L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Recherche : homélie dimanche prochain

1 octobre 2018

Le semblable par le semblable

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le semblable par le semblable


Homélie pour le 27° dimanche du temps ordinaire / Année B
07/10/2018

Cf. également :

L’homme, la femme, et Dieu au milieu
Le mariage et l’enfant : recevoir de se recevoir
Sur quoi fonder le mariage ?
Le festin obligé

 

Bienvenue aux Alcooliques Anonymes !

Le semblable par le semblable dans Communauté spirituelle meres-anonymes1-300x205« – Bonjour. Je m’appelle Caroline.
- Bonjour, Caroline ! clame en chœur le groupe assis en cercle sur des chaises toutes simples.
- Je suis alcoolique. Cela fait trois mois que je n’ai pas touché un verre ».
Et le groupe applaudit.

Ce rituel des Alcooliques Anonymes est célèbre dans le monde entier. Il garantit l’égalité de condition des participants à ce groupe de parole. Il crée un lien de solidarité entre les participants : nous sommes tous confrontés à la même maladie ; nous savons de quoi nous parlons ; nous allons pouvoir nous entraider.

Ce qui est vrai des Alcooliques Anonymes l’est aussi d’autres groupes et associations de personnes touchées par un combat commun : des femmes battues, des victimes d’attentats, des malades de cancer, des veufs et veuves, des parents ayant perdu un enfant etc.

Pourquoi se regrouper ainsi ?

Parce que seuls ceux qui ont vécu telle expérience spécifique savent en parler aux autres. Parce qu’ils peuvent s’écouter mutuellement sans plaquer des aprioris et des clichés de l’extérieur. Entre compagnons de galère, on se reconnaît, on devine ce que l’autre ressent et veut exprimer, car on y est passé soi-même. Entendre quelqu’un parler du cancer en général, c’est bien ; mais rien ne remplace le témoignage personnel de quelqu’un qui a traversé le même cancer que le mien : celui-là, je peux le comprendre, recevoir ses paroles, lui accorder un crédit de confiance car son chemin est proche du mien. À l’inverse, les conseils, les belles paroles et les exhortations de ceux qui n’ont jamais vécu ma situation risquent d’être plaqués, extérieurs, et finalement peu pertinents.

Résultat de recherche d'images pour "Jonathan Pierres Vivantes"Quand un politique discourt sur la grande pauvreté par exemple, on ne peut qu’être méfiant : que connaît-t-il de la bataille quotidienne pour nourrir une famille avec cinq euros ? Que sait-il de l’usure morale et physique d’une mise à l’écart sociale pendant des années ? Même s’il s’appuie sur des études et des associations, ce sera toujours un riche qui se penche sur le problème des pauvres.

C’est pourquoi un prêtre des cités populaires a fondé ATD Quart-Monde. C’est grâce à un jeune aveugle, François Lesueur, que Valentin Haüy a pu créer sa Fondation pour aveugles. Ce sont des parents endeuillés qui ont créé l’association Jonathan Pierres Vivantes etc.

Les Pères de l’Église condensaient cette loi humaine en une formule bien frappée : « ce qui n’a pas été assumé ne peut être sauvé ». Autrement dit : c’est de l’intérieur, par des proches, des gens qui ont vécu la même chose que peut venir l’entraide.

 

Jésus, mon semblable.

La lettre aux Hébreux dans notre deuxième lecture constate que Jésus lui-même s’est soumis à cette loi anthropologique :
« celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés doivent tous avoir même origine ; pour cette raison, Jésus n’a pas honte de les appeler ses frères » (He 2,11)

z Action Catholique dans Communauté spirituellez empowermentRésultat de recherche d'images pour "jésus bon larron"La libération ne peut venir de quelqu’un n’ayant pas la même origine. Lorsque quelqu’un ignore cela, il tombe dans la condescendance, l’assistance, la manipulation. Seuls des frères peuvent sauver les frères, sinon la domination ne fera que changer de mains. Quand Moïse par exemple, après son éducation égyptienne, redécouvre son appartenance au peuple hébreu, c’est alors qu’il peut en devenir le libérateur. Dieu l’a renvoyé vers les siens (épisode du buisson ardent) alors qu’il fuyait au désert la vie avec ses semblables.

Parce qu’il a la même origine en humanité, Jésus connaît de l’intérieur nos combats, nos détresses, nos dérélictions les plus extrêmes, car qu’y a-t-il de plus extrême que la croix pour lui ? Parce qu’il est mon semblable en humanité, je peux parler à Jésus comme à un ami, un frère, un compagnon de route. Il a assumé mes tentations, il a vibré à la beauté du monde comme moi, il a connu l’amour, l’amitié, la trahison, la joie, la tristesse, la colère, la souffrance sous toutes ses formes…

« Ce qui n’est pas assumé ne peut être sauvé » : les Pères de l’Église ont martelé cette formule à l’encontre de ceux qui niaient l’humanité de Jésus pour sauvegarder sa divinité. La prière eucharistique n° 4 redit cela avec force (cf. He 4,15) : « il a vécu notre condition d’homme en toutes choses, excepté le péché » (car en réalité le péché n’est pas humain ; il ne fait pas partie de notre vocation humaine).

Jésus se fait le semblable de tous, et surtout des pauvres, des petits, des sans-grades afin que tout être humain trouve en lui un égal, un familier.

 

Pourquoi est-ce si important d’avoir la même origine ?

LA DAME PATRONNESSERedisons-le : ceux qui veulent résoudre les problèmes des autres sans en avoir l’expérience directe ressemblent aux dames patronnesses du 19° siècle. Ils veulent faire pour, souvent avec générosité, mais hélas avec incompétence. Si bien que leur bonne volonté devient vite dangereuse. C’était par exemple le drame du pouvoir colonial français : il voulait assurer le ‘progrès’ des indigènes en faisant pour eux des infrastructures, des lois, une organisation sociale qu’ils imaginaient pour eux.

À l’inverse, si De Gaulle n’avait pas réussi à imposer la légitimité de son gouvernement aux Alliés en 39-45, si les chars du maréchal Leclerc n’avaient pas symboliquement libéré Paris avant les Américains, nous serions devenus une nation sous tutelle, mineure et assistée. Si les français n’avaient pas parlé aux français depuis Londres, nous aurions perdu notre indépendance pour des années.



 

 

L’empowerment

Comme le chante l’hymne de Ph 2, 6-11, Jésus a quitté sa condition divine pour aller épouser notre humanité, au plus bas, afin de la faire remonter auprès de Dieu dans son triomphe sur le mal et la mort. Il s’est fait proche. Il est devenu notre semblable. Il a voulu que l’homme soit sauvé non pas de l’extérieur, par un Dieu tout autre, mais par un frère qui libère en chacun sa capacité à être fils de Dieu.

On l’a dit : faire pour est peut-être généreux, mais naïf et dangereux. L’étape suivante est d’essayer de faire avec. C’est plus noble. Le risque persiste cependant de faire faire à l’autre ce que je pense être le meilleur. L’Occident décide ainsi de grands projets de développement économique et cherche des partenaires locaux en Afrique ou en Asie pour les réaliser avec eux. Mais qui a pris le temps d’écouter ce que les Africains, les Asiatiques mettent sous le terme ‘développement’ ? Faire avec suppose fait en réalité que l’autre ait déjà pris conscience de ce qu’il souhaite faire. Sinon, c’est une parodie de coopération où finalement j’impose mon point de vue en le faisant réaliser par mes ‘partenaires’.

