L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homeli du dimanche année

22 octobre 2011

L’amour du prochain et le « care »

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’amour du prochain et le « care »


Homélie du 30° dimanche ordinaire / Année A
23/10/2011

 

Une tentation du catholicisme en France pourrait bien être de devenir une religion de la « relation courte ». Devenue minoritaire, la communauté catholique pourrait tomber dans le piège d’un repli sur des relations interpersonnelles chaleureuses entre les happy few de petites communautés très identitaires.

 

L'amour du prochain et le « care » dans Communauté spirituelleDans ce contexte, le deuxième commandement cité par Jésus en Mt 22,34-40 serait interprété selon une logique très individualiste. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » serait traduit par : souris à ton voisin ; prend soin de tes collègues ; fais attention à tes proches. Les théoriciens du « care » aux États-Unis se sont engouffrés dans cette voie. « To take care » en anglais, c’est prendre soin de l’autre, individuellement, être attentif à lui dans les multiples services que je peux lui rendre. C’est déjà énorme. Le deuxième commandement biblique ne nie pas le care, mais ne veut pas l’absolutiser non plus. Aimer son prochain ne se réduit pas à restaurer des petits îlots communautaires où l’on guérit les blessures de la vie de quelques-uns. Si l’Église se laissait réduire à ce rôle d’atelier de réparation pour quelques accidentés de la vie, elle s’éloignerait de sa grande tradition sociale. Même minoritaire, elle s’est toujours considérée comme sel de la terre et levain dans la pâte pour la transformation de la société tout entière.

Et c’est là où l’Ancien Testament demeure irremplaçable. Le Nouveau Testament n’a pas eu le temps ni l’espace pour développer toutes les conséquences sociales de la foi en Jésus-Christ. D’ailleurs pour l’essentiel, il assume tout ce que l’Ancien Testament a déjà établi comme repères sociaux et politiques en la matière. La première lecture de ce dimanche vient ainsi en complément indispensable de notre évangile.

 

 

« Aimer son prochain comme soi-même », ce n’est pas seulement prendre soin de ses  amour dans Communauté spirituelleproches (ce qui déjà est énorme, répétons-le), mais c’est ordonner la vie sociale autour de la protection des plus faibles. Ne pas maltraiter l’immigré, ne pas accabler la veuve et l’orphelin, ne pas prêter à des taux usuraires, ne pas dépouiller les pauvres pour des raisons financières : avouons-le, ces impératifs divins énoncés dans le livre de l’Exode (22,20-26) constituent un programme politique qui est toujours d’actualité. Quand on compile toutes les protestations sociales des prophètes, toutes les prescriptions légales de la Tora, tous les principes de gouvernement énoncés par les sages, on se dit que le commandement de l’amour du prochain est décidément beaucoup plus large que le care anglo-saxon !

 

L’ultralibéralisme ambiant voudrait transformer le christianisme en thérapie individuelle. La recherche du bien-être personnel devient un petit dieu, et fait perdre de vue le bien commun, les réformes structurelles, une vision globale. Bien des chrétiens tombent dans ce piège de la « relation courte » quasi exclusive. D’après eux, les changements collectifs seraient illusoires. Seule compterait la transformation du coeur de chacun.

Mais pourquoi opposer les deux ? Que devient la grande histoire de la doctrine sociale de l’Église, depuis le ?communisme’ des premières communautés chrétiennes (cf. le livre des Actes des Apôtres) jusqu’à la dénonciation des « structures de péché » par Jean Paul II, en passant par les vigoureuses interpellations des Pères de l’Église (ex : « la terre est à tous » ; « en cas de nécessité tout est commun » etc…).

 

Les trois amours que Jésus unit dans sa célèbre réponse de Mt 22,34-40 ont donc d’immenses conséquences sociales. La philosophie personnaliste qui sous-tend depuis lors l’action des chrétiens ne limite pas l’amour du prochain à la « relation courte » avec ses voisins.

 

À l’approche des présidentielles de 2012, il faut le redire : les chrétiens sont dépositaires d’une vision profondément originale de la société, d’une force de proposition et de transformation.

Tout en jouant le jeu du pluralisme moderne, légitime et nécessaire, les Églises sauront-elles prendre part à ces débats d’avenir ? Les chrétiens sauront-ils élargir l’amour du prochain à la réforme du vivre ensemble ?

