L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homelie dim 29

28 août 2010

Un festin par dessus le marché

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Homélie du Dimanche 29 Août 2010 / Année C
22° Dimanche du temps ordinaire

 

Un festin par dessus le marché

 

« Quand tu donne un festin, n’invite pas tes amis? invite au contraire des pauvres, des estropiés, des aveugles? parce qu’ils n’ont rien à te rendre ».

·      Dans un premier temps, on se dit que cette injonction de Jésus ne peut être prise au pied de la lettre : trop difficile à suivre ! Pensez donc : on a déjà du mal à « rendre les invitations » de ceux qui nous ont accueilli à leur table ; alors inviter des inconnus ! Les « dîners en ville » se font rarement avec des handicapés ou des chômeurs?

Tenez : pensez aux mariages. Quand on a fait la liste de tous ceux qu’on doit absolument inviter au festin des noces (toujours la fameuse logique de « rendre la politesse »), il ne reste guère de place pour des gens un peu paumés, solitaires, marginaux. Même en faisant deux vitesses (le faire-part pour le cocktail et l’invitation pour le repas), il est rare de croiser à un mariage d’autres personnes que « des amis, des frères, des parents, de riches voisins »?

·      Ce constat serait presque désespérant : n’y a-t-il personne pour ouvrir sa table à ceux qui ne peuvent le leur rendre ?

En y regardant de près pourtant, on s’aperçoit que beaucoup plus de gens qu’on ne le croit pratiquent cette hospitalité.

Des jeunes par exemple donnent un ou deux ans de leur vie pour une mission humanitaire, pour une association de réinsertion, où visiblement ceux à qui ils viennent en aide ne pourront jamais leur rendre (du moins matériellement).

Ou bien des familles ouvrent leur table le Dimanche pour manger avec une personne handicapée d’un foyer de l’Arche de Jean Vanier.

D’autres accueillent pendant trois semaines d’été (par le Secours Catholique, Secours Populaire etc?) des enfants des banlieues pour leur offrir de vraies vacances où ils découvriront la mer, la montagne, les animaux de la ferme?.

D’autres encore, sans faire sonner la trompette devant eux, n’oublient jamais d’inviter à leur table de temps en temps la personne âgée isolée qui habite près de chez eux, ou la maman célibataire qui attend cette sortie comme une bouffée d’oxygène.

Des paroisses, des associations se démènent pour offrir un repas chaleureux aux SDF et autres épaves vivantes (ou du moins regardées comme telles) qui encombrent nos trottoirs?

Sans oublier les couples qui adoptent des enfants, tout en étant lucides sur les difficultés qui viendront plus tard lorsque les questions sur leur identité les perturberont plus ou moins?

Bref, regardez autour de vous avec ces lunettes du désintéressement que Jésus nous invite à chausser aujourd’hui : qui autour de moi pratique cette invitation large à ceux qui ne pourront jamais leur rendre ?

Et moi-même, où en suis-je – où en sommes-nous en famille – de cette ouverture de la table, du c?ur, à ceux qui ne m’inviteront jamais en retour ?

 

·      Les « pauvres, estropiés, boiteux, aveugles » du temps de Jésus sont toujours parmi nous. Il faudrait du coup être aveugle pour ne plus être sensible à ces solitudes et ces détresses modernes : les retraités des foyers long séjour et autres hospices-mouroirs, les sans-travail qui calculent chaque jour leur assiette au plus juste prix, les personnes handicapées qu’on parque à l’écart etc? Se couper de cet univers, c’est devenir inhumain. C’est vivre dans un autre monde sans vouloir entendre la souffrance de ceux qui « n’ont rien à rendre ».

Aucune culpabilisation dans l’attitude que recommande Jésus : il ne s’agit pas de ne plus donner de festins. Au contraire, il s’agit de les multiplier, pour en faire profiter le maximum de laissés pour compte !

Il ne s’agit pas de jouer les hypocrites, ou les puritains, mais de savourer la vie à pleine bouche en s’associant des compagnons venus de l’infortune.

Nul besoin de cacher sa richesse ou sa chance : il suffit de ne pas la garder pour soi, et de ne pas la partager qu’entre soi, dans un cercle de relations privilégiées de gens qui me ressemblent trop?

