L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Recherche : homelie attentats

27 juillet 2016

Vanité des vanités…

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Vanité des vanités…

 

Cf. également :

La double appartenance

Gardez-vous bien de toute âpreté au gain !

 

Homélie du 18° dimanche du temps ordinaire / Année C
31/07/1016

 

Vanité des vanités…

Afficher l'image d'origineOn doit à Bossuet, « l’aigle de Meaux », d’avoir fait tonner à jamais ce célèbre début du livre de Qohélet devant les puissants de ce monde. C’était pour l’oraison funèbre d’Henriette d’Angleterre (1670). L’évêque de Meaux voulait ainsi frapper la conscience de toutes les cours royales d’Europe : leurs titres ne les mettent pas à l’abri de la mort, leur prestige n’est que passager, leur gloire éphémère. Plutôt que de s’épuiser à courir après les vanités de ce monde, qu’ils réfléchissent sur les drames actuels afin de revenir à l’essentiel.

« Vanité des vanités, et tout est vanité ! C’est la seule parole qui me reste ; c’est la seule réflexion que me permet, dans un accident si étrange, une si juste et si sensible douleur. (…)

Non, après ce que nous venons de voir, la santé n’est qu’un nom, la vie n’est qu’un songe, la gloire n’est qu’une apparence, les grâces et les plaisirs ne sont qu’un dangereux amusement : tout est vain en nous, excepté le sincère aveu que nous faisons devant Dieu de nos vanités, et le jugement arrêté qui nous fait mépriser tout ce que nous sommes. [...]

Après les attentats de Nice et hier de St Etienne du Rouvray, ces paroles soulignent encore plus fortement la fragilité de toute vie humaine.

Notre première lecture de ce dimanche sonne donc comme un avertissement à tous ceux qui dépensent tant d’énergie pour des futilités. Que restera-t-il de vos efforts pour être riche, célèbre, reconnu dans un siècle ? Dans 1000 ans ? Qui se souviendra de votre nom ou de votre fortune dans quelques millions d’années, alors que peut-être l’espèce humaine aura disparu ?

Ce constat réaliste et humble de Qohélet frappe d’autant plus que c’est un roi de Jérusalem, fils de roi de Jérusalem qui l’écrit. Il a goûté à la gloire politique et l’a trouvée vaine. En hébreu, vanité désigne la buée du matin, le brouillard inconsistant qui flotte au-dessus des choses et se dissipe aux premières lueurs. Les hommes se laissent si facilement fasciner par l’écume des jours ! Ils courent après les médailles comme un nourrisson après un hochet. Ils désirent la richesse comme un chien son écuelle. Il croit leurs amours éternelles alors que le temps engloutira tout, très vite.

 

Carnifex gloriae

Il n’y a pas que la Bible pour faire ce constat – un peu amer – de l’inconsistance de toute chose. Souvenez-vous du carnifex gloriae. Lors du triomphe des empereurs romains où ils défilaient, magnifiques, acclamés par la foule de Rome, un esclave était chargé de rester assis à côté de César pour lui murmurer régulièrement à l’oreille : « memento mori : n’oublie pas que tu vas mourir… » On appelait cet esclave le carnifex gloriae : le bourreau de la gloire, parce qu’il faisait éclater la bulle d’ivresse qui s’empare toujours des puissants lors du triomphe…

Afficher l'image d'origine 

Charogne

Plus près de nous, les poètes, cherchant une réalité plus grande que le visible, ont souvent dénoncé les prétentions de l’instant présent à se croire éternel. Relisez le poème de la Rose de Ronsard, ou la description que fait Baudelaire d’une charogne animale croisée sur le chemin avec sa belle :

Afficher l'image d'origine« Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d’été si doux :
Au détour d’un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l’air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d’une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d’exhalaisons. (…)

Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s’épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l’herbe
Vous crûtes vous évanouir.

Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D’où sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le long de ces vivants haillons. (…)

- Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
À cette horrible infection,
Étoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion !

Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces,
Après les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l’herbe et les floraisons grasses,
Moisir parmi les ossements. »

La beauté des corps est aussi vanité. Elle s’évanouit aussi vite qu’elle est venue. Que valent quelques années d’un corps éblouissant devant la décomposition et le recyclage cosmique à venir ?

Mujô : l’impermanence dans la culture japonaise

La culture japonaise, digérant l’apport du bouddhisme sur l’illusion et l’impermanence du monde, en a déduit un art de vivre où justement l’éphémère a une place sociale centrale, comme pour rappeler à chacun la vanité de toute chose.

