L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homélie croire

29 septembre 2012

Contre tout sectarisme

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Contre tout sectarisme

 

Homélie du 26° Dimanche ordinaire

Année B 30/09/2012

 

Les sectaires ne sont pas toujours là où l’on pense

Imaginez un mormon à la Maison-Blanche ! Pour beaucoup d’Américains d’origine protestante (les WASP = white anglo saxon protestant), cette idée a quelque chose de très choquant. La candidature de Mitt Romney mettant en scène cette éventualité, ils vont partout clamant que l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours (les mormons) est une secte ; qu’ils pratiquaient la polygamie jusqu’au XIXe siècle ; qu’ils ont l’argent facile et facilement corrompu (cf. les jeux olympiques de Salt Lake City), et que leurs groupes religieux n’a rien de chrétien en définitive.

Contre tout sectarisme dans Communauté spirituelle Mormon-Moment

On entend dans leurs critiques l’écho de l’indignation qu’avait suscitée l’élection du très catholique John Fitzgerald Kennedy - être catholique est à un handicap aux yeux des WASP - ou de cet « homme de couleur » qu’est Barak Obama (dont on a utilisé le prénom pour faire croire qu’il est musulman !).

Bref, le sectarisme religieux (avec ici ses conséquences politiques) est aussi vivace à notre époque qu’au temps de Jésus ou de Moïse. L’épisode de Eldad et Médad prophétisants dans le désert sans faire partie des 70 « officiels » avait déjà manifesté que le sectarisme ronge Israël dès ses débuts, comme tout peuple. Heureusement, Moïse avait vertement tancé les jaloux qui voulaient se garder pour eux l’effusion de l’Esprit : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux, pour faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! ».

Au passage, c’est bien la jalousie qui est à la racine du sectarisme, qu’il soit religieux, politique ou autre. Au lieu de se réjouir que Dieu se donne au-delà des frontières visibles d’Israël ou d’une Église chrétienne, la jalousie suscite le soupçon, le rejet, la fermeture d’esprit.

 

Le même sectarisme travaille le coeur de Jean – le magnifique, le si noble saint Jean l’évangéliste ! – : il veut empêcher ceux qui ne font pas partie de son groupe de pratiquer des exorcismes au nom de Jésus. Un peu comme si les catholiques voulaient dénier aux évangéliques le droit d’imposer les mains au nom du Christ, ou comme si des baptistes refusaient aux catholiques la vérité des baptêmes des petits-enfants… (ce qui hélas arrive trop souvent)

tranquille25 dans Communauté spirituelle

« Ne l’empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous » : la règle énoncée par le Christ devrait régir les relations entre Églises chrétiennes. L’oecuménisme qui a porté le concile Vatican II est presque allé jusque-là. Au lieu de préconiser « la conversion des hérétiques » (les intégristes en sont toujours là), l’Église catholique reconnaît maintenant officiellement qu’il y a bien des germes de vérité et de sanctification dans les autres Églises. Elle prône non pas « un oecuménisme du retour », mais une « diversité réconciliée ». Les accords de Balamand  en 1993 l’engagent officiellement et irréversiblement sur cette voie.

10. Progressivement, l’action missionnaire tendit à inscrire parmi ses priorités l’effort de conversion des autres chrétiens, individuellement ou en groupe, pour les faire «retourner» à sa propre Église. Pour légitimer cette tendance, source de prosélytisme, l’Église catholique développa la vision théologique selon laquelle elle se présentait elle-même comme l’unique dépositaire de salut. Par réaction, l’Église orthodoxe, à son tour, en vint à épouser la même vision selon laquelle chez elle seule se trouvait le salut. Pour assurer le salut des «frères séparés», il arrivait même qu’on rebaptisât des chrétiens, et qu’on oubliât les exigences de la liberté religieuse des personnes et de leur acte de foi, perspective à laquelle l’époque était peu sensible. 

11. D’un autre côté, certaines autorités civiles ont fait des tentatives pour ramener des catholiques orientaux dans l’Église de leurs pères. À cette fin, elles n’hésitaient pas, si l’occasion s’en présentait, à utiliser des moyens inacceptables. 

12. À cause de la manière dont catholiques et orthodoxes se considèrent à nouveau dans leur rapport au mystère de l’Église et se redécouvrent comme Églises s?urs, cette forme «d’apostolat missionnaire», décrite ci-dessus, et qui a été appelée «uniatisme», ne peut plus être acceptée ni en tant que méthode à suivre, ni en tant que modèle de l’unité recherchée par nos l’Églises. 

13. En effet, surtout depuis les conférences pan-orthodoxes et le deuxième Concile du Vatican, la redécouverte et la remise en valeur tant par les orthodoxes que par les catholiques, de l’Église comme communion, ont changé radicalement les perspectives et donc les attitudes.

De part et d’autre, on reconnaît que ce que le Christ a confié à son Église ? profession de la foi apostolique, participation aux mêmes sacrements, surtout à l’unique sacerdoce célébrant l’unique sacrifice du Christ, succession apostolique des évêques ? ne peut être considéré comme la propriété exclusive d’une de nos Églises. Dans ce contexte, il est évident que tout re-baptême est exclu. 

