L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homelie demain

10 juillet 2010

Réintroduisons le long-terme dans nos critères de choix

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Réintroduisons le long-terme dans nos critères de choix

 

Homélie du 15° Dimanche du temps ordinaire / Année C

11/07/2010.

 

« Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? »

 

Drôle de question ! Qui paraît un peu décalée dans notre société.

En effet, la préoccupation sociale qui mobilise en France, c’est bien davantage la vie après le travail que la vie après la mort…

On défile pour garantir nos retraites.

On réfléchit pour les réformer.

Et on a raison.

On se pose la question :  

« que devons-nous faire pour avoir une bonne retraite ? », mais pas : « que devons-nous faire pour avoir la vie éternelle ?… »

 

Ce rétrécissement apparent de l’horizon est assez inquiétant.

Quoi : l’éternité n’intéressait plus personne ? La vie sur terre serait suffisante pour combler toutes nos aspirations ?

« C’est déjà si difficile d’arriver à bien vivre maintenant, dans quelques années, alors ne nous parlez pas du long terme, et encore moins du très long terme qu’est l’au-delà… »

Il y aurait alors comme une absorption de l’espérance chrétienne dans la seule préoccupation de l’aujourd’hui.

Avec le risque de transformer la foi en thérapie immédiate, l’espérance en promesse de bien-être, la charité en consolation sociale (le fameux « care » venu des USA).

 

Benoît XVI a bien vu ce danger d’immanentisme, c’est-à-dire de réduction de l’espérance chrétienne au seul horizon terrestre :

« Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? ». Cette question du jeune homme de l’Évangile semble éloignée des préoccupations de nombreux jeunes d’aujourd’hui, car, comme l’observait mon prédécesseur, « ne sommes-nous pas la génération pour laquelle le monde et le progrès temporel occupent totalement l’horizon de l’existence ? » (Lettre aux jeunes, n° 5). Pourtant, la question sur la « vie éternelle » affleure à des moments particulièrement douloureux de l’existence, quand nous subissons la perte d’un proche ou lorsque nous faisons l’expérience de l’échec.

Mais qu’est-ce que la « vie éternelle » à laquelle se réfère le jeune homme riche ? Jésus nous l’illustre quand, s’adressant à ses disciples, il affirme : « Je vous verrai de nouveau et votre c?ur sera dans la joie, et votre joie, nul ne vous l’enlèvera » (Jn 16, 22). Ces paroles indiquent une exaltante proposition de bonheur sans fin, la joie d’être comblés de l’amour divin pour toujours.

S’interroger sur l’avenir définitif qui attend chacun de nous donne un sens plénier à l’existence, car cela oriente le projet de vie vers des horizons ni limités ni passagers, mais immenses et profonds. Ces horizons nous portent à aimer le monde, tant aimé de Dieu, à nous consacrer à son développement, toujours avec la liberté et la joie qui naissent de la foi et de l’espérance. Ce sont des horizons qui aident à ne pas absolutiser les réalités terrestres, en sentant que Dieu nous prépare une perspective plus grande, et à répéter avec saint Augustin : « Désirons ensemble la patrie céleste, soupirons vers la patrie céleste, sentons-nous pèlerins ici-bas » (Commentaire de l’Évangile de saint Jean, Homélie 35, 9). Le regard fixé vers la vie éternelle, le bienheureux Pier Giorgio Frassati, mort en 1925 à l’âge de 24 ans, disait : « Je veux vivre et non pas vivoter ! » et, sur la photo d’une escalade, envoyée à un ami, il écrivait : « Vers le haut », faisant allusion à la perfection chrétienne, mais aussi à la vie éternelle.

Chers jeunes, je vous exhorte à ne pas oublier cette perspective dans votre projet de vie : nous sommes appelés à l’éternité. Dieu nous a créés pour demeurer avec lui, pour toujours. Elle vous aidera à donner un sens plénier à vos choix et à apporter de la qualité à votre existence.

Message pour les JMJ 2010

 

Aurons-nous le courage de nous interroger sur notre avenir définitif en Dieu même ?

« Que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ? »

Il nous faut donc réintroduire ce très long-terme dans nos critères de choix et d’action.

 

C’est déjà très difficile, et à contre-courant, de réintroduire le long-terme dans les choix d’une famille, d’une entreprise ou d’une nation (voire de l’humanité, cf. écologie). Pourtant, cela sera salutaire. Le rétrécissement de l’horizon humain au seul court terme est irrationnel, et devient insupportable… à long terme !