Afficher l'image d'origineDans le syncrétisme japonais, cette idée que chaque phénomène contient sa propre disparition, l’idée de non-consistance de l’existence amenée à se répéter est exprimée dans le terme mujô, littéralement l’impermanence. L’idée n’est pas abstraite. Les Japonais ressentent l’impermanence dans leur quotidien. Vu de l’extérieur, il est aisé de prendre le caractère éphémère de la culture japonaise comme une ignorance des choses matérielles. Au contraire, il existe un intérêt pour le phénomène en soi, si superficiel qu’il paraisse. Cette inclination se retrouve dans le domaine esthétique, dans les oeuvres d’art, dans la littérature, dans l’art d’arranger les fleurs coupées – l’ikebana – qui par essence est un art éphémère. La cuisine (cf. les sushis) repose sur une forme de spontanéité et sur la pureté intacte des aliments. Dans la calligraphie, le geste n’est précédé d’aucun essai. Il doit être réalisé dans l’instant et porter en lui la trace de son mouvement. Il en va de même dans l’art d’emballer les paquets, toujours très attentionné, bien qu’ils soient destinés à être déchirés. Les risques auxquels l’île est exposée depuis toujours (tsunamis, tremblements de terre, éruptions volcaniques…) ont renforcé ce sentiment de fragilité radicale.

Le sentiment de l’impermanence de l’existence se traduit chez les Japonais par la valorisation du présent habité par la conscience que tout passe, tout périt, alors autant en profiter !

 

Les vanités baroques du XVIIe XIXe siècle dans la peinture

Les peintres flamands notamment mirent en scène à partir du XVe siècle des natures mortes allégoriques, destinées à rappeler aux spectateurs qu’ils ne sont que de passage, et que la beauté ou la richesse ne sont que vanités. Sur ces tableaux, un crâne rappelait par exemple notre condition humaine et sa finitude, avec une fleur coupée à gauche et un sablier inexorable à droite (cf. Jacques de Gheyn le jeune qui a peint la première Vanité vers 1603). Parmi les oeuvres célèbres françaises du 17e siècle, on peut citer Saint François en méditation (Le Caravage, vers 1602), Vanité (Philippe de Champaigne, vers 1650), La Madeleine à la veilleuse (Georges de La Tour, 1640) et de nombreuses Vanités de Simon Renard de Saint-André (1613-1677). Il existe aussi des vanités aux siècles suivants, par exemple Crâne de squelette fumant une cigarette (Van Gogh, 1886) ou encore Skull (Andy Warhol, 1976). L’art revient de façon récurrente sur ce thème de l’éphémère, et de la fugacité de l’existence humaine.

Afficher l'image d'origine

Le constat de Qohélet est ainsi largement partagé par des univers très différents !

 

Puisque tout est vain

Quelle conclusion tirer de ce constat si largement partagé par la sagesse des peuples : tout passe, tout est vanité ?

·    Certains vont refluer sur ce qu’ils appellent l’instant présent. Jamais atteint, toujours devant, déjà derrière, c’est le fameux carpe diem où l’homme essaie de saisir le présent à deux mains pour le savourer le plus intensément possible. Mais n’est pas grizzli qui veut : saisir les saumons qui virevoltent en remontant la chute d’eau n’est pas donné à tout le monde, et le présent file entre les doigts plus sûrement que le saumon gluant entre les mains du pêcheur à mains nues…

Afficher l'image d'origine

·    D’autres vont dénoncer la radicale imposture qu’il y aurait justement à vouloir s’installer dans un présent insaisissable. Ils préfèrent alors supprimer la vanité du monde en se supprimant eux-mêmes dans le grand nirvana, où l’identité se dissout pour rejoindre le grand Tout, et ainsi ne plus souffrir de cette insoutenable légèreté de l’être. La fin du cycle de réincarnation dans le bouddhisme est le ouf de soulagement final où il n’y a plus l’impermanence parce qu’il n’y a plus d’être.

·    D’autres encore paniquent devant l’écume des jours atomisée sous leurs yeux. Ils cherchent à conjurer leur fragilité en laissant derrière quelque chose qui leur survivra – croient-ils – comme un dérisoire prolongement d’eux-mêmes. Ils écrivent des livres, bâtissent des empires, érigent des cités et des monuments, font des enfants, transmettent un héritage… Tout cela est vanité dans la mesure où de toute façon la mort les aura engloutis sans pouvoir jouir de leurs oeuvres après, et où en outre leur souvenir ne restera dans la mémoire que le temps des cercles concentriques se propageant sur l’eau après la chute du caillou dans l’océan…

 

Car elle passe, la figure de ce monde

Le christianisme quant à lui va s’appuyer sur la vanité du monde actuel pour espérer la consistance du monde à venir. Lors de la résurrection finale, inaugurée dans celle de Jésus de Nazareth, la mort sera vaincue, et avec elle la vanité des réalités d’ici-bas. Au paradis, on ne court pas après les médailles, les titres, les promotions ou les fortunes : on est devenu « participant de la nature divine », c’est-à-dire qu’on participe à la communion d’amour trinitaire qui fait que chacun trouve sa joie dans la relation d’intimité avec l’autre, tous les autres, immergés en Dieu sans être dissous pour autant. D’où l’invitation de Paul dans notre deuxième lecture : « recherchez donc les réalités d’en haut ! » (Col 3,1). Celles qui durent, celles qui viennent de Dieu et y ramènent.