 

 

1ère lecture : Dieu exige qu’on aime les pauvres (Ex 22, 20-26)

Lecture du livre de l’Exode

Quand Moïse transmettait au peuple les lois du Seigneur, il disait : « Tu ne maltraiteras point l’immigré qui réside chez toi, tu ne l’opprimeras point, car vous étiez vous-mêmes des immigrés en Égypte. Vous n’accablerez pas la veuve et l’orphelin. Si tu les accables et qu’ils crient vers moi, j’écouterai leur cri. Ma colère s’enflammera et je vous ferai périr par l’épée : vos femmes deviendront veuves, et vos fils, orphelins.

Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères, tu n’agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d’intérêts. Si tu prends en gage le manteau de ton prochain, tu le lui rendras avant le coucher du soleil. C’est tout ce qu’il a pour se couvrir ; c’est le manteau dont il s’enveloppe, la seule couverture qu’il ait pour dormir. S’il crie vers moi, je l’écouterai, car moi, je suis compatissant ! »

Psaume : 17, 2-3, 4.20, 47.51ab

R/ Je t’aime, Seigneur, Dieu qui me rends fort !

Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu ! Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.
Et lui m’a dégagé, mis au large,
il m’a libéré, car il m’aime.

Vive le Seigneur ! Béni soit mon Rocher !
Qu’il triomphe, le Dieu de ma victoire,
Il donne à son roi de grandes victoires,
il se montre fidèle à son messie pour toujours.

2ème lecture : L’annonce de l’Évangile et la conversion (1Th 1, 5-10)

lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères,
vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien. Et vous, vous avez commencé à nous imiter, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole au milieu de bien des épreuves avec la joie de l’Esprit Saint. Ainsi vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et de toute la Grèce. Et ce n’est pas seulement en Macédoine et dans toute la Grèce qu’à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien répandue partout que nous n’avons plus rien à en dire. En effet, quand les gens parlent de nous, ils racontent l’accueil que vous nous avez fait ; ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et véritable, et afin d’attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité d’entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.

 

Evangile : Amour de Dieu et amour du prochain (Mt 22, 34-40)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Dieu est amour. Celui qui aime est né de Dieu : il connait Dieu. Alléluia. (1 Jn, 8.7) 

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’il y a dans l’Écriture – dans la Loi et les Prophètes – dépend de ces deux commandements. »
Patrick Braud 

Mots-clés : , ,

15 octobre 2011

« Tous pourris » ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

« Tous pourris » ?

 

Homélie du 29° dimanche ordinaire / Année A / 16/10/2011

 

« Tous pourris ! »

« Tous pourris » ? dans Communauté spirituelle medium_politiqueÀ l’heure où des ‘affaires’ éclaboussent chaque jour de hauts responsables, ce slogan populiste reprend hélas de la vigueur.

Or la Bible n’a jamais versé dans ce dénigrement facile du politique.

Les prophètes ne sont certes pas tendres pour les rois : ils dénoncent haut et fort les abus du pouvoir. Mais en même temps l’art du politique est quasi sacramentel dans la Bible.

Le souci du bien commun que manifestent David ou Salomon est une participation directe à la bienveillance divine.

La défense de la veuve, de l’orphelin et de l’immigré est au coeur du gouvernement des Sages et des Juges, parce que au coeur de Dieu.

Les prêtres du Temple de Jérusalem ou les rabbis des synagogues veillent jalousement à ce que les lois religieuses protégeant les petits et les pauvres soient respectées, car il y va de la sainteté d’Israël.

 

 Christ dans Communauté spirituelleLa première lecture de ce dimanche va plus loin encore. Cyrus, le roi païen de Perse, est appelé Christ ! La traduction liturgique comme souvent n’est pas fidèle au texte : « Parole du Seigneur à son oint (Christ), au roi Cyrus » est une traduction plus exacte d’Is 45,1. Le titre de Messie = Oint = Christ (c’est le même mot en hébreu, français, grec) lui est décerné alors que Cyrus ne connaît même pas le Dieu d’Israël ! « A cause de mon serviteur Jacob et d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai décerné un titre, alors que tu ne me connaissais pas. » (Is 45,4)

Pourquoi a-t-il ainsi droit à un titre que seuls les rois-messie et Jésus pourront revendiquer ?

Parce qu’il exerce sa responsabilité politique selon le coeur de Dieu, sans le savoir.