Empowered

Il s’agit donc de rendre d’abord l’autre capable de vouloir et de faire, puis de faire ensemble. C’est ce qu’exprime le terme anglais empowerment : il s’agit de donner le pouvoir (power) à l’autre sur lui-même. L’empowerment est ce travail d’accompagnement qui consiste à libérer en l’autre sa capacité à décider et entreprendre par lui-même. L’empowerment redonne du pouvoir, de la liberté, de l’autonomie et des moyens pour construire son propre chemin par soi-même, en coopération libre avec d’autres.

Au lieu de faire pour, on donne à l’autre de quoi faire par lui-même, et alors seulement on peut faire avec.

Ainsi lorsque Jésus constate après un miracle : « ta foi t’a sauvé », il suit cette pédagogie : il révèle à l’autre la puissance du désir qui est en lui, et l’invite alors à mettre en œuvre cette puissance de salut par lui-même. C’est sa foi qui l’a sauvé et non pas Jésus de l’extérieur. Jésus agit alors comme un catalyseur : en se décentrant de lui-même, il donne à l’autre de découvrir son centre le plus personnel, et travaille avec lui à la réalisation de son désir le plus vrai, le plus saint.

 

Évangéliser le semblable par le semblable

C’est l’une des intuitions les plus fécondes de l’Action Catholique. Au milieu des questions sociales nées de la Révolution industrielle, les chrétiens ont fait l’expérience que mieux que tout autre les ouvriers savent parler aux ouvriers de l’Évangile dans leur culture, leurs modes de vie. De même les cadres trouvent les mots qui vont toucher d’autres cadres pour témoigner du Christ etc. Ainsi sont nés la JOC, la JEC, la JIC, la JICF, les CMR, l’ACO, le MCC, les EDC, le MCR… Si ces mouvements sont aujourd’hui exsangues, c’est sans doute à cause de leur emprunt idéologique à d’autres pensées (marxiste, socialiste, sociologiques…) qui leur ont fait perdre de vue cette intuition évangélique :
« celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés doivent tous avoir même origine ; pour cette raison, Jésus n’a pas honte de les appeler ses frères » (He 2,11)

51EKW7SBRQL._AC_US400_ évangélisationAu congrès de Besançon en 1898, l’ACJF avait déjà entendu la revendication d’une évangélisation du semblable par le semblable. Le souci d’atteindre les masses a conduit l’Action Catholique à se spécialiser par milieu social, à partir de cette idée que ce sont les jeunes d’un milieu qui sont capables de toucher l’ensemble des jeunes de ce milieu : « entre eux, par eux, pour eux ». Cette idée, c’est l’abbé Cardjin, puis l’abbé Guérin qui vont véritablement la mettre en œuvre. En 1925 la JOC est fondée en Belgique, en 1926 en France. Pie XI (pontificat 1922-1939) consacrera cette intuition dans son encyclique Quadragesimo anno dans le langage de l’époque :

« Les circonstances nous tracent clairement la voie dans laquelle nous devons nous engager. Comme à d’autres époques de l’histoire de l’Église, nous affrontons un monde retombé en grande partie dans le paganisme. Pour ramener au Christ ces diverses classes d’hommes qui l’ont renié, il faut avant tout recruter et former dans leur sein même des auxiliaires de l’Église qui comprenne leur mentalité et leurs aspirations et qui sachent parler à leur cœur dans un esprit de fraternelle charité. Les premiers apôtres, les apôtres immédiats des ouvriers seront les ouvriers ; les apôtres du monde industriel et commerçant seront des industriels et des commerçants ».

Les effectifs sont importants : en 1937, la JOC compte 30 000 adhérents et réunit 85 000 jeunes au Parc des Princes pour célébrer son dixième anniversaire. Les prêtres ouvriers naissent de la même intuition de proximité : ils sont 10 en 1947, 25 un an plus tard, puis une centaine. L’objectif n’est plus de convertir la masse ouvrière mais de réinventer l’Église en milieu ouvrier ; les maîtres mots sont « naturalisation » des prêtres et « incarnation » de l’Église. C’est à propos de la question communiste que leur aventure va prendre fin, dans le contexte de la guerre froide. En 1954, Rome met fin à l’expérience des prêtres ouvriers. Certains refusent de se soumettre et d’abandonner leur travail. La mission de France poursuit actuellement cette conception de l’évangélisation, en y incluant des laïcs.

Le constat demeure : avoir la même origine (sociale, géographique, culturelle, intellectuelle etc.) que l’autre m’en rend plus naturellement frère. Cette proximité me permet d’acculturer l’Évangile, de le traduire dans sa mentalité, son vocabulaire, sa vision du monde afin qu’il puisse entendre comme à Pentecôte le message dans sa langue maternelle.

 

Mais qui est mon semblable ?

Jésus s’est fait le semblable de tout homme. Mais moi, de qui suis-je naturellement le semblable ? Qui a la même origine que moi, si bien que nous pourrons facilement échanger, nous confier l’un à l’autre, interpréter ensemble l’Évangile dans notre condition commune ?
Le jeune homme riche demandait à Jésus : qui est mon prochain ?
Il nous faut lui demander aujourd’hui : qui est mon semblable ? quelle est mon origine ? qui la partage avec moi ?
Nous pourrons alors, de façon privilégiée et non exclusive, nous tourner vers nos semblables pour fraternellement leur proposer la belle aventure de la foi chrétienne qu’ils écriront avec nous.

Demandez-vous donc – et demandez au Christ – cette semaine : qui est mon semblable ?

 

 

 

Lectures de la messe

Première lecture
« Tous deux ne feront plus qu’un » (Gn 2, 18-24)

Lecture du livre de la Genèse

Le Seigneur Dieu dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. » Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun. L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde. Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit. Le Seigneur Dieu prit une de ses côtes, puis il referma la chair à sa place. Avec la côte qu’il avait prise à l’homme, il façonna une femme et il l’amena vers l’homme. L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair ! On l’appellera femme – Ishsha –, elle qui fut tirée de l’homme – Ish. » À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.

Psaume
(Ps 127 (128), 1-2, 3, 4-6)
R/ Que le Seigneur nous bénisse tous les jours de notre vie ! (cf. Ps 127, 5ac)

Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

Voilà comment sera béni l’homme qui craint le Seigneur.
De Sion, que le Seigneur te bénisse !
Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie,
et tu verras les fils de tes fils. Paix sur Israël.

Deuxième lecture
« Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés doivent tous avoir même origine » (He 2, 9-11)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères, Jésus, qui a été abaissé un peu au-dessous des anges, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de sa Passion et de sa mort. Si donc il a fait l’expérience de la mort, c’est, par grâce de Dieu, au profit de tous. Celui pour qui et par qui tout existe voulait conduire une multitude de fils jusqu’à la gloire ; c’est pourquoi il convenait qu’il mène à sa perfection, par des souffrances, celui qui est à l’origine de leur salut. Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés doivent tous avoir même origine ; pour cette raison, Jésus n’a pas honte de les appeler ses frères.

Évangile
« Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » (Mc 10, 2-16) Alléluia. Alléluia.
Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous ; en nous, son amour atteint la perfection. Alléluia. (1 Jn 4, 12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, des pharisiens abordèrent Jésus et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? » Jésus leur répondit : « Que vous a prescrit Moïse ? » Ils lui dirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. » Jésus répliqua : « C’est en raison de la dureté de vos cœurs qu’il a formulé pour vous cette règle. Mais, au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme. À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question. Il leur déclara : « Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle. Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère. »
Des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’il pose la main sur eux ; mais les disciples les écartèrent vivement. Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. » Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

24 septembre 2018

Scandale ! Vous avez dit scandale ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Scandale ! Vous avez dit scandale ?