Nos cimetières regorgent de plaques brisées et abandonnées sur lesquelles on devine un pitoyable « regrets éternels » dont la gravure est déjà illisible…

Pas besoin de plaques de marbre, d’hommages funéraires ni même de tombes fleuries pour passer la mort. C’est dès maintenant que la vie éternelle commence lorsque nous nous détournons des vanités idolâtrées par les hommes pour nous  convertir aux moeurs divines : humilité, don de soi, communion d’amour, confiance en Dieu…

Afficher l'image d'origineEst-ce à dire qu’il ne faut plus écrire, bâtir, composer, enfanter ?
Ce serait évidemment contraire à la mission confiée à l’homme dès la Genèse : être co-créateurs avec Dieu. Mais la conscience de la vanité de toute chose permet un détachement libérateur.
Si j’écris, ce n’est pas pour laisser une trace, mais pour communier avec d’autres dans la quête de l’essentiel.
Si je bâtis, ce n’est pas par illusion de mettre mon nom sur un domaine, mais pour démultiplier les possibilités d’habiter humainement notre terre.
Si je fais des enfants, ce n’est pas pour ne pas mourir, pour qu’ils soient un prolongement de moi, mais c’est gratuitement, pour qu’ils deviennent eux-mêmes, sans illusion sur ma propre mort.

Bonum diffusivum sui disaient les latins : l’essence du bien est de se diffuser lui-même par lui-même, sans autre raison. « La rose est sans pourquoi » écrivait Angélus Silésius (XVIIe), le pèlerin chérubinique.

Et Paul traduisait ainsi ce détachement de nos oeuvres auxquelles Qohélet nous invite finalement :

Je vous le dis, frères: le temps se fait court. Que désormais ceux qui ont femme vivent comme s’ils n’en avaient pas; ceux qui pleurent, comme s’il ne pleuraient pas; ceux qui sont dans la joie, comme s’ils n’étaient pas dans la joie; ceux qui achètent, comme s’ils ne possédaient pas; ceux qui usent de ce monde, comme s’ils n’en usaient pas vraiment. Car elle passe, la figure de ce monde. (1Co 7, 29-31)

 

Vanité des vanités, tout est vanité

Quelles sont les vanités après lesquelles nous courons actuellement ? Comment laisser Qohélet nous libérer de cette fascination pour l’inconsistant et l’éphémère ?

Et si l’été était une période propice – par le temps des vacances, du temps libre, de la lecture, de la musique, des balades… – pour retrouver une certaine distance afin  de ne pas nous identifier à nos oeuvres ?

 

 

1ère lecture : « Que reste-t-il à l’homme de toute sa peine ? »(Qo 1, 2 ; 2, 21-23)
Lecture du livre de Qohèleth

Vanité des vanités, disait Qohèleth. Vanité des vanités, tout est vanité !
Un homme s’est donné de la peine ; il est avisé, il s’y connaissait, il a réussi. Et voilà qu’il doit laisser son bien à quelqu’un qui ne s’est donné aucune peine. Cela aussi n’est que vanité, c’est un grand mal !
En effet, que reste-t-il à l’homme de toute la peine et de tous les calculs pour lesquels il se fatigue sous le soleil ? Tous ses jours sont autant de souffrances, ses occupations sont autant de tourments : même la nuit, son cœur n’a pas de repos. Cela aussi n’est que vanité.

Psaume : Ps 89 (90), 3-4, 5-6, 12-13, 14.17abc
R/ D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge.
(Ps 89, 1)

Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
À tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante :
elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.

Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la sagesse.
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.

Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu !
Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains.

2ème lecture : « Recherchez les réalités d’en haut ; c’est là qu’est le Christ » (Col 3, 1-5.9-11)
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Colossiens

Frères, si donc vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre.
En effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire. Faites donc mourir en vous ce qui n’appartient qu’à la terre : débauche, impureté, passion, désir mauvais, et cette soif de posséder, qui est une idolâtrie. Plus de mensonge entre vous : vous vous êtes débarrassés de l’homme ancien qui était en vous et de ses façons d’agir, et vous vous êtes revêtus de l’homme nouveau qui, pour se conformer à l’image de son Créateur, se renouvelle sans cesse en vue de la pleine connaissance. Ainsi, il n’y a plus le païen et le Juif, le circoncis et l’incirconcis, il n’y a plus le barbare ou le primitif, l’esclave et l’homme libre ; mais il y a le Christ : il est tout, et en tous.

