L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homélie mort jésus

6 octobre 2012

Le mariage et l’enfant : recevoir de se recevoir

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 00 min

Le mariage et l’enfant : recevoir de se recevoir

Homélie du 27° Dimanche ordinaire / Année B
07/10/2012

APPRENDRE À RECEVOIR

Un passage très célèbre sur le mariage (« ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas »), et juste après un autre passage, non moins célèbre (« laissez les enfants venir à moi »), mais complètement différent.

Pourquoi Luc l’évangéliste a-t-il mis ces deux passages l’un à côté de l’autre ? Est-ce un pur hasard de rédaction ? Ou y aurait-il un lien entre le mariage et l’enfant (autre que le lien naturel de la procréation) ?

Explorons cette deuxième hypothèse.

Le premier passage parle de la réussite du mariage. Comment peut-on réussir à garder le même conjoint toute une vie durant ? Même les pharisiens n’y croient qu’à moitié : devant tout le monde, s’ils posent la question du divorce, c’est qu’ils y sont confrontés de près. Les disciples eux-mêmes interrogeront à nouveau Jésus sur cette question « de retour à la maison ». C’est donc qu’ils n’avaient pas compris sa réponse, ou n’était pas persuadés de son bien-fondé.

Le deuxième passage parle de l’accueil.
Un double accueil : l’accueil des enfants, et l’accueil du royaume de Dieu à la manière des enfants qui savent accueillir.
Car, contrairement aux idées reçues, Jésus ne vante pas ici une soi-disant innocence des enfants, mais leur extraordinaire capacité à accueillir. C’est parce qu’ils ouvrent leurs bras et leurs coeurs sans restriction pour recevoir ce que les adultes leur donnent que les enfants peuvent nous apprendre à recevoir d’eux-mêmes le royaume de Dieu. L’injonction de leur ressembler (« le royaume de Dieu est à ce qui leur ressemblent ») n’a rien de romantique, ni de régressif : c’est l’appel à savoir recevoir.

En accueillant des enfants qui savent accueillir, nous serons nous-mêmes à bonne école pour accueillir à notre tour ce qui nous est donné (par la vie, par les autres, par Dieu).

Peut-être cette attitude fondamentale d’accueil est-elle la clé de la réussite du mariage évoquée plus haut ?

Car l’indissolubilité du mariage est au-dessus de nos seules forces humaines, semblent dire les pharisiens et les disciples. C’est vrai leur répond Jésus ; c’est pourquoi si vous n’accueillez pas la capacité de durer des mains de Dieu lui-même, vous n’entrerez pas dans la promesse faite au mariage.

Dans le débat actuel sur le mariage civil homosexuel, et dans le contexte où le PACS a déjà supplanté le mariage, sans oublier qu’un mariage sur deux se termine par un divorce, on mesure ce que la parole du Christ a d’exigeant et de libérant tout à la fois.

Si vous vous basez sur la foi chrétienne, si vous avez le désir de recevoir de Dieu la grâce de la durée, alors vous pourrez accueillir la joie d’une vie entière placée sous le signe de la communion de deux êtres. Si vous vous basez sur vos sentiments, votre volontarisme ou vos seules forces humaines, si vous voulez prendre au lieu d’accueillir, alors il y a des chances pour que cela ne dure pas 50 ans…

L’essentiel serait donc de recevoir.

Humblement recevoir comme un enfant. Recevoir de Dieu la force d’accueillir son mari/sa femme pour toute la vie.

Et si grandir, c’était d’abord recevoir ?

On a réduit l’amour à l’acte de donner. On nous chante qu’aimer c’est donner sans retour (F. Pagny, P. Obispo?) ; le Téléthon nous invite à donner notre argent par solidarité (et nous culpabilise si le record n’est pas dépassé !) ; les parents se croient obligés de donner beaucoup de cadeaux à leurs enfants pour montrer leur amour (j’ai entendu à la radio qu’on dépense environ en moyenne 249 euros par enfant lors des fêtes de Noël? ? mais est-ce encore Noël ?)? N’oublie-t-on pas quelque chose de plus fondamental, en amont du don : savoir recevoir ?

Recevoir le vie avant de la donner ; recevoir ce que Dieu veut me donner avant de me prendre pour Dieu ; recevoir ma famille, mon métier comme un cadeau de l’existence ; recevoir mon corps même ? tel qu’il est ? recevoir mon histoire personnelle ? telle qu’elle est ? pour m’aimer en vérité.

L’évangile de Noël nous met sur la piste : « il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune » (Lc 2,7). La crèche, la mangeoire et l’étable ne sont pas des guirlandes roses pour endormir les enfants : ce sont le symboles de l’exclusion des hommes, si durs, si orgueilleux que bien souvent ils refusent de recevoir l’amour qui leur offert. « Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas accueilli » (Jn 1,11)? Autrement dit, l’enfant fragile mis à l’écart relève plus ? hélas ? de la logique du « Maillon faible » que celle de « Star Académie » !

Et si le premier appel à lancer était l’invitation à accepter de recevoir ??