14. C’est la raison pour laquelle l’Église catholique et l’Église orthodoxe se reconnaissent mutuellement comme Églises s?urs, responsables ensemble du maintien de l’Église de Dieu dans la fidélité au dessein divin, tout spécialement en ce qui concerne l’unité. Selon les paroles du Pape Jean-Paul II, l’effort ?cuménique des Églises s?urs d’Orient et d’Occident, fondé dans le dialogue et la prière, recherche une communion parfaite et totale qui ne soit ni absorption ni fusion, mais rencontre dans la vérité et l’amour (cf. Slavorum Apostolin. 27). 

Quelle est la différence entre les deux ?

Justement le sectarisme dénoncé par Jésus.

Au lieu de vouloir que les orthodoxes « retournent » dans le patriarcat romain (ce qui est une erreur historique, car Constantinople dès le début était la nouvelle Rome pour les byzantins), l’Église catholique romaine accepte que les orthodoxes aient leurs propres traditions, liturgies, disciplines ecclésiastiques (ordination d’hommes mariés par exemple) sans y voir une contradiction avec ses propres choix. L’important est d’accepter la diversité, en vérifiant ensemble que cette diversité peut être comprise par l’autre et ne dévalorise pas sa propre manière de croire.

Ça, c’est pour le sectarisme au sommet. Mais cette diable de jalousie se niche à tous les étages de notre vie.

Le sectarisme au travail, c’est l’attitude navrante de ceux pour qui seuls les titres, les diplômes, les réseaux ou les grades sont garants de la valeur de chacun.

Le sectarisme dans une association, c’est la volonté de garder ses prérogatives de petit chef (ex : c’est à moi de faire les comptes ou d’organiser ce voyage, pas à lui !), et la fierté débordante d’appartenir au meilleur groupe qui soit.

Le sectarisme dans un quartier, c’est l’arrogance des natifs ou des vieux habitants qui ont du mal à accepter l’arrivée et les suggestions des nouveaux.

Le sectarisme en famille, c’est un certain mépris ou indifférence pour les pièces rapportées (on préfère du coup dire : « valeurs ajoutées » dans ma famille…), et un manque d’humilité flagrant pour admettre les limites du clan familial.

On peut continuer la liste !

L’important est de se souvenir du diagnostic de Moïse : « Serais-tu jaloux pour moi ? » et de l’antidote de Jésus : « Ne l’empêchez pas (?) celui qui n’est pas contre nous est pour nous ».

Le sectarisme s’enracine dans la jalousie et se guérit dans la louange.

schism_paul-athenagorasSavoir s’émerveiller de ce que les autres font, de ce que Dieu fait en eux ; admirer la générosité de Dieu qui n’est pas prisonnier des labels rouges, des marques déposées et autres appellations contrôlées : voilà une pauvreté en esprit qui se réjouit de la richesse de l’autre !

 

Au sommet des Églises, le pape Paul VI et le patriarche Athénagoras nous avaient déjà donné un signe éblouissant : la levée mutuelle des excommunications entre orthodoxes et catholiques en 1965, le baiser fraternel entre les deux ennemis d’hier, l’humble agenouillement de Paul VI devant Athénagoras, tout cela avait bouleversé le coeur de tous, et tracé le seul vrai chemin de réconciliation : la louange pour la richesse de l’autre, et non la jalousie du sectarisme.

 

Puissions nous en inspirer chaque fois que reviendra en nous la tentation de ce murmure scandalisé : « mais il n’est pas des nôtres celui-là ! »

 


[1]. Cf. « L’uniatisme, méthode d’union du passé, et la recherche actuelle de la pleine communion », Déclaration de Balamand (Liban), 23 Juin 1993,

http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/chrstuni/ch_orthodox_docs/rc_pc_chrstuni_doc_19930624_lebanon_fr.html

 

 

1ère lecture : L’Esprit de Dieu souffle où il veut (Nb 11, 25-29)
Lecture du livre des Nombres

Le Seigneur descendit dans la nuée pour s’entretenir avec Moïse. Il prit une part de l’esprit qui reposait sur celui-ci, et le mit sur les soixante-dix anciens du peuple. Dès que l’esprit reposa sur eux, ils se mirent à prophétiser, mais cela ne dura pas.

Or, deux hommes étaient restés dans le camp ; l’un s’appelait Eldad, et l’autre Médad. L’esprit reposa sur eux ; bien que n’étant pas venus à la tente de la Rencontre, ils comptaient parmi les anciens qui avaient été choisis, et c’est dans le camp qu’ils se mirent à prophétiser.
Un jeune homme courut annoncer à Moïse : « Eldad et Médad prophétisent dans le camp ! »
Josué, fils de Noun, serviteur de Moïse depuis sa jeunesse, prit la parole : « Moïse, mon maître, arrête-les ! »
Mais Moïse lui dit : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux, pour faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! »

Psaume : 18, 8, 10, 12-13, 14

R/ La loi du Seigneur est joie pour le c?ur.

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

La crainte qu’il inspire est pure, 
elle est là pour toujours ; 
les décisions du Seigneur sont justes 
et vraiment équitables.

Aussi ton serviteur en est illuminé ;
à les garder, il trouve son profit. 
Qui peut discerner ses erreurs ? 
Purifie-moi de celles qui m’échappent.