On a retrouvé un cylindre de Cyrus qui atteste de sa politique très libérale envers les peuples qu’il avait soumis. « Puissent tous les dieux que j’ai réinstallés dans leurs cités saintes, demander chaque jour pour moi longue vie » (cylindre de Cyrus). Il associe les populations à la grandeur de son empire, et favorise la prospérité économique en allégeant les contraintes des royaumes qu’il conquiert.

Au titre de ce respect des cultures des peuples de son empire, Cyrus va permettre aux juifs exilés à Babylone depuis 587 de rentrer enfin chez eux, 50 ans après. Il décrète la reconstruction du Temple de Jérusalem, la restitution des ustensiles d’or et d’argent enlevés au Temple par Nabuchodonosor.

Un peu ce qu’a fait l’ONU après la guerre pour le retour du peuple juif en Palestine, dans le futur État d’Israël. Mais l’ONU n’a pas été aussi messianique que Cyrus : les conditions du retour n’ont pas été prévues, ni pensées, et se sont avérées catastrophiques…

 

Qualifier un chef d’État païen de Messie (OintChrist) est un événement considérable qui peut nous aider à retrouver la grandeur du pouvoir politique.

Oui, des chefs d’État, même loin apparemment des valeurs évangéliques, peuvent faire dans l’histoire une oeuvre inspirée.

Oui, de hauts responsables, s’ils écoutent leur conscience et la sagesse des peuples, vont servir le dessein de Dieu, même sans le connaître.

Oui, notre devoir de citoyens est de croire à ce travail de l’Esprit au coeur de tous, même et surtout des adversaires.

 

En marche vers 2012, vous devinez que ce type de convictions va placer les chrétiens à contre-courant de bien des clichés sur la politique.

 

Non, ils ne sont pas « tous pourris » : certains sont mêmes des saints authentiques.

Non, il ne faut pas s’en désintéresser. Au contraire, les soutenir, garder le contact avec nos élus, nourrir les débats de société avec eux est à la portée de tous.

Non, les Cyrus d’aujourd’hui ne sont pas tous des opportunistes. Ils peuvent manifester un respect, une intelligence qui rend possible le vivre ensemble, juifs et non juifs, musulmans et chrétiens, croyants et non-croyants. C’est la noblesse de la mission des politiques que d’organiser ce vivre ensemble. Isaïe nous dit même que c’est une des traces de Dieu dans l’histoire.

Pourquoi irions-nous dans le camp des sceptiques et des railleurs ? Les Cyrus modernes ont besoin d’être reconnus et soutenus.

 

Dans l’évangile, Jésus semble se tenir à distance de cette conception messianique du politique. Pour lui, il y a plus sobrement « Dieu et César », et chacun agit dans son ordre.

Cyrus le Christ nous empêche de séparer absolument politique et foi en Dieu.

Jésus le Christ rétablit la légitime autonomie de chacun.

L’enjeu étant, bien sûr, de conjuguer les deux…

 

 

1ère lecture : Les empires sont dans la main de Dieu (Is 45, 1.4-6a)

Lecture du livre d’Isaïe

Parole du Seigneur au roi Cyrus, qu’il a consacré, qu’il a pris par la main, pour lui soumettre les nations et désarmer les rois, pour lui ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée :

« A cause de mon serviteur Jacob et d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai décerné un titre, alors que tu ne me connaissais pas.

Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre : en dehors de moi, il n’y a pas de Dieu. Je t’ai rendu puissant, alors que tu ne me connaissais pas, pour que l’on sache, de l’orient à l’occident, qu’il n’y a rien en dehors de moi. »

 

Psaume : 95, 1a.3, 4.5b, 7-8a, 9a.10ac

R/ Au Seigneur notre Dieu, tout honneur et toute gloire

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Il est grand, le Seigneur, hautement loué,
redoutable au-dessus de tous les dieux :
lui, le Seigneur, a fait les cieux.

Rendez au Seigneur, familles des peuples,
rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
rendez au Seigneur la gloire de son nom.

Adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté :
Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Il gouverne les peuples avec droiture.

 

2ème lecture : La foi, l’espérance et la charité de la communauté (1Th 1, 1-5b)

Commencement de la lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Nous, Paul, Silvain et Timothée, nous nous adressons à vous, l’Église de Thessalonique qui est en Dieu le Père et en Jésus Christ le Seigneur. Que la grâce et la paix soient avec vous.