 

SE RECEVOIR

Accepter de recevoir, c’est déjà beaucoup. Mais la croissance humaine de Jésus nous Le mariage et l'enfant : recevoir de se recevoir dans Communauté spirituelle p_2020_110308130853_250entraîne encore plus loin. Il ne reçoit pas seulement la vie. Il se reçoit lui-même, sans cesse. Jésus n’a jamais voulu se suffire à lui-même ; il ne croit pas à la sacro-sainte indépendance d’aujourd’hui, qui tourne si vite à l’individualisme ou à la solitude. Lui sait que pour devenir un homme, une femme, il faut accepter de se recevoir des autres, de ceux que l’on rencontre, qui nous façonnent, qui nous blessent, qui nous font grandir en humanité. Lui sait que recevoir de Dieu son identité la plus intime n’est pas humiliant, bien au contraire : il a l’humilité de recevoir de Dieu sa vocation, sa mission, son existence, le but de sa vie, sa raison de vivre la plus vraie (cf. Jn 4,34 ; 14,10 ; 16,32 …). C’est pour cela qu’il ose appeler Dieu « Abba » = Père, papa ! C’est pour cela que par analogie nous l’appelons « Fils de Dieu » parce qu’il se reçoit continuellement d’un Autre que lui-même, et qu’il puise sa joie à devenir lui-même en se recevant d’un Autre qui l’aime. Tout le contraire du repli sur soi ! Tout le contraire de l’in-dépendance où je voudrais ne rien devoir à personne. L’enfant de la crèche – tout comme le crucifié abandonné – sait qu’il y a des liens d’amour sans lesquels nous ne pourrions pas devenir ce que nous sommes.

La communion d’amour trinitaire à laquelle nous sommes tous appelés n’est-elle pas le dynamisme le plus intime à la vie de Dieu : se recevoir ?

Et si l’appel à la vie divine passait par l’appel à se recevoir ??

 

RECEVOIR DE SE RECEVOIR?

Recevoir, se recevoir?

Franchissons encore une étape, au risque de nous perdre : et si grandir, c’était recevoir de se recevoir ? ?

Car il y a un piège : je pourrais croire que j’y arriverai tout seul (à me recevoir des autres). On essaie d’ailleurs de nous inculquer qu’en serrant les dents, en n’en parlant à personne et à la seule force des poignets, on devrait pouvoir surmonter les difficultés de la vie. Combien c’est illusoire !

La capacité de me recevoir, je la reçois elle aussi ; comme un enfant reçoit la vie et plus tard la capacité de la donner, le langage et la capacité de se laisser éduquer à la parole, l’amour et la capacité de se laisser aimer.

Prenez l’image des bateaux qui naviguent en flottilles : ils sont les symboles de notre traversée de l’existence, de nos voyages intérieurs, des tempêtes essuyées, des longs bords paisibles où nous avons taillé la route vers Dieu? Le Christ n’est pas le vaisseau amiral ni le vaisseau pilote de cette flottille : non, il s’invite à bord de chaque bateau, pour être notre mât, notre gouvernail, pour que l’Église soit notre équipage et l’Esprit le vent dans nos voiles. Si le Christ n’était que le navire de tête, ce serait désespérant, car je n’arriverais jamais à l’imiter et à le suivre par moi-même : il est bien trop fort pour moi ! Si le Christ embarque à mon bord, s’il devient ma boussole, mon gréement, alors tout devient possible?

Il est à bord de nos vies, pour nous ouvrir au don de Dieu, jour après jour. C’est ce que nos chantons au sommet de la prière eucharistique : « par Lui, avec Lui et en Lui, à Toi, Dieu le Père tout-puissant, dans l’unité du Saint-Esprit ? ». Par le Christ, avec le Christ et en Christ, nous devenons peu à peu ce que nous sommes réellement : enfants de Dieu, dans le Fils unique.

Fils et filles de Dieu, c’est-à-dire : faits pour se recevoir dans l’amour, comme des enfants devraient pouvoir se recevoir de leur parents. Enfants de Dieu, en faisant Corps avec Celui qui ne cesse de se recevoir, et nous entraîne ainsi dans l’offrande qu’il fait de lui-même à son Père.

Nous sommes davantage le satellite accroché au dos de la fusée Ariane que le pétard mouillé bricolé au fond du jardin, et qui voudrait toucher le ciel en ne comptant que sur lui?

Recevoir, se recevoir, recevoir de se recevoir : en réfléchissant à l’appel qui est constitutif de la personne humaine, n’oublions pas que le plus beau cadeau à faire à quelqu’un, à tout âge, c’est désirer se recevoir de lui ?

Éduquer, c’est en ce sens initier l’autre à la joie de cette dépendance d’amour ? et non fabriquer des adultes auto-suffisants.

Et si c’était l’enjeu de toute eucharistie : recevoir du Christ la capacité de nous recevoir de Dieu lui-même ??

 

1ère lecture : Origine du mariage (Gn 2, 18-24)

Lecture du livre de la Genèse

Au commencement, lorsque le Seigneur Dieu fit la terre et le ciel, il dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. »
Avec de la terre, le Seigneur Dieu façonna toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun.
L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde.
Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit. Le Seigneur Dieu prit de la chair dans son côté, puis il le referma.
Avec ce qu’il avait pris à l’homme, il forma une femme et il l’amena vers l’homme.
L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes oset la chair de ma chair ! On l’appellera : femme. »
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.

Psaume : 127, 1-2, 3, 4.5c.6a

R/ Que le Seigneur nous bénisse tous les jours de notre vie !

Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur.
Que le Seigneur te bénisse tous les jours de ta vie,
et tu verras les fils de tes fils.