Préserve aussi ton serviteur de l’orgueil : 
qu’il n’ait sur moi aucune emprise. 
Alors je serai sans reproche, 
pur d’un grand péché.

2ème lecture : Contre la richesse (Jc 5, 1-6)
Lecture de la lettre de saint Jacques

Écoutez-moi, vous, les gens riches ! Pleurez, lamentez-vous, car des malheurs vous attendent.
Vos richesses sont pourries, vos vêtements sont mangés des mites, votre or et votre argent sont rouillés. Cette rouille vous accusera, elle dévorera vos chairs comme un feu. Vous avez amassé de l’argent, alors que nous sommes dans les derniers temps !
Des travailleurs ont moissonné vos terres, et vous ne les avez pas payés ; leur salaire crie vengeance, et les revendications des moissonneurs sont arrivées aux oreilles du Seigneur de l’univers.
Vous avez recherché sur terre le plaisir et le luxe, et vous avez fait bombance pendant qu’on massacrait des gens.
Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué, sans qu’il vous résiste.

Evangile : Contre le sectarisme et contre le scandale (Mc 9, 38-43.45.47-48)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Ta parole, Seigneur, est vérité : dans cette vérité, consacre-nous. Alléluia. (cf. Jn 17, 17)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un chasser des esprits mauvais en ton nom ; nous avons voulu l’en empêcher, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »
Jésus répondit : « Ne l’empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous.
Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense.
Celui qui entraînera la chute d’un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer.
Et si ta main t’entraîne au péché, coupe-la. Il vaut mieux entrer manchot dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux mains dans la géhenne, là où le feu ne s’éteint pas.
Si ton pied t’entraîne au péché, coupe-le. Il vaut mieux entrer estropié dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux pieds dans la géhenne.
Si ton ?il t’entraîne au péché, arrache-le. Il vaut mieux entrer borgne dans le royaume de Dieu que d’être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne,
là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. »
Patrick Braud

15 septembre 2012

Croire ou agir ? La foi ou les oeuvres ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Croire ou agir ? La foi ou les oeuvres ?

 

Homélie du 24° dimanche ordinaire / année B

16/09/2012

 

La foi où les oeuvres ?

Qu’est-ce qui est le plus important : croire, ou faire des choses bien ?

Sommes-nous sauvés en adhérant au Christ ou en faisant ce qu’il dit ?

Cette dialectique de la foi et des oeuvres est au coeur de la lettre de saint Jacques : « celui qui n’agit pas, sa foi est bel et bien morte, et on peut lui dire : « Tu prétends avoir la foi, moi je la mets en pratique. Montre-moi donc ta foi qui n’agit pas ; moi, c’est par mes actes que je te montrerai ma foi. »

Cette question a provoqué le déchirement de l’Europe au XVI° siècle, car c’est sur ce débat – qui a passionné les foules – que Luther et les réformateurs ont engagé un bras de fer avec Rome.

Leur raisonnement, toujours actuel, est très cohérent. Résumons-le : le salut est gratuit. Nul ne peut prétendre mériter l’amour offert par Dieu en Jésus-Christ. Prétendre que c’est grâce à nos bonnes actions que nous sommes dignes du salut serait contredire la gratuité absolue de l’amour divin.

Le raisonnement des catholiques n’est pas moins cohérent. En suivant saint Jacques, ils insistent sur la nécessaire coopération de l’homme au salut offert : la foi est morte si elle ne produit pas des oeuvres bonnes, et il est donc légitime de chercher à traduire en actes le désir d’être sauvé. Dieu ne veut pas sauver l’homme malgré lui, sans l’associer à cette transformation.

Les oppositions entre catholiques et protestants découlent de cette dispute centrale.

- Si la gratuité est absolue, alors l’homme n’y est pour rien, et ce serait folie que de compter sur ses bonnes oeuvres, sur l’intercession des saints ou sur le ministère des prêtres pour s’assurer du salut.

- Si la liberté de l’homme est réelle, alors il peut collaborer à l’oeuvre de Dieu en lui : Marie en est la preuve en personne, ainsi que la communion des saints les sacrements reçus activement, et les mérites de chacun.

 

On a peine à imaginer aujourd’hui que des familles ont éclaté à cause de ces questions théologiques, que des pays ont expulsé une partie des leurs, que l’Église d’Occident a donné naissance à une multitude de confessions plus ou moins étrangères les unes aux autres, tantôt violemment opposées, tantôt juxtaposées dans l’indifférence mutuelle…

Alors : croire ou agir ? La foi ou les oeuvres ?

L’Europe du Nord a choisi la première réponse. L’Europe du Sud s’est plutôt ralliée à la deuxième. Après des milliers de morts, des exils, des persécutions de chaque camp sur l’autre, on a vaguement trouvé  au XV° siècle un principe pacificateur : cujus regio, ejus religio. Chacun devait adopter la religion de sa région : en Bavière on était catholique, en Saxe protestant. Mais ce n’était qu’un pis-aller.