Evangile : « Ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? » (Lc 12, 13-21)
Acclamation : Alléluia. Alléluia.
Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux ! Alléluia. (Mt 5, 3)
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. » Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? » Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. » Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté. Il se demandait : ‘Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.’ Puis il se dit : ‘Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens. Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.’ Mais Dieu lui dit : ‘Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?’ Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

30 mars 2016

Le Passe-murailles de Pâques

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le Passe-murailles de Pâques  

Homélie du 2° dimanche de Pâques / Année C 03/04/2016

Cf. également :

Le maillon faible

Que serions-nous sans nos blessures ?

Croire sans voir

Au confluent de trois logiques ecclésiales : la communauté, l’assemblée, le service public

Riches en miséricorde ?

 

Le Ressuscité, anti Garou-Garou

Afficher l'image d'origineVous souvenez-vous du Passe-murailles, ce héros fantastique du roman de Marcel Aymé ? C’est « un excellent homme nommé Dutilleul qui possédait le don singulier de passer à travers les murs sans en être incommodé. Il portait un binocle, une petite barbiche noire, et il était employé de troisième classe au ministère de l’Enregistrement. » Il profite de ce don insoupçonnable pour se venger de son chef honni, pour dérober de l’argent dans les banques (en signant ses forfaits « Garou-Garou »), et autres aventures incroyables.

Dans notre évangile de Jn 20,19-23, le ressuscité se joue des portes fermées et, tel un Passe-murailles, se manifeste au milieu de ses disciples alors que la peur les tenait repliés sur eux-mêmes. C’est le Passe-murailles à l’envers de Marcel Aymé en quelque sorte, puisqu’il se sert de ce don de Dieu non pour son intérêt, mais communiquer la vie et l’espérance.

Bien des commentaires savants, gêné par cette performance, essaient d’en minimiser la portée en réduisant cet épisode à la conscience que les disciples auraient eue de Jésus vivant dans leur prière. Mais le texte est clair : Jésus vient « alors que les portes étaient verrouillées ».

Qu’est-ce qui est le plus difficile, le plus incroyable : être ressuscité d’entre les morts ou franchir les portes fermées du cénacle ?

Jésus ressuscité a une nouvelle façon d’être au monde, ce que Paul appelle un « corps spirituel » faute d’avoir des mots pour décrire ce qui échappe à notre expérience ordinaire. Cette nouvelle relation au monde matériel s’affranchit des contraintes habituelles de l’espace-temps. Comment des portes fermées pouvaient-elles arrêter celui pour qui le rideau du temple se déchirait ? Car depuis ce déchirement du vendredi saint, les séparations entre Dieu et l’homme ne tiennent plus. En présence du Christ victorieux de la mort, cloisons humaines, barrières matérielles et morales, ethniques ou économiques sont inopérantes, et là n’est pas la moindre des bonnes nouvelles de Pâques !

 

Les murailles de la peur de l’autre

Faites la liste des portes fermées, des murailles érigées par les hommes encore aujourd’hui : le rideau de barbelés entre les USA et le Mexique, le mur de béton entre Israéliens et Palestiniens de Jérusalem, et maintenant à nouveau des kilomètres de surveillance politique policière et de fil de fer dans les pays d’Europe de l’Est pour éviter les flux massifs de réfugiés et de migrants venus de Libye, de Syrie, d’Irak, d’Iran, d’Afghanistan…

Fêter le Passe-murailles de Pâques oblige les chrétiens à ne pas sanctuariser cette peur de l’autre, à percer des passages dans ces frontières hostiles pour qu’elles ne soient plus étanches…

Afficher l'image d'origine 

Les murailles du communautarisme

Afficher l'image d'origineÀ l’intérieur de nos villes - et pas seulement Bruxelles comme les récents attentats viennent de le démontrer hélas - il y a des murs érigés par les communautés, volontairement ou non, entre elles. Allez donc demander une bière avec votre burger dans un kebab halal de certains quartiers ! Vous expérimenterez rapidement que vous ne faites pas partie de la communauté se rassemblant ici. La cuisine dressera une barrière entre vous et « eux » plus sûrement qu’une muraille entre américains et mexicains. C’est vrai également de la langue, des habits, des moeurs imposées par tel ou tel ‘grand frère’ etc. Le repli sur son identité religieuse ou ethnique a de multiples causes, de multiples justifications, de multiples conséquences. Mais il engendre toujours la peur : la peur qu’on cherche à inspirer à l’autre pour qu’il se conforme aux habitudes de la communauté, ou la peur de l’autre qui pousse à s’enfermer sur soi comme les disciples le soir de Pâques, « par crainte des juifs ».

