L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homelie dim careme

4 avril 2014

Et Jésus pleura

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Et Jésus pleura

Homélie du 5° dimanche de carême / Année A
06/04/2014

Un texte d’obsèques

Ce passage où Jésus réveille celui qu’il aime du sommeil de la mort est très souvent choisi par les familles pour les obsèques de leurs proches. Beaucoup de non pratiquants le repèrent très vite dans la sélection de textes bibliques qui leur est proposée. Quand on leur demande pourquoi, ils répondent, sans avoir les mots : parce que Jésus a pleuré devant la mort de son ami, parce qu’il est plein d’humanité, parce que lui aussi est touché par le chagrin… D’instinct, ils reconnaissent en Jésus un compagnon de route qui a connu comme eux la peine de la séparation. Le voir pleurer dans cet évangile les rassure sur leurs propres larmes, et laisse pressentir que pleurer peut avoir un sens, puisque Jésus lui-même l’a fait.

Et Jésus pleura dans Communauté spirituelle 586906-jeune-garcon-pleure-cercueil-proches 

Les larmes uniques du Christ

Il n’y a que deux passages dans tout le Nouveau Testament où l’on voit Jésus pleurer : ici devant le tombeau de Lazare, et ailleurs devant et sur la ville de Jérusalem (Lc 19,41).

Mais le verbe utilisé n’est pas le même. Ici c’est un hapax = un terme utilisé une fois et une seule dans toute la Bible. Il s’agit ici d’une phrase des plus courtes de l’Écriture sainte, mais aussi des plus riches en contenu : « Jésus pleura » (Jn 11,35). Lorsqu’il s’agit des pleurs de Marie et des Juifs (Jn 11,31.33), Jean utilise le terme grec « klaio » qui évoque l’expression à haute voix d’une douleur, à la manière des pleureuses qui accompagnaient les cortèges funèbres. Par contre, quand il décrit l’attitude de Jésus face au tombeau de son ami Lazare, il utilise un terme qu’on ne trouve qu’une fois ? ici - dans le Nouveau Testament : le verbe grec « dakruó », qui signifie « verser des larmes » silencieusement. En outre, il utilise une forme verbale qu’on appelle l’aoriste, décrivant le début d’un état qui dure.

Ainsi on pourrait traduire : « Jésus laissa couler ses larmes? », en suggérant que ce moment a duré longtemps, sans retenue.

Juan_de_Flandes_001 Jésus dans Communauté spirituelleCe ne sont donc pas des larmes sentimentales, ni des larmes de pleureuses.

Elles ne sont pas pathologiques, au sens où l’émotion produit parfois des crises de larmes comme un réflexe nerveux.

Elles ne sont pas démonstratives, au sens où il faudrait montrer bruyamment et publiquement son chagrin comme c’était de convenance au XIX° siècle.

Non : ce sont des pleurs qui coulent abondamment, en silence, à la manière d’un barrage qui déborde doucement.

Bien sûr il y avait dans ces larmes tout l’amour que Jésus portait pour Lazare.

Bien sûr, elles portaient le chagrin devant la mort, et la vulnérabilité devant la faille qu’elle représente dans la condition humaine.

Mais si Jésus pleure d’une manière unique, c’est parce que ses larmes conduisent à la vie et non pas à la tristesse, à la résurrection et non pas à la dépression.

Lui seul est capable de faire sortir ce corps hors du tombeau :« Lazare, sors ! »

Lui seul a le pouvoir de conjurer la puanteur de quatre jours pour l’éveiller au parfum de la vie.

Lui seul peut rendre à Lazare sa vraie liberté : « déliez-le et laissez-le aller ».

 

Pleurer à la manière du Christ

Il s’agit alors pour nous d’apprendre à pleurer à la manière du Christ.

Pas seulement en étant touché qu’il pleure comme nous, mais en lui demandant de pleurer comme lui.

Jésus « frémit » devant l’injustice de la mort, il ne s’y résigne pas, il la combat. Ses pleurs signent son engagement pour restaurer la dignité de tout homme. S’il ne retient pas sa révolte intérieure, c’est pour relever le défi pour lequel il a été envoyé : vaincre la mort dans un combat sans merci.

Voilà les larmes du Christ devant Lazare inanimé.

Voilà nos propres larmes si elles refusent le sentimentalisme pour devenir notre engagement à la suite du Christ : combattre toute forme d’injustice en nous appuyant sur la victoire du Christ sur la mort.

 

Pleurer sur Jérusalem

Le second et dernier passage où il est rapporté que Jésus a pleuré se situe devant Jérusalem : « et quand il fut proche, voyant la ville, il pleura sur elle » (Lc 19,41). Ici aussi est utilisé l’aoriste, mais avec le premier verbe (klaio), de sorte que le sens de ce passage est : « Il éclata en pleurs (de façon audible) sur elle ».

Pleurer sur Jérusalem rejoint alors nos détresses humaines.

Jésus se désole du refus que cette ville lui oppose ; il se lamente sur les conséquences que cette exclusion va entraîner pour elle ; il est bouleversé de constater que « l’amour n’est pas aimé » selon le cri de saint François d’Assise parcourant les terres d’Ombrie…

C’est à l’éloge de la vulnérabilité que ces pleurs de Jésus sur Jérusalem nous invitent. Pleurer, c’est être accepter d’être touché, blessé.

Comme également Pierre – saint Pierre ! – a pleuré amèrement sur sa trahison (Lc 22,62).

Ou comme Rachel a pleuré ses enfants massacrés par les ennemis d’Israël (Mt 2, 18 ? Jn 31, 15).

Ou comme Marie Madeleine lavait de ses larmes les pieds de Jésus (Lc 7,36-50) …

maxresdefault larmes 

Celui qui ne pleure jamais est-il vraiment humain ?

On devine que la dureté du coeur peut empêcher de pleurer.

On pressent que la sécheresse des yeux peut venir des boucliers et des cuirasses dont quelqu’un a été obligé de se barder dans son histoire pour ne pas trop souffrir.

Mais Dieu que les larmes font du bien lorsqu’elles coulent par amour !

Comme les vannes d’un barrage qu’on libère et dont les eaux deviennent source d’énergie?
À tel point que le « don des larmes » est devenu un charisme attribué à l’Esprit Saint : laisser enfin couler hors de soi ce que l’on s’épuisait à accumuler et à contenir sans rien dire, sans rien exprimer?