Il faut saluer l’énorme travail de dialogue et de réconciliation accompli par nos Églises depuis plus d’un siècle. Comme la déchirure était d’abord théologique, il fallait commencer par résoudre le dilemme proprement théologique qui a provoqué ces fractures. Croire ou agir ? La foi ou les oeuvres ? dans Communauté spirituelle doctrine-justifCela a été formellement accompli lors de la publication commune du document sur la justification par la foi 1 en 1999 par les Églises catholique et luthériennes, puis signé également par les Églises méthodistes. C’est finalement la position équilibrée de Saint-Jacques qui est la clé de cette réconciliation : oui le salut est gratuit, oui l’homme y est associé et doit collaborer à l’oeuvre de Dieu en lui et autour de lui.

« Nous confessons ensemble que la personne humaine est, pour son salut, entièrement dépendante de la grâce salvatrice de Dieu. »

« Lorsque les catholiques affirment que, lors de la préparation en vue de la justification et de son acceptation, la personne humaine ?coopère? par son approbation à l’agir justifiant de Dieu, ils considèrent une telle approbation personnelle comme étant une action de la grâce et non pas le résultat d’une action dont la personne humaine serait capable. »

La levée des excommunications mutuelles du XVIe siècle qui a eu lieu dans la foulée de la publication de ce document est un événement majeur pour nos sociétés européennes, et pour tous celles vers qui elles ont exporté leurs divisions (Afrique, Amérique latine notamment).

Croire ou agir ? La foi où les oeuvres ?

Que retenir de ce long conflit à notre échelle individuelle ?

Pouvons-nous par exemple réfléchir à l’interaction entre la foi et les oeuvres dans notre vie ?

Croire et agir font système. Cela a des conséquences pour chacun de nous.

- Croire sans agir pousse à se réfugier dans le culte, la prière « magique », le repli identitaire dans de petits groupes fortement marqués. C’est une tentation proche du traditionalisme.

- Agir sans croire pousse à se perdre dans le militantisme (politique, humanitaire, ecclésial…) sans autre horizon que l’efficacité. C’est une tentation activiste très populaire. La plupart des non-pratiquants s’appuient sur ce genre de raisonnement pour justifier leur absence à l’Église : faire du bien autour de soi vaut mieux que la participation à une assemblée. Position presque trop « catholique » dans la mesure où elle survalorise l’action au détriment de la foi, l’éthique au détriment de la métaphysique.

Or croire et agir font système.

Croire pour agir, agir pour croire…

Même dans la vie professionnelle, on retrouve cette dialectique et les dérives de ceux qui en absolutisent un des termes.

- Certains sont si attachés aux résultats que seule l’action compte ; peu importe la vision de l’homme, et d’ailleurs ils n’ont ni le temps ni l’intérêt pour se poser des questions sur le sens de leur travail.

- D’autres seront à l’inverse d’éternels penseurs, volontiers critiques sur l’action des autres, mais ne descendant jamais dans l’arène.

Mettre en oeuvre des stratégies industrielles ou commerciales demande de rendre compte des finalités poursuivies, des valeurs auxquelles on croit, d’une certaine vision de l’homme qui anime cette action.

Et symétriquement, avoir des convictions et des valeurs oblige à prendre des risques pour les incarner dans des décisions professionnelles.

 

Le vieux débat entre la foi et les oeuvres ne devrait-il pas finalement rester vivant en chacun de nous ? Sans lui donner de solution stable et définitive, le questionnement issu de saint Jacques aurait le mérite : – si nous l’alimentons sans cesse – de nous maintenir dans une dynamique de conversion permanente.

 

Nul n’est si croyant qu’il puisse se passer d’agir.

Nul n’est si efficace qu’il puisse se passer de croire.

_________________________________________________________

1. La Doctrine de la justification, Déclaration commune de la Fédération luthérienne mondiale et de l’Église catholique romaine, Cerf, Paris, 1999.

1ère lecture : Prophétie du Serviteur souffrant (Is 50, 5-9a)

Lecture du livre d’Isaïe

Parole du Serviteur de Dieu : Le Seigneur Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé.
J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas protégé mon visage des outrages et des crachats.
Le Seigneur Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu mon visage dur comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.
Il est proche, celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble. Quelqu’un a-t-il une accusation à porter contre moi ? Qu’il s’avance !
Voici le Seigneur Dieu qui vient prendre ma défense : qui donc me condamnera ?

Psaume : 114, 1-2, 3ac-4, 5-6, 8ac-9

R/ Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants.

J’aime le Seigneur :
il entend le cri de ma prière ;
il incline vers moi son oreille :
toute ma vie, je l’invoquerai.

J’étais pris dans les filets de la mort,
j’éprouvais la tristesse et l’angoisse ;
j’ai invoqué le nom du Seigneur : 
« Seigneur, je t’en prie, délivre-moi ! »

Le Seigneur est justice et pitié, 
notre Dieu est tendresse.
Le Seigneur défend les petits : 
j’étais faible, il m’a sauvé.

Il a sauvé mon âme de la mort,
gardé mes pieds du faux pas.
Je marcherai en présence du Seigneur 
sur la terre des vivants.