Combattre ces particularismes exclusifs fait partie intégrante de la fête de Pâques : pendant les 40 jours jusqu’à l’Ascension, le Christ ressuscité au milieu des siens fait éclater les appartenances, les cloisons, les frontières. L’abolition de tous les interdits alimentaires en sera une conséquence spectaculaire.

 

Le Passe-murailles de Jéricho

Afficher l'image d'origineUn autre Jésus avait déjà inauguré cet exploit sans frontières : Josué, dont le nom est le même que Jésus (Dieu sauve). Pour faire entrer le peuple en Terre promise, il fallait passer par Jéricho. Hostile et bien défendue derrière ses remparts, la ville de Jéricho défiait les hébreux et les empêchait de monter à Jérusalem. José a trouvé en Rahab, prostituée bien connue en ville, une alliée imprévue. Accueillant et cachant sur sa terrasse deux envoyés de Josué, elle leur sauve la vie et leur permet de retourner vers les hébreux sains et saufs, avec tous les renseignements sur la ville. Lorsque les murailles de Jéricho s’effondreront au son de la trompette lors de la septième procession avec l’arche d’alliance autour des remparts, le fil écarlate accroché à la fenêtre de Raab la sauvera, avec sa famille, du massacre général (Jos 2-3).

Comment ne pas y voir en filigrane l’annonce de la Pâque du Christ ? Jésus franchit la mort comme Josué le Jourdain ; il passe les portes fermées du cénacle comme Josué les murailles fortifiées de Jéricho. Il s’appuie sur Marie-Madeleine pour annoncer aux apôtres que le passage est ouvert comme José sait s’appuyer sur Rahab pour faire chuter les murailles de Jéricho. Et le fil écarlate sauvant la prostituée Rahab préfigure le sang du Christ sauvant la prostituée Église à chaque fois qu’elle y communie comme Rahab l’accrochant à sa fenêtre…

Être un Passe-murailles pascal suppose donc de se faire des alliés de ceux qui comme Rahab sont enfermés dans la domination des puissants, exploités dans l’injustice ou la misère, méprisés par ceux qui l’humilient (le prénom Rahab signifie d’ailleurs en hébreu : la déchue cf. Is 30,7). Impossible de faire tomber les barrières qui séparent les hommes sans s’appuyer sur les déchus de nos cités, les exclus de nos frontières si sélectives, les Rahab et Marie de Magdala contemporaines.

 

Quelles sont les murailles qui vous entourent ?

Afficher l'image d'origineAu travail, cela va des niveaux hiérarchiques (engendrant domination et séparation) à l’iniquité des salaires (discriminant par le niveau de vie, les loisirs, l’habitat… correspondants) ou aux missions professionnelles (certaines étant considérées comme nobles, d’autres comme inférieures etc.).

Dans nos quartiers, cela va de l’ignorance des voisins au regroupement entre soi, ou même à la haine de l’autre.

Dans une paroisse, cela va de la bonne conscience du pratiquant au dénigrement de ceux qui ne le sont pas etc.

Les plus grands saints, tel François d’Assise, furent des Passe-Murailles de leur époque. Ainsi François a-t-il traversé les barrières sociales entre bourgeois marchands, seigneurs et petit peuple du XIII° sicèle grâce à la fraternité franciscaine. Il a contesté l’inégalité engendrée par l’argent en revenant à la pauvreté évangélique de son ordre mendiant. Il a refusé que ces murailles s’installent au cœur de l’Église en restant obstinément diacre, alors que prêtre aurait été une promotion sociale. Il a profité de l’Europe marchande de son père pour que ses frères sillonnent toute la chrétienté sans frontières et propagent la réforme franciscaine d’une Église simple, proche et pauvre.… Et, plus récemment, le Pape François a défié les barbelés séparant USA et Mexique en s’adressant à la foule mexicaine par-dessus la muraille.

 

Que le Passe-murailles de Pâques nous aide, à l’inverse de celui de Marcel Aymé, à user de la liberté du Ressuscité pour nous mettre au service des proches, en les libérant de toute peur qui les aliénerait, portes fermées

 

 

1ère lecture : « Des foules d’hommes et de femmes, en devenant croyants, s’attachèrent au Seigneur » (Ac 5, 12-16) Lecture du livre des Actes des Apôtres

À Jérusalem, par les mains des Apôtres, beaucoup de signes et de prodiges s’accomplissaient dans le peuple. Tous les croyants, d’un même cœur, se tenaient sous le portique de Salomon. Personne d’autre n’osait se joindre à eux ; cependant tout le peuple faisait leur éloge ; de plus en plus, des foules d’hommes et de femmes, en devenant croyants, s’attachaient au Seigneur. On allait jusqu’à sortir les malades sur les places, en les mettant sur des civières et des brancards : ainsi, au passage de Pierre, son ombre couvrirait l’un ou l’autre. La foule accourait aussi des villes voisines de Jérusalem, en amenant des gens malades ou tourmentés par des esprits impurs. Et tous étaient guéris.