Paradoxalement, le désintérêt pour le long terme finit toujours par appauvrir le présent.

Combien d’entreprises n’ont pas de vision au-delà de 6 mois !?  Combien de jeunes cherchant un emploi s’entendent dire: « on ne sait pas si on sera encore là l’an prochain; alors de là à embaucher !… »

On oublie qu’en cherchant « le royaume de Dieu et sa justice », tout le reste est donné, « par dessus le marché ».

 

Il y eut des époques où la vie éternelle était la clé de voûte pour penser l’organisation sociale, économique, familiale.

- Rappelez-vous l’invention des cimetières dans la ville, et non plus hors la ville comme l’exigeait  la loi romaine dans les premiers siècles : la mort devenait familière, et orientait toute l’activité humaine.

- Regardez ce qu’a produit le culte des martyrs (pour qui la vie éternelle était plus importante que la survie présente), dans le sens de l’offrande de soi pour toujours.

- Mesurez à nouveau la fécondité et l’essor des monastères : tournés vers la vie éternelle, ils relativisaient l’ordre établi, défrichant les terres, assainissant les marais, instruisant les populations, publiant des livres, humanisant les moeurs environnantes?

- Plus près de chez nous, relisez les écrits des dissidents du communisme au XXe siècle : la source de leur courage était dans leur quête de la vie éternelle, qui les amenaient à résister  sans peur.

 

Si le souci de la vie éternelle venait à s’éteindre dans notre culture, ce formidable rétrécissement provoquerait des violences et des irrationalités inhumaines. Sans compter les sectes et autres folles pensées qui proliféreraient sur cet oubli et sur l’exploitation de cette aspiration toujours présente au coeur de l’homme.

 

« Que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ? »

La question est double en fait. Il y a celle du choix de vie : « que dois-je faire ? » Et la question de l’orientation de ce projet de vie : « pour obtenir la vie éternelle ».

 

Poser la question de l’orientation ultime est un énorme service que nous pouvons rendre à la société et aux gens autour de nous. Non pas pour les détourner du présent. Mais pour ordonner l’aujourd’hui à un horizon immensément plus grand.

« La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu… »

 

Puissions-nous orienter notre intelligence, notre énergie, notre argent même, vers la quête ultime à laquelle toutes les autres quêtes peuvent contribuer et s’ordonner.

Réintroduisons le long-terme dans nos critères de choix.

1ère lecture : La loi de Dieu dans le coeur de l’homme (Dt 30, 10-14)

Moïse disait au peuple d »Israël : « Écoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses ordres et ses commandements inscrits dans ce livre de la Loi ; reviens au Seigneur ton Dieu de tout ton c?ur et de toute ton âme.
Car cette loi que je te prescris aujourd’hui n’est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte.
Elle n’est pas dans les cieux, pour que tu dises : « Qui montera aux cieux nous la chercher et nous la faire entendre, afin que nous la mettions en pratique ? »
Elle n’est pas au-delà des mers, pour que tu dises : « Qui se rendra au-delà des mers nous la chercher et nous la faire entendre, afin que nous la mettions en pratique ? »
Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton coeur afin que tu la mettes en pratique. »

 

Psaume : Ps 18, 8, 9, 10, 11

R/ Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance !

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples. 

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le coeur ; 
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard. 

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ; 
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables : 

plus désirables que l’or,
qu’une masse d’or fin, 
plus savoureuses que le miel
qui coule des rayons.

2ème lecture : Primauté du Christ dans la création et dans l’Église (Col 1, 15-20)

Le Christ est l’image du Dieu invisible, le premier-né par rapport à toute créature,
car c’est en lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, les êtres visibles et les puissances invisibles :tout est créé par lui et pour lui.
Il est avant tous les êtres, et tout subsiste en lui.
Il est aussi la tête du corps, c’est-à-dire de l’Église. Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, puisqu’il devait avoir en tout la primauté.
Car Dieu a voulu que dans le Christ toute chose ait son accomplissement total.
Il a voulu tout réconcilier par lui et pour lui,sur la terre et dans les cieux,en faisant la paix par le sang de sa croix.