Homélie pour le 26° dimanche du temps ordinaire / Année B
30/09/2018

Cf. également :

Contre tout sectarisme
Le coup de gueule de saint Jacques


Qu’est-ce qui vous scandalise ?
Quelles affaires vous indignent ?
Quels faits vous mettent en colère comme un incendie embrase une forêt au mois d’août ?

Scandale à la uneNotez sur un bout de papier ou dans votre tête les 3 premiers sujets de scandale qui vous viennent à l’esprit. Réfléchissez sur ce que ce tiercé révèle de vos priorités, de vos peurs, de vos engagements (ou non). Puis demandez à un proche de faire le même exercice. Et comparez. Vous verrez la personnalité de chacun apparaître à travers ses choix. Vous constaterez sans doute de grandes différences. Car nous avons chacun un sens très personnel du scandale. Et notre indignation peut être sélective, ou largement conditionnée par notre milieu. Certains vibreront d’abord sur des thématiques politiques : injustices, inégalités ; d’autres sur des thématiques sociales : violences faite aux femmes, aux enfants, IVG, euthanasie ; d’autres encore mentionneront les scandales financiers qui ont ruiné des gens par centaines : Lehman Brothers, Enron, Barings, la crise de 1929… ; ou bien des scandales éclaboussant des personnalités en vue : l’affaire Fillon, Benalla, le Watergate, les diamants de Bokassa etc.

En faisant votre liste, vous remarquerez peut-être que notre époque en Occident a une conception très médiatique du scandale. Pasolini déclarait avec son sens habituel de la provocation : « Scandaliser est un droit, être scandalisé un plaisir ». Est scandaleux dans notre mentalité occidentale actuelle ce qui alimente la rumeur sur les réseaux sociaux, les chaînes d’information en continu, tout ce qui accélère ce que Bourdieu appelait « la circulation circulaire de l’information ». Lorsque le scandale ne tourne plus en boucle sur nos écrans, il passe de cyclone à tornade, puis à fort coup de vent, et finalement le souffle de l’événement s’éparpille et laisse la place à une nouvelle indignation…

La durée de vie des scandales est éphémère. Les plus anciens se souviendront des scandales ayant marqué le XX° siècle : l’affaire Dreyfus, Stavinsky, les emprunts russes, le canal de Panama, les goulags… Mais les autres siècles avaient bien d’autres sujets de scandale : le collier de la reine, les maîtresses du roi, les intrigues de la cour, la colonisation… « À chaque instant nous sommes exposés à nous scandaliser. Vous voyez le juste dans la pauvreté, vous vous scandalisez. Vous voyez le méchant dans la richesse, vous vous scandalisez. Vous voyez une famille chrétienne sans enfants, vous vous scandalisez ; une autre famille qui n’est pas chrétienne, et où tout abonde, vous vous scandalisez… » [1].

La Bible a elle aussi sa culture particulière du scandale, qui a très peu à voir avec notre conception actuelle. Le scandale biblique est un acte extérieur répréhensible (geste, attitude, parole, omission), posé sans cause suffisante, qui fournit au prochain l’occasion d’une chute spirituelle ou d’une faute. Pour les auteurs bibliques, est scandaleux non pas ce qui est publiquement rejeté par tous, mais ce qui risque de faire chuter quelqu’un dans sa foi en Dieu. Le scandale biblique (skandalon en grec) est essentiellement une occasion de chute qui déstabilise le croyant et risque de le faire douter.

Scandale ! Vous avez dit scandale ? dans Communauté spirituelle skandalon-300x168

Ainsi, dans l’évangile ce dimanche, l’œil, la main ou le pied peuvent entraîner le croyant à s’éloigner du chemin des justes. Mieux vaut alors les couper, dit Jésus sans ménagement en usant du langage hyperbolique qu’il affectionne. Heureusement, les Pères de l’Église ont interprété ce passage allégoriquement :
« Nous pouvons trouver autour de nous des parents et des amis qui nous soient unis comme les membres de notre corps ; si leur influence est mauvaise, ils ne sont plus des amis, ils sont des ennemis : il nous restera des mutilations douloureuses, mais nous serons sauvés (Origène : commentaire de l’évangile selon saint Matthieu, XIII 25).
« Rien n’est nuisible comme la fréquentation des mauvais. Souvent plus que la nécessité n’a pu faire, l’amitié le fait soit en bien soit en mal. Quels que soient les liens qui nous unissent à eux, il faut traiter les méchants comme nous traitons nos membres gangrenés, quand nous voyons que leur corruption nous gagne » (saint Jean Chrysostome : homélie LIX sur saint Matthieu, 4).
« Il vaut mieux vous sauver en vous séparant d’eux que de vous perdre en leur compagnie » (saint Jérôme).
 Les yeux, mains ou pieds qui entraînent à pécher sont souvent de mauvaises relations qui nous influencent en mal. De telles amitiés sont scandaleuses, au sens où elles nous éloignent de Dieu. Mieux vaut cesser ces fréquentations et couper avec elles. Celui qui fréquente la mafia doit savoir qu’il finira par lui ressembler dès qu’il met un doigt dans l’engrenage. Mieux vaut la pauvreté libre que la richesse sous tutelle du mal.

« Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer ». Le mot petits (mikron en grec, qui a donné micron) ne désigne pas des enfants ici, mais plutôt les cœurs simples (Rm 16,17), les gens ordinaires qui sont les préférés de Dieu, par opposition aux puissants de ce monde. Ce sont les humbles du Magnificat, qui sont élevés par Dieu alors que les puissants sont renversés de leur trône.
« C’est le propre des petits de pouvoir être scandalisés : car ceux qui sont grands sont au-dessus du scandale » (saint Jérôme).
« Celui qui est grand, quoi qu’il ait à souffrir, ne déserte pas sa foi ; mais celui qui est encore petit, faible, à cause des secrètes connivences qu’il a encore avec le mal, cherche volontiers l’occasion de se scandaliser (saint Bède le Vénérable : commentaire de l’évangile selon saint Marc) ».
Faire chuter ces petits qui croient peut être une allusion aux multiples prophéties et fausses doctrines sur Jésus qui ont pullulé dans les premiers siècles : gnostiques, ébionites, marcionistes, sabellianistes, monophysites, ariens etc… Il y a eu tant de soi-disant prophètes qui ont failli égarer le peuple des chrétiens dans des théories trop humaines ! Paul est très clair : « Je vous exhorte, frères, à vous garder de ceux qui suscitent divisions et scandales en s’écartant de l’enseignement que vous avez reçu ; éloignez-vous d’eux. Car ces gens-là ne servent pas le Christ notre Seigneur, mais leur ventre, et par leurs belles paroles et leurs discours flattent, séduisent les cœurs simples » (Rm 16,17-18).
Ce sont ces prétendus docteurs semant la division et le trouble que Jésus vise par son terrible avertissement : « mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer ».

 moulin_ane croix dans Communauté spirituelle

Ailleurs dans les Évangiles, c’est la persécution qui est un objet de chute (skandalon) pour le croyant semblable à la graine semée dans sur la roche : « dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute (skandalizo) » (Mt 13,21).
Et c’est vrai que beaucoup ont renié leur baptême (les lapsi = ceux qui ont chuté) devant la peur et les menaces romaines de perdre son emploi, de voir sa famille déportée, ou de finir dans l’arène du cirque. La Gestapo et ses techniques de torture jouaient le même rôle scandaleux pendant l’Occupation : beaucoup ont craqué (mais qu’aurions-nous fait à leur place ?) pendant les interrogatoires inhumains dans les sous-sols d’une Kommandantur. La torture à la manière de la Gestapo est un scandale au sens où elle est une occasion de chute pour les résistants et peut les faire dévier de leur juste combat.