Entre silence et langage coulent nos larmes…

Elles traversent le corps de l’homme en prière, et plusieurs parmi vous pourraient témoigner de ces instants de grâce où la prière nous fait littéralement fondre en larmes. C’est un bouleversement de tout notre être, qui peut devenir une étape de la vie spirituelle. C’est comme un nouveau baptême « baigné de larmes », une « ablution intérieure » (Guigues II le Chartreux, XII° siècle).

Larmes de joie ou de compassion, elles nous revêtent d’une grâce purificatrice.
Pendant des siècles, des chrétiens ont recherché, désiré, imploré ce don de larmes aujourd’hui un peu oublié. De Ste Monique à Ste Catherine de Sienne, des Pères du Désert des premiers siècles aux effusions de l’Esprit aujourd’hui, c’est la même promesse des Béatitudes qui s’accomplit : « heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés » (Mt 5,5).

C’est un chemin de sainteté.

Refuser de pleurer, ce serait devenir dur comme la pierre, avoir le c?ur sec comme un désert (et même le désert contient des sources cachées…).

Ce serait finalement se haïr soi-même, puisqu’il serait alors impossible de consentir à sa faiblesse.


Mais l’énergie interne des larmes est également une énergie profondément jubilatoire : « Joie, joie, pleurs de joie » écrivait Pascal à la hâte dans ses ?Pensées’.

« Pascal ne profère pas la foi au début de sa conversion : il la pleure.
Seules les larmes possèdent cette intelligence du c?ur pour témoigner de l’extase mystique. Elles n’expliquent rien parce qu’elles ne savent rien. Nous ne comprenons pas pourquoi nous pleurons, car nous pleurons quand, précisément, nous cessons de comprendre. Le sens de la vraie larme est de nous surprendre au-delà de nos logiques »
Jean-Loup CHARVET,L’éloquence des larmes, DDB, 2000, p. 85.


« Bienheureux ceux qui pleurent ! »

Pour quoi, pour qui, coulent vos larmes ?

Acceptez-vous d’entendre l’appel du Christ à laisser jaillir de vous de vraies larmes de compassion, de pénitence ou de joie ?

Consentez-vous à cette « hémorragie lumineuse de l’âme » (JL Charvet), à cette « rosée de l’être » où nous renaissons à l’amour véritable ?


« Jésus laissa couler ses larmes… »

Qu’il nous apprenne aujourd’hui à pleurer avec cette intensité qui nous engage tout entier?

 

 

1ère lecture : Le peuple mort va revivre (Ez 37, 12-14)
Lecture du livre d’Ézékiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai sortir, ô mon peuple, et je vous ramènerai sur la terre d’Israël.
Vous saurez que je suis le Seigneur, quand j’ouvrirai vos tombeaux et vous en ferai sortir, ô mon peuple !
Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez ; je vous installerai sur votre terre, et vous saurez que je suis le Seigneur : je l’ai dit, et je le ferai.

Psaume : Ps 129, 1-2, 3-4, 5-6ab, 7bc-8
R/ Auprès du Seigneur est la grâce, la pleine délivrance.

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,
Seigneur, écoute mon appel !
Que ton oreille se fasse attentive
au cri de ma prière !

Si tu retiens les fautes, Seigneur, 
Seigneur, qui subsistera ? 
Mais près de toi se trouve le pardon 
pour que l’homme te craigne. 

J’espère le Seigneur de toute mon âme ; 
je l’espère, et j’attends sa parole. 
Mon âme attend le Seigneur 
plus qu’un veilleur ne guette l’aurore.  

Oui, près du Seigneur, est l’amour ; 
près de lui, abonde le rachat. 
C’est lui qui rachètera Israël 
de toutes ses fautes.

2ème lecture : Celui qui a ressuscité Jésus vous donnera la vie(Rm 8, 8-11)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
sous l’emprise de la chair, on ne peut pas plaire à Dieu.
Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous l’emprise de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas.
Mais si le Christ est en vous, votre corps a beau être voué à la mort à cause du péché, l’Esprit est votre vie, parce que vous êtes devenus des justes.
Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

Evangile : Mort et résurrection de Lazare (Lecture brève : 11, 3-7.20-27.34-35) (Jn 11, 1-45)

Acclamation : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi. Tu es la Résurrection, tu es la Vie, Seigneur Jésus ! Celui qui croit en toi ne mourra jamais.Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi. (cf. Jn 11, 25-26)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Un homme était tombé malade. C »était Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de sa s?ur Marthe.
(Marie est celle qui versa du parfum sur le Seigneur et lui essuya les pieds avec ses cheveux. Lazare, le malade, était son frère.)
Donc, les deux s?urs envoyèrent dire à Jésus : « Seigneur, celui que tu aimes est malade. »
En apprenant cela, Jésus dit : « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. »
Jésus aimait Marthe et sa s?ur, ainsi que Lazare.
Quand il apprit que celui-ci était malade, il demeura pourtant deux jours à l’endroit où il se trouvait ; alors seulement il dit aux disciples : « Revenons en Judée. »
Les disciples lui dirent : « Rabbi, tout récemment, les Juifs cherchaient à te lapider, et tu retournes là-bas ? »
Jésus répondit : « Ne fait-il pas jour pendant douze heures ? Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui. »
Après ces paroles, il ajouta : « Lazare, notre ami, s’est endormi ; mais je m’en vais le tirer de ce sommeil. »
Les disciples lui dirent alors : « Seigneur, s’il s’est endormi, il sera sauvé. »
Car ils pensaient que Jésus voulait parler du sommeil, tandis qu’il parlait de la mort.
Alors il leur dit clairement : « Lazare est mort, et je me réjouis de n’avoir pas été là, à cause de vous, pour que vous croyiez. Mais allons auprès de lui ! »
Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) dit aux autres disciples : « Allons-y nous aussi, pour mourir avec lui ! »
Quand Jésus arriva, il trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà.
Comme Béthanie était tout près de Jérusalem ? à une demi-heure de marche environ ? beaucoup de Juifs étaient venus manifester leur sympathie à Marthe et à Marie, dans leur deuil.
Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait à la maison.
Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. Mais je sais que, maintenant encore, Dieu t’accordera tout ce que tu lui demanderas. »
Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. »
Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera au dernier jour, à la résurrection. »
Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; et tout homme qui vit et qui croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, tu es le Messie, je le crois ; tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. » Ayant dit cela, elle s’en alla appeler sa soeur Marie, et lui dit tout bas : « Le Maître est là, il t’appelle. » Marie, dès qu’elle l’entendit, se leva aussitôt et partit rejoindre Jésus. Il n’était pas encore entré dans le village ; il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré. Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie, et lui manifestaient leur sympathie, quand ils la virent se lever et sortir si vite, la suivirent, pensant qu’elle allait au tombeau pour y pleurer. Elle arriva à l’endroit où se trouvait Jésus ; dès qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. » Quand il vit qu’elle pleurait, et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi, Jésus fut bouleversé d’une émotion profonde. Il demanda : « Où l’avez-vous déposé ? » Ils lui répondirent : « Viens voir, Seigneur. »
Alors Jésus pleura.
Les Juifs se dirent : « Voyez comme il l’aimait ! » Mais certains d’entre eux disaient : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? » Jésus, repris par l’émotion, arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre. Jésus dit : « Enlevez la pierre. » Marthe, la s?ur du mort, lui dit : « Mais, Seigneur, il sent déjà ; voilà quatre jours qu’il est là. » Alors Jésus dit à Marthe : « Ne te l’ai-je pas dit ? Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. » On enleva donc la pierre. Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit :  « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé. Je savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ; mais si j’ai parlé, c’est pour cette foule qui est autour de moi, afin qu’ils croient que tu m’as envoyé. » Après cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, viens dehors ! » Et le mort sortit, les pieds et les mains attachés, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus leur dit : « Déliez-le, et laissez-le aller. » Les nombreux Juifs, qui étaient venus entourer Marie et avaient donc vu ce que faisait Jésus, crurent en lui.
Patrick BRAUD  