·      Pourquoi agir ainsi ? Pourquoi ouvrir son festin aux marginaux et aux exclus de la société ? Pourquoi ce désintéressement prôné par Jésus ? Par souci humanitaire ? Par altruisme ?…

Le texte donne deux raisons en fait : « tu seras heureux, parce qu’ils n’ont rien à te rendre » et « cela te sera rendu à la résurrection des justes ».

- La première raison est sans doute la plus radicale, et la plus fondamentale.

Parce que ceux à qui tu donnes ne peuvent te le rendre, tu ressembles de plus en plus à Dieu lui-même, qui donne sans compter ni calculer de retour. Tu quittes la sphère des relations marchandes : donnant-donnant, gagnant-gagnant, pour entrer dans le cercle des relations divines. C’est pourquoi ce bonheur est le plus profond : donner comme Dieu donne nous fait vivre de son bonheur à lui, « par dessus le marché ». « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné par dessus le marché ».

François Varillon a eu cette formule géniale pour montrer comment un don sans calcul nous divinise : « il faut appeler divin l’amour qui est assez fort pour ne pas exiger la réciprocité comme condition de sa constance » (in L’humilité de Dieu).

Inviter l’autre sans calcul, sans pourquoi, sans « retour sur investissement », sans autre but que lui-même nous fait entrer dans l’intimité heureuse de Dieu : voilà la première raison du désintéressement prôné par Jésus. 

Un festin par dessus le marché dans Communauté spirituelle festin_5

 

- La deuxième raison apparaît alors comme le prolongement de cette perspective de gratuité : « cela te sera rendu à la résurrection des justes ».

Le processus de divinisation que cette pratique de l’hospitalité met en route sera pleinement accomplie et manifestée au-delà de la mort, en Dieu. « Faites-vous des trésors dans le ciel », dit Jésus ailleurs. Loin de revenir à un calcul intéressé (« acheter son paradis » !), cette perspective eschatologique (visant la fin des temps) permet de relativiser les valeurs actuelles, et d’avoir le courage d’agir comme Dieu agit, lui qui est plein d’amour « envers les bons comme envers les méchants ». Inviter ceux qui ne peuvent rien donner en retour n’est jamais qu’anticiper l’invitation que Dieu accomplira un jour en plénitude. Tout ce que nous aurons vécu ici-bas selon cette logique du « pur amour » sera récapitulé en Christ, lui qui est par excellence le don de Dieu, sans retour ni calcul ?

 

·      Alors, passons en revue cette semaine notre pratique de l’invitation à notre table, à nos finances, à nos festins de tous ordres : puisque Dieu le premier se livre à nous sans calculer le retour, à qui pouvons-nous transmettre pareille invitation ? Quels « pauvres, estropiés, aveugles » pouvons-nous avoir la joie de faire asseoir à notre table ?…

 

 

1ère lecture : Exhortation à l’humilité (Si 3, 17-18.20.28-29)

Mon fils, accomplis toute chose dans l’humilité, et tu seras aimé plus qu’un bienfaiteur.
Plus tu es grand, plus il faut t’abaisser : tu trouveras grâce devant le Seigneur.
La puissance du Seigneur est grande, et les humbles lui rendent gloire.
La condition de l’orgueilleux est sans remède, car la racine du mal est en lui.
L’homme sensé médite les maximes de la sagesse ; l’idéal du sage, c’est une oreille qui écoute.

Psaume : Ps 67, 4-5ac, 6-7ab, 10-11

R/ Béni soit le Seigneur : il élève les humbles

Les justes sont en fête, ils exultent ;
devant la face de Dieu ils dansent de joie.
Chantez pour Dieu, jouez pour son nom.
Son nom est Le Seigneur ; dansez devant sa face.

Père des orphelins, défenseur des veuves, 
tel est Dieu dans sa sainte demeure. 
A l’isolé, Dieu accorde une maison ; 
aux captifs, il rend la liberté.

Tu répandais sur ton héritage une pluie généreuse, 
et quand il défaillait, toi, tu le soutenais. 
Sur les lieux où campait ton troupeau, 
tu le soutenais, Dieu qui es bon pour le pauvre.

2ème lecture : La fête éternelle sur la montagne de la nouvelle Alliance (He 12, 18-19.22-24a)

Frères, quand vous êtes venus vers Dieu, il n’y avait rien de matériel comme au Sinaï, pas de feu qui brûle, pas d’obscurité, de ténèbres, ni d’ouragan, pas de son de trompettes, pas de paroles prononcées par cette voix que les fils d’Israël demandèrent à ne plus entendre.