A tout instant, nous rendons grâce à Dieu à cause de vous tous, en faisant mention de vous dans nos prières. Sans cesse, nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ, en présence de Dieu notre Père. Nous le savons, frères bien-aimés de Dieu, vous avez été choisis par lui. En effet, notre annonce de l’Évangile chez vous n’a pas été simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, certitude absolue.

 

Evangile : A César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu (Mt 22, 15-21)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Rendez au Seigneur, vous les dieux, rendez au Seigneur gloire et puissance, rendez au Seigneur la gloire de son nom. Alléluia. (cf. Ps 28, 1-2)

 

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Les pharisiens se concertèrent pour voir comment prendre en faute Jésus en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le vrai chemin de Dieu ; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens. Donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à l’empereur ? »
Mais Jésus, connaissant leur perversité, riposta : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Montrez-moi la monnaie de l’impôt. »
Ils lui présentèrent une pièce d’argent. Il leur dit : « Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles ? – De l’empereur César », répondirent-ils.
Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

1 octobre 2011

Vendange, vent d’anges

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Vendange, vent d’anges

 

Homélie du 27° dimanche ordinaire / Année A
02/10/2011

 

Le mot évoque les douces journées de septembre, avec cette lumière si particulière dans Vendange, vent d'anges dans Communauté spirituelleles vignes. Avant les machines colossales qui désormais secouent les ceps et abattent le travail d’une dizaine de travailleurs bien plus rapidement, le mot vendange était lié aux vendangeurs. Des bandes de portugais, d’espagnols et des spécialistes de ces campagnes de coupe parcouraient la France, du bordelais au cognaçais, du pays nantais à l’Alsace, jusqu’au dernier jour de la pourriture noble et des vendanges tardives.

La vendange était synonyme alors d’ouverture à l’étranger : on logeait, nourrissait, travaillait, festoyait avec ces travailleurs itinérants venus d’ailleurs. C’était lourd à assumer pour les propriétaires (cuisine, promiscuité…), c’était dur pour les vendangeurs ; cela pourrait mal se passer (violence, alcool) ou au contraire devenir une famille élargie pendant quelques semaines et chaque année.

 Repas_des_Vendangeurs Jésus dans Communauté spirituelle

En prenant cette réalité de la vendange traditionnelle comme support de sa parabole, Jésus évoque donc un moment de fête, d’ouverture, de dur labeur communautaire où le fruit de la récolte enrichit tous les acteurs.

Mais le désir d’appropriation change le coeur des vignerons, qui veulent tout garder pour eux. Au lieu de rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu, ils sont prêts à tuer pour tout garder.

La parabole vise bien sûr l’attitude des responsables religieux juifs de l’époque, qui refusent de partager avec les païens, et iront jusqu’à tuer le fils, l’envoyé, en le jetant hors de la vigne, hors d’Israël (la crucifixion équivaut à une déchéance de nationalité pour les religieux juifs).

 

Mais transposez à votre existence. À quel moment avez-vous (ou êtes-vous) en situation  vendangede vendange, c’est-à-dire de récolte du fruit de votre travail avec d’autres ?

Vous vendangez lorsque vous mariez votre fils, votre fille.

Vous cueillez les grappes de votre histoire lorsque vous serrez votre petit-fils dans vos bras.

Vous récoltez votre vendange lorsqu’une promotion, une augmentation de salaire, une reconnaissance professionnelle vient saluer votre parcours.

Vous collectez les raisins de votre fécondité sociale lorsque vous recevez une distinction, une médaille, un titre associatif (président, trésorier, secrétaire), une responsabilité confiée par d’autres.

À y regarder de près, les moments de vendange sont très fréquents dans une vie. D’ailleurs nous en avons besoin : sans ces encouragements, sans ces résultats intermédiaires, peu d’entre nous auraient la force de poursuivre.

 

C’est alors que la tentation des vignerons de la parabole évangélique devient la nôtre : après tout, pourquoi ne pas s’attribuer le maximum ? Maximum de mérite, de reconnaissance, de gloire… La différence est ténue entre celui qui engrange les résultats de sa réussite avec humilité, en saluant ceux à qui il doit son parcours, et celui qui triomphe, immodeste, confisquant le labeur des autres.