Mots-clés : , ,

28 mars 2014

La barre de fraction de la foi

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La barre de fraction de la foi

Homélie du 4° dimanche de Carême / Année A
30/03/2014

Le père fondateur de la linguistique, Ferdinand de Saussure, a posé une distinction fondamentale qui pourrait bien nourrir l’interprétation de notre évangile de l’aveugle-né .

Il distingue le signifiant (S) du signifié (s).

La barre de fraction de la foi dans Communauté spirituelle Saussure_Linguistique3

Le signifiant, c’est la chose physique, par exemple une pierre en anthropologie, ou un son humain en linguistique. Le signifié, c’est la signification que nous lui attachons : une tombe pour la pierre lorsqu’il s’agit de cultes funéraires anciens, un mot pour un son humain. Cette signification dépend du contexte, de la culture, de l’histoire de celui qui perçoit le signe. Par exemple, un espagnol entendra le signifié oui là où un anglais entendra la mer (sea) à travers le son si. Le génie de Ferdinand de Saussure a été de placer une barre de fraction entre le signifiant et le signifié pour évoquer le travail que fait le langage humain. Le signe du langage est constitué du rapport s/S. C’est le propre de l’humain, dans le langage, d’associer un signifié à un signifiant.

« Nous n’évoluons pas dans un monde de signifiants purs, sinon nous serions des pierres, des blocs de granit par exemple. Nous ne sommes pas non plus dans un monde de signifiés purs, sinon nous serions des abstractions sans chair, des vérités mathématiques par exemple. Non, nous circulons, nous nous mouvons précisément entre signifiant et signifié. C’est pourquoi la barre de la fraction s/S mérite d’être considérée comme le lieu électif de la conscience humaine. »
Philosophie Magazine n° 72, mars 2014, page 37.

Or que se passe-t-il dans l’évangile de l’aveugle-né ?
On peut repérer 5 attitudes en réaction à cette guérison étonnante.
Examinons comment un même évènement peut donner lieu à autant d’interprétations, à autant de rapports s/S différents.

1. Nier l’évidence
Des juifs ne veulent pas reconnaître les faits, ils s’obstinent à nier l’évidence. Car ils ont peur des conclusions inévitables auxquels ils seraient entraînés : si cette ancien aveugle voit, c’est que Jésus agit au nom de Dieu, dont il est donc l’envoyé (= Siloé). Mieux vaut noyer le poisson en essayant de susciter des témoignages contradictoires.

Cela rappelle l’aveuglement volontaire des communistes français devant le goulag et la misère soviétique : bilan « globalement positif » osait dire Georges Marchais en revenant d’URSS?

2. Travestir le réel
Des voisins eux aussi veulent nier le signifiant, en suggérant que ce n’est pas lui, mais quelqu’un qui lui ressemble qui a été guéri.

Cela rappelle l’étrange position du Coran au sujet de la crucifixion de Jésus : ce ne serait pas lui, mais quelqu’un qui lui ressemble qui aurait été crucifié, car un prophète ne peut pas terminer aussi lamentablement, abandonné de Dieu ?

2. S’en laver les mains
Les parents de l’aveugle-né quant à eux butent sur la menace de persécution à laquelle ils s’exposeraient s’ils posaient la barre de fraction entre la guérison de leur fils et l’identité de Jésus. Ils préfèrent ne pas voir, s’aveugler eux-mêmes sur la réalité de ce qui s’est passé, en se défaussant sur la responsabilité adulte de leur enfant (« il est assez grand, interrogez-le ! »). Ils se lavent les mains de l’action où leur fils s’est lavé les yeux…

Cela rappelle l’indifférence actuelle de tant d’européens au sujet de l’existence de Dieu ou de la vie après la mort. Question inintéressante, répondent-ils en substance : seule compte à nos yeux nos conditions de vie actuelle qu’il faut améliorer.

3. Le conflit des interprétations
Certains pharisiens, quant à eux, acceptent le signifiant, contraints et forcés : cet homme voit, c’est certain. Ils essaient bien de mettre en doute la réalité de ce signifiant, en prétendant que peut-être cet homme faisait semblant ? avant – d’être aveugle pour mendier, ou qu’il n’est pas né comme cela etc. Mais les faits sont têtus et très vite ils sont obligés de se prononcer sur la fameuse barre de fraction à poser entre s et S.
Que veut dire cette guérison ? Lui attribuer une origine divine entre en conflit avec un autre signifiant : le jour du sabbat. Dans le conflit des interprétations qui surgit de là, ces pharisiens choisissent l’une au détriment de l’autre, au lieu de les intégrer toutes deux dans une interprétation plus haute (« le Fils de l’homme est maître du sabbat »). Ce faisant, ils se privent de connaître vraiment l’identité de Jésus : « nous ne savons pas d’où il est ».

