnabé. Alors on décida que Paul et Barnabé, avec quelques autres frères, monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens pour discuter de cette question.

Finalement, les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude (appelé aussi Barsabbas) et Silas.
Voici la lettre qu’ils leur confièrent : « Les Apôtres et les Anciens saluent fraternellement les païens convertis, leurs frères, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie.
Nous avons appris que quelques-uns des nôtres, sans aucun mandat de notre part, sont allés tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi. Nous avons décidé à l’unanimité de choisir des hommes que nous enverrions chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul qui ont consacré leur vie à la cause de notre Seigneur Jésus Christ.
Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit :
L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent : vous abstenir de manger des aliments offerts aux idoles, du sang, ou de la viande non saignée, et vous abstenir des unions illégitimes. En évitant tout cela, vous agirez bien. Courage ! »

Psaume : Ps 66, 2b-3, 5abd, 7b-8

R/ Dieu, que les peuples t’acclament ! Qu’ils t’acclament, tous ensemble !

Qu ton visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
sur la terre, tu conduis les nations.

Dieu, notre Dieu, nous bénit.
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

2ème lecture : L’Agneau est la lumière du peuple de Dieu (Ap 21, 10-14.22-23)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, j’ai vu un ange qui m’entraîna par l’esprit sur une grande et haute montagne ; il me montra la cité sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu.
Elle resplendissait de la gloire de Dieu, elle avait l’éclat d’une pierre très précieuse, comme le jaspe cristallin.
Elle avait une grande et haute muraille, avec douze portes gardées par douze anges ; des noms y étaient inscrits : ceux des douze tribus des fils d’Israël.
Il y avait trois portes à l’orient, trois au nord, trois au midi, et trois à l’occident.
La muraille de la cité reposait sur douze fondations portant les noms des douze Apôtres de l’Agneau.
Dans la cité, je n’ai pas vu de temple, car son Temple, c’est le Seigneur, le Dieu tout-puissant, et l’Agneau.
La cité n’a pas besoin de la lumière du soleil ni de la lune, car la gloire de Dieu l’illumine, et sa source de lumière, c’est l’Agneau.

Evangile : La promesse de la venue de l’Esprit (Jn 14, 23-29)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur ressuscité demeure au milieu des siens : il leur donne sa paix. Alléluia. (cf. Jn 14, 25.27)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. Celui qui ne m’aime pas ne restera pas fidèle à mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous dis tout cela pendant que je demeure encore avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.
C’est la paix que je vous laisse, c’est ma paix que je vous donne ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Ne soyez donc pas bouleversés et effrayés. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit toutes ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,

27 avril 2013

Persévérer dans l’épreuve

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Persévérer dans l’épreuve

 

Homélie du 5° dimanche de Pâques / Année C

28/05/2013

 

En Afrique de l’Ouest, les Pères Blancs avaient transposé le « catéchisme de Persévérer dans l'épreuve dans Communauté spirituelle 6581028-Mpersévérance » des enfants de France aux nouveaux baptisés adultes africains, pour les aider à tenir bon dans la foi.

« Persévérer dans la foi » est l’exhortation que Paul et Barnabé adressaient aux Églises d’Iconium et d’Antioche.

Persévérer vient du grec : hypomeno (hypomeno : hypo = en-dessous, meno = rester : hypomeno  = rester, demeurer, séjourner, s’attarder, ne pas partir, continuer à être présent).

 

En effet, après le premier élan de la découverte et de l’adhésion au Christ ressuscité, les problèmes commencent. Matthieu était très clair : « Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom; mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé » (Mt 10,22 ; 24,13).

 

Du temps de Paul et Barnabé, c’était l’exclusion de la synagogue juive, les tracasseries de l’administration romaine, et bientôt les bêtes du cirque pour ceux qui refuseraient de renier le Christ.

Du temps des Pères Blancs en Afrique au XIX° siècle, c’était le risque d’exclusion des villages, de subir la magie des sorciers païens, voire le supplice des rois locaux (cf. les martyrs d’Ouganda).

De notre temps, c’est la moquerie et la dérision dont on entoure le christianisme en France, l’inconfort d’appartenir à une minorité facilement stigmatisée, et la difficulté de vivre une Église pas toujours enthousiasmante.

perseverance-poster épreuve dans Communauté spirituelle 

« Persévérer dans la foi » est donc un défi de toutes les époques. Ici comme ailleurs, « il n’y a rien de nouveau sous le soleil » (Qo 1,9) !