2ème lecture : Jésus, notre Sauveur et notre frère (He 2, 9-11)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Jésus avait été abaissé un peu au-dessous des anges, et maintenant nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de sa Passion et de sa mort. Si donc il a fait l’expérience de la mort, c’est, par grâce de Dieu, pour le salut de tous.
En effet, puisque le créateur et maître de tout voulait avoir une multitude de fils à conduire jusqu’à la gloire, il était normal qu’il mène à sa perfection, par la souffrance, celui qui est à l’origine du salut de tous.
Car Jésus qui sanctifie, et les hommes qui sont sanctifiés, sont de la même race ; et, pour cette raison, il n’a pas honte de les appeler ses frères.

Evangile : L’indissolubilité du mariage ? L’accueil des enfants (brève : 2-12) (Mc 10, 2-16)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Si nous demeurons dans l’amour, nous demeurons en Dieu : Dieu est amour. Alléluia. (cf. 1 Jn 4, 16

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Un jour, des pharisiens abordèrent Jésus et pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
Jésus dit : « Que vous a prescrit Moïse ? »
Ils lui répondirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. »
Jésus répliqua : « C’est en raison de votre endurcissement qu’il a formulé cette loi.
Mais, au commencement de la création, il les fit homme et femme.
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais ils ne font qu’un.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
Il leur répond : « Celui qui renvoie sa femme pour en épouser une autre est coupable d’adultère envers elle.
Si une femme a renvoyé son mari et en épouse un autre, elle est coupable d’adultère. »

On présentait à Jésus des enfants pour les lui faire toucher ; mais les disciples les écartèrent vivement.
Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. »
Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.
Patrick Braud

22 septembre 2012

Jesus as a servant leader

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Jesus as a servant leader

Homélie du 25° Dimanche ordinaire / Année B
23/09/2012

Connaissez-vous ce terme « servant leader » (serviteur-chef pourrait-on traduire, maladroitement), issu des sciences du management ?

En 1970, le Président de AT&T Robert K. Greenleaf (1904-1990) a inventé le terme dans un court essai intitulé : « The servant As Leader ».

« Le leader-serviteur est d’abord un serviteur. Cela commence par le sentiment naturel de quelqu’un qui veut servir, d’abord servir. Alors le choix conscient amène la personne à aspirer devenir un leader. » 

 

Visiblement, cette vision de l’exercice des responsabilités en entreprise s’inspire dans notre évangile (Mc 9, 30-37) : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous ».

Lire dans les évangiles un modèle managérial en surprendra plus d’un ! Pourtant, il n’y a rien d’humain que le Christ ne soit venu accomplir. La manière dont Jésus de Nazareth exerce son autorité peut devenir une source d’inspiration pour les leaders d’aujourd’hui, son étrange comportement de chef des Douze peut transformer l’exercice du pouvoir des chefs actuels. Comment ?

En plaçant l’attitude de serviteur en amont, en premier, à la racine de toutes les autres fonctions exercées.  « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous ».

St Jean l’exprime dans le geste symbolique du lavement des pieds, qui est l’enracinement le plus profond de la capacité de Jésus à conduire (to lead en anglais) d’autres êtres : « Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Car c’est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, comme moi j’ai fait pour vous. » (Jn 13,13-15)

Le servant leader est d’abord un serviteur. L’inverse serait dangereux : un leader servant ne verrait dans le service qu’une manière de mieux faire réussir son leadership.

Pour aller au bout de son service, le servant leader aspire à exercer le pouvoir et l’autorité, mais un pouvoir-pour-les-autres : le pouvoir de libérer, de rendre l’autre à lui-même. Et finalement – pour le Christ en plénitude – le pouvoir de donner la vie, jusqu’à ressusciter l’autre à travers la mort. Prétention devant laquelle s’inclinent évidemment les servant leaders modernes ! Quoique donner la vie se fasse de multiples manières, en attendant l’ultime…

Greenleaf précisait :

« Le servant leader est vraiment très différent de la personne qui est d’abord un leader, peut-être en raison de la nécessité, pour ce dernier, de satisfaire un besoin de pouvoir particulier ou de posséder des biens matériels. Pour ceux-ci, ce sera un choix postérieur que de servir – après que le leadership ait été établi. Le leader d’abord et le serviteur d’abord sont deux types extrêmes. Entre les deux il y a des nuances et des mélanges qui font partie de la variété infinie de la nature humaine. 

La différence se manifeste dans le soin pris par le « serviteur d’abord » pour s’assurer que chez les autres les besoins prioritaires les plus élevés des personnes soient servis. Le meilleur test, et difficile à observer, est : est-ce que les personnes servies se développent en tant que personnes ; deviennent-elles, tout en étant servies, plus saines, plus sages, plus libres, plus autonomes, plus proches d’elles-mêmes pour devenir à leur tour serviteurs ? Et, quel en est l’effet sur les moins privilégiés dans la société ; en bénéficient-ils, ou, au moins, n’en sont-ils pas encore plus privés ?

On le voit : pour cette théorie managériale, le critère de réussite du servant leader est la réussite de ses collaborateurs. Plus encore, Greenleaf modère cette ambition par le critère de l’option préférentielle pour les pauvres pour l’exprimer selon les termes de la Doctrine sociale de l’Église. La réussite professionnelle ne doit pas se faire au détriment des plus défavorisés de la société. On pourrait même ajouter : la vraie réussite d’une équipe professionnelle se mesure au progrès qu’elle permet d’apporter aux plus pauvres.