 

« Remettre au propriétaire le produit de la vigne », comme l’exprime la parabole, c’est une attitude de non possession. Vous n’êtes pas propriétaires de vos réussites, qu’elles soient familiales, associatives ou professionnelles. L’eucharistie est justement un antidote à l’appropriation : rendre grâce (eucharistein en grec), c’est rendre la grâce, c’est-à-dire reconnaître que j’ai reçu gratuitement de quoi travailler un vignoble et le vendanger, et que je dois donc reconnaître que tout cela ne vient pas que de moi. Rendre à Dieu ce qui lui appartient empêche ceux qui réussissent de réussir contre les autres, en les dominant, en les humiliant. Comme le dit Paul ailleurs : « Que désormais ceux qui ont une femme vivent comme s’ils n’en avaient pas;  ceux qui pleurent, comme s’il ne pleuraient pas; ceux qui sont dans la joie, comme s’ils n’étaient pas dans la joie; ceux qui achètent, comme s’ils ne possédaient pas; ceux qui usent de ce monde, comme s’ils n’en usaient pas vraiment. Car elle passe, la figure de ce monde » (1Co 7,29-31).

 

S’approprier la vendange pour être maître de la vigne à la place du maître est  source de violence. Emprisonner les gêneurs, lapider les prophètes, crucifier le fils sont autant de conséquences d’une attitude anti-eucharistique. La violence sociale dans nos entreprises, dans les quartiers, dans nos familles même, provient souvent de cela.

 

Les plus belles grappes, si elles sont possédées à la manière des vignerons de la parabole, deviendront vite rouges sang dans le pressoir de la course à la réussite. La vendange plus prometteuse, en degré comme en volume, va rapidement s’aigrir  dans les chais de l’arrogance.

 

Quelles sont vos vendanges actuelles ?

Que signifierait rendre au maître de la vigne le produit de votre vendange ?

 

 

1ère lecture : Le Seigneur est déçu par sa vigne bien-aimée (Is 5, 1-7)

Lecture du livre d’Isaïe

Je chanterai pour mon amile chant du bien-aimé à sa vigne.
Mon ami avait une vignesur un coteau plantureux. Il en retourna la terre et en retira les pierres, pour y mettre un plant de qualité. Au milieu, il bâtit une tour de gardeet creusa aussi un pressoir. Il en attendait de beaux raisins, mais elle en donna de mauvais.
Et maintenant, habitants de Jérusalem, hommes de Juda, soyez donc juges entre moi et ma vigne ! Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n’ai fait ? J’attendais de beaux raisins, pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ? Eh bien, je vais vous apprendrece que je vais faire de ma vigne : enlever sa clôture pour qu’elle soit dévorée par les animaux, ouvrir une brèche dans son mur pour qu’elle soit piétinée. J’en ferai une pente désolée ; elle ne sera ni taillée ni sarclée, il y poussera des épines et des ronces ; j’interdirai aux nuages d’y faire tomber la pluie.
La vigne du Seigneur de l’univers, c’est la maison d’Israël. Le plant qu’il chérissait, ce sont les hommes de Juda. Il en attendait le droit, et voici l’iniquité ; il en attendait la justice, et voici les cris de détresse.

Psaume : 79, 9-10, 13-14, 15-16a, 19-20

R/ Regarde ta vigne, Seigneur, viens sauver ton peuple

La vigne que tu as prise à l’Égypte,
tu la replantes en chassant des nations.
Tu déblaies le sol devant elle,
tu l’enracines pour qu’elle emplisse le pays.

Pourquoi as-tu percé sa clôture ?
Tous les passants y grappillent en chemin ;
le sanglier des forêts la ravage
et les bêtes des champs la broutent.

Dieu de l’univers revient !
Du haut des cieux, regarde et vois :
visite cette vigne, protège-la,
celle qu’a plantée ta main puissante.

Jamais plus nous n’irons loin de toi :
fais-nous vivre et invoquer ton nom !
Dieu de l’univers, fais-nous revenir ;
que ton visage s’éclaire, et nous serons sauvés !

2ème lecture : Dieu donne sa paix à ceux qui sont fidèles (Ph 4, 6-9) 

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens

Frères, ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera votre coeur et votre intelligence dans le Christ Jésus.
Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le à votre compte. Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.