Mais vous êtes venus vers la montagne de Sion et vers la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, vers des milliers d’anges en fête
et vers l’assemblée des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans les cieux. Vous êtes venus vers Dieu, le juge de tous les hommes, et vers les âmes des justes arrivés à la perfection.
Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d’une Alliance nouvelle.

Evangile : Pour avoir part au royaume de Dieu : choisir la dernière place, inviter les pauvres (Lc 14, 1a.7-14)

Un jour de sabbat, Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas.
Remarquant que les invités choisissaient les premières places, il leur dit cette parabole :
« Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place, car on peut avoir invité quelqu’un de plus important que toi.
Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendrait te dire : ‘Cède-lui ta place’,
et tu irais, plein de honte, prendre la dernière place. Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : ‘Mon ami, avance plus haut’, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui sont à table avec toi.
Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »
Jésus disait aussi à celui qui l’avait invité : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi t’inviteraient en retour, et la politesse te serait rendue.
Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ;
et tu seras heureux, parce qu’ils n’ont rien à te rendre : cela te sera rendu à la résurrection des justes. » 
 Patrick Braud

Mots-clés : , , , , ,

7 août 2010

Agents de service

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Agents de service

 

Homélie du 19° Dimanche du temps ordinaire / Année C

08/08/2010

 

Agents de service dans Communauté spirituelle 129fwebTrois béatitudes en quelques lignes : l’événement est suffisamment rare pour ne pas laisser passer cette particularité de notre passage d’Évangile.

On est habitué aux quatre « heureux » des béatitudes de Luc (Lc 6), et plus encore au huit béatitudes  qu’on trouve chez Mathieu (Mt 5).

On oublie ces trois autres déclarations de bonheur que Jésus fait ici.

Or ces trois promesses – « qui feront des heureux » – sont toutes en lien avec le service, actif et vigilant :

- « heureux les serviteurs que le maître trouvera en train de veiller »

- « s’il revient à minuit et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils ! »

- « heureux serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail ».

 

L’insistance est si forte qu’on se dit qu’il y a là une clé pour aujourd’hui encore.

Se mettre au service, rester vigilants et actifs en ce service, c’est une source de bonheur pour demain (« lorsque le maître viendra »).

Pour demain : car, contrairement à ce qu’on croit trop facilement (parce qu’on voudrait utiliser la foi pour être heureux, c’est-à-dire se servir de la foi au lieu de la servir?), Jésus ne promet pas ici de bonheur immédiat. Il l’annonce pour le moment du retour du maître, c’est-à-dire de son retour à lui. D’ici là, il faut tenir, veiller sans voir venir, continuer à servir alors qu’apparemment on est tout seul et que le Christ semble bien loin…

 

Allusion sans doute aux premières générations des chrétiens, confrontés à la persécution, qui devaient tenir bon, rester fidèles, sans autre espérance que celle de rencontrer le Christ dans la même Pâque que lui (le martyre).

 

Allusion aujourd’hui à la condition ordinaire des chrétiens : servir.

Servir la croissance du monde à travers leur vie professionnelle.

Servir la croissance de la vie à travers leur famille.

Servir la beauté de la création grâce à la culture, les arts etc…

En ce sens, l’Église est fondamentalement diaconale, parce que être disciple du Christ, c’est durer dans le service, la plupart du temps sans rien voir de l’utilité réelle de ce service (« mon maître tarde à venir »).

Si l’Église ordonne quelques uns diacres, cela c’est justement pour rappeler à tous que la diaconie (= le service) est la condition ordinaire de la responsabilité chrétienne.

Rappelez-vous la béatitude (semblable aux trois nôtres) du lavement des pieds dans l’Évangile de Jean : « heureux serez-vous, si du moins vous le mettez en pratique » (Jn 13,17). Cette promesse liée au lavement des pieds rejoint la promesse liée au service – vigilant et actif – de ce dimanche.

 

Voilà pourquoi on a besoin des diacres : pour rappeler à tout chrétien qu’il est appelé au service, service de Dieu et service du frère, indissociablement unis.

Parce que la vocation de l’Église est d’être diaconale, servante de l’humanité, il faut qu’elle ordonne quelques-uns pour le rappeler à tous.