 

La théorie du servant leader est donc tout entière commandée par ces deux principes :

- promouvoir l’épanouissement et la réussite se personnelle de chacun et de tous dans l’équipe

- apporter un réel progrès pour les plus défavorisés de la société.

 

On devine aisément que ce crible de discernement reste très sévère envers certaines « réussites » professionnelles. Augmenter le chiffre d’affaires d’une société vendant tabac et cigarettes, exporter plus d’armes de guerre, devenir la première banque dans des opérations immobilières obscures, rafler le leadership dans des commerces mafieux : la liste est longue des premières places qui ne résistent pas à l’examen évangélique du servant leader !

Les deux principes du servant leader sont indissociables : faire réussir une équipe sans vérifier qu’elle est au service du bien commun est typique de la dérive mafieuse ; sacrifier l’épanouissement des siens à un objectif même très noble est typique de la dérive utilitariste.

Goldman & Sachs par exemple ont privilégié le premier au détriment du second ; et Apple a bien souvent privilégié le second au détriment du premier.

 

Greenleaf a identifié 10 attitudes caractéristiques du servant leader :

- l’écoute : savoir attentivement écouter la voix des autres et sa propre voix intérieure.

- l’empathie : se laisser toucher par le bonheur et le malheur des autres, chercher à les comprendre, à les reconnaître.

- la guérison : la capacité de guérir l’autre pour lui permettre de s’intégrer de se transformer.

- la conscience de soi.

- la persuasion, plutôt que la contrainte ou la domination.

- la conceptualisation : la capacité d’imaginer, de penser au-delà du seul présent.

- la clairvoyance : comprendre les leçons du passé, les réalités du présent, prévoir les conséquences probables des décisions.

- l’esprit d’équipe.

- l’engagement dans l’évolution des personnes.

- l’engagement communautaire : savoir construire une communauté, tisser des liens, renforcer le sentiment d’appartenance.

 

À ces 10 attitudes, dont on retrouve sans peine l’enracinement dans l’attitude de Jésus lui-même, il faut ajouter une autre en amont, plus fondamentale encore : le désir de donner sa vie pour les autres, la capacité de faire de sa vie une offrande, un don pour les autres.

Car c’est lorsque Jésus vient d’annoncer sa Passion que Marc place le passage sur le servant leader. Les disciples discutaient entre eux pour savoir « qui est le plus grand ». À l’inverse, la passion du Christ va le mettre au plus bas, au dernier rang social et religieux. Le servant leader découvre tôt ou tard le prix à payer pour devenir fidèle à son désir de servir : lui aussi sera « livré » d’une manière ou d’une autre ; lui aussi devra faire l’expérience d’une mort à soi-même (à son succès immédiat, à des richesses faciles, à des honneurs trompeurs…). « Le bon berger donne sa vie pour ses brebis » (Jn 10,11), dira Jésus par expérience. Seuls les servant leaders prêts à payer un certain prix peuvent réellement transformer l’entreprise, l’équipe, le milieu professionnel où ils désirent servir. À trop faire silence sur cette dimension sacrificielle de ce type de leadership, on risque d’engendrer désillusions et amertumes chez ceux qui croiraient trop facilement qu’il suffit de vouloir servir pour être reconnus comme tels.

Reste que ce concept de servant leader est très puissant : à l’opposé d’un gouvernement top-down hiérarchique, il suscite la collaboration, l’identification, le déploiement des talents des collaborateurs, et la fidélité du consommateur, avec des résultats économiques meilleurs en finale que des systèmes autoritaires.

Le servant leader dans un groupe n’est pas toujours le chef, mais celui sans lequel le groupe perd sa cohésion et son état d’esprit de service mutuel et de service du client .

Nul doute que Jésus incarne au plus haut point, du lavement des pieds à la Passion, ce désir profond de servir d’abord qui caractérise les vrais leaders : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous ».

 

À nous de nous en inspirer pour l’exercice de nos responsabilités ordinaires.

 


[1]L’idée de l’essai de Greenleaf, «The Servant as a leader », est sorti de la lecture de Hermann Hesse : Voyage vers l’Est. C’est l’histoire d’un groupe lors d’un voyage exceptionnel mythique. Le personnage principal de cette histoire est Léo. Léo est le compagnon et le serviteur du groupe, il les soutient de son charisme et de son esprit, il leur donne le bien-être. Tout allait bien jusqu’à ce que Léo disparaisse. Depuis, le groupe se désagrége et le voyage doit être interrompu prématurément. Le groupe ne peut pas exister plus longtemps sans leur Léo serviteur. Après avoir lu cette histoire Greenleaf en vint à la conclusion qu’un bon leader est avant tout un serviteur. Ensuite, il écrivit son essai «The Servant as a leader », qui s’est vendu à plus de 500 000 exemplaires. 