Du coup, les Évangile n’hésitent pas à qualifier Jésus lui-même de scandale, cette fois-ci pour ceux qui ne croit pas en lui. En effet, ses paroles peuvent choquer les juifs pratiquants : « sais-tu que les pharisiens ont été scandalisés (skandalizo) des paroles qu’ils ont entendues ? » (Mt 15,12)
Et notamment lorsqu’il parle du pain de vie : « Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit : ‘cela vous scandalise-t-il ?’ » Jn 6,61)
Sa liberté devant l’occupant romain peut troubler, si bien qu’il préfère payer l’impôt dû à César (alors qu’il n’y est pas assujetti de par sa filiation divine) plutôt que de dérouter les gens qui croient en lui : « Pour ne pas les scandaliser, va à la mer, jette l’hameçon, et tire le premier poisson qui viendra; ouvre-lui la bouche, et tu trouveras un statère. Prends-le, et donne-le-leur pour moi et pour toi. » (Mt 17,27)
Son enfance ordinaire à Nazareth jure avec sa prétention à être le fils de Dieu, et cela scandalise les juifs de Capharnaüm : « N’est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joset, de Jude et de Simon ? Et ses sœurs ne sont-elles pas ici parmi nous ? Et il était pour eux une occasion de chute (skandalizo) ». (Mc 6,3)
Pierre fanfaronne en affirmant que lui ne chutera pas (skandalizo) là où les autres faibliront : « Quand tous seraient scandalisés, je ne serai pas scandalisé ». (Mc 14,29) et Jésus est obligé de lui annoncer son reniement à venir.
C’est donc que ceux qui ont chuté (Pierre reniant, les lapsi, tout pécheur…) n’ont pas à être scandalisés de leurs propres faiblesses…

Faillir trébucher homme cartoon illustration faillir trébucher homme cartoon illustration – cliparts vectoriels et plus d'images de faillir trébucher libre de droits

En dehors des Évangiles, c’est Paul qui fait usage du mot scandale avec le plus de force. Libre vis-à-vis de la cashrout, Paul demande que cette liberté alimentaire ne soit pas prétexte à scandale qui détournerait les judéo-chrétiens de la foi : « Il est bien de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin, et de s’abstenir de ce qui peut être pour ton frère une occasion de chute, de scandale ou de faiblesse ». (Rm 14,21) « C’est pourquoi, si un aliment scandalise mon frère, je ne mangerai jamais de viande, afin de ne pas scandaliser mon frère » (1Co 18,13).
Et surtout, Paul théorise la Croix comme scandale absolu pour les juifs : « nous proclamons, nous, un Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les païens » (1Co 1,23).
« Quant à moi, frères, si je prêche encore la circoncision, pourquoi suis-je encore persécuté ? C’en est donc fini du scandale de la croix ! » (Ga 5,11)

Ce scandale continue d’être pour les musulmans un obstacle à recevoir la foi chrétienne : il est inconcevable, scandaleux, pour le Coran qu’un envoyé de Dieu finisse de façon aussi lamentable et infamante. D’où les théories musulmanes de la substitution ou du sosie pour éviter à Isha cette infamie choquante.

SAJ-couv-d%C3%A9finitive-compress%C3%A9e-2 petit

L’enjeu de ce rapide parcours biblique est double :

- prenons conscience des situations où nos actes et nos paroles risquent de faire de nous un scandale (une occasion de chute) pour ceux qui croient ou cherchent à croire.

- et si nous-mêmes sommes scandalisés, réfléchissons à ce qui veut ainsi nous déstabiliser. N’est-ce pas donner trop de force au scandale que de l’amplifier à l’infini ou de croire qu’il est insurmontable ?

Les psaumes appellent le juste à ne se laisser déstabiliser par rien dans sa marche vers Dieu : « Grande paix pour les amants de ta loi, pour eux rien n’est scandale » (Ps 119,165)

Les Pères de l’Église étaient persuadés que le chrétien a en lui la force de l’Esprit de Dieu pour vaincre ces tentations de chuter : « Jésus nous a apporté la paix : il nous l’a apportée par sa croix, par cette croix qui est le plus grand scandale des Juifs, et qui met celui qui s’y attache au-dessus de toute tentation » [2].

« Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie » (sainte Thérèse d’Avila) : les scandales d’hier ou d’aujourd’hui sont légion ; demain en inventera bien d’autres. Souvent on nous les impose comme tels à notre insu.

Prenons garde aux vrais scandales (dans le sens biblique du terme) qui nous éloignent du cœur de la foi (l’amour, pardon, la communion de Dieu en tous), et croyons que « rien ne pourra nous éloigner de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ » (Rm 8,39).

Rien, pas même la plus scandaleuse des actualités.

 


[1]. Ambroise de Milan, commentaire du Psaume 118, sermon XXI

[2]. Ambroise de Milan, ibid.

 

 

Lectures de la messe 

Première lecture
« Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! » (Nb 11, 25-29)

Lecture du livre des Nombres

En ces jours-là, le Seigneur descendit dans la nuée pour parler avec Moïse. Il prit une part de l’esprit qui reposait sur celui-ci, et le mit sur les 70 anciens. Dès que l’esprit reposa sur eux, ils se mirent à prophétiser, mais cela ne dura pas.
Or, deux hommes étaient restés dans le camp ; l’un s’appelait Eldad, et l’autre Médad. L’esprit reposa sur eux ; eux aussi avaient été choisis, mais ils ne s’étaient pas rendus à la Tente, et c’est dans le camp qu’ils se mirent à prophétiser. Un jeune homme courut annoncer à Moïse : « Eldad et Médad prophétisent dans le camp ! » Josué, fils de Noun, auxiliaire de Moïse depuis sa jeunesse, prit la parole : « Moïse, mon maître, arrête-les ! » Mais Moïse lui dit : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux ! »

Psaume
(Ps 18 (19), 8, 10, 12-13, 14)
R/ Les préceptes du Seigneur sont droits, ils réjouissent le cœur. (Ps 18, 9ab)

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables.

Aussi ton serviteur en est illuminé ;
à les garder, il trouve son profit.
Qui peut discerner ses erreurs ?
Purifie-moi de celles qui m’échappent.

Préserve aussi ton serviteur de l’orgueil :
qu’il n’ait sur moi aucune emprise.
Alors je serai sans reproche,
pur d’un grand péché.

Deuxième lecture
« Vos richesses sont pourries » (Jc 5, 1-6)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Vous autres, maintenant, les riches ! Pleurez, lamentez-vous sur les malheurs qui vous attendent. Vos richesses sont pourries, vos vêtements sont mangés des mites, votre or et votre argent sont rouillés. Cette rouille sera un témoignage contre vous, elle dévorera votre chair comme un feu. Vous avez amassé des richesses, alors que nous sommes dans les derniers jours ! Le salaire dont vous avez frustré les ouvriers qui ont moissonné vos champs, le voici qui crie, et les clameurs des moissonneurs sont parvenues aux oreilles du Seigneur de l’univers. Vous avez mené sur terre une vie de luxe et de délices, et vous vous êtes rassasiés au jour du massacre. Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué, sans qu’il vous oppose de résistance.