Evangile : La loi d’amour : le bon Samaritain (Lc 10, 25-37)

Pour mettre Jésus à l’épreuve, un docteur de la Loi lui posa cette question : « Maître, que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle ? »
Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Que lis-tu ? »
L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. »
Jésus lui dit : « Tu as bien répondu. Fais ainsi et tu auras la vie. »
Mais lui, voulant montrer qu’il était un homme juste, dit à Jésus : « Et qui donc est mon prochain ? »
Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé, roué de coups, s’en allèrent en le laissant à moitié mort.
Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté.
De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté.
Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de pitié.
Il s’approcha, pansa ses plaies en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui.
Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : ‘Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.’
Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme qui était tombé entre les mains des bandits ? »
Le docteur de la Loi répond : « Celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi fais de même. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

17 avril 2010

Les 7 mercenaires

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les 7 mercenaires

 

Homélie du 3° Dimanche de Pâques / année C

18/04/2010

 

Ils ne sont plus que 7 : Simon-Pierre, Thomas, Nathanaël, les deux fils de Zébédée, et deux autres disciples.

7 sur les 12 qui constituaient le groupe des proches, des intimes.

Et ces 7 là sont retournés à leur métier ordinaire : « je m’en vais à la pêche », dit Simon-Pierre.

On sent pointer la lassitude, le côté désabusé au lendemain d’une grande aventure qui s’est mal terminée. D’autant que cette pêche nocturne est stérile : la fatigue de travailler pour rien s’ajoute à la désillusion d’avoir suivi Jésus pour rien…

 

Les 7 mercenaires dans Communauté spirituelle 3700259801287Connaissez-vous le film « les sept mercenaires » ? C’est un best-seller du western américain, lui-même repris du best-seller japonais : « les sept samouraïs ». On y voit 7 hommes de main, yakuzas ou pistoleros, se laisser embaucher par des villageois ignares en matière de combat pour les défendre, moyennant un salaire peu reluisant où ils ont mis toutes leurs économies. Au fil de la résistance qu’ils organisent, ces mercenaires se transforment en défenseurs des plus faibles. Ces yakuzas vont mettre leur honneur à combattre la violence injuste plus qu’à toucher leur prime ou à faire briller leur réputation. Plus encore, ils accepteront de mourir pour défendre ces paysans abrutis. Plus encore, ils feront de ces villageois une armée digne de ce nom, fiers de se battre pour leur liberté.

 

Le parcours de nos sept disciples a peut-être des consonances avec celui de ces sept mercenaires.

- Simon Pierre avait revendiqué sa prime : « nous avons tout quitté pour toi. Quelle sera notre récompense ? » (Mt 19,27)

- Thomas avait eu des accents de desperado prêt au pire : « Allons, nous aussi, pour mourir avec lui ! » (Jn 11, 16) Il était complètement perdu devant l’itinéraire de Jésus : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin? » (Jn 14,5)

- Les fils de Zébédée avaient rêvé de gloire politique et médiatique : « Accorde-nous, lui dirent-ils, de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire » (Mc 10, 37). Ils aspiraient à une domination écrasante de leurs adversaires : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions au feu de descendre du ciel et de les consumer ? » (Lc 9,54)

- Nathanaël était fasciné par la capacité divinatoire de Jésus : « d’où me connais-tu ? » (Jn 1, 48)

- Les 7 avaient suivi Jésus pour du pain et des miracles plus que pour partager sa Passion…

 

Et puis, au fil du parcours avec cet homme déroutant, ils se sont laissés littéralement dé-router, emmener là où ils n’avaient pas prévu d’aller.

- De la recherche de gloire, ils en viendront à être « tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus » (Ac 5,41).

- De la course à la première place, ils passeront au rôle de témoin d’un Autre : « quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, avec l’Esprit Saint ». (Ac 5,39)

- De l’amour de la réussite à la manière humaine, ils passeront à l’amour du Christ en personne : « oui Seigneur, je t’aime » (Jn 21,15). 

 

La clé de cette transformation est livrée par le Ressuscité lui-même : « quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller » (Jn 21,18).

C’est le chemin que Jésus a suivi en premier : ne pas s’appartenir ; se laisser conduire, par amour, là où on n’avait pas prévu ni calculé d’aller ; laisser l’Esprit du Christ nous « ceinturer » et nous emmener ailleurs…

 

Cette transformation pascale, de mercenaire à disciple, peut devenir la nôtre.

Cette métamorphose, de samouraï à sauveur, est le sens de la fête de Pâques que nous déployons pendant ces 50 jours de fête jusqu’à Pentecôte.