 


1ère lecture : Les méchants complotent la mort du juste (Sg 2, 12.17-20)

Lecture du livre de la Sagesse

Ceux qui méditent le mal se disent en eux-mêmes : « Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie, il s’oppose à notre conduite, il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu, et nous accuse d’abandonner nos traditions.
Voyons si ses paroles sont vraies, regardons où il aboutira.
Si ce juste est fils de Dieu, Dieu l’assistera, et le délivrera de ses adversaires.
Soumettons-le à des outrages et à des tourments ; nous saurons ce que vaut sa douceur, nous éprouverons sa patience.
Condamnons-le à une mort infâme, puisque, dit-il, quelqu’un veillera sur lui. »

Psaume : 53, 3-4, 5.7b, 6.8

R/ Seigneur, à mon aide, mon secours et mon sauveur !

Par ton nom, Dieu, sauve-moi,
par ta puissance rends-moi justice ;
Dieu, entends ma prière,
écoute les paroles de ma bouche.

Des étrangers se sont levés contre moi, 
des puissants cherchent ma perte : 
ils n’ont pas souci de Dieu.
Par ta vérité, Seigneur, détruis-les !

Mais voici que Dieu vient à mon aide, 
le Seigneur est mon appui entre tous.
De grand c?ur, je t’offrirai le sacrifice, 
je rendrai grâce à ton nom, car il est bon !

2ème lecture : D’où viennent la paix et la guerre (Jc 3, 16-18 ; 4, 1-3)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Frères, la jalousie et les rivalités mènent au désordre et à toutes sortes d’actions malfaisantes.
Au contraire, la sagesse qui vient de Dieu est d’abord droiture, et par suite elle est paix, tolérance, compréhension ; elle est pleine de miséricorde et féconde en bienfaits, sans partialité et sans hypocrisie.
C’est dans la paix qu’est semée la justice, qui donne son fruit aux artisans de la paix. D’où viennent les guerres, d’où viennent les conflits entre vous ? N’est-ce pas justement de tous ces instincts qui mènent leur combat en vous-mêmes ?
Vous êtes pleins de convoitises et vous n’obtenez rien, alors vous tuez ; vous êtes jaloux et vous n’arrivez pas à vos fins, alors vous entrez en conflit et vous faites la guerre.
Vous n’obtenez rien parce que vous ne priez pas ; vous priez, mais vous ne recevez rien parce que votre prière est mauvaise : vous demandez des richesses pour satisfaire vos instincts.

Évangile : Deuxième annonce de la Passion et appel au service (Mc 9, 30-37)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Par l’annonce de la Bonne Nouvelle, Dieu nous appelle à partager la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. Alléluia. (cf. 2 Th 2, 14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache.
Car il les instruisait en disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. »
Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger.

Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demandait : « De quoi discutiez-vous en chemin ? »
Ils se taisaient, car, sur la route, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand.
S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »
Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit :
« Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille ne m’accueille pas moi, mais Celui qui m’a envoyé. »
Patrick Braud

Mots-clés : , ,

15 septembre 2012

Croire ou agir ? La foi ou les oeuvres ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Croire ou agir ? La foi ou les oeuvres ?

 

Homélie du 24° dimanche ordinaire / année B

16/09/2012

 

La foi où les oeuvres ?

Qu’est-ce qui est le plus important : croire, ou faire des choses bien ?

Sommes-nous sauvés en adhérant au Christ ou en faisant ce qu’il dit ?

Cette dialectique de la foi et des oeuvres est au coeur de la lettre de saint Jacques : « celui qui n’agit pas, sa foi est bel et bien morte, et on peut lui dire : « Tu prétends avoir la foi, moi je la mets en pratique. Montre-moi donc ta foi qui n’agit pas ; moi, c’est par mes actes que je te montrerai ma foi. »

Cette question a provoqué le déchirement de l’Europe au XVI° siècle, car c’est sur ce débat – qui a passionné les foules – que Luther et les réformateurs ont engagé un bras de fer avec Rome.

Leur raisonnement, toujours actuel, est très cohérent. Résumons-le : le salut est gratuit. Nul ne peut prétendre mériter l’amour offert par Dieu en Jésus-Christ. Prétendre que c’est grâce à nos bonnes actions que nous sommes dignes du salut serait contredire la gratuité absolue de l’amour divin.

Le raisonnement des catholiques n’est pas moins cohérent. En suivant saint Jacques, ils insistent sur la nécessaire coopération de l’homme au salut offert : la foi est morte si elle ne produit pas des oeuvres bonnes, et il est donc légitime de chercher à traduire en actes le désir d’être sauvé. Dieu ne veut pas sauver l’homme malgré lui, sans l’associer à cette transformation.

Les oppositions entre catholiques et protestants découlent de cette dispute centrale.

- Si la gratuité est absolue, alors l’homme n’y est pour rien, et ce serait folie que de compter sur ses bonnes oeuvres, sur l’intercession des saints ou sur le ministère des prêtres pour s’assurer du salut.

- Si la liberté de l’homme est réelle, alors il peut collaborer à l’oeuvre de Dieu en lui : Marie en est la preuve en personne, ainsi que la communion des saints les sacrements reçus activement, et les mérites de chacun.

 

On a peine à imaginer aujourd’hui que des familles ont éclaté à cause de ces questions théologiques, que des pays ont expulsé une partie des leurs, que l’Église d’Occident a donné naissance à une multitude de confessions plus ou moins étrangères les unes aux autres, tantôt violemment opposées, tantôt juxtaposées dans l’indifférence mutuelle…

Alors : croire ou agir ? La foi ou les oeuvres ?