Évangile
« Celui qui n’est pas contre nous est pour nous. Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la » (Mc 9, 38-43.45.47-48) Alléluia. Alléluia.
Ta parole, Seigneur, est vérité ; dans cette vérité, sanctifie-nous. Alléluia. (cf. Jn 17, 17ba)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. » Jésus répondit : « Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous. Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense.
Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas. Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds. Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , ,

27 août 2018

La coutume sans la vérité est une vieille erreur

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La coutume sans la vérité est une vieille erreur


Homélie pour le 22° dimanche du temps ordinaire / Année B
02/09/2018

Cf. également :

Quel type de pratiquant êtes-vous ?

Signes extérieurs de religion

L’événement sera notre maître intérieur


La coutume sans la vérité est une vieille erreur dans Communauté spirituelle hKJI569765Si vous allez un jour à Jérusalem, ne manquez pas de passer par le quartier des hassidims. Ces juifs ultra-orthodoxes sont facilement reconnaissables : ils portent des toques de fourrure par 30° à l’ombre, les cheveux en papillotes, des châles de prière sous le pantalon dont le nombre de nœuds évoque le Nom de Dieu. Ils respectent le shabbat à la lettre, embrassent la mézouza sur le linteau de leur porte avant de rentrer chez eux etc. Quelques centaines de mètres plus loin, vous verrez les Arabes musulmans enlever leurs chaussures et faire leur ablutions rituelles pour entrer dans la mosquée. Et autour du tombeau du Christ, vous verrez toutes les confessions chrétiennes étaler leurs différences en rivalisant de dorures, d’habits somptueux, de signes de croix de gauche à droite ou de droite à gauche ou sans signe de croix etc.

 

DISTINGUER LA TRADITION DES TRADITIONS

De tous temps, les religions ont multiplié les coutumes à observer. Autour de leur noyau central, les siècles ont déposé mille et une habitudes pieuses comme la mer a déposé les sédiments sur fond de roche ou de sable. Beaucoup de ces coutumes sont belles et peuvent avoir un sens très profond. Elles ont aidé des générations en leur temps. Pourtant, le risque est grand qu’elles entourent le noyau central d’une telle gangue qu’il en devienne  inatteignable.

C’est ce qui se passe avec les pharisiens et les scribes que Jésus connaît bien. Dans notre passage d’évangile (Marc 7, 1-23), ils se montrent tellement attachés aux ablutions rituelles en tout genre qu’ils sont choqués de la liberté des disciples ne se lavant pas les mains avant de passer à table. Jésus se met en colère contre eux, établissant une distinction fondatrice entre le commandement de Dieu et la tradition des hommes :

« Vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes »,

faisant écho à l’ordre de Moïse dans notre première lecture (Dt 4, 1-2.6-8) :

« Vous n’ajouterez rien à ce que je vous ordonne, et vous n’y enlèverez rien ».

La tradition et les traditionsAu siècle dernier, le dominicain Yves-Marie Congar a étudié cette distinction essentielle entre la Tradition et les traditions [1]. Le Conseil Œcuménique des Églises reprend à son compte cette distinction :

« Par la Tradition nous entendons l’Évangile lui-même, transmis de génération en génération dans et par l’Église, Christ lui-même présent dans la vie de l’Église.
Par tradition nous désignons le processus de tradition.
Le terme traditions est utilisé dans deux sens : pour indiquer la diversité des formes d’expression et ce que nous appelons traditions confessionnelles (par exemple : la tradition luthérienne ou la tradition réformée). (…) Le mot apparaît aussi dans un autre sens, lorsque nous parlons de traditions culturelles. »
Conseil œcuménique des Églises, Commission Foi & constitution, 1963

La Tradition, c’est l’Esprit Saint lui-même révélant et transmettant à l’Église le cœur de la foi chrétienne : Jésus de Nazareth, prophète incomparable, mort par amour de tout homme, ressuscité par Dieu. Lui-même  » transmet  » à ses disciples la Révélation :

 » Tout ce que J’ai entendu auprès de mon Père, Je vous l’ai fait connaître  » (Jn 15,15).

Il ne parle pas de lui-même mais comme il l’a entendu, et l’Esprit Saint viendra confirmer la parole de Jésus ensemencée dans les cœurs.

Paul, qui n’a pas connu Jésus selon la chair, se réfère sans cesse à cet acte de transmission dont il a bénéficié :

 » Pour moi, j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai transmis (paredôka)  » (1 Cor 11,23).
 » Je vous rappelle, frères, l’Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu … et par lequel vous êtes sauvés si vous le retenez tel que je vous l’ai annoncé. … Je vous ai transmis (paredôka) avant tout, comme je l’avais moi-même reçu (parelabon), que Christ est mort pour nos péchés….  » (1 Cor 15,1-3).

C’est le principe de la transmission de la foi. Paul n’a rien inventé, il a tout reçu du Seigneur et des Apôtres et à son tour il le transmet. C’est le début de la transmission de génération en génération de l’Évangile, donc de la Tradition ecclésiale.

 

LE TRADITIONALISME, PÉCHÉ CONTRE L’ESPRIT

Par nature, cette Tradition est vivante. Car l’Esprit ne cesse d’inspirer l’Église quelle que soit la période de son histoire. Vouloir la figer dans des coutumes immuables devenant plus importantes que tout, c’est cela le traditionalisme : une forêt d’arbres pétrifiés, un péché contre l’Esprit en refusant le renouvellement et l’actualisation qu’il suscite à chaque période. Le traditionalisme, c’est la vérité immobile. La Tradition, c’est l’Esprit à l’œuvre dans l’histoire.
Au III° siècle, dans sa querelle avec le pape Étienne, saint Cyprien de Carthage soulignait déjà que « la coutume sans la vérité est une vieille erreur » (Lettre 74,9).

Les traditions prennent le pas sur la Tradition quand les coutumes deviennent plus importantes que le cœur de la foi. Certains s’agenouillent pendant la prière eucharistique et vous foudroient du regard si vous osez rester debout. Ils ne savent pas que les premiers conciles interdisaient justement de s’agenouiller à ce moment-là, car c’est un geste de soumission que d’être à genoux alors qu’être debout est le geste de la résurrection, ce que produit justement la prière eucharistique en nous [2]… Il en est ainsi de beaucoup de coutumes  inventées par les hommes, non dénuées de valeur tant qu’elles ne portent pas ombrage à l’essentiel de la foi : le chapelet (catholique), la vénération des icônes, la philocalie  (orthodoxes), la communion sur la langue ou dans la main, au pain seulement ou sous les deux espèces, le célibat des prêtres, la langue liturgique (latin, grec, syriaque…), les habits des prêtres et des pasteurs, les pèlerinages, les processions, le calendrier liturgique… Toutes ces coutumes sont apparues pour répondre à des besoins précis, situés  dans la géographie et le temps. Elles sont utiles et peuvent servir de portes d’entrée dans le mystère. Mais Jésus sait d’expérience qu’elles peuvent souvent prendre la place de l’essentiel.

 coutume dans Communauté spirituelle

Dans notre passage, le Christ fait d’ailleurs sauter la barrière entre le pur et l’impur qui tient encore aujourd’hui une place si importante dans le judaïsme et dans l’islam (obligation de manger kasher ou halal). Ne pas manger de porc ou de poisson sans écailles par exemple a pu être utile dans l’éducation du peuple, mais c’est désormais inutile. Les ablutions rituelles à la mosquée où avant de manger ne servent à rien, car « c’est du dedans (et non de l’extérieur), du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses ».

Jésus abolissait ainsi les coutumes alimentaires qui avaient aidé son peuple pendant des siècles.

C’étaient des traditions, au demeurant fort honorables, mais des traditions humaines qui s’effacent devant le Christ et son exigence d’authenticité intérieure. Il sait bien que les pharisiens et les scribes vont devenir ses ennemis à cause de cela. Car au passage il  conteste leur pouvoir, celui de contrôler à leur avantage l’accomplissement de ces traditions purement humaines.