 

Faites jouer ce passage dans votre vie professionnelle :

- Quand et avec qui êtes-vous  plutôt « mercenaire » dans votre attitude professionnelle ?

- Vous est-il arrivé d’aller au-delà, et de vous mettre réellement au service d’un client, d’un collaborateur ?

- Vous est-il arrivé de vous laisser entraîner – de manière heureuse ! – dans d’autres parcours professionnels, dans d’autres objectifs ou initiatives que vous n’aviez pas prévues ?

- Comment accepter de ne pas tout maîtriser dans ce contexte professionnel, et en même temps de se laisser conduire dans des relations de travail autres, vers un travail lui-même profondément renouvelé ?

 

Soyez attentifs à ce que l’Esprit manifeste de puissance de transformation dans votre vie professionnelle, et vous serez étonnés de ce que vous allez découvrir ; et vous serez conduits à travailler autrement. Et cela peut vous emmener très loin…

 

 

 

Cette puissance de transformation pascale joue également pour nos autres domaines de vie bien sûr ! (famille, amis, loisirs, engagements divers…)

Il s’agit d’entendre, en actes, ce que provoque l’appel du Christ dans nos vies : « suis-moi ».

1ère lecture : Les Apôtres persécutés à Jérusalem (Ac 5, 27b-32.40b-41)

Les Apôtres comparaissaient devant le grand conseil ; le grand prêtre les interrogea :
« Nous vous avions formellement interdit d’enseigner le nom de cet homme-là, et voilà que vous remplissez Jérusalem de votre enseignement. Voulez-vous donc faire retomber sur nous le sang de cet homme ? »
Pierre, avec les Apôtres, répondit alors : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.
Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous aviez exécuté en le pendant au bois du supplice.
C’est lui que Dieu, par sa puissance, a élevé en faisant de lui le Chef, le Sauveur, pour apporter à Israël la conversion et le pardon des péchés.
Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, avec l’Esprit Saint, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. »
Les Apôtres comparaissaient devant le grand conseil ; le grand prêtre les interrogea :
On interdit alors aux Apôtres, après les avoir fouettés, de parler au nom de Jésus, puis on les relâcha.
Mais eux, en sortant du grand conseil, repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus.
On interdit alors aux Apôtres, après les avoir fouettés, de parler au nom de Jésus, puis on les relâcha. Mais eux, en sortant du grand conseil, repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus.

 

Psaume : Ps 29, 3-4, 5-6ab, 6cd.12, 13

R/ Je t’exalte, Seigneur, toi qui me relèves

Quand j’ai crié vers toi, Seigneur,
mon Dieu, tu m’as guéri ;
Seigneur, tu m’as fait remonter de l’abîme
et revivre quand je descendais à la fosse.

Fêtez le Seigneur, vous, ses fidèles,
rendez grâce en rappelant son nom très saint.
Sa colère ne dure qu’un instant,
sa bonté toute la vie.

Avec le soir viennent les larmes,
mais au matin, les cris de joie !
Tu as changé mon deuil en une danse,
mes habits funèbres en parure de joie !

Que mon coeur ne se taise pas,
qu’il soit en fête pour toi ;
eet que sans fin, Seigneur, mon Dieu,
je te rende grâce !

 

2ème lecture : Gloire à l’Agneau immolé ! (Ap 5, 11-14)

Moi, Jean, dans ma vision, j’ai entendu la voix d’une multitude d’anges qui entouraient le Trône, les Vivants et les Anciens :i ls étaient des millions, des centaines de millions.
Ils criaient à pleine voix : « Lui, l’Agneau immolé, il est digne de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et bénédiction. »
Et j’entendis l’acclamation de toutes les créatures au ciel, sur terre, sous terre et sur mer ; tous les êtres qui s’y trouvent proclamaient :« A celui qui siège sur le Trône, et à l’Agneau,bénédiction, honneur, gloire et dominationpour les siècles des siècles. »
Et les quatre Vivants disaient : « Amen ! » et les Anciens se prosternèrent pour adorer.