L’Europe du Nord a choisi la première réponse. L’Europe du Sud s’est plutôt ralliée à la deuxième. Après des milliers de morts, des exils, des persécutions de chaque camp sur l’autre, on a vaguement trouvé  au XV° siècle un principe pacificateur : cujus regio, ejus religio. Chacun devait adopter la religion de sa région : en Bavière on était catholique, en Saxe protestant. Mais ce n’était qu’un pis-aller.

Il faut saluer l’énorme travail de dialogue et de réconciliation accompli par nos Églises depuis plus d’un siècle. Comme la déchirure était d’abord théologique, il fallait commencer par résoudre le dilemme proprement théologique qui a provoqué ces fractures. Croire ou agir ? La foi ou les oeuvres ? dans Communauté spirituelle doctrine-justifCela a été formellement accompli lors de la publication commune du document sur la justification par la foi 1 en 1999 par les Églises catholique et luthériennes, puis signé également par les Églises méthodistes. C’est finalement la position équilibrée de Saint-Jacques qui est la clé de cette réconciliation : oui le salut est gratuit, oui l’homme y est associé et doit collaborer à l’oeuvre de Dieu en lui et autour de lui.

« Nous confessons ensemble que la personne humaine est, pour son salut, entièrement dépendante de la grâce salvatrice de Dieu. »

« Lorsque les catholiques affirment que, lors de la préparation en vue de la justification et de son acceptation, la personne humaine ?coopère? par son approbation à l’agir justifiant de Dieu, ils considèrent une telle approbation personnelle comme étant une action de la grâce et non pas le résultat d’une action dont la personne humaine serait capable. »

La levée des excommunications mutuelles du XVIe siècle qui a eu lieu dans la foulée de la publication de ce document est un événement majeur pour nos sociétés européennes, et pour tous celles vers qui elles ont exporté leurs divisions (Afrique, Amérique latine notamment).

Croire ou agir ? La foi où les oeuvres ?

Que retenir de ce long conflit à notre échelle individuelle ?

Pouvons-nous par exemple réfléchir à l’interaction entre la foi et les oeuvres dans notre vie ?

Croire et agir font système. Cela a des conséquences pour chacun de nous.

- Croire sans agir pousse à se réfugier dans le culte, la prière « magique », le repli identitaire dans de petits groupes fortement marqués. C’est une tentation proche du traditionalisme.

- Agir sans croire pousse à se perdre dans le militantisme (politique, humanitaire, ecclésial…) sans autre horizon que l’efficacité. C’est une tentation activiste très populaire. La plupart des non-pratiquants s’appuient sur ce genre de raisonnement pour justifier leur absence à l’Église : faire du bien autour de soi vaut mieux que la participation à une assemblée. Position presque trop « catholique » dans la mesure où elle survalorise l’action au détriment de la foi, l’éthique au détriment de la métaphysique.

Or croire et agir font système.

Croire pour agir, agir pour croire…

Même dans la vie professionnelle, on retrouve cette dialectique et les dérives de ceux qui en absolutisent un des termes.

- Certains sont si attachés aux résultats que seule l’action compte ; peu importe la vision de l’homme, et d’ailleurs ils n’ont ni le temps ni l’intérêt pour se poser des questions sur le sens de leur travail.

- D’autres seront à l’inverse d’éternels penseurs, volontiers critiques sur l’action des autres, mais ne descendant jamais dans l’arène.

Mettre en oeuvre des stratégies industrielles ou commerciales demande de rendre compte des finalités poursuivies, des valeurs auxquelles on croit, d’une certaine vision de l’homme qui anime cette action.

Et symétriquement, avoir des convictions et des valeurs oblige à prendre des risques pour les incarner dans des décisions professionnelles.

 

Le vieux débat entre la foi et les oeuvres ne devrait-il pas finalement rester vivant en chacun de nous ? Sans lui donner de solution stable et définitive, le questionnement issu de saint Jacques aurait le mérite : – si nous l’alimentons sans cesse – de nous maintenir dans une dynamique de conversion permanente.

 

Nul n’est si croyant qu’il puisse se passer d’agir.

Nul n’est si efficace qu’il puisse se passer de croire.

_________________________________________________________

1. La Doctrine de la justification, Déclaration commune de la Fédération luthérienne mondiale et de l’Église catholique romaine, Cerf, Paris, 1999.

1ère lecture : Prophétie du Serviteur souffrant (Is 50, 5-9a)

Lecture du livre d’Isaïe

Parole du Serviteur de Dieu : Le Seigneur Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé.
J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas protégé mon visage des outrages et des crachats.
Le Seigneur Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu mon visage dur comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.
Il est proche, celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble. Quelqu’un a-t-il une accusation à porter contre moi ? Qu’il s’avance !
Voici le Seigneur Dieu qui vient prendre ma défense : qui donc me condamnera ?

Psaume : 114, 1-2, 3ac-4, 5-6, 8ac-9

R/ Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants.

J’aime le Seigneur :
il entend le cri de ma prière ;
il incline vers moi son oreille :
toute ma vie, je l’invoquerai.

J’étais pris dans les filets de la mort,
j’éprouvais la tristesse et l’angoisse ;
j’ai invoqué le nom du Seigneur : 
« Seigneur, je t’en prie, délivre-moi ! »

Le Seigneur est justice et pitié, 
notre Dieu est tendresse.
Le Seigneur défend les petits : 
j’étais faible, il m’a sauvé.