 

ÉCRITURE ET TRADITION

9782755001815 EspritLes protestants disaient autrefois : « sola scriptura », et revendiquaient une Réforme où seul ce qui serait dans les Écritures devrait être reçu, à l’exception du reste (indulgences, purgatoire, papauté etc.). Depuis le XVI° siècle, elles ont fait un travail sur elles-mêmes et reconnaissent aujourd’hui qu’il y a une tradition réformée, comme il y a une tradition baptiste, évangélique, pentecôtiste etc.

Bien plus, l’Écriture elle-même est tradition, car c’est Israël et l’Église et non Dieu qui ont écrit ces textes, porteurs d’un mélange entre cultures et révélation, entre coutumes culturelles et foi monothéiste, entre traditions humaines et commandements de Dieu.

La question du Canon des Écritures le montre avec évidence : puisque la Bible ne dit pas quels sont les livres bibliques, c’est bien la tradition qui a retenu certains écrits comme canoniques et rejetés d’autres comme apocryphes ou hérétiques. Et du coup, la liste des livres de la Bible n’est pas la même d’une Église à l’autre ! La Tradition a fait la Bible comme la Bible continue à former la Tradition.

 

DE JÉSUS À THÉOPHILE : LE QUADRIPTYQUE

Le prologue de Luc explique très clairement comment Écritures et tradition sont indissolublement liées :

« Plusieurs ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, tels que nous les ont transmis ceux qui, dès le début, furent les témoins oculaires et sont devenus les serviteurs de la Parole.

C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après m’être informé soigneusement de tout depuis les origines, d’en écrire pour toi, cher Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as reçus. » (Lc 1,1)

On distingue quatre moments successifs, de Jésus à Théophile, qui forment le quadriptyque suivant :

quadriptyque tradition

C’est donc que les événements autour de la personne de Jésus ont suivi ce cheminement de pensée, de parole, d’écriture, avant de pouvoir émouvoir le lecteur en bout de chaîne.

On le voit facilement : il n’y a pas d’événements bruts ou « objectifs ».

Il y a d’abord ce qui vient d’ailleurs : le mot événement (ex-venire en latin = venir d’ailleurs) suggère d’ailleurs une certaine transcendance, une altérité radicale, imprévue, imprévisible, non maîtrisable.

Il y a ensuite des témoins, et il en faut plusieurs parce qu’un seul ne peut tout dire, et parce que l’événement échappe toujours à ses interprétations ultérieures.

Ces témoins ruminent ce qui s’est passé (à l’image de Marie, « qui conservait toutes ces choses en son cœur ») et à partir de cette méditation inspirée « composent un récit ».

Ce récit circule par oral dans les communautés chrétiennes, et ces communautés en retour modifient, peaufinent, affinent le récit.

Vient alors à un rédacteur (ici Luc) qui, lui aussi « inspiré » par une force d’écriture et de discernement, va mettre des mots et risquer un texte sur l’événement.

La chaîne interprétative de l’événement ne s’arrête pas là : car le lecteur (ici Théophile) a lui aussi le pouvoir de faire vivre le texte reçu, pour qu’il devienne à nouveau une parole vivante pour lui et la communauté (c’est le rôle de l’homélie par exemple !).

 

À CHACUN DE JOUER !

L'amande : récolte, conservation et utilisation des amandesNe pas confondre la Tradition et les traditions demeurent un enjeu spirituel pour chacun de nous. Nous trouvons dans cette distinction assez de liberté pour respirer au large dans l’Église ainsi purifiée, et assez d’humilité pour ne pas prétendre vivre sa foi sans coutumes. Dès lors que nos traditions (locales, ecclésiales, familiales) sont ainsi relativisées, elles deviennent fort précieuses pour incarner notre foi dans notre histoire et notre corps.

À nous d’apprendre à distinguer le fruit de son écorce…

 


[1]. Y.M.J. CONGAR : La Tradition et les traditions. I. Essai historique. II. Essai théologique, Paris, Fayard, 1960 & 1963. 

[2]. Cf. le canon n° 20 du 1° Concile de Nicée (325) : « Qu’il ne faut pas plier le genou aux jours de dimanche et au temps de la Pentecôte.
Comme quelques-uns plient le genou le dimanche et aux jours du temps de la Pentecôte, le saint concile a décidé que, pour observer une règle uniforme dans tous les diocèses, tous adresseront leur prières à Dieu en restant debout. »
Ainsi Tertullien: « Nous considérons comme une faute de jeûner ou de prier à genoux le Dimanche. Nous jouissons de ce même privilège depuis le jour de Pâque durant toute la Pentécostè » (De corona, 3). « Quant à nous, conformément à la tradition, nous devons nous abstenir, au jour de la Résurrection du Seigneur, non seulement de nous mettre à genoux, mais de toute attitude ou de tout geste qui traduirait le chagrin (…) Il en va de même pour le temps de la Pentécostè, qui est vécu dans la même joie festive » (De oratione, 23). De même, Irénée de Lyon estime que, pendant la Pentécostè, « nous ne nous mettons pas à genoux parce que cette fête a la même portée que le Jour du Seigneur », où cette interdiction est explicitement rappelée par Irénée.

 

 

Lectures de la messe

Première lecture
« Vous n’ajouterez rien à ce que je vous ordonne… vous garderez les commandements du Seigneur » (Dt 4, 1-2.6-8)

Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple : « Maintenant, Israël, écoute les décrets et les ordonnances que je vous enseigne pour que vous les mettiez en pratique. Ainsi vous vivrez, vous entrerez, pour en prendre possession, dans le pays que vous donne le Seigneur, le Dieu de vos pères. Vous n’ajouterez rien à ce que je vous ordonne, et vous n’y enlèverez rien, mais vous garderez les commandements du Seigneur votre Dieu tels que je vous les prescris. Vous les garderez, vous les mettrez en pratique ; ils seront votre sagesse et votre intelligence aux yeux de tous les peuples. Quand ceux-ci entendront parler de tous ces décrets, ils s’écrieront : ‘Il n’y a pas un peuple sage et intelligent comme cette grande nation !’ Quelle est en effet la grande nation dont les dieux soient aussi proches que le Seigneur notre Dieu est proche de nous chaque fois que nous l’invoquons ? Et quelle est la grande nation dont les décrets et les ordonnances soient aussi justes que toute cette Loi que je vous donne aujourd’hui ? »

Psaume

(Ps 14 (15), 2-3a, 3bc-4ab, 4d-5)
R/ Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? (Ps 14, 1a)

Celui qui se conduit parfaitement, 
qui agit avec justice
et dit la vérité selon son cœur.

Il met un frein à sa langue.
Il ne fait pas de tort à son frère
et n’outrage pas son prochain.

À ses yeux, le réprouvé est méprisable
mais il honore les fidèles du Seigneur.
Il ne reprend pas sa parole.

Il prête son argent sans intérêt,
n’accepte rien qui nuise à l’innocent.
Qui fait ainsi demeure inébranlable.

Deuxième lecture
« Mettez la Parole en pratique » (Jc 1, 17-18.21b-22.27)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Mes frères bien-aimés, les présents les meilleurs, les dons parfaits, proviennent tous d’en haut, ils descendent d’auprès du Père des lumières, lui qui n’est pas, comme les astres, sujet au mouvement périodique ni aux éclipses. Il a voulu nous engendrer par sa parole de vérité, pour faire de nous comme les prémices de toutes ses créatures. Accueillez dans la douceur la Parole semée en vous ; c’est elle qui peut sauver vos âmes. Mettez la Parole en pratique, ne vous contentez pas de l’écouter : ce serait vous faire illusion. Devant Dieu notre Père, un comportement religieux pur et sans souillure, c’est de visiter les orphelins et les veuves dans leur détresse, et de se garder sans tache au milieu du monde.