 

Evangile : Apparition au bord du lac : la pèche miraculeuse (Jn 21, 1-19)

Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord du lac de Tibériade, et voici comment.
Il y avait là Simon-Pierre, avec Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres disciples.
Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, ils passèrent la nuit sans rien prendre.
Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.
Jésus les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » Ils lui répondent : « Non. »
Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson.
Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre l’entendit déclarer que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau.
Les autres disciples arrivent en barque, tirant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres.
En débarquant sur le rivage, ils voient un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain.
Jésus leur dit : « Apportez donc de ce poisson que vous venez de prendre. »
Simon-Pierre monta dans la barque et amena jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.
Jésus dit alors : « Venez déjeuner. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur.
Jésus s’approche, prend le pain et le leur donne, ainsi que le poisson.
C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.
Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »
Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. »
Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m’aimes ? » Pierre fut peiné parce que, pour la troisième fois, il lui demandait : « Est-ce que tu m’aimes ? » et il répondit : « Seigneur, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis.
Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. »
Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Puis il lui dit encore : « Suis-moi. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , ,

13 mars 2010

Ressusciter, respirer, se nourrir…

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Ressusciter, respirer, se nourrir…

ou

le lien entre Pâques et l’eucharistie

 

Homélie du 4° dimanche de carême / Année C

14/03/10

 

Nous sommes en plein carême. Nous accompagnons les catéchumènes, ces adultes qui se préparent – que nous préparons – au baptême pour la nuit de Pâques. L’événement du baptême est si fort qu’il en vient parfois à occulter les deux autres aspects de ce qui se passe dans la nuit de Pâques pour eux : la confirmation, et la première communion au corps du Christ (dans l’ordre).

 

Or ce lien entre les trois sacrements est capital. Le rituel de l’initiation chrétienne des adultes l’affirme avec force : « Par les sacrements de l’initiation chrétienne, les hommes, délivrés de la puissance des ténèbres, morts avec le Christ, ensevelis avec lui et ressuscités avec lui, reçoivent l’Esprit d’adoption des fils et célèbrent avec tout le peuple de Dieu le mémorial de la mort et de la résurrection du Seigneur » (n° 1).

« Les sacrements du baptême, de la confirmation et de l’eucharistie constituent la dernière étape de l’initiation chrétienne.  Recevant le pardon de leurs péchés, les catéchumènes sont incorporés au peuple de Dieu, adoptés comme fils de Dieu, introduits par l’Esprit Saint dans le temps de l’accomplissement des promesses, et ils goûtent déjà au festin du Royaume de Dieu par le sacrifice et le repas eucharistiques » (n° 202).

 

Ressusciter, respirer, se nourrir... dans Communauté spirituelle rdv_pessah_matzah_275Notre première lecture est facilement réinterprétable dans ce sens : « les fils d’Israël célébrèrent la Pâque. Le lendemain de la Pâque, ils mangèrent le produit de cette terre : des pains sans levain et des épis grillés ». (Jo 5,10-12)

 

Célébrer la Pâque conduit logiquement à se nourrir d’autre chose que de la manne.

De même, être baptisé amène à chercher d’autres nourritures qu’avant le baptême, et le « pain sans levain » de l’eucharistie est la nourriture de celui qui est entré au-delà du Jourdain dans la terre de sa liberté.

Traverser le Jourdain, comme traverser la mer Rouge, c’est symboliquement traverser la mort, mourir à ses anciens esclavages.

Comme dans la parabole dite « du fils prodigue » d’aujourd’hui : le fils cadet traverse la famine, la misère, la honte d’être moins qu’un porc, et revient vers son père… pour manger ! (« Moi ici je meurs de faim » Lc 15,17)

Et d’ailleurs, aussitôt son fils retrouvé, le père célèbre la Pâque de son fils? en faisant un festin ! (« mangeons et festoyons, car mon fils était mort et il est revenu à la vie » v. 24)

 

Jésus fait lui aussi ce lien entre la résurrection et la nouvelle nourriture : il ordonne de donner à manger à la jeune fille de 12 ans qu’il vient de réveiller (Lc 8,55) ; il va manger avec les pécheurs (Lc 5,30) ; il n’est pas comme la manne incapable de conjurer la mort, mais comme le pain de vie : « celui qui en mangera ne mourra pas » (Jn 6,50).

 

Le lien entre Pâques et l’eucharistie est donc fortement préfiguré dans toute la Bible, et il rejaillit sur l’unité entre les trois sacrements de l’initiation chrétienne.

- À quoi servirait de renaître si on ne nourrissait pas de cette vie nouvelle ? Ce serait de l’anorexie spirituelle ! Et pourtant, ce lien sans doute a été affaibli dans nos consciences, au point que beaucoup se disent catholiques sans  jamais nourrir cette identité catholique (et cette anorexie peut nous guetter tous, même temporairement…).