2ème lecture : Pas de vraie foi sans les actes (Jc 2, 14-18)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi, alors qu’il n’agit pas, à quoi cela sert-il ? Cet homme-là peut-il être sauvé par sa foi ?
Supposons que l’un de nos frères ou l’une de nos s?urs n’aient pas de quoi s’habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l’un de vous leur dit : « Rentrez tranquillement chez vous ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » et si vous ne leur donnez pas ce que réclame leur corps, à quoi cela sert-il ?
Ainsi donc, celui qui n’agit pas, sa foi est bel et bien morte, et on peut lui dire : « Tu prétends avoir la foi, moi je la mets en pratique. Montre-moi donc ta foi qui n’agit pas ; moi, c’est par mes actes que je te montrerai ma foi. »

Evangile : Confession de foi de saint Pierre et première annonce de la Passion (Mc 8, 27-35)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Notre seule fierté, c’est la croix du Seigneur ! En lui, le monde est crucifié à nos yeux, et nous, aux yeux du monde. Alléluia. (cf. Ga 6, 14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus s’en alla avec ses disciples vers les villages situés dans la région de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il les interrogeait : « Pour les gens, qui suis-je ? »
Ils répondirent : « Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »
Il les interrogeait de nouveau : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre prend la parole et répond : « Tu es le Messie. »
Il leur défendit alors vivement de parler de lui à personne.
Et, pour la première fois, il leur enseigna qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.
Jésus disait cela ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches.
Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi et pour l’Évangile la sauvera. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , ,

18 août 2012

Manquez, venez, quittez, servez

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Manquez, venez, quittez, suivez

 

Homélie du XX° dimanche ordinaire / Année B
19 Août 2012

 

Le livre des Proverbes (9,1-6) apparaît comme une préfiguration de l’invitation eucharistique de l’évangile de ce dimanche (Jn 6,51- 58). La Sagesse personnifiée peut s’interpréter comme l’annonce du Christ invitant au festin, mais également l’Esprit Saint qui remplit nos coeurs de la sobre ivresse eucharistique (cf. la deuxième lecture : Ep 5,15-20).

Les verbes qu’utilise la Sagesse pour lancer ses invitations au banquet résonnent comme autant d’étapes de notre propre chemin spirituel : manquez, venez, quittez, suivez.

 

Manquez

« Si vous manquez de sagesse… »

La première étape est bien d’accepter de manquer.

Reconnaître qu’il y a dans ma vie un manque impossible à combler par moi-même. Être en Manquez, venez, quittez, servez dans Communauté spirituelle 4503_viderecherche d’une sagesse plus haute que les règles de vie ordinaire (manger, boire, dormir, aimer sa famille, travailler). Cette acceptation du manque demande une vraie lucidité, et un refus obstiné des ersatz de sagesse qui pullulent autour de nous. Les faux gourous vous promettent tous du bonheur immédiat, que ce soit à travers des régimes miracles pour perdre du poids, des cures plus ou moins psy ou bio ou les deux, supposées vous libérer et vous purifier, des promotions commerciales à ne pas rater qui nous font courir après des étiquettes, les soi-disant recettes d’épanouissement personnel ou de coaching supposés vous prendre en main…

Manquer de sagesse c’est refuser de se laisser soi-disant combler par les marchands de besoins immédiats. Manquer de sagesse, c’est s’ouvrir aux interrogations les plus fondamentales et avoir envie de se mettre en recherche. Manquer de sagesse est en ce sens le début de la sagesse.

L’invitation de la Sagesse est proclamée sur les hauteurs de la cité, pour atteindre tous les habitants, à la manière d’un haut-parleur de mosquée, d’une volée de cloches de cathédrale ou de lâcher de tracts d’un avion publicitaire ! Voilà une autre caractéristique de la sagesse biblique : elle est pour tous. Elle n’est pas élitiste, réservée à quelques happy few. Elle n’est pas ésotérique, se dissimulant derrière de fausses connaissances compliquées : elle est explicite, simple, s’adressant aux pauvres comme aux riches, aux banlieues comme aux centres-villes.

Venez

« Si vous manquez de sagesse, venez à moi ! »

L’impératif porte ici sur la mise en mouvement ; l’acceptation du manque crée le désir, et 20061120001006_marcher pain dans Communauté spirituelle

le désir met en mouvement tout l’être pour chercher celui que le désir indique. Venir à la sagesse, c’est là encore refuser l’immobilisme de celui qui est trop installé dans l’existence pour chercher autre chose que ce qu’il possède déjà. Et comme le désir souvent est aveugle, la sagesse prend soin de préciser : « venez à moi ! » Orienter notre marche vers quelqu’un et non pas vers quelque chose, fut-ce le bonheur lui-même, car la Sagesse en personne est plus grande que le bonheur.

Venir vers quelqu’un : c’est l’enfant qui lâche les bras de sa mère pour faire ses premiers pas vers quelqu’un qui lui sourit deux mètres plus loin ; c’est l’amoureux qui court vers le visage aimé en descendant du train ; c’est le vieillard qui prépare sa chambre pour la visite de sa famille ; c’est le renard qui habille son coeur pour le rendez-vous avec le petit prince…

Il s’agit dans le texte des Proverbes de venir vers la Sagesse pour manger son pain et boire son vin : pour se réjouir donc, pour se nourrir de sa parole et de sa présence, pour habiter la louange en goûtant la saveur d’être en communion avec elle. Exactement comme pour le repas eucharistique, dont le but est de jouir de la présence du Christ au plus intime de moi, présence dont le pain et le vin sont les symboles efficaces.

Après le manque, c’est donc le mouvement du chemin à prendre qui est la deuxième étape de la sagesse.

Quittez

« Quittez votre folie et vous vivrez ».