Il a sauvé mon âme de la mort,
gardé mes pieds du faux pas.
Je marcherai en présence du Seigneur 
sur la terre des vivants.

2ème lecture : Pas de vraie foi sans les actes (Jc 2, 14-18)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi, alors qu’il n’agit pas, à quoi cela sert-il ? Cet homme-là peut-il être sauvé par sa foi ?
Supposons que l’un de nos frères ou l’une de nos s?urs n’aient pas de quoi s’habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l’un de vous leur dit : « Rentrez tranquillement chez vous ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » et si vous ne leur donnez pas ce que réclame leur corps, à quoi cela sert-il ?
Ainsi donc, celui qui n’agit pas, sa foi est bel et bien morte, et on peut lui dire : « Tu prétends avoir la foi, moi je la mets en pratique. Montre-moi donc ta foi qui n’agit pas ; moi, c’est par mes actes que je te montrerai ma foi. »

Evangile : Confession de foi de saint Pierre et première annonce de la Passion (Mc 8, 27-35)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Notre seule fierté, c’est la croix du Seigneur ! En lui, le monde est crucifié à nos yeux, et nous, aux yeux du monde. Alléluia. (cf. Ga 6, 14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus s’en alla avec ses disciples vers les villages situés dans la région de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il les interrogeait : « Pour les gens, qui suis-je ? »
Ils répondirent : « Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »
Il les interrogeait de nouveau : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre prend la parole et répond : « Tu es le Messie. »
Il leur défendit alors vivement de parler de lui à personne.
Et, pour la première fois, il leur enseigna qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.
Jésus disait cela ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches.
Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi et pour l’Évangile la sauvera. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,

8 septembre 2012

Effata : la Forteresse vide

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Effata : la Forteresse vide

Homélie du 23° Dimanche du temps ordinaire / Année B
09/09/12

La forteresse vide par BettelheimMalgré les excès du tout-psychologique dans lesquels il est lui-même tombé, il faut relire Bruno Bettelheim, psychanalyste américain. Et notamment son livre-phare : « La Forteresse vide » où il raconte la renaissance lente et laborieuse d’une enfant nommée Marcia.
Marcia était arrivée dans le centre spécialisé tenu par Bettelheim alors qu’elle était autiste, c’est-à-dire gravement murée en elle-même, ne faisant pas la différence entre les choses et les gens autour d’elle, ne pouvant ni écouter, ni parler. Un petit animal en somme, incapable d’entrer en relation humaine avec d’autres êtres humains. En fait, une personnalité blessée qui s’était construite des remparts pour ne pas vivre ; une forteresse vide. Et puis, peu à peu, grâce à beaucoup d’amour et de confiance, à beaucoup de compétences aussi, ces défenses, ces murailles sont tombées quand elle a commencé à mimer, à gestuer les évènements de sa vie qui l’avaient blessée. Et puis la parole est venue, signe d’une guérison profonde, d’une renaissance étonnante.

N’allez pas vous rassurer trop vite en vous disant que ce n’est qu’un cas extrême, un cas particulier ! Non : la folie de quelques uns nous révèle des tendances inconscientes qui nous habitent tous. Les statistiques nous apprennent que bientôt en Occident 1/3 des hospitalisations seront des hospitalisations pour raisons mentales. En suivant des amis en dépression, en allant rendre visite à d’autres amis en hôpital psychiatrique, chacun de nous sera un jour ou l’autre impressionné et effrayé par ce nouveau cancer, plus terrible encore que les maladies physiques. À la racine de ces maladies mentales, il y a souvent des difficultés de la relation : pouvoir entendre, pouvoir parler, être écouté.

Pouvoir parler, pouvoir écouter la parole d’un Autre : voilà ce qui est au centre de l’Évangile d’aujourd’hui.

C’est bien plus qu’une guérison physique que Jésus opère en rendant au sourd-muet la capacité d’écouter et de parler. Cette guérison est le signe que la foi chrétienne est l’invitation à vivre au maximum, à être au maximum ouvert aux autres, et d’abord à Dieu, le Tout-Autre, en écoutant sa Parole et en annonçant la Bonne Nouvelle. En plaçant ce signe en pleine Décapole, c’est-à-dire en territoire grec, païen, l’évangéliste Marc préfigure l’ouverture des cultures païennes à l’annonce de l’Évangile lorsque plus tard Paul et les autres apôtres sillonneront la Méditerranée.

Pour nous la guérison physique du sourd-muet est l’image de la guérison la plus profonde du handicap intérieur qui gangrène l’Occident : ne plus savoir écouter, ne plus savoir parler. La fermeture de l’esprit, du coeur, de la conscience, de l’action. La sagesse populaire sait bien qu’il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Nous sommes handicapés quand – aveugles - le succès nous éblouit, ou quand la colère ou la mauvaise foi nous aveuglent. Nous sommes sourds quand nous n’écoutons que les mêmes personnes, les mêmes journaux, ou quand nous n’entendons pas le cri des pauvres. Nous sommes muets quand nous refusons d’encourager, de consoler, de défendre, quand nous taisons la difficile vérité. Le monde peut être aveugle à la misère du Tiers-Monde, sourds à ses appels à l’aide. L’Église elle-même, comme nous le rappelait la lettre de St Jacques, peut être muette quand elle ne dénonce pas les injustices sociales ou qu’elle privilégie les riches au détriment des pauvres.