C’est justement parce que c’est une grande constante de la vie chrétienne que les encouragements à persévérer sont indispensables.

On ne peut pas abandonner les baptisés adultes de Pâques à la débrouille spirituelle et humaine, comme ils peuvent, tout seuls.

On ne peut pas laisser les confirmés de Pentecôte à l’écart des équipes liturgiques, bibliques, et des actions de solidarité.

On ne peut pas lâcher les jeunes mariés dans la nature sans leur donner comme un tutorat, un parrainage sur lequel s’appuyer.

Car la persévérance s’affronte tôt ou tard à l’épreuve.

« Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu », avertissait Paul et Barnabé, instruits par leur propre expérience.

Le mot grec pour épreuve est thlipsis (thlipsis) et désigne un chemin qui va en se rétrécissant, étroit, contracté. Il vient du verbe thlibo (thlibo) : presser (comme des grappes), oppresser.

L’épreuve est donc ce qui oppresse jusqu’à ne plus voir d’issue.

L’épreuve d’une Église assez décevante sous bien des aspects pour les nouveaux baptisés.

L’épreuve d’assemblées peu enclines à construire avec les jeunes confirmés.

L’épreuve de la durée pour les couples qui voulaient s’aimer toujours, etc.

l-epreuve-des-poteaux-est-une-epreuve-qui persévérance 

L’épreuve est souvent celle que je n’aurais pas choisie. Chacun rêve d’épreuves glorifiantes dont il pourrait triompher pour briller aux yeux de ses proches et de tous. C’est rarement celles-là qui arrivent. La surprise qui accompagne l’épreuve en fait intégralement partie.

Jésus n’avait pas imaginé le supplice de la croix au début, mais celui - plus noble - de la lapidation à la manière des prophètes. C’est pourtant cette infâme malédiction du Deutéronome qui va lui être accroché au cou : « maudit soit quiconque pend au gibet de la croix » ! (Dt 21,23 ; Ga 3,13)

Plus près de nous, pensez à l’athlète de Dieu qu’était Jean Paul II au moment de son élection : qui aurait pensé le voir diminué, inaudible, crachotant et titubant comme un vieillard de nos hospices à la fin de sa vie ?

Prenez Mère Teresa : sa confession post mortem révèle qu’elle a vécu dans la « nuit de la foi » pendant des années, jusqu’au bout, alors qu’elle paraissait lumineuse auprès des mourants de Calcutta…

 

Il en est ainsi pour beaucoup d’entre nous : c’est là où nous ne nous y attendons pas que le voleur fait son trou pour percer le mur de notre maison (cf. Mt 24,43 : « Sachez-le bien, si le maître de la maison savait à quelle veille de la nuit le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison »).

Sur la longueur d’une existence humaine d’aujourd’hui, rares sont ceux qui passent à côté d’une épreuve véritable, qui va déstabiliser leur foi, et leur susurrer à l’oreille : abandonne

 

Alors, que faire de l’épreuve lorsqu’elle arrive ?

Pierre nous invite à la voir autrement qu’une menace, bien plutôt comme une occasion de progrès :

« Vous en tressaillez de joie, même s’il faut que vous soyez attristés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d’épreuves ; elles vérifieront la qualité de votre foi qui est bien plus précieuse que l’or (cet or voué pourtant à disparaître, qu’on vérifie par le feu).Tout cela doit donner à Dieu louange, gloire et honneur quand se révélera Jésus Christ, lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore ; et vous tressaillez d’une joie inexprimable qui vous transfigure, car vous allez obtenir votre salut qui est l’aboutissement de votre foi. » (1P 1,6-9)

Voir l’épreuve ainsi fait jaillir des sources de patience et d’endurance, si précieuses pour ne pas se laisser diluer dans l’épreuve comme une poupée de sel dans l’océan.

Paul quant à lui nous invite à faire le lien entre l’épreuve, la persévérance et l’espérance :

« Bien plus, nous mettons notre orgueil dans nos détresses mêmes, sachant que la détresse produit la persévérance, la persévérance la fidélité dans l’épreuve, la fidélité l’espérance; et l’espérance ne trompe pas, car l’amour de Dieu a été répandu dans nos coeurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné ». (Rm 5,3-5)

 

Quand on se souvient que Paul est mort décapité à Rome après de longues années en prison, et que Pierre a été dévoré par les fauves du cirque du Vatican, on se dit que leurs paroles ne sont pas d’illusoires rêveries d’idéalistes, mais au contraire le secret de la victoire intérieure de ces athlètes de la foi.