Cela rappelle les étranges justifications de l’apartheid par certaines Églises d’Afrique du Sud, ou de l’esclavage par certaines Églises américaines au XIX° siècle. Elles s’appuyaient sur une lecture littérale de certains passages de l’Ancien Testament pour justifier leur domination coloniale, contre d’autres passages du Nouveau Testament manifestement en faveur de l’égalité de tous?

4. L’interrogation ouverte
D’autres pharisiens sont plus respectueux des faits, et posent d’autres barres de fraction sur ce qui s’est passé. « Comment un homme pécheur pourrait y accomplir des signes pareils ? » Ils devinent que le signe posé renvoie à une identité inconcevable et pourtant manifeste : Jésus se révèle Dieu-en-action lorsque avec de la boue et de la salive il recrée cette aveugle-né pour une vie nouvelle.
Respectueux du réel, ils ont la droiture de rester interrogatifs, en attente.

Cela rappelle l’agnosticisme respectueux et ouvert de tant de philosophes d’hier et d’aujourd’hui. Leur questionnement, même et surtout sans réponse, est essentiel à la purification de la foi des chrétiens.

6_52F2E foi dans Communauté spirituelle

5. Le cheminement de l’interprétation
Le principal intéressé se rend à l’évidence (S) : il était aveugle, maintenant il voit. Au début il n’arrive pas attribuer de signification à cette observation des faits (S). Ce n’est que progressivement, dans son dialogue avec Jésus et avec les autres, qu’il  est conduit à reconnaître l’action d’abord d’un maître qui a des disciples, puis d’un prophète, qui vient de Dieu, puis du Fils de l’homme, qu’il appelle finalement Seigneur (s).

C’est l’illumination progressive des catéchumènes qui découvrent dans l’initiation chrétienne qui est vraiment le Christ pour eux. C’est notre propre cheminement, lorsque, d’événement en événement, nous découvrons quelle est « la largeur, la  hauteur, la profondeur de l’amour du Christ pour nous ».

6. La barre de fraction
Ces 5 attitudes sont toujours les nôtres face aux signes qui jalonnent notre existence. Nous butons sur des faits (S) ; ils s’imposent à nous, et nous cherchons le coup de barre qui mettrait notre navire sur une route nous permettant d’intégrer ces événements dans un signifié plus large (s/S).
La foi chrétienne relève de cet art du pilotage qui consiste à placer la barre de fraction de telle manière que le rapport s/S soit pleinement humanisant.
La foi est un langage qui décrypte l’histoire et l’univers dans un dialogue avec Dieu / avec les autres, où ce qui arrive est mis en relation avec ce que cela signifie, de manière à progresser vers une conscience plus humaine, plus divine.
S peut prendre la figure d’une grande joie, ou d’une grande épreuve ; s n’existe pas indépendamment du rapport qu’il entretient avec S, et c’est un sacré travail de déchiffrement, de discernement spirituel que de poser la barre de fraction de manière juste, ajustée au réel.

Les tenants du signifié pur sont de dangereux idéologues.
Les absolutistes du signifiant seul sont de redoutables matérialistes.
La foi chrétienne pose entre les deux la barre de fraction de l’interprétation (c’est-à-dire de l’herméneutique).

En suivant l’itinéraire intérieur de l’aveugle-né réfléchissant et dialoguant sur ce qui est arrivé, chacun de nous est invité à découvrir la (les) signification(s) des événements de sa propre existence.

De quoi nourrir une retraite intime de carême…

_______________________

[1]. cf. son ouvrage principal : Cours de linguistique générale, 1916.

 

1ère lecture : Dieu choisit David comme roi de son peuple (1S 16, 1b.6-7.10-13a)

Lecture du premier livre de Samuel

Le Seigneur dit à Samuel : « J’ai rejeté Saül. Il ne règnera plus sur Isaraël. Je t’envoie chez Jessé de Bethléem, car j’ai découvert un roi parmi ses fils. Prends une corne que tu rempliras d’huile, et pars ! »
En arrivant, Samuel aperçut Éliab, un des fils de Jessé, et il se dit : « Sûrement, c’est celui que le Seigneur a en vue pour lui donner l’onction ! »
Mais le Seigneur dit à Samuel : « Ne considère pas son apparence ni sa haute taille, car je l’ai écarté. Dieu ne regarde pas comme les hommes, car les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le c?ur. »
Jessé présenta ainsi à Samuel ses sept fils, et Samuel lui dit : « Le Seigneur n’a choisi aucun de ceux-là. N’as-tu pas d’autres garçons ? »
Jessé répondit : « Il reste encore le plus jeune, il est en train de garder le troupeau. »
Alors Samuel dit à Jessé : « Envoie-le chercher : nous ne nous mettrons pas à table tant qu’il ne sera pas arrivé. »
Jessé l’envoya chercher : le garçon était roux, il avait de beaux yeux, il était beau.
Le Seigneur dit alors : « C’est lui ! donne-lui l’onction. »
Samuel prit la corne pleine d’huile, et lui donna l’onction au milieu de ses frères. L’esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là.

Psaume : Ps 22, 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6

R/ Le Seigneur est mon berger : rien ne saurait me manquer.

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer. 

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ; 
il me conduit par le juste chemin 
pour l’honneur de son nom. 

Si je traverse les ravins de la mort, 
je ne crains aucun mal, 
car tu es avec moi : 
ton bâton me guide et me rassure. 

Tu prépares la table pour moi 
devant mes ennemis ; 
tu répands le parfum sur ma tête, 
ma coupe est débordante. 

Grâce et bonheur m’accompagnent 
tous les jours de ma vie ; 
j’habiterai la maison du Seigneur 
pour la durée de mes jours.

2ème lecture : Vivre dans la lumière (Ep 5, 8-14)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtres aux Éphésiens

Frères,
autrefois, vous étiez ténèbres ; maintenant, dans le Seigneur, vous êtes devenus lumière ; vivez comme des fils de la lumière ? or la lumière produit tout ce qui est bonté, justice et vérité ? et sachez reconnaître ce qui est capable de plaire au Seigneur.
Ne prenez aucune part aux activités des ténèbres, elles ne produisent rien de bon ; démasquez-les plutôt.
Ce que ces gens-là font en cachette, on a honte d’en parler.
Mais quand ces choses-là sont démasquées, leur réalité apparaît grâce à la lumière, et tout ce qui apparaît ainsi devient lumière. C’est pourquoi l’on chante :
Réveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera.