Autour de nous, combien de gens souffrent de la solitude : serons-nous sourds à leurs cris de détresse, à leurs appels au secours ? Chaque été en France, des gens meurent seuls chez eux ; parfois leur corps n’est découvert que bien longtemps après. Une telle solitude est-elle humaine ? Et nous-mêmes, avons-nous la simplicité d’appeler au secours, de demander à d’autres frères chrétiens de nous écouter, de nous aider à parler, à dire notre souffrance ? Nos communautés chrétiennes, nos équipes, nos assemblées du Dimanche devraient être ces lieux où Jésus ressuscité continue de guérir les sourds et les muets que nous sommes.

Oui, créer des lieux fraternels où l’on puisse vraiment communiquer, parler et s’écouter, voilà à quoi nous provoque aujourd’hui cette guérison du sourd-muet : nous sommes le Corps du Christ ; le souffle de l’Esprit habite en nous. Il veut que par nos mains, son Église continue de guérir toutes les formes de surdité et de mutisme qui défigurent nos lieux de vie : école, lycée, quartier, bureau, usine, famille ?

 

Effata : ouvre-toi ! Parole transmise en araméen pour mieux lui conserver sa force originelle.

Effata : ouvre-toi ! Ne cessez pas de communiquer entre vous, par la parole, l’action, les gestes, les regards.

Effata : ouvre-toi ! Manifeste ton amour, manifeste aussi ta souffrance, car une blessure qui ne se dit pas est pire que la mort. Trouver les mots pour la dire est déjà l’amorce de la guérison intérieure, pour peu que le cri soit écouté.

Effata : ouvre-toi ! Ne cessez jamais de vous ouvrir l’un à l’autre, de vous accueillir, d’accueillir vos enfants, vos amis, vos parents ; car le visage aimé est d’une telle profondeur que la plus grande joie est justement de ne jamais épuiser son mystère.

Effata : ouvre-toi ! Sors de toi-même pour accueillir l’autre, le Tout-Autre. Brise la coquille de ton narcissisme qui te fait habiter à l’ombre de la mort.

Le Christ lui est le Verbe de Dieu : Parole faite chair pour que notre chair puisse parler. Par lui, avec lui et en lui, en entrant dans son eucharistie, ouvre-toi, quitte ta surdité et ton mutisme.

Ouvre-toi, sors des forteresses vides qui sont en toi, et deviens à l’image du Christ une table offerte à tous où il fait bon s’écouter et parler ensemble.

 

 

1ère lecture : Les merveilles du salut à venir (Is 35, 4-7a)
Lecture du livre d’Isaïe

Dites aux gens qui s’affolent : « Prenez courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-mêmeet va vous sauver. »
Alors s’ouvriront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds.
Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. L’eau jaillira dans le désert, des torrents dans les terres arides.
Le pays torride se changera en lac ; la terre de la soif en eaux jaillissantes.

Psaume : 145, 7, 8, 9ab.10b

R/ Je te chanterai, Seigneur, tant que je vivrai.

Le Seigneur fait justice aux opprimés ;
aux affamés, il donne le pain ;
le Seigneur délie les enchaînés.

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés,
le Seigneur aime les justes.

Le Seigneur protège l’étranger.
Il soutient la veuve et l’orphelin.

Le Seigneur est ton Dieu pour toujours !

2ème lecture : La dignité des pauvres dans l’Église (Jc 2, 1-5)
Lecture de la lettre de saint Jacques

Mes frères, ne mêlez pas des considérations de personnes avec la foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire.
Imaginons que, dans votre assemblée, arrivent en même temps un homme aux vêtements rutilants, portant des bagues en or, et un homme pauvre aux vêtements sales.
Vous vous tournez vers l’homme qui porte des vêtements rutilants et vous lui dites : « Prends ce siège, et installe-toi bien » ; et vous dites au pauvre : « Toi, reste là debout », ou bien : « Assieds-toi par terre à mes pieds ».
Agir ainsi, n’est-ce pas faire des différences entre vous, et juger selon des valeurs fausses ?
Écoutez donc, mes frères bien-aimés ! Dieu, lui, n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde ? Il les a faits riches de la foi, il les a faits héritiers du Royaume qu’il a promis à ceux qui l’auront aimé.

Evangile : Guérison d’un sourd-muet (Mc 7, 31-37)
Acclamation :
 Alléluia. Alléluia. Jésus proclamai la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissait son peuple de toute maladie. Alléluia. (cf. Mt 4, 23)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus quitta la région de Tyr ; passant par Sidon, il prit la direction du lac de Galilée et alla en plein territoire de la Décapole.
On lui amène un sourd-muet, et on le prie de poser la main sur lui.
Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et, prenant de la salive, lui toucha la langue.
Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit : « Effata ! », c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! »
Ses oreilles s’ouvrirent ; aussitôt sa langue se délia, et il parlait correctement.
Alors Jésus leur recommanda de n’en rien dire à personne ; mais plus il le leur recommandait, plus ils le proclamaient.
Très vivement frappés, ils disaient : « Tout ce qu’il fait est admirable : il fait entendre les sourds et parler les muets. »
Patrick Braud

Mots-clés : , ,
1...136137138139140...163