- Et réciproquement, quel sens cela aurait-il de venir communier sans enraciner cette démarche dans la Pâque du Christ ? Que voudrait dire « prendre l’hostie » si c’est seulement pour faire comme tout le monde (ou presque !), sans d’abord passer par la mort et la résurrection, c’est-à-dire sans vivre d’abord ce chemin de conversion ou nous mourons à nos esclavages pour renaître à notre vraie liberté, intérieure et extérieure ?

 

Josué fait traverser le fleuve, le peuple célèbre la Pâque, puis se nourrit du pain de la Terre promise.

Aujourd’hui, nous menons le combat spirituel du Carême, demain nous célébrerons la Pâque avec les catéchumènes en les baptisant, et avec eux nous nourrirons cette vie nouvelle grâce au pain de la Parole et de l’eucharistie.

 

C’est l’Esprit qui guide son peuple à travers toutes ces étapes.

C’est l’Esprit du sacrement de confirmation qui suscite la faim de liberté et le désir d’une autre nourriture.

C’est l’Esprit qui nous rend fermes (nous « con-firme ») dans cet état de ressuscités en nous faisant prendre une autre alimentation, bien plus « bio », « durable », « équitable » et « éthiquable » que l’ancienne !

 

Les catéchumènes baptisés, confirmés et eucharistiés lors de la nuit de Pâques nous conduirons ainsi à redécouvrir l’unité et la cohérence de l’initiation chrétienne.

Oui il y a un lien entre Pâques et l’eucharistie, et ce lien c’est l’Esprit « vivifiant » (cf. le Credo).

Oui il y a un lien entre notre baptême, notre confirmation, et notre participation au repas eucharistique.

Oui il y a un lien entre se réveiller d’entre les morts, se laisser conduire par l’Esprit, et se nourrir et du pain eucharistique.

Oui : ressusciter, respirer et se nourrir vont bien ensemble, au point que cesser l’un c’est mettre en péril les deux autres.

 

Et vous, sur lequel de ces trois verbes devez-vous mettre l’accent pour terminer ce Carême en beauté ?

 

1ère lecture : L’arrivée en Terre Promise et la célébration de la Pâque (Jos 5, 10-12)

Lecture du livre de Josué

Après le passage du Jourdain, les fils d’Israël campèrent à Guilgal et célébrèrent la Pâque le quatorzième jour du mois, vers le soir, dans la plaine de Jéricho.
Le lendemain de la Pâque, ils mangèrent les produits de cette terre : des pains sans levain et des épis grillés.
A partir de ce jour, la manne cessa de tomber, puisqu’ils mangeaient les produits de la terre. Il n’y avait plus de manne pour les fils d’Israël, qui mangèrent cette année-là ce qu’ils récoltèrent sur la terre de Canaan.

 

Psaume : Ps 33, 2-3, 4-5, 6-7

R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur

 

Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m’entendent et soient en fête !

Magnifiez avec moi le Seigneur,
exaltons tous ensemble son nom.
Je cherche le Seigneur, il me répond :
de toutes mes frayeurs, il me délivre.

Qui regarde vers lui resplendira,
sans ombre ni trouble au visage.
Un pauvre crie ; le Seigneur entend :
il le sauve de toutes ses angoisses.

 

2ème lecture : Réconciliés avec Dieu par le Christ (2Co 5, 17-21)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, si quelqu’un est en Jésus Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né.
Tout cela vient de Dieu : il nous a réconciliés avec lui par le Christ, et il nous a donné pour ministère de travailler à cette réconciliation.
Car c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui ; il effaçait pour tous les hommes le compte de leurs péchés, et il mettait dans notre bouche la parole de la réconciliation.
Nous sommes donc les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui, en fait, vous adresse un appel. Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu.
Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché des hommes, afin que, grâce à lui, nous soyons identifiés à la justice de Dieu.
Frères, si quelqu »un est en Jésus Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s »en est allé, un monde nouveau est déjà né
Frères, nous sommes les ambassadeurs du Christ, et par nous c »est Dieu lui-même qui, en fait, vous adresse un appel. Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu.