Evangile : L’aveugle-né (Jn 9, 1-41 [Lecture brève : 9, 1.6-9.13-17.34-38])

Acclamation : Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus. Lumière du monde, Jésus Christ, celui qui marche à ta suite aura la lumière de la vie. Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus. (cf. Jn 8, 12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En sortant du Temple, Jésus vit sur son passage un homme qui était aveugle de naissance.
Ses disciples l’interrogèrent : « Rabbi, pourquoi cet homme est-il né aveugle ? Est-ce lui qui a péché, ou bien ses parents ? »
Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents. Mais l’action de Dieu devait se manifester en lui.
Il nous faut réaliser l’action de celui qui m’a envoyé, pendant qu’il fait encore jour ; déjà la nuit approche, et personne ne pourra plus agir. Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. »
Cela dit, il cracha sur le sol et, avec la salive, il fit de la boue qu’il appliqua sur les yeux de l’aveugle, et il lui dit : « Va te laver à la piscine de Siloé » (ce nom signifie : Envoyé). L’aveugle y alla donc, et il se lava ; quand il revint, il voyait.

Ses voisins, et ceux qui étaient habitués à le rencontrer ? car il était mendiant ? dirent alors : « N’est-ce pas celui qui se tenait là pour mendier ? »
Les uns disaient : « C’est lui. » Les autres disaient : « Pas du tout, c’est quelqu’un qui lui ressemble. » Mais lui affirmait : « C’est bien moi. »
Et on lui demandait : « Alors, comment tes yeux se sont-il ouverts ? »
Il répondit : « L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, il m’en a frotté les yeux et il m’a dit : ‘Va te laver à la piscine de Siloé.’ J’y suis donc allé et je me suis lavé ; alors, j’ai vu. »
Ils lui dirent : « Et lui, où est-il ? » Il répondit : « Je ne sais pas. »

On amène aux pharisiens cet homme qui avait été aveugle.
Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux.
À leur tour, les pharisiens lui demandèrent : « Comment se fait-il que tu voies ? » Il leur répondit : « Il m’a mis de la boue sur les yeux, je me suis lavé, et maintenant je vois. »
Certains pharisiens disaient : « Celui-là ne vient pas de Dieu, puisqu’il n’observe pas le repos du sabbat. » D’autres répliquaient : « Comment un homme pécheur pourrait-il accomplir des signes pareils ? » Ainsi donc ils étaient divisés.
Alors ils s’adressent de nouveau à l’aveugle : « Et toi, que dis-tu de lui, puisqu’il t’a ouvert les yeux ? » Il dit : « C’est un prophète. »
Les Juifs ne voulaient pas croire que cet homme, qui maintenant voyait, avait été aveugle. C’est pourquoi ils convoquèrent ses parents
et leur demandèrent : « Cet homme est bien votre fils, et vous dites qu’il est né aveugle ? Comment se fait-il qu’il voie maintenant ? »
Les parents répondirent : « Nous savons que c’est bien notre fils, et qu’il est né aveugle.
Mais comment peut-il voir à présent, nous ne le savons pas ; et qui lui a ouvert les yeux, nous ne le savons pas non plus. Interrogez-le, il est assez grand pour s’expliquer. »
Ses parents parlaient ainsi parce qu’ils avaient peur des Juifs. En effet, les Juifs s’étaient déjà mis d’accord pour exclure de la synagogue tous ceux qui déclareraient que Jésus est le Messie.
Voilà pourquoi les parents avaient dit : « Il est assez grand, interrogez-le ! »

Pour la seconde fois, les pharisiens convoquèrent l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : « Rends gloire à Dieu ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. »
Il répondit : « Est-ce un pécheur ? Je n’en sais rien ; mais il y a une chose que je sais : j’étais aveugle, et maintenant je vois. »
Ils lui dirent alors : « Comment a-t-il fait pour t’ouvrir les yeux ? »
Il leur répondit : « Je vous l’ai déjà dit, et vous n’avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous m’entendre encore une fois ? Serait-ce que vous aussi vous voulez devenir ses disciples ? »
Ils se mirent à l’injurier : « C’est toi qui es son disciple ; nous, c’est de Moïse que nous sommes les disciples. Moïse, nous savons que Dieu lui a parlé ; quant à celui-là, nous ne savons pas d’où il est. »
L’homme leur répondit : « Voilà bien ce qui est étonnant ! Vous ne savez pas d’où il est, et pourtant il m’a ouvert les yeux. Comme chacun sait, Dieu n’exauce pas les pécheurs, mais si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, il l’exauce. Jamais encore on n’avait entendu dire qu’un homme ait ouvert les yeux à un aveugle de naissance. Si cet homme-là ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. »
Ils répliquèrent : « Tu es tout entier plongé dans le péché depuis ta naissance, et tu nous fais la leçon ? » Et ils le jetèrent dehors.

Jésus apprit qu’ils l’avaient expulsé. Alors il vint le trouver et lui dit : « Crois-tu au Fils de l’homme ? »
Il répondit : « Et qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui ? »
Jésus lui dit : « Tu le vois, et c’est lui qui te parle. »
Il dit : « Je crois, Seigneur ! », et il se prosterna devant lui.
Jésus dit alors : « Je suis venu en ce monde pour une remise en question : pour que ceux qui ne voient pas puissent voir, et que ceux qui voient deviennent aveugles. »
Des pharisiens qui se trouvaient avec lui entendirent ces paroles et lui dirent : « Serions-nous des aveugles, nous aussi ? »
Jésus leur répondit : « Si vous étiez des aveugles, vous n’auriez pas de péché ; mais du moment que vous dites : ‘Nous voyons !’ votre péché demeure. »
Patrick Braud

Mots-clés : , ,

21 mars 2014

Leurre de la cruche…

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Leurre de la cruche…

Homélie du 3° Dimanche de Carême / Année A
23/03/2014

Opération vérité

« Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait »…

Cet appel étonné et joyeux de la femme de Samarie croisée au bord du puits n’en finit pas de résonner dans l’Église, encore aujourd’hui !

Pourquoi est-ce si libérateur de rencontrer quelqu’un qui nous aide ainsi à faire la vérité sur notre vie ? Car ce n’est pas joli joli ce qu’elle a fait cette brave Samaritaine ! Elle a consommé les hommes comment on consomme des tranquillisants, et elle en est rendue à son cinquième ! Quand elle avoue à Jésus : ?je n’ai pas de mari’, elle sait bien que son compagnon du moment ne peut pas être appelé ?mari’, et Jésus le reconnaît : ?là tu dis vrai’. Tu commences à dire la vérité sur tes échecs, tes répétitions, ta collection d’amants.