De même qu’elle ordonne quelques uns prêtres pour rappeler à tous qu’ils ont à vivre leur sacerdoce baptismal, c’est-à-dire à offrir leur vie au Père par le Christ dans l’Esprit.
Vous le savez, c’est le Concile Vatican II qui a ouvert la voie de la restauration du diaconat permanent, si florissant dans les premiers siècles. C’est « en vue du service » que le Concile l’a fait (Lumen Gentium 29, 63). La lettre aux catholiques de France précisait en 1996 : 
« Il est exclu de célébrer en vérité le mystère de la foi en s’en tenant à l’action cultuelle. Car le Dieu sauveur s’est lui-même identifié aux pauvres et aux petits? Le ministère des diacres nous rappelle tout particulièrement ce lien fondamental entre service de Dieu et service des hommes ».

Les diacres permanents nous rappellent cette dimension essentielle de l’Église, pour que le sacrement de l’autel et celui du frère ne soient jamais séparés l’un de l’autre…

 

Où en suis-je de cette attitude fondamentale de service ?

Surtout si j’ai reçu beaucoup (car alors « on me réclamera davantage ») : comment rester actif et éveillé dans la mise à disposition pour autrui de mes talents, de mes charismes ?

 

En entreprise, servir ses collaborateurs est la marque des grandes figures patronales. Loin d’écraser leurs équipes, les grands capitaines d’industrie libèrent l’énergie de leurs associés, leur donnent les moyens de grandir, font confiance, délèguent, catalysent leur enthousiasme…

Le service passe alors par le partage du pouvoir, du vouloir, de l’avoir : servir une aventure professionnelle commune demande cette vigilance active dont parle Jésus. Toujours sur le qui-vive pour promouvoir un collaborateur, un projet, une opportunité ; pour susciter une vision commune où chacun va donner le meilleur de lui-même ; pour partager les informations nécessaires ; pour partager jusqu’aux résultats financiers?

Leon HarmelUtopique ? Tant d’acteurs économiques – employés, ouvriers, cadres, actionnaires – ont été et sont toujours témoins que cette « utopie » du service est bien vivante et très féconde en entreprise ! Celui qui conçoit sa responsabilité comme un service, qu’il soit syndicaliste, opérateur sur une machine, hôtesse de caisse, cadre commercial ou grand patron, celui-là sait ce que Jésus veut dire : « heureux serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail ». Et le maître dont parle Jésus, c’est le maître des uns comme des autres, quelque soit leur position hiérarchique.

Chacun peut et doit répondre devant un « patron » plus grand que ceux qui l’entourent, et qui est commun à tous.

Or, lui répondre par le service – vigilant et actif – est le fondement du bonheur à venir…

 

Où en suis-je de cette attitude fondamentale de service ?…

 

Léon Harmel, figure du patronat chrétien « social »

 

1ère lecture : Dieu vient la nuit sauver son peuple (Sg 18, 6-9)

La nuit de la délivrance pascale avait été connue d’avance par nos Pères ; assurés des promesses auxquelles ils avaient cru, ils étaient dans la joie. Et ton peuple accueillit à la fois le salut des justes et la ruine de leurs ennemis. En même temps que tu frappais nos adversaires, tu nous appelais pour nous donner ta gloire. Dans le secret de leurs maisons, les fidèles descendants des justes offraient un sacrifice, et ils consacrèrent d’un commun accord cette loi divine : que les saints partageraient aussi bien le meilleur que le pire ; et déjà ils entonnaient les chants de louange des Pères.

Psaume : Ps 32, 1.12, 18-19, 20.22

R/ Bienheureux le peuple de Dieu !

 

Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes !
Hommes droits, à vous la louange  !
Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu,
heureuse la nation qu’il s’est choisie pour domaine  !

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier.
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi !

2ème lecture : La foi d’Abraham, modèle de la nôtre (brève : 1-2.8-12) (He 11, 1-2.8-19)