 

Evangile : Parabole des vignerons meurtriers (Mt 21, 33-43)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd’hui, Dieu nous parle en son Fils, lui qu’il a établi héritier de toute chose : c’est là l’oeuvre du Seigneur. Alléluia. (cf. He 1, 2 ; Mt 21, 42) 

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux pharisiens : « Écoutez une autre parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il la donna en fermage à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le moment de la vendange, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de la vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais ils furent traités de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : ‘Ils respecteront mon fils.’ Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : ‘Voici l’héritier : allons-y ! tuons-le, nous aurons l’héritage !’ Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? »
On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il donnera la vigne en fermage à d’autres vignerons, qui en remettront le produit en temps voulu. »
Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C’est là l’oeuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit. »
  Patrick Braud

Mots-clés : , ,

24 septembre 2011

Les collabos et les putains

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les collabos et les putains

 

Homélie du 26° dimanche ordinaire / Année A / 25/09/2011

 

 

Savoir dire non

Dans certaines cultures, il est extrêmement malpoli de dire ?non’ à quelqu’un. Par souci d’harmonie, un asiatique vous dira toujours ?oui’, même s’il ne sait absolument pas ce que vous demandez. Par peur du conflit et pour préserver la paix, un africain ne dira jamais non : il se taira, restera évasif, et c’est à vous à interpréter ses silences comme autant de résistances.

 

Dans la culture de Jésus comme dans la nôtre, le ?non’ a toute sa place, noble et légitime. « Que votre oui soit oui, que votre non soit non »  (Mt 5,37 ; Jc 5,12 cf. 2Co 1,17-19).

Malgré cette volonté de clarté affichée, Jésus sait bien que partout sous le soleil les hommes ont du mal à être vrais dans leur réponse.

 

S’acheter une conduite, ou se vendre aux plus offrants ?

Certains veulent bien faire, mais se laissent détourner en cours de route. Les chefs des prêtres et les anciens sont un peu comme ça : ils désirent authentiquement servir Dieu, mais les rites religieux et leurs responsabilités hiérarchiques les bloquent finalement dans leur élan, jusqu’à les empêcher de croire à la gratuité du salut annoncé par Jésus. Qui oserait dire qu’il n’en est plus ainsi dans l’Église, les Églises, et parmi tous les responsables religieux du monde ? Prisonniers de bien des coutumes trop humaines, ils continuent trop souvent à faire peser sur les épaules des autres des fardeaux qu’eux-mêmes ne peuvent pas porter (Lc 11,46).

 

D’autres hommes nient apparemment toute existence à Dieu, semblent se perdre loin de lui, et pourtant manifestent un accueil extraordinaire à sa parole lorsqu’ils la rencontrent vraiment. Les collaborateurs des romains et les prostituées sont de ceux-là aux temps de Jésus. Se compromettre avec l’occupant romain est une des infidélités les plus graves pour un juif. Se livrer au commerce de son corps engendrait le mépris et la honte (à moins que ce ne soit l’inverse) : c’était évidemment une manière nier Dieu, pensaient les gens religieux en toute bonne foi.

Qui oserait dire que les prostitué(e)s d’aujourd’hui sont entouré(e)s de moins de mépris qu’autrefois ?

Remplacez ?publicains’ par ?banquiers’ ou ?commerçants’ : certaines professions ne sont-elles pas diabolisées a priori encore de nos jours ?

Les collabos et les putains dans Communauté spirituelleOr les témoignages abondent de prostitué(e)s ayant plus d’humanité que bien des gens respectables (cf. le mouvement « le Nid »).

Or les témoignages abondent que parmi les cadres bancaires, les grands patrons de la finance internationale ou du commerce mondial, il y a des gens capables de retournements spectaculaires et d’initiatives révolutionnaires.

 

C’est que les chefs des prêtres et les anciens cherchent la sécurité dans leurs oeuvres, leurs pratiques, d’hier à aujourd’hui. Les collaborateurs et les prostituées savent eux qu’ils ne peuvent s’appuyer sur leurs actes. Alors, quand Jésus leur annonce que le salut est gratuit, immérité, inconditionnel, les premiers grincent des dents : « à quoi ça sert que nous soyons si religieux ? », alors que les derniers exultent : « enfin quelqu’un qui nous aime au-delà de nos actes ».