Jésus avait fait appel à son mari pour échapper à la tentative ambiguë et séductrice de cette femme seule avec lui – situation très osée en Israël – en pleine chaleur. Du coup elle comprend qu’avec Jésus ce petit jeu ne marchera pas, et elle s’intéresse enfin à la source de vie qui semble jaillir de cet homme.

« De son sein couleront des fleuves d’eau vive » (Jn 7,38). La Samaritaine en fait l’expérience. Comment ? En faisant la vérité sur sa vie, grâce au Christ qui l’éclaire dans les méandres de ses bégaiements affectifs dignes d’un Don Juan au féminin.

Et vous – au fait – où en êtes-vous de cette ‘opération vérité’ sur vous-même ?

Leurre, y es-tu ? 

Prenons une comparaison.
Vous souvenez-vous de ce qu’est un leurre ?

Leurre de la cruche... dans Communauté spirituelle brochet_leurre_rapalaC’est quelque chose qui ressemble à ce que l’on cherche, qui en a la forme, la couleur, parfois le goût, mais qui n’est pas ce que l’on cherche en vérité. Le ?Canada dry’ du désir en quelque sorte… Le problème avec un leurre, c’est que quand on l’a mangé, quand on a mis la main dessus on n’est pas rassasié pour autant. Au contraire la frustration de voir s’évanouir entre nos mains l’illusion qui ressemblait à l’objet cherché nous fait repartir à la chasse d’autres leurres, tout aussi décevants etc. Ainsi, de leurre en leurre, de répétition en répétitions, notre liberté devient piégée dans cette course au mensonge.


La Samaritaine collectionnait les hommes comme certains collectionnent les réussites sociales, l’argent ou la reconnaissance des autres. Ce faisant elle se leurrait elle-même ; elle n’arrivait pas à être vraie dans son désir ; elle bégayait ses pauvres amours ; elle se mentait à elle-même.

 

Jésus va si j’ose dire pratiquer la ‘pêche aux leurres’ pour l’aider à sortir de ce cycle infernal.

Il la fera passer :

- du puits de Jacob à la source jaillissante
- de Joseph à Jésus
- de la soif matérielle à la soif spirituelle
- du baptême de Jean au baptême des disciples de Jésus
- de l’adoration en Samarie à Jérusalem à l’adoration
« en esprit et en vérité »
- de la nourriture des apôtres à la vraie nourriture : « faire la volonté de mon Père »
- de ses cinq amants à elle au Messie qui la rend libre de ne plus dévorer les hommes…

 

L’heure du leurre

Photography-The-Invisible-Man-3-600x600 cruche dans Communauté spirituelleUn indice de cette libération : l’heure à laquelle se passe cette chasse au leurre.« C’était la 6° heure » précise notre texte (c’est-à-dire midi pour nous). Or 6 est le chiffre de l’incomplétude des 6 jours de la semaine attendant le shabbat pour une Création achevée. Et midi est l’heure où le soleil est à la verticale, donc où il n’y a plus d’ombre : la rencontre de Jésus permet à la Samaritaine de reconnaître son incomplétude, d’assumer la part d’ombre de sa vie, et d’être enfin elle-même sans avoir à se dissimuler?

 

Et vous qu’elles sont les leurres qui vous fascinent ?
Quelles sont les répétitions maladives qui piègent votre liberté ?

« Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait »…
Dieu que c’est libérant de rencontrer ainsi le Christ, et de faire ainsi la vérité sur sa vie !

 

Tant va la cruche à leurre…

goulet-vase-pot-cruche-terre-egypte-ancienne-antique- eauUn autre indice dans le texte de cette libération, c’est la fameuse cruche. Symbole de ce qu’elle laisse là, au bord du puits, parce qu’elle n’en a plus besoin.

Grâce au Christ, elle n’a plus besoin de se mentir à elle-même, de courir après les hommes comme un poisson après un leurre…

La cruche dans l’Orient ancien est symbole de féminité. Elle est par essence celle qui reçoit, dont les formes mêmes sont féminines.

Cette femme de Samarie était très ?cruche’ – pourrait-on dire ! – de croire que sa féminité s’épanouirait dans la répétition de la consommation des hommes. Elle laisse tomber cette vaine course aux leurres. Son vrai désir, elle le connaît maintenant : « donne-moi de l’eau vive »

Elle n’est plus un objet, vase collecteur de fausses amours. Voilà pourquoi elle laisse sur place sa cruche, et avec elle sa vie passée à courir après des leurres. Elle renaît au désir d’être enfin elle-même ! C’est comme un baptême sans eau, car la source vive de sa renaissance est désormais en elle et non plus à l’extérieur ; elle est en elle, « en esprit et en vérité »

Pour l’anecdote, la cruche peut aussi renvoyer à d’autres épisodes de la Bible. On peut voir dans cette femme la figure d’Israël : la cruche renvoie alors à l’épisode du serviteur qui va chercher une épouse pour Isaac (Gn 24), et les cinq maris renvoient à la Torah = les cinq livres de la Loi (les seuls reconnus par les Samaritains d’ailleurs) qui n’ont pu satisfaire Israël dans son désir d’épouser Dieu en vérité.

C’est aussi la cruche qui annonce le repas pascal dans l’Évangile : « suivez un homme qui porte une cruche, et là préparez le repas de la Pâque » (Lc 20,10 //). La Samaritaine portant une cruche est ainsi discrètement déjà associée à la Pâque de Jésus… 

Quoi qu’il en soit cette femme laisse là la cruche dont désormais elle n’a plus besoin, parce qu’elle a découvert le vrai désir qui l’habite.

« Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait »…

Ah ! si on pouvait ainsi s’exclamer ainsi au sortir d’une confession !
On ne serait pas loin de la Samaritaine… 

 

Tant va la cruche à leurre qu’à la fin elle annonce

En revenant comme elle à la source vive de notre baptême, nous pourrions devenir comme elle apôtre. Et c’est même le premier apôtre dans l’Évangile de Jean, avant les 12 ! Oui : vous avez bien entendu : avant les 12 !!!

Saint Jean Chrysostome commente :

« Ce que firent les apôtres, la Samaritaine l’a fait aussi avec plus d’empressement encore. Car les apôtres n’ont planté là leurs filets qu’a l’appel du Maître, alors qu’elle a planté là sa cruche spontanément sans avoir reçu d’ordre du Christ.
Et la voilà qui remplit l’office des évangélistes avec une joie qui lui donne des ailes.
Ce n’est pas une ou deux personnes qu’elle amène au Christ comme André ou Philippe : c’est toute la ville qu’elle remue, toute la population qu’elle amène au Christ »
(34° homélie sur l’Évangile de Jean).