 

Evangile : Parabole du père et de ses deux fils (Lc 15, 1-3.11-32)

Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter.
Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »
Alors Jésus leur dit cette parabole :
Jésus disait cette parabole : « Un homme avait deux fils.
Le plus jeune dit à son père : ‘Père, donne-moi la part d’héritage qui me revient.’ Et le père fit le partage de ses biens.
Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il gaspilla sa fortune en menant une vie de désordre.
Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans cette région, et il commença à se trouver dans la misère.
Il alla s’embaucher chez un homme du pays qui l’envoya dans ses champs garder les porcs.
Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien.
Alors il réfléchit : ‘Tant d’ouvriers chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim !
Je vais retourner chez mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi.
Je ne mérite plus d’être appelé ton fils. Prends-moi comme l’un de tes ouvriers.’
Il partit donc pour aller chez son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de pitié ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers.
Le fils lui dit : ‘Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils…’
Mais le père dit à ses domestiques : ‘Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller. Mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds.
Allez chercher le veau gras, tuez-le ; mangeons et festoyons.
Car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.’ Et ils commencèrent la fête.
Le fils aîné était aux champs. A son retour, quand il fut près de la maison, il entendit la musique et les danses.
Appelant un des domestiques, il demanda ce qui se passait.
Celui-ci répondit : ‘C’est ton frère qui est de retour. Et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a vu revenir son fils en bonne santé.’
Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père, qui était sorti, le suppliait.
Mais il répliqua : ‘Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais désobéi à tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis.
Mais, quand ton fils que voilà est arrivé après avoir dépensé ton bien avec des filles, tu as fait tuer pour lui le veau gras !’
Le père répondit : ‘Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi.
Il fallait bien festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ! »

Patrick BRAUD 

Mots-clés : , , , ,

28 novembre 2009

Le syndrome du hamster

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le syndrome du hamster


Homélie du 1° dimanche de l’Avent

Dimanche 29 Novembre 2009 / Année C

Un avertissement solennel

« Restez éveillés et priez en tout temps » nous avertit Jésus dans cet évangile de début d’année liturgique.

C’est donc que le risque est grand de nous endormir? Dans la vie trépidante  actuelle, ce risque se conjugue plutôt en termes d’horizontalisme. Notre vie risque de tourner en rond si nous ne laissons pas suffisamment de place à la transcendance, et la prière est justement chargée de maintenir cette dimension  « verticale » dans nos existences.

« Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre c?ur ne s’alourdisse dans la débauche, l’ivrognerie et les soucis de la vie » : ce n’est sans doute pas ce qui vous guette, mais les soucis ordinaires de la vie sont du même ordre. Absorbés par le boulot, les problèmes quotidiens, nous avons du mal à « lever la tête », et à ne pas perdre de vue l’horizon de la promesse qui donne sens à toutes nos activités, utiles par ailleurs.

 

Le hamster qui pédale sur place

Le syndrome du hamster dans Communauté spirituelle hamster-dans-une-roue-thumb3314299Vous avez sûrement déjà vu un hamster dans sa cage circulaire : il court, il pédale, il s’agite, et s’étourdit dans le tourbillon de sa cage, mais en réalité fait du sur place. C’est l’illusion d’être libre, alors qu’on ne fait que bouger dans une cage, dorée ou non. C’est l’illusion d’une vie active, alors qu’elle ne décolle pas d’une excitation stérile.


Bon nombre de gens mènent une vie de hamster, jusqu’à ce que l’existence leur fournisse un de ces chocs qui réveilleraient même un animal en cage. Ce choc peut s’appeler éblouissement intérieur, deuil, lecture biblique, amour intense? Il arrive aussi que vers le milieu de la vie, le hamster lève les yeux vers au-delà de la cage, et devine un autre univers, une autre liberté : c’est alors que surviennent des ruptures brutales qui étonnent son entourage.

Mais la plupart des gens continuent obstinément de faire tourner les barreaux, trouvant dans la vitesse assez d’ivresse pour ne pas réveiller leur conscience.

La vitesse peut ressembler au rythme d’un métier auquel tout sacrifier, à une certaine façon de consommer, de se distraire ou de survivre qui évite soigneusement les questions essentielles.

L’ivresse peut tenir à la satisfaction légitime d’être reconnu dans telle ou telle activité, voire de se sentir indispensable.

Le résultat est que les hamsters vivent vieux, mais vivent peu?