 

Quand faire, c’est croire

Car le travail dont parle ici le Christ dans cette parabole est le travail de la foi, pas  collabos dans Communauté spirituellecelui du mérite. « Va travailler à ma vigne », c’est « croire en la parole » proclamée par Jean-Baptiste. « Ne pas aller » travailler à la vigne, c’est « ne pas se repentir en vue de croire à sa parole ». Mathieu rejoint ainsi un thème cher à Jean : le vrai travail, ce n’est pas d’abord de faire des choses (serait-ce pour Dieu lui-même) mais de croire. « Que  devons-nous faire pour travailler aux oeuvres de Dieu? »  Jésus leur répondit: ?L’oeuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé’ » (Jn 6,29).

 

Paradoxalement, ceux qui ont été amenés dans leur vie à se vendre (à l’occupant, aux clients…) sont plus sensibles que les autres à la gratuité de l’amour. Jésus constate que la disponibilité réelle est plutôt du côté des pécheurs publics que des gens bien. Il ose le dire devant tout le monde, et cela ne plaît pas à tout le monde. Imaginez qu’un illuminé vienne proclamer à la tribune de l’université d’été de l’UMP, du parti socialiste, du Front National ou de l’Alliance centriste : « les banquiers et les putains sont plus près de Dieu que vous » ! Beau scandale médiatique en perspective…

Et pourtant Jésus l’a fait.

En rappelant la primauté de la gratuité sur le mérite, il s’est fait tellement d’ennemis chez les responsables religieux et politiques qu’ils voudront lui faire payer très cher cette fameuse gratuité.

 

Qui sont les publicains et les prostituées de notre société, plus proches de Dieu que bien des chefs religieux et sociaux ?

Comment avec le Christ restaurer leur dignité, et manifester avec eux que croire sur parole est plus divin que faire selon la loi ?

 

  

  

1ère lecture : Dieu nous appelle chaque jour à nous convertir (Ez 18, 25-28)

Lecture du livre d’Ezékiel

Parole du Seigneur tout-puissant : Je ne désire pas la mort du méchant, et pourtant vous dites : « La conduite du Seigneur est étrange. » Écoutez donc, fils d’Israël : est-ce ma conduite qui est étrange ? N’est-ce pas plutôt la vôtre ? Si le juste se détourne de sa justice, se pervertit, et meurt dans cet état, c’est à cause de sa perversité qu’il mourra. Mais si le méchant se détourne de sa méchanceté pour pratiquer le droit et la justice, il sauvera sa vie. Parce qu’il a ouvert les yeux, parce qu’il s’est détourné de ses fautes, il ne mourra pas, il vivra.

 

Psaume : 24, 4-5ab, 6-7, 8-9

R/ Souviens-toi, Seigneur, de ton amour

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
ton amour qui est de toujours.
Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ;
dans ton amour, ne m’oublie pas.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

 

2ème lecture : L’unité dans l’amour à la suite du Christ (brève : 1-5) (Ph 2, 1-11)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens

Frères, s’il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres, si l’on s’encourage dans l’amour, si l’on est en communion dans l’Esprit, si l’on a de la tendresse et de la pitié, alors, pour que ma joie soit complète, ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments ; recherchez l’unité. Ne soyez jamais intrigants ni vantards, mais ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de lui-même, mais aussi des autres.

Ayez entre vous les dispositions que l’on doit avoir dans le Christ Jésus : lui qui était dans la condition de Dieu, il n’a pas jugé bon de revendiquer son droitd’être traité à l’égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-mêmeen prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s’est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu’à mourir, et à mourir sur une croix.

C’est pourquoi Dieu l’a élevé au-dessus de tout ; il lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms, afin qu’au Nom de Jésus, aux cieux, sur terre et dans l’abîme, tout être vivant tombe à genoux, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est le Seigneur », pour la gloire de Dieu le Père.

Evangile : Faire la volonté du Père, c’est croire en sa parole (Mt 21, 28-32)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd’hui ne fermez pas votre coeur, mais écoutez la voix du Seigneur. Alléluia. (Ps 94, 8)

 

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux anciens : « Que pensez-vous de ceci ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : ‘Mon enfant, va travailler aujourd’hui à ma vigne.’ Celui-ci répondit : ‘Je ne veux pas.’ Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Abordant le second, le père lui dit la même chose. Celui-ci répondit : ‘Oui, Seigneur !’ et il n’y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier ».

Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean Baptiste est venu à vous, vivant selon la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; tandis que les publicains et les prostituées y ont cru. Mais vous, même après avoir vu cela, vous ne vous êtes pas repentis pour croire à sa parole. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,
1...172173174175176...194