Parrocel-%C3%A9tienne-Jesus-Samaritaine femme


« Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait »…

C’est ce que nous faisons en nous approchant du Christ dans chaque eucharistie.

Qu’il nous débarrasse de tous les leurres après lesquels nous courons.

Qu’il nous aide à faire la vérité sur notre vie, et à revenir ainsi à la source jaillissante de notre baptême, « en esprit et en vérité ».

1ère lecture : Par Moïse, Dieu donne l’eau à son peuple (Ex 17, 3-7)

Lecture du livre de l’Exode

Les fils d’Israël campaient dans le désert à Rephidim, et le peuple avait soif. Ils récriminèrent contre Moïse : « Pourquoi nous as-tu fait monter d’Égypte ? Etait-ce pour nous faire mourir de soif avec nos fils et nos troupeaux ? »
Moïse cria vers le Seigneur : « Que vais-je faire de ce peuple ? Encore un peu, et ils me lapideront ! »
Le Seigneur dit à Moïse : « Passe devant eux, emmène avec toi plusieurs des anciens d’Israël, prends le bâton avec lequel tu as frappé le Nil, et va ! Moi, je serai là, devant toi, sur le rocher du mont Horeb. Tu frapperas le rocher, il en sortira de l’eau, et le peuple boira ! »
Et Moïse fit ainsi sous les yeux des anciens d’Israël.

Il donna à ce lieu le nom de Massa (c’est-à-dire : Défi) et Mériba (c’est-à-dire : Accusation), parce que les fils d’Israël avaient accusé le Seigneur, et parce qu’ils l’avaient mis au défi, en disant : « Le Seigneur est-il vraiment au milieu de nous, ou bien n’y est-il pas ? »

 

Psaume : Ps 94, 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9

R/ Aujourd’hui, ne fermons pas notre c?ur, mais écoutons la voix du Seigneur !

Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu’à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous, 
adorons le Seigneur qui nous a faits. 
Oui, il est notre Dieu ; 
nous sommes le peuple qu’il conduit.

Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?
« Ne fermez pas votre c?ur comme au désert, 
où vos pères m’ont tenté et provoqué, 
et pourtant ils avaient vu mon exploit. »

2ème lecture : L’amour de Dieu a été répandu dans nos c?urs(Rm 5, 1-2.5-8)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
Dieu a fait de nous des justes par la foi ; nous sommes ainsi en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a donné, par la foi, l’accès au monde de la grâce dans lequel nous sommes établis ; et notre orgueil à nous, c’est d’espérer avoir part à la gloire de Dieu. Et l’espérance ne trompe pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos c?urs par l’Esprit Saint qui nous a été donné.

Alors que nous n’étions encore capables de rien, le Christ, au temps fixé par Dieu, est mort pour les coupables que nous étions. ? Accepter de mourir pour un homme juste, c’est déjà difficile ; peut-être donnerait-on sa vie pour un homme de bien. Or, la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs.

Evangile : La Samaritaine et le don de l’eau vive (Jn 4, 5-42 [lecture brève: 4, 5-15.19b-26.39a.40-42])

Acclamation : Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. Le Sauveur du monde, Seigneur, c’est toi ! Donne-nous de l’eau vive, et nous n’aurons plus soif. Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. (cf. Jn 4, 42.15)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Jésus arrivait à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph, et où se trouve le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était assis là, au bord du puits. Il était environ midi.
Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau.
Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. »
(En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter de quoi manger.)
La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi qui es Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » (En effet, les Juifs ne veulent rien avoir en commun avec les Samaritains.)
Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu, si tu connaissais celui qui te dit : ‘Donne-moi à boire’, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »
Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond ; avec quoi prendrais-tu l’eau vive ? Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »
Jésus lui répondit : « Tout homme qui boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle. »
La femme lui dit : « Seigneur, donne-la-moi, cette eau : que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. »
Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. »
La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari, car tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari : là, tu dis vrai. »
La femme lui dit : « Seigneur, je le vois, tu es un prophète. Alors, explique-moi : nos pères ont adoré Dieu sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut l’adorer est à Jérusalem. »
Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père.
Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous adorons, nous, celui que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.
Mais l’heure vient ? et c’est maintenant ? où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père.
Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »
La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. »
Jésus lui dit : « Moi qui te parle, je le suis. »

Là-dessus, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : « Que demandes-tu ? » ou : « Pourquoi parles-tu avec elle ? »
La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens :
« Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Messie ? »
Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers Jésus.

Pendant ce temps, les disciples l’appelaient : « Rabbi, viens manger. »
Mais il répondit : « Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. »
Les disciples se demandaient : « Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? »
Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son ?uvre.
Ne dites-vous pas : ‘Encore quatre mois et ce sera la moisson’ ? Et moi je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs qui se dorent pour la moisson.
Dès maintenant, le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit avec le moissonneur.
Il est bien vrai, le proverbe : ‘L’un sème, l’autre moissonne.’
Je vous ai envoyés moissonner là où vous n’avez pas pris de peine, d’autres ont pris de la peine, et vous, vous profitez de leurs travaux. »

Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause des paroles de la femme qui avait rendu ce témoignage : « Il m’a dit tout ce que j’ai fait. »
Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y resta deux jours.
Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de ses propres paroles, et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons maintenant ; nous l’avons entendu par nous-mêmes, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »
Patrick BRAUD 

Mots-clés : , , , , , ,

14 mars 2014

Dressons trois tentes…

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Dressons trois tentes…

 

Homélie du 2° dimanche de Carême / Année A
16/03/2014

 

Quand vous arrivez à un sommet de votre existence, que faites-vous ?

Vous dites-vous : tout va bien pour moi, enjoy !

Commencez-vous déjà à préparer la suite ?

Êtes-vous de ceux qui se croient invulnérables, ou plutôt de ceux qui ont peur que tout cela ne dure pas ?

 

Pierre, lui, est tellement fasciné par la révélation de Jésus transfiguré qu’il souhaite appuyer sur la touche pause : « dressons trois tentes ». Il voudrait que Jésus, Moïse et Élie soient réunis, et qu’il puisse continuer à les contempler plus longtemps. Il gémit : ô temps suspends ton vol !, et demande à Jésus de ne pas aller plus loin…

 

Dressons trois tentes?