 

Le but de cette persévérance malgré toutes les épreuves n’est pas d’obtenir une gloire personnelle. Non, le but de cette constance-malgré-tout est d’« ouvrir aux nations païennes la porte de la foi », comme l’écrit Luc en Ac 14,27.

C’est cela qui finalise toutes les fatigues, insultes, menace et dangers affrontés par Paul et Barnabé, Pierre, et tous les missionnaires à leur suite qui ont péri en Corée, en Inde, en Afrique, en Europe et ailleurs pour annoncer le Christ ressuscité à toutes les nations.

 

« Si je connais le pourquoi, je peux assumer tous les comment », osait affirmer Nietzsche.

Pour ouvrir la porte de la foi aux nations païennes, sommes-nous prêts à persévérer dans les épreuves ? Jusqu’où ?

 

 

 

1ère lecture : Persévérance dans la foi (Ac 14, 21b-27)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Paul et Barnabé, revenus à Iconium et à Antioche de Pisidie, affermissaient le courage des disciples ; ils les exhortaient à persévérer dans la foi, en disant : « Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu. »
Ils désignèrent des Anciens pour chacune de leurs Églises et, après avoir prié et jeûné, ils confièrent au Seigneur ces hommes qui avaient mis leur foi en lui.
Ils traversèrent la Pisidie et se rendirent en Pamphylie.
Après avoir annoncé la Parole aux gens de Pergé, ils descendirent vers Attalia,
et prirent le bateau jusqu’à Antioche de Syrie, d’où ils étaient partis ; c’est là qu’ils avaient été remis à la grâce de Dieu pour l’?uvre qu’ils venaient maintenant d’accomplir.
À leur arrivée, ayant réuni les membres de l’Église, ils leur racontaient tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux nations païennes la porte de la foi.

Psaume : Ps 144, 8-9, 10-11, 12-13ab

R/ Béni sois-tu à jamais, Seigneur, Dieu de l’univers !

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
la bonté du Seigneur est pour tous,
sa tendresse, pour toutes ses ?uvres.

Que tes ?uvres, Seigneur, te rendent grâce
et que tes fidèles te bénissent !
Ils diront la gloire de ton règne,
ils parleront de tes exploits.

Ils annonceront aux hommes tes exploits,
la gloire et l’éclat de ton règne :
ton règne, un règne éternel,
ton empire, pour les âges des âges.

2ème lecture : La nouvelle création (Ap 21, 1-5a)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, j’ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et il n’y avait plus de mer.
Et j’ai vu descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la cité sainte, la Jérusalem nouvelle, toute prête, comme une fiancée parée pour son époux.
Et j’ai entendu la voix puissante qui venait du Trône divin ; elle disait : « Voici la demeure de Dieu avec les hommes ; il demeurera avec eux, et ils seront son peuple, Dieu lui-même sera avec eux.
Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort n’existera plus ; et il n’y aura plus de pleurs, de cris, ni de tristesse ; car la première création aura disparu. »
Alors celui qui siégeait sur le Trône déclara : « Voici que je fais toutes choses nouvelles. »

Evangile : Le commandement nouveau (Jn 13, 31-33a.34-35)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Dieu est amour. Aimons-nous les uns les autres, comme Dieu nous aime. Alléluia. (cf. 1 Jn 4, 8.11)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Au cours du dernier repas que Jésus prenait avec ses disciples, quand Juda fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu en retour lui donnera sa propre gloire ; et il la lui donnera bientôt. 

Mes petits enfants, je suis encore avec vous, mais pour peu de temps. Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres. » Patrick Braud

Mots-clés : ,

20 avril 2013

L’agneau mystique de Van Eyck

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’agneau mystique de Van Eyck

Homélie du 4° Dimanche de Pâques / Année C
21/04/2103

La vision de Jean dans l’Apocalypse (Ap 7) a inspiré de nombreuses oeuvres d’art, dont la plus célèbre est le triptyque des frères Van Eyck : l’Agneau mystique (1432). Exposé sous très haute protection (car victime de 13 vols en quelques six siècles !), ces trois volets repliables constituent l’un des sommets de la peinture occidentale. Ce retable marque le passage du Moyen Âge iconographique à la Renaissance naturaliste, tout en élaborant une synthèse théologique extraordinairement puissante.