Évangile
« Vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes » (Mc 7, 1-8.14-15.21-23) Alléluia. Alléluia.
Le Père a voulu nous engendrer par sa parole de vérité, pour faire de nous comme les prémices de toutes ses créatures. Alléluia. (Jc 1, 18)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, se réunissent auprès de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées. – Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens ; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de carafes et de plats. Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas avec des mains impures. » Jésus leur répondit : « Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. C’est en vain qu’ils me rendent un culte ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains. Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes. »
Appelant de nouveau la foule, il lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien. Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »
Il disait encore à ses disciples, à l’écart de la foule : « C’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

12 mars 2018

Grain de blé d’amour…

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Grain de blé d’amour…

Homélie du 5° Dimanche de Carême / Année B
18/03/2018

Cf. également :

La corde à nœuds…
Qui veut voir un grain de blé ?
Amoris laetitia : la joie de l’amour
Le mariage et l’enfant : recevoir de se recevoir


Léa et Paul se sont mariés en choisissant l’évangile de ce Dimanche (Jn 12, 20-26) où Jésus se compare au grain de blé jeté en terre. Et c’est vrai qu’il y a un lien entre l’aventure conjugale / familiale et celle du grain de blé.

Essayons de voir comment.

Au commencement, il y a le désir…

Désir d’une rencontre vraie : « Nous voulons voir Jésus ». Désir de la rencontre de l’autre, car entre les Grecs et les Juifs de l’époque, la différence doit être aussi radicale qu’entre Juifs et Palestiniens aujourd’hui… En choisissant cet Évangile, Léa et Paul ont placé d’emblée leur mariage sous le signe du désir de l’autre, et plus précisément de la croissance dans le désir de l’autre, croissance à la quelle Jésus nous appelle tout au long de notre existence.

Grain de blé d’amour… dans Communauté spirituelle Lapinbleu278C-Mc1_37-copie-1

La première différence, la première altérité, c’est la différence homme / femme, qui nous structure très profondément. Les fiancés croient peut-être connaître avant de se rencontrer, par leurs amitiés, leurs relations de travail etc… Mais dès qu’ils sont proches l’un de l’autre, depuis les fiançailles où cette proximité devient une promesse d’avenir, ils n’en finissent pas de découvrir combien le respect de cette différence demande du temps, de la patience, de l’écoute, du dialogue, du pardon … Au-delà des clichés trop faciles sur les soi-disant caractéristiques du féminin et du masculin, le véritable enjeu de l’identité homme / femme, c’est de sortir de soi, sortir du « même », pour aller à la rencontre de l’autre. Et d’ailleurs, cette irréductible altérité homme / femme se redouble de beaucoup d’autres différences : deux éducations familiales, deux histoires personnelles, deux caractères, Paris et la province, la Hollande et la France, la Banque et l’Éducation Nationale …

Heureuses différences qui sont le carburant de votre rencontre : « je veux voir l’autre … »

Dans la foi chrétienne, nous croyons que le visage de l’être aimé, lorsqu’il est désiré pour lui-même et non pas dans nos projections imaginaires, ce visage devient sacrement de la rencontre de Dieu. « Il est possible, à partir de l’autre relativement autre que nous voyons, de pressentir l’Autre absolument autre que nous ne voyons pas et appelons Dieu » [1]. Voilà pourquoi la recherche du visage aimé renvoie à Dieu lui-même.

À condition de rester vigilant sur son couple, pour que l’usure du temps n’émousse pas ce désir. Mais qu’au contraire, la durée permette à cette recherche amoureuse de grandir et de croître sans cesse. Il faut insister sur cette vigilance : rester en éveil, renouveler à chaque instant sa confiance et sa fidélité, raviver jour après jour la soif de la communion avec l’être aimé, se laisser étonner par ce qu’on ne finit pas de découvrir chez son mari ou sa femme, être capable de l’étonner encore, 10 ou 20 ou 50 ans après!…

Au IV° siècle, un évêque (Grégoire de Nysse) parlait déjà de cet infini du désir qui interdit de figer la course vers l’être aimé :

« Au fur et à mesure que quelqu’un progresse vers ce qui surgit toujours en avant de lui, son désir augmente lui aussi. Ainsi, à cause de la transcendance des biens qu’il découvre toujours à mesure qu’il progresse, il lui semble toujours n’être qu’au début de l’ascension. C’est pourquoi la Parole répète : ‘Lève-toi’ à celui qui est déjà levé, et : ‘Viens’ à celui qui est déjà venu. À celui qui se lève vraiment, il faudra toujours se lever. Celui qui court vers le Seigneur n’épuisera jamais la large espace pour sa course.

Ainsi celui qui monte ne s’arrête jamais, allant de commencements en commencements, par des commencements qui n’auront jamais de fin ». « Car c’est là proprement voir Dieu que de n’être jamais rassasié de le désirer » [2]

Chasse à courre 1

« Nous voulons voir Jésus » est l’autre versant de votre propre recherche amoureuse : « je veux découvrir qui tu es, et je n’aurai jamais assez de toute ma vie pour cela ».

Ensuite, il y a le jeu de l’écho, qui amplifie et répercute ce désir de l’autre. Les Grecs le disent à Philippe, qui le dit à André, et tous les deux le transmettent à Jésus. Mais c’est déjà l’Église qui apparaît là! L’Église, comme un réseau de liens fraternels, pour que ma recherche aboutisse. Une sorte d’Internet à la puissance 10, et mieux encore, car ce sont ici des visages et pas seulement des écrans … L’Église est ce lieu où nous pouvons dire le manque qui nous habite, la soif qui nous tient, l’envie de vivre que nous creusons en la partageant avec des frères. L’Église est cette eau tendue qui soutient nos rebonds successifs dans la recherche de l’autre, jusqu’à faire ricocher jusqu’aux nuages ce galet nommé désir…

si-le-grain-ne-meurt amour dans Communauté spirituelle

Par la vie paroissiale ou par les pèlerinages, par des équipes de partage ou par la formation spirituelle et théologique, certains fiancés ont déjà expérimenté la force de ce soutien fraternel. Dans leur vie de couple et de famille, ils continueront à tisser ces liens ecclésiaux : ils les aideront à rester vigilants et confiants.

L’Évangile nous dit ensuite que la rencontre entre les Grecs et Jésus a lieu pendant la fête, c’est-à-dire la grande, l’unique fête de la Pâque. Que le mariage soit une fête, parce qu’on y rencontre l’être aimé, c’est évident. Il n’y a rien à renier de la fête humaine que le Christ a voulu assumer en prolongeant la joie de la noce, pour qu’elle dure toute la vie et pas seulement une soirée. Si le mariage est une fête, c’est surtout une fête pascale, c’est-à-dire une fête où l’amour de l’autre vous libère peu à peu de nos enfermements, de nos solitudes, une fête où la confiance en l’autre nous fait passer de la mort à la vie.