En cours de route, on s’aperçoit vite de ce qu’on a laissé derrière soi. Les hébreux ont 7553877-symbole-du-signe-de-quitter-fire-isole-sur-red-chef-droit sagesse

très vite regretté les marmites de viande savoureuse qui remplissaient leurs ventres d’esclaves en Égypte : sur le chemin de l’Exode, ils ont eu du mal à quitter leur addiction aux idoles ; ils ont mis 40 ans à renoncer à leur folie païenne. Et l’histoire montrera qu’ils vont rechuter encore et encore, même après l’entrée triomphale en Terre promise.

Quitter sa folie est une entreprise de longue haleine. Prendre la route vers plus de sagesse ne suffit pas. Ce serait une illusion de croire que la recherche suffit à être libre de toute folie antérieure. À la manière d’un fumeur invétéré qui se fait aider par des patchs et un suivi médical régulier pour arrêter de consommer du poison, celui qui se met en quête de sagesse aura intérêt à se faire aider pour quitter réellement ses folies antérieures. Un accompagnateur spirituel, le soutien d’une communauté chrétienne, la force des sacrements sont la nourriture ordinaire pour tenir bon sur ce chemin de notre libération intérieure.

Savoir quitter est tout un art : savoir ce qu’il faut quitter, comment le faire et à quel moment.

Quitter sa folie : pour certains ce sera mettre un terme à une relation extraconjugale devenant destructrice ; pour d’autres couper court à une addiction dangereuse (alcool, drogue, argent, réussite, informatique… !) ; pour d’autres encore arrêter de courir de régime en thérapie douteuse, d’achats compulsifs en agitation mondaine etc. Quitter une vie sans but est le début de la renaissance. « Quittez votre folie et vous vivrez » nous promet la Sagesse.

Écoutez ceux qui nous racontent leur métamorphose : lorsqu’ils ont largué leurs amarres de folie, ils ont expérimenté un profond sentiment de renaissance. Vivre, enfin vivre…

Suivez

« Suivez le chemin de l’intelligence ».

Quitter pour aller vers la Sagesse demande de trouver le bon itinéraire. Tel le GPS qui wydcrosssydney

vous propose l’itinéraire le plus rapide d’une destination à une autre, « l’intelligence » sera votre guide. Il faut là encore accepter de suivre un guide, et de ne pas s’autoproclamer indépendant : le disciple n’est pas au-dessus de son maître. Il doit d’abord accepter de suivre, au lieu de s’égarer à se suivre lui-même. Il doit ensuite choisir l’intelligence comme guide. Quelle est cette intelligence ? On pense à « l’intelligence des Écritures » (Luc 24) à laquelle le Christ ressuscité ouvre les disciples d’Emmaüs. On pense à l’intelligence du coeur qui donne de discerner ce qui est important et ce qui l’est moins.

Manquez, venez, quittez, suivez : que ces invitations – impératives ! – résonnent en nous comme autant d’étapes à parcourir vers plus de sagesse dans nos choix et nos priorités.

 

1ère lecture : Le banquet de la Sagesse (Pr 9, 1-6)
Lecture du livre des Proverbes

La Sagesse a bâti sa maison, elle a sculpté sept colonnes.
Elle a tué ses bêtes, apprêté son vin, dressé sa table, et envoyé ses servantes. Elle proclame sur les hauteurs de la cité : « Si vous manquez de sagesse, venez à moi ! »
À l’homme sans intelligence elle dit : « Venez manger mon pain, et boire le vin que j’ai apprêté ! Quittez votre folie et vous vivrez, suivez le chemin de l’intelligence. »

Psaume : 33, 2-3, 10-11, 12-13, 14-15

R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !

Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m’entendent et soient en fête !

Saints du Seigneur, adorez-le : 
rien ne manque à ceux qui le craignent.
Des riches ont tout perdu, ils ont faim ; 
qui cherche le Seigneur ne manquera d’aucun bien.

Venez, mes fils, écoutez-moi, 
que je vous enseigne la crainte du Seigneur.
Qui donc aime la vie 
et désire les jours où il verra le bonheur ?

Garde ta langue du mal 
et tes lèvres des paroles perfides.
Évite le mal, fais ce qui est bien, 
poursuis la paix, recherche-la.

2ème lecture : Vivre en chrétiens dans l’action de grâce (Ep 5, 15-20)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens

Frères, prenez bien garde à votre conduite : ne vivez pas comme des fous, mais comme des sages.
Tirez parti du temps présent, car nous traversons des jours mauvais.
Ne soyez donc pas irréfléchis, mais comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur.
Ne vous enivrez pas, car le vin porte à la débauche. Laissez-vous plutôt remplir par l’Esprit Saint.
Dites entre vous des psaumes, des hymnes et de libres louanges, chantez le Seigneur et célébrez-le de tout votre c?ur.
À tout moment et pour toutes choses, rendez grâce à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ.

Evangile : Jésus est la vraie nourriture (Jn 6, 51-58)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Les yeux sur toi, Seigneur, tous espèrent, et tu leur donnes la nourriture au temps voulu : la chair et le sang de l’Agneau immolé. Alléluia. (cf. Ps 144, 15)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Jésus disait à la foule : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »
Les Juifs discutaient entre eux : « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »
Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas la vie en vous.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui.
De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi.