 

Afficher l'image d'origine 

On y voit bien la foule dont parle l’Apocalypse, et l’Agneau qui trône sur l’autel.
On y reconnaît les vainqueurs de « la grande épreuve », palmes à la main, en vêtements blancs.
« Celui qui siège sur le trône » est bien représenté, établissant un axe trinitaire structurant l’ensemble :

- le Père est assis sur le trône en haut (même si certaines interprétations y voient le Fils, notamment à cause du manteau rouge sang) ;
- le Fils est désigné sous l’aspect de l’Agneau mystique sur l’autel ;
- l’Esprit Saint, sous la forme d’une colombe, irradie tous les personnages de ses rayons dorés éblouissants.

La cathédrale saint Bavon de Gand (en Belgique) est ainsi devenu l’écrin de ce joyau de la foi chrétienne.
Détaillons-en quelques éléments théologiquement remarquables.

Le point focal vers lequel tous les regards convergents est bien sûr le Christ, l’Agneau mystique. Il est vainqueur de la mort, mais reste offert sur l’autel, et continue de verser son sang dans un calice représentant celui de l’eucharistie. Ce calice possède une base octogonale, comme est octogonale la fontaine de vie qui irrigue le paysage de son eau vive, juste en dessous, symbole des sacrements qui irriguent l’Église.

Octogonale : 8 est le chiffre de la Résurrection (le Christ est ressuscité un dimanche, c’est-à-dire le huitième jour de la semaine juive) : c’est donc que la vie éternelle, plus forte que de la mort, est offerte à tous dans l’eucharistie et les autres sacrements de l’Église.

Afficher l'image d'origine

Autour de l’Agneau mystique, 12 anges sont en adoration.

Quatre de ces anges tiennent en main les instruments de la Passion (la colonne où le Christ a été fouetté, le fouet, l’éponge et le vinaigre, la croix, qui pourrait bien être un tau à la manière franciscaine, la lance qui a percé le coeur). La Passion du Christ est donc pour le salut de tous les peuples (quatre est le chiffre de l’universel : les quatre points cardinaux, les quatre vents etc.). Et l’Église est l’Israël de Dieu (les 12 tribus) rassemblé devant le Christ.

Deux autres anges font voler les encensoirs dans les airs, marquant ainsi le côté permanent du service d’adoration « jour et nuit » comme le décrit l’Apocalypse.

Mais plus de Temple sur le retable : c’est la nature elle-même qui est devenue le monde nouveau, où Dieu est « tout en tous ». « Dans la cité, je n’ai pas vu de temple, car son Temple, c’est le Seigneur, le Dieu tout-puissant, et l’Agneau. » (Ap 21,22)
Plus de soleil ni de lune non plus, car l’Apocalypse là encore précise que le Christ lui-même est le flambeau qui éclaire tout.

Vers l’autel central marche quatre groupes de personnages, en croix de saint André, s’approchant symétriquement de l’Agneau mystique.

En haut à gauche, des hommes d’Église, martyrs, tenant en main des rameaux.

En haut à droite, les femmes, vierges, martyres et princesses, palmes à la main, constituent elles aussi un cortège d’entrée triomphale dans la Jérusalem céleste (Ap 7,10).

En bas à gauche, les prophètes de l’Ancien Testament, leur livre prophétique à la main, sont eux aussi associés à cette victoire sur la mort. Signe qu’au XV° siècle, les chrétiens n’avaient pas perdu de vue ce que Paul écrivait en Rm 9-11 : « Dieu n’a pas rejeté le peuple que d’avance il a discerné » (Rm 11,2).

Le Concile Vatican II le redira dans la déclaration Nostra Aetate :

« les Juifs restent encore, à cause de leurs pères, très chers à Dieu, dont les dons et l’appel sont sans repentance. Avec les prophètes et le même apôtre, l’Église attend le jour, connu de Dieu seul, où tous les peuples invoqueront le Seigneur d’une seule voix et « le serviront sous un même joug » ». (NA n°4)

Avant que les pogroms et autres persécutions éclatent contre les juifs en Europe, les frères Van Eyck proclamaient de manière éclatante que juifs et chrétiens sont associés à part égale à la Jérusalem céleste.

Plus encore, derrière les prophètes juifs, on reconnaît à leur faciès des sages et philosophes païens venus de tous les continents, (et parmi eux sans doute Virgile, vêtu de blanc, une couronne tressée à la main). C’est donc que le salut est offert largement à tous les hommes de sagesse qui ont cherché la vérité dans leur culture, et pas seulement aux fils d’Abraham. Belle affirmation de l’universalité du salut, hors des frontières visibles de l’Église !