Psaume : Ps 117 (118), 2-4, 22-24, 25-27a

R/ Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !Éternel est son amour !ou : Alléluia ! (117, 1)

Oui, que le dise Israël : Éternel est son amour ! Oui, que le dise la maison d’Aaron : Éternel est son amour ! Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur : Éternel est son amour !

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux. Voici le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !

Donne, Seigneur, donne le salut ! Donne, Seigneur, donne la victoire ! Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient ! De la maison du Seigneur, nous vous bénissons ! Dieu, le Seigneur, nous illumine.

2ème lecture : « J’étais mort, et me voilà vivant pour les siècles des siècles » (Ap 1, 9-11a.12-13.17-19) Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

 Moi, Jean, votre frère, partageant avec vous la détresse, la royauté et la persévérance en Jésus, je me trouvai dans l’île de Patmos à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. Je fus saisi en esprit, le jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, pareille au son d’une trompette. Elle disait : « Ce que tu vois, écris-le dans un livre et envoie-le aux sept Églises : à Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée. »

 Je me retournai pour regarder quelle était cette voix qui me parlait. M’étant retourné, j’ai vu sept chandeliers d’or, et au milieu des chandeliers un être qui semblait un Fils d’homme, revêtu d’une longue tunique, une ceinture d’or à hauteur de poitrine. Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort, mais il posa sur moi sa main droite, en disant : « Ne crains pas. Moi, je suis le Premier et le Dernier, le Vivant : j’étais mort, et me voilà vivant pour les siècles des siècles ; je détiens les clés de la mort et du séjour des morts. Écris donc ce que tu as vu, ce qui est, ce qui va ensuite advenir. »

Evangile : « Huit jours plus tard, Jésus vient » (Jn 20, 19-31)

Acclamation : Alléluia. Alléluia.  Thomas parce que tu m’as vu, tu crois, dit le Seigneur. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! Alléluia. (Jn 20, 29)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »  Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »  Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »  Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , , , ,

22 mars 2016

Les attentats de Bruxelles en dessins

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 21 h 05 min

En hommage aux 31 morts et aux si nombreux blessés des attentats de ce 22 Mars 2016 à Bruxelles, au pays de la Bande Dessinée…

Tintin attentats Bruxelles

Attentats à Bruxelles : les premiers dessins sur les réseaux sociaux

Les attentats de Bruxelles en dessins dans Communauté spirituelle 3345438-3347289-g-jpg_3448515_1000x667

3345438-3347251-g-jpg_3448519_1000x667 attentats dans Communauté spirituelle

3345438-3347166-g-jpg_3448521_1000x667 Bruxelles

CeJgMi8WwAAKQV5 Daech

slide_483350_6630170_free djihadisme

slide_483350_6630108_free islam

slide_483350_6629898_free islamisme

slide_483350_6631882_free

2016-03-22%20%288%29

2016-03-22%20%2811%29

Mots-clés : , , , , ,

7 février 2016

Déchirez vos cœurs et non vos vêtements

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Déchirez vos cœurs et non vos vêtements

 

cf. également :

Mercredi des cendres : de Grenouille à l’Apocalypse, un parfum d’Évangile

La radieuse tristesse du Carême

Carême : quand le secret humanise

Mercredi des Cendres : 4 raisons de jeûner

Le symbolisme des cendres

 

Homélie pour le mercredi des Cendres / Année C
10/02/2016

Le geste est fort et rarement utilisé aujourd’hui : déchirer ses vêtements en signe de deuil ou de pénitence. Le prophète Joël en fait une préparation à la fête de Yom Kippour (le Grand Pardon). Il va plus loin en l’intériorisant au maximum :

« Déchirez vos cœurs, et non pas vos vêtements ; et revenez à moi » (Joël 2,13).

Jésus dans l’évangile de ce Mercredi des Cendres reprend ce thème de l’intériorisation de la conversion, avec la répétition par 3 fois du mot « secret ».

Déchirer ?

Le symbole parle de lui-même.

Afficher l'image d'origineDéchirer un tissu, c’est rompre son unité, l’éparpiller en plusieurs morceaux qui ne sont plus que des lambeaux de l’original.

Déchirer une djellaba ou une tunique de l’époque de Joël (IV° siècle avant Jésus-Christ), c’est incarner un cri de douleur où l’identité personnelle se découvre clivée, partagée, où l’unité intérieure vole en éclats sous le choc d’un deuil ou du remords.

Déchirer ses vêtements, c’est reconnaître publiquement être soi-même déchiré, morcelé, fragmenté par l’absence d’un proche ou la conscience d’un reproche légitime.