Tel est le pain qui descend du ciel : il n’est pas comme celui que vos pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »  
Patrick Braud

Mots-clés : ,

14 août 2012

L’Assomption de Marie : une femme entre en Résistance

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’Assomption de Marie:
une femme entre en Résistance

Homélie pour la fête de l’Assomption  Année B
15/07/2012

 

Marie icône de l’Église

On connaît la vieille règle médiévale, toujours en vigueur, qui donne le sens de toute fête mariale : tout ce qui peut être dit de Marie personnellement doit également être dit de l’Église collectivement, et réciproquement.

Marie est la première créature en qui le désir de Dieu de s’associer l’humanité réussit pleinement. Elle anticipe et inaugure notre avenir à chacun et à tous.

Voilà pourquoi les fêtes mariales sont aussi populaires : nous célébrons notre espérance déjà réalisée en Marie !

Le 15 août ne déroge pas à cette règle : l’Assomption de Marie inaugure l’Assomption de l’humanité en Dieu.

Avec Marie, nous sommes promis à être « enlevés » (assumere en latin) en Dieu.

Avec Marie, nous avons l’espérance d’être « assumés » corps et âme par Dieu et en lui.

L’Apocalypse, la radio-Londres de Saint Jean

Mais cela se fait à travers un combat que saint Jean décrit à sa manière dans l’Apocalypse (cf. notre première lecture).

Au moment où Jean écrit (dans les années 90 après Jésus) les persécutions romaines effraient les catéchumènes et les nouveaux baptisés, à juste titre. Les Églises autour de la Méditerranée naissent dans le sang, martyres des pouvoirs politiques et religieux païens qui ne supportent pas la différence chrétienne. Aujourd’hui encore hélas, ces Églises noyées en plein monde musulman continuent à souffrir brimades, humiliations, voire attentats et persécutions.

Saint Jean écrit pour soutenir la foi et le courage de ceux qui sont discriminés à cause de leur baptême. Comme les combattants de l’ombre au moment de l’occupation nazie en 39-45, Jean est obligé de recourir à un langage codé pour ne pas compromettre ses lecteurs, et pour que son message reste hermétique aux persécuteurs.

Souvenez-vous : Radio-Londres relayait des messages codés que les résistants savaient très bien interpréter. « Demain la libellule verra le papillon » pouvait annoncer un largage d’armes pour un maquis ou bien un départ de réfugiés juifs vers Londres. Quand Jean évoque « une femme ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds » il emploie le même procédé de langage codé.

La nature n’est pas Dieu

L'Assomption de Marie : une femme entre en Résistance dans Communauté spirituelle pleine_lune_2006_07_11Il décrit une femme plus grande que les astres du ciel qui lui servent de parure. Message à l’intention des chrétiens toujours tentés par les vieilles religions astrales. Croire que son destin est écrit quelque part, que les astres en seraient les annonciateurs est formellement en contradiction avec la liberté chrétienne. Ni le soleil ni la lune ne gouvernent nos vies. Ce sont des choses créées qui disent la beauté du Créateur ; l’homme ne doit pas les craindre ni les adorer. Il doit comme Marie s’en servir comme « manteau » pour envelopper sa beauté et sa croissance. La désacralisation de la nature est au coeur de la révélation juive et chrétienne : la nature n’est pas Dieu. Elle est une amie de l’homme, et peut lui servir de manteau pour à la fois le protéger et l’embellir. Attitude révolutionnaire autrefois dans la période où – faute de connaissances scientifiques – on attribuait à la nature des pouvoirs divins, obscurs et terrifiants. Attitude de sagesse aujourd’hui où certaines écologies voudraient rediviniser la terre, l’univers ou la matière, où à l’inverse la technique continue à asservir et piller la nature sans discernement.

Le pouvoir politique ne peut se prendre pour Dieu

Après notre rapport à la nature créée, c’est notre rapport au pouvoir politique qu’évoque l’Assomption de Marie dans l’Apocalypse.

La femme porte sur sa tête « une couronne de douze étoiles ». La couronne est bien sûr le symbole du pouvoir royal ou impérial qui ici repose sur une femme, cas assez rare dans l’Antiquité pour ne pas y voir un de ces renversements spectaculaires que Dieu semble prendre plaisir à multiplier (« il renverse les puissants de leur trône, il élève les humbles », selon le Magnificat de Marie). Le chiffre 12 symbolise Israël, pleinement accompli dans l’Église (le « temple qui est dans le ciel »). Le « dragon » qui veut dévorer l’enfant de cette femme a 7 tête et 10 cornes : 7 est le chiffre de la création et 10 le chiffre de la loi. Le dragon symbolise tous les pouvoirs politiques de la création qui tentent de s’arroger le pouvoir de la loi dans leur intérêt. Les 7 diadèmes évoquent ces pouvoirs – royauté ou empires – qui se prennent pour Dieu et veulent concurrencer la couronne de la femme.

Cette femme est donc Israël – l’Église – Marie, exposée aux prétentions meurtrières des pouvoirs politiques qui veulent prendre la place de Dieu en décidant eux-mêmes de ce qui est bien ou de ce qui est mal.