Et là, l’histoire du grain de blé que nous propose Jésus est très parlante. Se marier, c’est accepter de se laisser transformer par l’autre, pour ne plus rester seul. C’est consentir à se laisser aimer pour ne plus vivre centré sur soi. C’est accepter de se laisser faire, comme le grain de blé, pour pouvoir porter du fruit. La mort et la Résurrection est au cœur de votre amour, qui est pascal, comme cela est au cœur de l’amour du Christ, que nous célébrons dans l’eucharistie. En buvant ensemble à la même coupe, les mariés expriment la dimension pascale de la relation entre l’homme et la femme : aimer, c’est se désaltérer à la même source, boire ensemble le même calice, verser son sang, livrer sa vie. Lorsque les mariés donnent la communion eucharistique à l’assemblée, ils nous rappellent que l’Église est une communion qui se nourrit de leur amour lorsqu’ils le vivent dans l’Esprit du Christ.

Pourtant, que de résistances mettons-nous avant d’accepter de lâcher-prise ainsi sur notre propre vie ! Souvenez-vous de votre période d’apprivoisement réciproque, et de tous les décapages que ce temps de préparation vous a permis de faire. Eh oui !, le petit grain de blé était plus tranquille avant, ‘en père peinard’ dans son grenier, en tas avec les autres [3]. Un certain bonheur, qui était le vôtre quand vous étiez célibataires : un appartement, du travail, des amis, la liberté d’improviser votre emploi du temps, que demander de plus ? Et pourtant, il vous manquait quelque chose, ou plutôt quelqu’un, et ce bonheur vous semblait trop petit, un peu étroit…

calendrier blé

Un jour, on charge ce tas de grains de blé sur une charrette et on le sort dans la campagne. C’est le début de l’ouverture à l’autre, avec un petit côté excitant pas désagréable… : ça se passe bien, il y a plein de gens nouveaux à découvrir, tout en gardant sa liberté.

41rgwvtZoqL couplePuis on verse les grains sur la terre fraîchement labourée : petit frisson d’un contact plus personnel, d’une proximité avec un corps étranger à la fois inquiétant et attirant.

Puis on enfonce le grain de blé tombé en terre. Et là, le grain de blé se demande s’il n’a pas fait une grosse bêtise en se laissant conduire jusque-là. Il ne voit plus rien, il n’entend plus rien, l’humidité le transperce jusqu’au dedans de lui-même… Le grain de blé qui, par la mort inévitable, est en train d’être transformé, de devenir ce qu’il doit être, c’est-à-dire un bel épi, regrette le grenier où en effet il était très heureux, mais heureux d’un petit bonheur humain. Sa tentation est alors de faire machine arrière, de céder à la panique, de refuser de se laisser faire. C’est dommage, car c’est précisément là que Dieu agit : le Dieu qui le transforme, pour le faire passer de l’état de grain à l’état d’épi, ce qui n’est possible que par une mort à soi-même et une nouvelle naissance. Dieu veut notre croissance, et il n’y a pas de croissance sans transformation.

Figurine couple - Noce d'orLe mariage est notre Pâque, notre croissance personnelle par l’autre, grâce à l’autre. À condition d’aimer l’autre pour lui-même, tel qu’il est en vérité, et non pas pour ce qu’il me donne ou ce que je rêve de lui. Ce qui implique de savoir mourir à une certain possession de l’autre, pour naître à une attitude de service de sa croissance à lui. C’est cela la chasteté dans l’amour : c’est cette dépossession enrichissante où je renonce à utiliser l’autre pour mon bonheur, et où je commence à servir sa croissance, son épanouissement. C’est cela la dimension pascale de l’amour humain : passer du désir de l’autre – ce qui est encore trop possessif – au désir du désir de l’autre, ce qui est crucifiant, mais véritablement libérateur et fécond.

Désirer le désir de l’autre… : vous le vivez dans le couple, en renonçant à mettre la main sur le mystère de l’être aimé. Vous le vivez également comme parents, en renonçant à utiliser vos enfants pour vous-mêmes. Vous vivez ainsi à votre tour les ruptures familiales qui vous feront grandir. Quand vos propres enfants deviendront différents, ce sera votre joie de voir partir ceux que vous aurez aidé à grandir, sans les posséder jamais…

Bien sûr, sur ce chemin de croissance, il faut savoir quitter. Au début, les pertes sont visibles et conséquentes : son indépendance, ses habitudes, quelque fois sa région, ses amis, sa famille… Avec le temps, elles deviennent plus subtiles, plus difficiles : quitter ses certitudes toutes faites, son égoïsme, sa nostalgie… Mais au même moment, il vous sera donné à chaque fois de faire l’expérience de la joie et de la fécondité de cette Pâque permanente : votre couple, vos enfants, votre travail, vos engagements vous rendront féconds, avec la même efficacité que l’épi par rapport au grain de blé : 100, 1000 pour 1 ! Un tel rendement mérite bien un investissement massif et sans réserve…

Vous devinez que l’histoire du grain de blé n’est pas seulement celle du début : vous pourrez la relire encore en fêtant vos noces d’or, ce sera toujours votre histoire du moment… Puissiez-vous choisir chaque jour de vous laisser faire ainsi par la puissance de l’amour, pour notre plus grand bonheur à nous qui pourrons nous nourrir des fruits qu’ensemble vous porterez. Savourez sans cesse la croissance en épis que Dieu vous donne d’offrir à l’autre, dans et par votre amour…

 


[1]. VARILLON F., L’humilité de Dieu, Le Centurion, Paris, 1974, p. 39.

[2]. Homélies sur le Cantique des Cantiques.

[3]. Cf. VARILLON F., Joie de croire, joie de vivre, Le Centurion, Paris, 1981, p. 38s.

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Je conclurai une alliance nouvelle et je ne me rappellerai plus leurs péchés » (Jr 31, 31-34)

Lecture du livre du prophète Jérémie
Voici venir des jours – oracle du Seigneur –,où je conclurai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une alliance nouvelle.Ce ne sera pas comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs pères,le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte :mon alliance, c’est eux qui l’ont rompue,alors que moi, j’étais leur maîtreoracle du Seigneur.
Mais voici quelle sera l’alliance que je conclurai avec la maison d’Israël quand ces jours-là seront passésoracle du Seigneur.Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ;je l’inscrirai sur leur cœur.Je serai leur Dieu,et ils seront mon peuple.Ils n’auront plus à instruire chacun son compagnon,ni chacun son frère en disant :« Apprends à connaître le Seigneur ! » Car tous me connaîtront,des plus petits jusqu’aux plus grandsoracle du Seigneur.Je pardonnerai leurs fautes,je ne me rappellerai plus leurs péchés.

PSAUME(50 (51), 3-4, 12-13, 14-15)
R/ Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu. (50, 12a)

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ;
vers toi, reviendront les égarés.

DEUXIÈME LECTURE
« Il a appris l’obéissance et est devenu la cause du salut éternel » (He 5, 7-9)

Lecture de la lettre aux Hébreux
Le Christ,pendant les jours de sa vie dans la chair,offrit, avec un grand cri et dans les larmes,des prières et des supplications à Dieu qui pouvait le sauver de la mort,et il fut exaucé en raison de son grand respect.Bien qu’il soit le Fils,il apprit par ses souffrances l’obéissance et, conduit à sa perfection,il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.

ÉVANGILE
« Si le grain de blé tombé en terre meurt, il porte beaucoup de fruit » (Jn 12, 20-33)
Gloire à toi, Seigneur,gloire à toi.
Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive,dit le Seigneur ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur.
Gloire à toi, Seigneur,gloire à toi. (Jn 12, 26)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là,il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque.Ils abordèrent Philippe,qui était de Bethsaïde en Galilée,et lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André,et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare :« L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ;mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir,qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera.
Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ?Père, sauve-moi de cette heure” ?Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci !Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait :« Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre. D’autres disaient :« C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit :« Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais pour vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,
1...45678...19