Frères,
la foi est le moyen de posséder déjà ce qu’on espère, et de connaître des réalités qu’on ne voit pas.
Et quand l’Écriture rend témoignage aux anciens, c’est à cause de leur foi.
Grâce à la foi, Abraham obéit à l’appel de Dieu : il partit vers un pays qui devait lui être donné comme héritage. Et il partit sans savoir où il allait.
Grâce à la foi, il vint séjourner comme étranger dans la Terre promise ; c’est dans un campement qu’il vivait, ainsi qu’Isaac et Jacob, héritiers de la même promesse que lui,
car il attendait la cité qui aurait de vraies fondations, celle dont Dieu lui-même est le bâtisseur et l’architecte.
Grâce à la foi, Sara, elle aussi, malgré son âge, fut rendue capable d’avoir une descendance parce qu’elle avait pensé que Dieu serait fidèle à sa promesse.
C’est pourquoi, d’un seul homme, déjà marqué par la mort, ont pu naître des hommes aussi nombreux que les étoiles dans le ciel et les grains de sable au bord de la mer, que personne ne peut compter.
C’est dans la foi qu’ils sont tous morts sans avoir connu la réalisation des promesses ; mais ils l’avaient vue et saluée de loin, affirmant que, sur la terre, ils étaient des étrangers et des voyageurs.
Or, parler ainsi, c’est montrer clairement qu’on est à la recherche d’une patrie.
S’ils avaient pensé à celle qu’ils avaient quittée, ils auraient eu la possibilité d’y revenir.
En fait, ils aspiraient à une patrie meilleure, celle des cieux. Et Dieu n’a pas refusé d’être invoqué comme leur Dieu, puisqu’il leur a préparé une cité céleste.
Grâce à la foi, quand il fut soumis à l’épreuve, Abraham offrit Isaac en sacrifice. Et il offrait le fils unique, alors qu’il avait reçu les promesses
et entendu cette parole :C’est d’Isaac que naîtraune descendance qui portera ton nom.
Il pensait en effet que Dieu peut aller jusqu’à ressusciter les morts : c’est pourquoi son fils lui fut rendu ; et c’était prophétique.

 

Evangile : Se tenir prêts pour le retour du Seigneur (brève : 35-40) (Lc 12, 32-48)

Jésus disait à ses disciples : « Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume.
Vendez ce que vous avez et donnez-le en aumône. Faites-vous une bourse qui ne s’use pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n’approche pas, où la mite ne ronge pas.
Car là où est votre trésor, là aussi sera votre coeur.
Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées.
Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.
Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour.
S’il revient vers minuit ou plus tard encore et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils !
Vous le savez bien : si le maître de maison connaissait l’heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison.
Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »
Pierre dit alors : « Seigneur, cette parabole s’adresse-t-elle à nous, ou à tout le monde ? »
Le Seigneur répond : « Quel est donc l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de ses domestiques pour leur donner, en temps voulu, leur part de blé ?
Heureux serviteur, que son maître, en arrivant, trouvera à son travail.
Vraiment, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens.
Mais si le même serviteur se dit : ‘Mon maître tarde à venir’, et s’il se met à frapper serviteurs et servantes, à manger, à boire et à s’enivrer,
son maître viendra le jour où il ne l’attend pas et à l’heure qu’il n’a pas prévue ; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles.
Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n’a pourtant rien préparé, ni accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups.
Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n’en recevra qu’un petit nombre. A qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage.
»
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

26 juin 2010

Du feu de Dieu !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Du feu de Dieu !

 

Homélie du 13° Dimanche du temps ordinaire / Année C

27/06/2010


« Ça marche du feu de Dieu ! »…

Qui n’a pas entendu ou utilisé cette expression enthousiaste qui salue le succès de l’action entreprise ?

Il vient de la Bible, ce « feu de Dieu » si prometteur. Mais l’évangile d’aujourd’hui semble prendre ses distances avec une démonstration de force de cette nature.

« – Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ?

- Mais Jésus se retourna et les interpella vivement. »

Pourquoi Jésus réagit-il ainsi, au lieu justement de montrer sa puissance, et de confondre radicalement ses adversaires ?

 

Reprenons l’histoire de cette expression : « le feu de Dieu », dans la Bible.

 

Du feu de Dieu ! dans Communauté spirituelle ch4ao9l4* Quand il tombe du ciel, le feu fait immanquablement penser à la foudre. Ce phénomène naturel a si fortement impressionné les civilisations traditionnelles qu’elles voyaient dans la foudre l’intervention de Dieu sur terre, avec terreur et tremblement.

Comme toute manifestation du sacré, cette théophanie est ambivalente, et peut signifier soit l’agrément par Dieu d’une demande de l’homme, soit au contraire la punition divine qui s’exerce en direct contre l’homme.