Des parents sont déchirés lorsque le corps inerte de leur petit gît entre leurs bras.

Des passants ont le coeur serré devant le carnage des attentats de 2015. La République met ses drapeaux en berne, comme autrefois les prêtres juifs déchiraient leurs habits sacerdotaux. On portait encore dans les années 50 un brassard en crêpe noir pour indiquer à tous qu’on portait le deuil d’un parent. Les immenses catafalques noirs eux aussi, recouvraient les linteaux des maisons où la mort avait passé, pendant une semaine au moins.

De tout temps il a fallu trouver les gestes qui permettent d’exorciser l’angoisse et la douleur devant la mort.

En Israël, c’était vrai également devant le repentir. Prendre conscience d’une faute grave s’accompagnait de cette déchirure des vêtements, en se mettant également de la cendre dans les cheveux en signe d’humilité et de repentance.

Comprenant qu’il ne pourrait finalement pas délivrer son frère Joseph parce qu’il avait été vendu en esclavage, Ruben « déchira ses vêtements ». Croyant que Joseph avait été dévoré par une bête sauvage, leur père, Jacob, « déchira ses manteaux » (Gn 37, 18-35). Apprenant que tous ses enfants étaient morts, Job « déchira son manteau » (Job 1,18-20). Pour informer le grand prêtre Éli qu’Israël avait subi une défaite, que ses deux fils avaient été tués et que l’arche de l’alliance avait été prise, un messager s’est présenté « les vêtements déchirés » (1 Sa 4,12-17). Lorsqu’on lui lut les paroles de la Loi et qu’il reconnut les fautes de son peuple, le roi Josias « déchira ses vêtements » (2R 22,8-13). Il y a plus d’une vingtaine d’occurrences de ce geste dans la Bible, avec très souvent celui de répandre de la cendre sur la tête en signe de deuil (cf. 1Ma 2,14 ; 3,47 …).

La tunique du Christ quant à elle demeure d’un seul morceau alors qu’il est cloué en croix. Tunique sans couture nous précise saint Jean, donc difficile à déchirer. Elle symbolise l’unité de l’Église, puisque habillant de beauté le Corps du Christ. Si Dieu déchire son coeur, c’est justement pour que l’Église reste unie ; pour que l’identité humaine de chacun soit garantie, même à travers le combat contre le mal qui divise, disperse et déshumanise.

Aujourd’hui, le langage commun a gardé quelques traces de ce symbolisme du déchirement. Quand des jeunes disent d’un groupe musical qu’il déchire, ils expriment sa capacité à les transporter ailleurs, hors d’eux-mêmes. Parfois, c’est la drogue ou le sport extrême qui engendre cette étrange ivresse de ne plus d’être soi-même. Être déchiré, s’éclater : les mots employés traduisent la recherche d’un oubli de soi dans un univers plus vaste, comme si la petite identité individuelle devait être disloquée pour renaître en de multiples facettes éparpillées à la façon d’un puzzle.

Afficher l'image d'origineLe film « La déchirure » a immortalisé un autre aspect de ce symbole lorsqu’il concerne un pays, le Cambodge en l’occurrence. Lorsqu’un peuple ne parvient plus à maintenir son unité, lorsqu’éclate la guerre civile, le génocide ethnique ou des persécutions fratricides, la déchirure est telle qu’il faudra des années, des décennies avant que les enfants d’une même patrie réapprennent à vivre ensemble, recousent le tissu commun d’une fraternité ordinaire. Des guerres de religion à la Terreur, de 1905 aux attentats de Daech, la France doit sans cesse apprendre à ré-unir ceux que la haine a déchiré…

Déchirer ses vêtements à l’approche de Yom Kippour a donc une signification très forte : chacun reconnaît pour lui-même être divisé, fragmenté, dispersé, et demande à Dieu la grâce de l’unité retrouvée. Israël reconnaît également collectivement que cette déchirure le traverse : il se détourne trop souvent du Dieu-Un et du coup se met à courir après tant d’idoles qu’il en perd son identité.

Le grand prêtre Caïphe déchire ses vêtements lorsqu’il entend le Christ affirmer son intimité avec Dieu lors de l’interrogatoire de sa Passion (Mt 26, 59-66). C’est pour lui un blasphème insupportable, et il veut en demander pardon à Dieu. En déchirant ses vêtements, il exprime symboliquement sans le vouloir le deuil du peuple qui va mettre à mort son sauveur.

Jésus ne renie rien de ce symbolisme du déchirement. Il demande simplement d’aller au bout de ce que symbolise ce geste. La division ne vient pas de l’extérieur : elle vient du coeur de l’homme, partagé et infidèle. La perte de l’unité n’est pas seulement due à des facteurs extérieurs (le contexte social, la loi, la crise économique…) mais d’abord à une attitude spirituelle intérieure : délaisser YHWH pour de vaines idoles.