Nous souffrons du syndrome du hamster lorsque nous nous laissons enfermer dans le court terme : les rythmes professionnels n’invitent que trop rarement à « lever la tête » et à imaginer ce que deviendra l’entreprise dans les 10 ou 20 ans à venir. Bien souvent hélas, raisonner à trois mois est déjà un exploit? Or la vision commune d’un horizon à long terme est essentielle à équipe de collaborateurs. Pour pouvoir se projeter, pour mobiliser son énergie, une équipe a besoin d’une telle vision qui dépasse la seule gestion des impératifs immédiats.

 

Nous souffrons du syndrome du hamster lorsque nous nous laissons enfermer dans l’urgence : urgences familiales (les enfants à aller chercher, les courses à faire, l’autorité à rétablir?), urgences professionnelles (des « trous à boucher », des rapports à préparer pour le lendemain, des réunions qui s’enchaînent sans les préparer vraiment?). Même l’Église n’échappe pas à cette pression : vite, préparer telle liturgie qui arrive ; vite, trouver un remplaçant pour un prêtre malade ou absent ; vite, décider qui va faire quoi dans l’organisation d’un événement qui approche etc?

Or nous savons bien que les décisions prises dans l’urgence ne sont pas toujours les meilleures, loin de là. Nous savons bien que le court terme est desséchant à la longue : avoir toujours « le nez dans le guidon » fait s’éloigner de l’essentiel, et appauvrit les relations de travail, de collaboration, de famille?

 

Le poulain du Mont Saint Michel, ou l’anti-hamster

Si vous allez un jour visiter le Mont Saint Michel, regardez attentivement le système qu’on inventé les moines de jadis pour hisser leurs provisions en haut du Mont. Voilà de quoi inverser la tendance « hamstérienne » !

 

En effet, lorsque les moines étaient sur le Mont, ils n’avaient pas de digue au début pour le relier à la terre. Et pas de moteur ni d’ascenseur pour monter les provisions et les matériaux de construction.

  

Alors ils avaient réinventé la cage des hamsters, mais en transformant son fonctionnement : une grande cage en bois de 5 ou 6 m de diamètre était reliée par un câble à un traîneau qui courait à la verticale des remparts (le « poulain »).

 

En « pédalant » dans cette cage, les moines pouvaient ainsi remonter des charges énormes qu’ils n’auraient pas pu hisser autrement. Comme quoi il suffit d’un peu d’imagination pour transformer une galère en ?uvre utile?


Bref, si le sentiment de vanité vous envahit, si vous avez l’impression que votre liberté n’est que surveillée, si tout ce à quoi vous trouviez du plaisir auparavant vous laisse un arrière-goût d’animal en cage, c’est que vous êtes victime du syndrome du hamster. Réagissez d’urgence : quittez la cage, ou transformez-la en « poulain », comme les moines du Mont Saint Michel !

 

1ère lecture : Annonce de la venue du Messie (Jr 33, 14-16)

 

Lecture du livre de Jérémie

Parole du Seigneur : Voici venir des jours où j’accomplirai la promesse de bonheur que j’ai adressée à la maison d’Israël et à la maison de Juda :
En ces jours-là, en ce temps-là,je ferai naître chez David un Germe de justice,et il exercera dans le pays le droit et la justice.
En ces jours-là, Juda sera délivré,Jérusalem habitera en sécurité,et voici le nom qu’on lui donnera :« Le-Seigneur-est-notre-justice ».

 

Psaume : Ps 24, 4-5ab, 8-9, 10.14

 

R/ Vers toi, Seigneur, j’élève mon âme, vers toi, mon Dieu

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve. 

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

Les voies du Seigneur sont amour et vérité
pour qui veille à son alliance et à ses lois.
Le secret du Seigneur est pour ceux qui le craignent ;
à ceux-là, il fait connaître son alliance.

2ème lecture : Comment se préparer pour le jour du Seigneur(1Th 3, 12 — 4, 2)

 

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères, que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous.
Et qu’ainsi il vous établisse fermement dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, pour le jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les saints.
Pour le reste, vous avez appris de nous comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu ; et c’est ainsi que vous vous conduisez déjà. Faites donc de nouveaux progrès, nous vous en prions, frères, nous vous le demandons dans le Seigneur Jésus.
D’ailleurs, vous savez bien quelles instructions nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus.

 

Evangile : L’attente de la venue du Fils de l’homme (Lc 21, 25-28.34-36)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.
Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire.
Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.
Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre coeur ne s’alourdisse dans la débauche, l’ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste.
Comme un filet, il s’abattra sur tous les hommes de la terre.
Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. »
Patrick Braud    

Mots-clés : , , ,
1...2324252627