 

* Le premier sens, positif, du « feu de Dieu » se retrouve par exemple avec David. Il vient de recenser son peuple, et Dieu lui reproche ce péché d’orgueil (compter sur ses propres forces plus que compter sur Dieu seul). Dieu veut frapper le peuple de la peste en punition de cet orgueil. Mais David intercède, et pour cela construit un autel en offrant à Yahvé des holocaustes très chers pour lui demander d’épargner son peuple. « Alors Yahvé fit tomber le feu du ciel sur les holocaustes des sacrifices de David » (1Ch 21, 26). Et à partir de là, Dieu renonce à son châtiment.

Le « feu de Dieu »  est ici le signe de la miséricorde divine qui, à la prière humaine, accepte de détourner sa colère.

 

L’épisode se reproduit avec Salomon, pour que Dieu accepte d’habiter le Temple de Jérusalem. Après la consécration du Temple, Salomon prie, et le feu tombe du ciel pour agréer son offrande et faire du Temple un lieu de prière pour toutes les nations (2Ch 7,1).

Ces deux épisodes sont rappelés en 2Ma 2,10.

 

Le feu de Dieu qui tombe du ciel peut donc marquer l’agrément positif d’un Dieu qui accepte l’offrande humaine et s’engage à nouveau en alliance avec lui. L’expression en français vient sans doute de là.

* Le deuxième usage du « feu de Dieu » est nettement plus négatif, et plus courant dans la Bible. C’est le signe de la colère et de la punition divine.

C’est à cela que pense Luc dans notre évangile ; et encore plus loin, en 17,29, lorsqu’il rappelle que « Dieu fit pleuvoir du ciel du feu et du soufre sur Sodome », et qu’il en sera de même au jour du fils de l’Homme.

 

Le pauvre Job subit cette épreuve : « le feu de Dieu est tombé du ciel ; il a brûlé tes brebis et tes bergers » (Job 1,16). Le feu du ciel est ici synonyme du malheur innocent et injuste. C’est précisément parce qu’il est profondément injuste que Jésus condamne cet usage de la force divine, et oblige ses disciples rester non-violents.

Afficher l'image d'origine 

Le prophète Élie a lui aussi utilisé cette arme redoutable : pour battre les prophètes de Baal au mont Carmel dans leur concours d’holocaustes qui devaient s’enflammer (1R 18,38), pour faire dévorer ses ennemis qui consultaient d’autres dieux (2R 1,10 ; cf. Si 48,3).

Redoutable instrumentalisation de la puissance divine !

Élie apprendra à ses dépens, grâce à l’humble veuve de Sarepta, que forcer la main de Dieu pour une démonstration de violence ne convient pas du tout au Dieu d’Israël?

 

Jésus dénonce avec force le coup de force.

Jésus refuse vivement cette instrumentalisation de la puissance. Il sait qu’elle peut être malsaine, à l’image de la Bête de l’Apocalypse (la fameuse, dont le chiffre est 666), qui accomplit le prodige de faire descendre le feu du ciel sur la terre pour amener les hommes à l’adorer (Ap 13,13). L’instrumentalisation de cette violence se retournera contre le violent : l’immense armée de Satan sera dévorée par le feu descendu du ciel (Ap 20,9)

 

* On le voit : la tentation est grande, la tentation est constante d’utiliser le feu du ciel pour éliminer ceux qui ne pensent pas comme nous.

Du Hezbollah au Mossad, des fanatiques religieux à la nomenklatura stalinienne, des djihadistes à la Corée du Nord, beaucoup voudraient forcer le feu du ciel à tomber sur leurs ennemis pour les détruire.

 

Plus proche de nous, chacun n’est-il pas tenté d’utiliser la violence pour montrer qu’il a raison ? d’utiliser la prière pour servir ses intérêts, contre les gêneurs ? d’instrumentaliser Dieu pour le forcer à prendre parti dans nos querelles ? de se servir de sa puissance au lieu de servir sa volonté ?

 

En interpellant vivement Jacques et Jean qui réclament « le feu de Dieu » sur leurs ennemis, Jésus conteste radicalement cette instrumentalisation du Nom de Dieu hélas si courante aujourd’hui. Il les initie en même temps à l’amour des ennemis, clé de voûte du christianisme, qui est à rebours de cette volonté de puissance sur l’autre.

 

N’utilisez pas votre foi pour vous imposer avec violence !

Renoncez à instrumentaliser Dieu dans vos conflits politiques, économiques, familiaux, professionnels… Laissez Dieu être Dieu !

Renoncez à la violence pour convaincre.

Prenez plutôt avec courage votre chemin vers votre Jérusalem.