Déchirer son coeur est alors éprouver au plus profond de soi les clivages, les contradictions, les vanités qui éparpillent notre être. Et regretter amèrement tout ce qui nous lie à ces facteurs de division intérieure.

Déchirer son coeur va de pair avec pleurer sur ses péchés. Les cendres du carême sur le front rappellent la cendre sur la tête de David ou de Job reconnaissant leur outrecuidance, l’un d’avoir tué pour prendre la femme d’autrui, l’autre d’avoir refusé le caractère insondable de la grandeur divine.

Entrer en carême va de pair avec ce déchirement intérieur : si la conscience de nos incohérences ne nous vrillait pas le coeur, comment pourrions-nous avoir le désir de changer ? Si l’inventaire des dégâts causés par nos péchés ne vient pas nous attrister au point de prendre le deuil de notre dignité intérieure, où trouver la force de changer et de nous convertir ?

 

Quand Dieu déchire ses vêtements

Afficher l'image d'origineLe premier à nous montrer la voie de cette déchirure (du carême) est bien Dieu en personne. Rappelez-vous le rideau du saint des saints, dans le Temple de Jérusalem :  il s’est déchiré en deux lors de la mort de Jésus en croix. Or c’est un rideau très lourd, très grand, très haut, tressé dense à l’horizontale, si bien qu’il est quasi impossible à déchirer ou même à couper.

Afficher l'image d'origineCe rideau qui pourtant se déchire, c’est  l’image de Dieu lui-même déchirant ses vêtements, comme un père prenant à l’instant le deuil de son fils. Dieu a le coeur déchiré par la mort de Jésus de Nazareth ; il vit ce drame de toutes les fibres de son être et porte publiquement son deuil. Avec comme conséquence le libre accès désormais au saint des saints : aucun rideau n’en voile plus l’accès, la Shekina divine n’est plus inaccessible, la présence de Dieu peut se répandre sur tout le peuple, car aucun tissu ne la contient plus dans l’espace vide. En déchirant ce rideau du Temple, Dieu ouvre le saint des saints et laisse son Esprit se répandre sur tout homme pour lequel le Christ est mort.

Le carême est un double déchirement : du coeur de l’homme qui éprouve combien Dieu lui manque, du coeur de Dieu qui est prêt à tout pour que la mort du Christ atteigne en tout homme son achèvement.

 

Saurons-nous déchirer notre coeur ?

Saurons-nous prendre le deuil de nos fautes meurtrières ?

Oserons-nous prendre conscience de notre dispersion intérieure ?

 

 1ère lecture : « Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements » (Jl 2, 12-18)
Lecture du livre du prophète Joël

Maintenant – oracle du Seigneur – revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment. Qui sait ? Il pourrait revenir, il pourrait renoncer au châtiment, et laisser derrière lui sa bénédiction : alors, vous pourrez présenter offrandes et libations au Seigneur votre Dieu. Sonnez du cor dans Sion : prescrivez un jeûne sacré, annoncez une fête solennelle, réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte, rassemblez les anciens, réunissez petits enfants et nourrissons ! Que le jeune époux sorte de sa maison, que la jeune mariée quitte sa chambre ! Entre le portail et l’autel, les prêtres, serviteurs du Seigneur, iront pleurer et diront : « Pitié, Seigneur, pour ton peuple, n’expose pas ceux qui t’appartiennent à l’insulte et aux moqueries des païens ! Faudra- t-il qu’on dise : “Où donc est leur Dieu ?” »

 Et le Seigneur s’est ému en faveur de son pays, il a eu pitié de son peuple.

Psaume : 50 (51), 3-4, 5-6ab, 12-13, 14.17

R/ Pitié, Seigneur, car nous avons péché ! (cf. 50, 3)

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave- moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends- moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

2ème lecture : « Laissez- vous réconcilier avec Dieu. Voici maintenant le moment favorable » (2 Co 5, 20 – 6, 2)
Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, nous sommes les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui- même qui lance un appel : nous le demandons au nom du Christ, laissez- vous réconcilier avec Dieu. Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché, afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu. En tant que coopérateurs de Dieu, nous vous exhortons encore à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de lui. Car il dit dans l’Écriture : Au moment favorable je t’ai exaucé, au jour du salut je t’ai secouru. Le voici maintenant le moment favorable, le voici maintenant le jour du salut.

Evangile : « Ton Père qui voit dans le secret te le rendra » (Mt 6, 1-6.16-18)

Acclamation :  Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.
Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur.
Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. 
(cf. Ps 94, 8a.7d)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps- là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.

 Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

 Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

 Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,
123456