Nombre de couples parvenus à un sommet de leur relation voudraient ainsi arrêter le temps.

Nombre d’artistes au plus intense de leur inspiration voudraient y demeurer suspendus, portés par la fécondité de leur élan créatif dans cette période.

Nombre de situations professionnelles peuvent susciter une telle aspiration : je suis maintenant à un poste optimum, laissez-moi tranquille avec les mouvements à venir, je veux savourer le plus longtemps possible.

Toutes ces réactions sont légitimes. Que serait une si féroce envie de changement qu’elle empêcherait de savourer le moment présent ?

C’est juste l’installation dans un état donné qui peut devenir dangereuse.

Croire qu’on est un sommet indépassable empêche d’en découvrir de nouveaux.

S’imaginer un couple sans faille peut rendre aveugle sur ce qui va bientôt devoir être mis en chantier pour que l’amour reste vivant.

Croire qu’une situation professionnelle est gravée dans le marbre empêche de se remettre en cause et de voir les périls à venir.

 

Bref, s’installer, s’est décliner.

Dressons trois tentes... dans Communauté spirituelle CC5Lapinbleu311C-Ph3_14Bergson le disait avec talent : le seul élément stable du christianisme, c’est l’ordre de ne s’arrêter jamais.

C’est bien la réponse de Jésus à notre pauvre Pierre chamboulé par la Transfiguration : descend de la montagne ; après la Résurrection tu comprendras et tu pourras parler. D’ici là, marche seulement et ne laisse ni le Mont Thabor, ni bientôt la colline du Golgotha arrêter ta marche.

C’était déjà le commandement lancé à Abraham : « pars de ton pays, laisse la famille et la maison de ton père ». Dieu demande à Abraham de ne pas s’installer dans son héritage matériel et spirituel, de prendre la route vers ailleurs, sans autre bagage que la promesse de la bénédiction de Dieu.

 

 

Ne pas s’installer…

Le renouveau actuel du pèlerinage sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle est un écho de la résonance que cet appel de Dieu éveille en nous.

Stjacquescompostelle beauté dans Communauté spirituelle

Ils sont des milliers à partir chaque année sur des chemins inconnus, pour que la route faite avec leurs pieds les aide à parcourir le voyage qu’ils ont à faire dans leur tête et dans leur coeur.

Certains chaussent les pataugas après un événement bouleversant, comme on va chez le kiné pour une convalescence après une opération.

Certains partent après mûre réflexion parce qu’ils sentent qu’ils ont rendez-vous avec eux-mêmes en cours de route.
D’autres quittent leur maison par goût de l’aventure, des rencontres improbables, voire de la performance physique.

Peu importe après tout : l’essentiel est de quitter chez soi, d’oser se mettre en route, de ne pas s’installer.

Ces marcheurs redisent une vérité qui vaut pour tous : ne pas sortir de chez soi devient vite mortel ; ne jamais faire le détour par l’autre (l’autre pays, l’autre culture, l’autre visage…) rend stériles nos meilleures possessions ; vouloir figer le temps est illusoire ; dresser une tente au sommet du mont Thabor nous privera de Pâques…

 

Si cette exigence biblique du départ nous semble dure, c’est parce que nous ne croyons pas assez à la promesse de bénédiction qui y est associée. Si l’appel évangélique à descendre de la montagne nous effraie, c’est parce que la promesse de la résurrection nous paraît moins consistante que le bonheur actuel. Sinon, nous nous mettrions en route, heureux d’avoir entraperçu de manière fulgurante la beauté promise.

 

Les sommets auxquels nous touchons parfois ne sont pas là pour suspendre notre élan, mais pour nous servir de bâton de marche.

 

L’enfant qui doit quitter la maison pour ses études, l’amoureux(se) qui va quitter l’enfance pour fonder un couple, le couple qui ne se laissera pas endormir par les débuts heureux, le poste professionnel qui me demande d’évoluer, la retraite qui oblige à voir la vie autrement, et jusqu’à la fin de la vie elle-même comme un appel à accepter de partir : du début à la fin, le seul élément stable du christianisme est l’ordre ne s’arrêter jamais.

 

Puissions-nous entendre les appels que Dieu nous lance aujourd’hui à partir du point que nous occupons, à viser d’autres sommets encore, à nous laisser conduire par l’Esprit toujours plus loin, sans nous installer en cours de route.

 

 

1ère lecture : La vocation d’Abraham (Gn 12, 1-4a)
Lecture du livre de la Genèse
Abraham vivait alors en Chaldée. Le Seigneur lui dit : « Pars de ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père, va dans le pays que je te montrerai.
Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction.
Je bénirai ceux qui te béniront, je maudirai celui qui te méprisera. En toi seront bénies toutes les familles de la terre. »
Abraham partit, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth partit avec lui.

Psaume : Ps 32, 4-5, 18-19, 20.22

R/ Seigneur, ton amour soit sur nous, comme notre espoir est en toi !

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu’il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Dieu veille sur ceux qui le craignent, 
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort, 
les garder en vie aux jours de famine.

Nous attendons notre vie du Seigneur : 
il est pour nous un appui, un bouclier.
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous 
comme notre espoir est en toi.

2ème lecture : Dieu nous appelle à connaître sa gloire (2Tm 1, 8b-10)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre à Timothée

Fils bien-aimé,
avec la force de Dieu, prends ta part de souffrance pour l’annonce de l’Évangile.
Car Dieu nous a sauvés, et il nous a donné une vocation sainte, non pas à cause de nos propres actes, mais à cause de son projet à lui et de sa grâce. Cette grâce nous avait été donnée dans le Christ Jésus avant tous les siècles,
et maintenant elle est devenue visible à nos yeux, car notre Sauveur, le Christ Jésus, s’est manifesté en détruisant la mort, et en faisant resplendir la vie et l’immortalité par l’annonce de l’Évangile.

Evangile : La Transfiguration (Mt 17, 1-9)

Acclamation : Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. Du sein de la nuée resplendissante, la voix du Père retenti : « Voici mon Fils, mon bien-aimé, écoutez-le ! » Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. (cf. Mt 17, 5)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière.
Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui.
Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. »
Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre ; et, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ; écoutez-le ! »
Entendant cela, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d’une grande frayeur.
Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et n’ayez pas peur ! »
Levant les yeux, ils ne virent plus que lui, Jésus seul.

En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , , ,
1...1819202122...25