N’ayez pas d’autres rêves de puissance que d’être sans pierre où reposer la tête, libres de toute obligation sociale – même de deuil -, sans regarder en arrière…

 

 

 

 

1ère lecture : Élisée abandonne tout pour suivre Élie (1R 19, 16b.19-21)

 

Lecture du premier livre des Rois

Le Seigneur avait dit au prophète Élie : « Tu consacreras Élisée, fils de Shafate, comme profète pour te succéder. »
Élie s’en alla. Il trouva Élisée, fils de Shafate, en train de labourer. Il avait à labourer douze arpents, et il en était au douzième. Élie passa près de lui et jeta vers lui son manteau.
Alors Élisée quitta ses boeufs, courut derrière Élie, et lui dit : « Laisse-moi embrasser mon père et ma mère, puis je te suivrai. » Élie répondit : «Va-t’en, retourne là-bas ! Je n’ai rien fait. »
Alors Élisée s’en retourna ; mais il prit la paire de boeufs pour les immoler, les fit cuire avec le bois de l’attelage, et les donna à manger aux gens. Puis il se leva, partit à la suite d’Élie et se mit à son service.

 

Psaume : Ps 15, 1.2a.5, 7-8, 9-10, 2b-11

 

R/ Dieu, mon bonheur et ma joie !

Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait  de toi mon refuge.
J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. »

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon c?ur m’avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon c?ur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m’abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Je n’ai pas d’autre bonheur que toi.
Tu m’apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices !

 

2ème lecture : L’Esprit s’oppose à la chair et nous rend libres (Ga 5, 1.13-18)

 

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Galates

Frères,
si le Christ nous a libérés,
c’est pour que nous soyons vraiment libres. Alors tenez bon, et ne reprenez pas les chaînes de votre ancien esclavage.
Vous avez été appelés à la liberté. Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte pour satisfaire votre égoïsme ; au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres.
Car toute la Loi atteint sa perfection dans un seul commandement, et le voici :Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres.
Je vous le dis : vivez sous la conduite de l’Esprit de Dieu ; alors vous n’obéirez pas aux tendances égoïstes de la chair.
Car les tendances de la chair s’opposent à l’esprit, et les tendances de l’esprit s’opposent à la chair. En effet, il y a là un affrontement qui vous empêche de faire ce que vous voudriez.
Mais en vous laissant conduire par l’Esprit, vous n’êtes plus sujets de la Loi.

 

Evangile : Suivre Jésus sans condition sur la route de la Croix (Lc 9, 51-62)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route de Jérusalem.
Il envoya des messagers devant lui ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue.
Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.
Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ? »
Mais Jésus se retourna et les interpella vivement.
Et ils partirent pour un autre village.
En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. »
Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
Il dit à un autre : « Suis-moi. » L’homme répondit : « Permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. »
Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu. »
Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. »
Jésus lui répondit : « Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n’est pas fait pour le royaume de Dieu. » 

Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

19 juin 2010

Prendre sa croix chaque jour

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Prendre sa croix chaque jour

 

Homélie du 12° Dimanche du temps ordinaire / Année C

20/06/2010.

 

 

« Chacun sa croix » : l’expression est passée dans la sagesse populaire. Elle semble désigner l’incontournable part de malheur que tôt ou tard chaque être humain doit affronter et assumer. La « croix » à porter chaque jour prend alors la forme du handicap d’un enfant, d’un problème de santé récurrent, d’une brouille de famille inguérissable, d’un deuil survenu trop tôt etc?

 

Est-ce bien en ce sens que Jésus parle de « prendre sa croix chaque jour » ?

Pas si sûr…

 

La croix dont il parle n’est pas liée aux malheurs de la vie (qui sont dus à notre finitude) mais au « qui-perd-gagne » que lui-même a adopté comme ligne de conduite : « celui qui veut sauver sa vie la perdra ; celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera ».

Ce qui-perd-gagne n’a pas grand-chose à voir avec les épreuves qui nous tombent dessus parce que nous sommes limités et imparfaits. La croix de Jésus n’était pas la maladie, le handicap, la mort d’un proche ou l’échec professionnel. Non sa croix à lui, c’était le rejet, l’exclusion, l’abandon, à cause de sa volonté de faire corps avec les rejetés, les exclus, les abandonnés.

 

Comme l’annonce le prophète Zacharie dans la première lecture : « ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé » (Za 12,10), c’est-à-dire vers celui qui avait disparu de leur regard, celui qu’ils avaient effacé de la compagnie des hommes.