Vouloir « dévorer » l’enfant de la femme enceinte paraît renvoyer aux persécutions romaines  et juives qui voulaient décimer les enfants de l’Église que sont les nouveaux baptisés, ou bien évoquer la jalousie politique contre le Christ qui vient rétablir le royaume de Dieu en chacun.

Cette jalousie politique est terriblement meurtrière, puisqu’elle balaye le tiers des étoiles : beaucoup d’Églises tomberont sous les persécutions. Mais courage ! semble nous crier saint Jean : le mal ne pourra vaincre en totalité ; il blessera et abîmera, mais les deux tiers des étoiles resteront dans le ciel. Beaucoup de baptisés renient leur fois, mais encore davantage tiendront bon, jusqu’à la victoire finale.

La femme est « enceinte, torturée par les douleurs de l’enfantement » : c’est bien chacun de nous, porteur de notre aspiration à rejoindre Dieu, lourd de tout ce que nous engendrons de divin dans nos projets humains. C’est bien l’Église, enceinte de ses catéchumènes, ne cessant pas d’engendrer une humanité nouvelle, libre de servir le seul vrai Dieu.

Entrer en résistance

Les chrétiens qui lisaient l’Apocalypse en cachette – à l’instar de ceux qui font circuler la Bible sous le manteau en Chine, au Maghreb ou ailleurs – savaient lire dans ce texte l’annonce d’une formidable espérance: la domination tyrannique des régimes inhumains n’aura qu’un temps. Même s’ils sont capables de faire encore de terribles dégâts, ils seront vaincus, et les chrétiens n’ont rien à craindre fondamentalement de ces colosses aux pieds d’argile.

Même s’ils finissent sous les dents des bêtes dans le cirque romain autrefois ou dans les geôles de junte militaire ou religieuse aujourd’hui, ces chrétiens persécutés savent que les diadèmes de pacotille s’inclineront un jour devant la couronne étoilée dont Marie est déjà revêtue.

Avec Marie en Assomption, l’Église entre en résistance. En Christ, le mal est déjà vaincu. Le combat qu’il reste à mener pour manifester cette victoire sera long et meurtrier. Mais l’Apocalypse réconforte les résistants de l’ombre en leur promettant d’être associés comme Marie à la plénitude de la gloire divine.

Que ce message d’espérance soutienne tous les combats qui sont les nôtres !

 

 

The Partisan

When they poured across the border
I was cautioned to surrender,
this I could not do;
I took my gun and vanished.
I have changed my name so often,
I’ve lost my wife and children
but I have many friends,
and some of them are with me.

An old woman gave us shelter,
kept us hidden in the garret,
then the soldiers came;
she died without a whisper.

There were three of us this morning
I’m the only one this evening
but I must go on;
the frontiers are my prison.

Oh, the wind, the wind is blowing,
through the graves the wind is blowing,
freedom soon will come;
then we’ll come from the shadows.

Les Allemands e’taient chez moi, (The Germans were at my home)
ils me dirent, « Signe toi, » (They said, « Sign yourself, »)
mais je n’ai pas peur; (But I am not afraid)
j’ai repris mon arme. (I have retaken my weapon.)

J’ai change’ cent fois de nom, (I have changed names a hundred times)
j’ai perdu femme et enfants (I have lost wife and children)
mais j’ai tant d’amis; (But I have so many friends)
j’ai la France entie`re. (I have all of France)

Un vieil homme dans un grenier (An old man, in an attic)
pour la nuit nous a cache’, (Hid us for the night)
les Allemands l’ont pris; (The Germans captured him)
il est mort sans surprise. (He died without surprise.)

Oh, the wind, the wind is blowing,
through the graves the wind is blowing,
freedom soon will come;
then we’ll come from the shadows.

 

1ère lecture : La Femme de l’Apocalypse, image de l’Église comme Marie (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Le Temple qui est dans le ciel s’ouvrit, et l’arche de l’Alliance du Seigneur apparut dans son Temple.

Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles.
Elle était enceinte et elle criait, torturée par les douleurs de l’enfantement.
Un autre signe apparut dans le ciel : un énorme dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes,et sur chaque tête un diadème.
Sa queue balayait le tiers des étoiles du ciel, et les précipita sur la terre. Le Dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance.
Or, la Femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les menant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son Trône, et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place.

Alors j’entendis dans le ciel une voix puissante, qui proclamait : « Voici maintenant le salut, la puissance et la royauté de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ ! »

Psaume : Ps 45, 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16

R/ Heureuse es-tu, Vierge Marie, dans la gloire de ton Fils.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

2ème lecture : Le Christ nous entraîne tous dans la vie éternelle ( 1 Co 15, 20-27a)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection. En effet, c’est en Adam que meurent tous les hommes ; c’est dans le Christ que tous revivront, mais chacun à son rang : en premier, le Christ ; et ensuite, ceux qui seront au Christ lorsqu’il reviendra. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir détruit toutes les puissances du mal. C’est lui en effet qui doit régner jusqu’au jour où il aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qu’il détruira, c’est la mort, car il a tout mis sous ses pieds.

Evangile : « Heureuse celle qui a cru ! » (Lc 1, 39-56)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis : Marie est entrée dans la gloire de Dieu ; exultez dans le ciel, tous les anges ! Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors :
« Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
Patrick Braud

Mots-clés : , ,
1...6667686970...79