En bas à droite, reconnaissables à leurs habits liturgiques, viennent les prêtres, diacres (Etienne y porte les pierres de sa lapidation), évêques, papes et autres membres de l’Église, derrière les 12 apôtres représentés pauvrement habillés de leur robe de bure. À égalité avec Israël et les païens, l’Église est conviée à se désaltérer à la fontaine de vie, au calice de l’eucharistie.

Dans le paysage en arrière-plan, on reconnaît mille et un détails réalistes de l’époque des frères Van Eyck (Hubert et Jan) : les clochers, les villes, les plantes, les passants sur le chemin, les forêts renvoient au monde connu des Gantois, ainsi qu’à l’immensité du monde à découvrir (cf. les espèces végétales non européennes).

Le retable replié fait apparaître le « Oui » de Marie à l’Annonciation : l’écart  extrême entre l’acceptation d’une jeune femme de la Palestine occupée par les Romains et l’ouverture de la source de vie à toutes les nations qu’elle permet ainsi !

Cette magnifique méditation sur l’Apocalypse attire des centaines de milliers de touristes à Gand chaque année. Le reste de la ville mérite d’ailleurs largement le détour.

Que l’Agneau mystique nous fasse également faire ce détour par l’Apocalypse, pour nous dévoiler (c’est le sens du mot Apocalypse) le sens ultime de notre marche à travers « la grande épreuve »

 

 

1ère lecture : L’Évangile annoncé aux païens (Ac 13, 14.43-52)
Lecture du livre des Actes des Apôtres

Paul et Barnabé étaient arrivés à Antioche de Pisidie. Le Jour du sabbat, ils entrèrent à la synagoque. Quand l’assemblée se sépara, beaucoup de Juifs et de convertis au judaïsme les suivirent. Paul et Barnabé, parlant avec eux, les encourageaient à rester fidèles à la grâce de Dieu. Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole du Seigneur. Quand les Juifs virent tant de monde, ils furent remplis de fureur ; ils repoussaient les affirmations de Paul avec des injures. Paul et Barnabé leur déclarèrent avec assurance : « C’est à vous d’abord qu’il fallait adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mêmes ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les païens. C’est le commandement que le Seigneur nous a donné : J’ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux que Dieu avait préparés pour la vie éternelle devinrent croyants. Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans toute la région. Mais les Juifs entraînèrent les dames influentes converties au judaïsme, ainsi que les notables de la ville ; ils provoquèrent des poursuites contre Paul et Barnabé, et les expulsèrent de leur territoire. Ceux-ci secouèrent contre eux la poussière de leurs pieds et se rendirent à Iconium, tandis que les disciples étaient pleins de joie dans l’Esprit Saint.

Psaume : Ps 99, 1-2, 3, 5
R/ Tu nous guideras aux sentiers de vie, tu nous ouvriras ta maison, Seigneur.

Acclamez le Seigneur, terre entière,
servez le Seigneur dans l’allégresse,
venez à lui avec des chants de joie ! 

Reconnaissez que le Seigneur est Dieu : 
il nous a faits, et nous sommes à lui, 
nous, son peuple, son troupeau. 

Oui, le Seigneur est bon, 
éternel est son amour, 
sa fidélité demeure d’âge en âge.

2ème lecture : La joie éternelle des rachetés (Ap 7, 9.14b-17)
Lecture de l’Apocalypse de saint Jean
Moi, Jean, j’ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main. L’un des Anciens me dit :« Ils viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l’Agneau. C’est pourquoi ils se tiennent devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple. Celui qui siège sur le Trône habitera parmi eux. Ils n’auront plus faim, ils n’auront plus soif,la brûlure du soleil ne les accablera plus, puisque l’Agneau qui se tient au milieu du Trône sera leur pasteur pour les conduire vers les eaux de la source de vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. »

Evangile : Le Bon Pasteur donne la Vie à ses brebis (Jn 10, 27-30)
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Jésus, le bon Pasteur, connaît ses brebis et ses brebis le connaissent : pour elles il a donné sa vie. Alléluia. (cf. Jn 10, 14-15)
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Jésus avait dit aux Juifs : « Je suis le Bon Pasteur (le vrai berger). » Il leur dit encore : « Mes brebis écoutent ma voix ; moi je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, personne ne les arrachera de ma main.
Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut rien arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes UN. » 
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,
1...166167168169170...205