Ce qui « transperce » Jésus sur sa croix, c’est moins les clous dans ses poignets que le rejet de son peuple, voire le rejet de son Père (« mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »).

La croix pour Jésus, c’est descendre aux enfers, dans ces enfers sous-humains où l’homme se croie maudit des autres, maudit de Dieu. La vieille malédiction du Deutéronome pèse sur lui : « maudit soit l’homme qui pend au gibet de la croix » (Ga 3,13; Dt 21,23) ; elle l’assimile aux moins-que-rien : « il a été fait péché pour nous » (2Co 5,21).

 

Prendre sa croix n’est donc pas se résigner au malheur inévitable ; ce n’est pas non plus glorifier la souffrance (physique ou morale) comme si elle était chemin de salut. Souffrir n’est pas porter sa croix, mais porter sa croix fera passer au travers de la souffrance. Rappelez-vous que c’est à Gethsémani que Jésus sua du sang et de l’eau, alors qu’il n’était pas encore exposé à la souffrance physique.

Car le but n’est pas de souffrir ou de ne pas souffrir. Le but, c’est de donner sa vie avec le Christ et pour lui.

 

Prendre sa croix chaque jour dans Communauté spirituelle image012-9d7f6Chaque jour, nous est alors demandé de re-choisir ce que nous voulons vraiment vivre. Voulons-nous échapper aux problèmes de manière magique ? nous résigner ? nous révolter ? Ou voulons-nous d’abord livrer notre vie aux autres ? Si c’est cela, les conséquences de ce choix fondamental (« renoncer à soi-même ») se feront inévitablement sentir : vous prendrez des risques pour d’autres, vous serez  dénigrés, on cherchera à vous bousculer, à vous abattre ; vous ferez l’expérience du rejet, peut-être de l’abandon… Mais cela n’a rien à voir avec une sciatique chronique ou un chômage persistant !

 

Répétons-le : prendre sa croix, ce n’est pas se résigner devant les malheurs quotidiens, c’est quotidiennement vouloir donner sa vie pour les autres.

Ainsi un enseignant épanoui et reconnu portera sa croix chaque jour en se livrant avec passion à ses élèves

Un salarié en entreprise « prend sa croix » lorsqu’il se bat pour la performance, le respect de ses collègues, le bien commun à partager entre tous dans l’entreprise.

Une personne retraitée se charge de sa croix lorsqu’elle se lève le matin en cherchant comment mettre sa journée au profit de son quartier, sa famille, de ceux pour lesquels elle a enfin du temps à consacrer…

 

Bref : bannissons une conception trop fataliste et doloriste de la croix du Christ !

Prendre sa croix, c’est avec le Christ livrer sa vie par amour, et en chemin affronter avec courage les humiliations, les rejets, la souffrance morale et physique que ce choix va entraîner.

« Celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera ».

 

 

 

Première lecture : Lecture du livre de Zacharie (XII 10-11).

Parole du Seigneur. En ce jour-là, je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit qui fera naître en eux bonté et supplication. Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé ; ils feront une lamentation sur lui comme sur un fils unique ; ils pleureront sur lui amèrement comme sur un premier-né. En ce jour-là, il y aura grande lamentation dans Jérusalem.

 

Psaume 62

Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube :
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.

Je t’ai contemplé au sanctuaire,
j’ai vu ta force et ta gloire.
Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres !

Toute ma vie je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom.
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

Oui, tu es venu à mon secours :
je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
Mon âme s’attache à toi,
ta main droite me soutient.

2° lecture : Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Galates (III 26-29)

Frère, en Jésus Christ, vous êtes tous fils de Dieu par la foi. En effet, vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ ; il n’y a plus ni juif ni païen, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous, vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus. Et si vous appartenez au Christ, c’est vous qui êtes la descendance d’Abraham ; et l’héritage que Dieu lui a promis, c’est à vous qu’il revient.

 

Evangile de Jésus-Christ selon Saint Luc (IX 18-24).

Un jour, Jésus priait à l’écart. Comme ses disciples étaient là, il les interrogea : « Pour la foule, qui suis-je ? » Ils répondirent : « Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un prophète d’autrefois qui serait ressuscité. » Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre prit la parole et répondit : « Le Messie de Dieu. » Et Jésus leur défendit vivement de le révéler à personne, en expliquant : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. » Il leur disait à tous : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,
1...126127128129130